Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’enfer de l’automobiliste

L’enfer de l’automobiliste

Je reste assis au volant de ma voiture pendant des heures, pendant des éternités... J’apprends que les Verts voudraient, après avoir rendu la circulation difficile dans Paris, ralentir le périphérique et même le rendre payant ! Pourquoi s’acharne-t-on avec tant d’insistance à rendre la vie des Franciliens si difficile ?

J’habite l’enfer de l’automobiliste

Le croyez-vous si je vous dis que ce bâtiment gris abrite des hommes et des femmes ? Que ce sont là leur logement ! Je ne vous parle pas des tours que l’on aperçoit dans le lointain, non je vous parle du bâtiment gris qui surplombe l’autoroute en arc de cercle. Et là vous êtes déjà surpris, incrédule ! Mais le pire reste à venir il me faut vous dévoiler la vérité sur une situation incroyable de dizaines de milliers de Français...

L’enfer c’est où ?
D’abord je vais vous localiser l’enfer, que vous puissiez y faire un tour, que vous vous rendiez sur place ! Ce que je vous raconte, quand je vous le raconte, c’est horrible. Vécu 5 minutes c’est insupportable. Eux y vivent toute l’année. C’est en France, dans l’un des pays les plus riches du monde. C’est à Paris, aux portes de Paris, tout le long du périphérique.
Cette photo a été prise porte de Bagnolet.

Des seuils de pollution
La pollution est normalisée en Europe, cela ne signifie pas que la pollution soit contenue, mais qu’il existe des seuils d’alerte. C’est quoi un seuil d’alerte ? Commençons par expliquer comment on mesure la pollution : on compte le nombre de particules d’un polluant donné dans un mètre cube... Quand il y en a trop, on alerte les populations pour qu’elles puissent prendre des mesures adéquates.
Donc, en Europe, nos experts ont défini des seuils au-delà desquels il faut prendre des mesures pour protéger les populations.
Les seuils de pollution servent à signaler des pics. Quand ceux-ci sont atteints, c’est déjà grave.

Vivre au-dessus des seuils de pollution
Etre exposé de temps en temps à une pollution supérieure aux seuils d’alerte, c’est grave et provoque des maladies respiratoires... Pourtant au bord du périphérique, les habitants respirent tous les jours, toute la journée, 24 h/24 et 7 jours/7 un air qu’il faudrait éviter de respirer, même seulement une fois de temps en temps !
Imaginez-vous en voiture, un panneau vous signale du gravier sur la route... Vous ralentissez ? Eh bien, vivre au bord du périphérique, c’est comme rouler à fond sur du gravier 24 h/24 !

Si pollué qu’on ne perçoit plus les seuils

Comme si cela ne suffisait pas, la pollution au bord du périphérique est trois fois supérieure aux seuils de pollution admis par l’Union européenne ! Inimaginable. On n’arrive même pas à se représenter ce que cela peut signifier tant c’est important. Et c’est leur vie, autant dire que parler de manger bio à ses riverains de l’enfer devient pratiquement inutile. En tout cas, moi je ne passerais pas une journée sous le tunnel de Fourvière. Et vous ?

Du bruit contre la pollution ?

Un malheur n’arrivant jamais seul, l’enfer de l’automobiliste, il se décline aussi dans le bruit. 70 décibels au bord du périphérique aux heures de pointes... mais aussi la nuit et toute la journée. C’est comme vivre à côté d’un aspirateur allumé 24 h/24 ! Alors, quand on habite sur les gueules de l’enfer, on n’ouvre pas les fenêtres... C’est une piètre protection contre la pollution, mais ça fait illusion.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Nobody knows me Nobody knows me 12 février 2008 11:31

    Toujours aussi fine analyse Calmos... Un vrai contestataire quoi. Nan j’déconne. Comme d’habitude, la pointe du cynisme et du "rien à branler" dans votre commentaire.

    En effet, les mesures de pollution, d’après les médias, semblent nous avertir des pics, sauf que les prises d’air se font à certains endroits "propices" j’imagine. Les normes européennes sont constamment bafouées toute l’année, et les pics n’arrivent pas qu’en été bien évidemment.


  • Philippe VIGNEAU 11 février 2008 14:35

    rien compris a cet article : d’abord on nous dit qu’on s’acharne a tort sur les automobilistes et a la fin on nous demontre que les automobilistes sont un enfer pour les autres...

    vous avez voulu dire quoi ?


    • Yifu66 12 février 2008 11:34

      Peut-être simplement qu’au lieu de s’en prendre continuellement aux automobilistes, il faudrait peut-être revoir la question du logement avec les promoteurs afin que cessent la construction des ces habitations au ras des rocades et autres boulevards, non ?

      Enfin, moi, j’ai compris cet article comme celà, et je suis d’accord avec son auteur.

       


    • maxim maxim 11 février 2008 14:58

      c’est dommage l’article dans son titre aurait pu être intéressant ..

      mais par exemple ,dans le dernier paragraphe ,en fin de compte on ne sait plus si c’est l’enfer pour l’automobiliste ou pour les riverains ...

      il se décline à 70 décibels aux heures de pointe mais aussi nuit et jour ,donc soit on imagine qu’un conducteur serait coincé sur le périph 24h/ 24 ,dans le bruit et la poussiére ...et on ne sait plus situer si c’est l’automobiliste qui est responsable puisque qu’il est victime ,et le riverain qui n’est que victime .....

      on est désorienté ......

       


      • tvargentine.com lerma 11 février 2008 15:43

        Vous avez raison de soulever ce problème car il conserne les habitants d’Ile de France et aussi un peu ceux de Paris

        Comment le PS a t-il pu faire alliance avec ce parti vert extrémiste qui a une vision et une démarche vraiment réactionnaire de la société et des citoyens

        Tout est fait par ces élus verts pour pénaliser les citoyens qui veulent circuler et consommer librement

        Pas de places de parking à moins de payer tres cher

        Pas de logements sociaux à moins de payer tres cher

        Pas d’infrasctructures modernes de circulation alors que tout les travaux entrepris par Mr DELANOE ont apporté POLLUTION,EMBOUTAILLAGE,FERMETURE DE COMMERCES suite au peu de place de parking

        J’ai fais l’Amérique du Sud et dans toutes les villes,les voies sont larges et il y a de la place pour se garer et consommer librement ainsi que circuler librement

        A Paris,les élus ont plus de respect pour un vélib qui grille un feu rouge qu’un citoyen en voiture

         


        • Yifu66 12 février 2008 11:39

          Lerma, vous avez encore répondu sans lire (ou comprendre) l’article ?

          Ce n’est pas un article sur l’automobile, mais sur les logements indignes construits aux abords des grandes voies de circulation...

           


        • Gilles Gilles 11 février 2008 17:57

          Tient, pour une fois une opinion sur la circulation à Paris original

          Il s’agit d’un automobiliste, énervé comme tout un chacun par les embouteillages, qui pour une fois au lieu de pester dans sa caisse et s’en prendre à Delanoë à pris le temps de regarder autours de lui et à compris que les ravage de la circulation saturée en pleine ville, au milieu des habitations, et non le seul fait qu’une voie de bus ici ou là lui fasse perdre 2 mn sur les deux heures qu’il passe dans sa caisse quotidiennement

          Personne n’a compris.... comme quoi l’égoïsme progresse à l’image des cons comme Lerma

          Lerma

          "J’ai fais l’Amérique du Sud et dans toutes les villes,les voies sont larges et il y a de la place pour se garer et consommer librement ainsi que circuler librement"

          Menteur. je connais surement plus que toi ce continent. Ne vient pas me dire que sur la "9 de Julio" à Buenos Aires on respire l’air frais des Andes. Ces villes sont hyper saturées et encore plus polluées. Caracs, Quito c’est l’enfer niveau respiration etc etc


          • Gilles Gilles 12 février 2008 12:16

            No, es chevere !


          • karquen karquen 11 février 2008 18:31

            En ce qui concerne les automobiles sur Paris, la politique verte à voulue réduire les places de parking, par exemple dans le 9eme arrondissement. En effet, pour se garer, maintenant les propriétaires de voitures font quatre, cinq, six fois le tour des patés de maisons pour trouver une place... payante.

            Ce manque de parking et le fait que les gens tournent pour trouver une place accroit de beaucoup la polution sur Paris.

            Il existe des solutions pourtant simples : des parkings jouxtant le périph, et des voiturettes électriques à disposition comme le vélib. Evidemment le coût est élevé mais peux être pris en charge par Total qui fait des bénéfices records (15 milliards d’euros ?) sur une essence qui est la véritable cause de "l’enfer"...

            Pourquoi pas les transports en communs ? Parsque nul n’est sensé accepter d’être serré comme une sardine et traité comme du bétail.

            A Paris, j’allais déjà en vélo en 1990, echappant au conditionnement de ces millions d’individus, malmenés, déprimés, d’une fatigue blafarde, et pour tout dire malheureux. Mais tout le monde n’a pas la chance d’habiter Paris, et les banlieues qui se déversent chaque matin à Gare Saint Lazare connaissent bien l’enfer également.

            Bref, demandons aux véritable responsable : les lobby pétroliers, de payer la facture !


            • moebius 11 février 2008 22:19

              les verts sont des fous qui veulent faire de Paris un village...paris villages c’était déja le titre d’une brochure papier glacé de Tibéri...mais nous urbains haissons les villages et si nous habitons une ville c’est pas pour vivre dans "un putain de bordel de merde de village à la con" mais vivrent dans une ville. Une ville, vous comprenez avec du traffic, des échanges, de la pollution du bruit et des nuisances...Une Ville, une vrai.. vivante pas ce reve ringard, cucu la praline et délirant de baba cool qui est la haine de la ville. Parisiens mes fréres je vous en conjure, votez agauche mais ne votez pas pour ces fous qui haissent la ville. A la place d’une absence de politique urbaine en et dans un systéme de gestion municipal effarrant de bureaucratie tatillonne et burlesque il n’y a que ce délire de taré (excuser du peu) qui peut faire l’unanimité et tenir lieu de projet urbain. Baupin ce technocrate malade qui sait si bien renier sa formation qu’il s’est muer en caricature non technocratique, cette caricature de l’écologie "urbaine" ne veut pas de tours à paris parce qu’il ne veut pas de constructions qui attirerontr a Paris les sieges sociale des mutinationales. .Baupin ne veut pas que Paris joue son role de capitale, les verts haissent les capitales, elles sont trop bruyantes ..de grace ne votez pas pour les verts..parisiens vous etes des urbains, vous avez droit à la ville, vous y habitez profitez en...ou alors assumez votre haine de la villes et ses conséquences, allez vivre dans le désert de nos campagnes et jouissez paisiblement de cette innénarable "qualité de la vie"mais surtout ne nous gonflez pas avec votre verdure


              • Sigma Sigma 11 février 2008 22:59

                malheureusement ,les écolos rêvent de faire de Paris un village de schtroumpfs ....

                ils vivent dans un délire irréel ....

                la connerie numéro une, réduire la circulation,ce qui ralentit les voitures qui font du surplace ,consomment plus ,et polluent plus ....

                les Parisiens ayant besoin de leur véhicule pour diverses raisons sont pénalisés ,les riverains censés respirer un air plus sains subissent le contraire ,bref résultat des courses ,échec total ...

                tout ça dans un but strictement électoraliste ........

                sans parler des couloirs de bus ,de la diminution de places de parkings ,bref,la chasse à l’automobiliste ,gibier si facile à atteindre et à pénaliser ......

                espérons qu’à l’occasion des futures municipales ,les Parisiens ( et les autres également ) sauront rendre la monnaie de la pièce aux équipes d’autophobes de tout crin ....

                 


                • faxtronic faxtronic 12 février 2008 11:47

                  Premiere tache pour desengorger paris :

                  Les camions : les camions qui doivent eller a Paris pour approvisionner les boutiques, doivent etre interdits et remplacer par des ferroutages ou des peniches

                  Les bureaux et entreprises doivent etre sortis de Paris pour eviter la transhumance Banlieu-Paris.

                  Car celui qui pollue ce n’est pas le parisien qui peut utiliser le metro ou le velib, mais le banlieusard qui est obligé d’y aller en voiture( et souvent juste pour contourner Paris) et les camions pour approvisionner Paris. Il faut supprimer le probleme a la racine, et interdire l’approvisionnement de Paris et les sociétes dans Paris. Il me font trop marrer ces verts qui habitent des batiments Haussmanniens. 

                   


                  • pallas 12 février 2008 11:56

                    Tant qu’a faire monsieur monsieur faxtronic vous avez parfaitement raison, ainsi toutes les boutiques partiront de Paris, comme sa plus de touriste, car ils n’auront a acheter, il ne restera que les Nouveaux Parisiens et leur super Maire et Ecolo, plus d’entreprise, plus de classe moyenne, plus de circulation, Paris reduit en petit village, les prix vont exploser en terme d’impot foncier et local, faudra payer les infrastructures de la ville. Mais je ne m’abuse, n’est ce pas deja le cas ? car les habitants s’en vont ainsi que les entreprises, Paris ville Touristique transformée en Ville Musée, qu’elle avancé, c’est genial. La dette de la ville qui est abyssal qui correspond a 1 milliard d’euros par ans va carrement exploser, vous avez les moyens d’eponger la dette de votre municipalité ?.


                    • dayday 12 février 2008 12:49

                      En lisant cet article il m’a quand même semblé évident que le paragraphe d’introduction était ironique et que tout le reste de l’article avait pour but de critiquer le point de vue égoïste, égocentrique de ceux qui peuvent penser ça.

                      Mais c’est bien, encourageons la voiture histoire qu’on atteigne rapidement une crise écologique majeure qui fera prendre conscience aux masses de la nécessité de trouver des alternatives à ce moyen de transport ultra polluant.

                      Encourageons les politiques libérales afin de provoquer rapidement une troisième guerre mondiale qui remettra peut-être des priorités plus humaines à l’ordre du jour.

                      Encourageons les politiques ultralibérales afin d’accélérer la paupérisation et de provoquer des mécontentements plus rapidement. Mais aussi afin de rapprocher de nous les phases de récessions et cracs boursiers à venir.

                      bref...

                       


                      • Martin Lucas Martin Lucas 12 février 2008 13:47

                        késaco ?


                        • coati coati 12 février 2008 14:55

                          Voici des solutions qui me paraissent pertinentes pour améliorer un peu la situation et qui ne font pas appel à
                          d’hypothétiques futures nouvelles technologies :

                          - développer le télé-travail (diminution du traffic) ;

                          - assouplir les horaires de travail trop calqués sur le modèle lundi-vendredi 9h-18h (étalement du traffic) ;

                          - concevoir une nouvelle génération de mini voiture mono-place, à posséder en complément de sa traditionnelle 4 ou 5 places, encore plus
                           petit qu’une smart. Sur les grands axe à plusieurs voix, si le véhicule en question est suffisament étroit, on peut
                           dédier une voix à leur circulation ; voix que l’on pourrait scinder en 2 par simple marquage au sol (augmentation du "débit" routier) ;

                          - développer le co-voiturage qui ne devrait pas seulement fonctionner en période de grêve (diminution du traffic) ;

                          Pour ce qui est de rapprocher l’habitat de lieu de travail, les paramètres sont trop complexes. Et puis les gens essaient déjà de le
                          faire par eux-même. Ils y sont incités pour des raisons évidentes.

                          Ces solutions ne sont pas simples à mettre en oeuvre. Ce n’est pas non plus de la science-fiction.

                          A plus long terme, et plus généralement, il faudrait peut-être commencer à s’interroger aussi sur une politique démographique
                          de type décroissante. Je m’éloigne du sujet pardon.

                          Hélàs, à l’heure du règne absolu de l’opinion, "politique" et "long terme" semblent 2 choses définitivement inconciliables.


                          • coati coati 12 février 2008 14:56

                            Voici des solutions qui me paraissent pertinentes pour améliorer un peu la situation et qui ne font pas appel à
                            d’hypothétiques futures nouvelles technologies :

                            - développer le télé-travail (diminution du traffic) ;

                            - assouplir les horaires de travail trop calqués sur le modèle lundi-vendredi 9h-18h (étalement du traffic) ;

                            - concevoir une nouvelle génération de mini voiture mono-place, à posséder en complément de sa traditionnelle 4 ou 5 places, encore plus petite qu’une smart. Sur les grands axe à plusieurs voix, si le véhicule en question est suffisament étroit, on peut dédier une voix à leur circulation ; voix que l’on pourrait scinder en 2 par simple marquage au sol (augmentation du "débit" routier) ;

                            - développer le co-voiturage qui ne devrait pas seulement fonctionner en période de grêve (diminution du traffic) ;

                            Pour ce qui est de rapprocher l’habitat du lieu de travail, les paramètres sont trop complexes. Et puis les gens essaient déjà de le faire par eux-même. Ils y sont incités pour des raisons évidentes.

                            Ces solutions ne sont pas simples à mettre en oeuvre. Ce n’est pas non plus de la science-fiction.

                            A plus long terme, et plus généralement, il faudrait peut-être commencer à s’interroger aussi sur une politique démographique de type décroissante. Hélàs, à l’heure du règne absolu de l’opinion, "politique" et "long terme" semblent 2 choses définitivement inconciliables.


                            • Sébastien MERIC 13 février 2008 08:45

                              Amis lecteurs et amies lectrices merci.

                              Cet article a déconserté nombre d’entre vous parce que j’ai refusé le point de vue dogmatique du "ma bagnole d’abord" et qu’en jettant un oeil par la fenêtre j’ai vu des gens qui vivaient dans les bouchons.

                              Ils/elles ne sont pas nombreux au volant à empreinter les voies bus, à nerveusement doubler alors que le feu plus loin est rouge, à faire la loi sur la route, etc. Ne laissons pas leur mauvaise humeur ternir l’image de l’automobiliste civique, qui pense et regarde autour de lui.

                              J’ai lu nombre d’idées constructives

                              • Ne plus construire au bord des autoroutes (dans Paris cela ne revient il pas à ne plus construire d’autoroutes en zone urbaine ?)
                              • Développer le télétravail. C’est valable pour certains emplois, pour les autres ont pouraient imaginer d’arrêter de concentrer le travail dans Paris et la defense et de rééquilibrer les bassins d’emplois... vous en avez aussi fait la proposition
                              • Etaler les déplacements... du point de vue politique cela revient me semble-t-il à sensibiliser les entreprises sur le sujet
                              • le feroutage, des voitures adaptées à l’environnement urbain, ...

                              Nous devons continuer à prendre en compte toutes les contraintes, celle de l’automobiliste comme celle de ses riverains afin d’avancer ensemble. Merci encore de m’avoir lu et de me lire.


                              • Lisa SION 2 Lisa SION 19 février 2008 08:23

                                Vous avez raison, pour vous qui passez par là, c’est déjà l’enfer. ..alors que pour ceux qui y vivent...

                                Vous faites juste preuve de compassion envers ceux qui vivent dans ces endroits, et vos lecteurs, de bonnes intentions avec des idées, mais.ceux-çi ont perdu leur fermette familiale à la campagne pour monter louer à Paris. Ce sont les mêmes qui ont architecturé ces bandeaux inhumains bordant les périf, qui achètent les plus belles propriétés de province...Comme quoi, l’enfer des uns fait le bonheur des autres.

                                Une expérience menée sur les grenoulles à des fins médicales, ont établi la règle d’acceptation de l’enfer. Mettez une grenouille dans une casserole d’eau froide sur le gaz allumé, cette douceur progressive va l’emporter sur sa réaction jusqu’à la cuisson complète. Alors qu’en la jetant dans l’eau chaude, elle s’en extrait immédiatement.. 

                                Pour supporter tant de bruit et d’odeur, il faut avoir progressivement refermé ses sens et perceptions jusqu’à un zombifiage général dont profitent les puissants acteurs de ce système social. 

                                Pendant ce temps, on se moque des sensibles dénonciateurs de cet état de chose qu sont, Cabrel ou Bové, avec ses 1,67 % de conscients. Prochaine fois que vous allez voter, pensez y .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès