Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Jeux vidéos : l’escalade ?

Jeux vidéos : l’escalade ?

 La sortie imminente du jeu Bully met plus que jamais en avant la polémique sur les jeux vidéo et les valeurs que certains d’entre eux véhiculent.

Il s’agit d’un débat difficile, car des facteurs irraisonnés sont généralement introduits dedans. Longtemps l’apanage d’un public d’adolescent, le genre a tenté une autodéfense de principe, assimilant tous ceux qui trouveraient à redire à son fonctionnement à des conservateurs ringards. De plus, les instances représentatives de cette industrie cultivent parfois une attitude hypocrite, affirmant que les jeux violents seraient minoritaires dans les ventes, tandis que le marketing de certains titres tend à valoriser des valeurs brutales, que l’on oserait difficilement imaginer dans d’autres domaines.

Bully est l’œuvre du studio Rockstar, qui a connu un immense succès avec la série GTA. Celle-ci a suscité la controverse dès sa sortie originelle vers 1998, dans la mesure où le joueur marquait des points en volant des voitures et pouvait, à des fins d’efficacité, éliminer ce qui bougeait sur sa route, y compris les passants innocents. En d’autres termes, le studio a surtout « innové » en inversant les valeurs usuellement considérées comme louables. Diffusé par Take 2 Interactive, Rockstar semble avoir pris pour parti d’aller le plus loin possible dans une telle démarche, comme si le studio voulait tester où se situent les limites. L’un des titres mis en chantier a d’ailleurs été annulé en juin dernier - le joueur devait y gérer un réseau de production et vente de drogues - probablement en raison du tollé soulevé par Bully et aussi par une extension de GTA appelée « Hot Coffee » (voir plus loin).

Dès son annonce en mai 2005, Bully a suscité l’ire de plusieurs associations de défense des enfants. Il se trouve que le terme signifie plus ou moins « brute épaisse » ou encore « la terreur de la classe ». Il désigne les individus d’un niveau intellectuel faiblard, qui ont pour passe-temps de brimer les plus faibles de leur école. Au début du jeu, un nouvel élève de quinze ans qui doit d’abord se défendre des bullies locaux, puis va en devenir un lui-même. Parmi ses accessoires pour s’imposer auprès de ses pairs figure une batte de baseball.

Si la venue d’un tel titre a soulevé une énorme controverse, c’est que les bullies sont une réalité douloureuse dans plusieurs établissements anglo-saxons, qui aurait provoqué des suicides aux USA, en Australie et en Angleterre.

« Nous recevons jusqu’à quatre appels par jour d’enfants suicidaire », a déclaré la présidente d’une association écossaise de défense contre ce fléau. « Il n’y pas là un thème approprié pour un jeu. » Et de s’inquiéter de l’influence qu’un jeu de ce type pourrait avoir sur certains enfants. Une autre entité, Peaceoholics, a organisé une manifestation devant les locaux de Take Two afin de réclamer l’abandon du projet. Diverses pétitions ont suivi. Les autorités britanniques, pour leur part, ont déclaré qu’elles pouvaient tout au plus interdire le jeu aux plus de dix-huit ans. Toutefois, dans la pratique, un pourcentage élevé d’adolescents n’ayant pas atteint cet âge parviennent à se procurer de tels jeux et la situation a donc continué d’inquiéter les intéressés.

Face à un tel tir de barrage, Rockstar a choisi le silence. Ce mutisme a mis hors de lui l’avocat Jack Thompson qui a fait le forcing, des mois durant, pour obtenir une copie du jeu afin de pouvoir en connaître le contenu avant sa sortie. Thompson a finalement intenté un procès contre Take Two auprès d’une cour de Miami.

Récemment, Take Two a comparu devant la justice américaine en raison de « Hot Coffee », un niveau caché du jeu GTA jugé pornographique. L’édition s’en est sortie à bon compte avec une menace d’amende si elle récidivait.

La sortie Bully a finalement été confirmée pour octobre, mais il a curieusement été rebaptisé Canis Canem Edit. Ceux qui l’ont testé en long et en large laissent penser qu’il serait moins litigieux que prévu. L’éditeur et le studio seraient-ils lassés de tant de polémiques ? Il faudrait peut-être aussi qu’ils assument leur responsabilité sociale et ne s’autorisent pas à traiter n’importe quel thème, à des seules fins de rentabilité. Au-delà de la violence, c’est le système de valeurs qui est en cause.


Moyenne des avis sur cet article :  3.02/5   (95 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • (---.---.147.114) 9 octobre 2006 12:33

    « c’est le système de valeur qui est en cause. »

    C’est quoi ça ?... Je suis désolé, mais dans notre monde je pense bien que rien de tel n’existe...

    Ah attend !... Ah oui !... Tu veux nous parler de tous ces principes qui nous poussent à nous persuader qu’on doit être de bon « consommateurs » bien obéïssants, bien disciplinés et surtout bien serviles...

    Je me méfie beaucoup de ceux qui dressent sur un piédestal toutes ces valeurs morales qu’à la base aucun gouvernement ne respecte.

    Je m’inquiète plus de la délinquance en col-blanc que de la délinquance virtuelle. Cette dernière elle est inoffensive... Curieusement par contre elle est la seule dont les politiques et les « bien-pensants » se préoccupent.


    • armand (---.---.154.187) 9 octobre 2006 12:47

      Je m’inquiète tout autant de la délinquance en col blanc, ou plus exactement des fonds spéculatifs qui domin ent le monde depuis leurs paradis fiscaux. Mais la célébration de la « brute » en d’autres mots du prédateur, qui prend ce qu’il veut, fric, nanas, bagnoles, etc. en dominant les autres est l’expression populaire de la même idéologie.Et ce sont précisément les gros groupes qui crient à la censure et invoquent la liberté d’expression lorsqu’on veut limiter des produits qui font appel aux pulsions les plus antisociales. Il est vrai, comme l’a dit Julien Dray, bien inspiré cette fois, que le capitalisme a besoin du désordre pour prospérer. On peut débattre de l’effet mimétique ou simplement cathartique des jeux violents, mais la célébration de mondes virtuels de vilence ne peut pas être anodine : on constate d’ailleurs, aux U.S.A., que de plus en plus de jeunes hommes estiment qu’un meurtre n’est qu’un incident de parcours, et ne rend pas forcément antipathique ou mauvais un personnage de fiction télévisée.


      • (---.---.185.253) 9 octobre 2006 16:03

        Ca fait un bon scenario de jeu video : user de tous les moyens capitalistes pour augmenter la violence, conspiration, neo-liberalisme, cols blancs, tvs, media pour abrutir la population. On nage en plein delire.


      • armand (---.---.131.206) 9 octobre 2006 16:06

        Sans aller jusque là, la provoc ça fait vendre. Surtout chez les ados. Et le découpage de l’humanité en niches de consommateurs, chacune ayant ses propres marqueurs de tribu, ça fait vendre aussi.


      • yann (---.---.50.60) 9 octobre 2006 13:25

        Les enfants ont des parents, est ceux-ci devraient simplement surveiller les jeux auxquels leur progeniture jouent. C’est simple mais efficace. Allez dans un magasin de jeux video, le gamin choisi, les parents payent, ils n’ont même pas jeter un oeil sur ce que leur enfant a choisi. Alors, a qui la faute ?


        • sebr (---.---.213.88) 9 octobre 2006 13:45

          Entirèremnt d’accord avec Yann, le rôle des parents est le point clé de ce débat. Les jeux vidéos ont une réglementation et une classification strictes. Si votre enfant regarde un film d’horreur, interdit au moins de 16 ans, alors qu’il n’en a que 12 : faut il condamner le studio de production qui a fait ce film ? Alors, parents, prenez vos responsabilités, retournez le boitier du jeu et vous verrez, en gros et en noir, l’âge minimal d’utilisation pour celui-ci.

          Petit bémol, la vente de ces jeux n’est malheureusement pas contrôlée, surtout en grande surface ou dans les supermarchés culturels...


        • Fred (---.---.155.75) 9 octobre 2006 14:44

          +1

          les problemes actuels avec les jeunes viennent de l’education (ou plutot du manque d’education) des parents. On veut nous faire croire que les parents n’ont pas les moyens ou le temps de s’occuper de leurs bambins comme si les gens avec peu de revenu n’existaient pas avant et comme si on travaillait moins avant.

          Alors on faute la societe, les jeux videos, la tele, les profs...oui il y a une part de responsabilite mais au bout du compte ce sont les parents qui sont responsables de l’education de leurs enfants.


        • ber (---.---.254.230) 9 octobre 2006 14:51

          Vouloir se heurter à la violence, en simulation, pour en saisir des effets, est tout à fait promoteur de paix, cependant il faut avoir l’esprit formé pour le comprendre.


          • Breizharvro (---.---.18.161) 9 octobre 2006 15:28

            C’est toujours cette vue « Morale » du jeu vidéo qui est avancée... Je présume, que l’auteur ne tardera pas à faire une proposition de loi pour « érradiquer » ces sordides objet de loisirs...

            Je préfère croire que la violence est en nous et que bien évidement les méchants vendeur, producteurs de jeux l’utilisent pour nous vendre leurs produits, mais je préfère largement que des ados expriment leurs violence dans un monde virtuel que dans le monde réel.

            Oui, le série GTA et Bully sont des jeux violents, mais qui propose des jeux moins violent avec une réalisation aussi soignée, des missions, un degré de liberté et un univers aussi vaste ?

            Ces jeux ont du succès car ils sont bon, même très bon, MALGRE leurs violence.


            • Anthony Meilland Anthony Meilland 9 octobre 2006 16:15

              Le problème avec GTA c’est justement l’absence de choix.

              On est forcément le « méchant » de ce jeu.

              Dans beaucoup de jeux de rôle, on peut choisir son alignement, et agir en conséquence. Mais si vous choisissez de masacrer les gens dans les ruesou même de voler, vous vous retrouvez vite avec beaucoup de gardes sur le dos. Dans ce genre de jeu, vous avez le choix, et vous avez aussi les conséquences de vos choix. Cela est à la fois ludique et éducatif. On peut aussi citer certains jeu de gestion, comme le dernier civilization par exemple, ou vos relations avec vos voisins évolue en fonction de votre comportement. C’est aussi le cas, je crois, des Sims.

              GTA, c’est marrant 5 minutes, on vole une voiture et on écrase tout le monde. Mais après ça devient un peu limite, voir chiant !!!

              Mais en tout état de cause, si ces jeux peuvent effectivement empécher le développement intellectuel (en bouffant trop de temps), ils ne rendent pas forcement violent leur adeptes, tout au contraire, ils les lobotomisent.


            • (---.---.122.68) 9 octobre 2006 18:14

              Commentaire pertinent comme souvent. Tout particulièrement sur le choix que GTA n’offre pas. Meme si paradoxalement il offre une grande liberté dans la destruction et le sac d’une ville virtuelle.

              Maitenant les jeux prévoit presque tous ’de serie’ deux parcourt alternatif : mechant / gentil. ( exemple : bon jedi / mauvais jedi ).

              Pourquoi ? peut etre parce que le joueur lambda en a marre d’incarner des paragons de vertue, déja présent en masse sur les autres type de production.


            • (---.---.122.68) 9 octobre 2006 18:26

              Un commentaire pour signaler qu’il existe des jeux largement plus violent, et dans lequel les thémes abordé sont sans limites ( vol, viol, canibalisme, meurtre, extermination ethnétique, politique, MST, fascime, eugenisme ... )

              Ces jeux sont ( bien sur ) indépandant. Souvent très ( très ) pauvre graphiquement.

              Un bon exemple est fractal. ( www.fract.org ) Un jeu de role post-apocaliptique. ( imaginer le Worl of warcraft du pauvre, mélangé avec mad max ) Ce jeu est très gore, très cru. les interactions entre joueur sont souvent violente. ( a coté GTA c’est de la gnognote, et bully un compte de fée )

              Pourtant dans ce cas ce n’est pas les développeur qui l’on conçu comme ça, mais les joueurs qui ont fait de la vie dans ce jeu un enfer.

              Le slogan en est « si ça craint, c’est de votre faute ». Les joueurs avait autant la possibilité de modeler un jeu « meilleur », plus éthique du moins. Il ont préférer la loi du plus fort.

               smiley


            • Danic Daniel Ichbiah 9 octobre 2006 19:02

              Pour info, je suis l’auteur de « La saga des jeux vidéo » et donc traditionnellement un défenseur du genre. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il n’y a de genre qui soit parfait et ne puisse tolérer la critique. A titre de comparaison, le livre est une belle chose, une chose fabuleuse. Cela n’excuse pas pour autant « Mein Kampf » et autres calamités.


            • Nicolas (---.---.235.241) 10 octobre 2006 11:42

              Votre citation de « Mein Kampf » vous rapproche du point Godwin, mais je comprends votre idée.

              Comme dit au dessus, les pires jeux vidéos n’ont rien a voir avec GTA ou bully, qui sont des jeux grands publics.

              A ce titre, il y a evidemment un choix dans GTA. On peut etre un voyou « grand seigneur » ou une petite frappe qui écrase les passants, mais la réaction de la police est en conséquence. Mais ce sont des choix à la marge.

              A ma connaissance, aucun jeu ne propose un vrai choix entre bien et mal. Beacoup ont essayé, notamment les jedis de KOTOR, mais aucun n’a vraiment réussi.

              Les seuls qui s’en approchent sont les MMORPG, comme WoW, où on peut décider de jouer le role du salaud de service qui trahit ses alliés, qui s’attaque aux plus faibles et qui ne respectent aucune règle implicite du jeu. Mais la aussi, ce comportement a des conséquences directes.

              Tout ca pour dire que vote comparaison avec Mein Kampf n’est pas pertinente, puisque la violence d’un livre est UNILATERALE. Dans un jeu, la violence, ou l’immoralité, sont nécessairement interactives, ca change tout.


            • Nicolas (---.---.235.241) 9 octobre 2006 16:40

              Article très puritain.

              Le jeu vidéo est 100 fois moins violent que les journaux télévisé. Tant que les jeux vidéos seront moins violents que la réalité, je ne vois pas vraiment où se situe le problème.

              Les jeunes ados betes et méchants dans des internats, ca fait bien longtemps que ca existe, ils n’ont pas attendu Rockstar.

              Et la violence dans les jeux est souvent peu réaliste, et directement suivie de conséquences : Dans GTA, on peut tirer sur les voitures de la CIA avec un tank. Vous pensez vraiment que les joueurs veulent reproduire ce comportement ???? Le moindre passant écrasé vous fait poursuivre par la police, comme dans la réalité.

              Le jeu vidéo est une catharsis, là où la télévision n’est que l’apologie de la violence médiatisée. Demandez des comptes à TF1 sur leur système de valeur, et leur recherche de rentabilité. Vous ne trouverez personne à blamer dans le monde des jeux vidéos.


              • Serge (---.---.134.108) 9 octobre 2006 17:34

                Je joue énormément aux jeux vidéos, parfois 6 à 8 heures par jour quand j’ai le temps. Je dépasse donc la dose prescrite. Je ne demande pas à l’état de me protéger. Je sais le faire seul. On ne doit pas amalgamer les mots amour protection et possession. Sinon cet amour devient proche de la haine : il est anti libéral, égoïste. Or on ne possède jamais un être humain, et c’est quand on l’a compris qu’on commence à aimer réellement les autres (d’où la folie de l’état socialiste et son amour abusif).

                Etant bien élevé et ayant toujours communiqué avec mes parents, je sais faire la différence entre un monde virtuel et le monde réel. Le thème du jeu Bully semble un peu provocateur, mais ça peut permettre aux joueurs d’exorciser leur haine de cette société puisqu’elle nous élève comme ses poulets industriels, à la chaîne, sans amour, sans liberté : au moins on trouvera cette liberté virtuellement, ce sera thérapeutique.


                • plo (---.---.79.108) 9 octobre 2006 17:37

                  Je joue depuis l’age de 9 ans et j’en ai 32 (j’ai commencé sur cbs colecovision à l’epoque de l’atari 2600) et j’ai arreter car beaucoup de jeux actuel me donne la nausée.

                  Je constate, que les jeux laissent de moins en moins de place à l’imagination, au profit de l’ultra réalisme. Tous les fps ultra réalaliste alienne le joueur car il lui fond faire des choses ignobles au nom du jeu, surtout que le public, marché oblige, à changé. Avant le jeux video c’était un truc d’ados, classe moyenne, assez éduqués. On peut se dire que cela n’est certe pas grave car peu rejouer et que ce n’est qu’un jeu après tout... Sauf que le problème majeur dans la vrai vie, c’est qu’une vie on n’en a qu’un et cela est vrai pour soi et pour les autres. Que le corps et l’esprits sont fragiles et qu’ils peuvent souffrir.

                  Savez vous que l’armée us recrute à l’aide d’un fps distribué gratuitement sur la toile et que les soldats en formation subissent des entrainement de dessensibilistation à l’aide d’outils virtuel. Cela ne vous pose peut etre aucun pb devant votre ps2 quand vous jouez à des jeux comme GTA. Sauf que lorsque vous vous interressez à l’actualité internationnale et que vous apprenez qu’un soldat américain a ecrasé au volant de son blindé une famille complête en irak, par jeu. Et que l’on sait que ce gamin, lorsqu’il reviendra à la vie civil sera hanté par ce qu’il a fait la bas, par ce que l’on appele pudiquement les troubles post traumatiques, cela donne à réflechir.

                  Il faut bien comprendre que le jeu video n’est pas le seul en cause, la tv aussi. le cinéma, la musique, les radios, les journaux, le jeux video et la tv appartiennent à des des multi nationales très puissantes, présentent aussi dans l’armement. Et on ne peut pas dire que la bonne santé mentale des gens les préoccupes, bien au contraire, il préférent l’inverse car des personnes affaiblis sont plus facilements manipulables.

                  Je vais peut être passer pour un vieux con mais, il est bien loin le temps ou le jeu video c’était de l’artisanat, fait avec amour par des passionés pour des passionnés.


                  • (---.---.50.142) 9 octobre 2006 17:38

                    Comme beaucoup de participants ici, je pense que les parents devraient s’occuper un peu plus de leurs enfants, plutôt que de les laisser chez une nounou électronique (télé, jeux vidéos...) Et je ne crois pas non plus qu’un jeu violent suffise à rendre violent ceux qui y jouent.

                    En plus, je trouve que le terme d’escalade est plutôt mal choisi ici, entre la violence de GTA (guerre des gangs, meurtres, armes à feu, trafic de drogue...) et la violence de Bully (gros dur du lycée) il y a une petite différence. On pourrait plutôt parler de descente, non ?


                    • Simple (---.---.8.32) 9 octobre 2006 20:06

                      Catharsis et miroir de notre société. Enfin les jeux vidéo se rapprochent un peu plus de l’art et remonte dans mon estime.


                      • elekis (---.---.246.109) 9 octobre 2006 20:40

                        qqch que je comprend pas, au dela de la violence des jeux (donc j’en ai strictement rien a f*** car il n’a jamais été prouvé que la violence visuel entrainait la violence physique) , ce qui m’inquiete c’est qu’elle est l’inpact de ce jeux sur les adolesent (j’en suis moi meme plus ou moins un (23 ans ).

                        soyons reducteur, soit c’est le bully qui y joue soit c’est une des victime (du bully) qui y joue

                        => si c’est le bully, ca ne changera pas grand chose par contre si c’est la victime, alors ca peux changé pas mal de chose car le jeu (et plus particulierement dans ce cas ci ) peut servir de therapie (et il existe des therapies par les jeux videos qui serve de defouloir pour les frustrés)qui peut conduire a une solution (allant de la negociation a la delation ou meme la revolte)

                        donc, je ne vois pas pourquoi il faudrait interdire .


                        • (---.---.115.196) 9 octobre 2006 23:53

                          Le Département fédéral de la défense et de la protection des enfants et de la jeunesse semble avoir fait ici déjà une certaine présélection :THE OFFICIAL U.S. ARMY GAME et Department of Defense Game Developer’s Community.


                          • (---.---.115.196) 10 octobre 2006 00:31

                            Réponse @« l’auteur de »La saga des jeux vidéo«  ».Quelle est l’histoire ? Les jeux virtuels d’aventure commencent sur des ordinateurs centraux de _usaf/_l’Armée de l’Air(première flotte des bombardiers stratégiques, Ohio) il y a vingt+ ans où nous avons joué en ligne le « hangman »_jeu _bourreau[Mystère de mot de croix] avec des gosses.


                          • mickey (---.---.62.241) 9 octobre 2006 23:53

                            quand je regarde les jeunes jouaient a des jeux video,j’ai l’impréssion qu’ils quittent notre réalité, ils pourraient resté des heures et des heures devant ces jeux,j’en ai vu apres ca que leurs comportement n’étaient pas influencé. on cherche d’ou vient la délinquance ? alors on veut supprimeé les jeux ? on peut aussi supprimée les films violent ? les dessin animée ? peut-être aussi certains parent qui sont violent ? la télé ? internet ? a priori je pense le premier probleme vient de l’éducation des parents et puis apres de l’influence de ces amis, mais pas la faute a des jeux video qui n’ont aucune influence sur le comportement de l’adolescent que je crois faire la difference entre le réel et le virtuel. tout dépend de l’age a qui on donne ces jeux vidéo.(de 8 a 10 ans) pour l’escalade des jeux video, il me semble normal que cela évolue dans un sens,je m’explique,mainteant on est tellement conditionnée a regardé à la télé un certain degré de violence, il est normal que maintenant que les jeux reproduisent ces faits et nous sommes confrontés devant notre télé comme ci cela est bénin. les normes de la société nous étrangles on a besoin de s’évader pendant un moment et revenir dans la réalité.


                            • Grouik (---.---.167.65) 10 octobre 2006 00:34

                              Tenez, pour vous rassurer : http://fr.news.yahoo.com/09102006/308/jeux-video-creation-du-label-familles-de-france.html

                              Il y a la télévision qui rend violent, les jeux de rôles qui rendent violent, les musiques bourrines qui rendent violent, et donc pour compléter le tableau les jeux vidéos qui rendent violent.

                              C’est à se demander pourquoi quelqu’un qui écoute du métal, joue aux jeux de rôles et à des jeux vidéos tout en regardant occasionnellement la TV (tiens, ça me rapelle quelqu’un) est laissé en liberté par les autorités psychiatriques.


                              • jamesdu75 jamesdu75 10 octobre 2006 10:19

                                Désolé mais le lien ne fonctionne pas, je le remet.

                                http://fr.news.yahoo.com/10102006/308/jeux-video-creation-du-label-familles-de-france-m-j.html

                                Sinon pour entrer dans le debat et rejoind et repete ceux qu’il l’ont ecrit, j’ai 26 ans et je joue depuis l’age de 5 ans avec des jeux a l’epoque electronique à cristaux liquide ou sur une colorvision. Je ne suis pas un rebus de la socièté ni un être totalement associale.

                                Comme cité plus haut l’association des famille de France n’a pas fustiger Army of América un pur produit de propagande US (ou son homologue Iranien).

                                Malheureusement Agoravox n’a pas eut l’envie (ou autre) de publier mon article sur le jeu Defcon ou là c’est ccarrement une guerre nucléaire a coup de millions de mort qui pourtant n’a pas non plus était fustigé par les association d’extreme droite. Mais des jeux de stratégie comme le trés grand Command & Conquer ou autres permet de faire des genocides de population enemi sans que cela choque ou des Jeux tel que Call of Cutty ode à la gloire du debarquement américain (mais trés bon jeu quand même) ou s’envoi pas mal d’insulte tel que « Bosh » ne choque pas car elle vont dans une logique commercial.

                                Rokstar avait perdu pas mal d’argent avec GTA1 & 2 dût a une forte propagande des chaines de télévision contre leur plus farouche enemis les Jeux video voir ce reportage edifiant et encore plus fort qu’un reportage Grolandais

                                http://www.youtube.com/watch?v=AepCWlPInYs

                                Affligeant.

                                En gros les jeux video sont aussi violent qu’un film ou un journal Tv.

                                Demander à un enfant Palistinien si il prefere envoyer une bombe virtuel à un Israelien ou le faire en réalité, il y a des grandes chance que la seconde reponse soit la bonne.

                                En gros comme d’habitude c’est une histoire de gros sous. Les chaines de Tv voient qu’ils perdent de l’argent et ne peuvent plus compté sur la ménagére de moins de 50 ans car elle en a maintenant 70. Et le redacteur met pratiquement en cause Rockstar dans les violences fait aux individus (même si il s’en defend).

                                Se rappeler aussi d’un triste Sir américain Jack Thomson qui s’est fait ridiculiser dans le monde entier à donner des lesson de sagesse sans jeux video et maintenant à la bouche cousus dut à un trop grand nombre de propogande anti jeux.

                                http://en.wikipedia.org/wiki/Jack_Thompson_(attorney)


                              • Frost (---.---.66.237) 10 octobre 2006 09:32

                                Comment faire tout un article en se basant sur un mot (« Bully ») sans avoir fait de recherche de fond...

                                Je vous renvoie à l’article « Bully for you » de Wired : « http://www.wired.com/news/columns/0,71922-0.html?tw=wn_index_3 » (en anglais) parlant du jeu en question, plus précisément des « missions » à y accomplir.


                                • Frost (---.---.66.237) 10 octobre 2006 14:02

                                  Wired a changé l’adresse de l’article.

                                  Nouvelle URL : http://www.wired.com/news/columns/1,71922-0.html


                                • CGCG (---.---.7.59) 12 octobre 2006 18:57

                                  Dire de telles chose laisaient présumer que l’auteur n’a jamais vus ne serais-ce que la jacquet d’un jeu ROCKSTAR :

                                  1) Dans le jeu « Grand Theft Auto », qui est un jeu exellent, on ne marque pas de point en écrasant un piéton, ni en volant un véhicule, on risque plutot de se faire arréter par des flics !

                                  2) Au vus des commentaires, vous vous emportez, sans savoir ce que vaut rééllement le jeu, car la persone qui écrit ce texte n’y a certainement pas jouer, et les informations qu’il divulgues sont pour la plupart fausses :

                                  Ce jeu seras plus un jeu humouristique qu’un jeu pronnant la violence ; Pas de sang, les combats n’entrainent jamais la mort des enfants ou adultes, et, en plus, les « associtions » qui voulaient surtout se faire connaitre (et comme le soit- disant « avocat », Jack THOMPSON, se faire un peu d’argent sur les proces) n’ont jamais joué a ce jeu, ils ont juste vus, sur le site internet, quelques images n’indiquant que peu de choses sur le contenu du jeu ! Heureusement, l’honneur de décider à quel publique doit se déstiner le jeu, ets résérvé à une associations raisonable, à savoir « P.E.G.I ».

                                  Donc arrétez de dire n’importe quoi, et commencez à vous informationnné !!!!!!!!!


                                  • mickey (---.---.62.241) 14 octobre 2006 02:26

                                    je suis tout a fait d’accord avec toi,mais il nous suffit pas de s’informer mais d’éssayer de jouer a des jeux dit « dangereux » pour les adolescents,mais faut comme meme respecter les indications ex(interdit au moin de 16 ans etc....)


                                    • CGCG (---.---.7.59) 14 octobre 2006 18:00

                                      Je tiens aussi à préciser que le studio Rockstar Games est certainement le studio qui s’interresse le plus à la qualité de ses productions, quitte à froler la faillite, comme cela leur est déja arrivé plusieurs fois !


                                      • CGCG (---.---.7.59) 14 octobre 2006 18:07

                                        Oh... Je viens de lire l’article :« http://fr.news.yahoo.com/09102 »... C’est édifiant Un perso de South Park dirait des choses plus interessantes... Tiens, pour continuer je vais voirele truc sur YouTube, voire si c’est possible de faire plus con qu’un reportage Grolandais tout en se prennant au sérieux !


                                      • CGCG (---.---.7.59) 15 octobre 2006 16:52

                                        Bon bah comme ce sujet n’interresse plus personne, je vais poster des trucs nuls !


                                        • CGCG (---.---.7.59) 18 octobre 2006 14:40

                                          Ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d’enrichir cet article. N’hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais.

                                          Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté


                                          • Epphyx (---.---.226.253) 19 octobre 2006 16:17

                                            C’est assez amusant de lire ces articles, ca me rajeunit de 20 ans d’un coup. Changez les occurences des mots Jeux vidéos en Comics et on retrouvera les discussions qui ont bercés mon enfance. J’ai 35 ans maintenant, je joue de façon réguliére aux jeux vidéos et je suis bien content que les titres se soient améliorés et qu’il existe des titres autres que Barbie superstar. La violence... Il y en a, et il y en a toujours eu. Passé les pongs, on est bien vite arrivés aux jeux pronant la mort de la personne différente... ou du moins c’est surement comme ca que les gens décriraient le superviolent Space Invaders. Oui, l’homme est par nature violent. Ce n’est pas un hasard si des « sports » comme le Rugby, les arts martiaux, le football qui tous ne sont qu’une forme de violence. Mais qui sommes nous pour dire ce qui est bon pour les autres ? Si l’on s’en prends aux jeu video, il faut s’en prendre aux autres vecteurs de ces formes d’expressions pervertis. Il faut interdire la vente des playboy et autre Newlook, des mineurs peuvent les lire. Que dis je interdire la vente. Brulons-les ! Rétablissons les autodafés.

                                            Oh, il faut arreter. Comme les bandes déssinés dans les années 70-80, le jeu video se tourne vers un nouveau public, plus adulte, plus exigeant, mais toujours un consommateur. Il est facile pour un enfant de 10 ans de reagarder un film interdit aux moins de 16 ans, de lire un livre erotique, de jouer à un jeu violent. Oui, mais n’est ce pas faire erreur que de s’en prendre à la personne qui crée l’objet plutot qu’à celle qui surveille l’enfant.

                                            Quand au reproche : « Dans GTA, on a pas le choix on doit être mauvais », pourriez vous me dire où étais ce choix dans le film « New Jack City », dans « Scarface », dans le livre « American Psycho »,... En plus, ce choix il existe : on peut acheter GTA ou acheter un autre jeu où l’on ne vous laissera pas le choix, vous devrez être bon... Enfin, les jeux grandissent, il ne sont plus en blancs. Le noir arrive, mais aussi les nuances de gris. Vous verez bientot on aura meme de la couleur...

                                            Bon tout ca est un peu décousu, je m’en excuse mais j’ai retranscris mes arguments comme ils me sont venus au fur et à mesure de la lecture. En guise de conclusion. Un PC poour faire tourner les derniers jeux vaut dans les 1000 euros, les jeux valent 50 euros... Quel enfant à cette somme là sans le concours de ses parents ? Ceux qui sont en apprentissage bien souvent (et s’ils sont jugés assez viex pour trimer pourquoi pas pour jouer ? ).


                                            • CGCG (---.---.7.59) 21 octobre 2006 15:28

                                              Ouai bon bah hein ! Heu... Ouai, c’est vraie, t’as un peu raison et pas tout-à-fait tord !


                                              • le vénérable du sommet (---.---.54.228) 24 octobre 2006 03:38

                                                Plusieurs trucs à rappeller :

                                                Non, un enfant ne confondra jamais la réalité avec un jeu vidéo. Pourquoi ?? Tout simplement parceque si un enfant joue à un jeu vidéo, c’est parcequ’il sait que ce n’est pas la réalité, c’est justement pour cette raison là qu’il y joue.

                                                Ce qui est important dans un jeu vidéo, ce n’est pas la violence visuelle mais le message que l’on y fait passer. j’ai été très choqué par la partie américaine de « command & conquer general » de la campagne solo où l’on entend « super » chaque fois qu’un véhicule us écrase quelqu’un en djelabah (véhicules qui d’ailleurs ne se donnent même pas la peine d’éviter les piétons). Je suis étrangement bien moins choqué par des jeux comme GTA où l’on descent des gars des autres gangs par paquets de douze, tout simplement parceque dans ce jeux on me demande d’assumer le role du méchant. Au moins, on n’essaie pas de me faire croire que je suis le sauveur du monde libre qui a le droit d’écrasser les gens dans la rue (c&c generals : Les chinois sont des débiles qui ne savent marcher qu’au pas de l’oie, les terroristes des fatigués de nature, et les ricains super balèzes bien évidemment).

                                                Perso, je rapprocherais le jeu « Bully » d’un autre titre fort critiqué lui aussi, c’est Postal (1 & 2). Ce jeu en son temps a été interdit au moins de 16 ans pour cause de violence. Mais ce n’est pas pour violence que ce jeux aurait du être interdit mais tout simplement parcequ’il est très rare à 15 ans par exemple de déceler la très vive critique de la société américaine et de son amour pour les armes à feu qui se trouve dans ce titre.

                                                Je suis d’accord avec beaucoup ici, c’est bien le rôle des parents d’éveiller l’esprit critique de leurs rejetons, pas aux éditeurs de jeux vidéos qui ne font que mettre en scène des romans, des histoires (à condition de l’indiquer sur la boite quand même).

                                                Si on se met à interdire les jeux vidéos violents, je demande qu’une loi passe obligeant les gens à rendre leurs télés, magnétoscopes, lecteurs dvd, etc ... et à ne lire que la bibliothèque rose et la série Arlequin (oui je sais j’suis très dure là) smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès