Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > jeux dangereux

jeux dangereux

Jeux dangereux dans les cours de récréation : frôler la mort pour défier la vie, simple jeu, ou auto-mutilation ?

Le jeu de l’aérosol, de la cannette, de l’autoroute, du mikado, du foulard ou encore de la machine à laver rencontrent un franc succès, parfois tragique, dans les cours d’école. Que cela consiste à inhaler des produits solvants, à traverser une autoroute ou une voie ferrée sans se faire heurter, à humilier un camarade en le rouant de coups ou encore à bloquer le trafic sanguin et/ou pulmonaire, force est de constater la recrudescence de ces passe-temps aux faux-semblants de défis. Stupéfaction, interrogation et horreur se sont hérissées. La quête de réponses aux motivations qui encouragent ces adolescents à tenter le diable, à tutoyer la mort, à chatouiller le danger de séquelles irrévocables semblent bornée à des hypothèses purement théoriques. Afin de mettre des mots sur les maux de ces adolescents, psychologues et sociologues voient dans ces divertissements à risques l’affirmation d’une émancipation ou d’une toute puissance certaines, ou le rite « initiatique » du passage, non sans douleur, de l’enfance à l’âge adulte. Or, de toute évidence, des théories terrestres et concrètes émancipées de ces théories intellectualisées et lyophilisées tendraient à traduire les motivations de telles conduites. L’ennui, l’attraction de l’interdit, et surtout de l’inconnu, et le divertissement concourent tous trois à s’octroyer le monopole des causes qui les agissent. Ainsi, il s’agirait véritablement de jeux, au sens propre du terme, dans sa synonymie de divertissement.

Le jeu du foulard, autrement appelé "la nuit merveilleuse","30 secondes de bonheur", "la tomate rouge", "le rêve bleu"," le cosmo" ou "le flash", et dont le principe est de parvenir à une hyper ventilation par une série de génuflexions rapides, puis comprimer les carotides afin de bloquer temporairement la circulation sanguine cérébrale, réveille la polémique du jeu-suicide. En effet, les familles de victimes s’insurgent ; la perte de conscience inhérente au jeu s’accompagne de sensations hallucinatoires, expériences ambitionnées par les adolescents dans le jeu, or la question épineuse du suicide s’impose quand l’adolescent reconduit l’expérience à la maison, seul. Repousser les limites, bousculer ses contraintes vitales ne relève-t-il pas d’une forme ambiguë et insidieuse d’automutilation ? La question n’est pas de savoir si l’adolescent a conscience des maux qu’il fait subir à son corps et des conséquences auxquelles il s’expose, mais bel et bien si l’enfant a ou non des tendances suicidaires. Réduire l’irrigation en oxygène du cerveau et ainsi l’en priver de son aliment phare, en toute connaissance de cause, n’est-ce pas révélateur d’un malaise profond ? N’est-ce qu’un jeu très sot pour mettre sa force à l’épreuve et expérimenter des sensations hallucinogènes ? Alors, suicide ou accident ? Bien souvent le manque d’information auprès des jeune, mais aussi auprès de leur entourage, confirme la thèse de l’accident.

Détailler le « mode d’emploi » de ces jeux apparaît aux yeux de certains comme une culture de la désinformation. Toutefois, nul ne peut contester ou nier la violence de certains jeux comme la mêlée (qui consiste à repérer une victime mise à terre et battue) ou la mort subite, au nom évocateur, qui s’attaque à une victime en fonction de la couleur de ses vêtements du jour ! En outre, ces jeux caractérisés par une violence corporelle ne sont pas les seuls à faire terreur ; en amont, des « jeux » psychologiques, dont les règles sont fixées par des dictateurs en herbe sèment la panique dans les cours de récréation. Les jeux de la honte et du jugement se racontent par leurs noms : la menace psychologique vient majorer la violence des coups. Quoi qu’il en soit, prendre le risque de se heurter à une désinformation généralisée, voire faire naître paranoïa et autre défiance afin de sensibiliser parents et enfants, vaut son pesant d’or, tant que avant-gardiste le proverbe : « Mieux vaut prévenir que guérir » sera.


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Françoise Cochet (---.---.143.174) 14 janvier 2006 10:54

    Bonjour, nous venons de prendre connaissance de votre travail et vous en remercions. Depuis Octobre 2000 nous lançons l’alerte contre les « jeux d’évanouissement ». Des enfants très bien dans leur peau en meurent chaque mois depuis les années 50. Trop de parents ignorent encore ces pratiques qui sont de simples expériences amusantes proposées par les copains en toute innocence. Vous pouvez voir notre site d’information www.jeudufoulard.com et nous sommes à votre disposition pour en discuter. Nous intervenons bénévolement et distribuons plaquettes d’information et affiches. Merci encore. Françoise


    • sosbenjamin-onecr (---.---.239.151) 14 mars 2006 21:59

      « CAP OU PAS CAP ? Quel défi allons-nous relever aujourd’hui ? Les faits divers rapportés par les médias ne nous permettent pas forcément de nous sentir concernés et pourtant nous devons rester vigilants , car depuis 10 ans nous luttons contre ce fléau, beaucoup trop d’enfant pratique dans l’ignorance du danger des jeux, allant du coma, en passant par de l’automutilation jusqu’à la mort, notre règle d’or depuis notre découverte à la mort de Benjamin dans les toilettes de son école, ne pas ETRE INCITATIF, NE PAS DONNER LE MODE D’EMPLOI, nous avons fait avec une équipe bénévole , mobilisé un CLIP VIDEO de prévention que nous diffusons GRATUITEMENT ainsi que toute nos prévention en milieu scolaire, cette année les esprits se sont ouvert au niveau EDUCATION NATIONALE et nous travaillons avec des réunions préparatoire avec le corps enseignants, ensuite nous faisons notre prévention avec un message COHERENT à l’égard des jeunes, nous sommes à votre disposition pour la diffusion de plaquette, affiches, conférence, débat sur ce thème qui touche tout le monde. Nous venons d’éditer un livre « ALERTE AUX JEUX DANGEREUX » aux éditions le cercle des auteurs écrit par Magali Duwelz. C’EST EN ETANT INFORMES QUE NOUS DEVENONS ACTEURS DE LA PREVENTION Bien cordialement Magali Duwelz http://www.sosbenjamin.org


      • Chapi (---.---.252.31) 12 septembre 2006 11:25

        Je trouve que le livre de MAgali Duwelz est un excellent moyen de prévention. IL permet aux parents de prendre conscience de ce phénomène, et peut les aider à communiquer avec leurs enfants sur le sujet. Je me le suis procurée aux éditions le Cercle des auteurs par intenet ou téléphone. C’est très rapide. A lire absoluement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès