Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Juin 1936-2016 : 80ème anniversaire des congés payés

Juin 1936-2016 : 80ème anniversaire des congés payés

 A l’heure où le gouvernement est en train de remettre en cause le droit du travail acquis par un siècle de luttes sociales, il est bon de se rappeler qu’en juin 1936, avait lieu un évènement historique avec la loi instituant le droit aux vacances.

Les souvenirs de cette période marquée par l’euphorie des congés payés restent forts. Photos, films, chansons, récits ont évoqué le succès des canotiers, les départs massifs en tandems, les gares bondées, les trains pleins à craquer, les baigneurs maladroits découvrant la mer pour la première fois…

 

Le 3 mai 1936, le Front populaire remporte les élections législatives. L’espérance suscitée chez les ouvriers est immense dans une France où le chômage et la misère s’étendent. Des mouvements de grève, avec des occupations d’usine, gagnent la France et font des congés payés une revendication de premier ordre. 

Dès le 5 juin, le nouveau président du Conseil, Léon Blum, annonce le dépôt immédiat d’un projet de loi sur le sujet affirmant que « tous les travailleurs sont concernés, que les ouvriers connaîtront dans leur labeur journalier d’une trêve d’au moins deux semaines et qu’ils pourront se consacrer librement au repos et aux satisfactions de la vie familiale et sociale et ce quels que soient leur sexe et leur âge, la nature du travail et la branche d’activité. ». Déposé le 9 juin, le projet est voté le 11 juin 1936 par la Chambre des députés à l’unanimité. Le sénat suivra avec seulement deux voix hostiles. 

Alors que le spectre de la guerre plane en Europe, en juillet-août 1936, 560 000 personnes prennent d’assaut les gares parisiennes grâce au billet populaire de congés annuels à tarif réduit de Léo Lagrange, sous-secrétaire d’Etat aux sports et à l’organisation des loisirs. " Certes, tous ne partent pas. Ceux qui restent vont pique-niquer quotidiennement dans les bois entourant Paris ", souligne Danielle Tartakowsky, professeur d’histoire à l’université Paris-VIII. Tous les témoignages insistent sur cette sensation nouvelle car le temps appartient désormais aussi aux ouvriers.

Jusqu’à cette date, les usines fermaient quinze jours en août, quand les propriétaires et les contremaîtres partaient sur la Côte normande ou sur la Côte d’Azur. Les deux semaines de salaires perdues imposaient aux familles de se serrer encore plus la ceinture.

En France, les congés payés avaient fait pourtant leur apparition avec un décret impérial du 9 novembre 1853 concernant les fonctionnaires (deux semaines). Au début du XXème siècle, les salariés du métro parisien, du gaz, de l’électricité, les employés de bureau et du commerce obtiennent une à trois semaines de repos. Les « grisettes » de la confection et les ouvriers du livre les rejoignent dans les années 1920. Et encore, seul 1% des ouvriers a alors droit à des « vacances rémunérées ».

L’expérience initiée au sein du journal « L’information » (quotidien politique économique et financier parisien) a été déterminante. Son directeur technique, J.J. Durand, syndiqué de longue date, obtenait de l’administration du journal, dès 1922, l’octroi de vacances payées au personnel. Léon Blum écrivait alors des articles pour « L’Information » et découvrit cette initiative qui l’intéressa vivement. Ce fut sans doute l'un des germes de cette révolution culturelle que fut la création des congés payés.

En Europe, l’Allemagne impériale avait instauré les congés payés dès 1905, suivie en 1910 par l’Autriche-Hongrie et les pays scandinaves. Le relais est pris lors de la décennie suivante par l’Europe de l’Est (Tchécoslovaquie, Pologne, Roumanie) et du Sud (Espagne, Portugal, Grèce et même l’Italie fasciste)

En 1948, les Nations unies adoptent la Déclaration universelle des droits de l’homme qui reconnait que « toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques ». L’augmentation des départs en vacances est due à la hausse du niveau de vie global, aux politiques de construction d’infrastructures de loisirs et d’aide directe aux familles, notamment grâce au rôle prépondérant joué par les comités d’entreprise. La 3ème semaine de congés sera généralisée en France en 1956, la 4ème en 1969 et la 5ème en 1982.

Mais aujourd’hui, le contraste est saisissant avec cette période car un retournement historique est en train de s’opérer sous l’impulsion du gouvernement « socialiste » de François Hollande. On assiste en effet à la volonté d’inverser la hiérarchie des valeurs et des normes qui voulait que la loi impose une protection à tous les salariés, les accords signés dans les entreprises ne pouvant qu’améliorer la loi. Avec le projet actuel du gouvernement, les accords d’entreprise seront là pour déroger à la loi en dégradant la situation des salariés et en remettant en cause le principe d'égalité…

 

Photo Creative commons par Yahoo Images 

 

Lire toutes les infos du blog : 

> Les 25 derniers articles

> Tous les articles

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 5 juin 11:25

    Profitez en bien car avec cette gauche de pourris ou la venue de la droite encore pire en 2017 Ses jours sont comptés .....


    • CN46400 CN46400 5 juin 12:07

      @zygzornifle


       Raisonnement curieux : Tant que c’est de petits bandits qui me dévalisent, je laisse faire, mais quand ce sera des grand, alors.... je réagirais. Ouais, mais que restera-t-il dans mes poches ?

    • devphil30 devphil30 6 juin 07:57

      @zygzornifle


      L’angle d’attaque du PS pour 2017 est si on écoute bien « C’est nous les moins pire des libéraux ... » 

      Voilà le crédo qu’ils sont en train de mettre en avant...

      Tout un programme 

    • zygzornifle zygzornifle 6 juin 11:41

      @devphil30
       


      2017 PS Halal VS LR Casher VS FN jambon beurre ....... on va se régaler ..... j’en salive déjà a l’avance ..... et on aura droit en prime a une belle indigestion ......

    • alinea alinea 5 juin 12:26

      Léo Lagrange ! Encore présent partout et qui a gardé son esprit initial, je ne saurais dire aujourd’hui, mais il y a peu !
      Et les maisons de vacances régies par les Mutuelles de chaque corps, puis les CE !
      Merci pour cette note nostalgique.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 5 juin 12:50

        @alinea....Léo Lagrange, qui ne voulait pas de femmes jeux..p’être un « homo » sans le savoir... ?


      • zutalors 5 juin 12:26

        Mais les prochains anniversaires pourraient être moins festifs, soufflant actuellement sur les fériés plutôt que ses bougies, au point que ses jours puissent être comptés.
        Heureux toutefois des 80 printemps d’une Loi à l’accouchement difficile...le bébé s’étant présenté par le siège.


        • tf1Groupie 5 juin 12:31

          On retiendra que les Français étaient plutôt à la traine pour l’instauration des congés payés par rapport aux autres pays.

          Et qu’il n’y a pas besoin de barricades, de blocages, ni de revolution pour faire progresser le droit du travail.

          Un mythe bien français


          • CN46400 CN46400 5 juin 14:05

            @tf1Groupie


             Ah bon ! c’est avant, ou après, les grèves que les congés payés sont arrivés sur le tapis ?

          • tonimarus45 5 juin 14:09

            @tf1Groupie«  »«  »« Et qu’il n’y a pas besoin de barricades, de blocages, ni de revolution pour faire progresser le droit du travail. »«  »DITES VOUS.Lisez vous en diagonale ???VOICI CI APRES CE QUE DIT L’AUTEUR


            «  »« Le 3 mai 1936, le Front populaire remporte les élections législatives. L’espérance suscitée chez les ouvriers est immense dans une France où le chômage et la misère s’étendent. Des mouvements de grève, avec des occupations d’usine, gagnent la France et font des congés payés une revendication de premier ordre. »«  » 

            J’ajouterais que en mais 68, c’est quand meme grace a la grande mobilisation et les nombreux mouvement de greve que le « smig » fut augmente de 20a 25%,non ???

          • tonimarus45 5 juin 14:16

            @tf1Groupie936 :bonjour—ET ENCORE-Sans luttes et sans greves dites vous ????Lisez ci apres

            • «  »«  »« Réunification de la CGT et de la CGTU lors du congrès de Toulouse (2 mars-5 mars) ; les confédérés dominent largement la nouvelle CGT. L’adhésion à laFSI est votée par 5 500 mandats contre 2 500. Les unitaires ne contrôlent que sept unions départementales.
            • Le 26 mai, une vague de grèves marquées par des occupations d’usines démarre au Havre et s’étend comme une traînée de poudre partout en France, contrairement aux mouvements infructueux de 1906 et 1919-1920. Le 7 juin sont signés les accords Matignon, entre la CGT et le patronat (CGPF). Les 11 et 12 juin sont votées les lois sociales sur les conventions collectives, l’institution de délégués d’atelier, le relèvement des salaires, l’instauration de quinze jours de congés payés et la semaine légale de 40 heures. »«  »«  »"
            • —Pourtant il est si facile de chercher sur le net

          • tf1Groupie 5 juin 15:15

            @tonimarus45

            Bonjour,
            L’auteur dit aussi ceci :
            "En Europe, l’Allemagne impériale avait instauré les congés payés dès 1905, suivie en 1910 par l’Autriche-Hongrie et les pays scandinaves. Le relais est pris lors de la décennie suivante par l’Europe de l’Est (Tchécoslovaquie, Pologne, Roumanie) et du Sud (Espagne, Portugal, Grèce et même l’Italie fasciste)"


          • tonimarus45 5 juin 18:19

            @tf1Groupie---l’auteur parle surtout de la france que je sache, alors si dans d’autres pays les conges pays ont pu etre obtenus sans luttes, en france cela n’a pas ete le cas,et les avancees sociales des travailleurs ce sont rarement faites sans luttes.Faut croire que les patrons français d’alors(l’epoque ou l’on faisait tirer la troupe sur les grevistes etait encore tres proche) etaient plus durs.Mais bon a vous lire ici ou là, je pense que peut etre regrettez vous cette epoque


          • tf1Groupie 5 juin 21:52

            @tonimarus45

            Dans d’autres pays elles peuvent se faire sans luttes et plus rapidement quand France ... c’est bien de le savoir.

            L’attaque personnelle était superflue mais est révélatrice de votre capacité à convaincre.


          • tonimarus45 6 juin 15:15

            @tf1Groupie—j’ai dit peut etre ??????ceci dit ici ou là je lis votre prose.Quand a convaincre de qui et dequoi ??????


          • tonimarus45 6 juin 15:39

            @tf1Groupie--- l’attaque personelle eta it superflue«  »« dites vous.tenez pour vous rafraichir la memoire, voici un de vos posts


             »«  »« tf1Groupie 6 juin 11:35

            @jaja

            Ces « milices armées » qui prennent des risques pour secourir les citoyens victimes d’inondations tandis que toi, le gentil, les harcèle et fout la merde.

            pauvre gars, va. »«  »«  »"

            SI CELA N’EST PAS UNE ATTAQUE (AD HOMINEN) ????????



          • jehe 5 juin 14:13

            Et ce n’est pas fini, le français va encore consentir à voter pour un autre politicard libéral, sans se rendre compte qu’il admet ainsi le principe de servitude volontaire. Point de révolution à attendre de l’avenir, chacun fait sa petite grève de son coté sans aucune solidarité pour la cause de la société républicaine dans son ensemble. Personne derrière les agriculteurs, certainement pas les cheminots ou les infirmières, les routiers bloquent, ils se font insulter par les taxis, les retraités grondent, les profs les regarde. J’en passe et des meilleurs, que vous pensiez que le problème ne tient qu’à un seul homme et une grave erreur, le problème est structurel, la société est à repenser, mais tout le monde consent au marché débridé en votant pour des hommes aux ordres du capitalisme.  


            • Croa Croa 5 juin 15:02

              À jehe,
              Contrairement aux apparences médiatiques il n’y a pas division mais convergence des luttes au contraire. (En tout cas dans le monde salariés, les agriculteurs par exemple constituent un monde à part.)
              Non le problème ne tient pas à un seul homme mais le fait est qu’il se pose là et prétend régler le problème où plutôt s’affirme droit dans ses bottes comme l’homme qui ne cédera pas. C’est donc à lui que la rue s’adresse, quoi de plus normal ?


            • Jeekes Jeekes 5 juin 14:38

              J’imagine la tronche des gattaz de l’époque, ils ont du en faire des ulcères à l’estomac... 


              Savoureuse idée ! 

              • Jeff84 5 juin 16:16

                Les congés payés ne sont pas un avantage. S’ils n’existaient pas, les salariés auraient simplement la même rémunération annuelle, mais sur 47 semaines au lieu de 52.

                Mais au moins, ils auraient le choix de travailler plus de semaines pour gagner plus.
                Enfin, ils le font quand même sous le droit actuel, mais le patron est obligé de le payer au black, puisque c’est illégal.

                • Jean Pierre 5 juin 17:20

                  @Jeff84

                  Oui à la liberté de travailler pendant les congés, la nuit, le week-end, 80 heures par semaines, après 65 ans ou avant 16 ans, dans un premier temps ! Assez de ces atteintes insupportables à la liberté ! Puis, pour aller plus loin encore sur le chemin lumineux de la liberté, battons nous, camarades, pour la liberté du travail des enfants de 10 ans dans les mines ! Rien ne doit arrêter la liberté ! 

                • Jeff84 5 juin 18:35

                  @Jean Pierre
                  Vous êtes vraiment un grand malade. Personne ne ferait le choix d’envoyer ses gosses dans une mine.

                  Par contre, travailler 1 semaine sur les 5, cela arrive assez souvent, et vos lois à la con n’y changent rien.

                • Jean Pierre 5 juin 20:40

                  @Jeff84
                  Personne ne ferait le choix d’envoyer ses enfants dans la mine ? Si, cela se fait couramment en Afrique et il suffit de deux conditions pour cela. Que les lois le permettent (ou que des lois existantes ne soient pas respectées) et que la situation économique des parents soit tellement désastreuse qu’ils ne voient pas d’autres solution pour subsister.

                  Donc cela se fait dans le cadre du libre marché ( ou chacun s’adapte librement, comme chacun le sait) et donc dans la liberté.
                  Non aux lois à la con qui interdissent le travail des enfants ! Vive la liberté !

                • foufouille foufouille 6 juin 02:15

                  @Jean Pierre
                  et aussi en amérique du sud car la paye est de deux smic pour un gamin. même si le grand père crève d’une maladie du poumon.


                • Jeff84 6 juin 07:34

                  @Jean Pierre
                  Personne en France ne ferait ce choix.


                  Maintenant, si vous changez le contexte, en effet les gens dans certains pays pauvres (où le libéralisme n’est jamais appliqué, non l’anarchie n’est pas du libéralisme) préfèrent faire bosser leurs enfants que crever de faim. Je comprends que vous préférez leur interdire, et donc qu’ils crèvent effectivement de faim, mais pas moi.

                  S’il y avait eu des imbéciles pour faire de telles lois avant le 19e siècle, et qu’elles avaient été appliquées, il n’y aurait plus d’être humain sur terre.

                • rocla+ rocla+ 5 juin 16:30

                  Si on écoutait les goumunisses , il auraient non seulement inventé les congés 

                  payés  , mais aussi les périodes de ces congés .


                  Ainsi , sans eux , il n’ existeraient pas  le mois de Juillet , ni le mois d’ Aout .

                  Avant les goumunisses les gens mourraient de suite à la naissance .

                  Il on aussi inventé la SNCF  pour pouvoir montrer leurs talents de grévistes
                  professionnels . 

                  On doit tout au goumunisses . 

                  Je crois que ce qu’ ils ont inventé en premier  c’ est leur monstrueuse connerie . 

                  Et le restant découle  de  cette gigantesque découverte .

                  Merci les goumunisses  et encore bravo .



                  • foufouille foufouille 5 juin 16:56

                    @rocla+
                    Si on écoutait les cassos RSIstes , l’école ne serait toujours pas obligatoires et l’esclavage légal.
                    la sécu et la retraite seraient réservées aux cassos RSIstes. les autres serviraient de banques d’organes pour cassos RSIstes.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 17:24

                    @foufouille
                    Quelles sont les statistiques de l’esclavage moderue ? 

                    46 millions dans le monde.
                    Une hausse de 28 % en 2 ans d’après le rapport Global Slavery Index 2016 de Walt Freeman Fondation dirigé par le milliardaire Andrew Forest 
                    C’est en Inde, en Chine et au Pakistan, Bangladesh, Ousbekistan... que l’esclavage est le plus répandu. 
                    Je n’ai pas les chiffres pour la France.
                    Pour la Belgique, ils seraient 2000

                  • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 17:25

                    J’oubliais en Europe c’est 1,24 millions


                  • foufouille foufouille 5 juin 21:36

                    @L’enfoiré
                    légal signifie que tu pourrais acheter légalement ta femme ou ton enfant et que ses droits seraient réduits au stricte minimum.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 17:02

                    Qu’est ce que les congés ont changé et qu’est ce qui a gagné de plus en plus : l’industrie du tourisme.


                    • foufouille foufouille 5 juin 17:05

                      C’est bien l’opinion de l’actuel Président du Conseil, le radical Albert Sarraut, qui invite Blum à prendre immédiatement sa place pour résoudre la situation. Mais celui-ci refuse, soucieux de respecter scrupuleusement le calendrier fixant l’expiration du mandat de la Chambre élue en 1932 au mois de juin41. Le patronat hésite à employer la force pour évacuer les usines et préfère la négociation. Le gouvernement Blum, enfin formé le 4 juin, cherche tout de suite à faire cesser le mouvement de grève. Les accords Matignon sont signés dans la nuit du 7 au 8 en échange de l’évacuation des usines. Mais la reprise n’est pas immédiate, et bien des délégués des usines en grève souhaitent continuer le mouvement. À partir du 11 juin, le PCF milite pour l’arrêt des grèves, Maurice Thorez déclarant qu’« il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue »42. Le mouvement gréviste reflue peu à peu.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 17:17

                        @foufouille
                        Il ne faut jamais tuer la poule aux oeufs d’or dans le commerce.

                        La grève est faites pour marquer un désaccord et pour en discuter , pas pour perdre les clients

                      • foufouille foufouille 5 juin 21:39

                        @L’enfoiré
                        vu le nombre d’escrocs dans le commerce en france, tu as toujours d’autres pigeons a plumer.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 17:12

                        Ce qui m’amusé dans l’article, c’est le principe d’égalité. 

                        Nous avons des desiderata différents. 
                        Les jours on veut les récupérer en fonction de ses propres idées et agenda.
                        C’est fini la vente de prendre ses congés en même temps à boucher toutes les routes.
                        Les congés on les veut à la carte.
                        Les professions liées au tourisme s’adaptent aux périodes multiples de Noël, Pâques et autres.
                        Ils sont prêts à travailler de très longues journées et prendre en bloc des périodes plus calmes.

                        • njama njama 5 juin 17:20

                          Une semaine de congés payés ne coûte que 1/52 de la masse salariale, soit 1,923 %, et sachant aussi que dans le coût de production, la masse salariale n’en représente qu’une partie, variable il est vrai suivant l’activité, les produits ou services (partie faible dans les cas de haute valeur ajoutée).

                          Conclusion autant dire que les deux semaines obtenues ensuite, la 4ème en 1969 et la 5ème en 1982, ne pourraient en aucun cas avoir plombé les comptes du patronat, ni gréver l’économie nationale, car ces temps libres ont générés des économies parallèles dans le domaine des loisirs, du tourisme, ... dont l’importance aujourd’hui est digne de l’industrie.


                          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 juin 18:20

                            Vrai... côté France d’aujourd’hui qui perd ses acquis sociaux fondamentaux.


                            Mais plus vrai encore et certainement plus criminel le côté obscur de la loi pirate et scélérate de Hollande-Valls. Cette loi ne remettra pas en cause les congés payés, mais elle donnera les pleins pouvoirs aux embaucheurs d’embaucher qui ils veulent monnayant le salaire qu’ils veulent et surtout de renvoyer qui ils veulent sans rien dédommager... 

                            Le terrorisme sous toutes ses formes a pour but d’amener les individus ou le peuple (qui n’ont plus le choix) ) à la soumission et à accepter la condition qu’on leur impose. Le peuple cherchera toujours du travail et avec la rareté de ce dernier, il acceptera « n’importe quel boulot » pour « n’importe quel salaire ». 

                            Ne vous faites pas d’illusions, tout ce qui a été fait ces dernières décennies (dévaluation des cultures, destruction des pays, diabolisation des religions, mondialisation des fléaux, foisonnement des paradis fécaux, remplacement des lois et de la justice par le terrorisme et par la corruption...) prépare en fait le monde de demain ; un monde ou la noblesse de l’argent renaîtra et exploitera les populaces totalement désœuvrées et incapables de se rassembler et de réagir de maniéré rationnelle !

                            Vous ne le voyez pas ? C’est le peuple français qui condamne les syndicats qui luttent contre la volonté esclavagiste de l’Elysée ! La solidarité est morte !

                            Le monde est à l’envers  : Les acquis sociaux seront remplacés par les acquis des Etats et des régimes hors la loi qui garderont et leurs fonctions et leurs privilèges exorbitantes : 

                            Ce sont les gouvernants qui veulent leur Libération et non pas les populaces !!!

                            Alors j’ai envie de reposer une énième fois cette question : A quoi sert un président, a quoi sert un chef de gouvernement .... A conduire les troupeaux vers « Métropolis », ce vieux rêve occidental ?


                            • Vercassivellaunos Vercassivellaunos 5 juin 19:52

                              La gauche, le socialisme, c’est ce qui sauvera la France, les plus grandes avancés sociales sont de gauche (Le christianisme, l’état-nation, nos valeurs, nos droits sociaux...).
                              La gauche est le meilleur rempart contre un capitalisme débridé ; certaines idéologies d’extrême-droite servent le capital, Robert Menard financé par Rotschild et Cie, par l’intermédiaire du réseau Gladio afin d’affaiblir la position française en commençant par Béziers, , le parti laïc, résistance laïc de Christine Tassin, un mouvement identitaire sioniste qui ne cherche qu’a semer la discorde en France, pour que l’Etoile soit bien visible de jour comme de nuit, quatre vaisseaux spatiaux des Frères cosmiques se mirent en orbite.
                              Mon combat serait le noble idéal de lutter contre les forces de l’agression totalitaire dans le monde, de l’obligation de trouver des solutions aux problèmes actuels et de l’application des techniques de restauration de la société, sur les plans économique, financier, politique, religieux, écologique, scientifique, culturel et artistique de la civilisation.
                              Une France forte, rendre la fierté aux français, éviter la division doit être un but que nous devons atteindre.


                              • tf1Groupie 5 juin 21:56

                                @Vercassivellaunos

                                Non, les plus grandes avancées de la France c’est sous Napoleon.

                                Ce qu’il nous faut c’est un empereur...


                              • Vercassivellaunos Vercassivellaunos 5 juin 22:27

                                @tf1Groupie
                                Oui, plus particulièrement Napoléon III.
                                Ceci dit, j’évoquais les avancés sous la République, les français se méfient du changement et je doute qu’ils veulent d’un empereur, donc d’un pouvoir fort, surtout après des décennies de propagande.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès