Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’esclavage conjugué au présent

L’esclavage conjugué au présent

Plus de 250 millions d’esclaves dans le monde. Enfants exploités, travail au noir, conditions de travail précaires ou à la limite de la légalité, les esclaves modernes sont souvent derrière les bénéfices records des multinationales, derrière la luxure des villas, derrière les coutumes et traditions, prisonniers d’un système qui a su au fil des siècles s’adapter aux époques et aux milieux.

Malgré les instruments juridiques internationaux tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme[1] ou les règles de l’Organisation international du Travail[2], l’exploitation forcée de l’être humain au mépris de toute dignité est l’une des particularités de la société contemporaine. Même si tout le monde convient à dire, du moins en public, que c’est une pratique répugnante, il n’en demeure pas moins que les chiffres officiels[3] montrent que le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur et qu’il semble échapper à tout contrôle. Au-delà des sentiments humanistes exprimés, quelques fois la main sur le cœur, et rapidement passées au broyeur des intérêts inavouables, c’est l’ensemble des valeurs acquises durant des siècles de lutte et des décennies d’évolution presque « acharnée » qui semble remis en question par la profusion des pratiques esclavagistes et honteuses. Les sweatshop des années 1930 aux Etats-Unis portés par le vent "mondialisationiste" se sont exportés en Inde, en Chine, au Pakistan etc. Et la pauvreté, hydre aux multiples voracités, continue à pousser chaque jour des millions de personnes vers un cruel destin.

Après les travaux forcés[4] et le code de l’indigénat du colonialisme qui ont accouché des routes et autres « effets positifs », il aura fallu attendre jusqu’en 1980 pour voir la Mauritanie[5] adopter une loi qui mit fin « officiellement » à l’esclavage, véritable « tradition » locale. Une décision tardive qui reflète en fait tout le malaise des pays africains face à l’exploitation des êtres humains. Sujet tabou, sujet délicat, la condition servile est dans de nombreuses sociétés africaines, une culture, une tradition, une attitude de droit ou de fait. Ainsi, l’esclavage n’est plus simplement le « commerce de l’homme par l’homme » mais un vestige des mœurs ancestrales qui résistent toujours au temps[6]. Trop souvent la tradition a justifié et légitimé cette pratique, excusant le laxisme voire le laisser-faire des responsables politiques qui sont restés longtemps sans réaction face à cette violation des principes humains (liberté et dignité). Durant des décennies, l’esclavage a continué à sévir dans certaines régions africaines à l’instar du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest. Le Soudan déchiré par un conflit génocidaire est devenu un carrefour du commerce d’êtres humains où les esclaves sont majoritairement des femmes et des enfants. Une activité lucrative qui nourrit d’obscurs réseaux avec la complicité plus ou moins directe des Etats. Prostituées, ces esclaves vont nourrir le marché du sexe qui se délecte de ces produits de consommation d’un type bien particulier. A la tombée de la nuit, les ruelles africaines vomissent de jeunes machines qui, jusqu’au petit matin, donneront du plaisir aux notables, aux touristes, aux diplomates, à tous ceux qui pour quelques pièces voudront assouvir leur envie d’interdit. Cela sous l’œil vigilant du proxénète qui ira verser sa commission au commissaire de police. On les retrouvent aussi dans les domiciles de monsieur-tout-le-monde, employées de maisons au service de familles ayant sur ces esclaves un droit de quasi propriété. Sévices corporels, viols réguliers, le quotidien de ces êtres est un enfer où chaque instant est un supplice.

Quittant Lagos ou Cotonou pour les agglomérations urbaines de la sous-region, des milliers d’enfants vont finir dans les plantations en Côte d’Ivoire, au Cameroun ou au Ghana. Arrachés à l’enfance, ils grandissent dans les mines d’or au Burkina Faso, leur production va enrichir les collections des marques de luxe, et brille autour du cou des plus grandes personnalités défilant sur les tapis rouges au crépitement des flashs. Que dire de ces adultes qui pour un salaire de misère risquent leur vie tous les jours dans ces mines de chrome du Zimbabwe, dans des conditions insoutenables. Et ces adolescents qui sans renumérotation aucune, sont forcés de s’éteindre lentement dans l’obscurité des gisements de diamant en République Démocratique du Congo. Ou de ceux-là à El Moqatam[7] en Egypte vivant du ramassage et du triage d’ordures. Quelques fois, ils se retrouvent enroulés de force dans des conflits armés à la solde des chefs de guerre, conflits dont ils ignorent les enjeux réels. Le plus important étant d’en faire de véritables monstres et de sadiques meurtriers[8]. C’est ainsi qu’en première ligne, ils se rendent souvent coupables des pires atrocités, ou tombent finalement sous le feu adversaire.

Le travail des enfants est un sujet problématique et complexe. Il n’est considéré comme « intolérable » que lorsqu’il se fait dans « situations dangereuses » ou « impliquant l’exploitation » selon la formulation du Bureau International du Travail[9]. Ainsi des enfants travaillant plus de 10 heures par jour dans des plantations en Tanzanie ou dans des « usines » à tapis en Inde, tous les jours de la semaine, sans salaires et maltraités, sont des enfants exploités qui devraient être protégés. Mais alors que penser d’un enfant qui vend en cette période de vacances scolaires ses bananes dans les rues de Douala pour pouvoir aider ses parents « miséreux » à lui payer l’école en septembre prochain ? Ce travail là serait-il condamnable ? La question demeure au cœur du débat entre abolitionnistes et non abolitionnistes. Pour les premiers, il faudrait abolir « complètement » le travail des enfants[10] au profit d’une plus grande scolarisation, comme cela a été le cas à la fin du XIXème siècle en occident. Pour les seconds, c’est une vision « utopique » qui ne tient pas compte des réalités du terrain, une sorte de dogme occidental décalé du vrai. C’est aussi la position des Ong locales et internationales comme Oxfam. Car il est vrai qu’empêcher un enfant de participer à la « survie » de sa « famille » donc à la sienne, serait absolument « contre-productif ». La meilleure manière de lutter efficacement contre ce travail des enfants, c’est de mettre fin à la pauvreté et de permettre par ricochet aux familles d’avoir le temps, l’argent d’envoyer leurs enfants à l’école. Même si l’on adopte des milliers de conventions pour la protection de l’enfant et que l’essentiel c’est-à-dire la lutte contre la pauvreté n’est pas réellement engagée, l’effet sera nul. Du coup, permettre aux enfants par des activités « supportables » et moins « dangereuses » d’aider leurs parents à leur garantir une scolarisation, est un moyen raisonnable de leur assurer le minimum.

L’esclavage ne se définit pas uniquement par l’asservissement presque animal de l’homme, il peut recouvrir une barbarie plus subtile, comme celle de la déshumanisation de l’être dans les entreprises où la politique du chiffre et le diktat du bénéfice autorisent tout, surtout l’indécent. Alors les sévices corporels deviennent psychologiques, la torture des esprits finit par provoquer des tentatives de suicide. Dans les sociétés occidentales, le monde du travail est cannibale. Il connaît des dérives dangereuses. Le stress permanent et la compétitivité à outrance ne sont que les expressions d’une certaine forme d’oppression de l’entreprise. Les employés ne sont que des moyens de production comme d’autres, de sorte de zombies qui mécaniquement sont programmés pour des taches bien précises. Avec la pauvreté des fins de mois et des budgets de plus en plus difficiles à tenir, les employés n’ont d’autre choix que d’adhérer massivement à ce « travailler plus pour gagner plus », cette invitation à plus de servitude pour un résultat discutable. Sous la menace des délocalisations massives, les employés sont obligés d’accepter des conditions esclavagistes, de renoncer au minimum social, leurs droits, pour tenter de sauver leur emploi et éloigner le spectre du chômage. Il y va de la survie de leurs familles et de l’avenir de leurs enfants.

En Asie, le commerce de l’être humain passe par les filières de prostitution dont l’un des buts reste de satisfaire les besoins du tourisme, comme c’est le cas en Thaïlande où l’on estime à près de 2 millions d’esclaves prostitués. Mais ce « business » de l’homme sert également à alimenter les ateliers de production et à servir les intérêts économiques. A l’instar de l’Afrique, les enfants et les femmes sont les premières victimes de ce système qui couvre l’ensemble de la région du Sud-Est asiatique. Les ateliers clandestins chinois et vietnamiens sont fournis en esclaves ramenés des îles du Pacifique pour fabriquer à moindre coût des produits destinés au marché occidental (nord américain et européen). Tandis qu’au Mexique, les réseaux mafieux contrôlent le commerce des êtres humains, utilisés dans le commerce de la drogue ou transférés aux Etats-Unis pour faire le bonheur des fermes agricoles. D’après Interpol, tous les continents seraient touchés par cet esclavage moderne, des Amériques à l’Europe, du monde arabe à l’Afrique sans oublier l’Asie, la traite des êtres humains affecterait la totalité des régions du monde. En Inde et au Pakistan, cet esclavage se traduit par une sorte de « servitude pour dettes » qui consiste à rembourser un prêt par un travail astreignant à la limite de la légalité. Quelques fois, il arrive que des personnes soient obligées de rembourser une dette exorbitante contractée auprès de passeurs pour entrer dans un pays illégalement, en travaillant dans des ateliers clandestins, comme c’est le cas en France et au Royaume Uni. De cette servitude pour dettes découle le travail forcé, assez répandu en occident, qui lui représente l’une des formes les plus violentes de l’esclavage moderne. Recrutés illégalement, ces travailleurs sont soumis à la menace de sévices ou de punitions. On y retrouve des « Etats », des « partis politiques », des « particuliers » qui par le recrutement illégal comme il a été dit précédemment, par exemple de « domestiques », encourageraient leur asservissement. Entre confiscations des papiers d’identité et les horaires de travail, normalement jugées inacceptables, sans congés et autres renumérotations, le travail forcé est l’un des cancers qui rongent les sociétés occidentales. Il n’y a pas si longtemps, l’Allemagne nazie bâtissait sa puissance sur le travail forcé de plus de 10 millions de personnes dont la majorité était des étrangers, prisonniers de guerre ou juifs. De même le Japon mit en esclavage près de 20 millions d’êtres humains, et l’Union soviétique élabora le vicieux système des Goulag. De nos jours, c’est la fameuse « reforme par le travail »[11] chinoise qui incarne le mieux cette dérive.

Alors comment mener le combat contre l’esclavage moderne ? Avec des millions de victimes chaque jour, sur tous les continents, la réponse est compliquée. D’abord, il faudrait que les Etats africains et arabes se décident, sans attendre la pression des Ong internationales, à mettre fin définitivement à cet esclavage qui se pratique sournoisement. Il serait judicieux que les législations s’arment contre ces formes d’exploitation et que les services sociaux puissent avoir les moyens de réinsérer dans la société les victimes. Aussi, que ce soit en Occident, aux Amériques ou en Asie, le démantèlement des circuits mafieux et la fin de l’impunité puissent être les priorités des Etats[12]. Pour ce qui est du travail des enfants, la consommation dite « citoyenne » alliant le boycott à l’exigence de « produits propres »[13] appuyé par des campagnes de sensibilisation, peut constituer une réponse intéressante. Même comme le boycott peut se révéler à double tranchant en ce sens que par crainte de voir chuter leurs bénéfices les entreprises responsables de ce trafic se débarrassent rapidement des enfants qui se tourneront faute de moyens de subsistances vers l’informel (des métiers plus difficiles donc plus dangereux) et la prostitution. Ainsi le boycott n’est efficace que s’il est associé à l’aide à la scolarisation et à la protection[14]. Le développement du commerce équitable est également un moyen de s’assurer de la « propreté » des produits, la garantie que les travailleurs sont suffisamment rémunérés et que l’on ne se perd par dans les méandres de la sous-traitance. D’une part, l’action d’Interpol dans la lutte contre la pornographie infantile démontre que, en tant qu’organisation internationale de répression de crimes, elle peut contribuer à mettre hors-jeu les pires prédateurs sexuels (Vico etc.). Elle fait le pari qu’en « tapant » sur la « demande » forcement cela fera diminuer l’ « offre ». Une stratégie intelligente qui avec des actions d’éclat porte un coup à ce commerce.

En somme, des solutions existent mais tout dépend de la volonté politique. Lorsque les dépenses militaires ou les conquêtes de l’espace engloutissent des centaines de milliards d’euro chaque année et que le dixième de ces dépenses pourrait mettre fin à certaines situations plus urgentes, l’on se dit que l’on vit sûrement sur la même planète mais pas dans le même monde. En attendant donc le « miraculeux réveil » de la communauté internationale, l’esclavage continue à se conjuguer au présent.



[1] "Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes"

[2] "Supprimer le travail forcé ou obligatoire et à n’y recourir sous aucune forme"

[3] Selon Maurice Lengellé-Tardy dans "L’esclavage moderne", il y aurait « aujourd’hui 200 à 250 millions d’esclaves adultes à travers le monde auxquels s’ajouteraient 250 à 300 millions d’enfants de 5 à 14 ans au travail ».

[4] « Le travail forcé constituait exactement les mêmes conditions pour les africains que dans les plantations : surexploitation, punitions corporelles, statut d’infériorité, répressions violentes, massacres. » - Source Wikipedia.

[5] L’on estimait qu’en 1994, 11 millions d’habitants, soit 45 % de la population, sont esclaves – selon AntiSlavery International.

[6] Ce n’est qu’en 1962 que l’Arabie Saoudite interdit l’esclavage.

[7] « Ainsi, ce sont près de 350 000 personnes, coptes pour la plupart, qui vivent du ramassage et du tri des ordures. Parmi eux, on compte 180 000 enfants. Le quartier croule sous les ordures. Les "Zabaleen du Caire ” vivent de la collecte et du recyclage des poubelles de la cité. Partout dans les ruelles sombres de la colline, une odeur lourde et âcre prend à la gorge et persiste. Les rues sont noires. Les toits ploient sous les tonnes d’ordures rapportées de la mégapole. Les rez-de-chaussée de chaque immeuble sont transformés en dépotoirs qui débordent de détritus que trient à mains nues les femmes et les enfants. » - Source Unicef.

[8] « Actuellement, il y aurait environ 300 000 enfants soldats dans le monde, impliqués dans une trentaine de conflits ; un tiers d’entre eux se trouvent en Afrique subsaharienne et dans les conflits réguliers en République démocratique du Congo, en Colombie (où entre 11 et 14 000 enfants feraient partie des forces paramilitaires) et au Myanmar (où 20 % de l’armée serait composée de mineurs » - Source Human Rights Watch.

[9] Selon le Bureau international du travail (BIT), 250 millions d’enfants de 5 à 14 ans travailleraient actuellement dans le monde, dont 50 à 60 millions dans des conditions dangereuses.

[10] Sur les 250 millions d’enfants qui travaillent – pour la moitié d’entre eux à temps plein –, 61 % vivent en Asie (dont un million dans le commerce du sexe), 32 % en Afrique et près de 7 % en Amérique latine. Deux millions de jeunes sont aussi concernés en Europe, notamment en Italie, en Allemagne, au Portugal et au Royaume-Uni. D’après le Sunday Telegraph, des centaines d’enfants arrivent chaque année en Grande-Bretagne pour travailler dans les restaurants, les ateliers textiles ou pour se prostituer.

[11] Le système des Laogai en Chine.

[12] « En France, où plusieurs milliers d’enfants vivent en dehors de toute scolarisation, bon nombre d’entre eux sont exploités, auxquels s’ajoutent ceux qui, sous couvert d’apprentissage, sont en fait déjà dans le monde du travail et de la production. Mais l’opacité la plus totale règne sur ces réalités. » - Source Unicef

[13] En Inde, l’industrie du diamant emploie 20 % d’enfants, qui sont payés six fois moins que les adultes ; au Pakistan, dans la ville de Sialkot, 14 000 enfants sont employés dans l’industrie du ballon de football aux côtés de 42 000 adultes, mais ils gagnent 2 à 4 fois moins. - Source : M. Bonnet, « Regards sur les enfants travailleurs. La mise au travail des enfants dans le monde contemporain. Analyse et études de cas ».

[14] « Dans le but de rassembler ces efforts, l’OIT a mis sur pied en 1992 le programme IPEC (International Programme on the Elimination of Child Labour, « Programme international pour l’abolition du travail des enfants »), visant en priorité les pires formes de travail, celui des filles et des moins de 12 ans. En plus des évaluations globales citées plus haut, le programme coordonne les acteurs autour de plans d’action et tente de trouver des solutions économiques avec les employeurs. Dans son rapport de 2006, l’IPEC estime que « les efforts engagés un peu partout dans le monde pour combattre ce fléau ont donné d’importants résultats », mais qu’une importante mobilisation reste nécessaire » - Source Wikipedia.

Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès