Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’ami Billy

L’ami Billy

Joyeux anniversaire.

Portrait ...

Billy a soixante ans ! C'est pour cette magnifique occasion que nous sommes tous réunis ici ce soir. Incroyable nouvelle, invraisemblable évènement que celui de donner un âge, certes pas tout à fait canonique, à celui qui pour nous sera toujours Billy, comme le kid. Billy ce prude homme, Billy le copain d'Anne. Billy le père d'Hélène et Béa.

Et puis, les incongruités s'ajoutent les unes aux autres. On découvre alors, pour l'occasion et de manière incrédule, que notre Billy se prénomme Jean Claude. On se pince, on s'interroge et on finit alors par se dire que ça doit être envisageable. Qu'il est à n'en point douter le Jean Claude Duce de nos si cultes bronzés. Et soudain on s'écrie que le scénario n'est pas juste, qu'effectivement il était dans le film, mais que ce devait être lui qui servait cette liqueur infâme, d'ailleurs on semble le reconnaître, on se dit qu'il y a des airs de famille ...

Billy et Anne, autre curiosité. L'eau et le feu, le ciel et la terre, deux extrêmes unis pour le meilleur et pour le rire, la farce et l'aventure, l'épopée et le mystère. Ils sont le Ying et le Yang et c'est ainsi que nous les aimons. Ils sont indissociables et si différents, incontournables et si dissemblables, inséparables et si autonomes.

Nous n'avons pas à nous immiscer dans le secret de cette merveilleuse alchimie. Le couple tient contre vents et marées, typhons et Tournesol, vélos et épopées, vacances et quotidiens. Nous sommes ébahis par cette fusion née de la confusion, cette fiction enfantée de la réalité, ce mystère qu'on ne saurait taire !

Je ne suis pas un intime pour prendre la plume. J'appartiens seulement à cette nuée innombrable d'amis occasionnels, de voisins, de personnes de rencontre dans toutes les sorties que ne manquent pas de faire Billy et Anne. De Joliot Curie aux rendez-vous culturels, des fêtes au festivals, des soirées aux pots entre amis, il y a toujours un prétexte pour se voir, une occasion pour discuter, un moment pour s'arrêter. Billy a su créer un réseau si dense, un lien si fort, un fraternité si sincère que nous sommes bien nombreux à pouvoir écrire ceci.

Il se trouve pourtant que je prends le clavier pour coucher ces quelques mots sincères, parfois intrusifs, souvent piquants, jamais obséquieux ni même amphigouriques. Il y a pour chacun de nous, une véritable affection, un sentiment profond et sincère d'admiration et de confiance, d'amitié et de connivence avec celui qui sera à jamais : Billy !

Alors pour aller au-delà de la surface des choses, pour rentrer de plain pied dans le secret du bonhomme, j'ai eu le plaisir de feuilleter le livre que sa fille Béa l'incita à publier à partir de notes qu'il ne cessait de prendre. « Avant d'oublier », aux éditions de l'Atelier est un précieux témoignage du début d'une vie qui aujourd'hui en est à sa mi-temps.

Je découvre un enfant, qui, une surprise pour moi, nous vient de Marseille et de Vitrolles. Un peu Pagnol sans l'accent, pas tout à fait Cavanna dans la 4 chevaux, il fait défiler ses instants de jeunesse. Petits flashs intimes, galerie de famille et de copains, anecdotes qui façonnèrent le Billy d'aujourd'hui.

Nous retrouvons le bricoleur, du solex supersonique à la motobécane ailée, l'intrépide cycliste avec ce qui n'était encore un VTT, le fou de nature, le dresseur de barricades de neige. Celui qui n'aime pas trop l'école et c'est incroyable, celui qui usa ses culottes courtes sur les terrains de football …

Je le surprends aussi à s'être mis au rugby, sur le terrain vague avec ses copains d'alors. Il passa vite au badminton et se régala de bataille d'olives. Il se préfère, je n'en doute pas, bâtisseur de cabanes et de grottes secrètes. Il aurait pu construire des châteaux en Espagne s'il n'avait préféré les plaisirs plus simples, les jeux de billes ou les expéditions de toutes sortes.

Au fil de la lecture des souvenirs de Billy, je découvre une jeunesse qui n'est pas si différente des notres. Il y avait comme une similitude, à quelques centaines de kilomètres d'écart. Mêmes jeux, mêmes émissions de télévision, même passage obligé par le catéchisme et la communion. Nous avions tous le pied à l'étrier, toujours prêts à courir les garrigues, à partir à l'aventure. Nous avions nos bicyclettes, le sens aigu de la liberté, la volonté de n'en faire qu'à nos têtes.

Ses souvenirs auraient pu être les miens, seraient sans doute les vôtres. C'est avec une émotion incroyable que je le découvre avec un pincement de nostalgie revivant les vingt quatre heures du Mans avec des billes. J'en faisais tout autant ! Je déplore avec envie qu'il osa jouer avec des pétards pirates, tout simplement parce que je n'avais sans doute jamais osé le faire ...

C'est l'adolescence qui sépare plus nettement les parcours. Pour Billy ce fut la voile, l'aventure encore, la mer, l'océan aussi, quelques folies et de grandes frayeurs. Des exploits et des amitiés fortes. Curieusement, quand il se mit à faire du modélisme, c'est vers les avions qu'il développa son adresse légendaire.

Il y a encore sa famille. Je lui laisse ces moments intimes, ses souvenirs qui lui appartiennent vraiment. Il y a encore les colonies de vacances, le ski avec la Jeunesse ouvrière chrétienne ce qui lui ouvrit sans doute les portes du syndicalisme et bien d'autres choses encore. Un récit simple, des phrases courtes qui s'enchainent, qui ne prennent pas le temps de respirer. Je retrouve le débit de l'ami Billy, il ne s'accorde pas de pause ni de paragraphe, le récit file son train.

Ce soir nous célébrons ses soixante ans, le temps a passé, il n'a certainement pas oublié. D'autres raconteront des histoires d'avant-hier ou bien d'hier, de celles qui viennent d'un temps qui succéda au déménagement de la famille de Vitrolles à Orléans. Son père, nommé directeur commercial dans le Loiret en 1972, nous permit à tous, un jour de croiser la route de ce garçon si attachant.

C'est l'occasion de lui avouer, ce soir, que nous sommes fiers de le compter parmi nos amis. C'est pour le lui dire que nous sommes tous réunis ce soir. Bon anniversaire Billy et que la route soit belle encore pour de longues années.

Amicalement sien.

Vidéo


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 2 octobre 2012 20:52

    C’est Nabum : je ne vais pas moinsser comme une scélérate lâche et anonyme surtout que le texte est agréable mais... je ne sais absolument pas de quoi vous parlez et, rationnelle comme j’essaie de l’être, cela me perturbe !
    Bien à vous quand même !!


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 octobre 2012 05:47

      Alinéa


      Comme pour tout portrait d’un autre, je parle de moi !

      C’est assez courant pour comprendre que je fais un double portrait, l’un d’un inconnu, l’autre d’un anonyme. Je peux admettre ainsi que ce ne soit ni rationenel ni compréhensible et encore moins utile

      Merci quand même

    • alinea Alinea 3 octobre 2012 11:37

      J’ai juste exprimé mon « incompréhension ». Maintenant je peux apprécier et savourer ce texte ; j’ai bien fait de m’exprimer, non ? Sinon, je serais rester idiote !


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 octobre 2012 11:45

      Alinéa


      Vous idote ? JAMAIS !

      Quant à moi, au quotidien ...

    • alinea Alinea 3 octobre 2012 11:51

      Je pose mes larmes sur ce papier tachées de khôl et belles de nostalgie ; hymne à l’amour, quel charme ; hymne à l’amitié, la vie...
      "mes désirs dès lors ne sont plus qu’un chagrin de ma solitude...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès