Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’autodétermination du hamster dans sa roue

L’autodétermination du hamster dans sa roue

Marche ou crève. Voilà le monde dans lequel nous vivons. Voilà le monde dont on a hérité et probablement celui que nous allons léguer à nos enfants. Pas de quoi pavoiser.

Marche ou crève. Un pas en avant, dix coups dans ta gueule, tu encaisses le recul et tu recommences. Il faut un moral de vainqueur pour survivre dans un monde de perdants. Marche ou crève. Tu y crois, tu te bats, tu te défonces, d’ailleurs, même si tu n’y crois pas, tu fais au moins semblant, au moins la chaleur du troupeau que l’extrême solitude du sage. Bêlons en chœur, peut-être que le loup bouffera le mouton d’à côté, peut-être même qu’en fermant très fort les yeux, tout cela cessera d’exister et la porte du placard se refermera sur sa parade monstrueuse qui a envahi toute la chambre et qui déferle maintenant dans le couloir.

Marche ou crève. Ou faire dans l’originalité, choisir son rythme. Je trottine, je cours, je brasse et je pédale. Je pensais avoir changé d’univers physique et mental, je n’ai fait que m’adapter à la donne en restant dans le mouvement. Ma seule marge de manœuvre, c’est la vitesse que j’imprime à la roue que mes efforts colossaux font tourner mollement sur place.
Marche ou crève. Courir pour oublier qu’on ne va nulle part. Pédaler pour démultiplier le pas perdu. Nager pour ne pas sombrer corps et âme. Ni médaille, ni trophée, ni podium, ou alors tous bien serrés sur la dernière marche. Ni fleurs, ni couronne. Non plus. Rien que l’instant et l’écho de ton souffle court pendant que tu t’échines à avancer. Avancer. Comme des pantins. Les figurants d’un mauvais film qui emmerde tout le monde et dont personne ne veut connaître la fin.
Marche ou crève. K.O. debout, tu t’es encore vautré. Est-il humainement possible de se bouffer autant de portes sans jamais s’enkyster dans le bois du panneau ? Encore une couleuvre à avaler, ton gosier est plus souple et serpentaire qu’un alambic, tu ne peux même plus déglutir ta propre honte, ton ultime négation de toi. Envie de laisser tomber, de baisser les bras.
Et puis quoi ?
Crève dans le fossé, la gueule ouverte. Mais fais-le en silence, pour ne pas troubler la foulée intime et recueillie des autres coureurs de fond. Crève, mais crève donc ! le surnuméraire, l’échappé du dernier rang, le boulet de service, toi, le putain de concurrent. Pas de voiture-balai dans ce tour de force-là, pour ce tas de forçats las. Ce n’est même pas la loi de la jungle, les animaux n’ont jamais été aussi cons. Demain attend pourtant l’ultime ressource du faible de ce soir. C’est la leçon que nous ignorons, que nous méprisons sans cesse et c’est bien là notre perte.

Pas de consolation pour les perdants, ni repos, ni soulagement. On les finira à coups de saton dans le caniveau, ces crevures !

Alors, tu ravales ta peine, tes espoirs et tes colères, tu bandes ces muscles dérisoires que la permanence de la lutte t’a sculptés et tu repars vers le mirage suivant, sans le voir, sans y croire, mais parce que tu n’as, finalement, pas le choix.

Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 1er septembre 2009 10:09

    On a guère le choix , chaque matin de se lever malgré tout ....

    Marche ou crève ( TRUST )

    Je voulais faire le point de quatre ans d’existence
    C’est assez difficile trop de moments intenses
    Les amis qui te quittent et ceux qui te relancent
    Qui te mangent dans la main quand tu touches les avances
    Ceux qui te dévisagent t’es con t’as pas ton badge
    Ceux qui t’encouragent si tu peux te planter
    Tu connaîtras las dames santé et tiroirs-caisses
    Les désirs des branchés ceux qui ont raté
    Tu vas être appelé à donner ton avis
    Même si cela te fait *****, même s’ils sont obligés
    Ils viennent te snober France actualité
    Ceux que tu piétine comme cela sans y penser
    Marche ou crève la vie que je vis n’est pas un rêve
    Marche ou crève c’est un combat il n’y a pas de trêve

    Ce qu’il adviendra demain je ne sais pas
    Je laisse les gras du bide se charger de tout ça
    J’ai pas courbé l’échine ni retourné ma veste
    On dérange pas mal je vous laisse les restes

    J’ai débuté tout seul il n’y avait rien derrière
    J’ai cru ouvrir ma gueule devant c’était l’enfer
    On en dit des choses j’adore les gens qui causent
    Et qui pensent posséder la musicalité
    Et nous on regarde cela en cherchant le pourquoi
    Y’a ceux qui nous sourient derrière nous assassinent
    Je suis chanteur de Trust et crois-moi j’ai confiance
    Dans la ténacité qui fait tout arriver

    Marche ou crève la vie que je vis n’est pas un rêve
    Marche ou crève c’est un combat il n’y a pas de trêve

    Ca cherche, ça analyse, sont cons comme des valises
    On m’appelle Bernie et c’est très bien ainsi
    Ca ne sera pas facile de nous clouer le bec
    Mais que tu veuilles ou non il faudra faire avec

    Marche ou crève la vie que je vis n’est pas un rêve
    Marche ou crève c’est un combat il n’y a pas de trêve


    • Monolecte Monolecte 1er septembre 2009 10:12

      Merde : qui fait du Trust sans le vouloir est une baltringue sans le savoir...

      Je n’aurais pas dû m’arrêter à Antisocial et devrais explorer plus avant la vie et l’œuvre de ce groupe attachant.


    • LE CHAT LE CHAT 1er septembre 2009 10:28

      @Monolecte

      j’adore le groupe Trust , ça c’est des textes engagés !

      Je t’offre celle ci en bonus


      Dieu est conservateur, le diable est libéral

      Les hommes ont pour principe de ne pas en avoir
      Car si on les soupçonne, si on les questionne
      Les réponses évasives fusent, intempestives
      Le verdict est conforme, rigueur et uniforme
      Dieu est conservateur
      Dans la pensée commune avec une préférence
      Pour la haute, pour l’aisance
      Chacun trouve en son sein, un sens, une débine
      On naît pur de tout, on meurt seul et sans goût
      La peur, la joie, la foi
      Les hommes, les femmes, les fois
      Où on a dû se taire afin de justifier
      Dieu est conservateur x3

      Les hommes ont pour principe de ne pas en avoir
      Car si on les soupçonne, si on les questionne
      Les réponses évasives fusent, intempestives
      Le verdict est conforme, rigueur et uniforme
      Le diable est libéral
      Le diable est libéral, cela paraît normal
      Avec une préférence aux dictatures morales
      Dès que la croyance est identifiée
      La popularité est soumise aux enjeux
      La particularité a son obsession
      C’est qu’elle n’en a pas et tout le monde est heureux
      Heureux de pouvoir dire, heureux de répéter

      Le diable est libéral x4

      Dieu est conservateur
      Le diable est libéral


    • Traroth Traroth 1er septembre 2009 12:58

      Oui, j’aime bien « Police Milice » et « Black Blanc Beur », entre autres.


    • Traroth Traroth 1er septembre 2009 12:59

      Ou « la morsure »...


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 1er septembre 2009 10:22

      Monolecte, « mais parce que tu n’as, finalement, pas le choix . »

      C’est amusant, je me souviens de ce débat qui parcours je pense tous les milieux concernant le choix. Celui ci intervenait face à ma contestation quant à la vitesse du flux tendu. Je prétendais que si j’avais le choix, je pouvais rester maitre de ma vitesse et pour ce faire, préférais tenir le volant. J’ai donc tenu mon volant mais ai immédiatement été éjecté du système qui aujourd’hui atteint pleine vitesse le mur. Comme quoi, ce sont les intolérants qui vous imposent de faire le même choix qu’eux, ce qui n’est donc plus un choix personnel...Les intolérants d’ailleurs n’ont pas choisi, c’est la ville en folie qui a décidé de leur rythme, à la campagne, avec un peu de terre, on peut encore vivre au rythme que l’on veut. Évidemment, je parle d’une autre époque, et je ne suis pas paysan argentin, ni comorien...

      Ceci dit, si tu ne marches pas, tu crèves, dans tous les cas.


      • Gabriel Gabriel 1er septembre 2009 10:29

        Bonjour,

        Eternelle question, quid du but de notre vie ? Quelle leçon en tirer ? Pour cela il faudrait déjà réfléchir par soi-même. Eteindre télé, radio et fermer les journaux. Et comme le préconisait Pascal, s’asseoir seul dans le silence, se prendre la tête entre ses main et se poser la question suivante : » Qu’ai-je fais de positif dans ma vie jusqu’à présent ? Qu’ai-je fais pour les autres ? » Dur constat, mais n’est ce point le seul valable ? Comment vivre dans cette jungle aux chimères ? Il paraîtrait que les hommes ne sont pas malheureux à cause des évènements qui surviennent, mais à cause de la façon dont ils prennent les évènements qui surviennent. Difficile donc de traverser un cauchemar sans faire preuve d’impermanence. Ernest Hemingway à écrit un jour : « le monde est un endroit merveilleux et il faut tous faire pour le sauver. » Je suis d’accord avec la deuxième citation.

         


        • Pyrathome pyralene 1er septembre 2009 16:39

          Mais non,il ne pleut pas ! comme on dit dans le poitou, c’est du brouillard de Vendôme.....


        • Gazi BORAT 1er septembre 2009 11:46

          @ MONOLECTE

          Intéressant essai sur cette tyrannie du mouvement perpétuel et cette injonction partout répétée à bouger, bouger, bouger..

          Me reviennent en mémoire ces émissions d’une époque où Bernard Tapie était en pleine gloire et des ces images, nouvelles à l’époque où l’on voyait des chefs d’entreprise obligés de monter en courant les marches qui les menaient à la scène.... Seul exercice physique d’importance pour nombre d’entre eux mais qu’importe !

          Il était nécessaire de distinguer les « battants » qui avancent des « losers » qui les regardent passer.

          Avec toutefois encore un président qui affectait de « laisser du temps au temps » et, roublard, savait que la lenteur peut aussi être un outil stratégique des plus efficace.

          Hélas ! Nous avons maintenant un président qui court... Où ? Nul ne le sait.. A part qu’il fuit en avant !

          Bouger, toujours bouger ! Où du moins faire semblant !

          Pas d’inactifs ,non.. Le moindre chômeur cachera sa situation en répondant qu’il a des projets..

          Excellente image que celle du rongeur dans sa roue, qui dépense son énergie sans aller nulle part..

          gAZi bORAt


          • Monolecte Monolecte 1er septembre 2009 11:58

            En fait, plus qu’une image, le hamster est la retranscription exacte de ce que je ressens actuellement. D’autant plus que la nuit, je ressens plus que je ne pense (texte balancé en un seul jet, cette nuit à 2 heures de mat’)


          • Dolores 1er septembre 2009 17:16


            On naît, on meurt, entre les deux c’est le malheur !

            Si l’on connaissait le but de la vie, on s’agiterait sans doute moins vainement.


          • tonton 1er septembre 2009 11:57

            Pourtant les femmes ont la clé de la solution ...

            Le jour où elles décideront de préférer les perdants, vous verrez que ça changera vite

            • Monolecte Monolecte 1er septembre 2009 11:59

              Oui, mais la plupart des hommes préfèrent les femmes qui préfèrent les crétins de winners.


            • Gazi BORAT 1er septembre 2009 12:07

              Aaahh les winners..

              Ou ceux qui tentent désepérement de donner l’impression d’appartenir à cette heureuse catégorie... Pathétique quand le vernis se craquèle !

              Je pense ici à la « Mort d’un commis voyageur » ou à certaines répliques dans « Husbands » de John Cassavetes.

              Et toujours, l’obligation de cet enthousiasme forcé, de cet optimisme hystérique et bien souvent cache misère..

              gAZi bORAt


            • tonton 1er septembre 2009 12:29

              Non ils préfèrent être préférés ... ce qui me semble assez naturel


            • fhefhe fhefhe 1er septembre 2009 12:17

              Il faut relire Mr Albert Camus.... !!!
              Surtout l’Essai « Le Mythe de Sisyphe »
              « L’absurde nait de cette confrontation entre l’Appel Humain et le Silence Déraisonnable du Monde »... !!! ( Mr : A.Camus)
              Une réponse....La Révolte... !!!
              Etre conscient que le Monde et la Vie sont Absurdes....permettent de se Révolter ...sereinement.


              • Monolecte Monolecte 1er septembre 2009 13:12

                Le monde et la vie ne sont pas si absurdes que cela, c’est ce que l’homme en fait qui n’a pas de sens.
                Sinon, déjà donné ma version du Mythe de Sisyphe.


              • clostra 1er septembre 2009 14:02

                Longuement j’ai observé ces petits animaux dans leur quête ininterrompue. Une peinture surréaliste pourrait les éjecter de leur trajectoire et les replacer dans leur environnement naturel, transformant ce ruban de barreaux en longues promenades en quête de leur nécessaire survie d’individu et de groupe...
                Et puis, une idée longuement inexploitée, alors que l’observation de cette roue qui tourne anéantit toute volonté si ce n’est celle d’aller se reposer : placer une petite dynamo pour donner du sens à cet insensé parcours...Imaginez ces milliers de petites âmes du foyer en train de vous fournir de l’électricité...

                Un jour Zazie (c’est son nom) s’est échappée de sa cage. En un éclair, j’ai vu des feux d’artifices à toutes mes prises, des trous dans mon plancher et toutes sortes de tributs à payer pour ces années de galère à trimer dans sa roue.
                L’idée me vint de l’appeler par son nom « Zazie » où es-tu ?
                Zazie pointa son nez de derrière le coussin pour me rassurer...
                Alors pour la récompenser, je lui offris une chaude galerie à l’intérieur de mes manches qu’elle parcourut de l’une à l’autre et de l’autre à l’une jusqu’à ce que je la mette - ben non ! pas dans sa roue : dans sa boule ! dérapage gauche pour passer d’une chambre à l’autre, d’une pièce à l’autre...
                Les boules c’est plus sympa et ça met moins le bourdon !


                • Suldhrun Coyotin 1er septembre 2009 14:04

                  Allons , @ tous du calme


                  Vivre c est comme le patinage d artiste , il y a les figures imposees et les figures libres l Art en siste de ne pas melanger les deux .

                  Du premier nous sommes en obligation .
                  Le deuxieme c est du fun 

                  Ah l eau tiede ! quel plaisir d en redecouvrir l usage

                  • Suldhrun Coyotin 2 septembre 2009 09:47

                    Et puis il y a l usage de l art , non do lard , il emancipe des deux


                    La roue , ,com disent les boddhas

                    Le ham se taire , com disent les greens doors

                    Cest un chemin de specifite , oui tonton vivre 500 et+ sans pedaler, il se peut

                    A vous de mettre l accent la ou il manque

                  • faxtronic faxtronic 1er septembre 2009 15:37

                    La Vie de A a Z est absurde de toute facon. Sans raisons, sans sens, et voue a la mort. 


                    • Paul Cosquer 1er septembre 2009 16:12

                      C’est selon l’étalon qu’on choisit : à l’échelle de l’Univers, notre vie est absurde. A l’échelle humaine, notre vie a un sens et c’est même sa finitude qui lui donne sens : recevoir de ses parents, préserver et perpétuer l’héritage, engendrer et transmettre à ses enfants, ses petits-enfants, apporter aux autres pour que la chaîne continue et que leurs chaînes soient moins lourdes à porter. L’éternité de l’être, au contraire, serait absurde. La mort donne du sens : la mort des autres fait sens pour nous. Notre propre mort même va éclairer le sens de nos proches...


                    • Iren-Nao 2 septembre 2009 08:56

                      Bien vu et bien dit Cosquer

                      Iren-Nao


                    • tonton 1er septembre 2009 16:20

                      n’empêche que si une bonne fée me donnait l’opportunité d’avoir une espérance de vie de 500 ans tout en y gardant la vigueur d’un mec de 40, je signe direct le contrat pour prolonger mon bail dans ce monde absurde, cruel et injuste

                      et j’en connais pas mal qui feraient la même chose

                      • Pyrathome pyralene 1er septembre 2009 16:36

                        Racontes pas de conneries....tu te vois à pédaler en rond dans une roue à hamster , ou à venir troller les nartics à momo pendant 500 ans ?....


                      • tonton 1er septembre 2009 16:47
                        n’extrapole pas ton immobilisme congénnital sur ma personne, pyralene
                        on n’est pas du même bois
                        si toi tu vas continuer à attendre 150 ans le Grand Soir pour la semaine prochaine, c’est ton blème

                      • Monolecte Monolecte 1er septembre 2009 16:51

                        Ça dépend de la quarantaine que tu te tapes. Pour ma part, approchant de cette nouvelle étape, je trouve, effectivement, que ça pourrait durer un peu plus, ou alors la bonne trentaine, qui a aussi été très intéressante.

                        Après, pourquoi 500 ans ? C’est un peu court, non ?


                      • Pyrathome pyralene 1er septembre 2009 23:11

                        si toi tu vas continuer à attendre 150 ans le Grand Soir pour la semaine prochaine, c’est ton blème

                        Ben non,j’attends pas le grand soir du « rock-and-roll the bunker ».....parce que ,vu le contentieux passé (si tu vois ce que je veux dire...) , ça risque de faire mégahypertrèslourdingue.....
                         Mais,sachant que tôt ou tard (pas dans 500 ans !) la vérité ressurgit quoiqu’il en soit,on peut annoncer avec un certain « timing » que l’abcès devra et sera crevé ......pour pouvoir enfin guérir de la connerie ! 


                      • tonton 2 septembre 2009 09:48

                        monolecte

                        j’aurais dit 500 comme 5000 .... allez, va pour 5000 alors : - ))

                        pyralene
                        la connerie ne se soigne pas, mais on peut l’éduquer pour être moins conne ( jeune ) et l’encadrer ( état de droit )

                      • Yohan Yohan 1er septembre 2009 16:40

                        Et si on cessait de s’apitoyer ? Avant la vie, le néant/ après, le néant. A chacun de faire quelque chose de sa vie, avec le monde qu’on nous lègue. Sur cette terre, certains courrent, d’autres se promènent et beaucoup ne font rien que se lamenter.


                        • Paul Cosquer 1er septembre 2009 16:40

                          La détermination m’a toujours attiré davantage que l’autodétermination.

                          Qu’un être vivant court sans but et toujours plus vite parce qu’il confond le moyen et le but, prenant l’argent, les honneurs, la gloire, et le travail pour la finalité de toutes choses et le sens unique qu’il faut se donner, comme un certain qui nous gouverne, là est l’absurde. C’est le dicktat de l’autodétermination (appelé souvent « pragmatisme » par l’aveugle qui la subit). La détermination peut au contraire nous aider à changer la société même si en ces temps troublés il serait surtout question d’en préserver le meilleur et de la sauver du pire.

                          Le Sens et l’Absurde sont les deux revers de la même médaille et on peine souvent à distinguer l’avers du revers. Parce que les situations de la vie sont trop diverses et complexes. C’est une question d’échelle, de focus : la vie humaine est absurde au regard de l’univers mais la vie de vos proches a du sens pour vous (et leur mort en aura aussi). C’est aussi toute la difficulté de définir le sens parce que les notions souvent ont deux définitions : l’une qui s’applique en situation normale et l’autre en situation anormale. Bien entendu, pour définir la normalité il faut se référer à une ligne de séparation assez souple, élastique.

                          Un jeune qui joue 20 heures par jour sans arrêt au même jeu pour battre des records, trouvera que cela a un sens pour lui. Un autre en le voyant dira que c’est absurde. Les deux ont raison. Chacun est libre de trouver le sens où il veut et selon les périodes de sa vie, du degré de son parcours sur le chemin du sens. Mais il faut aussi que chacun aide les autres en leur montrant le sens ou en les ramenant à des choses plus saines. Aider l’autre à trouver du sens vous apporte du sens.


                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er septembre 2009 19:37

                            La vie n’ a pas de sens , sauf qu’ on se dirige tous vers la sortie ...


                            • Gül 1er septembre 2009 20:48

                              Bonsoir,

                              Elle me dérange beaucoup cette réflexion nocturne...

                              Enfin, je comprends que par moments on en arrive à cette espèce d’envie de baisser les bras, mais bon, on a le choix quand même, non ?

                              Le choix de ne pas se plier aux règles communes, ou si peu qu’elles n’en sont pas gênantes. On a le choix de préférer une qualité de vie à une quantité de matérialisme. Le choix de partir ou rester.

                              On a le choix de faire avec ce que l’on a et d’en créer quelque chose de bien pour soi !

                              Hormis les situations extrêmes qui ne permettent plus rien et qui elles nécessitent de l’aide extérieure, parce qu’il y a des besoins vitaux, j’ai du mal à concevoir qu’on ait à ce point besoin de courir.

                              Y a plein d etrucs qui font du bien au quotidien et qui nous sont offerts gratuitement. Tu disais toi-même, Monolecte, que lorsque tu voyais la chaîne des Pyrénnées depuis chez toi, tu en oubliais de râler !

                              Bref, je me dis que tu as eu un coup de blues cette nuit. Juste parce que tu es humaine, souvent bien plus que tout un chacun....

                              Et pour finir : Merde aux cons !!!


                              • Pyrathome pyralene 1er septembre 2009 22:59

                                Elle a fort bien parlé
                                On trinque à sa santé !......


                              • PhilVite PhilVite 2 septembre 2009 00:41

                                Si ça c’est pas un beau coup de blues nocturne !

                                Monolecte, il vous faut apprendre à faire ce geste salutaire qui consiste à présenter aux visiteurs importuns de vos nuits le dos de votre main, le majeur dressé et les autres doigts repliés. Votre état d’esprit s’en trouverait positivement modifié.

                                Ceci dit, quand le jeu auquel on participe devient insupportable, quand on ne comprend plus les règles ou qu’elles nous deviennent odieuses, alors il est temps de changer de jeu, d’en trouver un qui nous convienne mieux.
                                Alors on revit, on dort la nuit, et on laisse aux dingues les jeux insensés et les portes dans la gueule.


                                • Gül 2 septembre 2009 00:58

                                  Alors on revit, on dort la nuit, et on laisse aux dingues les jeux insensés et les portes dans la gueule.

                                  Voilà, ça c’est franchement et joliment dit !

                                  Et puis, souvent, on s’amuse vachement plus avec les jeux, un peu nouveaux, un peu pas pareils, un peu « has-been, un peu trop simples, un peu »comme on a pas l’habitude", bref...

                                  Toute douce intervention, PhilVite, restez encore un peu, c’est bon !


                                  • PhilVite PhilVite 2 septembre 2009 09:08

                                    Désolé Gül, c’eût été avec plaisir, mais à 00:42, j’étais sous la couette...


                                  • Marilou 2 septembre 2009 01:14

                                    @ Monolecte,
                                    Bonsoir, je passe vraiment de moins en moins de temps ici, mais il ya des auteurs que j’aime lire.Vous en faites partie. (ainsi que d’autres sur ce fil)
                                    Je prends cette fois le temps de réagir, car, cette image du hamster dans sa roue m’est moi aussi « apparue » il y a quelques jours.
                                    Oui, je me disais, la vie est comme une roue. Une fois qu’un tour est fini, un autre commence...et on s’agite dedans...frénétiquement...
                                    l’éternel recommencement d’un destin que nous fabriquons chaque seconde, finalement...avec ses rythmes, sés récurences, et puis ses blocages, ses cassures..et à l’intérieur, on se démène comme on peut pour essayer de ne pas se faire trop de bobos....
                                    On répare la roue et soi avec ...et c’est reparti, jusqu’au prochain virage pris trop vite...un pied mal assuré...et plaf ! C’est la chute qu’on sait inévitable. Qu’elle survienne par surprise ou qu’on s’y prépare...elle fait toujours mal. Bon et puis, en fait les chutes, elles permettent de se reposer.Au moins, elles ont du bon !
                                    Après, c’est reparti, « chacun vaque à son destin », comme le chante Bashung avec raison.
                                    « On a le choix » dit Gül, oui, on a toujours le choix, sauf que parfois, quand même on peut avoir l’impression qu’on nous impose un choix.
                                    Alors, il faut savoir se remettre soi -même (ou avec de l’aide, parce les amis, c’est bien là pour ça ! ) en équilibre, puis debout, dans cette roue, et continuer à tourner.Bon pied, bon oeil !
                                    Et...à chacun de faire évoluer le paysage qui entoure la roue.ça, on peut le faire ! Mais il faut sortir de la roue avant !

                                    La vie est une construction de chaque instant, sauf si on s’endort trop longtemps dedans, et qu’on se regarde trop vivre...On oublierait presque de vivre vraiment, pour le coup.
                                    C’est fou comme on peut être capable d’oublier qu’on a tous les ingrédients du bonheur !
                                    « Impose ta chance, serre ton bonheur, et va vers ton risque »...René Char

                                    Tchin !!


                                    • Blé 2 septembre 2009 09:20

                                      Courir, toujours courir, pour aller où ?

                                      Juste avant de tomber sur l’article de Monolecte, j’ai lu sur Marianne2 « On achève bien les chômeurs », marathon de 10 ou 20 kms organisé par une ville afin que des chômeurs rencontrent des employeurs en fin de course sans garantit de trouver un emploi.

                                      Dans ce cas, quel est le choix du chômeur ? Participer et participer collectivement à un enfumage de 1ère ou ne pas participer pour ne pas être complice d’une déshumanisation qui ne dit pas son nom.

                                      Selon notre position dans la hiérarchie sociale, nous avons effectivement plus ou moins de choix. Mais plus on descend l’échelle sociale, plus la liberté de choix rétrécit au point que cette liberté est devenue une illusion. Quand une société se permet de faire courir des humains (chômeurs sans doute mais avant tout humain) comme des lévriers ou des chevaux, je crois que c’est la part de la civilisation humaine contenue dans chaque individu qui rétrécit à la vitesse grand « V ».


                                      • clostra 4 septembre 2009 17:03

                                        Sincèrement, je vois la roue en 3D, c’est mieux, c’est plus ergonomique pour celui qui la pousse car celui qui devient maboule qui roule (pauvre Sisyphe) n’amasse pas mousse.

                                        Dans ma boule ajourée, je vois ce qui se passe autour (allez ! plus vite !) sans me fatiguer.

                                        Justement, et je demande conseil : dois-je réanimer l’horloge de ma grand-mère ? âme-stair ?

                                        NB belle sculpture sur le sujet à Arpajon dans le 91

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès