Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Interview de Noam Chomsky

Interview de Noam Chomsky

chomskyIl a très récemment été élu « intellectuel le plus influent » au monde par un sondage fantaisiste, mais ça n’empêche pas qu’il mérite peut-être quand même ce ronflant titre.

Depuis 40 ans, Noam Chomsky décrypte le monde et milite. J’ai traduit pour le BAK sa toute dernière interview en ligne sur son site officiel (effectuée par Steven Durel pour Toward Freedom). Ce n’est pas une interview révolutionnaire quand on connaît Chomsky, mais les propos (4 questions déconnectées les unes des autres) valent quand même la peine d’être lus.

Laurent Bervas écrivait, il y a quelques jours sur ChampG, "Il n’y a plus besoin de lire Noam Chomsky pour comprendre que l’on nous manipule". Si cela est vrai, Chomsky n’en reste pas moins indispensable.

Steven Durel : Professeur Chomsky, depuis maintenant 40 ans, vous êtes une voix majeure de l’action politique et de la justice sociale. Après près d’un demi-siècle de participation à ce mouvement libertaire, comment les choses ont-elles changé ?

Noam Chomsky : Le changement n’est jamais linéaire. Dans certains domaines, il avance. Dans d’autres, il recule.

Pour prendre le côté positif, il y a eu une augmentation importante du niveau général de civilisation de la société, et nous le voyons de plusieurs manières. Il y a eu une énorme progression du souci pour les droits de l’homme, qui a de nombreuses composantes. Les droits des femmes, par exemple, sont bien mieux protégés qu’il y a 40 ans. Les droits des minorités aussi, bien qu’il y ait encore beaucoup de chemin à faire.

D’un autre côté, il y a une régression. Elle a été très rapide, depuis les années 70, et a été transversale.

Il ne s’agit pas de ce qu’on appelle « libéral » ou « conservateur  », quelle que soit la signification de ces mots, mais l’élite était très inquiète des effets de la démocratisation et de la civilisation des années 60. C’est pour cela qu’on se souvient, et qu’on enseigne, les années 60 comme la période de troubles ou de « naissance de l’erreur ». Les troubles, c’était que le pays devenait juste trop libre et trop démocratique. On a d’ailleurs parlé de « crise de la démocratie  », ce qui signifiait « trop de démocratie ».

Le nombre de lobbyistes à Washington a simplement explosé au début des années 70 pour s’assurer un contrôle de la législation, pour qu’elle corresponde aux besoins des affaires. Il y a eu prolifération de nouveaux groupes de réflexion de droite, comme l’American Enterprise Institute, qui ont tenté de prendre le contrôle des « pensées autorisées ». Il y a eu une campagne massive pour contrôler la radio et amener la télé à droite.

Même le système financier international a changé, pour permettre la liberté de mouvements des capitaux, qui n’était pas autorisée jusque-là. Et les économistes ont bien compris qu’un des résultats de cela fut la réduction des options démocratiques. Elle donne aux investisseurs la possibilité d’agir comme ce qu’on appelle parfois un «  parlement virtuel ». Ils peuvent juger de la politique d’un pays et s’ils ne l’aiment pas, peuvent détruire son économie.

Beaucoup de signaux montrent un mouvement vers un État répressif autoritaire, et il se trouve que cela est poussé à l’extrême sous l’administration Bush. Elle se dit conservatrice, mais c’est une insulte au conservatisme. Il s’agit d’étatistes réactionnaires de droite. Ils veulent un État très puissant pour contrôler les vies privées, le monde économique et la société internationale, et usent de la force si nécessaire. Il n’y a rien de conservateur dans cela.

SD : j’étais à Washington il y a quelques semaines pour un rassemblement de 100 000 personnes contre la guerre. La plupart demandaient un retrait immédiat des troupes étrangères en Irak. Inversement, la majorité des politiciens nous disent qu’il est impossible de partir et qu’agir ainsi laisserait l’Irak dans une forme de théocratie qui prendrait racine. Qu’en pensez-vous ?

NC : Quoi qu’on pense de Saddam Hussein, il s’agissait d’un pouvoir laïque. Maintenant, il est devenu probable qu’il y aura un pouvoir religieux. Et qui de plus devrait probablement être orienté vers l’Iran.

Il y a de proches connections entre le sud chiite et l’Iran. Une bonne partie du leadership chiite vient d’Iran. L’ayatollah Sistani, une grande majorité des leaders religieux et la principale milice du sud, les brigades Badr, sont armés et entraînés par l’Iran.

L’invasion américaine a eu pour effet de dévaster la société. A la fin d’octobre 2004, les estimations les plus fiables donnaient 100 000 morts. Cela doit être bien pire maintenant. Le niveau de malnutrition a doublé. La malnutrition infantile est désormais la même qu’au Burundi.

Que veut la population ? Il y a quelques jours, le principal parti chiite a demandé que les soldats britanniques du sud restent dans leurs casernes. La population sunnite, de toute évidence, veut le départ des troupes américaines. Le parlement dispose d’une commission nationale souveraine qui a appelé, je crois de façon unanime, à un calendrier de retrait strict.

SD : j’ai récemment lu un discours du Président vénézuélien Hugo Chavez. Il a d’ailleurs parlé de votre livre, Hégémonie ou Survie, et l’a présenté comme un grand moment de littérature anti-impérialiste. On sait donc que c’est un de vos fans, mais je me demandais si vous étiez fan de lui. Que pensez-vous de la révolution bolivarienne ?

NC : La question intéressante n’est pas de savoir ce que vous, ou moi, ou George Bush pensons de cela, mais ce qu’en pensent les Vénézuéliens. Et c’est très clair. Malgré l’hostilité des médias, des milieux d’affaires et des États-Unis, Chavez a remporté les élections puis le référendum avec une très large majorité.

Il y a des sondages en Amérique latine, effectués rigoureusement par des instituts sud-américains, et ils sont assez révélateurs. Ils montrent une baisse de la foi en la démocratie dans la quasi-totalité de l’Amérique latine, non pas parce que les gens n’aiment pas la démocratie, mais parce qu’ils n’aiment pas les politiques néo-libérales qui l’ont accompagnée et qui sont nocives. Il y a très peu d’exceptions à cela, le Venezuela en est une.

Les riches et les privilégiés détestent Chavez. D’un autre côté, la grande majorité de la population est très pauvre et a toujours été exclue de la formidable richesse du pays.

La révolution bolivarienne, quoi qu’on puisse en penser, est en train de faire quelque chose pour les pauvres, et ceux-ci réagissent. Donc l’énorme soutien en faveur de Chavez dans les taudis et la grande hostilité des « Suites Pélican » donnent une bonne idée de la situation.

SD : (...) depuis des années vous maintenez que notre système doctrinal, la propagande, était si écrasant qu’il était difficile de percevoir des opportunités de changement social. Comment expliquez-vous l’émergence du mouvement pour la justice sociale contre le néo-libéralisme ?

NC  : Je n’ai jamais dit que le changement social était empêché, ni que la pensée indépendante l’était. J’ai parlé de la nature du système de propagande. C’est une autre question que de parler de ses effets.

Dans le cas du système de propagande américain, la première question est relativement simple à traiter. On peut étudier les formes de la propagande. Étudier ses effets sur la population est bien plus difficile et assez subjectif.

En gros, je pense que la conclusion sera que dans les milieux les plus éduqués, la propagande est très efficace, ce qui est peu surprenant étant donné que ce public fait partie du système. Ces gens-là promeuvent la propagande.

Pour la population en général, c’est à mon avis assez mélangé. L’intention est de rendre les gens sceptiques, désillusionnés, n’aimant pas les institutions et croyant que rien ne fonctionne.

En termes d’attitudes et de croyances générales, nous disposons de données concernant les attitudes des Américains. Elles montrent assez nettement qu’à la fois les partis politiques et les médias sont bien plus à droite que la population en général, sur tous les sujets. De ce point de vue, la propagande n’a pas été efficace. Cependant, c’est dans ce genre d’environnement que naissent des mouvements comme celui pour la justice sociale.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Hava Sakin (---.---.223.236) 10 novembre 2005 12:49

    Noam Shomsky observe le monde du point de vue du mal ... Il aspire au rien , aux tas d’ossements que Pol Pot a empilé par millions , a l’ Evangile selon saint Faurisson , a la fin de la morale Juive car elle représente pour lui la pérennité de la vie quuand , lui meme aspire au triomphe du néant et du vide : Sodome détruisant Jérusalem .. Le gauchisme antisémite de Chomsky est le plus délirant des successeurs du Reich .


    • Martine Schwarts (---.---.198.170) 10 novembre 2005 15:19

      Merci Adam pour votre traduction. Chomsky s’est assagi avec le temps, mais reste un penseur phare pour beaucoup. Et tant pis pour les incultes qui n’ont lu que des articles vengeurs à son sujet, lui attribuant non seulement un négationisme infondé tout en pratiquant les amalgames avec une totale ignorance du sujet en question ! Il faudrait au moins lire ce grand auteur avant de lui faire un procès (et il est clair que l’auteur du commentaire N°1 m’a même pas pris cette peine). Le commentaire un peu histérique visé a déjà été publié « copié/collé » anonymement en commentaire d’un autre texte évoquant ce grand intellectuel si mes souvenirs sont bons... Pathétique.


      • Hava Sakin (---.---.65.93) 10 novembre 2005 19:52

        Mme Schwarts

        Point n’ est besoin d’ etre un grand lacanien pour considerer l’ influence de votre nom sur votre weltanschaung . Mr Chomsky , comme vous meme , est fasciné par le cote obscur de la force . Un minimum d’ esprit d’ analyse suffit largement pour s’ en convaincre . Dis moi quel genre de diable tu defends je te dirai quel genre d’ avocat tu es .


        • (---.---.147.129) 18 janvier 2006 06:23

          Merci pour la traduction ! Un plaisir, la clareté et la lucidité en des temps obscurs..


          • Contre-feux (---.---.201.22) 20 janvier 2006 21:33

            Bonjour

            Impossible en france de parler de Chomsky sans qu’une andouille ramène tout à Faurisson...et ca date..

            J.Bricmont dans sa préface du livre de N.Chomsky « De la Guerre comme politique étrangère » remet certaines choses, là où elles doivent être.

            Merci pour la traduction de l’interview.

            Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès