Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’émergence de la classe moyenne chinoise

L’émergence de la classe moyenne chinoise

Nous poursuivons notre tour du monde des classes moyennes après la classe moyenne américaine et la française. Ici c’est le mouvement inverse au déclin occidental qui semble se produire : l’essor d’une classe moyenne et d’un marché intérieur à la Chine. Réalité ou trompe-l’œil ?

JPEG - 72.3 ko

40 % des habitants de Pékin appartiendraient maintenant à la classe moyenne, soit près de 5,4 millions de personnes, selon une étude publiée par l’Université de Technologie de Pékin en 2010. La définition prise pour cette classe moyenne est celle de la Banque Mondiale : dans les pays émergents il s’agit des personnes ayant un revenu de 4000 $ ou plus par an.

Boom du marché intérieur chinois ?

Quand un grand titre français claironne que “la France profite du “boom” intérieur chinois, ne fait-il pas une petite confusion ? On trouve dans le même article l’affirmation de “l’élargissement de la classe moyenne d’une part, et d’une classe très aisée d’autre part” accompagné d’une explication par le menu du succès de l’industrie du Luxe à la française. Seulement voilà, il semble que la plus large partie de la classe moyenne chinoise soit encore loin de pouvoir se payer des produits de luxe, même de temps en temps.

Ensuite, les mesures protectionnistes sont faites pour favoriser les entreprises chinoises et les mettre en lien plus étroit que les étrangers avec ce marché intérieur.

Les tenants du miracle chinois, et tous ceux qui considèrent les populations du monde comme des sortes de troupeaux de consommateurs, ni plus ni moins, auraient donc tort de mettre la classe moyenne européenne à la poubelle si rapidement.

En Chine, une définition très large

La moyenne mondiale des personnes appartenant à la classe moyenne est de 23 % seulement. Cependant la définition très extensive de ce qu’est la classe moyenne en Chine ne correspond pas forcément à ce que serait une classe moyenne en Europe ou aux Etats-Unis : par exemple le dénommé Zhou, appartenant à la classe moyenne inférieure selon les statistiques officielles, ne se considère pourtant pas comme faisant partie de la classe moyenne. Il loue un deux-pièces en colocation mais éprouve des difficultés à vivre de ce qu’il gagne. La classe moyenne de niveau inférieur à moyen représente en effet 68,5 % de l’ensemble de ce qui est désigné comme classe moyenne en Chine.

Ce n’est pas le seul écho susceptible de nous laisser croire à une classe moyenne plus que laborieuse. Selon ChinaDaily, la plupart des chinois de la classe moyenne sont des « esclaves du crédit-logement ». Ces chiffres qui nous font accroire l’idée d’une émergence massive de la classe moyenne en Chine, signifient en réalité qu’une famille ordinaire devrait économiser 25 ans pour pouvoir s’acheter un appartement de 90 m²... Sans manger ni boire pendant 25 ans.

La nature de la classe moyenne chinoise actuelle nous laisse penser qu’il y a encore du chemin à parcourir pour atteindre le niveau de vie de la classe moyenne occidentale, même dans sa situation de déclin. Par ailleurs, bien que le critère du revenu soit important, des voix se sont élevées en Chine pour objecter qu’il fallait aussi prendre en compte un état d’esprit serein pour la classe concernée, un niveau de stress et d’endettement acceptables, et la volonté pour ces personnes de vivre dans un environnement social stable. Des conditions qui ne semblent pas toutes réunies pour le moment.

Certes on a avancé que la population de la classe moyenne chinoise avait augmenté de 46 % en 5 ans, ce qui est une progression spectaculaire, mais il s’agit d’une classe moyenne très faible selon nos propres critères, ne bénéficiant pas de soins et d’un mode de vie égal au notre, encore peu affirmée et surtout peu consciente d’elle-même.

Pourpier de Filefi.com


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • manusan 30 juillet 2010 10:28

    « 40 % des habitants de Pékin appartiendraient maintenant à la classe moyenne »

    et d’après d’autres sources chinoise officielle : 50% des Pékinois sont des migrants.

    http://www.courrierinternational.com/breve/2010/07/26/pekin-seduit-les-migrants

    donc si vous ne venez pas de la campagne, vous êtes « catalogué » classe moyenne, soit chinois riche susceptible d’acheter tout ce qu’achète un occidental ou un japonais moyen. Méfiance concernant les statistiques chinoises. Par contre je confirme (puisque je réside en Chine depuis 8 ans) qu’on peut être heureux et en bonne sante en Chine sur 80% du territoire pour 300 euro/mois, et que la majorité des chinois qui achète une voiture aujourd’hui ne pourront plus rouler avec dans 5 ans (essence trop chère/salaire).


    • Constant Pourpier Constant Pourpier 30 juillet 2010 10:40

      Merci pour ce complément d’info.

      Je pensais à un autre critère qui peut laisser penser à une qualité de vie amoindrie : la pollution.
      En tant que résident, qu’en pensez-vous ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 30 juillet 2010 18:06

      Manusan,
       Merci de rappeler qu’il y a plusieurs Chine. Celle des grandes villes et celle des campagnes.
       


    • johnford johnford 30 juillet 2010 11:45

      tiens c’est amusant, l’émergence de la classe moyenne chinoise coïncide avec l’agonie de la nôtre..


      • L'enfoiré L’enfoiré 30 juillet 2010 18:02

        C’est un peu comme les vases communicants. smiley


      •  C BARRATIER C BARRATIER 30 juillet 2010 19:52

        Nous ne raisonnons pas comme les Chinois. Les notions de richesse et de pauvreté ne sont pas l’essentiel de leur culture. Du moins à ce que j’en ai vu, dans les villes et dans la campagne profonde. Ce qui est sûr c’est qu’il existe chez eux un bonheur de voir leur pays progresser, leur manière de vivre s’améliorer.
        Je crains bien sûr qu’ils fassent comme nous et « s’embourgeoisent », avec moins de solidarité, moins de petits bonheurs, moins de vie collective et d’entraide, la technologie ( écrans, sms...) isole les gens sous une apparence de réseau de vie.
        Mais l’article sonne faux pour moi par rapport à l’état d’esprit des chinois, qui bien sûr n’est pas uniforme.
        Quant à leur pollution, chaque chinois est très loin de la production polluante d’un occidental. Un abîme. Nous leur donnerons des leçons (s’ils en demandent)lorsque nous cesserons de polluer, par personne, des centaines de fois plus qu’eux ! Soyons humbles...y compris pour notre niveau de vie et notre joie de vivre !


        • L'enfoiré L’enfoiré 30 juillet 2010 21:10

          Vous avez raison. Nous voyons la Chine avec des yeux occidentaux.
          La Chine est dépassé les Etats-Unis pour la consommation d’énergie. Mais c’est par la consommation du charbon et non pas du pétrole qui lui reste pour les USA.
          C’est la grande industrie lourde qui consomme le maximum.
          Quand à la joie de vivre occidentale, il suffit d’en chercher les reflets sur Agoravox.
          C’est la grande forme smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès