Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Intempéries, faits divers et information

Intempéries, faits divers et information

Bien sûr, les morts et les énormes dégâts causés par les intempéries dans le Sud-Est sont choquants. Et il n’est pas illogique que les médias aient largement traité le sujet. Mais n’en ont-ils pas fait un peu trop et cela ne montre-t-il la part trop importante des faits divers dans l’actualité ?

 
Déluge de non information
 
Avec quelques jours de recul, on peut se demander quel était l’intérêt de consacrer jusqu’au trois-quart des journaux télévisés du dimanche soir et encore une part très importante de ceux d’hier et d’avant-hier aux conséquences des intempéries. Bien sûr, un tel événement est traumatisant et marquant. Ces informations pourraient également permettre une prise de conscience des problèmes d’aménagement du territoire ainsi que sensibiliser les pouvoirs publics à agir. Mais tous les reportages étaient-ils vraiment utiles ? N’y avait-il pas aussi une forme de voyeurisme inutile dans cet étalage de destructions et de drames humains ? Bien sûr, certaines personnes n’étaient pas mécontentes de passer à la télévision, et ainsi rassurer proches et famille, mais qu’apportait véritablement ce déluge d’information ?
 
Ce que cela dit de notre société
 
Ce qui est également frappant dans cette obsession de la réaction et du direct, c’est ce déluge d’infos peu contextualisées, un peu brutes, comme si on plaçait des caméras dans les lieux qui font l’actualité, les transformant en vaste téléréalité. La démultiplication des médias, l’instantanéité toujours plus forte de l’information pousse à une surenchète effarante dès qu’un événement marquant se produit. Les télévisions, les radios, les sites deviennent des torrents d’information souvent uniforme et sans la moindre perspective, puisqu’il faut toujours réagir plus vite que le voisin. Et ce déluge de réactions ne laisse naturellement peu ou pas de place pour l’analyse au long court et le débat dans la durée, qui finissent souvent dans des vignettes trop courtes pour permettre une véritable réflexion.
 

Bien sûr, la révolution technologique des dernières décennies a sans doute contribué à cette déformation de nos canaux d’information. La réactivité actuelle est sans doute fascinante et grisante. Mais ne donne-t-elle pas une vision à courte vue de notre monde, ne contribut-elle pas à la myopie de nos sociétés  ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Allexandre 7 octobre 2015 12:04

    Depuis quatre décennies, les faits divers n’ont cessé de prendre la place de la vraie information. Aujourd’hui, après dix minutes de pseudo-information, nous avons trente minutes de tout et n’importe quoi !!! Et nos présentateurs font cela avec un sérieux papal. Si vous voulez être désinformer en bonne et due forme, regardez les JT des grandes chaînes de télévision !!! Vous en aurez pour votre redevance !


    • Fergus Fergus 7 octobre 2015 13:43

      Bonjour, Allexandre

      Plus un JT est centré sur les faits divers, sur le sport et sur les ragots people, plus il est regardé. C’est un fait. Dès lors, c’est comme pour l’œuf et la poule : entre ces JT décérébrés et ceux qui les regardent, qui est responsable de cette dérive, ceux qui offrent les images ou ceux qui en sont friands ?

      Et la redevance n’y est pour rien, le pire dans ce domaine étant TF1 et les chaînes privées d’info en continu. Il est vrai que France 2 fait tout pour rattraper son retard !


    • Fergus Fergus 7 octobre 2015 13:46

      Petit copié-collé d’un commentaire posté sur l’article d’Albert Ricchie :

      « A propos du drame qu’ont vécu les populations du sud-est, il est malheureusement d’actualité de rappeler la parole de Sarkozy qui, en 2009, affirmait de manière péremptoire : « Il faut rendre constructible les terrains inondables ! » (cf. article de 2010) Les familles des victimes de Xynthia ou des orages dévastateurs de Biot, Cannes et Mandelieu apprécieront l’irresponsabilité de l’ex-président ! »


      • zygzornifle zygzornifle 7 octobre 2015 17:20

        Ce sont les quartier bourgeois du centre villes qui sont inondés la ou le m² est le plus cher car proche de la mer, les cités de non droit toujours excentrés et en hauteur sont elles bien a l’abri .....


        • Le421 Le421 7 octobre 2015 18:14

          @zygzornifle
          Méchant persifleur, je me mettrais à hurler avec les loups comme vous...
          Il est un fait que les personnes que nous avons vues étaient, pour la plupart, bien blondes, bien maquillées, avec visiblement la hantise de la personne nantie qui va devoir partir à zéro...
          Peut-être pas, le compte en banque n’a pas pris l’eau et les assurances sont toujours plus promptes à réagir avec les friqués qu’avec les pègreleux...

          Ben oui !!

          Quand on fait tout pour que les gens deviennent méchants, ils finissent par l’être.
          Pire, avec le principe « mutualiste » des assurances, ce sont les pauvres cons qui prennent garde à là où ils font construire et que l’on emmerde pour la couleur des tuiles qui vont voir leurs cotisations augmenter.

          D’ailleurs, à ce sujet, il est assez étrange que la même assurance que vous et moi couvre une maison construite en zone inondable.
          Il est aussi étrange que les promoteurs qui bétonnent et goudronnent en amont ne soient pas mis en cause.
          Quoi ?? Ce sont les copains des maires, ils « cotisent » aux « bonnes oeuvres » des mairies ??
          Allons, allons !!

          Dernière connerie pour finir...
          J’espère que Cazeneuve ne va pas imputer les morts noyés dans les garages aux accidents de la route, vu que c’est la voiture qui est responsable en définitive !!
          Oui, je sais, c’est petit !! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès