Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’engagement de la société civile est toujours politique

L’engagement de la société civile est toujours politique

Réflexions sur l’article de Bernard Conte : Municipale : apolitisme et société civile.

L’auteur faisant référence aux élections municipales de la France constate l’apparition de listes "apolitiques" intégrant "les membres de la société civile". Bien que je ne suis pas un citoyen français, je me mêle dans vos "affaires" puisqu’ils sont presque aussi les nôtres. Avec une seule différence : si chez nous "les membres de la société civile" présentent leurs listes, ils ont toujours une prétention politique.

Bernard Conte arrive définir plus au moins correctement ce qu’est la société civile. Comme preuve de ses arguments, il cite quelques auteurs sans doute honorables, mais il oublie des hommes savants et bien à la pointe de théorie et d’actions qui avaient aussi analysé et caractérisé la société civile tels qu’Alexis de Tocqueville, Jürgen Habermas, philosophe allemand, Roger Sue, sociologue, professeur à la faculté des sciences humaines et sociales de l’université Paris V-Sorbonne, Jeremy Rifkin, Etats-Unis.

Toujours la société civile a été caractérisée comme terme collectif de la somme des citoyens vivant dans une société concrète : commune, région, nation, Europe : citoyens individuels ou rassemblés dans des associations ou mouvements. Ces citoyens forment le peuple duquel émane tout pouvoir. C’est déjà ici que commence l’action politique de la société civile.

Le peuple, la somme des citoyens d’une société de type national, présente le seul souverain se donnant une Constitution pour "pouvoir " gérer le développement de la société. L’État constitué par l’intermédiaire de la démocratie représentative est le "pouvoir" pour garantir les droits des citoyens, pour garantir la sécurité du peuple à l’intérieur des frontières nationales, pour garantir la liberté des citoyens et la justice sociale à ces citoyens.

En principe chaque Constitution structure démocratiquement les relations entre les citoyens et le pouvoir politique. Par conséquent, la société civile se retrouve en dehors du pouvoir politique. Et elle se retrouve finalement aussi en dehors d’un autre pouvoir qui venait s’établir depuis presque deux siècles dans la société : l’économie. C’est surtout le secteur de l’économie du marché et le capital qui forment ce deuxième pouvoir déterminant la route du développement de la société.

En résumé, nous pouvons restreindre la société civile à un ensemble de citoyens en dehors de tous les pouvoirs soit l’État politique et l’économie du marché. En défendant les intérêts des citoyens, la société civile organisée est en train de s’établir comme troisième pilier de pouvoir dans la société. Déjà cette défense d’intérêts individuels et collectifs est une activité bien politique.

Cet ensemble de citoyens d’une société - ou bien communale, régionale, nationale ou européenne - appelé abstraitement société civile se présente en nature ou sous forme de citoyens individuels ou sous forme organisée : associations, mouvements, organisations rassemblant en général toujours ces citoyens défendant les mêmes intérêts culturels, sociaux, sportifs et aussi économiques. La société civile est donc aussi l’ensemble des ONG avec des intérêts bien particuliers et différents. Les parties de cette société civile représentent donc une haute compétence sur chacun de ses champs d’activité et d’engagement. Cet engagement n’est donc jamais « apolitique » comme l’auteur nous fait apprendre. La revendication d’un mouvement de citoyens contre la précarité ou en faveur des droits des immigrés est très bien politique, mais pas dans le sens d’une politique poursuivie par un parti politique.

La première expérience de la participation de la société civile à la vie politique a été donnée par l’inauguration de la première Agora citoyenne par le Parlement européen. Allez lire davantage.

Sur les websites de la « Tribune de la société civile européenne » http://europe-maintenant.org/

Horst Grützke

Président du Réseau de citoyens européens

Potsdam / Allemagne


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Tiago_Jaïme 7 avril 2008 15:20

    Ceci est un message critique. Il est possible que je partage des idées, la motivation de l’auteur. Mais il me gonfle complètement ce texte...je n’y comprends rien. Il se veut explicatif déductif et moi je n’y comprends rien. On dirait du Ségolène Royal au plus fort de ses envolées.

     

    Mais bon...oui j’ai approuvé les conditions de agoravox sans les lire. Mais mes chers hypocrites ! Qui les lit ?

     

    Et là je lis devant mes yeux :"contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste."

    Voilà le niveau moyen de mes concitoyens aujourd’hui. L’ordre l’obéissance et la connerie.

    Je ne suis pas un fan de l’épanouissement par le commerce mais de là à mettre commercial entre injurieux et raciste...Nous n’avons décidément pas les mêmes valeurs...je vais finir par aimer les huissiers de Bordeaux Chesnel. Un comble !

     


    • La Zélie 8 avril 2008 22:18

      Mais il me gonfle complètement ce texte...je n’y comprends rien.

      Parce que vous n’êtes habitué qu’à une forme de pensée !

      Moi, il ne m’a pas gonflé du tout et je trouve même qu’il utilise notre langue très clairement et ses idées ne sont pas au ras des pâquerettes.

       

      En France, l’apparition de listes "apolitiques" intégrant "les membres de la société civile" est une réaction à la confiscation par les partis politques de la vie politique.

      Beaucoup de citoyens ne supportent plus que leur vie politique soit réduite à des élections noyautées par les partis politiques . Il en est de même pour leur vie syndicale : ils l’ont désertée.

      Mais la vie politique, c’est leur vie de tous les jours et il n’est pas sûr qu’ils vont l’a désertée.J’espère que dans les prochaines élections, les français seront moins frileux pour voter pour ces listes " apolitiques".

      Il me semble qu’il est difficile pour une liste ,qui veut se démarquer de la vie ’politicarde’ actuelle, de choisir un terme trop ressemblant à nos représentants politicards ; il est difficile , alors que vous avez été ’nourri’ par cette vie ’politicarde’ de faire passer des termes trop différents dans lequel baignent les gens.Le plus parlant c’est de choisir des termes opposés : liste apolitique (de citoyens de la société civile)contre parti politique ( de citoyens partisans) .

      Nous sommes repartis pour un nouveau cycle où les gens doivent apprendre enfin à se responsabiliser et à faire des choix pensés et non soufflés.

       

       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès