Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’anniversaire raté du TGV

L’anniversaire raté du TGV

 

Un site internet et un centre d’appel hors d’usage, des dizaines de milliers de personnes se bousculant dans les gares et les boutiques SNCF... Il était midi le 21 septembre 2006 : la SNCF fêtait les 25 ans du TGV.

Des files d’attentes interminables, une tension palpable, des évanouissements, les forces de l’ordre pour canaliser la foule, des tickets distribués pour fixer l’ordre de passage, comme à la boucherie... Inévitablement une vieille dame, trop digne pour s’asseoir à même le trottoir comme ses voisines trentenaires, fait le rapprochement avec d’autres images, d’un autre temps. Celles des queues d’après-guerre, des cartes de rationnement, du dénuement d’alors. Mais si on doit se rappeler le passé, alors on pense inévitablement à la récente condamnation de la SNCF pour son rôle dans la déportation des juifs. Cela n’a rien à voir bien sûr, mais ce que l’on a vu ce 21 septembre 2006 n’avait certainement jamais été vu en France depuis un demi-siècle et a directement plongé les plus vieux de nos concitoyens dans la période la plus dure de leur vie. Il est certain que ce ne sont pas ces images que le service marketing de la SNCF souhaitait voir surgir à l’esprit de ces clients, mais elles sont pourtant bien là.

Si la cause est aujourd’hui moins grave, les rapprochements factuels suscités portent tout de même à s’interroger. Il y avait donc file d’attente comme pour un produit de luxe avant pénurie (seulement 50 000 billets proposés à la vente et ils sont partis en quelques dizaines de minutes). Mais pourquoi cette incroyable affluence ? Pour Ouest France du 22 septembre, « les mêmes scènes, hier matin, dans toutes les gares. Des queues de plusieurs centaines de personnes. Cosmopolites. Etudiants, personnes âgées, jeunes de banlieue... Certains sont arrivés dès 6h30 ». Ce sont en majorité les personnes les moins favorisées de notre société, pour qui se déplacer en TGV est inaccessible usuellement, au même titre que prendre l’avion, qui étaient au rendez-vous. L’offre anniversaire de la SNCF leur a paru un eldorado. Ce qui laisse sous-entendre que le TGV est certainement trop cher pour beaucoup de Français. L’anniversaire du TGV nous a permis de découvrir qu’il y a une France ferroviaire à deux vitesses.

Pour vous montrer que la comparaison avec la pénurie d’après-guerre n’est pas déplacée, devinez ce qu’ont fait une partie des heureux acheteurs de billets à 5 euros ? Ils les ont immédiatement mis aux enchères sur eBay, perpétuant un marché noir au service des plus aisés.

Combien cet anniversaire raté a-t-il coûté à la collectivité ? Les débordements ont nécessité l’intervention des forces de l’ordre aux abords des gares. A Lyon, Le Progrès rapporte que la Direction départementale de la sécurité publique a dû mobiliser des renforts en gare de La Part-Dieu, et que les heures d’attente et les bousculades ont causé des malaises, obligeant les pompiers à installer « sur place un mini-hôpital de campagne ». Ce qui a été constaté à Lyon l’a aussi été dans les autres grandes gares. L’Etat et les départements vont-ils facturer la SNCF défaillante qui n’avait pas mis en place les moyens d’accueil et de sécurité adéquats ?

La SNCF a déclaré n’avoir pas imaginé que la demande serait aussi forte. C’est à mourir de rire, quand on sait que la Gare Saint-Lazare, qui n’est pas la plus grande de la capitale, voit passer chaque jour plus de 270 000 voyageurs ! Combien y avait-il de guichetiers en poste à midi le 21 septembre ? D’après le Quid la France comptait 4575 gares en 2003. Comme beaucoup de gares comptent elles-mêmes plusieurs guichets, donc autant de guichetiers, auxquels il faut ajouter les boutiques en ville de la SNCF et les téléopérateurs du 3635, le service de commande par téléphone, il y avait certainement entre 5000 et 10 000 agents SNCF ayant accès au logiciel de billetterie. Pour 50 000 billets à vendre, soit entre 5 et 10 billets à distribuer par agent. Et sans vouloir culpabiliser les guichetiers, il est fort probable qu’ils se soient servis en premier eux-mêmes pour satisfaire leurs proches, ce qui est finalement le moins grave dans l’histoire. Dans ces conditions, comment la SNCF pouvait-elle annoncer que l’opération durerait certainement trois heures ?

« Il n’y a eu aucun bogue alors que tous nos canaux de distribution ont été très sollicités », se vante Mireille Faugère, directrice voyageurs France-Europe de la SNCF. Le site Internet de la SNCF complètement fermé dès avant midi pour cause de saturation, alors même qu’il était prévu comme un moyen de délivrance des billets, en est un contre-exemple, la saturation du serveur téléphonique en est un autre. Comment la SNCF pourtant pionnière dans les usages marchands du Net n’a-t-elle pas imaginé que des millions de travailleurs ne pouvant quitter leur poste se rueraient sur le site ?

Tout cela dénote un profond manque de respect de la SNCF envers ses clients et les autres, les exclus du TGV qui avaient fondé des espoirs de voyage inespéré. Avec « l’anniversaire raté du TGV », comme l’a titré dès le lendemain Le Progrès, la SNCF a failli à sa charte de service public, par laquelle elle affirme s’engager « pour l’équité et la solidarité : traiter tous les voyageurs sans discrimination (âge, origine...) et améliorer constamment l’accessibilité des trains et des gares en relation avec les autorités et acteurs concernés. Assumer une responsabilité sociale particulière en œuvrant à des actions de solidarité, de prévention, d’insertion et de lutte contre l’exclusion ».

A qui ont profité les 200 000 billets à 5 euros ? A la SNCF bien sûr ! Le Parisien n’a pas manqué de rapporter que la SNCF avait limité les places délivrées « à des jours et des horaires pas toujours très commodes », afin de « remplir des places qui, en temps habituel, auraient été inoccupées. Les 200 000 billets n’ont donc rien coûté à la SNCF, qui a tenté de s’offrir une opération marketing d’une ampleur jamais vue (personne n’a pu y échapper) et à la vitesse foudroyante (retombées nationales instantanées), la complaisance des grands médias aidant (« Il est très dur pour une entreprise comme la SNCF de mener à bien une campagne d’une telle ampleur », pour France Info). Mais malgré son coût quasi nul, cette opération s’avère contre-productive car bien au contraire de ce qu’a déclaré Mireille Faugère, les clients qui étaient là, et les autres, ont bel et bien été frustrés.

La SNCF devrait à l’avenir s’interdire ce genre de démarche qui ne sert à rien ni à personne, ou presque. Il serait plus juste pour les usagers qu’elle applique une grille tarifaire moins complexe et aléatoire. La SNCF doit relever enfin le défi de respecter ses clients et se montrer à la hauteur du monopole qu’elle possède sur le transport ferroviaire de personnes en France.


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (124 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Patrick Adam Patrick Adam 26 septembre 2006 10:45

    @ l’auteur

    250 000 personnes se ruent pour obtenir un billet à 5 € et vous appelez ça un anniversaire raté. C’est quand un anniversaire réussi pour vous ?

    Vous ne comprenez donc pas que les commentaires du Parisien et d’autres organes de presse ne sont que la partie émergée de l’icerberg du lobbying qui fait tout pour obtenir une privatitsation de la SNCF ?

    Faut vraiment être vraiment un grand naÎf pour ne pas s’en rendre compte. A moins que vous ne lorgnez déjà sur les futures actions qui seront proposées à un public « captif ».... comme on dit.

    Patrick Adam


    • Marcel Monteubeu Emmanuel Bourcet 26 septembre 2006 12:31

      Je suis d’accord avec vous, j’avais songé à en parler en conclusion. Si la SNCF renouvelle ce genre d’opération, alors en effet, la privatisation ne sera pas loin. Reste à savoir combien d’amendements seront déposés et si l’on battra le record GDF...


    • NaSH (---.---.149.214) 26 septembre 2006 11:41

      Je n’irai pas jusqu’a dire que l’anniversaire a été raté.

      200 000 billets a 5€, je trouve que c’est enorme. Beaucoup en profiteront, et meme au marché noir, les prix seront de toute façon moins cher qu’a la SNCF.

      Le problème, c’est qu’a 100€ l’aller-retour en TGV.. difficile de preferer le train quand on habite a 500km de paris. Un plein de voiture est toujours moins cher.

      pour moi, un vrai anniversaire, c’est une baisse des billets, au prix de l’essence.

      Il faut quand meme savoir, qu’un aller-retour sur londres, coute chez moi 50€... (soit 2 fois moins cher) qu’aller a paris. c’est a n’y rien comprendre.


      • Lrnt (---.---.29.83) 26 septembre 2006 13:40

        un peu de patience, avec l’envolé du prix du brut le billet de train sera bientot au prix de l’essence.


      • rexxar (---.---.234.253) 28 septembre 2006 01:42

        « Un plein de voiture est toujours moins cher »

        Vous ne croyez pas que vous avez oublié de compté quelquechose ?

        Il n’y a pas que le prix de l’essence dans le coût du voyage en voiture. Il faut compter l’usure de la voiture, les assurances etc ...

        6l/100 km ==> 7.2€ pour 100km pour un diesel

        Si vous acheter une voiture 20000€ et que vous faites 200000km avec, ça revient déjà à 10€ les 100km qu’il faut ajouter à l’essence.

        Si vous comptez tous les autres frais, il faut au moins tripler le coût de l’essence pour savoir combien un voyage en voiture vous coûte vraiment.

        Faites vos comptes ...


      • Cédric (---.---.172.149) 28 septembre 2006 11:27

        Ce qui n’a surtout pas de sens, c’est de préférer la voiture au train. Vous pouvez faire toutes les comparaisons possibles, mais en voiture (fusse-t-elle moins chère), vous polluez bien plus qu’en train !

        Allez, à votre 4*4... Pauvre de vous !

        Cédric


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 26 septembre 2006 12:13

        je trouve les commenataires précédents étranges et décalés, il prête à l’auteur de l’article des intentions qui ne sont pas présentes. Ce papier me semble au contraire particulièrement pertinent et décrit avec beaucoup de justesse l’événement, ce n’est pas pour autant un appel à la privatisation de la SNCF, mais bien au contraire un rappel à l’ordre pour que le service public s’assume et ne divague pas comme il vient de le faire avec cette opération stupide de billets à 5 €. On ne demande pas la charité, mais une tarification juste et des services continues et contigus de la SNCF sur l’ensemble du territoire.


        • NaSH (---.---.149.214) 26 septembre 2006 16:12

          un rappel a l’ordre ?

          pour moi ce n’est pas un anniversaire raté, c’est juste une opération promotionelle. Il est juste dommage que derrière ces opérations promotionelles, le prix d’un billet de train soit très elevé passé 25ans..

          Mais jamais je ne serait contre des opérations promotionelles. au contraire, plus il y en a, plus j’ai une chance d’avoir un billet moins cher et d’en profiter !

          quand a l’idée de la tarification terne et inintérressante que vous defendez.. je n’en veux pas non plus. Retourner aux année 70 ne m’interresse pas.


        • benjamin (---.---.132.43) 26 septembre 2006 16:47

          t’es amoureux de l’auteur ou quoi ? cet article est purement et simplement un réquisitoire contre la SNCF : on doit s’estimer heureux d’avoir de telles offres promotionnelles. En france, il y aura toujours des gens pour râler et critiquer toute action, ca devient fatiguant.


        • jsuis10 (---.---.114.37) 26 septembre 2006 13:31

          Pour moi c’est en aucun cas un anniversaire raté 200 000 billets vendus alors que l’offre de départ était de 50 000, De plus, je ne sais pas si vous avez beaucoup voyagé mais en Angleterre et en Allemagne le train est (beaucoup) plus cher qu’en France... Après c’est sur qu’il y a une plus grande diversité d’offre mais faut bien connaitre. Pour moi la SNCF est chère certes, mais competitive.


          • Aymeric (---.---.33.228) 26 septembre 2006 16:17

            Celà montre bien que le TGV est trop cher, ils seraient mieux remplis (notament aux heures creuses) si les billets étaient un peu plus abordables.

            De chez moi (Nantes), celà coute bien plus cher d’aller à Paris en TGV que d’aller à Dublin ou Londres en Avion (Ryan Air).


            • (---.---.123.109) 26 septembre 2006 19:36

              Ryan Air comme les low costs travaillent à prix coutant et leurs bénefs ce sont les subventions des aéroports dont ils veulent avoir, dans la plupart des cas, l’exclusivité.

              Par ailleurs, si des billets sont bien vendus aux prix mentionnés, souvent ces offres sont limitées et de plus ces compagnies facturent en sus les taxes d’aéroport, les frais de manutention, etc... Ces frais supplémentaires sont assez fréquemment supérieurs au prix du billet. De plus les aéroports retenus ne sont pas toujours d’un usage pratique : ils nécessitent des déplacements supplémentaires à des heures souvent indues.

              Pour en revenir à la SNCF, il faut voir cette vente de 200.000 billets comme une action de marketing à l’instar de celles des compagnies aériennes low-costs. La SNCF offre désormais des billets Paris-Marseille ou Paris-Nice à 5 euros. Qui dit mieux ? Par ailleurs cette offre relativement massive va assécher le marché pendant quelques temps et certains vols low-costs vont souffrir.


            • Gasty (---.---.169.137) 26 septembre 2006 16:35

              Pouquoi autant de haine, c’est la vrai question. La sncf fait un cadeau pour les 25 ans de TGV et c’est stupide , déplacé.

              Que le commun des mortels fasse le calcul par lui-même :

              50000 billet/13000 guichet = 3,846 billets par guichet sans compter internet.

              Oui, parce que les guichets de vente ne se limite pas aux grande métropoles.

              Dans le genre : les dix premiers appels seront gagnant ( cout de l’appel 0,39 euros ) il y aura bien 10000 gogo à se faire plumer. 10000 gogo X 0,39 = 3900 euros.

              Un procédé courant et qui vise particulièrement les enfants assis devant la télé ( téléphoner vite et gagner un machin en répondant à la question con). Le pire c’est que ça marche aussi avec les adultes qui vont bientot aller voter.

              Ca marche parce si ça marchait pas y’en aurait plus.

              Pour ce qui est des soldes annuelles les commentaires vont-il etre identique envers les magasins. Stupide , déplacé, on demande pas la charité.

              Je pense que ce seront les mêmes à 6 heures du matin devant les grilles des magasins. Pour ce qui est de la précarité, la SNCF n’a rien a voir la dedans.


              • benjamin (---.---.132.43) 26 septembre 2006 16:37

                je vous trouve vraiment dur avec la sncf meme si dans le fond je suis plutot d’accord : juste un bemol par rapport à voter recquisitoire. Même si c’est un beau coup de pub, c’est un beau geste des billets à 5 euros, et c’est de la perte seche pour la sncf, c’est faux de dire que cest du coup 0. Par contre, il est vrai que cela coute surement moins cher qu’une grosse campagne de pubs tout média. Benjamin


                • Marcel Monteubeu Emmanuel Bourcet 27 septembre 2006 14:29

                  Ce n’est en aucun cas un perte sèche pour la SNCF, relisez l’article : les billets proposés lors de cette opération sont ceux qui ne sont quasiment jamais vendus par la SNCF (horaires et jours les moins demandés).


                • (---.---.19.227) 14 décembre 2006 13:42

                  L’article est faux. Je travaille à la SNCF, et je peux voux certifier que les billets étaient disponibles pour toutes les heures et tous les TGV, même pour les vacances de la toussaint, et les périodes de pointe.


                • (---.---.239.141) 14 décembre 2006 14:27

                  Nous voilà rassurés !!


                • jerome (---.---.236.31) 26 septembre 2006 18:09

                  Quel que soit le cout ce cet anniverssaire/opération promotionelle , c’est de toute façon le con-tribuable qui paye ... Vu l’endettement phénoménal de la SNCF , cette promotion a tout de meme un petit coté obscène ! Jérome


                  • Xavier (---.---.148.35) 26 septembre 2006 20:43

                    La SNCF est une société de... sévice public smiley


                  • Gasty (---.---.169.137) 26 septembre 2006 18:36

                    @Jerome Dans ce cas,y’a beaucoup de monde à etre endetté, parfois sur 30 ans en devenant propriétaire de leurs maisons ou appartements.

                    Mais vous me direz que c’est les banques qui paient.


                    • faxtronic (---.---.183.158) 26 septembre 2006 21:24

                      Putain, je suis vraiment completement deconnecte. C’est quoi le prix de l’essence ??? Ici a Gand c’est 1.17 le litre de 95, c’est raisonnable

                      Dommage j’aurais bien aime un billet de train lille-toulouse a 5 euros moi !


                      • torpedolos (---.---.10.240) 26 septembre 2006 21:58

                        En reponse a Nash : Donc, si je comprend bien, vous pensez que votre voiture ne vous coute que l’essence (ni assurance, ni entretien, ni peage, ni amortisement, assurance, etc...), ni bien sur le prix des routes, de la pollution, des accidents, dont nous supportons tous les couts. Il y a chaque jour 30 morts sur les routes en France. Le TGV, en 25 ans, a transporté 1,2 milliard de personne et a fait 0 (zero) morts. Ca a un prix.


                        • torpedolos (---.---.10.240) 26 septembre 2006 22:01

                          En reponse a jerome : Ou avez vous vu que le contribuable paie pour la SNCF (a part dans la « pravda » de droite qu’on appelle figaro). Un petit tour ici s’impose : http://forum.hardware.fr/hardwarefr/Discussions/SNCF-La-verite-retablie-La-reponse-mail-mensonger-sujet-54107-1.htm


                        • torpedolos (---.---.10.240) 26 septembre 2006 22:09

                          En reponse a Aymeric : On ne peut pas demander a la SNCF en même temps de faire des benefices et de faire payer moins cher. En reponse a ceux qui pronnent la privatisation comme remede a tous les maux :
                          - La SNCF a été créée en 1937, pour 45 ans, par regroupement de plusieurs compagnie privées toutes deficitaires.
                          - En 1982, le contrat qui la liait a l’etat a été renouvelé, mais la SNCF est devenu un EPIC (Etablissement Industriel Public et Commercial). Avec obligation de fixer les prix des billets, non plus en fonction de ses couts, mais du marché.
                          - Allez prendre le train en Grande-Bretagne


                        • papy (---.---.24.69) 27 septembre 2006 05:06

                          Francais vivant a l’etranger, je comprend ce que disent de nous mes nouveaux compatriotes. Nous, francais, ne sommes jamais content et trouvons toujours a nous plaindre et a critiquer. Cette promotion de la SNCF est un bel anniversaire. Des billets a 5Euros, c’est genial, et en vendre 200 000 au lieu de 50 000, c’est un beau geste. De plus, c’est evident que de mettre a disposition 50 000 billets ne repondra jamais a la demande, et alors ?


                          • Greg (---.---.48.4) 27 septembre 2006 09:27

                            Hello !

                            Jérome, Xavier, la branche voyageur de la SNCF est bénéficiaire

                            Patrick Adam, Les clients ne sont pas captifs, les autres moyens de transports sont : la voiture, le bus, l’avion etc...La SNCF n’a pas le monopole du transport de personne...

                            D’accord avec beaucoup d’autres commentaires...ce n’est décidemment pas un anniversaire raté...

                            Un jour peut etre, des journalistes iront au fond des choses plutot que de rester sur le superficiel...Faire des titres racoleurs tel que celui de cet article, c’est vraiment pas pro.

                            Greg


                            • Marcel Monteubeu Emmanuel Bourcet 27 septembre 2006 12:43

                              Vos commentaires nombreux m’incitent à préciser mon point de vue et le pourquoi de cet article. J’ai décidé de l’écrire car j’ai été choqué par les images des bousculades et évanouissements vue à la télévision. Je suis d’accord pour dire que la SNCF est d’une manière générale performante sur son activité, mais par contre elle ne l’a pas été à l’occasion de cet anniversaire pour les raisons que j’évoque dans l’article. Cet événements a malheureusement fait beaucoup plus de déçus que d’heureux... La sncf s’est moquée de ces clients comme elle le fait en permanence, par exemple quand elle leur envoie sa newsletter qui annonce toujours des promos très alléchantes dont il est quasi impossible de bénéficier ( : à chaque fois le lien renvoi à l’accueil de la réservation générale sur le site où il est alors impossible de retrouver les offres intéressantes). La façon dont la SNCF traite ses clients d’un point de vue commercial est tout simplement honteuse alors même qu’elle bénéficie d’un monopole et par ailleurs d’une délégation de service public.


                              • pascal (---.---.170.241) 27 septembre 2006 21:38

                                vous écrivez un commentaire en regardant la télévision, quelle drôle de conception pour juger ! dire que la SNCF TRAITE SES CLIENTS DE MANIERE HONTEUSE ALORS QUE L’AERIEN FAIT LA MEME CHOSE AVEC SES BILLETS EN PROMO,vOUS MANQUEZ D’OBJECTIVITE ?

                                Moi, j’en ai marre de ces comportements grincheux de Français toujours mécontents, bien sur la SNCF n’est pas parfaite mais elle est une des compagnies les plus perforantes en Europe et elle fait des bénéfices depuis 2004 ; au fait, avez-vous votre carte UMP,


                              • Marcel Monteubeu Emmanuel Bourcet 28 septembre 2006 11:46

                                Ne vous inquiétez pas j’étais sur le terrain, mais c’est la brutalité des images de Gare de la Part Dieu à Lyon qui m’ont décidé à publier cet article. Certaines compagnies aériennes low cost font la même chose, mais je vous informe qu’elles ne sont pas en situation de monopole... Votre remarque serait valable si la SNCF était l’équivalent d’Air France et qu’il y ait autour d’elle des compagnies ferroviaires low cost. Enfin je ne suis ni Johnny, ni Doc...


                              • jipé (---.---.170.34) 28 septembre 2006 18:59

                                j’aimerais bien savoir votre métier et votre fonction et surtout pour qui vous travaillez pour dire autant de bêtise ? Dites nous pour qui travaillez-vous au lieu de critiquer, monter les uns contre les autres, dénigrer les vendeurs de la SNCF (on appelle celà de la diffamation), comparer avec des évènements douloureux de le guerre.

                                Quelle honte, quelle aigreur et frustration dans votre raisonnementet j’attends vos explications sur la comparaison avec les évènements de la 2eme guerre


                              • jipé (---.---.170.34) 28 septembre 2006 19:03

                                selon vos arguments, le 27 septembre vous avez vu les images de bousculade à la TV. Le 28 SEPTEMBRE, vous étiez sur le terrain.

                                OU EST LA VERITE ?

                                C’est quoi un conseiller en communication culturelle ?


                              • Marcel Monteubeu Emmanuel Bourcet 28 septembre 2006 19:22

                                Heureusement qu’Agora Vox prévient ses rédacteurs : "Parfois, sur certains sujets -sensibles-, les réactions des lecteurs peuvent être très violentes et apparemment disproportionnées. Essayez toujours de -calmer le jeu- en répondant de manière factuelle et courtoise afin d’éviter tout dérapage ou polémique interminable."...


                              • (---.---.63.252) 27 septembre 2006 13:16

                                La SNCF, présentoir à Da Vinci Code ?

                                La SNCF, c’est bien l’affichiste zen ? les fauteuils hallucinants qui volent ? le flou courbe spatio-temporel ?, la spirale mauve mon chouchou ? la SNCF, c’est bien le vecteur boudhiste ? le support ’haute définition’ de l’injection néo-citoyenne orange ? le temple des envies foetales pré-payantes ? les virgules Apple-Danone-la récré imprimées sur les trains ? les taches rouge et bleu, et vertes et blanches sur le ’bude’ des années soixantes ? le nouveau jouet de ’l’élite’ pour s’illusioner ’maitres du progrès’ ou autres bergers du troupeau quelques années de plus ? pour les rassurer dans leurs caprice de secte dirigeante ? SNCF : La communication par le train ?

                                « Je vais à la gare, j’achête mon billet et je monte dans le train » : voilà l’ennemi, voilà l’archaïsme, l’immobilisme, le frein, le frein financier, le frein ’sociétal’, à éradiquer, à abattre, le ’replis zidentitaire’ français, le ’zégoïsmes nationaux’ caractérisé, l’entrave.

                                Nan nan na : d’abord tu laisses un dépot sur le compte, ensuite tu baves et tu surveilles les promos éphémères qui clignotent et s’agitent son ton oeil envieux aux aguets, en permanance, vont et viennent sans prévenir, gloire aux néo-fidèles et honte aux libre-penseurs. Qui s’en foutent, ou qui aimeraient s’en foutre.

                                J’ai pris du Théoz deux fois : ce sont des wagons, des vrais wagons c’est à dire construits il y a plus de vingt ans, en France. Mais relookés, pour que je me sentes bien.. En effet, avant, ça faisait un peu ’ligne de chemin de fer’, un peu ’rail socialiste’ quoi, c’était chiant... Moi ce que je veux, parait-il, c’est pouvoir dire n’importe quoi bien fort en m’esprimant sur le fauteuil mauve et rose, taper sur tout ce qui bouge parce que ça excite mes envies, et surtout, ne voir aucune ’droite faschiste’ là où je pose mes yeux. Sinon je pête les plombs et à la Télé et sur les Affiches de la SNCF y disent que c’est un comportement citoyen. (à l’école aussi.) Masser mes plante de pieds de nomade citoyen du monde dans un environnement qui m’y convie.

                                Voyez-vous j’ai bien regardé, j’ai fait le test sérieusement : dans l’habillage théoz, il n’y a AUCUNE ligne droite. Pas une, même pas les portes. Espéront qu’ils ne vont pas relooker façon ’j’me lâche’ les rails eux-mêmes !! Un habillage pour nous fourguer une réservation ’gratuite’ et obligatoire, voilà ce que j’ai vu. Là où il aurait pu y avoir un progrès, dans l’aménagement intérieur (et il y en a, qd mme, puisque c’est le seul secteur d’activité réel : l’habillage et la formule commerciale), on assiste à la messe cramoisi du craprice qui remue, à l’immersion violette dans le confort opiacé de l’abonnement zen.

                                Je vous le répète : « je vais à la gare, j’achète mon billet et je monte dans le train. » Voilà tout ce qu’on veut. Pouvoir réserver doit être une option, une facilité disponible bien pratique dans bien des cas. C’est tout. Or tout ceci marche, bien, depuis... cent ans, environ. Ah mais c’est ’insupportable’ ça ! de l’immobilisme ! encore de la liberté !! quoi !? de l’indépendance ?! hein !? des types qui gardent leurs argent et vont à la gare sans prévenir ? quoi ?! prennent le train ? comme il y a 150 ans ? quand il y avait des entreprises familiales privées et indépendantes sans honte ?? Fini !! Aux Etats-Unis il faut réserver pour prendre le train, comblons le retard ! « Il faut arrêtez avec » ce replis zidentitaire et ce zégoïsme nationo ! Jetez moi tout ça et remplacez par du ’lien’ babouches-SpaceShuttle ! ah, il faut des wagons c’est vrai... bé ramassez ce que vous pouvez trouver d’occase dans les hangars europpéen, j’appelle mon banquier pour passer commande d’une usine en Chine, on verra bien dans 30 ans. Mais il n’y a pas que la réservation ’relaxante’ et Théoz et la chasse à la droite fashisto nationale socialiste utilitariste, les crucifix évidemment c’est fini depuis longtemps, place aux envies de matins du monde Vivendi-Universal-Mosento. Et dans la gouverance actuelle de l’Ouset Euroland, la Sécu la SNCF Gaz de France et EDF (vous savez, l’éolienne roto-solaire sympa rouge orangé et bleu qui remue nos énergies. http://www.edf.fr/1i/Accueilfr.html), il y a que le ’matériel’, la matière ouvragée et utilisée en temps que matière, c’est ’has been’, tout simplement, chez ces cons là. Qui bouffent avec des billets et se chauffent avec des pubs, mettent en place et ne rêvent que de Société de l’Information. Souhaitons que les ouvriers, aujourd’hui enretraite bien qûr, et les ingénieurs et les techniciens pareil, qui ont construit les voitures corail n’oublieront pas de voter utile comme moi en avril prochain.

                                La relaxation par la sussure... Oh et je m’en voudrais d’oublier les tankers de billets (de banque) balancés dans « l’affichage citoyen » pour nous éduquer à NE PAS OUBLIER de s’éclater pendre le train pour Londres... depuis presque dix ans maintenant, l’Eurostar grand maître du crachoir, tous supports, non stop. Multimédia, de RTL jusqu’aux cartons de soirées au Palace... Ce n’est plus de la réclame, c’est du détournement de fond ! Et ça n’a rien non plus d’un Slogan du Parti, explicite, et gratuit à l’époque.(euh, moyennant quelques ’datchas’ & ’privilèges nécessaires’ aux ’créatifs’ de cette ère spatio-temporelle, bien sûr, révolue...)

                                Moche, ce nouveau logo. Virgule « en phase »... Chère phase moirée rouge bleu trait d’enfant.., et chère la phase ’de gouvernement’, et bien sûr, éphémère la phase. Ce n’est pas une dépense idiote, c’est une prise d’abonnement. Mafieu ??? (qui ira distinguer capitalisme et mafia sérieusement ??) (Benoît Seize !!!!)(Pas Sarkolène.) A l’heure de l’Age de l’Information, qui gouverne les envies actuelles, et a déjà révolutionné jusqu’à l’armée soi-même, je crois que la SNCF, une fois débarrassé de toutes ces vieilleries là (le matériel)(et donc les infrastructures), refourguées pour le rot symbolique à ...j’devine un coup... si c’est pas Vivendi alors ce sera Suez, à moinsse que l’Electronique Serge Dasault ne se dévoue, ou alors Orange Linking Systems Europe, à voir, bien que Microsoft-China puisse y voir une opportunité de ’blanchiment’, aussi, donc une fois bien ’modernisée’ notre exreplis zidentitaire, comme on disait dans le bassin houiller il y a 25 ans, not’chère SNCF, et bien elle nous fera une bonne agence de communication quand même !... Une officine du lien néocitoyen mondialisant.. Un chouette ’guichet de réservation’ comme pour les places de concerts... où l’on va souriant les lêvres mauves un brin nostalgique des congés payés, des églises des Gauloises à 1 franc (le paquet, pas la cigarette) et des vaches à cornes dans les champs, et où, parmis fées, nègres, anges laïcistes, pieds nippons et fûts de mitraillettes, s’esprimant dans l’espace client paysagé en écoute, tu mets huit patates en dépot le 1er janvier pour pouvoir acheter des (néo) billets toute l’année si tu veux. Si tu veux prendre le train. Qui n’est plus le train, mais une initation, un acteur du monde ’de l’Information.) L’année suivante c’est dix boules à déposer sauf si tu reconduis celui de l’année écoulée, n’y tuoche pas, c’est la réservation-revolving..., et vous aurez un Blondel pour nous mégaphoner que c’est un progrès en écharpe rouge, voire pour les plus gaulistes, un « acquis socio ». La foire aux billets à cinq euros, c’est juste pour ne pas être en retard sur Carrefour ni Auchan et avoir l’air con aux afters ; montrer que les méthodes technico-chamanes rêgnent, ouf, sur les ventes et les esprits (« des fois, y’a de la tune à se faire chez SNCF »), ne pas être en reste, ne pas avoir l’air en retard sur le très sourcilleux Pouvoir de l’Age de l’Information, que la SNCF ’débarrassée de toutes ces vieilleries là’, et bien ça peut être valable, intéressant, ’respectable’, excitant. Le Prince s’ennuie, voilà ce qui les fait flipper... C’est en court, on y est.

                                Y’a du linéaire, c’est sûr. Pensez ’Da Vinci Code’, en gondole, en rayon, en affiche, en train spéciaux, enn cartons à tout les guichets, en 4 par 3 toutes les 9 semaines, et bien sur ’la critique du Da Vinci Code’, mêms topo, même impression cervelle droite (renseignez-vous)(lire Lucien Israël). La rencontre, la fusion, du socialisme réel et du capitalistique corporate ’intérêt commun’.

                                A par ça j’l’aime bien ma SNCF moi, j’suis chiraquien, comme tout l’monde !!. Il faut à la fois, je pense, assurer un minimum ’citoyen et syndical présent’ (moi j’appelle ça ’national’), et encourager les inégalités marchandes imprévisibles. Bref garder une structure, un noyau d’état (national, pas régional) qui d’ailleurs est déjà construit, et encourager la libre entreprise sur ce crénau là comme sur tout les autres, les p’tits jeunes qui poussent sans négliger les maison vénérables et puissantes, mais passer d’un monopole socialiste à une ’impression de participation’ Orange-Mosento, niet.

                                Dans le même ordre d’idées, il faut nationaliser Carrefour et Auchan. Nationaliser pour moitié, bien sûr, il faudrait inventer un nouveau mot, ou un nouveau référent pour ’nationaliser.’ Le sens original ????????

                                Mes salutations aux travailleurs. « Tout pays pour être durable devrait produire chez lui un tiers de tous ces besoins, dans tous les domaines. », ça c’est Georges Pompidoux qui avait sorti ça. ’je ne suis pas sûr du « durable », on disait « viable économiquement » à l’époque, peut-être.) Une telle phrase avait dû passer pour ultra-capitaliste à l’époque, marchander pour les deux tiers restants !!, mais aujourd’hui ce serait une indécence ’replis zidentitaire’ insupportable, une provocation anti-démocracy, une saillie lepéniste. Réfléchis camarade !


                                • l’Omnivore Sobriquet (---.---.63.252) 27 septembre 2006 13:25

                                  J’en ai oublié de signer : l’Omnivore Sobriquet, au clapot.


                                • Marcel Monteubeu Emmanuel Bourcet 27 septembre 2006 14:28

                                  Ce n’est en aucun cas un perte sèche pour la SNCF, relisez l’article : les billets proposés lors de cette opération sont ceux qui ne sont quasiment jamais vendus par la SNCF (horaires et jours les moins demandés).


                                  • (---.---.19.227) 14 décembre 2006 13:46

                                    C’est une information fausse. Ces billets étaient disponibles pour tous les trains, même aux heures de pointe.


                                  • (---.---.239.141) 14 décembre 2006 14:36

                                    ouf ! enfin quelqu’un d’objectif !!


                                  • Gasty (---.---.169.137) 27 septembre 2006 17:01

                                    Soyons sérieux, déjà y’en a un qui a dit que les 2eme classe payaient les places de première vide. Les trains ne sont pas des charters, ils ne partent pas une fois toutes les places vendu. Le coût matériel d’une rame qui partira à 13h35 de Paris avec une personne à bord ou 300 personnes est le même. La différence sera la rentabilité de cette circulation.

                                    C’est quand même mieux d’avoir 50 client à 5 euros en plus que rien du tout.Je ne vois pas ou il peux y avoir une polémique la dessus.

                                    A part reprocher à la SNCF d’avoir vu trop juste sur le nombre de 50000 ( petite ville de province).

                                    Mais avoir ensuite rectifier jusqu’à 200000 ( ville de moyenne importance) MERDE !


                                    • armand (---.---.26.75) 29 septembre 2006 10:44

                                      Ce qui est problématique dans ces promos c’est l’inégalité d’accès des usagers aux différents tarifs. Comment voulez-vous acheter des billets à 5E si vous ne pouvez pas prendre des heures sur votre temps de travail, si vous êtes accompagné de petits enfants, ou êtes trop vieux pour tenir le coup (ou trop faible, ou trop malade). Comme les billets achetables exclusivement sur le net. Ce sont des procédés déloyaux, indignes de ce qui reste quand même un service public - et j’en parle en connaissance de cause, même si j’en bénéficie (« grand voyageur », horaires flexibles, connecté au web, solide et en bonne santé....). Je ne vois pas non plus la justification des cartes pour catégories d’âge : en quoi un ingénieur de 24 ans aurait-il le droit de payer moins qu’un ouvrier de 40 ?On risque d’arriver bienôt la la situation sur Eurostar : une dizaine de niveaux de prix, l’impossibilité de savoir à l’avance combien va coûter un voyage sans simulation sur ordinateur.


                                    • Marcel Monteubeu Emmanuel Bourcet 29 septembre 2006 12:04

                                      Enfin quelqu’un qui a correctement perçu le sens de l’article... bravo !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès