Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’Assistance ou l’Assistanat : Problème des classes moyennes (...)

L’Assistance ou l’Assistanat : Problème des classes moyennes ignoré par les Politiques en France ?

Les hommes politiques en cette période électorale présidentielle et législative semblent ne pas souhaiter aborder ce sujet sensible, mais au combien préoccupant. Nombre de personnes faisant partie des classes moyennes, sont choqués de voir que certaines familles vivant d'assistance s'en sortent bien mieux qu'elles, qui travaillent et paient leurs impôts. Y a t'il une justice entre les individus ? Pas sûr ? Que font les hommes politiques par rapport aux lois pour équilibrer ces injustices ?

 

La France parle de fraternité , égalité et liberté. L'égalité qui semble se dessiner dans le domaine de l'assistance, lèze une grande partie de la population qui travaille et gagne peu pour s'en sortir. Comment se fait-il qu'un grand nombre d'assistés bénéficiant des minima sociaux aient construits de "sacrés" biens dans leurs pays d'origine sans avoir jamais travaillé en France métropolitaine ? Tout le monde sait qu'il y a un problème de chômage en France, certains patrons dans le bâtiment exploite de la main d'oeuvre bon marché, se trouvant en situation irrégulière. De gros patrons dans des sociétés côtées en bourse abusent de cette manne en effectuant de la sous-traitance à outrance. Les "illégaux" ne pourraient être accusés de bénéficier des aides sociales ou de l'assistance. Ils peuvent se trouver dans une situation unique d'aide sur le plan santé : Aide Médicale d'Etat qui n'est pas gratuit et qui coûte également.

A cause de ceux qui abusent du système et vu l'absence de contrôles, et de divers vérificateurs (peu d'effectifs chez les fonctionnaires contrôleurs) ou du laxisme ambiant dans certaines fonctions publiques, les gens bien-pensants peuvent se révolter contre toutes ces personnes qui profitent du système et font n'importe quoi. Le système français n'est peut-être pas le plus généreux en Europe, mais il présente et représente beaucoup de failles dans lesquelles, les malhonnêtes s'enfoncent, s'y engoufrent et bénéficient de toutes les faveurs que le système leur offre.

Est-ce juste qu'un couple (jeune ou non) avec enfants, travaillant et demandant un logement se voit refouler (dossier rejeté) sur le principe qu'ils ne gagnent pas assez ? Est-ce normal que d'autres avec enfants (le même que la famille travailleuse), ne travaillant pas et demandant un logement social, se voit attribuer le logement plus vite que le couple méritant. C'est une forme d'injustice qui se matérialise au quotidien en France. En énoncant les termes couple méritant, il est possible que certains soient choqués, mais c'est fait exprès. Ce couple particulier qui gagne juste les minima en matière de salaire, est moins bien lôti que les pauvres assistés (magouilleurs), car c'est à la sueur de son front qu'ils (Monsieur et Madame), se débrouillent pour produire de quoi faire vivre leur ménage. Ils ont parfois le SMIC fois deux ou le SMIC et demi. A force de voir ces "parasites" qui profitent du système, il n'est pas étonnant que plusieurs personnes "saines d'esprit" soient choquées par de tels abus. Nous pouvons en généralisant indiquer que la France donne l'impression d'être un pays d'assistés. Il ne faut pas généraliser car des pauvres honnêtes, cela existe. Des pauvres qui veulent bosser, celà existe aussi. Des pauvres qui n'ont d'appellation que le terme "PAUVRE" et produisent par des voies illicites des biens mal acquis, existent également. Et ces derniers sont ceux qui s'excitent le plus et qui réclament en permanence de l'assistance. Des pauvres dignes existent et ceux là ont bien souvent du mal de se rendre au service social pour réclamer l'aide à laquelle ils ont droit.

Les chômeurs sont-ils tous des pauvres, c'est difficile à caractériser. Un chômeur qui perçoit plus que le SMIC n'est pas catalogué comme tel, car ses revenus sont supérieurs au SMIC et il n'a qu'un souci particulier, c'est que son niveau de vie doit être revu à la baisse. Il est évident que s'il ne retrouve pas un travail dans un laps de temps donné assez rapide, il va véritablement dégringoler pour devenir un pauvre. Le pauvre doit être aidé par la solidarité nationale. Dans les années soixante-dix, il s'agissait d'améliorer la qualité de la vie dans un contexte de croissance et une société d'abondance, une partie de la population vivait avec des ressources insuffisantes. Dans les années quatre-vingts, la pauvreté résulte de la crise et du chômage. Elle n'est plus seulement due à une insuffisance de ressources mais aussi à une situation d'exclusion sociale. Cette nouvelle pauvreté concerne des ménages en situation précaire, c'est-à-dire vulnérables à toute diminution de leur pouvoir d'achat et qui, normalement insérés dans la société se trouvent pris dans un processus d'exclusion progressive.

La loi n° 88-1088 du 1er décembre 1988, instituant le revenu minimum d'insertion a pour objet d'assurer des moyens convenables d'existence à toute personne qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation de l'économie et de l'emploi, se trouve dans l'incapacité de travailler. Cette loi reconnaît un droit nouveau, celui d'obtenir de la collectivité des moyens d'existence. Le RMI, fondé sur la solidarité nationale, constitue une nouvelle catégorie de prestation sociale garantissant à toute personne un minimum de ressources. Elle est une allocation différentielle destinée à ceux dont le revenu n'atteint pas un certain niveau. Elle est égale à la différence entre, d’une part, le montant maximum du RMI calculé selon la composition du foyer, et, d’autre part, l’ensemble des ressources mensuelles de la famille (l'allocataire, le conjoint et les enfants de moins de 25 ans).

Au départ, le contrat d'insertion vise à éviter de faire du RMI (revenu minimum d'insertion) seulement une allocation d'assistance mais à aider la personne à laquelle elle est attribuée à définir un projet d'insertion. Or cette bonne résolution n'a jamais été tenue. Des personnes ayant reçu le RMI en 1988, le perçoivent encore aujourd'hui, est-ce normal ? NON. D'autres touchent le revenu minimum d'insertion en restant en Afrique. Il reviennent tous les trois mois pour l'actualisation de leur dossier et ils repartent après. Où est-elle appliquée cette mesure d'insertion. Combien de personnes au RMI sont vraiment dans cette posture d'insertion. Le nombre doit être infime sur l'ensemble des assistés percevant cette manne. C'est alors que l'assistanat entre en jeu et fausse les données sociales. Pourquoi avoir réduit le nombre de contrôleurs susceptible de mettre à jour les fraudes aux prestations sociales qui génére un gouffre financier au niveau des aides de l'Etat.

L'organisation et les modalités du RMI ont évolué du fait de la réforme de la décentralisation en 2003. Ainsi la loi n° 2003-1200 du 18 décembre 2003 portant décentralisation en matière de revenu minimum d'insertion et créant un revenu minimum d'activité transfère des services déconcentrés de l'État à la collectivité locale départementale la charge de l'allocation du RMI. Le revenu minimum d'activité (RMA) est proposé dans le cadre du contrat d'insertion conclu par les personnes qui bénéficient du RMI depuis deux ans au moins. Depuis 2007 une réforme des politiques d'insertion vise à généraliser sur l’ensemble du territoire national le revenu de solidarité active (RSA) et à instituer un contrat unique d’insertion afin de simplifier les dispositifs existants, d'inciter à la reprise d’activité et de lutter contre la pauvreté au travail.

Documents joints à cet article

L'Assistance ou l'Assistanat : Problème des classes moyennes ignoré par les Politiques en France ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • jpm jpm 4 avril 2012 12:19

    Article intéressant qui montre bien comment l´assistanat peut être mal perçu par ceux qui ont l´impression de ne jamais en profiter... et pourtant chacun à sa façon bénéficie plus ou moins des bienfaits de l´Etat et de la solidarité nationale, ne serait ce que par l´usage gratuit des services publics... ou les différentes aides à la famille ou au logement... sans parler des niches fiscales pour les plus riches.

    Il est peut être temps de réfléchir à un autre modelé de société ou tout le monde bénéficierait d´une revenu de base inconditionnel... en remplacement des multiples aides sociales et d´un prélèvement à la source de tous les revenus. Confer l´article de Jeff Renault ci-dessous :

    http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-revenu-de-base-inconditionnel-113860

     


    • jef88 jef88 4 avril 2012 14:31

      le « petit » ouvrier, artisan etc .... ne bénéficie pas des aides de l’état !
      pourtant ... Il reverse une partie de son salaire en TVA, Il cotise aux différentes caisses, et dès qu’il dépasse un seuil, impots sur le revenu !!!

      Alors il est compréhensible qu’il n’aime pas ceux qui ont un revenu proche du sien sans rien faire !!!!!


    • jpm jpm 4 avril 2012 15:42

      Le petit ouvrier ou l´artisan n´est il jamais allé à l´école ou n´y envoie t´il pas ses enfants... n´a t´il jamais bénéficié d´aucune aide... comme par exemple le quotient familial ou un crédit d´impôt pour faire des travaux dans son logement. Il est facile de jalouser ce que les autres sont supposés gagner... mais plus difficile de reconnaitre ce dont on bénéficie soi-même. C´est vrai que la complexité et le manque de transparence du système ne favorisent pas les comparaisons honnêtes et entretiennent les soupçons sur les soi-disant profiteurs qui ne sont bien souvent pas ceux que l´on croit (confer le commentaire de Robert Gil).


    • jef88 jef88 4 avril 2012 16:11

      il est rarement propriétaire....
      s’il a hérité il n’a de toute façon les moyens d’entreprendre des travaux

      Quand à l’école ses enfants poursuivront ils des études longues ? NON dans la pluspart des cas !!!

      et si on calcule, en % la TVA coute un max...

      Cet article fait l’apologie des « pauvres » qui ne font rien en opposition aux « moins pauvres » qui bossent et font les vaches à lait !!
      Ces derniers sont bien pratiques pour nos « pauvres » politiques déconnectés : ils donnent des voix à la gauche et font fonctionner les finances publiques


    • jpm jpm 4 avril 2012 16:58

      Il est difficile de considérer chaque situation individuelle, mais enfin celui qui a la possibilité d´avoir un emploi ou une activité rémunérée n´est pas forcement à plaindre. Alors évidemment, il peut jalouser celui qui arrive à vivre sans travailler... mais dans ce cas, pourquoi ne laisse t´il pas sa place pour profiter pleinement de cette soi disant manne de la solidarité nationale. Curieusement, peu de gens font ce choix volontairement... ce qui montre bien que la situation d´assistés n´est pas forcement une sinécure.

      Je trouve donc dangereux de vouloir monter les moins pauvres contre les plus pauvres... alors que les vrais abus ne sont vraiment pas de ce coté de l´échelle sociale.


    • jef88 jef88 4 avril 2012 17:34

      OUI ! c’est dangereux !!

      Mais considérer celui qu a un salaire de 1000 euros comme un privilégié c’est aussi dangereux !!!


    • mojique mojique 5 avril 2012 10:01

      Et si l’artisan ou ouvrier est malade ou a un accident, il aura également droit à certaines aides ou alloc. La solidarité nationale est un progrès social. Mais les quelques profiteurs servent à faire l’amalgame avec les autres personnes en difficulté. De plus, il vaut mieux aider les gens dans le besoin que les laisser sans rien et atterrir dans la rue et faire ainsi monter la délinquence.


    • gogoRat gogoRat 5 avril 2012 18:45

      @jef88 :
      vous dites, concernant « le petit ouvrier » :
      « il est compréhensible qu’il n’aime pas ceux qui ont un revenu proche du sien sans rien faire !!!!! »

      On peut comprendre, mais dans un premier temps seulement, une réaction épidermique de ce genre ... Toutefois, avec un minimum de réflexion, la charge émotive devrait rapidement se tourner contre la source réelle de l’injustice ressentie.
       Il est non seulement totalement inefficace, mais de plus fort mal avisé, sur le plan stratégique, de retourner sa hargne contre d’autres gens en difficulté qui pourraient au contraire devenir des compagnons d’infortune ... ou de lutte. C’est à son employeur, que « le petit ouvrier » devrait demander une augmentation de salaire ... qu’il n’obtiendra en aucun cas en militant pour la diminution ou la suppression des revenus de survie accordés à d’autres !

      cet article vous invite à « changer de regard » :
      http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-revenu-de-base-inconditionnel-113860


    • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 13 avril 2012 21:09

      Certains bénéficient certainement moins que d’autres des aides de l’Etat et d’autres en abusent. Que dire d’une « bonne femme » qui n’arrêtent pas de faire des momes, qui en a six ou d’autres cinq, quatre, trois ou deux, qui indiquent ne pas avoir de conjoints, ne travaille (nt) pas, vit (vent) que de subsides de l’Etat. Elle(s) a (ont) des enfant(s), prétent (prétendent) vivre seule, juste pour percevoir l’allocation parent isolé ? Nul ne cherche à savoir comment cette femme a des enfants qui sont du même père ou parfois de père(s) qui les reconnaissent.

      Si vous trouvez celà juste, moi je ne le comprends pas et je ne l’approuve pas.


    • foufouille foufouille 4 avril 2012 12:57

      "Nombre de personnes faisant partie des classes moyennes, sont choqués de voir que certaines familles vivant d’assistance s’en sortent bien mieux qu’elles, qui travaillent et paient leurs impôts."

      mdr !!!
      c’est ngogo ?


      • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 13 avril 2012 21:11

        Tu peux au moins, avoir le courage d’écrire ton vrai nom, que de déformer le mien. Je ne serai pas étonner que tu sois du même bord que ce « tordu » de mélencho


      • Robert GIL ROBERT GIL 4 avril 2012 13:23

        Bien souvent l’on pense que les subventions profitent aux seuls RMI, RSA, ou autres aides sociales. Mais qui profite vraiment de l’argent public :
        http://2ccr.unblog.fr/2011/03/06/qui-ne-profite-pas-dargent-public/


        • jef88 jef88 4 avril 2012 14:35

          J’ai lu le lien ......
          Le pov’ con qui gagne le SMIC ne bénéficie de rien !

          il n’a pas les moyens d’investir


        • focalix focalix 4 avril 2012 14:52

          Article pertinent.
          Ngang Abui.

          Suis-je bon élève ? smiley


          • lloreen 4 avril 2012 15:54

            L’assistanat est un poste de

            Dans une société saine il n’y a pas besoin d’assistanat parce que chacun gagne de quoi vivre correctement.Le reste, tout comme le « charity business », est le résultat de déséquilibres.
            Quelle est la légitimité de ceux qui décident pour les autres ?
            Aucune.


            • mojique mojique 5 avril 2012 10:03

              Dans une société saine, ça veut dire quoi saine ? , il y a des handicapés, bref des gens qui ne peuvent pas travailler.


            • minidou 4 avril 2012 17:19

              « Assisté », « méritant », « parasite »...Rien que le vocabulaire condamne cet article inepte...


              • Txotxock Txotxock 5 avril 2012 07:20

                J’y ajouterais « classe moyenne ».


              • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 13 avril 2012 21:25

                minidou fait justement partie de ces personnes qui prennent ce texte au pied de la lettre, il faut prendre la peine de se poser des questions. Il fait justement une interprétation inepte comme il le mentionne. IL ne faut pas négliger que le premier degré de lecture des textes est insuffisant et qu’il faut aller au-delà pour déchiffrer son sens secret.


              • Yohan Yohan 4 avril 2012 17:28

                L’auteur,

                Vous avez parfaitement raison de poser la question. Mais chuuuutttt, c’est un sujet tabou. Pourtant, il est plus facile de se pointer avec cinq mouflets dans les bras, sitôt arrivé en France, et obtenir rapidement, grâce à la diligence des assistantes sociales, un F 4, certes pas forcément dans les beaux quartiers. En effet, je vois mal nos élites de droite comme de gauche accepter de loger des immigrés dans leur immeuble. Chevènement qui s’arqueboute sur son logement « social » dans le 5ème arrondissement, ne risque pas de montrer l’exemple.
                Mes neveux qui sont nés à Paris n’ont droit à rien, sinon à se payer un logement dans le privé à un prix dépassant leur salaire. Autant dire qu’ils sont partis en lointaine banlieue, vu que leur dossier de demande de logement n’a aucune chance d’aboutir, vu que Delanoe donne priorité au logement social pour immigrés.


                • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 13 avril 2012 21:40

                  En parlant de classe moyenne pour ce citoyen qui semble « choqué » par les termes cités au début, j’estime que j’en fais partie, dès l’instant que mon salaire oscille entre le SMIC et 1900 euros. Si je m’écoutais même, je mettrais dans les classes moyennes, les personnes qui gagnent jusqu’à 2500 euros.

                  Ceux qui donnent la sensation ou l’impression de s’offusquer, sont bien hypocrites, la famille faisant partie des classes moyennes se paient tout, elle veut se rendre en vacances, Elle doit tout économiser, et en général, elle va en vacances une ou deux semaines au maximum. Elle ne se fait pas payer ses vacances. Elle a des galères pour obtenir un logement adéquat, elle a de la peine pour se faire aider car soit-disant elle dépasse les plafonds (parfois de 50 ou 100, voir 200 euros). Elle est écartée ou alors repoussée avec délicatesse. Par contre les profiteurs avec leurs momes, qui ne cherchent pas du travail, « je répète bien qui ne cherchent pas du travail, savent réclamer et se faire aider par des AS ou autres CESF », savent profiter des opportunités que le système a mis en place.

                  Je m’en fiche si je choque, je ne vise pas les personnes aux RSA qui cherchent du travail, ou celles qui bénéficient du RSA en se faisant exploiter par des "POURRI(E)S qui les font travailler avec des petits contrats de 20 heures, ainsi elles ne peuvent s’en sortir. Ces personnes ou ces ménages doivent être bien aidés, et j’adhère à toutes les aides qui doivent leur être apportées.

                  Je m’insurge contre ceux et celles qui ne font rien et qui restent à la maison en attendant les aides, je ne parle pas non plus des handicapés. Il faut bien distinguer les profiteurs.


                • kalisita 4 avril 2012 19:19

                  bonjour, je fais partie des assistes, française, 1 enfant ( j’en fais pas 2 l’avenir étant incertain, et financièrement impossible)ce n’est pas avec des aides qu’on élève des enfants..
                  je cherche du travail, mais l’on me propose des 20 /25 h, je ne peux les accepter , je serai dans une situation encore plus précaire, car par la suite il y aurai une baisse de 100 euros de la caf et la suppression de la CMU, hors avec 20/25 h on ne peut pallier a cette réduction, sans parler du coup des conséquences de mon absence sur mon enfant (cantine, et garderie pendant les vacances) avec 20/25h difficile de régler la facture..
                  on ne vit pas au RSA, on survit, chaque euros compte, en été (je vis a 15 minutes de la plage)je ne peux parfois me permettre de dépenser 4 euros dans le bus, il n’y a aucun écart de possible..
                  600 euros loyer
                  100 edf
                  30 euro téléphone
                   15 euros l’assurance
                  200 euros d’alimentations
                  total 945 euros
                  je dispose de 15 euros

                  comment je fais pour être décente lors d’un entretien d’embauche ?

                  non les pauvres au RSA, ne vivent pas mieux que ceux qui bossent,
                   
                  car il n’y a pas d’avenir, pas de but, pas de rêve, pas de voiture, pas de vacances (pour les enfants), pas de ciné, pas de vêtement neuf, pas de deco, pas d’amis , pas de relation de boulot, pas de sorties, pas de restau !!
                  les pauvres au RSA n’ont pas la belle vie, ils ont un pied dans la tombe !!
                   le seul but et de pouvoir tenir moralement jusqu’au mois qui vient , et peut être décrocher un 35 h !!


                  • nenecologue nenecologue 4 avril 2012 19:27

                    Ben fallait commencer par ne pas faire le premier gamin ...


                  • Patricia 5 avril 2012 03:00

                    @ nenecologue


                    A commencer par vous, dommage de ne pas avoir oublié de naître !

                  • Bilou32 Bibi32 5 avril 2012 08:47

                    Et le père de l’enfant là dedans ? Au sujet du loyer, 600 € me semble énorme, n’auriez vous pas droit à l’APL ?


                  • kalisita 5 avril 2012 09:39

                    FALLAIT PAS COMMENCER PAR LE PREMIER !! , !! fallait bien un con comme toi pour me pondre ça !!
                    j’ai pas toujours été pauvre du con !! j’ai travaillée 20 ans avant !! en couple avec un juriste, du con !! tu ne sais pas ce que te réserve l’avenir et ,du con j’espere qu’un jour tu seras moins con !!


                  • kalisita 5 avril 2012 09:41

                    le papa ne comtribue pas !! l’apl est compté, dans les 950 euros, (340)


                  • posteurfou posteurfou 5 avril 2012 10:04

                     @nenecologue

                     

                     n’importe quoi !!!!

                     

                    CRDT ..


                  • mojique mojique 5 avril 2012 10:05

                    Malthus s’est réincarné et milite au FN ;


                  • Grattounette 5 avril 2012 10:57

                    ok il est évident que ce n’est pas du tout facile, mais je ne cautionne pas vraiment l’argument. 

                    Il ne faut pas non plus faire de la désinformation. Il me semble que RSA avec un enfant c’est 712 € (un peu moins si vous avez l’APL). Et dans votre cas vous devez avoir une alloc de soutien de famille dans les 89 €. Donc on ajoute l’APL de 340, je crois qu’on arrive autour de 1000 €. Non ? Quasiment un smic.

                    20H par semaine, c’est 578,4 par mois, va s’ajouter un « rsa activité » en complément, un petit + qui doit remettre à niveau et le salarié ne bénéficie plus de la CMU pure non à cause de ses petits revenus qui resteraient alors suffisants, mais c’est sa sécu qu’il paye avec ses charges salariales et patronales, et il a alors droit à la CMUC, c’est-à-dire la complémentaire 100% du ticket modérateur (base de salaire dans les 825 € avec 1 enfant).
                    Les avantages sécu sont conservés (l’essentiel) tout en passant « de l’autre côté ». 
                    Quant au 600 euros de logement, ça me semble un peu cher pour 2 personnes, non ? 
                    Si mes calculs sont faux, n’hésitez pas...
                    Pour les « 15 mn de la plage »... franchement, marcher 15 mn pour aller à la plage, ça n’a jamais été mauvais pour la santé. Combien de temps on marche dans un supermarché ? .. 
                    Pas de vacances, de restau... c’est aussi la loi de beaucoup de smicards avec famille. 
                    Je sais que tout ça n’est pas marrant et que le système est complètement bancal, mais « le pied dans la tombe » me semble tout de même très excessif... 

                    Ceci dit, je trouve l’article en effet antipathique avec tous les arguments dangereux habituels.

                  • kalisita 5 avril 2012 11:26

                    grattounette

                    340 AL, 89 PA, rsa 1 enfant 520 euros... = 950
                    15minutes en voiture par la voie rapide, alors non je ne vais pas a la plage a pied, même si on marche beaucoup dans un supermarché..lol
                    quand a la CMU elle saute au bout de 3 mois d’activité, (c’est du vécu)(faut pas dépassé 698euros)
                    le RSA est dégressif, quelque soit le contrat 20/25/30 etc !! alors au bout de six mois tu as 20/25h sans aucune aides et ton salaire pour pleurer (c’est du vécu)

                    mais je commence a croire que cela dépend aussi du département, malheureusement c’est pas pour tous le monde pareil, j’ai entendu aussi 850 eurs de rsa avec 1 enfant dans un autre departement, mais je n’ai pas de confirmation


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 13 avril 2012 21:44

                    Dites Madame Kalisita, le principe du RSA implique un complément de revenus si votre salaire est bas, il ne souligne pas la baisse de vos revenus, il est censé les augmenter et non de vous faire vivre dans la précarité.


                  • PapaDop PapaDop 4 avril 2012 19:37

                    nenecologue vous êtes un abruti fini .Et les plusseurs expliquez-vous ,lâches .

                    kalisita ; Bonsoir ,


                     Comme je vous comprends ,vous êtes ,comme des millions de français ,dans une « prison » savamment élaborée par le système pour vous faire taire avec le strict minimum vital ,quand il n’y à plus d’emplois.


                    • nenecologue nenecologue 4 avril 2012 20:07

                      J’en ai juste d’entendre geindre des gens qui se mettent dans la merde tous seuls et qui viennent crier à l’aide ensuite pour qu’ON les tire de là ! Une fois de plus ...


                      Et passer pour un abruti aux yeux d’un imbécile est un plaisir de fin gourmet.

                    • nenecologue nenecologue 4 avril 2012 20:10

                      Quand on fait un gosse on pense sur 30 ans.

                      De toutes facons l’état providence est bientôt fini et les cigales viendront encore pleurer à la porte des fourmis mais cette fois les fourmis n’ouvriront plus car elles aussi seront bordeline ...

                    • foufouille foufouille 4 avril 2012 20:49

                      ben va jusqu’au bout
                      met les pauvres dans des camps
                      leurs momes pourront servir a tes bourgeois detraques


                    • nenecologue nenecologue 4 avril 2012 21:19

                      Foufouille , on pète plus haut que notre cul depuis trop longtemps , le retour de bâton va être tellement violent que ce jour là tu auras intérêt à t’être préparé... Et je ne parle pas d’avoir mis de l’argent de coté parce que l’argent ne vaut rien en temps de guerre civile !


                    • foufouille foufouille 4 avril 2012 21:33

                      @nene
                      non
                      certains se sont gaves, c’est tout
                      et importes du « roumains » a 400€ pour construire une centrale
                      les gens sont trop pacifistes pour une gueurre civile


                    • kalisita 5 avril 2012 10:18

                      merci PapaDop

                      le terme de prison est bien approprié car en effet c’est cela, très bien étudie comme système, tant que le peuple n’a pas faim, il ne se soulèvera pas !!


                    • mimi45140 5 avril 2012 12:38

                      Attention les individus sont manipulable nos aieux sans être des imbéciles en ont fait deux , nous ne sommes pas si différent .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès