Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Jusqu’ici tout va bien

Jusqu’ici tout va bien

Jusqu'ici tout va bien...
 
Cela fait des mois que je souhaite écrire cet article afin de vous exposer un ressenti que de nombreux français comme moi, ont vécu durant ces dernières années. J'ai 37 ans et je suis né dans une ville du nord de la France. Sur la côte d'Opale, la sinistrose et le taux de chômage ont explosé à la face de tous les habitants de ma région qui pour la plupart, ont gardé un moral d'acier. 
L'acier, on peut en parler ! Usinor comme ASCOMETAL, de grandes industries qui ont attiré une population d'ouvriers prometteurs qui ont peuplé et créé cette formidable dynamique sociale et culturelle qui a fait la force et les faiblesses de nombreuses villes du terreau chti. La force puisée dans une solidarité authentique de la population ouvrière, et les faiblesses qui ont émergé du terreau anarchiste voire extrémiste.
 Aujourd'hui, les nouvelles générations qui prennent le relais de leurs aînés, entrent dans la vie active avec une incroyable fatalité que l'on ne cesse d'alimenter à travers les médias qui ne manquent jamais de s'engouffrer dans la culture du "buzz". Les politiques sont impuissants face à la machine du capitalisme ravageur, "acceptez donc la fatalité et choisissez la moins pire des solutions, le déclassement et la patience". Attendre que la sauce de l'optimisme puisse retrouver le bon air du temps où les emplois coulaient à flot, que la solidarité ne coûtait pas si chère que ça, que notre sécurité sociale avait un solde créditeur sur ses comptes financiers, que la redistribution de nos deniers ne posait de soucis à personne, on n'avait pas le temps d'y penser... Tout le monde avait du travail chez USINOR, "tu tapais à la porte des grands bureaux le matin, et l'après midi on t'embauchait en CDI !!"... Voilà ce que j'entends au quotidien de la bouche des retraités qui nous plaignent dans ces heures sombres de notre économie malade, ils ont connu le travail à 14 ans, on nous a appris à être presque scandalisé à l'idée d'imaginer pouvoir travailler dés l'âge adolescent ! A cette époque oui, on était "apprenti" maçon en percevant un vrai salaire, et en étant sur que l'on trouverait du boulot ailleurs sans trop de difficultés... Je peine à y croire encore du haut de mes 37 ans sachant qu'on est obligé de passer par une loi pour forcer les employeurs à rémunérer un apprenti stagiaire BAC+5. 
 
Je sais, je plonge facilement au cœur du cliché nostalgique d'un passé qui n'est pas si éloigné de la génération des trentenaires ! Et je ne suis pas non plus un conservateur ou même un réac, état d'esprit qui revient à la mode. Non vraiment, si je poursuis librement cette idée d'écrire une vérité qui m'est propre, c'est pour exposer ouvertement le profond malaise et ce sentiment d'injustice qui pèse sur chaque individu qui garde en lui l'écho d'une phrase redondante "jusqu'ici tout va bien" sans vouloir plagier le final du film "la haine" de Mathieu kassovitch... Car oui, jusqu'ici tout va bien pour celui qui se relève quand le chômage le frappe au quotidien. Jusqu'ici tout va bien, pour celui qui croit en l'espoir du renouveau et du "véritable" changement que l'on attend tous au delà des clivages politiques, car ni la gauche ni la droite n'a le monopole de l'humanisme ! En ces temps de crises, on ne fait pas face réellement à ce qui est en train de nous perdre : la perte des valeurs fondamentales qui ont consolidé le ciment de notre civilisation occidentale. Après s'être affranchi des concepts religieux obscurantistes de ces derniers siècles, on avait enfin le champs libre pour construire une société qui s'élève et qui harmonise le chemin vers la réussite pour tous. Paradoxalement, nos vies matérielles ont considérablement évolué vers d'honorables défis technologiques, mais toutes ces améliorations ne trouvent leur essor qu'à travers l'appui de fonds privés en quête d'enrichissement ! L'intérêt "public" qui passe au second plan, n'est pas si rentable au regard des efforts financiers à injecter pour assurer la meilleure sécurité ou la meilleure efficacité technologique. Il suffit d'énumérer les multitudes de scandales autour de la commercialisation des médicaments, la technologie nucléaire ou encore le forage lié au gaz de schiste. Vous allez me dire qu'il ne faut pas être naïf, dans la politique du pire, il faut ajuster ses armes face aux pays émergents qui ont tout aussi soif de réussites... Mais durant toutes ces années d'aveuglement revanchard face à une économie mondiale vindicative, tout un pays est en train de perdre son âme, les fantômes d'un passé fasciste sont sur le point de ressusciter, mes voisins qui admiraient encore le festival des folklores du monde il y a une bonne dizaine d'années, sont convaincus que l'afghanistan est à leur porte et que leur fille va épouser un Ben Laden. Pendant ce temps la, ils ne se sont pas aperçus que la société qui gère l'eau dans notre commune a été privatisée et qu'elle nous demande un tarif toujours plus élevé chaque année. 
Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien... 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 31 mars 2014 10:04

    « ...mes voisins qui admiraient encore le festival des folklores du monde il y a une bonne dizaine d’années, sont convaincus que l’afghanistan est à leur porte et que leur fille va épouser un Ben Laden. »


    C’est comme qui dirait le monde de demain, la Grande Fraternité universelle promise par les Lumières, les Loges et le Manifeste du Parti communiste, s’effondrant dans l’assourdissant fracas du crash des chimères.

    Triste, triste... smiley smiley smiley

    • César Castique César Castique 31 mars 2014 17:15

      Vous n’allez pas me faire croire, champion, qu’un affranchi comme vous croit à ces fariboles dégoulinant de bons sentiments !


    • César Castique César Castique 1er avril 2014 08:47

      « qui sont en train d’exterminer toutes formes de particularismes culturels (surtout les leurs)... »


      Surtout les leurs, vous avez très bien vu, parce que ces gens vivent dans la terreur d’être quelque chose que d’autres ne pourraient pas être, ce qui serait contraire aux principes d’égalité et d’universalité. 

      Que d’autres puissent être quelque chose qu’ils ne peuvent pas être ne les dérange pas outre mesure, parce que cela les place dans une situation d’infériorité. Dans leurs esprits dévoyés, être inférieurs, ce n’est pas grave, le péché mortel c’est de se croire supérieur, donc le mieux, le plus prudent, c’est de se dire rien du tout et éloigner ainsi et le risque et la tentation.

      Certains de ces illuminés vont jusqu’à dire que le lieu de leur naissance est dû hasard, comme s’ils ne s’inscrivaient pas dans une lignée généalogique, mais que Goo Goo Goliath, la cigogne alcoolique, les avait livrés à la mauvaise adresse.

    • alinea Alinea 31 mars 2014 13:43

      Très joli texte l’auteur ; la tristesse de voir s’écrouler un monde se passe de commentaires, et vos évocations sont riches, en profondeur. Merci donc


      • Richard Schneider Richard Schneider 31 mars 2014 17:14

        D’accord avec vous, Aliena. C’est un « joli texte d’auteur » qui change des sempiternelles jérémiades de nos grands politologues, qui fleurissent sur ce site. En quelques phrases simples et sincères, l’auteur décrit toute la détresse d’une génération qui a perdu toutes ses illusions …


      • DAMEDEPIQUE DAMEDEPIQUE 31 mars 2014 14:44

        comme vous avez raison ! « jusqu’ici tout va bien » Mais à confondre vague bleue avec débâcle rose, à ignorer les millions d’abstentionnistes, à refuser de voir le malaise voire le mal être de milliers de personnes, dans quelques mois vous allez sans doute réécrire, « jusqu’ici tout allait bien »


        • Ruut Ruut 31 mars 2014 15:09

          La privatisation dans un cadre de fausse concurrence est la pire chose qui soit.


          • Le421 Le421 31 mars 2014 17:01

            car ni la gauche ni la droite n’a le monopole de l’humanisme...

            Hum.
            Je ne connais pas beaucoup de mesures de solidarité sociale dont la droite puisse se prévaloir.
            La devise serait plutôt au chacun pour sa gueule et moi en premier.
            La solidarité a été rayée du dictionnaire et remplacée par « assistanat ».
            Et les plus assistés dans ce pays, ce sont les plus riches !! Et oui, et oui !!


            • Le421 Le421 31 mars 2014 17:03

              Remarquez, si vous considérez que les socialos sont de gauche... Evidemment !!
              Avec beaucoup d’imagination et 25 de Q.I., ce qui ne va normalement pas ensemble...


            • Vipère Vipère 31 mars 2014 17:43

               

               

              Si tout allait si bien, nous n’aurions pas 38 % d’abstentionnistes qui ne croient plus en l’avenir de cette Société qui plonge dans la misère toujours plus de français !

              Le paradoxe est que le niveau de vie a progressé par rapport au siècle dernier, mais dans le même temps les inégalités n’ont jamais été aussi criantes, créant non pas une, mais des fractures sociales ! 

               


              • Gnagnagna 31 mars 2014 23:44

                Le printemps, avec un Vals qui va serrer les vis, va sûrement être très très chaud...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Bayrone


Voir ses articles







Palmarès