Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Julien sauvé des eaux

Julien sauvé des eaux

C’est en pensant au film de Renoir "Boudu sauvé des eaux" que j’ai choisi ce titre. Mais Julien n’est pas un clochard. C’est un garçon de18 ans privé d’une enfance normale qui a mené une vie errante pendant plus d’un mois avant d’être placé dans un foyer éducatif par l’ASE.

Qu’est-ce que l’ASE (Aide sociale à l’enfance) ?

Information du ministère de la Santé

L’Aide sociale à l’enfance s’inscrit dans le dispositif général de l’aide sociale destinée aux personnes qui ne peuvent faire face à leurs besoins à cause de leur handicap, de leur âge ou de difficultés économiques ou sociales. Depuis les lois de décentralisation, l’Aide sociale à l’enfance (ASE) a été quasi intégralement placée sous l’autorité des présidents des Conseils généraux, les services de l’État (DDASS) ne conservant que deux compétences : le contrôle de légalité des décisions prises en matière d’ASE (mais celles-ci ne font pas l’objet d’une transmission obligatoire), et la fonction de tuteur des pupilles de l’État.

Dans le cadre des dispositions législatives et réglementaires, l’organisation et la mise en œuvre de la politique de protection de l’enfance, mission d’intérêt général et d’ordre public, revient à chaque département. Chacun organise le service, attribue les prestations dont il fixe les tarifs et s’appuie sur un dispositif d’établissements et de services, publics ou privés habilités, dont le financement est approuvé chaque année lors du vote du budget et dont l’activité est contrôlée par les services du Conseil général.

Les services de l’Aide sociale à l’enfance, prévus au titre II du Code de la famille et de l’aide sociale (CFAS), résultent de la loi du 6 juin 1984, relative aux droits des usagers, de la loi du 6 janvier 1986, dite loi particulière, intervenue pour adapter la législation aux transferts de compétences en application des lois de décentralisation et de la loi du 10 juillet 1989 relative à la prévention des mauvais traitements.

Depuis la décentralisation, les dépenses d’Aide sociale à l’enfance sont le premier poste des dépenses d’aide sociale des Conseils généraux : en 1999, elles représentent, sur la France entière 4 337 millions d’euros, soit une dépense nette moyenne par habitant de 72 euros. Cette moyenne reflète néanmoins une forte dispersion, puisque la dépense par habitant est comprise selon les départements entre 20 et 176 euros.

Le système français de protection de l’enfance, au-delà de l’ASE s’articule autour d’interventions judiciaires. Celles-ci se distinguent des interventions administratives de deux façons : elles sont subordonnées à l’existence d’une plainte ou de requêtes de la famille, d’une situation d’urgence ou de danger au sens de l’article 375 du Code civil. L’autorité judiciaire est la seule à pouvoir prendre des décisions contraignantes vis-à-vis de la famille ou du mineur. Aussi, la protection judiciaire vient-elle souvent compléter ou relayer la protection administrative. C’est notamment le cas lorsque les mesures de soutien mises en œuvre avec le consentement de la famille ne suffisent plus ou quand ce consentement fait défaut (passage d’une action éducative administrative à une action éducative en milieu ouvert, par exemple).

Par-delà les mandats judiciaires, la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) assume une double mission de prévention de la délinquance et de contribution à la protection de l’enfance. Le cadre juridique général de son action reste encore aujourd’hui l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante, qui abroge la loi du 22 juillet 1912 sur les tribunaux pour enfants et la liberté surveillée, et sur le fondement de laquelle l’autorité judiciaire mène une action protectrice dont l’objet est de substituer à la sanction, et notamment à l’incarcération, une action d’éducation et d’insertion sociale. C’est cette ordonnance qui a institué un magistrat spécialisé, le juge pour enfants.

La vie de Julien

J’ai rencontré Julien par hasard le mois dernier. C’est un garçon très gentil, mais il se livre difficilement. Pour en savoir davantage, j’ai interrogé son éducatrice dans le foyer ASE où il est placé encore pour quelques mois (Julien n’est pas son vrai prénom, car il était essentiel de préserver son anonymat).

Julien est né le 30 octobre 1990, enfant unique d’un jeune couple marié. Ses parents se sont séparés quand il avait 2 ans. L’enfant est resté avec sa mère, qui avait déjà trouvé un nouveau compagnon. Julien a un très mauvais souvenir de ses années d’enfance ; il dit que son beau-père le battait souvent, ainsi que sa mère. À 11 ans il a commencé à faire des fugues, à quitter le domicile de sa mère pour rester plusieurs jours chez un copain sans que personne ne sache où il était. Il manquait souvent l’école. Voyant cela, l’assistance sociale scolaire a fait un signalement à l’autorité judiciaire et Julien a été placé dans un foyer ASE dans lequel il est resté deux ans.

À 14 ans, avec l’accord de l’ASE, Julien est rentré chez sa mère qui venait de se fâcher avec son compagnon et de le remplacer par un autre, moins violent. Pendant un an, il mène une vie normale. Il va régulièrement au collège, mais ce n’est pas un bon élève. Puis, le 18 septembre 2007, il quitte le domicile familial, sans explications, sans donner aucune nouvelle. Maintenant, sa mère dit qu’elle ne comprend pas pourquoi il est parti, mais Julien laisse entendre que c’est parce que son nouveau compagnon la battait, comme le précédent.

On a retrouvé Julien le 21 octobre 2007. Il a déclaré à la police qu’il était parti seul, qu’il dormait sous des porches d’immeubles et qu’il se faisait aider par des SDF. Il n’avait subi aucune violence. L’ASE l’a placé dans un nouveau foyer éducatif. Selon son éducatrice, il lui a fallu plusieurs mois pour se détendre. Au début, il dormait par terre. Il disait que tout lui était égal, mais il semblait terrorisé à l’idée qu’il pourrait se retrouver à la rue. Il pensait qu’il n’avait aucune valeur. Après quelques mois, il a accepté de s’inscrire dans un centre de formation pour préparer un CAP de restauration. Il s’est mis à travailler un peu, à parler avec les autres pensionnaires du foyer, à ranger sa chambre. Mais la moindre contrariété risque de lui faire tout abandonner. Au cours de sa formation en alternance, il a changé plusieurs fois d’employeur pour des raisons insignifiantes. Il travaille actuellement dans une cantine scolaire, et son employeur est très content de lui. Il a de bonnes capacités professionnelles. Son éducatrice espère que son séjour au foyer sera prolongé au-delà de sa majorité pour qu’il puisse terminer ses études.

Pourquoi cet article ?

Je ne suis pas sociologue et je ne veux tirer aucune conclusion de l’histoire de Julien. C’est seulement l’occasion pour moi de diffuser un message d’espoir. Un garçon marqué depuis son plus jeune âge par la violence et la peur a des chances malgré tout de mener une vie normale quand il entrera dans le monde des adultes. Mais rien n’est jamais gagné.

Grâce à Julien, j’ai découvert l’Aide sociale à l’enfance. C’est l’une des meilleures institutions de la République française, il faut la préserver. J’ai appris que les conseils généraux ont beaucoup de mal à la financer, en raison de la politique actuelle de réduction des crédits. Les éducateurs et éducatrices des foyers ASE où des enfants comme Julien sont placés par l’autorité judiciaire font un travail formidable qui mériterait d’être mieux connu du public.


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Elisabeth P Elisabeth Piotelat 10 octobre 2008 13:28

    Le gouvernement annonce la suppression de 3 000 postes Rased au budget 2009 comme conséquence de la mise en place des 60 heures "d’aide personnalisée".

    RASED signifie "Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté". Ce sont des enseignants spécialisés (psychologie, pédagogie) qui interviennent dans les classes dès la maternelle pour prendre en charge de petits groupes d’élèves (4/5) en échec scolaire.

    Cet article montre très bien l’intérêt d’avoir des psychologues dans les établissements scolaires. Julien aurait pu bénéficier d’une aide personnalisée de 2h par semaine avec un enseignant, ça n’aurait rien changé. 


    • Annie 10 octobre 2008 19:49

      Leila,
      J’ai vraiment aimé votre dernier article sur Gaza. J’aurai souhaité intervenir, malheureusement dès que l’on prononce le mot Palestine ou Israël sur ce site, la bête se réveille chez de nombreux agoraviens. 
      Je n’avais pas vraiment raison de commenter votre article cette fois-ci dans la mesure où je ne connais plus très bien le système français (j’habite l’Angleterre) mais mon fils ainé s’appelle Julian et mon deuxième fils est né le 30 octobre 1990. Alors le sort a décidé que je devais simplement souhaiter à tous les Julien et tous les autres qui ont une chance de s’en sortir de le faire et de vous remercier qu’ils ne soient pas totalement oubliés. 
      Le service public ici ou ailleurs pour ces jeunes est un cache misère. Ceux qui s’en sortent n’ont pas de la chance ; ils sont miraculés car tout milite contre eux. 
      Merci et passez une bonne soirée
      Annie


      • Leila Leila 10 octobre 2008 20:24

        @Annie

        Vos encouragements me font chaud au coeur.
        Bonne soirée à vous.


        • Leila Leila 10 octobre 2008 21:11

          Le moinssage ne m’a pas échappé. Mes compliments au courageux anonyme.


          • orange orange 11 octobre 2008 09:00

            "c’est une des meilleurs institutions de la Républiques française, il faut la préserver."
             Oui je suis d’accord avec ce que vous dîtes, mais il faut toute fois en changer la pratique sur le terrain des professionnels qui y travaille( services éducatives), car tous les enfants de l’ASE, ne vivent pas dans les même condition que Julien.


            • Céphale Céphale 11 octobre 2008 11:35

              Sarkozy a mis l’accent sur les centres fermés, qui ne concernent qu’un petit nombre de jeunes par comparaison avec la population des foyers éducatifs ASE. Mais c’est dans la logique de la politique de répression du gouvernement actuel, et ça plaît aux lecteurs de la presse people. C’est de la démagogie.

              Bravo Leila !


              • Leila Leila 12 octobre 2008 11:03

                Merci à l’équipe AV d’avoir mis cet article en première page de l’édition du dimanche.

                Je lis dans l’éditorial du Monde daté d’aujourd’hui que le gouvernement français menace de réduire son soutien aux collectivités locales. Cette politique absurde porterait un coup fatal à l’ASE et conduirait ainsi un nombre croissant de jeunes vers la drogue et la criminalité.


                • orange orange 12 octobre 2008 19:00

                  Et de se débarasser de jeuns proche de la majorité (17ans et demi) lorsque celui ci n’a plus aucun reperd. Je dis cela car c’est ce qui vient d’arriver à une jeune de connaissance qui n’a plus aucun avenir que celui de se laisser vivre à droite et à gauche.


                • jkw 13 octobre 2008 21:25

                  Excellent article qui une fois de plus montre deux approches différentes :

                  1- ceux pour qui l’homme est un paresseux de nature, bon à rien et qu’il faut en permanence secouer pour obtenir quelque chose. Et quand on a trop secoué et qu’on n’obteint plus rien, "on jette" (dans un autre language : on exclu !...dès l’école car notre système est bien fait !)
                  on fait sortir ces individus des filières normales, on les isole, ce qui a pour effet de leur faire perdre leurs repère un peu plus...et d’accentuer leur décadence : ils deviennent ainsi "irrécupérables", RMIstes de métier car plus aucun employeur ne consent à prendre un peu de temps pour les aider.

                  - cette thèse est soutenue par ceux qui réclament un encadrement fort, basé sur la sanction (action - réaction) la trique ! rien que cela !

                  2- ceux qui croient en l’homme , ceux pour qui l’homme est une personne qui a envie d’apprendre, de découvrir, de grandir, pouvu qu’on ne le frustre pas (comme par exemple la fumisterie du management par objectif !), ceux qui sont là pour aider à grandir, ceux qui sont là pour créer un environnement positif dans lequel chacun, dans une démarcxhe d’apprentissage permanent pourra "s’éclater", se dépasser, prendre plaisir...
                  cet article montre combien des individus dans des situations critiques peuvent encore se dépasser quand on leur montre que l’on croie en eux et qu’on les mets dans un environnement positif et qu’on les accompagne...

                  Une fois de plus, ce gouvernement n’a rien compris (mais applique comme des ânes les thèses du Medef..)..on va supprimer des postes "de soutien"
                  ...on rempli les prisons....aucun soutien pour les détenus, aucun accompagement....on ne s’occupe pas des RMIstes sinon en les faisant passer pour des paresseux....(pas très valorisant pour ceux qui auraient l’idée de les embaucher..) la France paresseuse qui ne pense qu’aux 35 heures et aux RTT...la droite a démotivé 95% du Pays ! sans être capable de proposer autre chose que son clan s’en foutre plein les poches !!
                  aujourd’hui on relance le travail du dimanche...il ne faut pas prendre de retard dans le programme du Medef !!
                  mais qui donc va leur dire que ce que la france a besoin c’est d’activités, des carnets de commande pleins...et pendant que nos patrons se lamentent avec le code du travail qui les êmpêchent de travailler, les 35 heurs ; les RTT, le travail du dimanche, ...etc .. . des pays comme l’Allemagne , l’Angleterre sont présents à l’étranger pour vendre, dans les pays qui préparent leur avenir en investissant, ceux où la France ne risque pas de vendre car elle n’est pas présente...
                  ce n’est pas la fin du code du travail qui va donner du boulot à nos usines, ni le passage à 70heures par semaine.......
                  aujourd’hui il fallait muscler nos PME pour qu’elles "jouent" à l’étranger et booster la recherche...le contraire de ce qu’à fait ce gouvernement depuis Raffarin et que Sarkozy n’a pas encore compris !

                  OUI, il faut croire en l’Homme !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès