Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’éducation sexuelle, chasse gardée des familles cléricales (...)

L’éducation sexuelle, chasse gardée des familles cléricales ?

 Les cléricaux montent au créneau....Non contents de "scolariser" 20% environ des enfants et ceci sur fonds publics, ils veulent contrôler le contenu des programmes scolaires  !

Christine Boutin, se faisant la porte parole des associations familiales catholiques, part en guerre contre les programmes scolaires de SVT.

Christine Boutin, présidente du groupuscule politique intitulé « Parti Chrétien Démocrate » a écrit officiellement au Ministre de l'éducation afin de modifier les programmes de SVT en 1ère pour l'année prochaine :

«  Inscrite officiellement dans les nouveaux programmes de SVT de première ( S, L et ES ), la doctrine du « gender » fera désormais partie de l’enseignement obligatoire des lycées français à partir de la rentrée 2011(…). Je n’accepte pas que les parents soient ainsi dépossédés de leur rôle d’éducateurs : c’est à eux qu’il revient de prendre en charge l’éducation affective et sexuelle de leurs enfants. L'État n’a pas le droit de s’attribuer ce rôle et de s’immiscer ainsi dans la formation de la conscience des jeunes ».

Comme toujours les associations familiales catholiques ne restent pas l'arme au pied, elles emboîtent le pas de Madame Boutin pour demander un entretien à Luc Chatel afin d'« apporter les correctifs nécessaires aux programmes tels qu’ils vont être enseignés dès la rentrée prochaine ». Les lobbies cléricaux veulent ainsi pouvoir faire comme avant la loi de séparation des églises et de l'État, faire la pluie et le beau temps et influencer les programmes scolaires.

La circulaire ministérielle incriminée par les croisés indique que :

« l’éducation sexuelle doit être entendue comme une éducation à la responsabilité, à la vie affective, mais aussi au respect de l’autre, à l’égalité entre garçons et filles, et à l’acceptation des différences ». «  l’éducation sexuelle doit intégrer les questions liées à la mixité, à la lutte contre le sexisme, l’homophobie, et permettre de prendre en compte les attentes des jeunes, avec leurs différences et leurs préoccupations spécifiques ».

Cette circulaire s'inspirerait de la théorie du « genre », non citée par la circulaire mais condamnée par le secrétariat à l'enseignement catholique qui, il y a un an éditait sous sa responsabilité un « guide pour l'éducation sexuelle » qui dénonçait « « un courant récent, la ‘’gender theory’’, privilégie le ‘’genre’’, considéré comme une pure construction sociale, et diversifié selon les orientations sexuelles, aux dépens du ‘’sexe’’. Cette ‘’théorie’’ manifeste un déni de la différence psychologique qui préexiste aux rôles culturels […]. Le but de la ‘’gender theory’’ est de ‘’libérer’’ l’individu de tout cadre normatif donné par la nature, la société, la religion, et de permettre à chacun de choisir ‘’librement’’ son identité, son orientation sexuelle et sa forme de famille ». C’est là que le bât blesse, car, comme l'exprime un prof de philo en prépa au lycée catholique Stanislas «  la prime à l’indifférenciation sexuelle promeut en fait l’homosexualité. Ces théories sont des têtes de pont pour un changement radical de société » !?

De quoi se mêlent Madame Boutin et les associations familiales catholiques ? La vigilance des laïques s'impose. Le contenu des programmes n'est pas du ressort des « lobbies » religieux .

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 9 juin 2011 11:18

    Bravo, Chalot.

    Eu égard à ce que l’on découvre peu à peu dans notre société en matière de moeurs, l’éducation sexuelle est une chose trop sérieuse pour être laissée désormais à la seule responsabilité de parents dont on sait en outre qu’ils sont trop souvent mal à l’aise avec leurs enfants sur ce sujet, et parfois totalement muets.

    Plus encore que d’autres sujets, la sexualité demande de surcroît une approche pédagogique particulioère qui n’est pas maîtrisée par les parents. Enfin, il ne s’agit pas de se substituer totalement aux parents présents sur ce créneau éducatif, mais d’apporter des compléments d’information.



    Cordialement.


    • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 11:36

      Le tout est de savoir si l’enseignement dispensé est idéologiquement orienté ou non. Vous et Chalot semblez partir du principe que non.


    • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 11:33

      Chalot ne cherche même pas à discuter des arguments énoncés. Ils sont avancés par des personnes s’affichant comme religieuses, cela lui suffit pour les déclarer irrecevables sans avoir à donner de justification. Pourtant, la problématique n’a rien à voir avec la religion : il s’agit de se demander si la théorie du « gender » doit être présentée comme un fait aux élèves, et jusqu’où l’éducation sexuelle des jeunes à l’école doit aller. C’est un débat tout à fait légitime, sur lequel on peut avoir toutes sortes d’opinions sans se référer à un quelconque dogme religieux. Pourtant, Chalot y voit une insupportable atteinte à la laïcité. Mais c’est normal, Chalot n’est pas laïque, c’est un idéologue et un anti-religieux rabique qui n’assume pas ce qu’il est.


      • tikhomir 9 juin 2011 11:44

        « Le contenu des programmes n’est pas du ressort des « lobbies » religieux. »

        Cela n’est pas non plus du ressort des autres lobbies et notamment ceux qui prônent la théorie du gender.

        En faisant ce que vous faites M. CHALOT, vous accordez le droit à n’importe qui d’influencer les programmes SAUF aux catholiques qui devraient tout simplement se taire. Soit vous vous plaignez de tout le monde, soit de personne. Les « cléricaux » comme vous dites, ne sont pas des citoyens de seconde zone.

        L’école a surtout vocation à instruire, l’éducation est à la charge de la famille. La théorie du gender, c’est une chose, mais cela ne doit pas être enseigné comme quelque chose de scientifique, c’est au mieux philosophique. Cela n’a donc rien à faire en cours de SVT, qui est un cours de sciences et de connaissances.


        • CHALOT CHALOT 9 juin 2011 12:38

          Je n’aime pas les lobbies et je suis déjà intervenyu contre des lobbies plutôt proches de les idées.
          Un principe c’est un principe
          Ceci étant dit : il y a trop de sexisme, trop d’homophobie dans certains quartiers, les filles notamment en souffrent : heureusement que l’école peut donner un peu d’éducation


          • tikhomir 9 juin 2011 12:59

            Si vous ne les aimez pas, les lobbies, soutenez les catholiques alors qui luttent contre les lobbies qui imposent leurs idées extravagantes dans les programmes scolaires.

            Vos principes sont bien à géométrie variable, c’est le problème des anti-religieux et autres anti-laïques tels que vous. Juste parce que quelqu’un de vu comme étant un « religieux » dit un truc, il a forcément tort, même quand il ne s’agit pas de religion (comme ici avec l’histoire de la théorie du gender).

            Inculquer la théorie du gender en SVT est quelque chose de dangereux, c’est une théorie philosophique, cela n’a rien d’un fait scientifique. C’est une pure déviation idéologique et une perversion de la science. Cela ne changera rien dans les quartiers ou alors cela n’en sera que pire.

            Après, si vous souhaitez effectivement que vos enfants n’aient pas d’enseignement scientifique du tout mais qu’ils n’aient qu’un enseignement idéologique, c’est votre problème. Mais ne reprochez pas au catholiques d’aimer la science, la vraie, sans idéologie, sans parti pris et qu’il veuillent que leurs enfants soient au point scientifiquement parlant.

            C’est une opposition de principe que vous faites-là et cela n’a rien de raisonnable ni de raisonné.


          • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 13:14

            Un principe c’est un principe


            Remarquable phrase. Qu’est-ce que ça signifie ?

            « Mes principes sont mes principes, et je n’en changerai pas car ce sont des principes », affirmation de sa propre liberté individuelle d’opinion. Attitude saine et inattaquable sauf qu’elle ne possède aucun élément d’autorité permettant de dire à certaines personnes « fermez vos gueules ».
            Ou bien :
            « Ce sont les principes de la République et je les défends coûte que coûte », affirmation de sa soumission au régime, position qui confère certes une puissance d’autorité, mais dénuée de toute liberté de conscience et de distance critique.

            C’est laquelle des deux Chalot ?


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 juin 2011 15:03

            Amusante cette réflexion sur l’amour de la science par les religieux et notamment les catholiques ! Copernic, Galilée, Giordano Bruno et d’autres en savent quelque chose !


          • tikhomir 9 juin 2011 16:09

            Wooo, wooo ! M. MOUROT fait le rigolo !

            Dans vos exemples, seul celui de Galilée est recevable, c’est le seul condamné pour sa science. Les autres ce n’est pas pour ça ou pas condamnés du tout.

            Du reste, vous niez volontairement tout le reste de ce que l’Église fait de bien et qui surpasse largement le mal.

            Vous ressassez deux exemples mauvais et un bon pour lequel l’Église a déjà demandé pardon et que vous n’arrivez pas à pardonner, par pur anti-catholicisme. En plus vous examinez des situations passées avec l’esprit d’aujourd’hui, vous êtes donc hors contexte.

            Les obscurantistes ne sont pas forcément là où on le croit... Et vous devriez arrêter de mentir ou de déformer la vérité.


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 juin 2011 16:32

            @ Tikhomir
            "Avant Copernic, la façon de voir le cosmos reposait sur la thèse aristotélicienne que la Terre est au centre de l’univers et que tout tourne autour d’elle : « l’univers géocentrique ». La description des mouvements des astres reposait sur le système dit « de Ptolémée » et la théorie des épicycles2. Cette vision de l’univers (le géocentrisme) demeura la doctrine établie jusqu’à la fin de la Renaissance et ne fut abandonnée de fait par l’Église que vers 1750« (Wikipedia)

             »Giordano Bruno (janvier 1548, Nola17 février 1600, Rome), est un philosophe italien.

            Sur la base des travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, il montre, de manière philosophique, la pertinence d’un univers infini, peuplé d’une quantité innombrable de mondes identiques au nôtre. Accusé d’hérésie par l’Inquisition, notamment pour ses écrits jugés blasphématoires et son intérêt pour la magie, il est condamné à être brûlé vif au terme de huit années de procès."

            Quant à la réhabilitation de Galilée, elle est advenue bien tardivement, sous JP II.

            Pour faire bonne mesure, je rajouterai l’interdiction faite par l’Eglise au XVIème siècle de l’autopsie à des fins d’études anatomiques qui obligea Ambroise Paré à voler des cadavres et à pratiquer en secret ses dissections.
            On pourrait encore ajouter les longues réticences de l’Eglise à accepter les théories de l’évolution des espèces et les pressions qu’exercent encore les évangélistes américains pour enseigner le créationnisme à l’école.


          • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 16:43

            « Avant Copernic, la façon de voir le cosmos reposait sur la thèse aristotélicienne que la Terre est au centre de l’univers et que tout tourne autour d’elle : « l’univers géocentrique ». La description des mouvements des astres reposait sur le système dit »de Ptolémée« et la théorie des épicycles2. Cette vision de l’univers (le géocentrisme) demeura la doctrine établie jusqu’à la fin de la Renaissance et ne fut abandonnée de fait par l’Église que vers 1750 » (Wikipedia)

            "Giordano Bruno (janvier 1548, Nola17 février 1600, Rome), est un philosophe italien.

            Sur la base des travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, il montre, de manière philosophique, la pertinence d’un univers infini, peuplé d’une quantité innombrable de mondes identiques au nôtre. Accusé d’hérésie par l’Inquisition, notamment pour ses écrits jugés blasphématoires et son intérêt pour la magie, il est condamné à être brûlé vif au terme de huit années de procès."

            Vous ne réfutez pas les propos de tikhomir, mais les confirmez, à savoir que Copernic n’a pas été condamné et que Giordano Bruno n’a pas été condamné pour la même raison que Galilée.

            On pourrait encore ajouter les longues réticences de l’Eglise à accepter les théories de l’évolution des espèces et les pressions qu’exercent encore les évangélistes américains pour enseigner le créationnisme à l’école.

            Ne mélangez pas les catholiques et les évangéliques (les évangélistes sont Luc, Jean, Matthieu et Marc).


          • tikhomir 9 juin 2011 16:55

            Eh oui, Copernic n’a donc jamais été inquiété de son vivant. Giordano Bruno a été condamné pour ses écrits agressifs contre la foi catholique et l’Église et ses pratiques magiques, la métempsycose, les arts divinatoires, etc. n’ont fait qu’alourdir son dossier, mais pas condamné pour sa science.

            Allez, vu que vous aimez les exemples, on vous citera Georges Lemaître, chanoine dominicain à l’origine de la théorie du Big Bang en 1927 dont les athées se moquaient (d’où le nom de « gros boum » qui est resté), théorie reconnue en 1965. Vous n’oublierez pas de jeter un coup d’oeil à l’académie pontificale des sciences, ça va être drôle.

            Pour l’évolution, vous oubliez de dire que c’est une théorie et qu’elle a déjà été de nombreuses fois corrigée ainsi que vous oubliez de mentionner que dans l’Église catholique, les points de vue n’ont pas été unanimes mais partagés et cela a été débattu.

            Peu importe les évangéliques américains, ils font bien ce qu’ils veulent et le protestantisme a largement eu sa part de dérives, ils n’ont pas à être amalgamés avec l’Église catholique dont vous montrez ne rien savoir du fonctionnement.

            Maintenant, la bataille s’arrête là, balancez tous les exemples que vous voulez, cela ne m’intéresse pas de savoir qui a la plus grosse.


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 10 juin 2011 09:03

            "Maintenant, la bataille s’arrête là, balancez tous les exemples que vous voulez, cela ne m’intéresse pas de savoir qui a la plus grosse.« 

            Curieuse expression sous les doigts d’un catholique qui conteste la »gender theory«  !
            La réflexion sur l’identité sexuelle se résumerait donc à cela ! On se croirait dans la »Guerre des boutons" quand on cherche qui sera le chef !


          • tikhomir 10 juin 2011 10:50

            Le fait que cela vous interpelle montre peut-être que le catholique est moins pudique que vous smiley


          • jullien 9 juin 2011 13:07

            @Chalot
            Si j’ai bien compris, l’éducation sexuelle offerte par l’Éducation nationale se voit accusée d’être du bourrage de crâne en faveur de la théorie du genre.
            Il conviendrait de s’assurer si cette affirmation correspond à une réalité. Car si c’est le cas cela voudrait dire que l’Éducation nationale ferait la promotion d’une théorie scientifique (?) dont la validité est douteuse.


            • CHALOT CHALOT 9 juin 2011 14:12

              A propos d’un principe c’est un principe, je revoie à cet article
              http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-delation-non-merci-81107
              Je n’ai pas de double langage et mes propres amis me reprochent ce que j’appelle de l’indépendance
              Ceci étant dit Julen : Madame Boutin est plus que réac, elle a manifesté contre l’IVG, elle est contre le PACS....
              L’Education nationale, voir la phrase citée ne fait pas la promotion de telle théorie elle remplit sa fonction éducative.


              • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 14:43

                L’Education nationale, voir la phrase citée ne fait pas la promotion de telle théorie elle remplit sa fonction éducative.

                Vous partez encore du principe que ce qui est enseigné est idéologiquement neutre, ce qui est fort discutable.
                De plus il faut rappeler que le rôle premier de l’école est d’instruire et non d’éduquer, d’où l’aberration de la dénomination « Education Nationale ». C’est dans les régimes totalitaires que l’Etat éduque les enfants.


              • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 juin 2011 15:27

                "De plus il faut rappeler que le rôle premier de l’école est d’instruire et non d’éduquer, d’où l’aberration de la dénomination "Education Nationale". C’est dans les régimes totalitaires que l’Etat éduque les enfants« 

                Dans les régimes totalitaires, l’Etat embrigade les enfants et leur bourre le crâne.
                Dans nos sociétés »démocratiques« , l’école instruit et éduque. C’est pourquoi elle dépend du ministère de l’Education nationale. Enfin, elle devrait instruire et éduquer, ce qu’elle fait quelquefois, il faut le reconnaitre, assez mal, mais en respectant toutes les convictions.

                Jules Ferry voyait dans l’instituteur, »l’auxiliaire du père de famille« . Il en était parfois le concurrent, l’école étant amenée à lutter contre l’obscurantisme de certaines familles conditionnées par les »guides" religieux. Autrefois, l’éducation scolaire s’opposait parfois à l’éducation catholique. Aujourd’hui, elle doit aussi s’opposer à une mise en condition islamique (plus rarement judaïque). Même instruire est devenu difficile quand des familles prennent au pied de la lettre les élucubrations de la Bible ou du Coran sur la création du monde, par exemple.


              • jullien 9 juin 2011 17:17

                Ceci étant dit Julen : Madame Boutin est plus que réac, elle a manifesté contre l’IVG, elle est contre le PACS....
                Je m’intéresse autant à Mme Boutin qu’à ma première paire de chaussettes. De manière générale, je m’intéresse très peu aux politiciens.
                Ce qui m’importe ici comme sur d’autres sujets est de savoir qui a raison (une habitude intellectuelle qui explique pourquoi je ne me suis jamais inscrit dans un parti politique).


              • vivacuba vivacuba 9 juin 2011 14:22

                Il suffit de voir le programme de français en 6° pour s’apercevoir que les cléricaux ont déja réussi à grignoter l’école LAIQUE.
                L’étude APPROFONDIE« de la BIBLE en cours de français en 6° me parait être une excellente preuve de cette large influence...
                Polluer l’esprit encore fragile des enfants de 11 ans en leur faisant analyser les 10 commandements me parait un instrument de perversion , surtout si l’on se réfere à celui qui recommande de n’avoir qu’un seul dieu( pas n’importe lequelle, celui des chrétiens) et de n’honorer que lui...
                Cette »intrusion" de la religion chrétienne dans l’éducation des enfants est intolérable dans une école laique . 


                • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 14:35

                  L’étude APPROFONDIE" de la BIBLE en cours de français en 6° me parait être une excellente preuve de cette large influence...

                  De quoi parlez-vous ? Je ne suis pas au courant de cela. Auriez-vous un lien à me donner pour m’éclairer à ce sujet ?


                • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 juin 2011 15:14

                  L’étude des faits religieux me semble aussi légitime que celle de la théorie du « gender ». Tout dépend de la façon dont on l’aborde : vérités à prendre comme telles ou idéologies à connaitre, étant donné l’influence qu’elles ont eu ou ont encore sur la marche du monde.

                  La neutralité absolue est impossible sous peine de ne rien aborder. Même les vérités scientifiques ne sont que provisoires ! L’important, c’est l’honnêteté. Mme Boutin est honnête. Elle ne cache pas sa croix sous son chemisier !


                • vivacuba vivacuba 9 juin 2011 15:28

                  Pas de lien précis...il suffit de se pencher sur le cours de 6°.....
                  Mes propres réferences sont le livre et le cahier de cours de ma fille , en collége public.
                  J’imagine que selon les professeurs la duréé de l’étude a été plus ou moins longue et approfondie... précisement ,pour ma fille cela a duré quasiment 3 mois !


                • vivacuba vivacuba 9 juin 2011 15:31

                  L’étude des faits religieux pourquoi pas , si elle concerne l’ ensemble des religions , à poids égal... mais là je sens que les parents trés pratiquants n’approuveraient pas...


                • terreetciel terreetciel 9 juin 2011 14:31

                  Vu l’augmentation des agressions sexuelles par de tout jeunes ado, je constate l’échec de l’éducation sexuelle par l’école laique. Je ne sais pas si les KTO feront mieux mais la probabilité est faible qu’ils fassent pire


                  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 juin 2011 15:08

                    Rappelons que pour l’instant la théorie du « gender » n’est pas abordée à l’école !

                    Ce qui gêne peut-être le plus Mme Boutin, c’est que les établissements privés sous contrat vont être obligés de l’enseigner eux aussi !


                  • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 15:12

                    Ce qui gêne peut-être le plus Mme Boutin, c’est que les établissements privés sous contrat vont être obligés de l’enseigner eux aussi !

                    Peut-être que ce qui la gêne, c’est qu’elle considère que cette théorie est idéologiquement orientée et fausse.


                  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 juin 2011 15:15

                    Tout le monde sait que Mme Boutin est une éminente scientifique spécialiste des problèmes d’identité sexuelle...


                  • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 15:20

                    Après tout, il y a une époque où le racisme était présenté comme une théorie scientifique qui justifiait, consciemment ou non, une certaine idéologie. Une personne quelconque à cette époque aurait pu sur la base de son bon sens remettre en question cette théorie et se voir répliquer qu’il n’est pas un spécialiste en anthropologie. Les modes changent...


                  • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 15:22

                    En tout cas, moi je me prononce et je le dis clairement : il est FAUX de dire que le genre est uniquement une affaire de construction sociale.
                    Et je ne crains pas trop me tromper.


                  • tikhomir 9 juin 2011 16:14

                    Que l’on enseigne une théorie philosophique en philosophie comme un courant de pensée, pas de problème. Mais cela n’a rien à faire en SVT enseigné comme un fait scientifique, simplement parce que cela n’est PAS scientifique.


                  • TOHT 9 juin 2011 15:28

                    Mme Boutin est dans son role, elle affirme ses convictions légitimes de plsu en tant qu’élue démocratiquement. Par contre, les pédagogues une nouvelle fois à l’oeuvre. si je résume votre pensée, les parents sont des idiots, fermés et seul « l’école » dispense la Vérité. Deuxio, il est impértif d’imposer une lecture déviante et d’en forcer l’acceptation soius peine de quoi .... pour exausser la volonté d’une petite minorité. Débattons, ne soyons pas hypocrite, pouvons nous prononcer le terme de décadence occidentale !!!


                    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 juin 2011 15:37

                      "Après tout, il y a une époque où le racisme était présenté comme une théorie scientifique qui justifiait, consciemment ou non, une certaine idéologie. Une personne quelconque à cette époque aurait pu sur la base de son bon sens remettre en question cette théorie et se voir répliquer qu’il n’est pas un spécialiste en anthropologie. Les modes changent« 

                      Non seulement les modes changent, mais les vérités scientifiques évoluent à mesure que la recherche découvre de nouveaux faits. L’anthropologie a évolué et continue de le faire. Mais ce n’est pas au vulgum pecus, quel que soit le bon sens dont il se crédite, de dicter le contenu des programmes scolaires !

                       »En tout cas, moi je me prononce et je le dis clairement : il est FAUX de dire que le genre est uniquement une affaire de construction sociale.
                      Et je ne crains pas trop me tromper.
                      « 

                      Je pense également que le »genre" n’est pas UNIQUEMENT une affaire de construction sociale. Mais attirer l’attention sur l’influence des détermination sociales sur l’identité sexuelle ne me semble pas scandaleux et indigne d’être signalé dans les programmes scolaires.


                      • Rounga Roungalashinga 9 juin 2011 15:46

                        Mais ce n’est pas au vulgum pecus, quel que soit le bon sens dont il se crédite, de dicter le contenu des programmes scolaires !

                        Ce n’est pas non plus à des lobbies non représentatifs de le faire !


                      • tikhomir 9 juin 2011 16:16

                        C’est peut-être digne d’être enseigné en philosophie, mais pas en SVT affirmé en tant que fait scientifique.


                      • Alex Alex 9 juin 2011 16:18

                        Le cas Chalot – en particulier par cet article – présente tellement d’aspects intéressants qu’il en devient une caricature.

                        1. L’auteur
                        « Militant », « révolutionnaire », « associatif » compulsif.
                        Les « révolutionnaires », combien de divisions ?
                        Certainement une infime minorité, mais cela n’empêche pas Chalot de donner son avis, ce dont il a parfaitement le droit. En revanche, les « 20 % » qui scolarisent leurs enfants en écoles privées n’auraient évidemment pas leur mot à dire.
                        Superbe exemple de démocratie.

                        2. Le sujet
                        Il n’a rien à voir avec la religion. En matière d’éducation, il y aurait des changements beaucoup plus importants que ce genre de théorie stupide, fruit de l’imagination de technocrates gauchistes bien trop « supérieurs » pour s’intéresser aux éléments de base de l’éducation, les plus indispensables. C’est ainsi que l’on trouve dans ces théories les « maths ethniques » et autres inventions pour nous « démontrer » l’indémontrable.

                        3. Les écoles religieuses
                        Si Chalot s’était intéressé un peu au sujet, il saurait que l’immense majorité des parents mettant leurs enfants dans le privé ne le font pas du tout pour des raisons religieuses. Je me souviens de l’aumônier d’une école de 1700 élèves qui se plaignait dans un journal que seulement une dizaine assistaient aux cours religieux, qui sont facultatifs.
                        On trouve d’ailleurs dans ces écoles des parents d’origine musulmane, juive ou autre.
                        S’intéresser aux raisons qui poussent les parents à mettre leurs enfants dans ces établissements est évidemment un sujet sans intérêt pour notre « révolutionnaire ».
                        Accessoirement, par leurs impôts, les parents financent cet enseignement de la même façon qu’ils financent les écoles publiques. Ils paient même un peu plus cher car la cantine n’est souvent pas remboursée par les mairies. L’argument fric ne tient donc pas la route.

                        4. La religion
                        Comme je viens de le dire, la religion catholique n’a guère d’influence dans ces écoles. En revanche, l’enseignement de l’Islam est en évolution constante, les parents étant de plus en plus nombreux à envoyer leurs enfants suivre des cours de religion privés. Cela se traduit par des attitudes ségrégationnistes menaçantes pour l’avenir.
                        Mais chalot va sans doute nous expliquer que les musulmans sont des « prolétaires », et qu’ils méritent un traitement de faveur.


                        • PATRICE T PATRICE T 9 juin 2011 16:30

                          Bonjour à tous,
                          Je viens de lire avec attention tous les échanges faisant suite au texte de mon ami Jean-François CHALOT. Je dois avouer n’avoir pas tout saisi, mais en avoir dégager l’essentiel. Je vais essayer de réagir un peu sur tout, mais avant je veux me situer un peu.
                          Lui et moi animons une association familiale laïque et en aucun cas ne faisons de l’anticlarisme quelque soit la foi concernée.
                          Notre action est surtout de faire en sorte de clairement séparé la sphère publique et la sphère privée, et Jean-François agit toujours en ce sens.
                          Je trouve particulièrement injuste de le ltraité d’anticlérical primaire (m^me si ce n’est pas dit de cette façon)
                          PROGRAMMES SCOLAIRES
                          J’ai été très longtemps parent d’élève FCPE et le contenu des programmes scolaires a toujours et fera toujours l’objet de débats. Je reste cependant persuadé qu’il faut laisser aux professionnel de l’enseignement le choix de les élaborer et de participer à la conception et au contenu des manuels scolaires. Je ne vois pas ce que des « spécialistes religieux » pourraient apporter comme contribution.
                          Laissons aux imams, aux catéchumènes, aux moines, et autres religieux le soin de dispenser cette éducation là.
                          Effectivement, les programmes de SVT comporte des chapitres se rapportant aux grandes religions. En soit rien de choquant, car au nom des religions chacun sait que bien des choses se sont passées et ont façonné l’histoire de l’humanité.
                          Comment laisser de côté la religion lorsque l’on aborde aussi les musiques sacrées ...
                          Tout reste effectivement dans la façon de l’abordé et c’est là toute la difficulté de rester objectif.
                          Dans le cadre de notre association nous faisons de l’accompagnement à la scolarité, de l’aide aux devoirs : il n’est pas évident d’aborder avec un jeune enfant de confession musulmane la période des croisades par exemple.
                          MAIS je m’éloigne du sujet.
                          EDUCATION SEXUELLE A L’ECOLE
                          Pour ma part, l’éducation des enfants, donc l’éducation sexuelle, appartient avant tout aux parents. Avec toutes les difficultés d’aborder les questions quelles qu’elles soient.. Il est donc primordial, que d’autres viennent contribuer à éduquer la jeunesse.
                          Mais je crois que plutot que de parler d’éducation sexuelle à l’école, il vaudrait mieux faire de l’information sur la sexualité, et comme l’a dit je ne sais plus qui parmis les commentaires, ceci ne relève pas du programme de SVT.
                          Le coup de colère de Jean-François quant à la proposition de Mme BOUTIN je la comprend et je la partage. Son rôle de ministre est justement de veiller et d’agir dans le cadre stricte de la séparation de l’Eglise (des églises devrais-je dire) et de l’Etat. Et jusqu’à présent l’Education Nationale est bien un service de l’Etat, donc ....
                          UNE AUTRE REMARQUE QUI M’A FAIT RIRE ;
                          Dire que les catholiques (les chrétiens donc) aiment la science et la respectent m’a fait sourire. J’ai reçu une éducation catholique, j’ai eu droit à tout le parcours, et je ne peux m’empêcher de sourire en pensant tout simplement à la Genèse, qui ne repose sur rien de concret.
                          Entre cette option et la théorie de Darwin, mon choix est fait et depuis longtemps.
                          Je rejoins là M MOUROT : effectivement l’histoire de l’humanité comptent bon nombre de victime de l’obscurantisme religieux, et là aussi sans cilber plus une qu’une autre.

                          Voilà, rien de scientifique ni de philosophique dans mes propos, à moins que comme Monsieur Jourdain ....
                          Patrice THEVENY


                          • tikhomir 9 juin 2011 17:14

                            « Notre action est surtout de faire en sorte de clairement séparé la sphère publique et la sphère privée »

                            La religion n’a jamais eu vocation à se cantonner à la sphère privée, au « à la maison ».

                            "Je reste cependant persuadé qu’il faut laisser aux professionnel de l’enseignement le choix de les élaborer et de participer à la conception et au contenu des manuels scolaires.« 

                            Justement, et les professionnels catholiques s’en préoccupent, d’où le débat. Sachez qu’on peut-être professionnel de l’enseignement ET catholique...

                            Ici il s’agit d’enseigner de la science et non de l’idéologie ni même d’enseignement religieux, mais si vous n’aimez pas la science, c’est votre problème. Les catholiques sont moins obscurantistes que vous et sachez qu’ils n’enseignent pas tous la foi ou »la religion« .

                            Pour votre rire sur la religion et la science, c’est vous qui me faites rire, je suis aussi catholique, avec une éducation catholique, moi-même scientifique de formation comme de métier et croyez bien que je m’intéresse à ce que dit l’Église en la matière et c’est très équilibré. Maintenant, si vous avez confondu le livre de la genèse avec de la science, au lieu de rire, vous feriez mieux de pleurer car vous n’avez donc rien compris. Quant à Darwin, vous êtes à la ramasse puisque sa théorie a déjà été largement révisée, corrigée, modifiée (même si c’est une base), on prend surtout la »théorie synthétique de l’évolution" de nos jours (vous n’êtes donc pas apte à faire du soutien scolaire en SVT smiley ).

                            L’humanité compte aussi bon nombre de victimes de l’obscurantisme athée, il suffit de voir le communisme pour s’en convaincre par exemple et pour ne prendre qu’un exemple récent qui fait encore des dégâts actuellement.


                          • Louise Louise 9 juin 2011 16:46

                            N’est-ce pas normal de s’intéresser à ce qui est enseigné à nos enfants ?

                            L’Education Nationale est-elle toute puissante ? Ce n’est pas parce qu’elle pense que les parents d’élèves sont incompétents qu’elle a raison !

                            Voici la réaction d’un directeur de l’enseignement catholique, et il reflète l’avis de parents bien au-delà des Cathos !

                             

                            http://www.libertepolitique.com/actualite/55-france/6828-gender-un-directeur-diocesain-exaspere

                             

                             


                            • Louise Louise 9 juin 2011 17:03

                              « Le coup de colère de Jean-François quant à la proposition de Mme BOUTIN je la comprend et je la partage. Son rôle de ministre est justement de veiller et d’agir dans le cadre stricte de la séparation de l’Eglise (des églises devrais-je dire) et de l’Etat. Et jusqu’à présent l’Education Nationale est bien un service de l’Etat, donc ....
                              UNE AUTRE REMARQUE QUI M’A FAIT RIRE ;
                              Dire que les catholiques (les chrétiens donc) aiment la science et la respectent m’a fait sourire. J’ai reçu une éducation catholique, j’ai eu droit à tout le parcours, et je ne peux m’empêcher de sourire en pensant tout simplement à la Genèse, qui ne repose sur rien de concret.
                              Entre cette option et la théorie de Darwin, mon choix est fait et depuis longtemps. »

                              - Autant que je sache Madame Boutin n’est plus ministre, et elle a le droit de dire ce qu’elle pense comme tout le monde. Elle n’est pas la seule à avoir réagi ainsi, mais elle est connue comme « catho », donc le fait de la choisir parmi les autres n’est pas neutre...

                               

                              - Mais oui, les Chrétiens aiment la science. Si vous exceptez les 2 derniers siècles, qui étaient les scientifiques sinon les religieux ?

                              Quant à la Genèse, vous a-t-on enseigné cela en sciences ? C’était vraiment une drôle d’école catholique ! A part quelques évangéliques fondamentaliste, tous les Chrétiens savent que les écrits de la Genèse ne sont ni historiques, ni scientifiques, et n’ont vraiment pas leur place en cours de sciences naturelles... Mais c’est une autre histoire.

                              Je ne doute cependant pas du tout de votre dévouement auprès des élèves que vous aidez. Vous savez certainement que cette aide est partagée même par des Cathos !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès