Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’accompagnement scolaire à la croisée des chemins !

L’accompagnement scolaire à la croisée des chemins !

L’école devrait permettre à chacun d’accéder aux savoirs fondamentaux.
Elle devrait assurer l’aide personnalisée, adaptée à chaque élève rencontrant des difficultés.
Le soutien scolaire et l’accompagnement des élèves en dehors des horaires d’enseignement ne devrait pas exister...
Malheureusement ce n’est pas le cas et de nombreux parents sont inquiets pour l’avenir de leurs enfants.
Certains tombent dans les filets des marchands de soutien...

D'un côté vous avez des associations avec peu de moyens mais avec des valeurs fortes

De l'autre côté, des entreprises qui ont décidé de s'emparer du « marché du soutien scolaire »...

Les premiers craignent pour l'avenir avec les subventions publiques qui baissent, les seconds déploient des moyens publicitaires énormes.

Il y a plusieurs années déjà, en visitant les stands du forum des associations de ma commune, je fus stupéfait de voir qu'un groupement « associatif » d'aide aux devoirs avait réussi à déjouer la vigilance des organisateurs en s'installant...

Ce stand proposait pour un coût de 20 € de l'heure, des cours de rattrapage et de mise à niveau assurés par des personnes qualifiées...

Si effectivement tout le monde à le droit de travailler plus (!) et même pour des professeurs à la retraite de chercher des compléments de ressource, un forum des associations n'est pas un étal de commerces...

Aujourd'hui cette « association » n'est plus présente au forum et de toutes façons elle n'arrive pas à percer sur la commune...Et pour cause ; une association familiale laïque assure de l'accompagnement à la scolarité en ne demandant qu'une cotisation de 12 € par famille et par an pour un « droit de tirage » quasi illimité...Plusieurs enfants d'une même fratrie peuvent dans ce cadre tarifaire être accompagnés et les parents ont loisir aussi de participer à d'autres clubs.

Il s'agit pour cette réelle association comme pour beaucoup d'autres qui agissent sur le territoire national de permettre aux enfants, à tous les enfants de pouvoir être suivis dans leur scolarité par des adultes motivés et compétents.

Les bénévoles ne font pas classe après la classe mais apportent les explications simples nécessaires aux enfants et les aident à s'organiser...

Pour éviter toutes les dérives possibles, l'association est en relation partenariale avec le collège de la ville afin d'agir dans le cadre d'une complémentarité éducative .

Tranquillement, par notre action nous avons « chassé les marchands du temple » qui vont rechercher un marché lucratif ailleurs.

Oui c'est un marché juteux pour de nombreuses entreprises ou pour de pseudos associations qui s'appuient sur la détresse des familles...

« Nous voulons que nos enfants réussissent alors, s'il faut payer, payons » !

C'est ce que pensent de nombreux parents, sensibles ou non à une publicité très présente.

Le marché du soutien scolaire est en pleine explosion. Il représente plus de 3 milliards d'euros par an dont 60 à 70 % en « sous terrain ».

Il bénéficie des réductions d'impôts proposées aux familles pour les inciter à sauter le pas .

Des officines veulent développer encore plus ce secteur qui leur apporte des excédents confortables.

Ils aimeraient que la fameuse directive européenne en faveur de « la concurrence libre et non faussée » puisse s'appliquer pour ce secteur des services à la personne.

Les associations qui constatent la baisse régulière des subventions publiques qui leur sont allouées par les pouvoirs publics commencent à lancer un cri d'alarme...

Il s'agit là du combat entre les mouvements d'éducation populaire et ceux qui n'ont comme moteur que la recherche d'un profit maximal.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Razzara Razzara 8 février 2011 12:00

    L’enseignement et l’école sont à la croisée des chemins, pour sûr ! Et cela ne va certainement pas aller en s’arrangeant vu ce qui se met en place :

    http://www.sudeducation.org/Dispositif-E-CLAIR.html

    Extraits :

    Le dispositif [E]CLAIR est un protocole d’expérimentation de nouveaux modes de gestion des personnels et des « usagers » qui annonce la suppression de l’éducation prioritaire ou du moins des moyens qui lui étaient attribués, et amorce un glissement : on cesse d’essayer de résoudre partout le problème général de l’échec scolaire et on concentre de pauvres moyens pour maintenir la paix sociale dans quelques secteurs.

    L’axe sécuritaire est déjà en place avec l’abandon du traitement éducatif de l’échec scolaire et le recours systématique à la police et aux équipes mobiles de sécurité.

    On constate déjà que ce nouveau dispositif se met en place à moyens constants, voire en baisse (par exemple, 4 CAE supprimés à Jean Moulin, Aubervilliers).

    Sous couvert de réformer l’éducation prioritaire, le dispositif (E)CLAIR transforme donc résolument les conditions d’enseignement. Le dispositif vient d’être étendu aux écoles primaires du secteur des établissements CLAIR et aux au réseau RAR pour la rentrée 2011.

    Le dispositif “ECLAIR” est une machine de guerre contre l’éducation prioritaire, vers une gestion managériale et sécuritaire de l’éducation.

    8< ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Tout ce que fait ce gouvernement de m.... peut se résumer à une seule chose : démanteler par tous les moyens les services publiques aux profits du secteur privé, avec en toile de fond une idéologie répugnante aux relents vichystes  ! Ah y a pas à dire, elle est belle la France d’après ou ensemble tout devient possible ...

    Razzara


    • Clojea Clojea 8 février 2011 19:16

      Bonsoir. Le problème est la déficience de l’enseignement. C’est ainsi que les familles se tournent vers des associations de soutien scolaire pour essayer que leurs enfants soient mieux instruits. Est-ce que les associations de rattrapage scolaire sont à critiquer ? Pas si sur, car il faut se baser sur les résultats. S’ils en ont, c’est bien. S’ils n’en n’ont pas , c’est à condamner, mais le premier fautif est et reste l’enseignement et l’éducation nationale. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès