Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’Affaire dite Dominici vue par la télé

L’Affaire dite Dominici vue par la télé

L’avantage de retransmettre, à la virgule près, tout ou partie d’un procès qui s’est déroulé 60 ans auparavant est qu’on a la stricte réalité des interrogatoires, mais en aucun cas, ne serait-ce qu’une simple approche de la vérité concernant les faits incriminés.

L’inconvénient majeur c’est qu’il manque au téléspectateur découvrant l’Affaire, 99% d’icelle. Heureusement, les spectateurs avaient étudié le dossier avant et ont conclus très justement par l’innocence du vieux Gaston (et des autres Dominici ???).

Ce qui est omis également, outre l’accent provençal savoureux, c’est le contexte de l’époque. A aucun moment ne sont cités les mots communisme, communiste, Union Soviétique. Or tous les membres de la famille ainsi que l’environnement proche, notamment à la S.N.C.F. étaient adhérents ou sympathisants communistes, Paul Maillet, le père d’Yvette, secrétaires de sections locales. Même les avocats de Gaston, à commencer par Maître Pollack, peut-être envoyé en mission pour neutraliser l’effet nocif pour le Parti si on avait exposé la vraie vérité, étaient des militants actifs.

Et même Santini, ex-communiste n’est pas clair clair en récitant la version du PC parlant d’agents anglais et américains alors que ces derniers n’ont rien à faire la-dedans. Mais on peut lui accorder le bénéfice du doute aujourd’hui.

Donc cette Affaire, dite injustement Dominici alors qu’elle devrait s’appeler Affaire Drummond, peut être resituée en partie comme un affrontement entre les communistes, les accusés et leur défense d’une part, et les anti-communistes d’autre part, regroupant l’administration de bas (le commissaire Sébeille) en haut jusqu’au président de la République René Coty qui se sentira obligé d’intervenir en commuant la peine de mort en réclusion, sachant pertinemment ce qu’il en était de la soi-disant culpabilité de Gaston. Ceci explique les invraisemblances extravagantes du dossier relativement au déroulement des faits dans la nuit du 4 août 52, l’Etat ne reculant devant rien pour faire porter le chapeau au lampiste de service, cette fois un vieux paysan violent, lubrique et assoiffé de sang, une autre de nos jours, de jeunes garçons immatures, des SDF, un professeur de droit sans parler des affaires touchant à la Défense.

Bref une séance comme celle-ci pourrait être qualifiée d’emplâtre de luxe, luxe de détails, de chinoiseries, d’ergotages à n’en plus finir sur "la plaque de vélo", "les tribulations de Zézé", "le soi-disant emplacement de la carabine sur une ’état j’erre’ imaginaire", "l’huile d’olive avec laquelle ils lubrifiaient, les bougres", "les pieds de la petite" etc...sur une jambe de bois complètement vermoulue puisque les Dominici n’ont rien fait.

Du point de vue artistique, littéraire, ciné, télévision, moult intervenants célèbres s’en sont mêlés. En plus des écrivains, Giono, Salacrou, Meckert, F Truffaut n’a pas voulu tourner un "drame paysan" parce que ce n’était pas bon pour sa carrière. Orson Welles, débarquant là-dedans comme un éléphant dans un magasin de porcelaine s’est cru obligé de faire du néo réalisme, son film c’est "Riz amer" sur "La terre tremble". Faut voir les gros doigts boudinés malaxant la terre de Provence soi disant aussi pauvre que la Sicile pour coller au patronyme de l’accusé, ou les interviews croquignolesques par le Maître, de Maillet et de Chapus. Pour au final se voir censurer par le gouvernement pour une thèse qui allait pourtant dans son sens, mais la raison d’Etat ne désirait qu’une chose, qu’on ne parlât plus du tout de l’Affaire.

Au théâtre on a là les ingrédients de la tragédie grecque du côté des Dominici : les fils accusent le père, le père accuse les fils, ne pouvant imaginer autre chose les malheureux, et du côté Drummond, Shakespeare, une exécution froidement décidée par Richard III.
 

sources :

http://www.dominici-gaston-innocent.com

http://www.williamreymond.com/dominici/accueil.html

http://www.polarnoir.fr/livre.php?livre=liv572

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/reymond-william/dominici-non-coupable-les-assassins-retrouves,792128.aspx

http://www.amazon.fr/Laffaire-Dominici-Expertise-triple-crime/dp/2844786030/ref=sr_1_1

"Dans le métro souvent elle lisait du Coelho"


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


    • Torvald 13 juillet 2010 10:35


      Au delà de la position de chacun pour ou contre l’innocence des Dominici, on ne peut pas dire que la représentation du procès ait été faussée.

      Car si on se met à la place d’un béotien de l’Affaire qui ne s’appuierait QUE sur celui-ci pour se faire son opinion, inévitablement il conclurait à la culpabilité. Et à l’époque tout a été fait pour cela, il fallait que l’Affaire restât locale pour la Raison d’Etat. On a condamné par omission comme le mensonge du même nom. C’est un des manques que j’ai voulu pointer et il y en a bien d’autres.

      C’est bien parce que les spectateurs (et télé) se sont intéressés et ont travaillé au dossier qu’ils ont émis un vote pour l’innocence. Ils ont mis en oeuvre les apports qui replacent cette Affaire dans le contexte de la Guerre froide.

      Après, chacun est libre d’adhérer, cette solution restant à prouver par les archives qui s’ouvriront tôt ou tard. Il existe aussi d’autres pistes comme des suites de conflits à l’intérieur de la Résistance mais là on n’a aucun témoins ni documents.


    • Torvald 7 août 2010 10:52

      Rectification de la source William Reymond

      http://williamreymond.com/dominici_2


      • alberto alberto 22 août 2010 17:19

        Excellent article que je lis avec retard (suivi d’un lien)

        Je crois aussi que les cafouillages des premières enquêtes (comme dans le cas d’autres affaires...) annonçaient la désignation d’un coupable opportun.

        Bien à vous


        • Torvald 9 septembre 2012 15:34


          Si réellement le frère de la victime est bien le personnage machiavélique, l’horrific Mr Hide que les medias veulent nous fourguer, ayant le bras assez long pour monter une telle expédition de façon anonyme, alors ce qui suit n’a pas d’objet.
          Sinon...

          Si ce n’est pas l’Affaire dite Dominici (portant injustement leur nom puisqu’ils n’y sont pour rien, « C’est arrivé près de chez eux » pour paraphraser B. Poelvoorde), ça y ressemble fort.
          « une famille de paisibles campeurs anglais massacrée etc... »

          Après que les medias parisiens se soient gavés grave, exploitation maxumum de l’émotion afférente à la présence des enfants, l’ainée étant inexploitable pour le moment, focalisation lourde sur le filon que représente une fillette de 4 ans, fausses pistes et témoignages à gogo, 4x4 bleu, blanc, manque plus que l’homme au pull-over rouge et les petits hommes verts, mise en cause du frère qui devait bien se douter qu’il serait le premier mis en cause etc etc...

          Les similitudes avec l’A. D.
          - des Anglais en France dans des rôles de vacanciers apparents
          - une élimination systématique de la cible (plus ici, un malheureux témoin qui passait par là « au mauvais endroit, au mauvais moment » comme l’ont seriné les medias panurgiens)
          - les tirs mortels (6/7 dans l’A.D.)

          A l’époque de l’A.D. avec la complicité des gouvernements français, anglais et allemand, on a fait porter le chapeau au(x) lampiste(s) Dominici.
          Il s’agissait de masquer la relation de J Drummond avec l’I.S. (qui n’existait pas officiellement) et ne pas provoquer l’appareil stalinien au summum de sa paranoia.
          Les medias, en particulier France Soir qui s’est distingué au travers de son envoyé spécial, se sont chargés de faire avaler la couleuvre au public.
          « un vieux paysan d’origine sicilienne massacre sauvagement une famille de tranquilles campeurs ** anglais et leur jeune fille de 10 ans ».

          On peut dire que pour l’instant, globalement les medias actuels sont en retrait par rapport aux affaires Dominici et Vera Bruhne dans lesquelles ils avaient participé à la mise à mort des supposés coupables en apportant de faux éléments.
          Autre différence, l’A.D. est survenue au plus creux de l’info, début août, alors que maintenant il y a un foisonnement de la fabrication de la matière, le moindre « petit » fait divers, incendie en l’occurrence peut être monté en épingle et faire les choux gras des medias.

          Pour la réalité se reporter aux livres et films sincères et réellement documentés aux archives puisées
          à la source diplomatique anglaise, W. Reymond et E. Guerrier
          Une synthèse de l’auteur

          Article sur Agoravox

          Sur wikipedia, la discussion, l’article étant une recopie du dossier de l’époque

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès