Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’école à deux ans (suite)

L’école à deux ans (suite)

LES SPECIALISTES QUI DEFENDENT LES NOURRISSONS DE DEUX ANS
LES DEFENDENT-ILS VRAIMENT ?

Commentaires à la suite de la lecture du livre « l'école à 2 ans : est-ce bon pour l'enfant ? » (auteurs : BRISSET/GOLSE – Editeur : Odile Jacob - août 2006).

Le livre porte à la connaissance du public des informations émanant de scientifiques reconnus et relatives à la scolarisation très précoce des enfants.

Cette démarche de professionnels de l'enfance, à l'évidence, se suffit à elle-même. Cependant, il est possible de considérer l'initiative que constitue l'écriture de ce livre comme un appel à la résistance. En effet, les auteurs signalent une situation particulièrement préoccupante en ce qui concerne les conditions de vie imposées à la petite enfance, et, en même temps, relèvent le peu d'écoute qu'ils obtiennent auprès des Pouvoirs publics malgré une collaboration signalée par ailleurs comme relativement étroite.

Selon certains scientifiques l'action auprès des pouvoirs publics serait fortement contrariée par les associations de parents (« beaucoup plus puissantes qu'eux ») qui refusent les conclusions des scientifiques parce que, accepter celles-ci obligerait à « modifier l'organisation de la société »).

Cette opposition des associations et le défaut d'écoute de la part des autorités conduisent à un éternel enlisement des débats (qui s'avèrent en effet globalement et avec persistance sans résultats notables) et à une captation de l'enfance par l'Education nationale. Pour le grand public comme pour les décideurs la solution des problèmes relatifs à l'enfance est supposée trouvée à partir du moment où les enfants sont confiés à cette administration.

Confier ou ne pas confier les enfants de deux ans à l'école ?

Ce n'est assurément pas là une bonne façon d'énoncer la problématique des très jeunes enfants.

Il faut aller beaucoup plus loin :

D'abord souligner, comme cela a été fait par certains auteurs, que l'Education nationale n'a pas qualité pour prendre en charge l'enfant dans sa globalité. Sa mission est de transmettre des savoirs. Ensuite il faut suivre Martine PRETCEILLE qui écrit au chapitre 2 de l'ouvrage : « Aujourd'hui, au moment où la question du lien entre des conditions d'une éducation de base et des troubles du comportement chez les adolescents est posée, il est nécessaire de relancer un large débat ».

En effet, ces troubles du comportement ne sont pas survenus par hasard. Etudier leur génèse c'est entrer au cœur du problème.

Ce qui nous conduit à la question suivante :

Que devons-nous modifier, transformer, améliorer, dans notre esprit, dans nos connaissances, dans notre organisation sociale, dans notre gouvernance etc...pour permettre à tous nos enfants (exempts de maladies congénitales) d'arriver à l'âge adulte en bonne santé psychique, affective et physique ?

 

Quant au débat, il devrait avoir (enfin et réellement) l'intérêt des enfants pour raison d'être et se développer dans un milieu où les dés ne seraient pas pipés. Or, les dés sont pipés, et depuis fort longtemps sans doute.

Les dés sont pipés, en grande partie parce que, comme l'écrit Michel ONFRAY, « on ne discute pas avec les faibles ». Les enfants sont des faibles parmi les faibles. Ils n'ont pas droit à la parole et les adultes leur demandent, pour l'essentiel, d'aller à l'école (coûte que coûte) et d'obéir.

Dans ces conditions où le sujet est sans défense et sans droit à la parole l'intérêt de l'enfant est souvent détourné pour couvrir l'intérêt d'un groupe, d'une profession (ou de plusieurs), ou d'une idéologie. Les parents n'échappent pas à ce contexte général, d'autant plus que les possibilités d'agir sur les événements sont devenues extrêmement réduites dans le quotidien.

 

Quelles sont les remarques que cet ouvrage suggère ?

D'abord, que les auteurs, à l'instar de l'ensemble de la population sont (fort normalement d'ailleurs) enfants de la culture actuelle telle que celle-ci est issue des grandes idéologies développées au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle.

Dans cette nouvelle culture les habitudes et les idées sont largement dictées par des fictions, et ces fictions, créées par les pouvoirs et idéologies dominants sont universellement admises. Il s'ensuit une certaine docilité qui amène à ne pas remettre en cause beaucoup d'idées reçues et crée des zones d'ombre qu'il est interdit d'explorer (Martine PRETCEILLE).

Ainsi ne sont pas détectées (ou bien sont considérées comme normales ou inévitables) d'importantes nuisances qui frappent les enfants. En outre, il ne faut pas oublier que l'examen d'un quelconque domaine, lorsque les conclusions sont largement dictées d'avance et qu'une partie de la problématique est interdite d'accès, a de très fortes chances d'aboutir à des conclusions erronées.

Un exemple est frappant :

Les auteurs de l'ouvrage qui se sont exprimés sur le sujet ont affirmé que l'activité professionnelle des femmes était un droit non négociable et une réalité irrémédiable. Cela indique clairement qu'il est inutile (et outrageant ?) de rechercher les conséquences de cette situation. L'attention n'a le droit de s'exercer QUE en aval de la garde des enfants par des tiers salariés. Quelle que soit la gravité des dommages que l'on constate chez les personnes en mauvaise santé psychique il sera interdit d'en rechercher objectivement les causes sur tout le parcours des enfants.

Au passage, et à propos de cet exemple, il faut signaler l'impact évidemment catastrophique au plan pédagogique et social, d'un point de vue de spécialistes de l'enfance qui donne par principe la priorité absolue aux besoins des adultes contre ceux des enfants.

 

Comment les comportements sont mis sous contrôle.

Les pouvoirs et idéologies dominants utilisent beaucoup moins qu'autrefois la force pour s'imposer, ils créent plutôt des fictions qui, une fois adoptées par le plus grand nombre travaillent pour eux en induisant les attitudes souhaitées.

Plus la connaissance est faible dans un domaine plus les fictions sont faciles à implanter. C'est évident. Voila l'une des raisons pour lesquelles elles fleurissent et perdurent dans le domaine de l'enfance où la connaissance (qui existe pourtant, notamment chez nos auteurs) est phagocytée de toutes parts : par les modes et usages des organismes qui se targuent d'éducation, par l'intérêt des professionnels, par l'effet des tabous acceptés, de l'omerta qui règne, des idées reçues, et par les contraintes et les aléas de la vie quotidienne imposée à tous.

Pour l'essentiel les fictions s'appuient sur une base solide qui est notre culture ancestrale à base hiérarchique et autoritaire :

  • le droit de l'adulte (quel qu'il soit) est supérieur à celui de l'enfant,

  • le droit à la liberté (pour le plus fort) est supérieur au devoir de responsabilité,

  • le droit à l'éducation est dévoyé, il est utilisé pour assurer la toute-puissance de l'école.

    Le thème de la gloire de l'adulte éducateur et de l'obscurité plus ou moins menaçante qui émane de l'enfant fait recette presque à tous les coups.

Entre le savoir trop scientifique qui peine à se répandre et la perte de savoir domestique lié au dénigrement de la vie privée il y a place pour la désinformation par sélection des informations et par omissions, sans oublier le mensonge délibéré. Les informations qui apportent de l'eau au moulin de la fiction sont acceptées, écoutées, répétées, pendant que celles qui la contredisent sont ignorées et se perdent rapidement dans les sables.

Dans ce contexte où les règles ne sont adaptables que dans le cadre rigoureux de ce qui est admis par la culture dominante, il n'est pas question d'obtenir des réponses circonstanciées et objectives à un certain nombre de questions.

Petit florilège de ces questions :

  • L'école est-elle le seul outil capable d'enseigner les connaissances nécessaires à la vie ?

  • Quelle est la qualité de la socialisation reçue à l'école ?

  • Ne trompe-t-on pas les parents avec le vocable « l'école de la république » qui laisse croire que l'école où ils envoient leurs enfants est meilleure que celle des royaumes de Grande-Bretagne, de Hollande, de Belgique, du Luxembourg, d'Espagne etc. qui ne sont pas des républiques ?

  • Quelle est l'incidence, sur leur santé psychique et la construction de leur personnalité, de la prise en charge (par ailleurs uniforme) des enfants par les pouvoirs publics depuis la fin du congé de maternité jusqu'à l'âge de seize et souvent vingt ou vingt cinq ans ? Pourquoi le ministère de la santé ne cherche-t-il pas à avoir une connaissance de ce domaine fondamental, ce qui devrait être l'une de ses principales missions ?

  • Pourquoi ne tient-on pas compte du fait que sept ans est un âge suffisant pour commencer les apprentissages dits « scolaires » ? Pourquoi ne fait-on pas beaucoup d'efforts pour rendre leur enfance aux jeunes enfants au lieu de tout faire pour les en priver davantage ?

  • Dans quel but tient-on pour acquis le fait que toutes les femmes veulent avoir une activité professionnelle ?

  • Pourquoi participe-t-on si massivement au déni du père (qui n'est que rarement cité) ?

  • Pourquoi dénigre-t-on la vie privée, la vie domestique, la relation parents-enfants pendant qu'on valorise à l'extrême la vie professionnelle (pourtant génératrice d'aliénation et de graves nuisances, parfois de suicides ?

  • Pourquoi ne dénonce-t-on pas clairement les maltraitances institutionnelles ?

  • Etc...

Citons quelques slogans qui viennent appuyer les fictions :

  • les punitions corporelles ne sont pas de la maltraitance,

  • l'autorité n'est pas de l'autoritarisme (sans jamais donner de définition valable de la différence dans la pratique),

  • les enfants réclament des limites,

  • l'enfant roi ! !

  • il faut apprendre l'obéissance et la frustration aux enfants,

  • les enfants sont méchants,

  • les enfants ne sont pas humanisés à leur naissance.

  • Etc...

L'activité professionnelle des femmes.

La façon dont a été évoqué le travail professionnel généralisé des femmes par plusieurs auteurs de « l'école à 2 ans » confirme la puissance de l'idéologie (et de la fiction, son fer de lance) : il est convenu et entendu, comme je l'ai indiqué plus haut, que, les femmes ne pouvant plus s'occuper des enfants, c'est la collectivité qui doit le faire. Et pour ne pas prendre le risque de culpabiliser les mères on fait l'impasse sur l'étude des risques que l'on fait prendre aux enfants.

Ne pourrait-on pas remplacer la phrase « le travail professionnel des mères » par : « le travail professionnel des parents » ?

L'hypothèque spécifique qui pèse sur les mères doit être levée, parce que la responsabilité du père est au moins égale à celle de la mère, même encore aujourd'hui où la mère cumule le statut de père avec celui de mère.

Au moins dans tous les cas où le montant du revenu professionnel de l'un et de l'autre est voisin, les parents doivent avoir la pleine liberté de choisir qui de l'un ou de l'autre va dégager le temps nécessaire aux enfants (l'idéal étant un mi-temps chacun, alternativement).

Bien entendu le père ne peut pas et ne pourra jamais abriter l'embryon, subir les épreuves de la maternité, allaiter (sauf au biberon), tout comme peu de femmes pourront être bûcheronnes. Il n'est pas possible d'éliminer un certain nombre de contraintes (physiologiques notamment). Remarquons cependant (paradoxe bien accepté) qu'il est interdit d'évoquer ces contraintes naturelles. Il ne sera pas possible de les prendre en compte pour ce qu'elles sont aussi longtemps que les idéologies feront la loi.

Si Boris CYRULNIK, préfacier, nous oriente seulement sur « de nouvelles manières de vivre ensemble » et de « nouvelles conditions technoculturelles », Claire BRISSET ouvre et ferme la discussion en même temps : - « l'entrée massive des femmes dans le monde du travail est irréversible ».

Alain BENTOLILA met fin à ses dires sur le sujet d'une manière similaire : - « il est vain de regretter l'heureux temps où tous les petits enfants bénéficiaient plus longtemps de la chaleur du foyer familial » ; - « la seule question qui mérite d'être posée est : comment assurer, à un moment crucial du développement d'un enfant, une qualité d'accueil et d'accompagnement qui lui donne les meilleures chances d'épanouissement ? »

Notons l'intransigeance de l'affirmation : « La seule question »...(les recherches ne sont permises QUE dans le cadre de la garde des enfants par des tiers).

La concordance de la dégradation de la santé psychique des jeunes avec leur garde massive par des tiers pendant leur petite enfance est avérée ; malgré cela il est interdit de chercher à savoir si ces « meilleures chances d'épanouissement » ne sont pas pure illusion.

Hubert MONTAGNER prévient : « il ne s'agit cependant pas d'utiliser ce débat pour réactiver la nostalgie des mères au foyer et pour les culpabiliser de leur activité professionnelle, qui constitue une évidente conquête de la modernité ».

Il serait en effet, tout à fait injuste de culpabiliser les mères qui travaillent à l'extérieur (remarquons en passant que la modernité n'est pas une garantie de qualité). Par ailleurs, n'oublions pas de demander en parallèle que l'on ne culpabilise pas non plus les mères qui ont choisi d'élever elles-mêmes leurs enfants (et pas davantage les pères, qui ont, de plus, un accès difficile à la vie domestique, voire à la vie privée dans son ensemble).

Bernard GOLSE quant à lui pense que « le travail des femmes n'est toujours pas profondément intégré par notre société qui se serait, sinon, donné les moyens d'offrir aux jeunes enfants des lieux d'accueil de qualité, permettant aux mères de travailler en toute sécurité d'esprit » ; Il ajoute que « le thème de l'attachement a souvent été utilisé comme moyen de lutter contre le travail des femmes ». A la suite de quoi il devient normal et même vertueux de faire silence sur les besoins des enfants en matière d'attachement, alors que les troubles du lien sont fréquemment observés, notamment en PMI.

Le sacrifice systématique de l'enfant au bénéfice de l'adulte est bien un trait de notre culture.

La crainte d'être vu comme un détracteur de la généralisation de l'activité professionnelle des femmes, le besoin d'écarter tout risque de suspicion à leur encontre sur ce point, a amené les scientifiques masculins cités ci-dessus a préciser avec force que la recherche de ce qui est bon pour l'enfant ne devait s'effectuer qu'en aval du travail professionnel des mères.

Le fonctionnement à l'envers de notre société est encore une fois confirmé : il est, a priori, légitime et moral de défendre les plus forts contre les plus faibles (les parents contre les enfants).

Les situations dommageables subies par les enfants en collectivité.

La plupart des auteurs signalent, sans épuiser le sujet loin de là, que dans les structures actuelles les enfants sont exposés à des risques, qui peuvent être très graves et dont les conséquences dommageables se poursuivent souvent à l'âge adulte.

Tout particulièrement, Martine PRETCEILLE et Roger MISES osent évoquer ces facteurs de risque inhérents à la garde en collectivité. Roger MISES, cependant, vise quasi exclusivement les « milieux défavorisés » alors que les risques de l'espèce existent pour tous les enfants.

Certains auteurs dénoncent vigoureusement les nuisances de l'école maternelle, d'autres celles du primaire par opposition à la maternelle qu'ils considèrent comme parfaite.

Par contre, Claire BRISSET ne fait aucune critique, écrivant : - « ...chacun s'accorde à dire que les crèches, jardins d'enfants, classes passerelles etc...correspondent très exactement aux besoins de ces enfants. Le seul problème c'est la pénurie ». (« Chacun s'accorde à dire » est une affirmation vraiment très osée).

Le Docteur J. COHEN-SOLAL corrige : - « ...j'ai bien souvent entendu s'exprimer les inquiétudes, les angoisses même, d'enseignantes s'occupant d'enfants de deux à trois ans. Elles se sentaient souvent dépassées, insuffisamment compétentes sur la compréhension de ces tout-petits ; j'en ai même vu pleurer ».

Autre exemple :

L'expérience de la directrice de l'école maternelle de mon fils (au cours des années 90) lui a fait dire : - »Tache impossible parce que les parents ne sont pas intéressés. Leur souci principal c'est de faire prendre en charge leurs enfants par l'école qu'ils considèrent comme une garderie. Souvent même ils y amènent des enfants malades qu'ils bourrent de médicaments le matin afin qu'ils tiennent la journée. Souvent d'ailleurs, ils ne tiennent pas « .

Qui écrira le livre noir de la souffrance des enfants de zéro à vingt ans et des atteintes qu'ils subissent ?

 

Soyons reconnaissants à ces scientifiques de renom de s'être mobilisés pour défendre les enfants de deux à trois ans. Il serait normal que cette prise de position fasse partie d'une vague de protestation, un tollé, pour empêcher la réalisation de cette idée inimaginable de scolarisation d'enfants âgés de deux ans.

Mais non, il n'y a pas de vague de protestation, pas de tollé. L'enfance ne mobilise pas les foules. C'est bien un sujet ressenti quasi partout comme mineur.

Les choses étant, la seule question qui, maintenant, vaille, relativement à cet ouvrage paru en 2006, c'est de se demander quelle peut être son efficacité pour empêcher, ou au moins freiner, les dérives de nos décideurs mal informés.

La réponse a été donnée par le programme du candidat SARKOZY à l'élection présidentielle qui prônait, comme d'habitude, la répression tous azimuts, et par celui du candidat HOLLANDE qui comprenait la scolarisation obligatoire à l'âge de trois ans et le développement maximal de la scolarisation à deux ans. Projets irresponsables

Le programme du Président HOLLANDE semble avoir un début d'exécution en ce qui concerne les « milieux défavorisés » où l'école à deux ans est réellement promue.

Toutes proportions gardées, cette scolarisation en « milieu défavorisé » est de même nature que les sinistres enlèvements d'enfants aborigènes effectués autrefois par les autorités en Australie et Amérique du Nord afin de les dépersonnaliser et d'en faire des européens.

Les enfants des quartiers défavorisés Français, hélas, seront triplement pénalisés puisqu'ils seront orphelins de leur culture, privés de leurs référents et traumatisés comme le sont tous les enfants par une scolarisation bien trop précoce (car il est faux de dire que la moitié des nourrissons tirent bénéfice de cette scolarisation).

 

Le programme qu'il faut définir et mettre d'urgence en œuvre est pourtant évident :

  • Instaurer le respect de l'enfant par tous, à tous niveaux.

  • obtenir que tous les adultes : parents, gouvernement, dirigeants divers, professionnels de toutes disciplines (et pas seulement les soignants) acquièrent une connaissance suffisante des besoins des enfants.

  • combattre les idéologies (qui n'ont pas l'intérêt de l'enfant pour objectif),

  • modifier nos modes de vie de façon que les parents (l'un ou l'autre, ou, idéalement l'un et l'autre alternativement) réservent prioritairement pour les enfants un nombre d'heures suffisant de telle sorte que les besoins des enfants soient respectés. Le temps nécessaire aux enfants devra évidemment être surtout pris sur le temps professionnel, ce qui implique d'agir sur le coût de la vie et sur la surconsommation afin de combattre la pression financière telle qu'elle sévit actuellement,

  • Rendre sa noblesse à la vie privée et maintenir la vie professionnelle dans son rôle de pourvoyeur des besoins nécessaire à la vie privée.

Le but à atteindre est de faire cesser les nuisances que subissent les enfants afin que tous les membres d'une génération (sauf maladie congénitale) parviennent à l'âge adulte en bonne santé psychique, affective et physique.

Ainsi toutes les personnes composant cette génération en bonne santé seraient en mesure d'élever à leur tour une nouvelle génération d'individus en bonne santé. Cette nouvelle génération ferait de même, et ainsi de suite.... Ainsi ne s'accumulerait plus dans les inconscients : amputations, déformations, mal-être, ressentiments, rage et haine ; les prisons et les hôpitaux se videraient et le risque de fabriquer de nouveaux Hitler, Ceucescu, pol Pot etc. serait écarté.

 

LEONCEL le 3 décembre 2012.

Raymond SAMUEL


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • JPhilippe 20 décembre 2012 11:13

    Pourquoi ne pas tenir compte simplement de l’enfant et de sa soif d’apprendre ?

    2 ans, c’est « à partir de 2 ans »
    personellement, je trouve que 2 ans 1/2 (c’est à dire seulement 6 mois de plus) commence à être le bon age.
    Actuellement, avec le système, un enfant qui nait en début d’année peut facilitement se retrouver à rentrer à l’école à 3 ans 3/4, puisque l’on regarde son age l’année de la rentrée scolaire
    Le but est d’ouvrir la possibilité à partir de 2 ans, l’application se faisant au cas par cas.

    Quand à la stupidité de dire que les enfants n’ont pas besoin d’apprendre quoi que ce soit de scolaire avant 7 ans, c’est justement ce genre d’affirmation qui a détruit notre système scolaire.

    Que faites vous d’un enfant qui vous pose des questions sur le monde et sur la vie ? Vous lui répondez : « Quand tu sera grand », ou bien vous essayez de répondre à ses questions (à son niveau bien sur) et de susciter sa curiosité et son intérêt ?

    Quand un enfant apprend quasiment à lire tout seul à 5 ans, vous lui dites d’attendre, ou vous lui achetez / empruntez un livre ??


    • lulupipistrelle 20 décembre 2012 17:40

      Non, moi quand mon fils m’a demandé de lui expliqué la formation de l’univers, à 3 an, je la lui ai expliquée... Et une semaine après , il l’a ré-expliqué au médecin scolaire qui le testait à mon insu...

      Ce sont les profs des écoles qui répondent « tu verras ça plus tard »... jusqu’à ce que les gosses pètent les plombs, ou s’enferment dans le silence...
      Mon fils savait lire, et il l’a caché...



    • Raymond SAMUEL paconform 20 décembre 2012 15:19

      Vous illustrez bien ce que je dénonce : les idées reçues et la dépendance envers les idéologies dominantes.
      Vous pensez que hors d’une école l’enfant n’apprend rien et qu’il faut impérativement une enseignante pour répondre à ses questions... en même temps qu’à celles de trente autres enfants.
      Sept ans n’est pas l’âge à partir duquel l’enfant peut apprendre des notions dites scolaires, c’est l’âge à partir duquel il peut sans dommages exagérés être pris en charge par une organisation rigide, séparé de ses bases et privé en grande partie de liberté.


      • alinea Alinea 20 décembre 2012 15:35

        On sacrifie l’enfant sur l’autel du néo-libéralisme. D’autre part, la femme peut légitimement vouloir l’autonomie.
        Équation.
        N’y a t-il pas d’autres voies ?
        Combien de temps l’enfant mérite-t-il ( a-t-il besoin) de l’attention de sa famille, de son clan ?
        Quatre ans.
        Quatre ans de réclusion pour la femme ?
        Pourquoi ?
        On ne peut résoudre ce problème en restant dans le monde dans lequel nous sommes !
        Certains y parviennent ; la plupart, non.


        • lulupipistrelle 20 décembre 2012 17:54

          Que chacun assume ses choix... 

          Un enfant c’est un engagement, pas un repère social. 

          Les parents qui veulent des gosses mais pas s’en occuper n’ont pas à se reposer sur la collectivité. Qu’ils se démerdent.

          Ce n’est pas à l’Etat de materner ni d’éduquer les enfants.

          Ceux qui veulent une organisation collective de l’éducation, qu’ils l’organisent pour eux-même, et qu’ils nous foutent la paix. Même en Israël le kibboutz se gère sous la forme du volontariat. 

          En France l’instruction est obligatoire, pas l’Ecole.

          Ce sont uniquement les régimes totalitaires qui confisquent les enfants à leur famille. Et qui les formatent. 
          Hitler a rendu l’école obligatoire en 1939... avec le succès qu’on sait : en 45 des gosses de 14 ans étaient le dernier rempart contre les armées alliées. 


          PS : les enfants peuvent tout aussi bien être éduqués par leur père. 

        • alinea Alinea 20 décembre 2012 20:50

          Oui lulupipistrelle : je parlais de la mère parce qu’on parle d’elle dans la « société » !!
          Chacun fait ses choix ; et je connais plein de « petites gens » (pouah !) qui font le choix de s’occuper de leur môme. Mais il faut reconnaître que ça n’est pas aisé pour tout le monde !


        • aspic aspic 20 décembre 2012 20:58

          Article un peu long mais je suis d’accord sur le fonds : mieux vaut tard que trôp tôt !
          Nous avons gardé nos enfants le plus longtemps que possible chez nous, en sautant la maternelle, en priviligiant l’éducation à la maison.
          J’ai encore de la fierté et la chaleur dans mon coeur de père quand je pense aux moments avec mes fils, dans mes bras, sur ma tête en se promenant, en répondant à CHAQUE question qu’ils me posaient, la joie de jouer ensemble...
          Pourtant une vie pas facile avec un magasin à tenir, des conférences à donner le soir, mais un partage avec ma femme, échanger nos horaires, le matin c’était mon tour, changer l’après-midi, dans lintérêt des enfants, plus tard quand ils allaient à l’école à 500 m.
          Puis arrivé en France, en voyant les dégâts dans les collèges : le choix de faire des cours par correspondance (CNED), de continuer à former mes enfants par la vie (sortis, agriculture, apiculture, ceuillettes, voyages, découvertes)...
          Non, je ne regrette rien !


          • Spider 21 décembre 2012 03:05

            Et çà va coûter combien l’école à 2 ans ??

            L’état n’est pas obligé de financer la garde des mômes à cet âge là .. que les parents assume leur rôle d’éducation de leurs enfants.

            Je suis plutôt partisan de l’école à partir de 5 ans, comme au royaume uni et que les parents se débrouille avec leurs gosses pour les éduquer correctement. Avant 5 ans .. jardins d’enfants payants .. ce n’est pas à la collectivité d’assumer cela et ce n’est pas aux enseignants d’assumer l’éducation des règles de vie et de la politesse aux enfants.

            Profitons en aussi pour supprimer les alloc aux plus aisés pour en redistribuer une partie moins riches pour s’acquitter du coût du jardin d’enfants.


            • Blé 21 décembre 2012 07:04

              J’avoue ne pas bien comprendre ce débat sur l’école à deux ans.

              En France, l’école dès l’âge de deux ans a permis à plusieurs générations d’apprendre le français pour suivre une scolarité obligatoire, gratuite et laïque dès la maternelle bien que l’école soit obligatoire (encore aujourd’hui) à partir de 6 ans.

              Heureusement que j’ai pu aller à l’école maternelle dès l’âge de 2 ans, même si nous étions 40 dans la classe car j’ai appris le français, j’ai appris à jouer, à me tenir en classe, bref, j’ai acquis un comportement nécessaire pour apprendre pas seulement à l’ école mais ailleurs qu’en classe. Mes parents travaillant tous les deux avec 5 enfants à charge faisaient ce qu’ils pouvaient mais leur pouvoir était très limité.
               Je crois que l’école à bien joué son rôle de transmetteur des connaissances car sans cela nous (ma fratrie et moi) serions restés hors circuit. A cette époque dans les années 50 , j’ignore s’il y avait des spécialistes de l’ enfance tout ce que je sais c’est qu’à l’école maternelle nous apprenions à faire des activités qui aujourd’hui ont disparu des programmes. Bref, il y aurait beaucoup à dire sur ce qui se passe à l’ école, cette école qui est devenue « un service » comme un autre entre les mains de spécialistes en tout genre.

              Je constate simplement qu’à présent des enfants de 6 ans, sortant de la maternelle pour entrer en CP sont souvent incapables de tenir une activité plus de 10 minutes parce qu’ils sont incapables de se concentrer suffisamment pour acquérir, pour s’approprier des savoirs autres que ce qu’ils apprennent à la maison. C’est normal qu’ils bougent, c’est même vital. Mais pour apprendre à lire, à écrire et compter, il faut savoir se concentrer un peu plus que 10 minutes, savoir faire autre chose que d’appuyer sur des boutons pour s’amuser (les jeux d’aujourd’hui ne fatigue pas le système cognitif des enfants).
               Il faut de la patience et de la concentration, cela s’apprend par un entraînement adapté et progressif. Les enfants aiment apprendre, surtout les petits, mais si cela devient trop difficile parce qu’ils sont incapables de se tenir tranquille le temps nécessaire, ils passent à autre chose.


              • Romain Desbois 21 décembre 2012 07:19

                La scolarité n’est pas obligatoire.

                Il ne faut pas se leurrer , l’école a deux ans n’a qu’un but : permettre aux mères qui ne trouvent pas de crèche , de mettre leur gosse en garde de l’Etat. Le Meilleur des mondes en quelque sorte. On fait des gosses comme on veut , on les jette avant ou après la naissance, ou on les laisse les autres les élever.

                Pourquoi faire un gosse à ce moment là ?

                Mais peut-être que les gens veulent être parents à mi-temps ...


              • Raymond SAMUEL paconform 21 décembre 2012 10:42

                Bonjour,

                Merci à tous de vos messages.

                En panne d’ordinateur hier, je trouve ces messages c e matin et je suis heureux, je tiens à vous le dire.
                Heureux de lire le message d’Aspic et celui de Pipistrelle en particulier.
                Les relations parents-enfants (ce qu’on appelle abusivement l’éducation et qu’on assimile maintenant à l’Education nationale) sont le socle de l’humanité. C’est dans les six à sept premières années de la vie (compris le temps passé in-utero) que se décide la santé psychique de toute une vie.
                Et c’est avec des enfants formatés que le Pouvoir peut préparer les enfants à devenir les soldats de quatorze ans comme le rappelle opportunément Pipistrelle) C’est par une prise en charge des esprits que Hitler et Cie ont nazifié une grande partie des Allemands. Le danger existe toujours. C’est plus facile avec une population fragilisée psychiquement et affectivement telle qu’elle l’est aujourd’hui par l’élevage en crèche, maternelle etc. dans le stress et le manque.
                Et arrêtons de dire les mères...les mères...Les pères existent aussi (voyez Aspic). Ils sont au moins aussi responsables des enfants que les mères et les filles sont aussi ignorantes et mal préparées à être parent que les garçons.
                A mon avis, la première chose importante à réaliser c’est de chasser les idéologies et la désinformation induite, mais tant que les deux parents seront happés à plein temps par la vie professionnelle, tant que la vie privée sera dénigrée (la réclusion a dit Alinea), les enfants n’auront pas leur place dans notre société et les difficultés à vivre se multiplieront parmi les adultes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès