Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ils m’ont énervé...

Ils m’ont énervé...

Ils sont beaux, ils sont blancs, ils sont investis d’une mission sacrée, ils ont de gros 4/4, ils ont dans le regard cette suffisance du pouvoir, ils maîtrisent leur sujet, ils brassent énormément d’argent, eux seuls comprennent ce qu’il en est réellement, ils sont inattaquables, ils sont toujours propres, j’en n’ai rarement vu de sales, ils connaissent les solutions. Un membre d’une ONG, dont je tairais le nom (FRIENDS INTERNATIONNAL) m’a fait remarquer que les enfants n’étaient pas une attraction photographique pour touristes.

Je lui ai répondu que ne servant pas à grand-chose, ils ne restaient aux ONG rien à faire sinon à s’accaparer la misère des autres pour en faire leur gagne-pain. Puis, m’ayant passablement énervé, (c’est plutôt rare) j’en ai profité pour leur détailler le train de vie fastueux qu’ils menaient et ce rang d’ambassadeur qu’ils s’octroyaient impunément, culpabilisant à outrance toute autre initiative que la leur. Les ONG ont tendance à croire qu’ils sont le seul remède à des situations catastrophiques. Et en guise de médicaments, ils ne proposent qu’une forme d’assistanat social dont malheureusement nous sommes bien placés pour en constater les effets néfastes. L’assistanat est leur maître-mot et vu que les Cambodgiens sont loin d’être cons ça marche aussi bien que chez nous.

Le monde des ONG au Cambodge est un monde larmoyant ou il est de bon ton de s’apitoyer sur la misère humaine. Paré de ce relent de sacrifice, ils se croient investi d’une mission quasi divine, une mission qu’eux seuls peuvent mener à bien.

- « Oui, tu comprends, c’est dur ! Mais, si nous ne faisons rien, qui va aider ces gens ? (Là, il baisse la tête de côté pour vous montrer combien ce n’est pas facile) - « Ah ! Je sais, ça ne résoudra rien, mais si cela peut apporter un peu de réconfort… ! » (là, l’œil se mouille d’une larme venu sûrement de la cavité nasale à moins que ce ne soit le piment !)           – Je n’attends rien, c’est… Tu comprends, je suis sensible, je ne supporte pas cette misère, j’ai besoin d’aider.        (Là, c’est moi qui réponds). – Déjà, tu ne me tutoies pas, face de thon ! Tu pues la charité bon marché, Tu t’enrichis à titre personnel ? Pauvre con, conne ! C’est ça le problème tu t’enrichis toi, mais pas les autres ! (Ils, elles, eux, m’avait énervé. Règle du participe passé employé avec avoir : Le participe passé employé avec avoir s’accorde en genre et en nombre avec le COD si celui-ci est placé avant. Ici, en l’occurrence m’).

Depuis 30 ans qu’ils arpentent ce pays le résultat est loin d’être probant. Rien n’a changé ! Tout au moins rien n’a évolué grâce à eux.

Ils vivent grâce aux dons de généreux donateurs qui se font de plus en plus rare et aussi grâce aux subventions de l’UNICEF, organisation elle-même sponsorisé par nombre d’états dont le mien. Au passage, ils savent aussi vous ponctionner de plusieurs milliers d’euros, si par hasard votre premier contact se fait par Internet ; en ça ils ont plutôt appris des cambodgiens, à savoir comment vous vider les poches.

J’ai par la suite rencontré bon nombre d’ONG ou de soi-disant responsable d’ONG.

Il en est d’excellentes.

C’est l’ONG individuelle.

Celle qui ne demande rien à personne et qui agit le plus souvent en fonctions de maigres moyens et de beaucoup de débrouillardises. Elle est discrète, ne s’affiche pas dans les rues et surtout elle a la dignité de ne pas donner de leçons à personnes. Elle est le fruit d’une réflexion personnelle, d’un stop à la misère universelle.

Les cambodgiens, n’ont nul besoin qu’on leur apprenne à lire, à compter, à bâtir des maisons, ils savent faire tout ça et depuis plus longtemps que nous. Les Cambodgiens en ont marre qu’on fasse passer leur pays pour une poubelle humaine, ils en ont marre d’accueillir des fumeurs de pétards investis d’une sacro-sainte mission, si les étrangers ont des problèmes de conscience qu’ils nettoient devant leurs portes.  Leur laisser régler leur problème est sûrement la meilleure façon de les aider, mais comme disait ma mémé : - L’argent des pauvres rend riches !

C’est un putain de monde corrompu, où l’argent brassé est énorme ; ces gens-là s’engraissent impunément tout en se targuant d’être des porteurs d’espoir. Quelle incompréhension du monde asiatique et surtout quelle perversion des valeurs de ces gens qui reposant sur des notions de fierté et de réussite transforment peu à peu ces gens, pauvres, certes, mais dignes, en autant de mendiants d’assistance.

Tous ces évangéliques à la con, toutes églises confondues qui viennent vendre leur soupe pour expliquer à de pauvres paysans que si ils croyaient en Dieu leur vie serait meilleure, tous ces lobotomiseurs d’idées, expliquant à des enfants que le litre de lait qu’ils ont dans les mains est un lait concentré fabriqué dans l’état de l’Utah par le Dieu des américains et qu’avant de le boire ils doivent apprendre le nôtre père, version étoilée. Toutes ces écoles étrangères venant dispenser le bon enseignement ; lorsque l’on voit le tarif qu’elle pratique, les pauvres ne sont pas prêt d’apprendre à lire. Tous ses scandales, pédophiles arrêtés membre d’une ONG, ONG en guinguette dans le monde des prostituées à cinq dollars, ONG tripotant dans les bars à hôtesses, ONG s’intéressant aux adolescents pubères, remarquez d’un autre côté ils peuvent toujours se justifier en prétendant initier toute une partie de la population à l’usage de la capote.

Et ils ont pour eux l’aval de quasiment tout le bien-pensant des nations donatrices, quelle fumisterie ! A quoi cela rime-t-il ? Aider n’est pas un métier. C’est l’inné naturel qui doit nous différencier de l’animal ; nul besoin de reconnaissance, l’acte se doit d’être irréfléchi, spontané et non pas géré comme une multinationale.

Les ONG me font penser aux restos du cœur.

– Oui, mais c’est bien les restos du cœur !

Non ce n’est pas bien ! C’est nul ! Tu réfléchis un peu à ce que tu dis avant de l’ouvrir ? Un état qui se respecte ne devrait pas supporte cela ; Les restos du cœur n’auraient dû que durer un an, puis la seule réaction logique aurait été de dire : - J’ai honte, je vais résoudre le problème ! Mais non, maintenant c’est institutionnalisé, on donne à manger à NOS PAUVRES ! Scandaleux ! Ils font partie du paysage, on accepte de vivre avec ça et tout va bien… Allez remets-nous une tournée Lucette, c’est la mienne !

Conclusion. Lorsque je prends une photo d’un enfant, d’un adulte, pauvre et miséreux ce n’est pas pour faire du sensationnel, ni témoigner, ni imposer quoi que ce soit à l’heure des repas. Ni pour m’entendre dire : - Ah ! Mon Dieu, mais qu’est-ce qu’ils sont pauvres… ou une connerie de ce genre !

Lorsque je prends une photo, et je ne la prends pas en cachette mais face à face, c’est qu’à un moment donné ce fut le seul moyen que j’ai eu de dire : Excuse-moi ! Je peux rien pour toi, il va falloir que tu te démerdes !

Alors à tous ces connards à l’auréole néo-colonisatrice, car ils me font penser à ces conquistadors qui importaient et imposaient la foi chrétienne à grands coups d’épées par la tronche : ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE !

Aujourd’hui je vais vous parler de ma mémé.

Mémé est née pendant la guerre, le grande ! Pas une de ces guerres minables où le nombre de tués est dérisoire, non une vraie guerre, une mondiale ! Des morts par millions, du sang, des os broyés, des bouts de cervelles tapissant la noble campagne d’incongrus champignons de Paris. Le ton était donné, sa vie sera à l’image de cette guerre, une lutte perpétuelle pour survivre ; (joliment dit)

Le premier qui en fit les frais, fut le microbe de la grippe espagnole qui lorsqu’il rencontra mémé sut d’emblée que la Madame était loin d’être facile. Le microbe repartit chez lui une paire de castagnettes accrochées à ses roubignoles : à défaut d’avoir contaminé mémé, il se lança dans des cours de danse à Madrid qui eurent un temps un réel succès ;

Coqueluche, choléra, polio, malaria, peste noire (sous toutes ses formes) tous tentèrent en vain de stopper la croissance de mémé. Mais, élevée avec les poings et une bonne dose de lard, mémé s’avéra indestructible ; elle atteignit l’âge de 9 ans ce qui à cette époque représentait déjà une performance. A 9 ans, mémé fut placé chez des paysans.

(La femelle du paysan est la paysanne) Elle apprit ainsi le rude contact de la vie à la ferme, ses us, ses coutumes et son droit de cuissage. Elle savait lire… Le A. Elle parlait le patois, s’initiait au Français et de temps en temps au François, et de plus avait quelques rudiments de bovidés et autres animaux hantant les basses-cours de cette époque.

Elle grandissait et aux dires de ses contemporains c’était une belle femme, en 1939, elle apprit à lire une seconde lettre, le Q, et tomba enceinte. Son fiancée de l’époque se tua quelques temps plus tard en moto. Du coup, on la maria en vitesse avec un boxeur, qui lui en donnait… Des coups.

Petite parenthèse sur pépé : Plus rouge que Staline, Espagnol, pépé a tué plein de nazis et de collaborateurs dans la joie et la bonne humeur. Puis il est mort avec 12 kilos de balles dans le ventre car faire la guerre entraîne parfois des complications. Depuis le paradis est devenu une MJC, Saint-Pierre à sa carte indestructible au parti et il y a de grandes chances que la vierge Marie ne le soit plus réellement.

Mémé fut décorée : VEUVE  Elle éleva ses enfants par le biais de personnes interposées. Le premier après de brillantes études de facteur finit alcoolique, clochard et à Sainte-Marie. Le deuxième a voulu faire curé, puis flic. Finalement il devint syndicaliste et comme bon nombre de retraités finit mort un an après. Le troisième s’engagea comme mousse, non pas dans une brasserie mais dans la marine. Mort au champ d’honneur en faisant un footing. La quatrième, ma mère fut malheureuse et se suicida à la Camel filtre.  Le cinquième, lui, né durant ce long veuvage est toujours en vie, comme quoi les bâtards sont souvent plus solides. Et le dernier, c’est RIKIKI, c’est moi, et j’ai rien eu.

Bref, mémé n’a pas eu une vie facile, elle s’est débattue pour survivre dans sa misère et je ne lui en veux pas, bien au contraire. Elle a fait ce qu’elle a pu et ce n’est pas moi qui oserais émettre un quelconque jugement sur sa vie.  Si elle a retrouvé pépé, ça doit chier là-haut, car le pépé ne doit pas apprécier de porter des cornes.  Mémé elle, sa seule chance fut son derrière, un peu comme au Cambodge. Mais hélas aucune ONG ne s’est penchée sur son cas.

Quelle fumisterie !

Bruno Rey


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 6 août 2012 10:05

    J’ai adoré votre texte ! Du coup je n’ai rien de plus à en dire. Merci !


    • 1984 6 août 2012 12:23

      Pas mieux ! :)


    • Matthieu Vasseur Matthieu Vasseur 6 août 2012 10:32

      Ils, elles, eux, m’avait énervé. Règle du participe passé employé avec avoir : Le participe passé employé avec avoir s’accorde en genre et en nombre avec le COD si celui-ci est placé avant. Ici, en l’occurrence m’


      C’est vrai, par contre le verbe s’accorde avec le sujet, donc « Ils, elles, eux m’avaienénervé » !

      • Caroline Courson Caroline Courson 6 août 2012 10:45

        Comme Alinea, pas grand-chose à ajouter, tout est dit, et bien dit.


        Sauf une approbation : enfin quelqu’un qui ose dire ce qu’il pense des ONG, des restos du Coeur, et du bénévolat en général. Ouf, ça soulage !

        J’ai vécu moi aussi dans ces domaines quelques petites expériences qui m’ont à tout jamais écoeurée...

        • weshn 6 août 2012 10:56

          tout est dit éffectivement


          • miha 6 août 2012 10:57

            Bel article ! Beau témoignage !

            La charité institutionnalisée : beuark !

            Personne ne demande la charité, ce qu’il faut c’est la so-li-da-ri-té !!! Et ça changerait tant de choses !


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 11:06

              Excellentissime ! 


              • mrdawson 6 août 2012 11:32

                « Ce qui s’entend bien s’énonce bien », à la lecture de ce texte je ne peux m’empêcher de me dire que l’auteur ne comprend pas très bien le message qu’il souhaite faire passer...
                Bref, mais non mon petit, c’est pas grave, prends tes photos.


                • 1984 6 août 2012 12:27

                  Au royaume des aveugles il vaut mieux parfois être sourd !

                  Est-ce bien énoncé ?


                • mrdawson 6 août 2012 14:40

                  pas vraiment.
                  Si vous êtes d’accord avec l’auteur et que votre thèse principal est « les ong, tous des cons » il faudrait l’argumenter d’une manière un peu plus mature que cela. Sinon, bah j’ai toujours pas compris...


                • Julien Reynaud 7 août 2012 10:34

                  Libre à vous de critiquer cet article, il a ses défauts bien sûr, mais pourquoi ce manque de courtoisie et ce tutoiement un brin méprisant « Bref, mais non mon petit, c’est pas grave, prends tes photos » ? Vous sentez-vous personnellement attaqué par les opinions de l’auteur ? Faites-vous parti d’une de ces ONG ?




                • mrdawson 7 août 2012 18:14

                  A vrai dire j’ai été énervé par le ton méprisant que l’auteur utilise dans son article, ce tutoiement arrogant est une manifestation de ce énervement passager.
                  L’article, comme certains commentaires sur ce fil, ne fait pas vraiment dans le détail et ne se contente pas de condamner les actes de milliers de personnes, il juge et condamne certains principes de solidarité. Et il le fait en plus de manière assez mal écrite (à mon humble avis). Alors j’aurais peut être du m’en tenir à cette critique, mais voila, il m’a énervé...


                • lionel 12 août 2012 07:40

                  L’an dernier à Bamako, j’ai côtoyé les membres d’une ONG qui débarquait sur le ’terrain« avec des fonds sur la finance carbone. Tout d’abord, travaillant dans l’agroforesterie, je leur proposais un projet cohérent incluant une très grande partie de reboisement sur 20 hectares lié à une entreprise de transformation de la production créant des emplois, démontrant l’agroécologie forestière dans toute une région. Les membres de cette ONG reconnurent qu’effectivement, ce projet était très intéressant (une personne proposa il est vrais de s’y investir à fond propre et essaya de trouver des partenaires) mais que leur projet n’incluait pas vraiment de volet reboisement (sic). De plus, leur projet »concret" et très bien doté financièrement avait été conçut à quatre personnes, situées dans quatre pays différents, sur plusieurs continents. Aucun d’entre eux n’avait jamais été au Mali et pourtant le dossier fut financé...

                  Notre projet économique et écologique endogène n’a lui trouvé aucun financement...

                • jacques lemiere 12 août 2012 18:06

                  non, il a raison, l’outrance de l’article lui fait perdre une partie de sa pertinence.

                  Les ong c’est comme les gens, il faut les prendre une par une.
                  Bien sur que ça abrite une foule de parasite...mais..tant que leur financement est privé..que peut on dire...
                  quand il y a un financement publique qil faudrait une évaluation..
                  Sans aller jusque aux ong, le terme huminataire est vide de sens ( ou vidé)... comme écolo d’ailleurs...
                   .ça ne veut rien dire, périodiquement vous trouvez des étudiants d’école de com demandant de l’argent pour financer un voyage à caractère humanitaire....
                  Forcement...traverser la France en 4L l’ Algérie pour aller porter un carton de médoc au mali....c’est utile....
                  Ou aller planter en Amazonie pour replanter des arbres....

                  c’est toujours insultant pour ces pays, il est rare que les compétences soient absentes..

                  MAIS une seule ong utile ...et on ne peut plus dire que les ong sont inutiles ou néfastes.



                • Romain Desbois 6 août 2012 11:33

                  Très agréable à lire bien que pas crédible.

                  Au fait, j’ai pas compris ce passage, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ?

                  "Mémé fut décorée : VEUVE Elle éleva ses enfants par le biais de personnes interposées. Le premier après de brillantes études de facteur finit alcoolique, clochard et à Sainte-Marie. Le deuxième a voulu faire curé, puis flic. Finalement il devint syndicaliste et comme bon nombre de retraités finit mort un an après. Le troisième s’engagea comme mousse, non pas dans une brasserie mais dans la marine. Mort au champ d’honneur en faisant un footing. La quatrième, ma mère fut malheureuse et se suicida à la Camel filtre. Le cinquième, lui, né durant ce long veuvage est toujours en vie, comme quoi les bâtards sont souvent plus solides. Et le dernier, c’est RIKIKI, c’est moi, et j’ai rien eu."


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 11:39

                    à Romain , 


                    être décorée Veuve c ’est un peu comme être nommé pour aller faire les commissions , un signe du destin qui s’ acharne , alors les grosses commissions et la décoration on arrive à comprendre .

                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 11:42

                     Finalement il devint syndicaliste et comme bon nombre de retraités finit mort un an après. 


                    Ce que je dis depuis longtemps un bon fonctionnaire comme un bon 
                     syndicaliste sont un fonctionnaire et un syndicaliste morts .

                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 11:43

                     Et le dernier, c’est RIKIKI, c’est moi, et j’ai rien eu."


                    Messie , quand on a l’ humour on a tout eu ... smiley

                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 12:08

                    Sur Agoravox il y a une ONG de moinsseurs  , on me disait l’ autre jour 

                    les moinsseurs c’ est des ongs ... smiley

                  • Romain Desbois 6 août 2012 13:22

                    Non sérieux expliquez moi ?

                    Mémé a eu six enfants la quatrième étant ma mère et le dernier étant moi ? Qui suis je ?


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 15:06

                    Mais oui Romain , le jour de sa naissance sa mère a dû s’ absenter , c’ est sa grand-mère qui l’ a remplacée ...


                  • Traroth Traroth 6 août 2012 15:24

                    « un bon fonctionnaire comme un bon 

                     syndicaliste sont un fonctionnaire et un syndicaliste morts » : Moi, c’est les boulangers à la retraite qui me débectent. Surtout quand ils disent connerie sur connerie !

                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 15:39

                    les fonctionnaires et les syndicalistes ça gesticule comme les ONG .


                    Des centaines d’ années de fonctionnaires des dizaines d’ années 
                     de syndicalistes , les femmes sont toujours encore payées 20% de
                     moins que les hommes , comme les ONG les fonctionnaires et les
                     ONG ça sert à rien ( à part à eux ) 



                  • Traroth Traroth 6 août 2012 15:54

                    J’imagine que vos enfants vont dans une école privée et que vous avez un garde du corps pour ne jamais avoir à faire appel à la police.

                    Ah mais j’y pense, vous êtes retraité, si je ne m’abuse. J’imagine que pour ne pas faire appel aux fonctionnaires de la caisse de retraite, vous avec renoncé à vous faire payer votre retraite...

                    Et vous ne vous faites jamais soigner dans un hôpital. Ni rembourser par la sécu si vous êtes malade.

                    Quant aux syndicalistes, comme vous étiez patron, je crois savoir d’où vient votre répugnance. Ils ne voulaient pas se laisser « fluidifier », les méchants syndicalistes ? smiley


                  • foufouille foufouille 6 août 2012 15:58

                    un boulanger qui fait pas la difference entre du bon pain et celui du point chaud ................


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 août 2012 16:00

                    et blablabla et blablabli  20% de salaire en moins pour les femmes ...vous baratinez cher Monsieur ....


                  • Rey bruno Rey bruno 6 août 2012 16:46

                    Bonjour,

                    pour vous répondre, intimité familiale qui finalement n’a pas lieu d’être, j’ai été effectivement élevé par ma grand-mère.
                    La confusion pouvait être possible.
                    Quand à la crédibilité ? Je viens de passer deux ans au Cambodge, je ne peux, il est vrai, que parler de ma propre expérience.
                    La réalité s’éloigne parfois énormément de certains clichés et le contexte à aussi son importance.
                    Lorsque l’objectivité succède à l’émotion il est difficile de changer d’avis.
                    C’est mon cas.
                    Maintenant monsieur Desbois, je vous remercie de la remarque, elle a le mérite d’être constructive.
                    Passez une bonne soirée.
                    Bruno Rey


                  • Romain Desbois 6 août 2012 17:03

                    Bonjour Bruno

                    Merci je comprends mieux la « filiation » entremêlée.

                    Pour le mot crédible je vous prie de m’excuser, je pensais avoir écrit incroyable.

                    J’ai lu « Blessures d’humanitaires » D’Annie Faure, j’avais envie de hurler de colère tellement je me sentais trahi.

                    Mais je ne vais pas plus loin car je sais par exemple combien le dilemme reste entier , aussi bien pour les ONG qui peuvent devoir se taire pour pouvoir aider, se rendant complices de fait.


                  • simir simir 7 août 2012 08:38

                    Bonjour Traroth

                    Le rocla il ne se souviens même pas que du temps de l’administration des PTT le courrier était en distribution J+1 Maintenant avec la Poste privatisée ce serait plutôt J+ 3 ou 4 Dans les grandes villes il y avait 2 distributions par jour et au niveau du téléphone on est passé en 15 ans du 22 à Asnière au téléphone le plus moderne du monde (en 1990 100% des commutateurs et des transmissions étaient numérisés) L’abonnement n’était pas cher et la communication locale c’était une taxe pour 17 heures de communication.
                    Et tout cela pour pas un sous du contribuable car les PTT avaient un budget annexe.
                    jamais le privé n’aurait pu faire cela. on le voit bien avec les autoroutes aujourd’hui et les augmentations de tarif. Les PTT gagnaient de l’argent avec lequel on renflouait Thomson Bull et d’autres et que les syndicats nommaient prélévements indus. Après la privatisation Orange a rapidement creusé un déficit assez énorme de 75 milliards d’€
                    C’est sans doute un jaloux. Peut être même qu’il a échoué à un concours dans sa jeunesse d’où son ressentiment maladif.

                  • cevennevive cevennevive 6 août 2012 11:33

                    Bonjour,

                    Colère justifiée et légitime ! Nous avons tous une histoire presque semblable à raconter...

                    Vous l’avez fait pour nous, (et si bien fait !).

                    La « bonne conscience » est, semble-t-il, la chose au monde la mieux partagée. Mais aide-t-elle vraiment notre semblable ? Non, elle n’est que le reflet de notre égo...

                    Merci et cordialement.


                    • Croa Croa 6 août 2012 11:36

                       La charité, une imposture ? Assurément, mais ce monde n’est qu’impostures, même la merde dans laquelle on peut tomber...

                      Non ça ne porte pas bonheur ! smiley

                      ( Je résume smiley Merci l’auteur ! )


                      • Bilou32 Bibi32 6 août 2012 11:39

                        Et oui, il y a des pourris partout, mais n’oublions pas qu’il y a aussi des gens biens et sincères partout... Il faut éviter de généraliser, et éventuellement proposer une alternative. Laquelle ????
                        En attendant, excellent coup de gueule !!!


                        • Traroth Traroth 6 août 2012 15:27

                          D’une manière générale, les pays comme le Cambodge crèvent A CAUSE des ingérences étrangères, en particulier occidentales. Si on supprimait toutes formes d’ingérence, y compris humanitaire, tout irait beaucoup mieux pour eux.
                          En soi, l’aide humanitaire est juste inutile, un emplâtre sur une jambe de bois, ça n’a jamais sauvé une population. Mais si on prend en compte cette dimension de prétexte à d’autres formes d’ingérence, ça devient franchement néfaste !


                        • Ronald Thatcher rienafoutiste 6 août 2012 16:29

                          s’il n’y avait pas eu d’ingérences étrangères au Cambodge après la guerre civil khmer, le pays serait sans infrastructures (ponts, routes, égouts, circuits d’alimentation électrique...) et les temples d’Angkor serait engloutis par la jungle (un peu comme Ta Prohm, un ébouli qui ne tient que grâce aux racines des fromagers géants).

                          Mais peut-être que vous vouliez désigner par « ingérences étrangères » le fait que des étrangers s’immiscent dans les affaires politiques du pays ?


                        • Bilou32 Bibi32 6 août 2012 17:22

                          C’est vrai que les ONG ne devraient intervenir que ponctuellement et temporairment en cas de catastrophe naturelle ou de conflit par exemple. Ce serait beaucoup plus clair. Un présence permanente entraîne forcément des compromissions et des dérives.


                        • Traroth Traroth 6 août 2012 18:47

                          @rienafoutiste : si vous ne voyez pas quoi la « guerre civile » cambodgienne était clairement une ingérence étrangère, à la fois du Viet-Nam et des Etats-Unis, je ne peux rien faire pour vous !


                        • foufouille foufouille 6 août 2012 11:45

                          le probleme est surtout l’esprit de caste du charity business
                          comme les ploutocrates, on soutient le pourri
                          et on aimes sarko


                          • bernard29 bernard29 6 août 2012 11:48

                            Bravo pour votre sain énervement et bravo pour la façon de le dire.

                            A chaque fois je pense à l’auto président de l’ONG« planéte Finance » , jacques Attali, qui se permet de faire la promotion du micro crédit dans les pays en développement, en ponctionnant toutes les institutions possibles et inimaginables pour financer plus son propre fonctionnement que certainement les malheureux micro crédits. Ce personnage qui abreuve nos médias de ces fulgurances économiques a été foutu dehors en 1993, de la banque BERD « Banque européenne pour la reconstruction et le développement » pour dépenses somptuaires. 


                            • kane85 kane85 6 août 2012 13:08

                              Bravo ! Très bien dit !

                              Moi aussi, ils m’ont énervée !!!!

                              Petite anecdote perso : lors d’une grande catastrophe humaine quelque part en Afrique noire, quelqu’un tape à ma porte pour me demander de l’argent.

                              Ayant longtemps vécu dans certains pays, je savais où allait une grand partie de l’argent de ce genre de dons.

                              Je dis donc (et c’était sincère) : Dites moi où et quand, je prends mon billet d’avion et vous donne 3 mois de ma vie...

                              Air ahuri du demandeur et réponse : vous savez, nous n’avons pas besoin de gens qui ne connaissent rien du terrain ! On ne devient pas bénévole d’une ONG comme ça, du jour au lendemain ! On a assez de gens sur le terrain. Ce dont on a besoin c’est essentiellement d’argent !

                              Je venais de lui dire que j’avais passé 35 ans en Afrique noire, dont une bonne partie en brousse... C’est vrais, je connaissais rien au terrain smiley ...

                              Il n’a rien reçu !


                              • amipb amipb 6 août 2012 14:01

                                Témoignage intéressant, il est vrai que certaines ONG ont tendance au luxe et aux attitudes hautaines, surtout chez les jeunes.

                                Je ne connais pas Friends International, mais je trouve tout de même dommage que vous mettiez toutes les ONG dans le même sac : pour une pourrie il y en a souvent des centaines qui ne dilapident pas l’argent par les fenêtres, font travailler les gens du pays et apportent une aide constructive (hôpitaux, écoles, éducation et règes sanitaires).

                                Dans tous les métiers il y a des abus, mais cela ne fait pas de chaque métier un mensonge ou une manipulation.

                                Finalement, j’ai l’impression, comme j’ai pu l’avoir sur d’autres articles équivalents, qu’accuser les ONG est devenu une mode qui permet à chacun de ne rien donner en se donnant bonne conscience. Mais personne n’oblige quiconque à donner et les ONG publient toutes leurs comptes (c’est une obligation légale, au moins en France), il est donc facile de se faire une idée sur l’emploi de l’argent des dons.

                                Et noubliez pas, de nombreux bénévoles de ces associations trouvent la mort chaque année, le plus grand massacre ayant eu lieu au Sri Lanka : 17 membres d’ACF assassinés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès