Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Justice « ombrageuse »

Justice « ombrageuse »

Il serait donc scandaleux de mettre en doute les capacités d’un juge, d’un magistrat. Ils sont d’ailleurs protégés par « l’outrage » fait à magistrat, à la Justice. Ce statut privilégié ne relève-t-il pas d’un autre âge ? A une époque où toutes les références « sacrées » explosent, dans laquelle le doute et l’interrogation sont de mise et c’est heureux ; il faudrait que ces dinosaures de la Justice passent au travers du tamis de la contestation et de la remise en cause ? La critique acerbe, le jugement de valeur, serait interdit dans ce domaine ?

En dépit des hurlements qui s’abattent sur lui, je suis très heureux de la position ferme de Guaino. Il ne bouge pas d'un iota : Interrogé par le Journal du Dimanche sur la défense qu'il compte adopter dans l'affaire qui l'oppose au juge Jean-Michel Gentil (il est poursuivi pour l'avoir accusé d'avoir "déshonoré la justice" NDLR), le député UMP des Yvelines est clair. Il n'a pas l'intention de répondre aux questions de la police chargée de l'enquête préliminaire sur cette affaire. "A priori, je n'ai pas l'intention de répondre aux questions de cette brigade" Il est soutenu à juste titre par 105 députés UMP s'étonnent de la décision du parquet d'ouvrir une enquête et reprennent à leur compte les propos valant à Henri Guaino ces poursuites. S’exprimant sur France 5, à C/Politique, Henri Guaino se félicite que cette affaire permette de savoir si dans une démocratie, le délit d’opinion existe. En clair, la suite de cette plainte déposée par le juge « outragé » peut très bien entraîner une sanction judiciaire pour l’auteur des paroles dites « infamantes ». C’est du droit, du juridique, mais alors on saura que nous ne sommes pas véritablement en démocratie. Henri Guaino n’a en effet rien à ajouter que la police ne connaisse ! Il a dit clairement et publiquement son opinion sur cette affaire. De plus il persiste, signe et reconnaît les faits ! Que pourrait-il dire de plus à la police ? Il n'a plus qu'à attendre sa convocation devant la justice. Une belle partie de rigolade en perspective !

De "belles personnes" ou "plumes"s’indignent : "il se trouve donc encore des élus pour considérer qu’ils n’ont pas à rendre compte de leurs faits et gestes, et qui voudraient interpréter eux-mêmes la loi. Une forme d’impunité, ou d’immunité absolue, qui est revendiquée haut et fort". Pourtant rien de tout cela, Henri Guaino n'est pas en fuite, tout le monde et la police en particulier peut facilement le joindre, voir le menotter ! Chiche ! Il n'a aucune révélation "inédite" à faire, tout est sur la place publique. Que la Justice fasse son boulot et que l'on puisse rigoler un bon coup. Chiche ! Que disent les « révolutionnaires, les progressistes ? Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a estimé quant à lui que "les politiques doivent donner l'exemple". Il déplore les « outrances », dans un parallèle avec les "sauvageons" que dénonçait Jean-Pierre Chevènement. Cette petite affaire, toute mineure, permet au moins de mieux voir où se trouvent les « conservateurs »

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 14 mai 2013 11:54

    N’importe quoi votre article , comment vous pouvez écrire de tels choses :

    «  Ce statut privilégié ne relève-t-il pas d’un autre âge ? »

    La justice est structuré avec des gardes fous par contre les politiques sont amenées par leur relation et leur pouvoir à « déraper » en terme financier , conflit d’intérêt etc ...

    Heureusement que la justice est indépendante avec une protection de leur statut car amener à rendre la justice cela peut générer des invectives à l’encontre de celui qui juge et détermine une sanction.

    Et ce guaino , il a fait lui , il a dénigré publiquement le juge , la justice et cela il faudrait le laisser passer.

    Cette droite est pourri , malsaine et dangereuse quand un président traite une personne de pauvre con c’est bien représentatif du mode de pensée de ces dictateurs en herbe.

    Philippe 


    • Fergus Fergus 14 mai 2013 11:55

      Bonjour, Jlhuss

      Il semble décidément que vous ayez à coeur de défendre les pires causes. A moins que vous ne soyez victime d’un goût immodéré pour la provocation.

      Certes, Guaino et ses amis ont parfaitement le droit de critiquer une décision de justice - en l’occurrence prise par 3 juges et non par le seul Gentil - mais leur statut de caciques d’un parti de gouvernement devrait les amener à plus de mesure dans l:es propos. Car au delà de la seule critique de la mise en examen de Sarkozy, c’est l’institution judiciaire que ces pitoyables gugusses mettent en cause de manière insultante en évoquant « une salissure de la France » ou un « déshonneur de la Justice ». C’est inacceptable.

      Je note que, même au sein de l’UMP, les modérés se sont tus. Seuls les pitbulls du sarkozysme, suivis par quelques dizaines de bénêts, se sont lancés dans cette croisade scandaleuse. Au risque, comme je l’ai écrit hier, de flinguer leur patron. Mais peut-être est-ce finalement le but recherché pour faire place nette en vue de 2017.


      • CHALOT CHALOT 14 mai 2013 11:57

        Au moins un contributeur 100% réactionnaire qui revendique son positionnement réactionnaire
        Personne ne doit échapper à la justice...Il est quand même scandaleux qu’en 2013 celui qui pique dans un magasin de quoi manger se retrouve en prison et que des Guaino puisse agir ainsi !


        • Fergus Fergus 14 mai 2013 14:57

          Bonjour, Chalot.

          100 % d’accord ! Le jour où, collectivement, nos compatriotes auront compris cela, se lèvera enfin l’espoir que les magouilles pourront être éradiquées de l’exercice du pouvoir.


        • CHALUT@CHALOT

          comment demander aux jeunes des banlieues portant drapeaux tunisien et algérien de respecter « LA REPUBLIQUE FRANCAISE SES JUGES ET SES POLICIERS »

          ALORS QU UN DEBILE COMME GUAINO AIDE PAR GOASGUEN ROQUET BLANCHI SUR LES BANCS DE L ASSEMBLEE ET 105 DEPUTES REFUSNT DE SUIVRE LES LOIS QU ILS VOTENT EUX MEMES .......EN RESPECTANT LES JUGES ET LES POLICIERS..............et leurs convocations et assignations voir sanctions quand il y en a..
          leur jeu est clair comme avec les « tradis » DE BARJOT1 UNE GUERRE CIVILE

          BARJOT 2 ETANT GUAINO


        • wesson wesson 14 mai 2013 14:59

          bonjour l’auteur, 

          ce que vous ne comprenez pas, c’est ce que les gens normaux - y compris ceux qui sont de droite et ça en fait un paquet - reprochent réellement à Guaino, 

          Ils ne lui reprochent pas ses prises de position, et sa critique de l’appareil de justice. C’est sain dans une démocratie de ne pas être d’accord, et de le dire.

          Par contre, ce que les gens reprochent, c’est que M. Guaino se place au dessus de la loi en décidant si il compte déférer ou non à une convocation judiciaire.

          Ce faisant, il se comporte comme un factieux ainsi que tous ceux qui le suivent. Et il se trouve que dans le contexte d’une république, il y a pas mal de gens qui trouvent cela parfaitement anormal, là encore y compris des gens du bord politique de M. Guaino.


          Il y a une règle républicaine : on doit obéir à la loi, ou en subir les conséquences. Aucune raison valable ne permet d’y déroger, qui que nous soyons. J’espère que cette affaire ira jusqu’au bout, et que M. Guaino se retrouvera en correctionnelle - entouré de 2 gendarmes si il le faut.

          • Rincevent Rincevent 14 mai 2013 17:16

            Les arguments (péremptoires) de l’auteur sont recevables, pourquoi pas ? Néanmoins, que se passerait-il si un citoyen lambda était pris dans ce genre de procédure ? L’auteur glose sur les menottes mais il oublie le reste, la garde à vue avec ses joyeusetés : 48 heures à mijoter, accessoirement fouille, ceinture, lacets, etc.

            La différence est là pour nos « élites ». Il leur est inconcevable de se voir traiter (très éventuellement) comme le commun, au nom de la loi...


            • redredsir 14 mai 2013 20:54

              Les compagnons de Jlhuss au secours du factieux... au feu ! on s’inquièterait des dégâts ?
              Le prétentieux serait donc présomptueux ?
              Môssieur Guaino ira voir la police, comme tous les convoqués, son manque d’humilité magnifiant l’humiliation.
              Et s’il tient sa parole en va-de-la-gueule rétif , on se régalera davantage, à l’effeuillage promis de sa superbe. 
              L’homme est d’une suffisance détestable, comme légitimé de naissance, un comble pour un élu que d’insulter l’institution qui l’a promu, mais aussi la démonstration implicite que l’abus de pratiques courtisanes l’ont déconnecté du droit commun, donc du droit chemin.


              • noop noop 15 mai 2013 10:46

                Deux possibilités :

                1 - soit les magistrats sont dans la sphère politique et politisées, comme c’est le cas aujourd’hui, avec les syndicats, qu’ils soient de droite de gauche ou du centre et ils doivent se soumettre au scrutin... donc être élus (ou non) sur leurs étiquettes politiques.

                2 - soit l’on considère qu’il s’agit d’une fonction régalienne de l’état, et alors aussi bien peuvent-ils avoir individuellement leurs opinions évidemment, aussi bien ils ne doivent en aucun cas l’officialiser, ni se réunir en organisation politisée, restant des serviteurs de l’état, et dans ce cas alors ils peuvent continuer à n’avoir des comptes à rendre qu’aux institutions républicaines.

                Pour des raisons de responsabilité devant la société entière, je suis partisant de la première solution.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès