Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > John Law et le malheur de la France

John Law et le malheur de la France

John Law a-t-il été en 1715 le premier artisan d’un malheur français qui n’en finirait plus ? Adolphe Thiers avait consacré un livre (paru chez Hetzel en 1858) au « Système Law », réédité par le Jardin des Livres et actualisé en français contemporain…

 

Sophocle avait écrit : « N’être jamais venu au monde est le plus grand des bienfaits »

Si l’aventurier écossais John Law (1671-1729) n’était pas venu au monde ou n’avait pas gagné la confiance des puissants du royaume de France, si son « système » de « monnaie de singe » n’avait jamais existé, l’actuel système de fraude généralisée qui nous lamine en cette fin de cycle d’une ère thermo-industrielle sans issue aurait-il été concevable ?

Dans l’histoire des idées, sa « planche à billets » a beaucoup servi – et ça continue, entre montagnes de dettes rampantes, positions délirantes sur des produits dérivés hallucinants et taux d’intérêts qui tutoient le zéro absolu avant de crever le plancher de l’entendement le plus élémentaire : trois siècles après sa mort, le premier « monétariste » est plus que jamais d’actualité dans un monde sur le point de passer par-dessus bord.

D’abord, il a fait la « une » d’un numéro hors série du Nouvel Observateur (Le Pouvoir et l’Argent, fin 2012) consacré à « l’économie » et il s’est rappelé au bon souvenir des spectateurs français dans Le Système, la pièce d’Antoine Rault donnée depuis 2015 sur les scènes françaises.

Les scandales se sont succédé, inspirés par le « système John Law », comme la retentissante faillite de la multinationale américaine Enron, ruinant en 2001 des millions de petits porteurs et de retraités, suivie de bien d’autres... Mais les planches à billet de la planète n’en continuent pas moins à cracher frénétiquement des milliards de milliards d’euros, de dollars, de yens ou de livres de fausses monnaies tandis que la gangrène des taux négatifs spolie tous ceux, de moins en moins nombreux, qui s’obstinent encore à travailler et épargner honnêtement…

Rappel des faits : en 1715, après la mort de Louis XIV, alors que la dette de la France équivaut à dix années de recettes fiscales à cause des guerres royales, Law propose au Régent Philippe d’Orléans (1674-1723) un système d’émission de papier-monnaie destiné à « sauver » le royaume - et attraper la monnaie d’or et d’argent circulant dans le royaume... Il crée à cet effet la Banque générale qui « offrirait du crédit à tous » puis en 1717 la Compagnie des Indes occidentales ou Compagnie d’Occident pour mettre en valeur la Louisiane française. 

En 1718, la Banque générale devient Banque royale, garantie par le roi. Law rachète plusieurs autres compagnies coloniales, qu’il intègre au sein de la Compagnie perpétuelle des Indes.

En 1720, Law, adulé plus que jamais, est nommé contrôleur général des Finances. La Banque royale et la Compagnie des Indes fusionnent. Son idée de substituer à la monnaie d’or et d’argent du papier-monnaie, gagé sur les recettes coloniales et la puissance économique de la France a fait fortune – et le malheur du pays… Les prêts de la banque de Law au Trésor royal entraînent des augmentations de capital suscitant d’intenses spéculations sur les actions. En janvier 1720, plus d’un milliard de livres de billets de banque sont émis, alors que le capital de la banque ne se monte qu’à 322 millions de livres. Lorsque plusieurs grands du royaume se présentent en personne au siège de la banque (rue Quicampoix) pour changer leurs billets contre de l’or, un vent de panique se lève… Par édit du 28 janvier 1720, Law attribue cours forcé de monnaie aux billets émis puis interdit à tout particulier de posséder plus de 500 livres à la foi en espèces sous peine de confiscation assortie d’une amende de 10 000 livres. De surcroît, Law encourage la délation…

Le 21 juillet, la banqueroute est prononcée et les billets de banque sont suspendus à partir du 1er novembre, entraînant la disparition du Système. Réfugié à Venise, Law y subsistera d’expédients et de jeux avant de s’éteindre dans la misère.

En fait, très jeune, Law a toujours confondu capitaux et monnaie – cette dernière n’étant qu’un moyen d’échange de ces capitaux… C’est l’erreur qu’analyse Adolphe Thiers (1797-1877), second président de la République française (du 31 août 1871 au 24 mai 1873), dans l’ouvrage qu’il consacre à Law, celui qui croyait pouvoir donner au papier « la valeur et l’efficacité de l’or » : « Law crut que la prospérité d’un pays, qui se manifeste à travers l’importance de ses échanges commerciaux, tenait à sa masse monétaire et qu’on pouvait accroître cette masse à volonté. Il oubliait que la monnaie n’est pas le pain dont l’homme se nourrit, le tissu avec lequel ses vêtements sont fabriqués ou l’outil dont il se sert pour ses travaux : la monnaie est l’équivalent qui sert à se procurer tous ces biens par la voie des échanges commerciaux, mais il faut d’abord que ces biens existent. Même si on recouvrait une île déserte de tout l’or des Amériques et de tout le papier-monnaie de l’Angleterre, on n’y ferait pas naître, comme par magie, des routes, des canaux, des cultures, des usines, bref toute une industrie. »

Thiers ne manque pas de comparer le désastre financier de Law à celui des Assignats émis durant la Révolution française (1789-1796) ou de la Banque d’Angleterre (1857). Le « Système de Law », rappelle Pierre Jovanovic dans la réédition (actualisée par le Pr. Anne-Marie Bruyant) du livre de Thiers, a été perfectionné depuis : il s’appelle U.S. Federal Reserve, Bank of Japan ou… Banque centrale Eurosystem.

Après avoir inspiré les chansonniers de son temps, Law a eu les honneurs des grands créateurs (Goethe dans son Faust 2, Boulgakov dans Le Maître et Marguerite, etc.) – sans oublier Sympathy for the Devil des Rolling Stones... Et la pierre tombale n’en finit pas de rouler sur de sordides loteries spéculatives sans avenir – mais hypothéquant toute forme d’avenir commun tandis que la fuite vers le gouffre s’accélère jusqu’à télescoper la vision du poète : « la terre est bleue comme une orange ». Bleue comme un astre moisi qui n’aurait plus droit à son quartier d’enfance et qui ne ferait plus long feu ?

Adolphe Thiers & Pierre Jovanovic, L’histoire de John Law, Le Jardin des Livres, 240 p., 21 €

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • sarcastelle 5 octobre 09:21

    Oui, il faut revenir à la monnaie d’or (et d’argent) à l’exclusion de toute autre. Ainsi l’expansion économique sera-t-elle liée à la masse d’or disponible. On objectera que celle-ci est déterminée par des critères sans rapport aucun avec la possibilité qu’ont les hommes (1) de travailler, c’est-à-dire de produire des biens pour lesquels on a besoin d’une monnaie. Mais tant pis ; on se contentera de la quantité de biens correspondant au hasard qui détermine la quantité de métal précieux disponible.

    .
    Mais à quantité déterminée d’or disponible, il existe un autre moyen d’accroître la richesse : c’est de jouer sur la vitesse de circulation de la monnaie. En travaillant, vivant et échangeant demain comme dans les vieux films du temps des 16 images par seconde, il doit y avoir moyen d’accroître de 50% la richesse basée sur le métal précieux seul. 
    .
    .
    (1) Je sais qu’on ne doit pas dire « les hommes » mais « les femmes et les hommes ». Toutefois dans ce cas précis je dis « les hommes » parce qu’étant femme je tiens à mon statut de personne ayant le droit de vivre aux dépens d’un autre sans rien faire. 

    • Pere Plexe Pere Plexe 6 octobre 20:15

      @sarcastelle
      L’objection habituelle à revenir à un étalon physique (or en générale) qui empêcherait l’expansion de la masse monétaire tient assez mal.

      En quoi le fait qu’une grandeur soit finie (la quantité d’or) empêcherait que sa valeur soit en forte augmentation (masse monétaire) ? 
      La grande différence est surtout que dans le premier cas il y a une grandeur physique facilement mesurable.
      Dans le second c’est le niveau de confiance qui est déterminant.Grandeur largement volatile et manipulable...

    • howahkan howahkan 5 octobre 10:30

      %alut

      certes il y a toujours des hommes, des faits extérieurs à nous mêmes pour la mise en place de systèmes divers et variés de prédation du travail collectif, en clair il y a des voleurs qui s’ingénient ,et dont c’est le seul travail, à voler le groupe...par divers moyens, dont la violence pure, la violence moins dure, l’argent, la pyramide sociétale, etc etc

      celui de John Law tel que décrit ici je ne connaissais pas ,comme beaucoup je connaissais le nom mais pas les méfaits..pour aboutir comme dit l’auteur à la FED, la BCE, etc le nec plus ultra du vol du VRAI travail....ces gens comme les politiques sont tous des parasites, des inutiles au groupe soudé aujourd’hui disparu, pour survivre ,bien au contraire ce sont des voleurs et des criminels..des faiseurs de guerre et de massacres...

      Pour résumer l’affaire sous un autre angle je dirais ceci : pas de VRAI travail collectif coopératif..pas d’humains en premier lieu et donc pas de pseudo richesse, pas d’argent qui n’existe de toutes façons pas.......vous pouvez voir cela par vous même en utilisant la logique oui/non/ je ne sais pas jusqu’à son extrême limite...

      Ceci est pour les effets...John Law, l’argent, le vol, la guerre, l’esclavage etc sont des effets d’autre chose, jamais mentionné .....parce que cela fait référence à chaque « soi même » et là c’est moins drôle....car c’est bien connu « moi je » voit juste...c’est les autres, tous les autres qui sont le problème...supprimons tous les autres et il n’y a aura plus de problèmes...ce qui n’est pas faux dans un sens démentiel car alors en peu de temps le dernier humain disparaîtrait lui aussi et alors il n’y aurait plus de problèmes c’est sur, c’est une façon de voir suicidaire= fuite, vous le savez bien sur que suicide = fuite, d’un être qui ne comprends rien du tout malgré ses prétentions arrogantes, l’arrogance étant la base de la perversion narcissique bien sur..

      Saut vers l’origine......la pensée a comme champs ou elle projette ce qu’elle a décidé dans le futur...entre une nanoseconde et des milliards d’années comme le faisait un fois Hubert Reeves qui se demandait comment touiller le soleil dans 15 milliards d’années lorsque celui ci se transformerait d’après lui en géante rouge, le touiller pour qu’il continue à être encore le soleil et donc cela éviterait à la terre de disparaître...une telle pensée me laisse songeur....comme fuite du réel celle là est une des plus balaise que je connaisse..

      que voit la pensée dans le futur ? ...la mort ... smiley.......l’insécurité smiley.......= panique, j’ai peur = quête de sécurité + refus de la mort...

      et là le pire s’est déjà produit...

      la pensée ne peut vivre le réel du présent totalement insaisissable par elle même.. ce qui est normal cela n’est pas son rôle d’être dans le présent, son rôle est d’étudier le passé même celui d’une nanoseconde d’avant ce qui va lui permettre de ne pas tomber de la falaise ,elle est donc isolée du présent car elle ne fait que regarder un enregistrement fait par nos capteurs appelés sens et qui sont sous forme d’images mentales dans le cerveau..ce que je vois n’est pas à l’extérieur de moi même mais en moi même...même l’arbre que je crois voir en direct n’est pas l’arbre mais une image enregistrée dans le cerveau si la pensée domine le cerveau ce qui est le cas dans 99.99% des cas.......

      ceux qui ont eu soit sous NDE/EMI.. soit autrement des moments de clarté visuelle toujours accompagnées d’un bien être étrange et en paix intense ont vécu un moment ou la pensée ne dirigeait plus le cerveau....vos autres facultés en général endormies et que nous avons tous se sont réveillées..........ça c’est la vie..........nos autres facultés perdues savent vivre...la pensée est juste un outil de survie..elle est vitale ne nous y trompons pas et mortelle si elle est utilisée là ou elle ne doit jamais aller et qui est toujours signalé par une souffrance + ou - forte..

      Je suis en quête de sécurité car je me sens en position ou règne l’ insécurité.

      Je me sens malheureux, alors ma quête sera le bonheur..

      Dans les deux cas je ne sais rien ni de ce qu’est cette sensation d’insécurité, ni pourquoi je me sens malheureux..

      ces deux problèmes la pensée ne peut les résoudre, affirmation péremptoire ici mais que je connais pour moi même par expériences multiples et renouvelées avec toujours cette même évidence,

      donc ne va même pas essayer bien sur...elle projette alors un imaginaire..la sécurité et le bonheur... je quitte alors définitivement le réel ou il y a un problème comme cette sensation d’insécurité et celle de malheur pour le monde de MON imaginaire et de mes désirs au sujet desquels je ne sais rien non plus...

      cette quête de pseudo sécurité se fait comment ? dans notre cas elle se fait du fait de notre refus de coopérer et de partager parce que nous sommes tous dans un état de panique totale ,elle va se faire comme nous ne sommes plus collectif elle va se faire par le vol de ce que le groupe va fabriquer.......par la violence, l’argent, la valeur donnée à des métiers par le voleur qui se met lui en haut de la pyramide etc etc car le voleur est celui qui dirige..sauf ultra rarissimes exceptions...

      Pour faire trop court cette quête illusoire de sécurité qui n’est que la fuite de l’ insécurité ressentie que je refuse de comprendre et de vivre pour que cela soit résolu, cette quête illusoire va en fait provoquer non seulement une totale insécurité mentale car la sécurité mentale n’existe pas , la mort qui est un absolu de la vie et Mr Google va le savoir bientôt lui aussi bien sur, la mort empêche cela d’exister ....

      tout ceci cette quête de sécurité dans un groupe non uni donc divisé en soi même , avant tout, va se faire par ce que l’on appelle pudiquement la compétition qui en fait cache un processus mental de la pensée,processus d’élimination qui a sa base ne sert que pour éliminer des propositions conceptuelles pour survivre.......

      Tout ceci ,cette élimination amené ,vol, guerre , destruction et autres saloperies humaines...donc l’insécurité qui en retours car elle n’est pas ingrate , amène de + en + d’insécurité à tous les niveaux, physique et mental...parce que l’élimination n’est pas dans ce cas la voie de L’Origine..elle est la voie humaine de la pensée qui est un outil vital de survie et qui en tant que outil doit être utilisé par autre chose ..nos capacités oubliées....

      la pensée doit échouer, L’Origine le sait...mais au lieu de fuir ce qu’elle crée comme le malheur ou l’insécurité, elle doit rester avec cela ....car tout problème est en fait un catalyseur et un révélateur qui ouvre comme il le veut nos autres capacités....

      nous avons fait du fait de vivre le fait de survivre et comme la mort dit « pas de survie » car tu vas mourir..nous sommes en mode échec..

      Nous sommes tous à l’origine de notre propre malheur et du malheur global...par refus de ce voyage en nous même qui est au début totalement solitaire, dommage car là est le lien avec L’Origine, là ou la question du sens n’a jamais été posée...


      • izarn 5 octobre 11:03

        @howahkan
        Les gens sont des analphabètes de la finance. C’est tout.
        De fait ils se font entuber.
        Que les escrocs produisent le désordre, il ne peut en etre autrement...
        La « main invisible » ; c’est celle du voleur.


      • howahkan howahkan 5 octobre 14:48

        @izarn

        Oui c’est ce que je dis .....en plus long, beaucoup plus long smiley

        cela dit bien sur que il peut en être autrement , à part la mort dans nos vies il n’y a strictement rien d’absolu.........sauf cet éventuel contact involontaire avec disons L’Origine..car çà aussi c’est Absolu
        avec un A majuscule

        salutations..

         smiley


      • izarn 5 octobre 10:54

        L’or n’est qu’une monnaie d’échange (pléonasme) comme une autre...
        Une forte contre une faible. A la place de l’or on met le marck contre une autre monnaie européenne ; c’est pareil.
        Law c’est quand meme la fabrication du crédit facile....Qui ne rapportera pas les richesses annoncées...
        Faire du crédit facile, c’est la planche à billet....On introduit une valeur d’échange qui n’existe pas encore, en esperant qu’elle sera produite un jour.
        Si on fait n’importe quoi avec, on a une pyramide de Ponzi....
        Et ça s’écroule, quand les papiers que l’on possede sont justes utilisables dans les WC. D’ou le recours à une monnaie forte : L’or. Le degré zéro de l’économie, en fait. Retour à la case départ.
        Comme l’idiotie en Argentine ou l’on avait mis la parité avec le dollar. Bien entendu tout le monde avait voulu du dollar, d’ou l’écroulement de la monnaie locale.
        Dans le système, vouloir jouer autoritairement sur la parité des monnaies, comme au début dans l’euro, est d’une parfaite idiotie, si comme à Bretton Wood, celui qui impose la parité n’est pas le Maitre du Monde. L’Empire....Mais qui veut Big Brother ? Attali, Jorion et Cie ?
        Il faudrait empecher la spéculation sur les monnaies, et non pas bien sur l’échange des monnaies. La spéculation interdit tout équilibre, car le marché devient totalement artificiel, comme aujourd’hui. La Fed, la BCE produisent de l’argent spéculatif, destiné à la spéculation.
        Parceque l’UE avec son euro s’est trompée : On ne doit pas faire une monnaie unique, économiquement absurde (Cf L’Argentine à son niveau), mais interdire la spéculation monétaire :
        Ceux qui achètent de la monnaie aux banques centrales (QE) pour la revendre, donc spéculer.
        Ceci dit faisons un sort à l’idée que ce sont les banques centrales qui font la monnaie, car tout mon raisonnement est bati sur ceci :
        Non ce sont les banques qui produisent la monnaie quand elle émettent du crédit, à partir de rien (Ex nihilo), se protégeant par quelque fond propre, destiné à éviter la faillite en cas de non remboursement. Comme la Deutsche Bank qui n’a pas respecté les 9% pourtant demandé par la BRI.
        Le QE ? Mais c’est une escroquerie ou les banques centrales acceptent des titres « toxiques » « pourris », qui ne valent rien, qui sont échangé contre leur valeur faciale....Et non pas ce que ça vaut sur les marchés....Ce qui truque, bien sur les marchés, car les produits toxiques y ont une valeur d’échange garantie par les banques centrales. Yellen et Draghi sont des escrocs, pires que Law.
        La Fed et la BCE truquent les marchés. Les monnaies uniques ne font que démolir la crédibilité de la monnaie. Vous voulez la mort du capitalisme ?
        Alors dites : Vive l’euro ! Les trotskos adorent l’euro...
        C’est la lutte finale ! smiley


        • lephénix lephénix 5 octobre 11:07

          @izarn

          law a fait des petits et inspiré des spéculatueurs bien plus tordus, qui produisent du vent de la volatilité avec des « instruments » bien plus sophistiqués encore avec les modélisations mathématiques et la virtualité informatique pour encaisser les écarts entre deux déplacements d’air, il est évident qu’il faudrait pouvoir en finir avec cette perversion spéculative, légalisée depuis 1885, pour pouvoir refaire société sur des bases saines et non sur la « guerre de chacun contre tous »...


          • lephénix lephénix 5 octobre 11:19

            @salut howahkan

            oui, tout pourrait se résumer à une histoire de prédation justifiée à grands renforts de bricolages idéologiques ou pseudo religieux ou scientifiques, juste avant que les masques ne tombent et que le jour d’après se lève sur un rapport de forces frontal dans toute sa brutalité...

            il n’y aurait pas de vrai problème dans l’économie réelle où les gens travaillent juste pour échanger loyalement le fruit de leur travail contre celui des autres, mais il y a « crise » dans l’économie symbolique, dans nos représentations : le réel nous a échappé, nous avons consenti à laisser la monnaie devenir une fin en soi et usurper la place de la richesse véritable, les liens que nous pourrions créer entre nous, le temps de vie devant nous etc nous avons laissé une « logique compable »et machinique nous dépouiller de notre humanité, tout ça pour laisser des ânes et des hommes mourir de soif devant une fontaine et des hommes à la rue au seuil d’une invraisemblable bulle immobilière...en sort-on aussi facilement que des spéculatueurs se retirant de leur positions par la flash trading, débouclant leurs positions sur les dérives, etc ?

            comme disait Gandhi, « soyez vous-même la révolution que vous aimeriez voir advenir », le cercle des humains disparus s’élargira au pied d u mur...


            • howahkan howahkan 5 octobre 14:52

              @lephénix

              tout à fait cela rejoint mon propos..
              on n’a pas encore saisis que le problème c’est nous même et que dans nous même c’est le cerveau qui a un problème et que dans le cerveau c’est la pensée analytique devenu totalitaire sur tout le cerveau qui est la racine du problème avec la perte d’autres facultés en ce faisant.....mais je ne vais pas repartir sur un autre long ,très long ,trop long pour beaucoup, développement..

              en tous les cas merci.. smiley


            • lephénix lephénix 5 octobre 11:21

              @sarcastelle

              l’humour économique se boit-il glacé dans des coupes d’or ?


              • zygzornifle zygzornifle 5 octobre 13:59

                c’est sa réincarnation qui a vendu les avions renifleurs dans les années 75 au gouvernement Français .....


                • sarcastelle 5 octobre 15:17

                  @zygzornifle

                   ;
                  le gouvernement avait peut-être acheté des avions à grande vitesse pour les faire voler sur des lignes lentes ! 

                • lephénix lephénix 5 octobre 21:35

                  @zygornifle

                  ils sont légion depuis à avoir vendu des vessies devitalisées pour des lanternes ; de l’eau plastifiée pour de l’eau de source - et même à avoir flambé au casino l’avenir de huit générations, à brader nos lendemains sans avenir à des millions de pauvres importés pour venir partager notre absence d’avenir et vogue le radeau de la méduse le long de golfes pas très clairs...


                  • ddacoudre ddacoudre 5 octobre 21:43

                    bonjour le phénix

                    un article intéressant. mais à par cela le papier ne vaut pas plus que l’or chacun d’eux ne valent que pour ses propriétés physique . les aztèques avaient comme monnaie des fèves et ce n’est pas ce qui a causé leur perte, mais l’avidité d’hommes qui croient que l’or a une quelconque valeur parce qu’ils sont tous d’accord pour l’admettre. c’est triste qu’au XXI siècle nous en soyons encore là.http://ddacoudre.over-blog.com/2015/02/pour-creer-des-emplois-il-faut-en-suprimer.html
                    cordialement.


                    • lephénix lephénix 5 octobre 22:03

                      @ddacoudre

                      effectivement, la détention d’or mettrait en danger le citoyen lambda écoutant les conseils des goldeux pour en acquérir et ne lui permet pas d’assurer ses transactions au quotidien - on ne peut acheter son pain ou ses patates avec un louis d’or

                      même si on parle du retour d’un mark-or, ça ne règle pas la confusion entre le nom donné à une chose (« monnaie ») et le même à la promesse de fournir cette chose...

                      mieux vaut investir en soi, en son outil de travail et son énergie entrepreneuriale pour créer de la richesse véritable et n’accorder aucun crédit à ces fadaises et abstractions prétendant que nous aurions une « dette publique » à rembourser alors qu’il n’y aurait qu’à se réapproprier le système d’émission monétaire pour pouvoir échanger le produit de notre travail en toute sécurité...


                      • Faire de Thiers Adolphe un saint est proprement scandaleux.
                        Ce petit notaire (escroc ) est avec Bonaparte l’un des plus important meurtriers du peuple français.
                        Thiers ou la bourgeoisie des affaires et le massacre du peuple par la baïonnette ( cela fait moins de bruit dans les journaux).
                        Actuellement on nous justifie les évènements terroristes (djihadistes) du fait que la communauté musulmane fût par le passé exploitée par les industriels français.
                        Mais le peuple français fût massacré à plusieurs reprises par ses bourgeois affairistes (F-M).
                         THIERS  : - Il vaut mieux l’arme blanche que l’arme à feu
                        Les manipulations sont grossières, scandaleuses....Un peu comme la théorie du genre....
                           


                        • Pere Plexe Pere Plexe 6 octobre 20:01

                          Law n’avait émis que trois fois le capital qu’il avait collecté.

                          Bale 2 prévoit un ratio de 1 à 10 entre capitale émis et fonds propres...


                          • lephénix lephénix 6 octobre 20:26

                            @Spqr

                            il ne s’agissait nullement de faire la promotion de ce personnage, mais juste de rendre compte de la réédition de son livre sur le système de law pour réévaluer l’état de notre château des cartes - nous sommes nombreux à partager la même opinion sur ce fusilleur, mais là n’est pas le sujet, sinon ce « papier » serait à rallonges et à tiroirs et d’un format bien moins lisible...


                            • lephénix lephénix 6 octobre 20:30

                              @pereplexe

                              son audace en son temps a été largement dépassée depuis, c’est un fait, et le plancher de l’entendement a été crevé direction l’abîme...tout ça à cause d’une frénésie spéculative qui nous emmène vers le fond - les orgies spéculatives du temps de law ont eu leurs conséquences mais la leçon n’a pas été retenue et cette fois-ci, trois siècles plus tard, nous revoilà reparti vers les abysses...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès