Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’affaire du mariage annulé : esquisse d’une analyse profonde (...)

L’affaire du mariage annulé : esquisse d’une analyse profonde du problème

L’affaire du désormais célèbre mariage annulé de Lille a suscité une avalanche de réactions très certainement sincères, mais malheureusement basées davantage sur l’émotion que sur la raison.

Ce qui ne pourrait bien évidemment que se refléter dans l’agressivité et dans la virulence de la critique vis-à-vis du jugement et parfois vis-à-vis de la justice dans son ensemble. Cette démesure dans la réaction peut facilement être observée à travers la violence des propos de certains hommes et femmes politiques comme celui déclarant que ce jugement pourrait être rendu à Kandahar laissant croire que la justice française serait à la merci de l’intégrisme musulman. Ainsi, sous la pression d’un pouvoir exécutif tiré par les médias et l’opinion publique, le parquet général s’est vu obligé de faire appel de ce jugement alors que la quasi-totalité des juristes l’ont qualifié de conforme à la loi. De ce fait, on se retrouve dans une situation bizarre où des hommes politiques en voulant défendre les droits de la République bafouent un de ses principes fondamentaux, qui est la séparation des pouvoirs, et d’un autre côté des défenseurs des droits de la femme demandent l’abrogation d’un article qui s’avère être une solution efficace contre les mariages forcés des filles dans certains milieux.

Il est donc nécessaire d’apaiser les esprits afin de pouvoir mener sereinement une réflexion sérieuse, profonde et globale de ce problème.

De prime abord, il est important, à mon avis, de laisser de côté la dimension juridique de cette affaire et de la poser plutôt en termes de croyances, de normes de conduite et de valeurs sociales. Car, dans la mesure où le mariage est d’abord un contrat et le contrat est la loi des contractants, ses termes peuvent porter sur n’importe quel objet à condition qu’il ne soit pas explicitement interdit par la loi, en l’occurrence dans ce cas précis la loi ne dit rien sur la virginité ou non d’une épouse ce qui rend totalement légal un contrat librement consenti à ce propos. En revanche, l’état actuel de l’évolution des mœurs dans la société française n’accepte pas qu’un homme puisse poser comme condition à son mariage avec une femme sa virginité. Par conséquent, on peut dire que ce cas de figure ne représente aucunement une atteinte à la loi, ou encore moins aux droits fondamentaux de la République, mais aux mœurs et aux normes de conduite majoritairement admises au sein de la société française.

Limitons-nous, alors, à étudier ce problème à travers cet angle d’analyse. De ce fait, la question principale qu’on doit poser est :

Comment une norme de conduite qui valorise la virginité de la femme avant le mariage continue d’exister dans une société où de pareilles visions ont disparu depuis longtemps ? La réponse à cette question nous permettra probablement de proposer des solutions permettant de faire évoluer les mentalités et éviter ce genre de problème dans le futur.

Ces pratiques liées à la virginité de la femme et notamment celle de la cérémonie du drap de la nuit de noces semblent exister parmi le groupe social issu des récentes immigrations, notamment celles des musulmans du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. Prenons le cas des pays du Maghreb, une simple observation permet de constater que cette cérémonie qui suit la nuit de noces, qui continue paradoxalement d’exister dans certaines zones périphériques des grandes villes françaises, a quasiment disparu dans la majorité des grandes villes du Maghreb où la question de la virginité continue certes d’avoir de l’importance. Mais cette question se limite au couple et se règle souvent avant le mariage. Le problème ne pourrait donc être lié à une mentalité répandue dans les pays d’origine de cette population puisque ces mentalités dans ces mêmes pays d’origine ont connu une évolution, peut-être lente, mais assez réelle pour influencer les comportements des individus dans ces sociétés. Ce qui ne semble pas être le cas des banlieues françaises où l’on continue de reproduire un schéma de comportement qui était répandu dans les pays d’origine au milieu des années 60 et qui ne l’est plus aujourd’hui. La ghettoïsation des populations immigrées dans des zones géographiques précises a transformé ces zones en des environnements fermés et homogènes. Ce qui a rendu difficile l’évolution des mentalités en raison de l’absence d’interaction avec d’autres normes de conduite.

Le changement des mentalités viendrait, probablement, par l’ouverture de ce milieu fermé à d’autres influences ou peut-être par le fait de permettre aux habitants de ces zones une plus grande accessibilité à d’autres environnements sociaux. Car la raison pour laquelle une norme perdure au sein d’un groupe est le fait que tous les individus composant ce groupe la pratiquent. Et celui qui ne la pratique pas se voit sanctionné socialement et isolé au sein de ce groupe. L’accession à d’autres milieux socioprofessionnels ou résidentiels permettra aux individus d’échapper aux sanctions sociales et aux menaces de la mauvaise réputation et cela pourrait être une première étape vers une évolution progressive des mentalités. Ainsi, là où un jeune issu de l’émigration maghrébine habitant dans la banlieue parisienne aurait peur d’annoncer à son milieu qu’il va épouser une fille non vierge, ce même jeune mis dans un milieu résidentiel habité par des cadres de la classe moyenne, aurait peur de l’inverse c’est-à-dire que les autres sachent qu’il donne encore de l’importance à cette question. On peut dire alors que c’est l’environnement qui crée le comportement ou du moins qui l’oriente en grande partie.

Les réactions violentes stigmatisant les musulmans aura comme résultat plus de repli communautaire et par conséquent un prolongement de la reproduction du même comportement. Il est certain que cette affaire constitue un problème de société qui nécessite une réflexion sereine, profonde et globale. Chose qui ne pourrait être possible qu’après l’accalmie de l’hystérie générale suscitée par cette tempête médiatique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • MagicBuster 6 juin 2008 16:02

    "l’accalmie de l’hystérie générale suscitée par cette tempête médiatique. "

    Heu... c’est une plaisanterie ?

    Le problème est que la justice Française ait donné un jugement obscurantiste avec des arguments non recevables. La tempête médiatique n’est qu’une conséquence, presque un détail en fait .


    • rachid majidi 6 juin 2008 16:51

       

       

      Vous avez raison, mais l’idée derrière cet article est d’insister sur le fait que l’affaire doit être traitée au regard de l’évolution des moeurs et naturellement de l’intégration et non d’un point de vue juridique. Car le droit est clair : sauf vice de consentement et d’objet illicite on peut contracter sur tous.

       


    • littlehorn 6 juin 2008 20:01

      Je vous retourne la question. Vous plaisantez ? Les médias se sont emparés tous seuls de ce jugement qui date de plusieurs mois et en ont fait tout un foin. Il ne s’agit pas d’un jugement obscurantiste avec des arguments non recevables, comme l’explique Maître Eolas sur son blog. Ce qui est obscurantiste c’est l’intervention de l’Etat pour forcer vos moeurs sur un couple de Musulmans. Il y a 5 siècles, les Catholiques français nous faisaient la même chose. Pourquoi ce qui était inacceptable de la part des catholiques devient normal de la part des républicains athées ? L’Etat n’est-il pas tenu de respecter toutes les croyances ? Faut-il forcer l’athéisme par des décisions de justice contre lesquelles le citoyen ordinaire ne peut rien ?


    • 5A3N5D 6 juin 2008 20:47

      @ littelhorn,

      Il ne s’agit pas d’un jugement obscurantiste avec des arguments non recevables, comme l’explique Maître Eolas sur son blog.

      Je ne voudrais pas vous vexer, mais, à mon avis, vous avez de gros problèmes avec la lecture.


    • littlehorn 6 juin 2008 21:48

      Je ne suis pas vexé, mais je ne suis pas sûr du sens de votre remarque. Est-ce que je ne comprends pas ce que dit Eolas, ou est-ce que je ne comprends pas le commentaire disant que le jugement est obscurantiste ?


    • littlehorn 6 juin 2008 21:55

      Je vais m’expliquer un peu plus peut-être, en attendant de savoir pourquoi vous avez dit cela.

      Deux musulmans se marient et la femme ment sur sa virginité pour pouvoir se marier avec monsieur qui veut à tout prix épouser une madame vierge. J’imagine que madame espère que monsieur ne remarquera pas, ou alors qu’il acceptera. Ce que je vois ensuite, c’est que les deux demandent l’annulation du mariage, et l’obtiennent.

      Pourquoi est-ce que le jugement n’est pas obscurantiste alors ? Cela est expliqué dans le Canard Enchaîné de cette semaine.

      La virginité serait-elle une qualité essentielle ? Contrairement à ce qui a été expliqué et écrit un peu partout, le jugement ne le dit pas. Il dit simplement que cette qualité a été perçue comme essentielle et déterminante par le mari et aussi finalement, par la femme qui s’est ralliée à cette position.

      Donc, le jugement n’est pas obscurantiste, parce qu’il ne dit pas que la virginité est essentielle dans l’absolu. Elle fut essentielle dans ce cas-ci. Comme le tourne le Canard, c’est un jugement à géométrie religieuse variable, qui peut s’appliquer différemment selon que l’on est musulman, catholique, ou bouddhiste.


    • 5A3N5D 7 juin 2008 10:12

      Vous prétendez que Me Eolas, sur son blog, écrit que les arguments des époux ne sont pas recevables et que le jugement est "obscurantiste."

      Sauf erreur de ma part, sur le site de cet avocat ne figure qu’une analyse ne dépassant pas la technique du droit et ne portant guère de jugement de valeur sur les motivations du couple. Donc, je ne lis pas la même chose que vous. Mais peut-être ne suis-je pas sur le "bon" commentaire de cet avocat. J’en cite donc la première phrase : "Bon, au début, je souriais, mais le pétage de plomb généralisé qui saisit la classe politique ne m’amuse plus." 

      http://www.maitre-eolas.fr/2008/05

      Oui, il s’agit bien d’un "pétage de plomb" pour 73% des français (selon un "sondage".)


    • littlehorn 16 juillet 2008 11:20

      Vous prétendez que Me Eolas, sur son blog, écrit que les arguments des époux ne sont pas recevables et que le jugement est "obscurantiste."

      Non j’ai dit exactement le contraire.

      Il ne s’agit pas d’un jugement obscurantiste avec des arguments non recevables, comme l’explique Maître Eolas sur son blog.


    • faher 6 juin 2008 17:03

      l’article est trés intéressant . il souléve un aspect important occulté par les médias .


      • Michel Maugis Michel Maugis 6 juin 2008 17:30

        @ rachid majidi

        Je suis d´accord avec la première partie de votre article, mais absolument en désaccord avec la suite. 

        Vous donnez dans celle ci une justification à l´intolérance. Vosu justifier l´interdiction à l´homosexualité, à l´euthanasie, au suicide etc..

        "Par conséquent, on peut dire que ce cas de figure ne représente aucunement une atteinte à la loi, ou encore moins aux droits fondamentaux de la République,"

        Et nous devons nous en tenir là, dans une république laïque !

        C´est après où vous dîtes carrément des stupidités "religieuses" et intolérantes ( pléonasme).

        "En revanche, l’état actuel de l’évolution des mœurs dans la société française n’accepte pas qu’un homme puisse poser comme condition à son mariage avec une femme sa virginité."

        Ou avez-vous imaginez cela ? J´accepte qu´un homme ou une femme puisse poser n´importe qu´elle condition ou son contraire à son futur conjoint pour se marier avec.

        l´évolution des moeurs justement est à l´opposé de ce que vous dìtes.

        Qu´il fume ou non, qu´il pratique le sexe oral ou non, qu´il soit juif ou non, circoncis ou non, blond ou non, qu´il est le SIDA ou non, qu´il soit athée ou non , vierge ou non etc. etc..

        Et même si vous aviez raison, cela n´invalide en rien le jugement qui en aucun cas doit se plier à "l´etat actuel des mœurs". Cela serait sacrifier le droit, et celui d´avoir raison contre tous.

        " mais aux mœurs et aux normes de conduite majoritairement admises au sein de la société française."

         ????? cette affirmation est une atteinte grave au principe du respect des libertés individuelles en matière de mœurs qui ne portent pas atteinte à la société.

        Comment peut on encore soutenir en France républicaine et laïque qu´une conduite individuelle porte atteinte aux normes de conduite majoritairement admises au sein de la société ?

        Il n´y a pas de norme admise dans les mœurs, dès lors qu´elles ne portent pas atteinte à la liberté d´autrui et n´est pas explicitement interdite par la loi pour des motifs qu´elle prendra soin de justifier par la raison. Mais en matière de relation entre deux personnes adultes consentantes il est difficile d´interdire quoi que ce soit à moins que cette relation porte atteinte à autrui.

        Parlez des pratiques et des cérémonies après la nuit de noce dans certaines contrées n´a absolument aucun rapport avec le sujet. Je trouve encore plus absurde de foutre de l´eau croupie et dite bénite sur la tête d´un môme qui chiale et qui n´a rien demander, même si cette "barbarie" est acceptée majoritairement dans les mœurs. Que dire de la circoncision pratiquée sur un enfant et contre son gré ? Etc…

        Je m´oppose résolument que l´on puisse dire que l´on porte atteinte à une norme au motif de pénaliser cette atteinte..

        C´est de plus absolument normale de porter "atteinte" à une norme, sinon on ne pourrait pas parler de norme, car pour qu´il y est norme il faut des gens qui ne la respectent pas.

        On ne dit jamais que marcher sur deux pieds est une norme !! C´est naturel et non une norme. Si vous dîtes que marcher sur deux pieds est une norme, c´est que vous admettriez d´avance qu´il existe des personnes qui ne respectent pas la norme et "marchent" sur deux mains par exemple, et de façon habituelle bien sûr.

         

        Michel Maugis
         


        • Serpico Serpico 7 juin 2008 15:27

          Maugis

           

          On peut facilement remarquer aussi que cette vague d’indignation hypocrite (et malhonnête) tente d’imposer ses "normes" tout en prétendant que le juge ne doit pas accepter qu’on lui impose des normes religieuses, morales ou autres extérieures à la loi.

           

          Bien sûr, tous font semblant de ne pas distinguer l’effroyable contradiction qu’ils veulent mettre en place.

           

          La plus grande malhonnêteté est de présenter ce jugement comme statuant sur la virginité. Tous le savent mais en tant que concierges qui tiennent à leur réputation, ils ne sauraient être rationnels.

           

          Finalement, on constate que la bétise est plus répandue qu’on ne le pensait, à commencer chez les journalistes, plus bêtes que manipulateurs en fin de compte.

           

          Les questions sont simples :

           

          1. Un homme a-t-il le droit de souhaiter épouser une femme vierge ? OUI

           

          2. Si une femme veut l’épouser et lui garantit qu’elle est vierge, est-elle coupable de mensonge quand on découvre qu’elle n’est pas vierge ? OUI

           

          3. Peut-on s’opposer au mariage d’un homme qui veut épouser une vierge ? NON

           

          4. Si la femme a menti, a-t-elle trompé son futur époux pour arriver à ses fins ? OUI

           

          5. L’époux peut-il se sentir trompé ? OUI

           

          6. Peut-il refuser de rester marié à cette femme ? OUI

           

          Autre chose : les excités qui ne savent même pas le sens des mots et jouent aux laïcs militants ne savent même pas ce que signifie le mot "qualité" dans ce jugement. Ni d’ailleurs dans la plupart des thèmes abordés et pour la grande majorité des mots simples de la vie, à commencer par "laïcité".

           

          Que des analphabètes comme Fadela Amara et des incompétents comme Segolene Royal se jettent sur cette minable affaire, en dit long sur l’Etat de la république.


        • Michel Maugis Michel Maugis 6 juin 2008 17:54

          @ Thierry Jacob

          Au nom de quoi le requalifier divorce ?

          Divorcer parce que sa femme n´est pas vierge ? belle jurisprudence en perspective.

          Divorcer par ce qu´elle a menti ? encore mieux !

          Divorcer par incompatibité d´humeur ? Mais ils s´entendent très bien entre eux.

          L´annulation s´imposait, puisqu´il a été établi que le mariage a été forcé et obtenu contre le consentement du mari.

          Il est de plus en plus évident que l´opposition à ce jugement est motivée par l´occasion qui est donnée de casser du sucre sur le dos des musulmans au bénéfice de USrael.

          Michel Maugis


        • Serpico Serpico 7 juin 2008 15:32

          JACOB : "l’on pourrait requalifier le verdict : divorce au lieu d’annulation et incompatibilité d’humeur au lieu de non virginité ."

           

          ******************

           

          Quand on ne sait pas ce que c’est que le Droit, on se la ferme.

           

          C’est quoi "requalifier" ? Abstenez-vous de vous méler de choses qui vous dépassent. Ou alors faites comme Fadela Amara : être nommé ministre par erreur ou par calcul semble faire croire aux bénéficiaires qu’ils ont gagné des points de QI...

           

          Vous pourrez alors déblatérer en toute impunité et même en ayant l’air intelligent.


        • Serpico Serpico 9 juin 2008 09:15

          JACOB :

           

          Tu ne sais même pas ce que veux dire "qualification" en droit, alors laisse tomber.

           

          Quant à Fadela Amara, pas plus tard que ce matin sur ITélé, elle disait à la jeune femme catastrophée que son affaire soit connue de tous "Je suis désolée pour elle mais il faut qu’elle accepte car son affaire la dépasse et on est derrière elle".

           

          Autrement dit : "On te fait passer à la gégène mais tu te te la boucles, car tu vas souffrir pour la bonne cause"

           

          Elle se permet même, ton idole "évoluée" de dire :"Oui, la décision du juge sanctionne l’abus de confiance mais les français peuvent avoir une autre lecture". Traduction : "J’ai moi-même fait une autre lecture complètement débile mais je dis ça pour les français qui sont tous idiots et comprennent de travers"


        • Serpico Serpico 9 juin 2008 09:16

          Et la bonne cause de Fadela Amara, c’est son avenir politique : elle utilise cette femme comme du petit bois. un combustible pour son moteur politique de Mi-putes mi-soumises.


        • Dominique LIN Dominique LIN 6 juin 2008 19:00

          S’il y a bien une personne à laquelle beaucoup de détracteurs ne se sont pas intéressés du tout, c’est bien à la femme.

          Les médias se sont jeté sur cet os qui leur a permis de faire de l’audience.

          S’est-on posé la question sur le fait que la femme ait menti ou ait du mentir à cet homme. Quelles sont les conditions de cette union.
          Je peux comprendre qu’un homme (s’il est très religieux et que cela fasse partie de ses dogmes) n’accepte pas ce mensonge à l’aube de leur union. S’il ne savait pas qu’elle était vierge ou non, c’est qu’il n’avait pas consommé... ?

          Mais cette femme n’a-t-elle pas menti sous la pression des familles. N’aurait-elle pas été rejetée si elle avait avoué avoir "fauté" aux yeux d’une religion qu’elle-même ne partage peut-être pas ?

          Bien des questions qui ne regardent qu’un couple et non pas les tribunes d’orateurs prêts à se distinguer sur des problèmes de société très sensibles.

          Beaucoup de gens ont porté le jugement sur la virginité. Je crois qu’ils se trompent. L’avocat, donc la jurisprudence, a porté le débat sur le mensonge à propos d’un fait marquant quant à l’union du couple dans un contexte ou la virginité est importante.

          Les médias portent sur la place publique des sujtes très sensibles et intimes dont ils retirent beaucoup d’aspects pour ne s’en tenir qu’au spectaculaire, ce qui choque, divise et fait vendre. Et la misnistre Dati qui plonge dans un sens puis dans l’autre, accuse la gauche en passant, pète un boulard à l’assemblée... triste spectacle.

          Dominique


          • RilaX RilaX 7 juin 2008 00:23

            Un homme n’a pas forcemment besoin d’etre religieux pour aimer la virginité.

            Il y a des gens qui aime etrent le premier partenaire d’un fille (ou d’une femme, mais c’est plus rare). C’est une moeurs sexuelle comme une autre. Certains pratique la sodomie, d’autre l’echangisme, et d’autre encore se cantonnent au missionaire. Tant que les 2 partenaires sont consantant, personne ne doit avoir son mot a dire. Quelqu’un qui pratique l’echangisme aura tout interet, pour que son mariage tienne, a trouver un cpompagnon qui le pratique aussi ou qui soit vraiment tres comprehenf(ve).

            Cette personne risque fort de penser que c’est une condition essentielle a son mariage, et si l’autre ment en disant qu’il/elle l’accepte ou le pratique dans le but d’obtenir le mariage et revele a l’epoux(se), le soir de sa nuit de noce qu’en fait non il/elle ne le supporterais pas, le premier se sera fait floué par le second. Les medias se mettraient ils a crier que l’echangisme serait une condition essentielle au mariage ? Demanderais t’on au legislateur de pondre une loi interdisant ces pratiques sexuelles qui ne conviennent pas a tous le monde ?

            On en arriverais (trop) vite a imposer le missionaire commme seule et unique position admise ; avec une derogation pour la levrette.

            Est ce la que nous souhaitons arriver ? Parceque c’est le chemin que nous emprunterions si nous suivions la vindicte populaire actuelle.


          • Bulgroz 6 juin 2008 19:12

            Ce n’est pas à la justice Française de régler le problème des mariages forcés.

            Mais à la communauté musulmane de se prendre en charge et se moderniser et de faire en sorte que les musulmans de France soient au diapason de la société qui les accueillie.

            Cette affaire a un fois de plus donné un très mauvaise image de cette communauté qui ne réalise pas les dégâts mis en lumière par cette archaïsme obscurantiste qui nous replonge, à notre échelle de lumières, 100 ans en arrière.

            Pendant ce temps là, la communauté musulmane censé représenter les musulmans ne dit rien, ne pense rien, comme si elle n’était pas concerné.

            Consultez les sites du CFCM, de l’UOIF, du CRCM et des autres organisations islamiques de France, pas une ne parle de cette affaire de mariage annulé.

            http://www.uoif-online.com/webspip/spip.php?article316

            Tous les media et les Français sont braqués et choqués par cette affaire de mariage, les musulmans officiels de France ne pipent pas un mot.

            Et vous nous demandez de ne pas stigmatiser les jeunes musulmans par des réactions violentes, mais apparemment, vous n’avez pas peur de nous choquer, nous, Occidentaux ?

            Par ailleurs, ce jugement, qui avalise un droit coutumier, est d’autant plus choquant que la justice algérienne ne cesse de poursuivre des chrétiens. Mardi, quatre Algériens convertis au christianisme ont été condamnés à de la prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Tiaret, pour "pratique illégale d’un culte non musulman". Ce même tribunal a jugé dernièrement une jeune convertie au christianisme, poursuivie parce qu’elle possédait des bibles sur elle. En janvier, c’est un prêtre français qui a été condamné à un an de prison avec sursis pour avoir prononcé une prière hors d’un lieu de culte officiel. Un pasteur américain, présent dans le pays depuis plus de quarante ans, vient également d’être expulsé.

            Tout ça, au nom de la loi et du peuple Algérien

            Cette ordonnance de 2006 qui prévoit des peines de deux à cinq ans de prison pour toute personne qui "incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion" ou bien "fabrique, entrepose ou distribue des documents imprimés ou tout autre support ou moyen qui visent à ébranler la foi d’un musulman".

            Oui, les musulmans nous choquent et ne semblent pas le réaliser.


            • Serpico Serpico 7 juin 2008 15:34

              Oui, Bulgroz, les musulmans choquent mais pourquoi en parler ici ? qu’est-ce qu’ils ont à voir ?

               

              Occupez-vous un peu du sort des épouses juives. On ne vous entend pas vous indigner de ce côté-là...


            • Aafrit Aafrit 6 juin 2008 19:37

              Nous choquent ? parlez pour vous meme, et ne faites pas une tartine d’une désinformation et d’un triple mensenge y compris le votre..

              Ca vous choque, vous etes sensible dis donc... !


              • Bulgroz 6 juin 2008 19:46

                il est où le mensonge, Aafrit ?

                J’ai pas compris.


              • Aafrit Aafrit 6 juin 2008 19:38

                ..ment..songe..

                 


                • Bulgroz 6 juin 2008 19:45

                  Aafrit,

                  Les musulmans ne vous choquent pas ?

                  C’est marrant paceque autour de moi, dans la presse, partout, les Français sont choqués.

                  On vit pas dans le même monde sans doute.

                  et les Agériens qui traquent les chrétiens ne vous choquent pas ?

                   


                • RilaX RilaX 7 juin 2008 00:37

                  les gens a qui j’ai parlé de cette affaire autour de moi étaient chqué d’abord parcequ’ils n’avaient pas compris le jugement ; ils en avaient entendu parlé dans la presse, et etaient restés sur ce qu’ils avaient entendu ou lu : le mariage a été annulé parceque la mariée n’etait pas vierge.

                  Mais des que je leur expliquais ce qui a été majoritairement omis par les medias, ils ne trouvaient plus ca scandaleux du tout.

                   

                  - Le mari voulait epouser une femme qui n’avait pas connu de relations sexuelle poussée auparavant.

                  - La femme a dit qu’elle correspondait a ce critere, en sachant l’importance que cela revetait a ses yeux.

                  - Elle lui a avoué son mensonge le soir de leur nuit de noce (bonjour la surprise).

                  - Le juge a annulé le mariage car la femme ayant connaissance de l’importance que revelais la virginité aux yeux du mari a menti et l’a donc trompé sur une qualité que CE mari jugeait essentielle a ses yeux a lui. Ses yeux a lui, pas ceux de la république.

                   

                  Les qualités essentielles ne concernent que le couple. Tant que la loi n’interdit pas ladite qualité, ca ne regarde personne d’autre que le couple.

                  Vous voulez quoi ? Que l’etat decrete que les blancs se marrient avec les blancs, les blonds avec les blonds et qu’enfin une race pure emerge ???? Laissez les gens choisir leurs compagnons selon leurs propres gouts et cessons de les juger selon des valeurs actuelle qui peuvent tres bien changer d’une decennie a l’autre ! Ou alors interdisons la virginité.


                • Soleil2B Soleil2B 6 juin 2008 20:37

                  Tu t’es trompé de support Rachid.

                  - Confondu AV et El Watan..

                   


                  • fouadraiden fouadraiden 6 juin 2008 21:43

                     

                     RACHID,

                     

                     l’analye est extrêmement juste . on mesure directement l’avantage parfois à être soi-meme minoritaire.

                     

                     vous avez mille fois et raison et je n’ai cessé moi- meme de le répéter à l’envi : les arguties juridiques inlassablement ressasés par nos compatriotes, alors que les choses sont claires selon le droit , est de la poudre aux yeux.on ns cache les véritables raisons du tollé.

                     

                     le seul véritable problème est celui que vous pointez, l’écart tjrs croissant entre d’une part, la société française majoritaire, et d’une autre, la minorité maghrébine , celle qui a probablement fourni clé en mains la conception de la virginité au mari converti.

                     

                     autre pt absolument juste ,c’est l’écart entre la diaspora et l’évolution des mentalités au sujet de la virginité des pays d’orignine.

                     

                     en gros, c’est la ghettoisation des Musulmans européen qui créé les condtions d’une pareille affaire.

                     

                    et devant le désaroi d’une telle situation , les sociétés occidentales n’ont rien trouvé d’autre qu’’opposer au communautarisme, que la ghettoisation a favorisé, un autre communautarisme.le leur bien sûr .


                    • Christophe Christophe 7 juin 2008 10:11

                      @Rachid,

                      Votre article lève un point intéressant, mais il peut perturber par son aspect très paradoxal vers la fin.

                      L’accession à d’autres milieux socioprofessionnels ou résidentiels permettra aux individus d’échapper aux sanctions sociales et aux menaces de la mauvaise réputation et cela pourrait être une première étape vers une évolution progressive des mentalités. Ainsi, là où un jeune issu de l’émigration maghrébine habitant dans la banlieue parisienne aurait peur d’annoncer à son milieu qu’il va épouser une fille non vierge, ce même jeune mis dans un milieu résidentiel habité par des cadres de la classe moyenne, aurait peur de l’inverse c’est-à-dire que les autres sachent qu’il donne encore de l’importance à cette question. On peut dire alors que c’est l’environnement qui crée le comportement ou du moins qui l’oriente en grande partie.

                      Ce que vous semblez signifier, in fine, est que pour échapper aux pressions sociales d’une communauté à tendance minoritaire, il faut s’extraire pour subir les pressions sociales d’une communauté plus large.

                      Que la communauté soit minoritaire ou majoritaire, nous ne sortons pas du communautarisme qui donne, par essence, des comportements conformistes. Ce type de démarche n’est pas, à mon sens, une recherche de l’expression des libertés individuelles. La liberté individuelle permet justement qu’une personne attachée à des valeurs par conviction puisse mettre en avant ses valeurs même si elles vont à l’encontre de ce qu’en pense une majorité ; cela consiste à assumer ce que l’on pense, ce que l’on est !

                      Le cas de cette affaire est d’ailleurs révélateur d’une pression sociale d’une communauté majoritaire sur des valeurs d’un individu projetées dans une communauté.

                      Par contre, vous exprimez que le ministère de la justice demande de faire appel. Ce qui serait inquiétant, justement, est que l’appel aboutisse ; un appel devant se faire dans un délai d’un mois alors que le jugement date de deux mois. Si l’appel est effectif, nous pourrons nous poser la question de savoir si il existe une égalité devant la loi et si la justice est vraiment indépendante du pouvoir politique ; ce qui est bien plus grave du point de vue de la liberté.


                      • 5A3N5D 7 juin 2008 11:46

                        @ Christophe,

                        Ce qui serait inquiétant, justement, est que l’appel aboutisse ; un appel devant se faire dans un délai d’un mois alors que le jugement date de deux mois.

                        Je crains que l’appel soit parfaitement recevable : le délai pour faire appel court uniquement à compter de la notification du jugement et non du jugement lui-même.

                         


                      • fouadraiden fouadraiden 8 juin 2008 22:12

                         

                        Christophe,

                         

                         

                         votre remarque est capital bien que je ne la partage pas car elle confond une pratique minoritaire avec un groupe minoritaire.

                         je pense qu’il faudrait distinguer une minorité d’une autre.

                         

                         en fait vous confonfez (ou distinguez mal) la cas par exemple d’un homosexuel ( à titre d’exemple) pour qui s’affirmer revient à se penser contre la norme sexuel majoritaire .aucun doute ici et c’est bien l’hétérosexualité qui parait relatif bien que majoritaire à l’aune de la lutte des homosexuels.

                        votre remarque serait entièrement juste s’il s’agissait d’illustrer cet exemple ,elle cesse donc de fonctionner des lors que nous avons à faire à des individus qui sont d’abord considérés comme étrangers à la société.l’homosexulatié bien que minoritaire n’est pas la norme d’une minorité étrangère ainsi que la cause féminine ,autre exemple d’une identité minoritaire.

                         

                         il exite souvent des débats majoritairés/minoritairés mais qui en fait n’opposent que des individus issus du meme socle culturel voire civilisationnel.c’est la cas avec nos homo ,les femnistes ,mais pas avec le cas qui ns concerne , lui nous oblige à reconsidérer autrement le rapport majorité/minorité que ne permet pas de penser le cas homosexuel.c’est d’ailleurs cette raison précise que l’auteur rappelle avec force.c’est le paradoxe devant lequel les sociétés européennes se trouvent face au cas lillois et qui peut se formuler ainsi :

                        les "mususlmans" qui vivent ds des sociétés musulmanes évoulent au rythme des débats sociétaux que ttes sociétés supposent (meme si c’est lent)alors que les musulmans d’Europe semblent ,elles, stagner en raison de leur exclusion du débat social.

                         donc, il ne faudrait pas que sous- prétexte d’elargir la gamme de liberté de la société majoritaire( dont vous faites jimagine partie)) les minorités "ethniques" se voient exclus du "progrès".

                        remarquons le silence pesant dans cette histoire des "autorités musulamne " ne serait -ce que pour préciser le pt de vue de l’islam classique à propos de la virginité.silence qui confirme bien ce que l’auteur pointait en filigrane.

                         où est le pt de vue des musulmans qui vivent dans la société française, s’il devait en exister un, sur ce sujet ???

                         à la limite si ce que vous disiez devait trouver une confirmation ,on pourrait alors se poser cette autre question, mais où sont les convertis à l’islam qui conditionnent la validité de leur mariage à la virginité de leur future épouse ? ou , peut -être ,des musulmanes défendant encore la virginité avant le mariage dans la société française ?

                         pkoi entendons-nous toujours les mêmes qd il y va des minorités visibles ?


                      • Vieux Sachem 7 juin 2008 11:37

                        Un contrat conclu au seul bénéfice d’un des deux co-contractants est un contrat "léonin" et donc invalide.

                        Moi j"amène ma personne et toi la tienne et l’affirmation de ta virginité : qui peut trouver ce contrat équilibré ?

                        Il faut donc casser ce contrat et à ce motif annuler le mariage, la virginité n’étant qu’un élément de contrat au profit exclusif du futur mari. Il aurait fallu qu’il apporte quelque chose d’équivalent : sa propre virginité ou au moins un avantage matériel conséquent accepté par l’épouse. Le non-respect de l’égalité des sexes est flagrant dans ce contrat. Je pense que le tribunal n’aurait pas dû statuer sur la tromperie mais sur la nullité du contrat pour déséquilibre des clauses de ce contrat au seul profit d’un des deux contractants.


                        • 5A3N5D 7 juin 2008 12:45

                          @ Vieux Sachem,

                          Un contrat conclu au seul bénéfice d’un des deux co-contractants est un contrat "léonin" et donc invalide.

                          Jusqu’à preuve du contraire, personne ne peut être contraint de signer un tel contrat. Que la mariée ait été contrainte au mariage reste à prouver.

                          Elle aurait pu également avouer à son futur qu’elle n’était pas vierge, auquel cas, le mariage n’aurait pas eu lieu (ou aurait eu lieu en connaissance de cause.)

                          Elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même et c’est d’ailleurs ce qu’elle a fait. Je ne vois pas en quoi ce jugement, portant sur des aspects de la vie privée, devrait être jugée sur un forum et selon des critères autres que ceux des seuls intéressés. Il n’est de la compétence de personne de substituer sa propre vision des choses au détriment de la liberté de pensée individuelle.


                        • Vieux Sachem 9 juin 2008 08:58

                          @ 5A3N5D

                          Que le contrat soit signé ou non, de par la loi, un contrat léonin est juridiquement sans valeur ; comme s’il n’avait jamais existé.


                        • Vieux Sachem 9 juin 2008 09:02

                          @ 5A3N5D

                          Dalil Boubakeur vous contredit, quand il a déclaré que la Justice ne devait pas intervenir dans les alcôves.


                        • fonzibrain fonzibrain 7 juin 2008 11:47

                          PUTAIN MAIS ARRETER AVEC CETTE HISTOIRE

                          12 ARTICLES EN 4 JOURS

                          CELA SUFFIT

                          AGORAVOX LE FIGARO


                          • Marc Viot idoine 7 juin 2008 15:04

                            Je vous ai "censuré" sans anonymat, pour :

                            - l’utilisation des majuscules

                            - l’insulte


                          • 5A3N5D 7 juin 2008 15:14

                            @ Alchimie,

                            et il est évident que cette même juge aurait pu conclure par une décision complètement inverse avec la même perfection dans son argumentaire juridique.

                            Impossible. Les faits sont juridiquement fondés : vice de consentement.

                            Dès lors, le juge ne peut appliquer que le texte correspondant à la qualification des faits. Si la cour d’appel donne un arrêt différent de celui du TGI, il y aura du soucis à se faire sur l’indépendance de la justice.

                            Pourquoi tous ces braves juristes et avocats rejettent-ils ainsi leur rôle symbolique (quand ça les arrange bien sûr) pour se barricader avec une odieuse lacheté derrière leurs arguties juridiques houspillant le pauvre citoyen pour son incompétence en droit ? ? ?

                            Si un jour vous connaissez quelqu’un qui se voit condamner à 10 ans de prison, demandez-lui ce qu’il pense de ce "symbole" ?

                            Il n’y a aucune "argutie juridique" dans ce jugement, uniquement l’application de la loi, et seulement de la loi, que ce soit au niveau de la régularité de la procédure, que du jugement lui-même. D’ailleurs les deux époux s’en sont satisfaits pendant presque 2 mois et n’ont pas fait appel de la décision.

                            Pour ce que avez trouvé sur le blog de Me Eolas, je pense une fois de plus que vous n’avez pas compris. Voici ce qu’il écrit : "Le mariage, en France, comme tout ce qui touche à l’état des personnes, est d’ordre public : la procédure doit être communiquée au parquet pour qu’il indique sa position."

                            Ce qu’il a voulu dire, c’est qu’en annulant le mariage, les deux mariés ont changé d’état : de mariés, ils seront "libres" à la fin de la procédure. Il y a donc un changement d’état civil. Et les actes d’état civil ne se rectifient pas sans l’accord du procureur (art. 99 et suivants.)

                            Cependant, si vous vous êtes marié(e), avez-vous été contraint de demander à l’Etat si votre conjoint était "dans la norme" du moment ? J’ai des doutes à ce sujet. Donc, le choix du conjoint n’est pas "d’ordre public" et c’est encore une chance ! Il n’y a que dans certaines circonstances que l’ordre public peut s’intéresser au mariage, et même dans le choix du conjoint (conjoints ayant un lien de parenté, mineurs, sous tutelle, défaut de consentement, vice de consentement, etc...) Et je trouverait amusant que vous estimiez que le "vice de consentement" qui a donné lieu à cette affaire ne soit pas d’ "ordre public" : c’est la loi, donc c’est une disposition d’ordre public, même si beaucoup contestent ce fait.

                            Au final, ne jeter pas l’anathème sur les juristes et gardez votre "lâcheté" pour vous : vous n’entendez rien à leur langage. Et vous n’êtes pas le seul.


                          • Aafrit Aafrit 7 juin 2008 13:04

                            @Bulgorz

                            Aucune "race" ou "ethnie" , un groupe humain appartenant à telle ou telle culture ne sauraient me choquer, et encore mieux, ça me fait rire et de la peine en meme temps quand des accusations s’enchainent à l’encontre des uns et des autres gratuitement juste pour le seul but, les stigmatiser, les intimider en bloc et leur incomber le syndrome oncletomiste.

                            Ce sont plutot vos propos qui me choquent..

                            Vos propos relevent de la propagande qu’on vous a servie ici et là et vous savez très bien profiter de l’occasion.


                            • docdory docdory 7 juin 2008 16:50

                               @ Rachid Majidi

                              Une chose a été peu dite sur ce jugement . Lorsqu’on le lit avec attention , on s’aperçoit que figure la phrase suivante , " Il ( NB : l’époux ) indique ( ...) qu’il avait contracté mariage avec Y ... après que cette dernière lui a été présentée comme célibataire et chaste " . " LUI A ETE PRESENTEE " et non " s’est présentée " . 

                              http://www.maitre-eolas.fr/tgi-lille-1er-avril-2008

                              Autrement dit , le mensonge , qui selon les sophismes de l’avocat du mari , est à l’origine de l’annulation , ne relève absolument pas de l’épouse , mais bien de sa famille . 

                              Rien , d’aileurs , dans ce jugement , n’indique que la jeune fille était au courant du mensonge fait à son sujet par son entourage familial . Autrement dit , on impute l’annulation de son mariage à un mensonge dont elle n’était même pas l’auteur !!!

                               

                              On peut supposer que les parents de cette jeune fille n’ont l’ont pas exhibée à Mr X en proclamant grossièrement , en sa présence , " tiens , je vous présente ma fille , à propos , elle est célibataire et chaste " , chose qu’elle se serait peut-être empressée de démentir .Plus vraisemblablement , cette " présentation de qualité essentielle " s’est faite derrière son dos .

                               

                              Que peut-on tirer d’autre de cette phrase ? C’est que Mlle Y , étudiante , et donc majeure , était néanmoins traitée comme une mineure par ses parents . En effet , au lieu de la laisser se débrouiller comme une grande pour se trouver un mari ou un copain à sa convenance , chose qu’elle était parfaitement capable de faire comme n’importe quelle autre citoyenne de son âge , lui présentaient comme un mari acceptable un jeune homme manifestement peu recommandable , puisque sa principale préoccupation , en matière de qualité essentielle de sa future épouse était qu’elle fût vierge .

                              Il s’agissait donc selon toute apparence d’un " mariage arrangé " , dans lequel des parents , soucieux de " caser leur fille " ( de quel droit , alors qu’elle est majeure ? ) lui présentent un homme à leur convenance ( et non un homme qu’elle se serait librement choisie , ce qui est la moindre des choses en matière de mariage ).

                              Ainsi , le juge , en ne se posant pas la question fondamentale de savoir qui était l’auteur réel du mensonge , c’est a dire qui " avait présenté Mlle Y comme célibataire et chaste " , entérine la pratique de " mariages arrangés " par des parents , au détriment des intérêts manifestes de leur fille .

                              Comment , au XXIème siècle , un tribunal peut-il entériner , sans se poser de question , une pratique aussi profondément réactionnaire , ça laisse sans voix ...


                              • 5A3N5D 7 juin 2008 17:16

                                Vous racontez n’importe quoi !

                                Une chose a été peu dite sur ce jugement . Lorsqu’on le lit avec attention , on s’aperçoit que figure la phrase suivante , " Il ( NB : l’époux ) indique ( ...) qu’il avait contracté mariage avec Y ... après que cette dernière lui a été présentée comme célibataire et chaste " . " LUI A ETE PRESENTEE " et non " s’est présentée " .

                                Un jugement est quelque chose de (volontairement) impersonnel. Vous ne verrez donc jamais l’expression "s’est présentée" dans le dispositif d’un jugement.

                                Et de là, vous continuez à broder votre petite histoire féérique.


                              • docdory docdory 7 juin 2008 17:18

                                 @ 534ADN

                                N’importe quoi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès