Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’école assiégée

L’école assiégée

Le 25 septembre 2006, l’enseignante Safia Ama Jan est tuée à bout portant. Était-ce un autre de ces meurtres sordides commis par un jeune complètement déboussolé ? Non. Safia Ama Jan vivait à Kandahar. Cette femme courageuse qui militait pour l’éducation des jeunes filles avait tenu une classe en cachette du temps où les talibans dirigeaient l’Afghanistan. Comme elle, à travers le monde, des milliers d’enseignants et d’élèves sont pris pour cibles dans les zones de guerre, nous apprend un rapport de l’UNESCO.

C’est l’assassinat barbare de Safia Ama Jan qui est à l’origine du rapport Education Under Attack. Le vase venait de déborder. L’UNESCO décide de documenter la violence militaire envers les enseignants et leurs élèves à travers le monde.

En Thaïlande, des motocyclistes surgissent de nulle part, abattent un enseignant, puis s’enfuient à toute vitesse ; en Afghanistan, les écoles sont régulièrement incendiées, quand elles ne sont pas détruites à l’explosif ; en Colombie, des enseignants sont torturés ; dans plusieurs pays, les enfants sont recrutés par les armées en présence.

Il y avait plus de 250 000 enfants soldats en 2005.

Assassinats, enlèvements, destructions, etc., les actes criminels commis contre les élèves, les enseignants et les administrateurs scolaires par des militaires et des insurgés auraient connu une hausse dramatique au cours des trois dernières années.

L’emploi du conditionnel n’est pas un hasard. La grande difficulté à laquelle l’UNESCO s’est heurté dans son analyse de la situation est en effet le manque de données fiables. Il n’y a nulle part dans le monde de collecte systématique et indépendante de données sur les abus commis par les armées belligérantes contre les écoles, à l’exception notable du Népal. Dans ce pays une ONG, l’Informal Sector Service Centre (INSEC), dispose d’un observateur dans chacun des 75 districts administratifs.

Même le Bureau de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés ne possède pas un portrait exhaustif de la situation, a constaté l’UNESCO. Il faut dire que la représentante spéciale s’intéresse essentiellement aux enfants soldats, et ce, pour un nombre limité de pays.

Ironiquement, on pouvait lire sur le site web de la représentante spéciale au moment où sont écrites ces lignes que « de grandes avancées ont été accomplies sur le terrain dans l’application des normes et standards internationaux en matière de protection de l’enfance ».

Même si les attaques délibérées contre les écoles sont un crime de guerre, l’ONU montre tellement peu d’intérêt envers le phénomène qu’elle ne dispose pas d’une base de données qui permettrait d’analyser sérieusement la situation.

Or, soutient l’UNESCO, un monitorage indépendant des types d’attaques et de leur ampleur, des auteurs, des cibles et idéalement des motifs, de même que des mesures prises pour empêcher ces attaques ou limiter leur impact, est pourtant essentiel si la communauté internationale veut réellement intervenir et mettre fin à ces crimes qui touchent autant les enfants que les adultes qui se dévouent pour leur éducation au sacrifice de leur vie.

Le veut-elle ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Adama Adama 12 novembre 2007 14:28

    Michel, pourquoi parler de lointains pays, parlez-nous du collège de Pierrefitte plutôt !

    Cela dit bon article.


    • Gazi BORAT 12 novembre 2007 16:18

      @ adama

      Le Monde l’a fait :

      http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-977084,0.html?xtor=RSS-3208

      Il est par contre amusant de comparer ensuite le même fait relaté par différents médias et de noter ainsi comme certaines omissions (heure de l’agression, patronyme, etc..) peuvent très vite donner telle ou telle coloration à ce fait-divers..

      gAZi bORAt


    • snoopy86 13 novembre 2007 16:28

      @ Adama

      Cet assassinat à Pierrefitte, c’est évidemment un coup du Mossad...


    • Dominique 13 novembre 2007 13:18

      Ah bon, c’est « la violence militaire » qui est à l’origine de la mort de Madame Amajan ? C’est pas les talibans par hasard ?

      >>> "Un commandant taliban, Mollah Hayat Khan, a déclaré que Madame Amajan avait été « exécutée », ajoutant : « Nous avons à maintes reprise prévenu les gens que quiconque travaillant pour le gouvernement, femmes y compris, serait tué. »

      Madame Amajan avait pris son poste peu de temps après la chute du régime des Taliban et la fuite de leur chef, Mollah Omar. Avec le retour des Taliban, quand la « guerre contre la terreur » s’est déplacée en Irak, les humanitaires - étrangers et Afghans, hommes et femmes - ont reçu des menaces visant à leur faire quitter la région.

      Madame Amajan appartenait au petit nombre de ceux qui ont refusé de s’enfuir. Son secrétaire, Abdullah Khan souligne : « Elle était très courageuse. Elle travaillait dur. Elle s’efforçait en permanence d’améliorer l’éducation des femmes. » lire la suite http://nawaaye-afghanistan.net/spip.php?article1708

      Enfin je dois mal comprendre, ce sont certainement les militaires impérialistes occidentaux qui ont tué cette femme... Et je n’ai pas trouvé mention sur le site de l’unesco de l’association que fait l’auteur entre ce meurtre et la violence militaire http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=34911&URL_DO=DO_PRINTPAGE&URL_SECTION=201.html Etrange, M. monette dispose d’informations secrètes.

      Et en Thaïlande idem, les 4000 Thaïs tués au cours des dernières années ne l’ont pas été par des fondamentalistes musulmans, mais encore une fois par des militaires, on en apprend tous les jours sur Avox !

      Mais quelle est cette malhonnêteté intellectuelle qui vous fait titrer « l’école assiégée » là où il est surtout question de violence islamiste dans les exemples que vous citez ?


      • Michel Monette 13 novembre 2007 16:22

        Je ne savais pas que les islamistes étaient responsables de la violence en Colombie ou au Népal. Vous me l’apprenez smiley

        Vous avez mal compris le sens de « violence militaire ». Il faut le comprendre dans un sens large. Certains belligérants qui s’en prennent aux écoles sont des insurgés qui constituent de véritables armées, d’autres des terroristes, d’autres enfins des soldats membres des armées nationales. À ce que je sache, les armées de l’OTAN présentes en Afghanistan ne prennent pas les écoles pour cibles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès