Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Jospin aurait dû s’abstenir....

Jospin aurait dû s’abstenir....

Il faut chasser Sarko et prendre le cap à gauche vraiment !

C'est une aspiration profonde partagée par de nombreux citoyens de ce pays, y compris par des personnes qui s'étaient égarés en 2007...

C'est une gauche sociale et laïque qu'il nous faut et non une gauche qui au nom de la modernité balaye des dizaines d'années d'école républicaine.

Il y a 12 ans, le 10 juillet 1989, Lionel Jospin faisait adopter sa loi d'orientation qui a mis sur orbite une démarche installant une concurrence entre établissements dans le cadre de la loi Jospin.

Lionel Jospin aurait du s'abstenir de présenter une telle loi de rupture !

Au moment où la campagne présidentielle de 2007 commençait, dix chercheurs et acteurs éducatifs sortaient un livre collectif qui aujourd'hui n'a pas pris une ride

Un réquisitoire juste et nécessaire

« De la destruction du savoir en temps de paix 

Ecole, Université, Patrimoine, Recherche »

Sous la direction de Corinne Abensour

Œuvre collective de Kathleen Barbereau,

Frédéric Kleman, Jean-Loïc Le Quellec,

Jacques Maillard, Pascal Polisset, Bernard Sergent,

Jean-Philippe Testefort et Edith Wolf.

Editions Mille et une nuits

456 pages, 19 €

Il ne s’agit pas là du nième livre écrit par un parent en colère ou un enseignant découragé… C’est une œuvre collective de réflexion et d’analyse qui nous est offerte.

Les auteurs qu’ils soient enseignants, chercheurs ou sociologues établissent le même diagnostic et mènent le même combat contre tous ceux qui voudraient mettre fin à la transmission des savoirs.

Les différentes réformes qui se sont succédé depuis la loi Haby de 1975 présentent une continuité et non une rupture d’après les auteurs qui y voient une adaptation du système scolaire aux directives européennes et aux besoins propres du patronat. Il faut à la fois des dépenses publiques les plus réduites possibles et à la fois disposer d’une main d’œuvre corvéable, jetable et capable de s’adapter.

La loi prétendue progressiste dite loi d’orientation Jospin de juillet 1989 a permis de remettre en question les règles d’égalité de traitement entre les établissements et à instituer une concurrence entre écoles, préparant le terrain à de nouvelles « innovations ».

« Le « projet d’établissement » a beaucoup contribué à domestiquer les récalcitrants. Les dotations budgétaires des établissements sont devenues systématiquement insuffisantes pour assurer les horaires encore définis nationalement. L’astuce a consisté pour les inspections académiques à moduler ces dotations par des crédits occasionnels en fonction de la docilité manifestéé aux « innovations » destructrices prônées par la loi de 1989.Dès lors, les établissements se sont retrouvés en concurrence les uns avec les autres…. »

Effectivement, il y a là un risque de voir se mettre en place une éducation qui perde son caractère national.

Des voix commencent à s’élever pour demander que la décentralisation soit menée à son terme avec des établissements détenant un caractère propre et des chefs d’établissements véritables chefs d’entreprises cherchant des sources de financements….

Même une certaine « gauche » rompt avec les principes républicains affichés en préconisant une certaine marchandisation de l’école. « …La campagne sur le respect de l’école lancée par Jack Lang était sponsorisée par la firme Morgan et on pouvait commander d’un simple clic un tee-shirt de cette marque, sur le site du ministère ».

L'argumentation développée est pertinente et rigoureuse et le lecteur y trouvera des clefs de compréhensiion sur les évolutions en cours et les politiques de destruction du savoir. Je n'ai qu'une critique à formuler c'est d'y retrouver encore une fois une condamnation un peu expéditive, sans réelle démonstration de la méthode dite semi globale....

Ceci étant dit, l'intérêt du livre c'est aussi d'aborder aussi la question du patrimoine et de la recherche, sujet de préoccupation et d'inquiétude qu'il le faut pas minimiser.

Dans l' une des contributions , intitulée « Trois musées aux gémonies », Bernard Sergent, chercheur au CNRS explique bien que derrière l'initiative personnelle, très médiatique du président Jacques Chirac conduisant à créer un nouveau musée dit d'art premier, voué exclusivement au tourisme, se cache une opération peu reluisante.

« le musée de l'Homme de Paul Rivet a cessé d'exister », l'ethnologie mise en caisses n'a surtout pas été déménagée au quai Branly.

« Le résultat est, avec la casse de trois musées, une très grande catastrophe culturelle qui n'a rien à envier à la Révolution culturelle chinoise, ou même à l'Afghanistan des talibans. Avec cette « nuance » que la casse française se déroule dans un pays qui se veut démocratique, en temps de paix. »....

Ce processus de marchandisation, de destruction de savoirs « non rentables » , de démantèlement des services publics de la Recherche, de l'Education et de la Culture se poursuivra inéluctablement, à moins que nous puissions l'arrêter.

Jean-François CHALOT


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 9 juillet 2011 16:42

    « Révolution culturelle chinoise, ou même à l’Afghanistan des talibans » ça, ça vient du marxisme-socialisme (congrès de Tours, non dénoncé) pur et dur, ainsi que l’obéissance au parti même contre sa propre famille, l’athéisme obligatoire absolu, le bannissement de l’amour humain en tant que dégénérescence bourgeoise... vous voulez que je continue ?
    De l’autre coté le « capitalisme » insensible laisse mourir, fait travailler jusqu’à la mort, ruine les petits paysans, asservit les ouvriers, ce capitalisme mafieux est une hydre qui se répand pour replacer la précédente idéologie ?
    Les polonais au moment de Solidarność disaient ceci que vous devriez méditer :
    Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme, le socialisme c’est le contraire !


    •  C BARRATIER C BARRATIER 9 juillet 2011 17:43

      Bon article. L’offensive contre la laïcité a été lancée par DEBRE en 1959, DE GAULLE avait constaté la désaffection des Français pour les écoles catholiques, le succès de l’école publique...et aussi déjà le recul de la foi catholique dans le pays. Il fallait tenter de relancer la religion catholique par l’école, depuis l’Europe essaie d’amplifier cette action digne de l’Opus Dei.

      Il y a de plus en plus les privilèges financiers pour l’école catholique :

       

      http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=184

       

      L’histoire du forfait communal est un roman ! De 1959 à 2005 on reste dans les clous. De 2005 à 2009, on grignote, on triche…voir les articles du « Guide du forfait communal ».

      http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=140

       

       

      Paradoxe, à force d’exagérer, il y a un retour à la loi de 1959, mais les communes qui ont dépensé sans compter pour l’école privée hésitent à freiner…Les listes électorales contiennent des parents d’élèves de l’école privée en nombre suffisant pour que celle-ci grignote l’école communale.


      Mais autre paradoxe, après le succès républicain des élections à l’assemblée nationale de 1956, qu’a fait Guy MOLLET, incapable de gérer l’affaire coloniale algérienne ? Il est allé chercher DE GAULLE.

      Depuis, les anti républicains ont repris le pouvoir en coulisse. Nous pouvons nous faire du souci pour la laïcité, nos services publics, et la République !


      • non667 9 juillet 2011 22:32

        à chalot et c. barratier
        copié collé a partir d’une réaction à propos d’une réforme valable pour toutes parce que générale sur l’EN et même plus loin
         

        g.yang
        entièrement d’accord avec vous ,passé l’age de raison 7-8 ans on ne doit plus baser l’éducation sur le ludique et l’affectif mais sur la raison , le ludique et l’affectif n’étant qu’un + éventuel .

         ces mauvaises méthodes/ réformes 68tardes ne sont pas des erreurs mais font parti d’un COMPLOT qui vise a démolir l’éducation nationale et au delà la nation /société française

        l’école de jules ferry avant 1966 (début des réformes) permettait l’instruction et l’ascension sociale sans discrimination sociale je peux en témoigner étant dans une école ou il y avait 50% d’enfant d’origine polonaise . Des siècles (depuis Charlemagne comme dit la chanson )d’expérience ont permis d’affiner les méthodes pédagogiques a l’école et une bande de trouduc n’ayant jamais enseigné viendrait tout démolir et imposer leurs élucubrations !!!!!!!!

        les ministres , les inspecteurs ,la hiérarchie , les pédagogues institutionnels (genre philippe meirieu ) n’étant pas des imbéciles ces

        réformes aberrantes (math moderne ,méthode globale ,notation par lettre ., suppression des notes , suppression du bepc , contrôle continue ,suppression du bac si,si il en a été question . ..etc .... ) ne peuvent êtres des erreurs mais un complot destiné a démolir l’école de jules ferry .
        la méthode pour les imposer étaient staliniennes, sorties au printemps ,formation d’une demie journée en juin , applicables à la rentrée suivante . les manuels n’étant pas encore sortis ., toutes remarques /contestations publiques valait a l’auteur une dénonciation et une visite de l’inspecteur et un rapport assassin à la clef et une note ( si,si il n ’est pas question de la supprimer celle là ).proche du renvoi pour incompétence !

        preuve/motif de ce complot : la déclaration de cohn bendit sur les universitésen mai 68 (revue à la télé en 2008 ) en substance :" inutile de promouvoir a classe ouvrière dans l’enseignement supérieur ils deviendront les plus fidèles valets du capitalisme "
        dans

        un contexte de rivalité capitalisme / communisme russe pour les rouges /roses il fallait en 68 faire échouer la société française pro-capitaliste en sapant l’éducation nationale de l’école à l’université , en formant les élèves a la revendication (délégués élèves ,délégués parents ) (aujourd’hui et en 2002 envoyés dans la rue ! )
        pendant toutes ces années les syndicats gauchistes pourtant tout puissant dans l’éducation nationale ne se sont jamais opposé à ces réformes (silence radio sur toute la ligne .,donc complices )
        après la disparition du communisme le travail de sape continuant de la part du ps (acquis au fmi .....) le motif ne peut être que :

        - maintenir dans l’ignorance /abrutir la vile populace pour la rendre plus docile et plus servile

        - démolir

        la nation française au profit du mondialisme judéo-américain .

        - démolir l’enseignement public pour le refiler au privé mondialo-capitaliste 
         volonté depuis toujours de la droite mais poursuivi après par la gauche insidieusement : (taper : autonomie des établissements 1983 ) autour de 1984 voulait sortir un projet ou les lycées auraient leurs bac propres répondant a un projet pédagogique spécifique avec recrutement /gestion des profs par le chef d’établissement ! etc... le ps = ok ; pc = 0 , il a fallu toute l’énergie des trotskistes infiltrés dans F.O. pour mettre en échec ce projet !
        mesurettes par mesurettes insidieusement la privatisation se prépare l’arrêt des notes ne sert qu’à démolir l’e.n. et a diviser les enseignants inutiles d’entrer dans ce débat .

        la dernière : on ne remplace qu’1 sur 2 départ en retraite = - 12000 postes de titulaires
        remplacement par des sans statuts la veille de la rentrée forcément incompétents ( prof ne s’improvise pas !), comme sabotage on ne peut faire pire !

         le combat limité a l’EN sera vain si le contexte mondialo- capitaliste reste  !
        la seule façon de combattre celui- ci en 2012 est de voter F N .
        sinon les chiens aboient la caravane/( en Irak tank ) passe !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès