Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > « J’ai porté plainte contre l’URSSAF » : Pourquoi je quitte la (...)

« J’ai porté plainte contre l’URSSAF » : Pourquoi je quitte la Sécu

Alors que le système de Sécurité Sociale français s’enfonce jour après jour dans l’indifférence quasi-générale, alors que les français eux-mêmes, à force de matraquage unanime et malhonnête, sont convaincus que leur système est le meilleur du monde, et convaincus également qu’il est « solidaire », j’ai décidé pour ma part d’arrêter de regarder le bateau sur lequel je me trouve couler. Le bateau ne peut être réparé. Je saute dans la chaloupe.

 L’aura incroyable qui émane de cet (en réalité « ces ») organisme(s) ne suffit plus à masquer son incommensurable inefficacité, ses indénombrables abus, son illisible fonctionnement, ses mesures purement commerciales et idéologiques, et de plus en plus sa poigne à la dérive totalitaire. Qui se renseigne (un tout petit peu) sait combien la Sécurité Sociale rembourse mal, est intraitable avec le cotisant, laxiste avec les bénéficiaires, et sert aussi de formidables tremplins à une industrie du « soin ». Qui se renseigne encore un peu comprend et voit comment ça se passe ailleurs qu’en France, et que la Sécurité Sociale fait figure de triste exception.
 
Certains espèrent toujours que la Sécurité Sociale se réforme. Pour ma part, j’ai fait mon deuil : cela n’arrivera jamais. Ce qui est sûr, c’est que ceux qui seront prompts à critiquer ma démarche n’ont aucune autre solution à proposer pour que ladite réforme ait lieu. Si un jour, ce miracle se produit, ce sera grâce à des personnes qui auront fait la même démarche que moi. Sinon, elle s’effondrera sur elle-même, emportant avec elle beaucoup de monde, dont ceux-là même qui m’auront critiqué. A ceux qui prédisent la catastrophe, je réponds qu’avoir le choix entre un drame et un demi-drame, je crois pouvoir dire que le second est préférable. Enfin, on ne me reprochera pas de chercher à agir à mon niveau.
 
Je ne suis pas de ceux qui ont le plus besoin (financièrement) aujourd’hui de quitter la sécurité sociale. Salarié dans le privé, je suis bien sûr de ceux qui paient beaucoup et qui n’auront pas de retraites. Mais n’étant ni parisien, ni au SMIC, je m’en sors plutôt bien « dans la vie ». J’ai des enfants, une maison, et tout cela a un coût, mais comment me plaindre quand beaucoup de gens vivent des situations vraiment précaires. Je ne suis pas non plus privilégié, et cela me convient. Je travaille pour gagner ma vie, et je ne pense pas profiter du système tel qu’il existe.
 
Cependant, quand je fais mes calculs, il est évident que le fait de quitter la sécurité sociale apporte un gain considérable. En retirant mes cotisations à l’URSSAF pour les utiliser intelligemment (c’est-à-dire m’assurer par moi-même auprès d’un organisme qui rembourse correctement, et qui cible ses remboursements à ce qu’on appelle vraiment la santé), j’arriverais presque à doubler mon salaire mensuel, et je ne paierais plus de CSG ni de CRDS (en attendant d’y ajouter les futures taxes qui seront créées pour continuer de combler un trou qui ne se comble jamais). Sur ce pactole que l’URSSAF dévore mensuellement (pour en faire quoi ?), les sommes que je devrais verser pour prévoir ma retraite et assurer ma santé sont 2 à 3 fois moins élevées que celles qu’on me ponctionne. Je paierai alors plus d’impôts (car je serais mieux payé), ce qui au passage me rend plus solidaire (car la CMU, AME, le minimum retraite, etc. qui sont des mesures certes aussi mal maîtrisées, mais qu’on pense financer par nos cotisations sociales, sont en réalité financées par nos impôts...) Sans compter que j’ôte à mes enfants une part de la dette que nos chers dirigeants espèrent leur refiler quand eux toucheront une grassouillette retraite de 5, 10 ou 20 ans de mandats.
 
J’ai donc demandé, conformément au droit européen (pour les puristes, tout le détail est donné ici), à l’URSSAF de stopper ses prélèvements. Alors que l’URSSAF est une entreprise comme une autre (commerciale, et soumise au code de la mutualité), elle se doit de me faire lire et signer un contrat pour me prélever (à la source ou non d’ailleurs). Je n’ai signé ni contrat, ni autorisation de prélèvement ni quoi que ce soit envers l’URSSAF. Cela signifie qu’aujourd’hui, même si vous souhaitez rester à la sécurité sociale (ce qui est le droit le plus strict de chacun), vous devriez demander à l’URSSAF, afin que ceux-ci se conforment à la loi, de vous procurer votre contrat d’adhésion. Inutile de vous dire qu’il faudrait le créer… Alors si vous souhaitez avancer vers la réforme de la Sécurité Sociale, faites simplement cette démarche. Car il est étonnant qu’une structure dont l’administratif soit si imposant n’ait réussi à produire un quelconque contrat à l’intention de ses affiliés. Dans le monde des assurances classiques, on appelle cela une arnaque.
 
Procédant donc à ma demande de désaffiliation, l’URSSAF m’a gentiment expliqué qu’il m’était impossible de les quitter. Il eut été étonnant qu’ils me signifient l’inverse. Mais aujourd’hui, ce qui change, c’est qu’un certain nombre de personnes, comme moi, ont décidé de faire appliquer la loi, et de ne plus se laisser faire. Sans contrat, sans autorisation de prélèvements, et en refusant de me désaffilier, l’URSSAF tombe sous le coup du Code Pénal, à l’article 312-1. C’est-à-dire que 100% des cotisants à ce jour sont en mesure de porter plainte contre eux pour extorsion de fonds si l’URSSAF refuse de leur soumettre un contrat d’adhésion. Ce à quoi je me suis attelé au début de cette année 2014. Je ne suis bien entendu pas seul, et pas le seul. Pas seul, car il est important d’être accompagné par ceux qui ont initié ce mouvement (Le MLPS de Claude Reichman et l’association désormais fraichement créée nommée « Liberté Sociale ») ou par un avocat spécialisé. Pas le seul, car nous sommes aujourd’hui de plus en plus nombreux à franchir ce pas, et c’est une véritable communauté de citoyens qui se forme, décidée à faire bouger le pachyderme sur cette question.
 
A ce jour, sortir de la sécurité sociale ne m’a rien coûté financièrement. Si ce n’est que chaque mois, l’URSSAF continue à tort de me prélever. Si demain, la procédure doit aller plus loin, cela me coûtera des frais de justice et sans doute d’avocat. A ce stade, il vaut mieux pour les salariés du privé ne rien faire et attendre que d’autres (comme moi) le fasse pour vous. C’est ce que j’entreprends et je vous le signifie fortement : ma démarche n’a rien d’égoïste, bien au contraire ; elle me fait prendre des risques et probablement, au moins dans un premier temps, perdre de l’argent. Ces risques sont selon moi mesurés, vu les problèmes qui s’annoncent au coeur de la Sécurité Sociale. Cela concerne un avenir de plus en plus proche, dangereusement. Ce combat (car c’en est un) m’amène à croiser des chefs d’entreprise, la plupart de PME, qui ont un potentiel économique énorme et qui ne déploie plus leurs ailes, trop abasourdis par les méthodes de harcèlement et de contrôle des organismes de la Sécurité Sociale, et par une paperasse chronophage. Des embauches qui ne se feront pas, de la croissance bloquée au stade embryonnaire, des entreprises qui mettent simplement la clé sous la porte. Tout cela sur l’autel d’une solidarité qui ne marche même pas. Alors il faudra se demander : à qui profite le crime ? Et à qui profite ce système ?… Le simple fait de mettre un terme à ce monopole illusoire permettrait à la France de nouvelles perspectives économiques, sociales, et pas au profit du CAC 40 pour une fois. Ce serait votre porte-monnaie, et une explosion des emplois dans les PME (une fois la frilosité passée, ils en ont tellement vu…)
 
Chacun est libre, en conscience, de faire ce qu’il veut. La loi aujourd’hui m’autorise à quitter le Titanic. Je ne serai pas moins généreux, ni moins solidaire. J’aurai par contre permis, à mon niveau, une remise à plat indispensable d’un colosse au pied d’argile, dont le principal ennemi est lui-même. La Sécurité Sociale est morte, et cela, je n’y suis absolument pour rien. Ceux qui espèrent qu’elle change comptent sur le politique, ou le syndical, ceux-là même qui en profitent plutôt bien, ayant soigneusement concocté ce système à leur avantage. Je ne peux pas détailler tout ce qui est loufoque à la Sécurité Sociale. Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura toujours une idée belle, grande, altruiste et humaniste pour justifier l’injustifiable, et empêcher toute réforme de fond.
 
Je salue tous ceux qui ont le courage de se lancer dans ce même combat. La démarche est souvent la même :
 
  1. Au début, on n’y croit pas, car de toute façon, la sécurité sociale, c’est notre solidarité nationale. « Pas touche ! ».
  2. Puis en expliquant comment elle fonctionne vraiment (approximativement, car je crois qu’aucune personne en France ne connait son fonctionnement exact complètement), alors bien vite les clichés tombent. « Euh… »
  3. Puis quand on évoque le fait de quitter la sécurité sociale, alors là, les fantasmes arrivent. Eh oui, le matraquage fonctionne bien : tout le monde cite les Etats-Unis. Mais en Europe, l’assurance privée existe, et il n’y a pas les abus constatés aux Etats-Unis… « Ah ? Euh ? Ah bon ? »
  4. Alors quand enfin on évoque les démarches pour en sortir : trop compliqué, trop dangereux, impossible, etc. C’est là que j’en appelle à votre courage.
    « Je ne me sens pas d’y aller, mais surtout, tiens-moi au courant ».
    Voilà ce qu’on entend…
 
Car beaucoup ont des craintes. Aller devant la justice fait peur, et le mastodonte est impressionnant. Et pourtant, creuser peu mais bien révèle l’ampleur du phénomène en même temps que la faiblesse de l’arnaque. Et la nécessaire prise en mains par les citoyens de ce problème ; car la Sécurité Sociale n’est pas en France une solution, c’est avant tout un problème. Et eux s’appuient soit sur notre naïveté (je ne la blâme pas, tout est fait pour, et j’ai découvert la vérité il y a un an). Et quand la naïveté tombe, ils comptent alors sur notre crainte.
 
Je crois aujourd’hui qu’il n’y a plus grand-chose à craindre. Le RSI est en sursis, les mutuelles étudiantes également. Le déficit de la Sécurité Sociale se creuse, alors que ses prélèvements augmentent. Les organismes attaqués feront traîner les dossiers aussi longtemps que possible, mais désormais, la tendance est à ouvrir les yeux. Il suffit de voir les réactions des gens quand on en parle autour de soi. J’ai entamé la démarche pour vous. Mais une de mes grandes victoires seraient de voir le mouvement s’amplifier. Les indépendants (au RSI) sont déjà très nombreux. Les agriculteurs et les professions libérales en perçoivent bien l’enjeu. Les salariés, eux, sont encore trop peu nombreux. Et qui sait un jour, les fonctionnaires (certains le souhaitent déjà), aussi concernés, suivront le mouvement. En tant que salariés, ils en ont autant intérêt. En bref, ce n’est qu’un début.
 
Dans mon combat, je m’appuie sur des aides de poids :
 
  • Le MLPS qui certes ne communique que par courrier, mais qui m’a jusque là parfaitement accompagné.
  • Les « libérés de la sécu », groupe facebook répondant à beaucoup de questions qu’on peut se poser
  • Le forum QLSS (Quitter la Sécurité Sociale) 
  • Et désormais l’association Liberté Sociale, à laquelle vous pouvez adhérer, afin de les aider à nous défendre judiciairement, et à communiquer sur cette question importante du monopole de la Sécurité Sociale 
 
A ce jour, ma plainte est déposée au Tribunal de Grande Instance. J’ai fait l’objet d’une audition en gendarmerie afin de la confirmer de nouveau. J’espère qu’elle sera instruite. Sinon, je devrai aller plus loin et y laisser plus de plumes (en temps et en argent). Peu importe, j’ai pris le pas dans un mouvement qui de toute façon l’emportera à terme.
 
Dans combien de temps ? Je pense que ça dépendra aussi de vous.

Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (106 votes)




Réagissez à l'article

276 réactions à cet article    


  • rocla+ rocla+ 15 juillet 2014 10:52

    Bien vu cet article . 


    Il y a un dévoiement , un détournement .

    Et ce détournement profite à tous ceux qui ne cotisent pas . 



    • rocla+ rocla+ 15 juillet 2014 11:02

      Et  ce dévoiement profite aussi à tous ceux dont l’ inégalité 

       permet de prendre la retraite 15 à plusieurs années avant les autres . 

      • bourrico6 15 juillet 2014 11:35

        Ah, la voila la petite attaque sournoise contre les fonctionnaires.

        Une façon de faire bien vulgaire, type de raclure haddock, qu n’a jamais rien à dire sur le sujet, mais toujours à coté du sujet.

        Triste fin d’un bouffon raté.


      • rocla+ rocla+ 15 juillet 2014 11:37

        C ’est rigolo comme vous vous énervez envers un type 

        qui dit rien . 

        Vous vous faites du mal Monsieur Bourricoco .

      • bourrico6 15 juillet 2014 11:46

        Tu lis de l’énervement dans mes propos ?
        Ou c’est ce que tu imagines pour te donner de l’importance ?

        Sinon rien d’autre à dire sur le sujet, non bien sur, t’as jamais d’opinion toi, tu l’ouvres tout le temps, mais ne dis jamais rien au final, rien.

        C’est pourquoi, certains te suggère de la fermer au lieu de gober des mouches.


      • rocla+ rocla+ 15 juillet 2014 11:56

        C ’est vrai vous êtes calme et pondéré Monsieur Bouricoco . 


        J’ aime beaucoup votre maitrise de soi et votre sens diplomatique .

        Tac .

      • bourrico6 15 juillet 2014 12:12

        Très intéressants tes propos, sisi, à fond dans le sujet.

        Merci donc de confirmer mes dires, comme si souvent. smiley


      • boris boris 17 juillet 2014 22:23

        Il picole, c’est un soulot le Rocla , faut pas lui répondre.


      • rocla+ rocla+ 15 juillet 2014 11:03

        Et également à toutes les personnes qui ne cotisent pas pour leur 

        retraite et dont c’ est l’ Etat qui prend en charge ces cotisations .

        • foufouille foufouille 15 juillet 2014 11:29

          c’est pas la solidarité du privé ?
          non ?


        • claude-michel claude-michel 15 juillet 2014 11:06

          +++ Bravo pour cette décision..pleine de bon sens.. !


          • bourrico6 15 juillet 2014 11:35

            A part pour applaudir à des conneries ou à des trucs approximatifs, faudra me dire à quoi tu sers ici.


          • claude-michel claude-michel 15 juillet 2014 13:42

            Cher camarade...L’esclavage est la condition d’un individu privé de sa liberté, qui devient la propriété, exploitable et négociable comme un bien matériel...En espérant qu’un jour la lumière vous touche pour que vous puissiez briser vos chaînes... ?


          • foufouille foufouille 15 juillet 2014 11:06

            « Mais en Europe, l’assurance privée existe, et il n’y a pas les abus constatés aux Etats-Unis… « Ah ? Euh ? Ah bon ? » »

            mdr ! c’est pire qu’au USA
            il y a zéro contrôle et il te faudra un avocat spécialisé à l’année. plus dur à trouver : un expert indépendant.
            pour un expert d’assurance tu auras des tonnes de maladies à la naissance. si c’est pour un arrêt maladie : arbeit macht freï


            • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 11:10

              « MDR » comme vous dites..

              Une fois vos fantasmes exprimés, de quoi parlez-vous ?

              Mais après tout, continuez à faire peur. Ceux qui ont réellement quitté la sécu en témoignent. Le niveau de service écrase littéralement la Sécurité Sociale française.
              Si votre assurance santé européenne est nulle, changez-en !

            • foufouille foufouille 15 juillet 2014 11:25

              on verra quand tu coûteras plus cher que tes cotisations.
              il est payé combien le PDG de ton assurance ( sans compter les emplois fictifs des fils de ploutocrates) ?


            • Spartacus Spartacus 15 juillet 2014 11:34

              En fait les clichés implantés par les Marxistes collectivistes de l’éducation nationale ont la vie dure....Sur ceux qui ignorent comment fonctionne la santé aux USA.

              —Avec 12 entreprises dans les 20 premières au monde de l’industrie Pharmaceutique, les américains profitent des nouvelles molécules et nouveaux traitement 10 années avant les Français qui eux doivent attendre l’approbation sur le marché du (soviet-french-collectivist-bureau)de l’agence des médicaments...

              90% des Américains détiennent donc une assurance maladie, la plupart du temps celle de leur employeur. Quant à la majorité de ceux qui n’ont pas d’assurances privées, ils dépendent de Medicaid pour les médicaments et Medicaire pour la santé. Ces deux régimes couvrent tous les publics gratuitement et également Les handicapés.

              ---Pour la partie « retraite » c’est le même système merdique de répartition (OASHDI). Avec au moins l’avantage d’être étique, unique et universel la redistribution n’est pas accaparée par des régimes spéciaux privilégiés. 

            • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 11:35

              Votre capacité à échanger me sidère.

              Je vous en prie, je ne vous force pas à rester dans ce système magnifique, qui représente un tiers de la dette, coûte cher au français, ne marche pas et bloque des créations d’emplois.

              Et qui en plus est en train de mourir toute seule.

              Pardon de privilégier le bon sens.

            • foufouille foufouille 15 juillet 2014 11:38

              (OASHDI)

              pour une fois crassus a pas oublier le H


            • 1984 15 juillet 2014 15:27

              Spartacul tu passes quand à l’Olympia ? Non franchement ton one man show destiné à faire passer les libéraux pour les cons qu’ils sont est génial, tu frappes là où ça fait mal, aucun de ces attardés ne sont épargnés ! Du beau travail !


            • chantecler chantecler 15 juillet 2014 11:16

              Vous faites ce que les libertariens exigent depuis longtemps : chacun pour sa gueule .
              Je ne vois pas pourquoi salarié du privé vous affirmez que vous n’avez pas droit à une retraite .
              Peut être une pension pas assez élevée selon vous .

              Et Rocla avec sa petite attaque sournoise contre les fonctionnaires ...

              Lui c’est comme aller à la selle .

              Ben oui : ils sont payés par l’état , les flics, les enseignants , les contrôleurs , les infirmières , et donc leur retraite aussi : une découverte !
              Oui mais : concours de recrutement , casier vierge , et petits salaires toute leur vie pour une majorité ...Et pas forcément petit travail tranquille : nous ne sommes plus à l’époque de Feydeau .

              Chacun choisit !

              Bien l’auteur !
              Si vous avez une maladie grave un jour j’espère que vous nous direz comment votre assurance privée vous prendra en charge .

              Aux USA il y en a plus d’un qui ne peut se soigner .
              Ou alors se ruine : vend sa maison , reprend du travail etc , etc et la famille entière en subit les conséquences ....


              • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 11:22

                Bonjour petit avocat de la sacro-sainte sécu.

                Mais mon cher, moi j’aurais les moyens d’avoir une retraite, en plus de celle que l’état ne me donnera pas (car la sécurité sociale sera morte bien avant).

                J’ai demandé des devis auprès d’une assurance privée pour une personne ayant une transplantation cardiaque, que je connais :
                1. Elle serait bien prise ne charge par l’assurance privée sollicitée.
                2. Oui, sa cotisation sera plus élevée, mais cela n’atteint pas ce que la sécu lui prélève aujourd’hui.

                Quand à ceux qu n’ont pas les moyens, il y a ce qu’on appelle l’AME ou la CMU, qu sont financés par les impôts.
                Donc votre système magique ne paie rien et pompe beaucoup.

                Contrairement à ce que vous insinuez, le chacun sa gueule, c’est dans un monde où la santé est mal remboursée, et où les retraites ne sont plus assurées (en plus d’être parfaitement inégales).

                Mais bon, sans doute que les plus farouches défenseurs en sont les plus fervents bénéficiaires.

              • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 11:29

                Et pour info, je ne suis pas libertarien, ni libéral.


                Histoire de dégonfler les positions bêtement idéologique.
                On parle juste du pire système de santé que l’homme n’ait jamais inventé :

              • Spartacus Spartacus 15 juillet 2014 11:46

                On est ébahi de l’ignorance ubuesque et des clichés sur les USA.


                Medicaire a été inventé en 1965 ou seulement en 2001 a été créé la CMU. Les maladiers graves sont prise en charge. Quelques affaires à la marge montées en épingle en France, ne font pas une réalité aux USA. 

                La retraite aux USA est par répartition réelle

                Tout le monde cotise a la même caisse, les employés, les fonctionnaires, les indépendants. La même règle de droit s’applique à tous. Aucune distorsion ou favoritisme pour quelque raison que ce soit du système existe. Les régimes spéciaux sont inexistants, les caisses spécialisées ou par corporation n’existent pas. Envisager une dérogation, même partielle, pour un Américain relèverait de l’inégalité et de l’injustice. Loin de la pensée des fonctionnaires Français donneurs de leçons d’égalitarisme.


              • Politeia 15 juillet 2014 11:47

                Vous avez lu l’article que vous donnez jusqu’au bout ? Car il dénonce exactement l’inverse de ce que vous affirmez !


              • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 12:11

                Je vous avoue que je ne maîtrise pas le système américain. Il est souvent brandi en contre-argument.

                Dans les faits, on remarque surtout que le système français est parmi les pires existants, avec celui de la Pologne, sauf qu’il coûte bien plus cher.

                Mais merci pour ces éléments.

              • bourrico6 15 juillet 2014 12:14

                On parle juste du pire système de santé que l’homme n’ait jamais inventé :

                Le pire.... rien que ça .... et de toute l’Histoire hein !!
                Des propos aussi modérés et posée incitent à le réflexion, j’en conviens. smiley


              • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 12:16

                Je vous remercie !


                Vraiment, je recherchais un troll qui puisse ainsi mettre en évidence mon article.
                Vous avez parfaitement endossé le costume. N’hésitez pas lors de mes futures publications ! smiley

              • bourrico6 15 juillet 2014 12:25

                Ah, quand je dis que vous écrivez des bêtises, je deviens un troll ...

                Vous vous défendez comme vous pouvez hein, je vous en veux pas.


              • bourrico6 15 juillet 2014 12:26

                Mais sinon, c’est vraiment le pire système de toute l’Histoire de l’humanité ?

                Nan répondez quoi, c’est vous qui écrivez ça, alors traitez moi de troll si vous voulez, mais répondez si vous en êtes capable.


              • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 13:56

                Dans le monde contemporain, c’est en effet parmi les pires.


                Et arrêtez de prendre les gens pour des cons, ça facilitera ma capacité à vous croire de bonne volonté.

              • raymond 15 juillet 2014 11:18

                je n’ai pas besoin de l’avis us sur ce sujet qu’ils ne maitrisent pas (comme presque tout d’ailleurs).


                • Politeia 15 juillet 2014 11:28

                  Auriez vous osez écrire un tel article si vous étiez handicapé à 80% dans l’impossibilité de travailler ou simplement atteint d’une affection de longue durée tel que diabète, cancer, dépression...

                  Pour faire bref vous prônez l’individualisme à la place à la place de la solidarité. C’est dans l’air du temps.


                  • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 11:33

                    Pardon mais vous confondez assurance santé et impôts.

                    Mes impôts sont là pour aider ceux dans le besoin. Comme je l’explique, j’y suis tout à fait favorable et ils servent à ça.

                    La cotisation, c’est en vue de payer une assurance, qui chez nous rend un service lamentable et cher, mais qu’on continue de bénir au nom de ce que les impôts font (la solidarité pour les plus faibles et les plus démunis).

                    Donc libre à vos d’entretenir des fonctionnaires, des syndicats et des élus. Moi, la solidarité imposée et stupide, je ne suis pas pour. Ceux qui s’en gavent l’adore.

                  • bourrico6 15 juillet 2014 11:49

                    Pardon mais vous confondez assurance santé et impôts.

                    Pardon mais vous n’avez pas répondu à la remarque.

                    Mes impôts sont là pour aider ceux dans le besoin. Comme je l’explique, j’y suis tout à fait favorable et ils servent à ça.

                    Vous parlez de qui, des banquiers qui se sont appropriés la monnaie et à qui il faut à présent verser une rente appelée « intérêt » ?
                    Vous les trouvez dans le besoin ?

                    La cotisation, c’est en vue de payer une assurance, qui chez nous rend un service lamentable et cher, mais qu’on continue de bénir au nom de ce que les impôts font (la solidarité pour les plus faibles et les plus démunis).

                    « lamentable et cher » ... argument imparable tant les services rendus par le privé sont de qualité irréprochable et ça un prix défiant toute concurrence.

                    On sent bien chez vous l’objectivité.... et l’intelligence qui va avec  smiley


                  • LetUsComment LetUsComment 15 juillet 2014 12:05

                    Je vous l’accorde, la dette du pays est tellement faramineuse (100% du PIB) que mes impôts servent autant à la payer qu’à aider les pauvres. Je le déplore.

                    Si seulement on se débarrassait de la sécurité sociale, nos impôts serviraient déjà moins à rembourser cette dette, dont la sécu est un des principaux postes.

                    Pour l’assurance privée, j’ai fait mes devis comparatifs. Chacun peut le faire.
                    Le résultat est cinglant pour la Sécurité Sociale française. En l’état, il est évident que le fait qu’elle perde son monopole provoquera une fuite automatique des gens qui réfléchissent normalement vers des assurances privées. Qu’y puis-je : elle n’avait qu’a faire son job correctement.

                    Il n’y a que ceux qui profitent de la Sécu, ou ceux qui veulent la maintenir artificiellement par idéologie qui à terme pourront la défendre. Ils se reconnaîtront. Ou pas.

                    Elle mourra d’elle-même, et je suis contre que l’on m’impose de mourir avec elle.
                    Tous les hauts fonctionnaires le savent. Mais ils apprécient que des gens lambda la défendent sans avoir à remuer le petit doigt. Fidèle vassaux d’une solidarité illusoire. C’est très bien joué de leur part.

                  • bourrico6 15 juillet 2014 12:20

                    Pardon mais vous n’avez toujours pas répondu à la remarque.

                    Vu votre positionnement et la qualité de votre argumentaire, votre crédibilité est nulle en ce qui me concerne, alors inutile de tenter de me faire parler d’autre chose, ça ne m’intéresse pas d’en discuter avec des gens comme vous ni avec de Raclures, des Glaude Miguels ou Spartachiottes.
                    Je vous met au même niveau que ces gens.


                  • Politeia 15 juillet 2014 12:21

                    Les frais de gestion de la sécu sont seulement de 3%

                    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/09/08/04016-20110908ARTFIG00646-la-secu-droguee-a-la-dette-s-alarme-migaud.php

                    http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ090107092.html

                    même si 3% n’est pas tout à fais vrai étant donné que ces justement l’URSAFF qui se charge des prélèvement et que les frais qui y sont liés ne sont pas comptabilisé dans ces 3%

                    http://www.lexpress.fr/actualite/cpam-ocam-lumiere-sur-les-frais-de-gestion_1499105.html

                    http://www.mutualite.fr/L-actualite/Assurance-maladie/Frais-de-gestion-des-mutuelles-Vrai-Faux

                    Oui la santé coute cher, à peine 16% des assurés représentent 60% des dépensent de l’assurance maladie.

                    http://www.leem.org/article/remboursement-des-medicaments-taux-repartition-0

                    en réalité, ce que vous souhaitez, c’est de ne plus cotisez pour ces 16% ...


                  • Politeia 15 juillet 2014 12:31

                    "Si seulement on se débarrassait de la sécurité sociale, nos impôts serviraient déjà moins à rembourser cette dette, dont la sécu est un des principaux postes."

                    N’importe quoi, savez vous seulement que la sécu n’est pas intégré au budget de l’étât et qu’aucun euros de vos impots ne va à la sécu ?

                    Savez vous que la dette de la sécu ne représente que 11% de la dette des administration publique.

                    http://www.lafinancepourtous.com/Decryptages/Dossiers/Comptes-publics/La-dette-publique

                    Votre méconnaissance du sujet et abyssal et vous mélangez tous !


                  • bourrico6 15 juillet 2014 12:43

                    Votre méconnaissance du sujet et abyssal et vous mélangez tous !

                    L’évidence saute très vite aux yeux.
                    Mais ce qui est drôle, c’est de les pousser dans leurs retranchements, de relever leurs bourdes, et de les regarder se débattre ensuite. smiley
                    Amusant aussi, de voir les « soutiens ».

                    La, je suis un peu déçu, il s’énerve vite, c’est rare les auteurs qui s’énervent, en général, un auteur dans la merde préférera ne pas répondre, et il aura bien raison.
                    A présent, je voyais une exception à cette règle, mais une de taille, Morice.
                    A présent, j’en vois peut être un autre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès