Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Inflation de génération : drôle d’héritage que nous laissons

Inflation de génération : drôle d’héritage que nous laissons

L’actualité est souvent brulante et sa flamme est si intense que l’on ne regarde pas les cendres ou la fumée qui s’en échappe.

Quand l’actualité explose, comme c’est le cas à notre époque, grâce aux multiples sources d’informations qui nous bombardent tant et plus, on ne prend pas le temps de s’attarder sur des sujets qui sont repris uniquement quand on n’a rien à dire aux 20 H.

Alors prenons quelques lignes et à peine plus de quelques minutes de lecture pour s’attarder sur la situation de notre jeunesse.

On en entend parler  comme de la génération gâchée, perdue, précaire, oubliée, sacrifiée, mais au-delà des mots il y a beaucoup plus. Pour la génération « mai 68 », tout était possible, la France était comme un matériau brut dont il fallait se saisir pour en faire un idéal. Une utopie. Il s’agissait du temps de l’espoir, car peu importe ce que l’on voulait, c’était « possible ».

Aujourd’hui, la plupart des moins de 30 ans désespèrent. Le 21ème siècle nous a fait voir les crises : financière, du logement, sociale, pétrolière, économique, environnementale, sanitaire, de la famille : peut-on vraiment parler de La Crise comme d’une entité unique ? Nous sommes un des pays les plus déprimés au monde, en partie dû à l’état de notre jeunesse ; n’y a-t-il comme seule coupable que La Crise ?

 

Parcours différent - regard croisé

Le parcours « classique », il y a encore 60 ans consistait à faire des études, mais pas trop, à quoi bon ? Ensuite, on trouvait un premier emploi, qui nous conduisait au second, jusqu’à une entreprise où il semblait agréable de faire carrière. Entre temps, que l’on soit ouvrier ou cadre, on se mariait, fondait une famille, on achetait son logement, une ou plusieurs voitures et on pouvait partir en vacances sans que le budget le plus important que l’on pouvait s’accorder soit l’essence… un seul membre du couple pouvait travailler pour que la famille ait accès à ces items.

Le parcours lambda qu’a eu un trentenaire aujourd’hui, est plus complexe. Il a fait des études, longues en général, tout en ne pouvant prétendre qu’à un sous-emploi, au mieux, en sortant. Il a fait ses études en travaillant éventuellement à coté, car ni les bourses ni ses parents ne pouvaient l’aider, et un crédit serait trop incertain à rembourser. Ensuite il a enchainé les stages, avec des conditions de travail souvent proche de l’esclavage. Puis frappe une première fois le spectre du chômage. Après quelque temps, il trouve un emploi, précaire évidement (CAE, Intérim, CDD de Mission, CDD d’usage, CUI, Emploi jeune, service civile volontaire, service civique volontaire, …). Puis de nouveau le chômage, cet emploi n’ayant rien apporté dans la durée malgré toutes les promesses faites à la signature du contrat.

Après de nombreux essais / erreurs, il parviendra enfin à un premier emploi stable (en moyenne obtenu à 28 ans). Cet emploi sera stable certes, mais sans perspective, sans opportunité future (a priori) et avec l’épée de Damoclès permanente du licenciement où il faudra de nouveau être mobile, disponible, diplômé, sans exigence pour avoir une chance de trouver quelque chose.

Le plus dur est cette conscience que l’avenir à de forte chance d’être pire :

- Cotiser pour une retraite pendant 42 ans (en ayant commencé à travailler à 22 ans) sans pour autant croire que l’on y aura réellement droit.

- Ne pas pouvoir acheter son logement car c’est bien trop cher, et il faut être mobile pour retrouver un travail

- 1 chance sur 3 de divorcer. Encore plus si l’on travaille dans le social ou si on habite la région parisienne.

- 

 

Un déficit d’image ?

Ce jeune que l’on dit feignant et sans bonne volonté, aura perdu espoir après espoir avant même d’intégrer la vie active. « Je pensais que mes stages me permettraient de faire valoir mon expérience », « on m’avait dit qu’avec ce diplôme c’est l’emploi direct en sortant ! C’est pour ça que j’ai pris un crédit », « à l’école on n’apprend rien, voilà ce que m’a dit mon manager quand j’ai fait valoir mon diplôme pour monter en grade », voilà quelques exemples de ce que l’on peut entendre, si on prend le temps d’écouter les jeunes d’aujourd’hui.

 

Quelques repères

En regardant les informations, on entend les chroniqueurs et journalistes nous débiter sans cesse les mêmes rengaines et les mêmes statistiques. Untel est plus apprécié qu’un autre en politique ou à plus de chance d’être élu. cela doit être extrêmement utile et important de savoir cela pour se sentir informé et capable de prendre la parole dans les diners mondains.

Nous entendons tant et plus ces refrains, qu’au final on en oublie de se renseigner, de s’informer par soit même ! Et de rechercher, qui sait, parfois une information de fond qui est parfaitement ignoré, au grand plaisir de nos politiques.

Voilà quelques exemples de perles, accessibles à qui a : un ordinateur, internet et un doigt pour taper sur un clavier :

· En 1991, 10% des 20/24 ans travaillaient en même temps que leurs études. En 2010, 25%. Les bourses sont donc très utiles et gages d’égalité des chances comme nous le répète le ministre de l’éducation nationale ! (sources : Insee, enquêtes Emploi) 

· En 1974, moins de 5% des moins de 26 ans étaient dans un emploi précaire, en 2009, ils sont plus de 25%. Quel beau démarrage dans la vie pour les jeunes. (Source : Insee, enquêtes Emploi).

· Le salaire moyen d’un jeune sorti depuis 1 à 4 ans de formation initiale est de 1339 euros (brut bien sur). Après être sorti depuis 11 ans de formation, il pourra espérer toucher 1500 euros (brut toujours) soit 12% d’augmentation… voilà qui offre de belles perspectives d’avenir, n’est ce pas ? (Sources : Insee, enquêtes Emploi).

· 59% des jeunes sortis du système scolaire auront comme premier emploi un emploi précaire (CDD, Intérim, Contrat aidé). C’est sans doute fait exprès pour leur donner envie de s’investir dans une entreprise, d’y croire. (Sources enquête Cereq, jeunes sortis en 2001)

· 1/5 des jeunes sans qualification ont, au minimum, un an de chômage en continu dans l’année qui suit leur sortie de formation initiale et quand même 6% des jeunes avec un diplôme supérieur au bac +2. (Source : Insee, enquêtes Emploi).

· Les moins de 25 ans dépensent 32.1% de leur budget brut pour leur logement contre seulement 5.3% de leur budget brut pour les 60 ans et plus. C’est vrai que ça justifie que le ballet électoral se fasse en direction des plus de 60 ans. Source Insee enquête Logement (données de 2006)

· Le poids du logement dans le budget des locataires a augmenté de 30% entre 1984 et 2005, sans pour autant que les salaires augmentent d’autant (Insee : enquêtes Budget des familles, 1985, 1989, 1995, 2001, 2006)

Et ce ne sont que quelques exemples, essentiellement centrés sur l’emploi car, comme le disait notre président, l’emploi est sa priorité ! Je n’ose m’interroger de ce qu’il advient d’un « dossier » quand il n’est pas sa priorité…

 

S’indigner ?!

Stéphane Hessel s’indigne. Les jeunes aussi. Ils sont même consternés, atterrés, stupéfiés par le monde que leurs parents et leurs grands parents leurs laissent. Au rythme où cela avance quel monde ils laisseront, eux, à leurs enfants ?

Posez vous la question, auriez vous aimé : naitre, grandir, être éduqué, chercher un travail, puis vieillir dans le monde tel qu’il est aujourd’hui ? Ou bien pensez vous que les conditions d’existence étaient plus agréables il y a une cinquantaine d’année ? Si « c’était mieux avant », alors la question à se poser est : qu’est ce que nous pourrions faire pour que ça change ?

Il serait grave d’assister à une sorte de guerre froide des générations où chacun voudrait tirer la couverture pour lui, au détriment de l’autre. Cet autre qui la plupart du temps n’est qu’un anonyme. C’est plus facile.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 22 février 2011 08:30

    c’est nous qui decidont de notre avenir, mais il nous faut seulement le courage de le vouloir, mais sommes nous pret a tenter autre chose ou preferons nous silplement ralentir la chute inevitable ous le prtexte que le changement fait peur...

    http://2ccr.unblog.fr/files/2011/01/commevousvoulez.pdf


    • ARMINIUS ARMINIUS 22 février 2011 09:10

      Assez bon état des lieux mais quelques remarques : le coup de la jeunesse désorientée est récurrent et seule la sauce change : il y a cinquante ans ( en 1961) elle avait la trouille d’aller crever en Algérie pour une cause douteuse. Dix ans plutôt, à peine sortie de la guerre, elle essayait d’abord de trouver à bouffer et à se loger. Mai 1968, elle a voulu secouer le cocotier d’une société figée et responsable d’un passé douteux... Aujourd’hui elle est piégée par des banquiers véreux qui leurs ont fourgé des prêts étudiants irréalisables vu les salaires de misère proposés par des entreprises tout aussi véreuses : la seule planche de salut bosser à l’étranger. Piégée aussi par la course au diplôme alors que nombre d’emplois sont dans le « manuel », en France toujours et encore mal considéré...Piégée enfin à cause d’un immobilier aux prix sur-gonflés qui les empêche d’accéder à la propriété, garant d’une retraite supportable...
      La solution est partiellement au moins dans la résolution de ces problèmes, défi difficile à relever, mais non impossible, pour le prochain président...pour peu qu’il fasse enfin son boulot.


      • voxagora voxagora 22 février 2011 10:21

        Arrêtez un peu de désespérer les jeunes !


        • Cocasse cocasse 22 février 2011 10:54

          Comment ne pas déprimer lorsque l’on constate que les dés sont pipés, que l’on se retrouve dans un système économique n’offrant que pour seul horizon celui du profit de quelques uns ?
          Aucun destin commun, pas de but à long terme pour notre communauté, l’image même de la France effacée.
          Là où l’on pouvait rêver, parler d’odyssée humaine, d’un élan commun vers le progrès, le bien être, la connaissance, le temps libre, la découverte.
          A la place, on sait qu’on sera broyé par un système cadenassé sans perspective, et réduit à l’esclavage libéral.


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 22 février 2011 12:58

            Il n’y a pas de génération coupable.

            Ce n’est pas la génération de mai 68 qui a dépouillé les jeunes, c’est les banksters.


            • fredleborgne fredleborgne 22 février 2011 13:39

              Il y a une génération coupable d’avoir laisser faire les banksters et aujourd’hui de ne pas descendre dans la rue au côté des jeunes.
              Il y a un tout un peuple coupable de lâcheté et de bêtise, prêt à vopter FN ou DSK contre Sarkozy.
              Mais c’est vrai, je n’ai pas envie moi même de m’immoler pour attirer l’attention.
              Mais c’est quand qu’on y va ?


              • thomthom 24 février 2011 19:36

                excellent résumé ! on n’est pas rendus !


                • vociferaptor1 29 mars 2011 09:40

                  Toutes les générations trinquent à cause des banskers spéculateurs et de certains politiciens complices.

                  Les jeunes entre dans la vie active vers l’âge de 22 à 25 ans. Pour qu’ils puissent prétendre à un emploi , il leur faut financer un permis, une voiture avec l’assurance en plus de leurs études. Leur bourse et leur petit boulot ne suffit pas surtout s’ils doivent payer une chambre d’étudiant. Les parents n’ont pas les moyens de les aider. On ne s’étonnera pas de voir des étudiants aux resto du cœur.

                   Certains d’entre eux se sentent comme des « tanguys de plus de trente ans » malgré de multiples efforts pour faire sa vie en restant encore chez leur parents. Ces derniers font ce qu’ils peuvent pour les aider et ressentent un pincement au cœur en voyant leur enfants trimer et déprimer.

                  Malheureusement, certains jeunes finissent à la rue à leur majorité.

                  Galérer juste pour pouvoir avoir un Cui.
                  Mais pour postuler à un Cui( qui pullules sur les sites d’emploi ), il est nécessaire d’avoir un an de chômage pour avoir la « chance » d’en faire un autre sans recevoir un quelconque bénéfice.
                  C’est un Contrat Unique d’Insertion dans la file d’attente de Pôle Emploi.

                  Galérer pour un logement insalubre à 600€ avec des cafards en guise d’animaux de compagnie.
                  ...

                  En bref galérer pour une vie de merde qu’ on ne mérite pas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carreau G


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès