Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Julien Coupat passe la barre des 100 jours de détention provisoire

Julien Coupat passe la barre des 100 jours de détention provisoire

 112 jours pas moins de détention provisoire plus loin, le parquet général de la cour d’appel de Paris s’est opposé ce vendredi à la troisième demande de remise en liberté de Julien Coupat alors qu’aucun élément nouveau n’est venu renforcer un dossier d’accusation jugé peu étayé. Le jeune homme de Tarnac, incarcéré depuis le 15 novembre est suspecté d’être le chef de file d’une “cellule invisible” soupçonnée d’avoir saboté des lignes TGV à l’automne dernier. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris rendra sa décision le 13 mars.

Le 23 février, un juge des libertés et de la détention (JLD) avait rejeté la demande de Julien Coupat. Selon l’avocate de ce dernier, Me Irène Terrel, qui avait fait appel, Julien Coupat “réunit toutes les conditions à la fois de droit et de fait pour être libéré”.

Julien Coupat reste le seul détenu de ce dossier où neuf personnes sont mises en examen, notamment pour “association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste”. Il est également poursuivi pour “direction d’une association de malfaiteurs terroristes”, une incrimination passible des assises.

L’affaire suscite une vive polémique même si, le temps passant, la presse tend à moins relayer l’évolution du dossier. Sur Le Monde.fr, on pouvait lire ce soir en réaction à l’article publié sur le sujet le commentaire d’un certain Ruz :”Son comité de soutien et son probable éditeur ne vont pas nous faire croire qu’on est devant une nouvelle affaire Dreyfus. S’il est maintenu en détention, c’est que les charges pesant sur lui sont suffisantes et que les faits qui lui sont imputés sont gravissimes. Parfois, on n’ose imaginer les conséquences qu’ils auraient pu avoir sur des vies humaines. Mais il est vrai que L’insurrection qui vient n’a rien à foutre de la vie des autres.” 

Dans le cas de l’affaire Dreyfus, l’accusation reposait notamment sur de fausses preuves grossières, fabriquées sur mesure. Dans ce qu’il convient désormais d’appeler “l’affaire Coupat”, le trouble est essentiellement lié au fait que le parquet a été incapable jusqu’à ce jour de rendre public la moindre preuve tangible de culpabilité. Un mauvais scénario à la Minority report dans lequel la présomption de culpabilité semble l’avoir emporté sur la présomption d’innocence.

 


 

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Redj Redj 8 mars 2009 00:19

    Et ben, si c’est comme pour Colonna, ils doivent encore chercher des preuves, voire les fabriquer, pour le désigner coupable ce Julien Coupat !!


    • MAIKEULKEUL 8 mars 2009 01:40

      Non c’est beaucoup plus grave

      Il faut alimenter la "machine" antiterroriste. Tout est bon, même les "lettres" accompagnées de cartouche de 9 m/m.

      C’est du n’importe quoi, mais en attendant un homme se trouve en prison pour des nèfles.

      Lorsqu’il y aura un retournement, et il y aura un retournement, il ne faudra pas faire de cadeau car eux n’en font pas.


      • Emmanuel Aguéra LeManu 8 mars 2009 04:14

        Mes premières pensées vont au père de Julien, à sa copine aussi, et à leurs proches, dont j’imagine le désespoir.
        Comme pour Yvan Colonna, l’état sera obligé de justifier cette exaction qui devrait dans une vraie démocratie déboucher sur une destitution du Président pour parjure. Ce type est censé être le garant des institutions et le gardien de la république, mais trahit allègrement les deux sans aucune vergogne en assénant (on l’a vu récemment) des mensonges évidents avec aplomb et insolence ironique à la gueule des Français. C’est lui le terroriste, mais qu’il se méfie bien, car entre une étiquette de terroriste et celle d’un héros de la résistance, la seule différence, c’est que le premier a perdu et le deuxième a gagné ; mais pour être sur, il faut attendre la fin de la guerre, non d’un petit incident de circonstance... probablement fabriqué de toutes pièces.
        Alors donc, pendant ce temps-là, la France assimile opinion et terrorisme... Les belles années sont de retour : lettres de cachet, disiez-vous ? j’ajoute arbitraire, fait du prince et délit d’opinion...

        Où sont-ils, les 53% de couillons qui nous ont foutu dans cette merde courue d’avance ?
        Le travail, c’est la liberté, disait-il... 53% de cons... pauvre France, pauvre Julien...
        T’en fais pas Julien, tiens le coup. Ton père et ta copine sont la fierté des parents des prisonniers politiques dont je pensais qu’ils avaient disparus en France... Ton cas sera date.

        J’attends le prochain rapport d’Amnesty et celui de la LIDH. Sarko devra payer. Le plus tôt sera le moins cher.
        Courage !


      • E-fred E-fred 8 mars 2009 10:28

        à maïkeumkeul

        Tu as oublié la dynamite dans les toilettes des Galeries Lafayette, posé par le fameux Front Révolutionnaire Afghan...(pour faire penser inconsciemment à RAF, la faction armée rouge, sans doute ???)...

        INTERVIEW - Gaël Quirante, 33 ans, postier et syndicaliste à Levallois-Perret (92) a été convoqué lundi 12 janvier au 36, quai des Orfèvres.

        Motif : une lettre anonyme l’accuse d’être l’auteur de la menace d’attentats du Printemps-Haussmann, le 16 décembre dernier. Pour sa part, la police judiciaire et le parquet refusent de commenter la convocation, en raison du « secret de l’enquête ». Une seule chose est certaine, la piste du terrorisme d’extrême gauche semble intéresser l’antiterrorisme.

        Que s’est-il passé le 7 janvier dernier ?
        Alors que je rentre de congés, j’écoute mon répondeur… La veille, un commandant de la brigade criminelle section anti-terroriste m’a laissé un message où il me demande de me présenter au 36, Quai des Orfèvres pour « éclaircir une affaire ». Dans mon courrier, je trouve également une lettre signée de la brigade criminelle qui me demande de me présenter « le plus tôt possible » à la même adresse, sans me préciser le motif de cette convocation. J’ai appelé un avocat, mais j’ai passé la nuit à me demander si la police n’allait pas venir me chercher chez moi.

        Vous ne décidez pas de rappeler le commandant qui vous a convoqué ?

        Si, mais le lendemain, après avoir consulté un avocat. Le commandant me précise qu’ils ont reçu une lettre anonyme postée au centre de tri de Nanterre (92) le 17 décembre et dans laquelle un corbeau affirme que je suis l’auteur de la tentative d’attentat. C’est complètement surréaliste. En plus le commandant me dit que suite à la lettre j’ai été « environné ». Le commandant m’a également précisé que je ne « correspondais pas au profil » que dans le cas contraire, ils « seraient venus me chercher chez moi à 6 heures du matin et qu’ils auraient posé les questions après… »

        Pourtant, vous avez quand même dû vous présenter au 36, Quai des Orfèvres le lundi suivant...
        Oui, c’est hallucinant pour moi le 36, Quai des Orfèvres, c’était juste du cinéma. Et là sur la base d’une simple lettre anonyme je me retrouve au centre d’une affaire énorme. Même si j’avais la conscience tranquille, je savais que je n’avais rien fait, j’étais très inquiet et je me suis demandé si cette dénonciation avait à voir avec mon activité de syndicaliste.

        Que s’est-il passé dans le bureau de la brigade criminelle anti-terroriste ?
        Je suis resté 2h45 dans leurs bureaux. Ils m’ont dit que ce n’était pas une plaisanterie et que c’était la procédure. Ils m’ont montré la lettre, une feuille blanche A4 où il y avait écrit à la main : « Printemps-Haussmann, Gaël Quirante » et mon adresse personnelle. C’est sur la base de cette lettre là que je me suis fait « environner » ! Ils m’ont demandé ce que je faisais les 10 (date de prise de contact des auteurs avec l’AFP) et 16 décembre. Heureusement, que j’étais sur divers centre de tri ces jours, imaginez si j’avais été dans le coin par hasard. Il m’a également affirmé qu’ils avaient vérifié grâce à mon téléphone portable si j’étais sorti du département des Hauts-de-Seine, le 16 décembre. J’ai eu de la chance, car ce n’était le cas. Enfin, ils m’ont demandé si j’avais des ennemis.

        Vous avez décidé de porter plainte. Pourquoi ?
        En effet, j’ai demandé aux policiers de noter dans le procès verbal que je portais plainte contre X pour dénonciation calomnieuse et j’ai également demandé une expertise génétique de la lettre pour en découvrir les auteurs. Sur ce point, ils m’ont répondu que cela allait être compliqué car il y avait plusieurs personnes qui avaient touché le document. Mais j’ai maintenu ma demande.

        Avez-vous des soupçons sur le ou les auteurs de la lettre anonyme ?

        Je ne veux pas porter d’accusation calomnieuse, surtout sans preuve. Mais j’espère vraiment que cela n’a rien à voir avec mon engagement syndical à La Poste. Nous sommes en conflit depuis le 20 octobre dernier contre les réorganisations des services et pour une prime contre la vie chère. Et comme par hasard dans la même période, j’ai reçu une lettre de convocation à un entretien préalable au licenciement et une autre au commissariat le 20 janvier prochain avec deux autres postiers du syndicat. Mais là, ça va trop loin. J’espère que tous ces évènements ne sont qu’une coïncidence, parce que ça commence à faire beaucoup pour une seule personne.

        Propos recueillis par Leila Minano, Youpress

        Le lieutenant Médéric Bertaud a été libéré de la prison de la Santé où il était en détention provisoire...il pourra fêter celà avec Marchiani... (suite à la grâce partielle ordonnée le 23 décembre par le président Nicolas Sarkozyet déduisant six mois des trois ans de prison ferme auxquels il a été condamné.) mais ouais !!!



        Julien Coupat est quand à lui toujours EMPRISONNE à la Santé...



        Mars 2007. Xavier Raufer, « spécialiste » de la criminalité, rend un rapport à Réseau Ferré de France (RFF) [1], en charge des lignes de chemin de fer.
        http://www.le-tigre.net/Tentative-de-reorganisation.html



      • Popo 8 mars 2009 11:09

        Assimile opinion et terrorisme ?
        Si on prend les faits, pas la personne, je précise : placer un bloc de béton sur une voie et projeter donc de faire dérailler un train à grande vitesse et par voie de conséquence entraîner la mort d’innocents, c’est affirmer une opinion ? Dans ce pays où la liberté d’expression est l’une des plus large au monde, il existe des moyens de faire passer son opinion. Projetter de tuer des gens , dans ce cas, c’est du terrorisme.


      • Popo 8 mars 2009 12:22

        Les médias alimentent cette psychose et pas seulement les médias officiels : prenez l’huma, libé et autres, ils ont titré dessus aussi ! Les vraies affaires de lutte-antiterroriste, on en parle pas, les services font leur boulot, point barre.


      • PtitLudo PtitLudo 8 mars 2009 07:49

        Si la même chose se passait à Cuba ou au Vénézuela, qu’est-ce qu’on n’entendrai pas ! Si les présentateurs de JT avaient un peu de couilles, il y aurai, comme à l’époque des otages du liban, un décompte du nombre de jours en prison de J. Coupat à l’ouverture du JT.
        L’autre jour je voyais un documentaire sur la montée du fascisme en Italie. A l’époque, certains journaliste étaient simplement des héros car c’était la mort qui les attendait au coin de la rue. Epoque révolue, maintenant il n’y a plus que des larves, des carpettes, des chienchiens à son pépère !


        • E-fred E-fred 8 mars 2009 10:06

          La Liberté a plus besoin de défenseurs que de gardiens.

          Merci à Henri Moreigne pour le rappel.

          Nous ne sommes pas que des numéros.


          • pissefroid pissefroid 8 mars 2009 10:59

            Cette histoire correspond à l’idée de la justice qu’a notre immense nicolas.
            Il n’y a que des présumés coupables.


            • Popo 8 mars 2009 11:04

              ...
              Quand la justice laisse filter, c’est un scandale..Quand la justice garde le secret de l’instruction c’est un scandale...Soyez plus franc au lieu de cracher sur la justice et les juges et le pouvoir en permanence, soyez honnêtes et affirmez que nous n’aimez la justice que quand elle penche de votre côté. Et oui, mais la justice ce n’est pas ça....


              • K K 8 mars 2009 11:21

                La justice a pris un virage dans les annees 2000. Nous sommes tous des presumes coupables. Les procureurs et les juges s’expriment ouvertement devant les medias sans preter attention aux "degats collateraux". Parfois cet etalage leur retombe sur la tete et cela donne Outreaux. Mais le plus souvent, les personnes sont broyees par une machine qui n’a pas besoin de preuves pour avancer.


                • Popo 8 mars 2009 12:03

                  Des affaires médiatisées à outrance y a toujours eu , pas que "depuis les années 2000"....La soif des médias pour le sensationnel, le malsain, a conduit à cela.


                • Reinette Reinette 8 mars 2009 14:22

                  RESISTONS A L’ARNAQUE !

                  L’hystérie antiterroriste vise à terroriser l’opinion publique et à séparer les mécontents du reste de la société, aussi bien qu’entre eux.

                   Avec la crise, le gouvernement craint une jonction entre des personnes cherchant à vivre autrement, des ouvriers en colère qui se sentent trahis par leurs syndicats et aussi, pourquoi pas, les banlieues.

                  Frapper les jeunes de Tarnac, c’est intimider tous ceux qui veulent - ou pourraient - un jour vouloir résister ensemble.

                   

                  • paul muadhib 8 mars 2009 14:29

                    l abus de language que je relais sur beaucoup de medias n interesse personne..il n y a pas de justice, la vrai appellation serait plutot "ministere de la punition", cree par et aux ordres des pouvoirs en place,depuis toujours.je propose donc l appellation suivante : ministere de la punition soumis au bon vouloir de nos "seigneurs" et maitres- 1er alinea. le "seigneur" et maitre est lui meme exempt de la punition etc....
                     smiley c est plus juste.


                    • Reinette Reinette 8 mars 2009 15:20

                      16/11/2009

                      Jean Plazanet, ancien maire de Tarnac et cofondateur du comité de soutien avec Letellier, est amicalement interpellé par Pierre Coutaud, maire de Peyrelevade : « Le sous-préfet te fait dire qu’il aimerait bien que tu arrêtes de comparer cette opération de police avec la rafle d’avril 1944. »

                      Jean Plazanet éclate de rire : « Qu’il vienne me le dire en face, ce blanc-bec. Personne n’empêchera les anciens d’avoir de la mémoire. »


                      • krolik krolik 8 mars 2009 16:19

                        A priori, Coupat donnait dans l’agit-prop de gauche.
                        Son séjour en taule lui donne le temps d’écrire un bouquin.
                        J’espère qu’il en profite, de grands "anciens" de l’agit-prop qui ont réussi ultérieurement ont commencé comme cela. Le bouquin de la nouvelle théorie fondamentale... !!
                        Attendons pour voir s’il a la classe qui lui est prêtée..

                        @+


                          • E-fred E-fred 9 mars 2009 09:21

                            à reinette

                            Elle est vraiment géniale cette photo, non ?

                            Je l’avais utilisée pour un article.


                          • stephane 8 mars 2009 18:52

                            La qualification de "terrorisme" dans cette affaire d’arrachage de lignes d’alimentaion ferroviaire est encore plus "décalée", à mon sens, que les 100 jours de détention.... Malheureusement, l’un ne va pas sans l’autre.

                            Dans mon jargon, jusque là, terrorisme recoupait plutôt des notions telles que attentat sanglant, volonté de semer la peur, la panique par des actes aussi aveugles qu’ignobles ; voire terrorisme d’état mais là....malgrè mon désarroi, j’avoue une certaine froideur, un manque de compassion pour quelques centaines de mètres de fils électriques arrachés.

                            Maintenant, si on me parle de vandalisme, voire de sabotage, je ne suis pas le dernier à dire que chacun doit assumer ses responsabilités et que si les coupables sont retrouvés, ils doivent payer pour leurs actes.

                            Nos lois, à l’image de la langue française, permettent de multiples nuances et donc qualifications des actes de chacun : si demain il me prenait l’envie de manifester pour l’inculpé en cause, est ce que , images de caméras de vidéosurveillance -en croissance exponentielle- à l’appui, on pourrait m’inculper de soutien à une entreprise à vocation terroriste ?


                            • PtitLudo PtitLudo 8 mars 2009 19:17

                              si demain il me prenait l’envie de manifester pour l’inculpé en cause, est ce que , images de caméras de vidéosurveillance -en croissance exponentielle- à l’appui, on pourrait m’inculper de soutien à une entreprise à vocation terroriste ?

                              Tu as tout compris Stéphane. Peut-être pas dans l’instant mais au moindre pépin (et apparament on peut très vite se retrouver en gàv actuellement), on te met ça sur le dos.


                            • phiconvers phiconvers 8 mars 2009 20:25

                              Un coco révolutionnaire ne peut pas être totalement innoncent. Attendons sans impatience les 200 jours.


                              • Bobland59 Bobland59 8 mars 2009 21:25

                                Comme je viens de l’écrire à la suite de l’article de Momo sur l’affaire mexicaine . Notre zoro d’opérette va vite aussi délivrer ce français accusé, embastillé sans preuve, il croupit dans une geôle française, pas besoin de déplacer un gros avion ...........


                                • K K 8 mars 2009 21:37

                                  C’est vrai. Il est plus que temps que la police presente les preuves dont elle dispose pour justifier le maintien en detention. Des vraies preuves doivent etre presentees.


                                • Christoff_M Christoff_M 9 mars 2009 08:44

                                   tient ce n’est un people pas de manifs ??? pas de comité Ingrid !!

                                  on attend la réaction de monsieur Besancenot le soi disant révolutionnaire aux tee shirts bran Ché, pour savoir s’il défend les gauchistes ou sa petite carrière...


                                • LaEr LaEr 9 mars 2009 09:14

                                  La France, ce doux pays qu’était le mien...
                                  Je présente les preuves à charge, qui font de moi, selon notre chère sinistre de l’intérieur, un coupable idéal...
                                  J’ai en ma possession :

                                  - Quelques livres traitant de l’idéologie Anarcho-libertaire

                                  - du matériel de forge pouvant servir à réaliser les arraches-caténaires

                                  De plus, je possède deux 9mm (légaux), et j’ai montré plus d’une fois mon hostilité au régime sarkosiste...

                                  Et bien, je suis content d’habiter en Belgique, car là, je pense que j’étais bon pour la guillotine sans aucune forme de procès... Couic !

                                  Plus sérieusement, merci pour ce rappel, et soutient à Julien Coupat.


                                  • chmoll chmoll 9 mars 2009 09:32

                                    j’viens d’finir un bouquiin sur pinochet,fin j’ai cru l’avoir fini,ont dirait tout que l’histouère continue


                                    • Emile Red Emile Red 9 mars 2009 14:02

                                      Quand le politicien cautionne un complot, le citoyen qui le dévoile est puni.
                                      Quand le politicien dénonce un complot, le citoyen qui le dévoile est puni.

                                      Chauprade, Coupat, victimes des contradictions volontaires d’un gouvernement schizophrène

                                      assasin.


                                      • edend edend 29 avril 2009 00:08

                                        « Terroristes », c’est ce qu’on pouvait lire sur les affiches nazis qui invitaient à dénoncer les résistants... Coupat coupable ou non de bloquer des trains, au moins lui il ne s’entraine pas comme les militaires de la DGSE à faire sauter des voitures...
                                        L’album en libre diffusion Serta Zikaï lui est dédié http://morne.free.fr/celluledessites/SymbolOfSubversion/sertazikai.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès