Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’été de tous les dangers

L’été de tous les dangers

Les services sociaux font du bon travail, d'autant plus qu'ils subissent des conditions de travail plus difficiles : une augmentation du nombre de personnes suivies, réduction des moyens....

Parfois, ces services sont dépassés ou vont trop vite, notamment quand ils placent des enfants dans des familles d'accueil ou travaillent peu les relations parents enfants.

Il a fait beau, très beau durant ces deux mois d'été 2013 .

Les familles qui ont pu partir à la mer, à la montagne ou à la campagne ont été à la fête...

Les autres, toutes les autres, celles qui, plus nombreuses chaque année, restent sur place, ont souffert de la température, de la flambée des prix alimentaires et de leur impossibilité financière de partir elles aussi trouver les joies des vraies vacances.

Le 2 avril, malgré l'appel de nombreuses associations, comme Droit au logement et les associations familiales et de solidarité, les expulsions locatives sans relogement ont été autorisées.

Ainsi, des femmes, des hommes et des enfants se sont retrouvés, du jour au lendemain, dans la rue ou hébergés dans des hôtels par un 115, limité en moyens financiers et débordé par le nombre croissant de personnes à secourir.

Il faudra un jour établir le bilan humain, social et financier de cette logique implacable qui veut que des familles en difficultés soient précipitées dans l'insécurité voire dans la misère.

Certains tirent des avantages de cette situation : ce sont les chaînes d'hôtels qui , hors des lieux touristiques donc quelque peu désertés par les vacanciers, trouvent là une manne non négligeable.

Que penser de ce gérant qui propose à une famille plus couverte par le 115 de rester dans le même hôtel avec en contrepartie le versement d'un sur « loyer » ?

Il faut mettre fin à tout ce système qui coûte très cher à la collectivité en prévenant et en interdisant les expulsions sans relogement et en créant des centres d'hébergement fonctionnant comme les foyers de jeunes travailleurs.

Autrefois, des mères avaient peur de la DDAS pouvant leur retirer leurs enfants. Ce temps est révolu, semble t-il ? Pas tout à fait malheureusement...

J'ai encore cette image forte et pénible inscrite dans ma mémoire de cette mère qui du jour au lendemain a vu ses trois enfants placés dans des familles d'accueil.

Elle n'était pas maltraitante-bien au contraire- mais contrainte à survivre dans un hôtel à 20 kms de son ex domicile.

Quel gâchis ?

Durant l'été, notre association familiale, le CNAFAL ( Conseil National des Associations Familiales Laïques), comme d'autres mouvement a accompagné et défendu des familles expulsées ou menacées d'expulsions.

Au bout de deux mois de démarches, d'actions de terrain, d'interpellations, nous avons réussi à trouver une solution positive pour les familles suivies....

Mais pour quelques familles relogées ou reconstruites, combien se retrouvent seules, sans issue !?

Ne pensez pas que ces hommes et ces femmes sont des mauvais payeurs et qu'ils récoltent ce qu'ils ont semé ?

La plupart du temps, il s'agit là d'une descente aux enfers, liée à un accident de la vie : perte d'un emploi, divorce, longue maladie....

Les associations caritatives et de solidarité sont présentes, sur le terrain, même en été.

Elles essayent de faire de leur mieux et souvent agissent ensemble de concert.

Durant l'été 2013 , les familles laïques ont ainsi agi à Melun avec le soutien du Secours catholique et du Secours populaire et du DAL ( Doit au Logement), d'autres associations non sollicitées directement ont par ailleurs apporté leur soutien et proposé leur aide comme les AFP et la CSF....

De ces expériences concrètes, ont germé des propositions comme celle ci :

Pourquoi ne pas constituer une coordination permanente locale des associations de solidarité ?

C'est une idée à développer....

Il faudra aussi réfléchir sur la mise en œuvre d'un lien fort entre ces associations et les services sociaux, chacun gardant sa spécificité et son indépendance !

Voici là des pistes de réflexion et d'action à la rentrée avec nécessairement le maintien et le renforcement de l'axe politique ( au sens large du terme)....

Nous aidons et accompagnons les familles et n'oublions pas que notre action nécessaire est parcellaire si elle n'est pas complétée par une mobilisation sociale dans la rue .

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • asterix asterix 22 août 2013 19:54

    On ne peut jamais être d’accord avec la misère.
    Néanmoins, la solution ne serait-elle pas la création de cités nouvelles - donc sur de nouvelles terres. Reloger dans les villes d’aujourd’hui revient sans doute plus cher.
    Les cités ouvrières des années 20, des 2CV + la technologie moderne de l’habitat et une étude sérieuse de la convivialité. 
    Modèle communiste : la terre est à l’Etat, l’habitation à celui qui l’occupe.
    En ville, dans certains coins des villes, on ne rénove plus. On se contente d’éviter que cela croule et on vit l’un sur l’autre La spéculation et le politique font le reste.
    Il n’est pas normal que les revenus immobiliers soient moins taxés que ceux du travail.

    Tu commences avec les enfants placés en famille d’accueil. Je connais le problème en tant que grand-père sans droits. Je vais même te dire plus : on dirait que le système a confisqué mon petit-fils, n’encourage nullement le contact avec la famille. Et comme père et mère s’en foutent, on arrête là. Ce n’est qu’un cas, le notre. Pas une généralité puisqu’il se fait que je n’ai pas besoin de social.
    Contradiction : c’est sans doute là que se trouve le hiatus.

    Bien à toi


    • Yohan Yohan 22 août 2013 20:44

      Les services sociaux débordés, pas étonnant dans un pays où l’assistanat dissuade trop souvent de travailler. Aujourd’hui même, je passe à Noyers sur Serein, et que vois-je ?. Un restaurant avec terrasse fermé en pleine saison touristique avec pour explication cet écriteau. En gros, « fermé faute d’avoir trouvé un remplaçant pour celle qui vient de partir en congé maternité ». Il n’y a guère qu’en France pour voir des choses pareilles, alors que le chômage bat son plein. :->


      • foufouille foufouille 22 août 2013 22:54

        ça devait être très mal payé avec bouffe infect ton « restau »
        il voulait peut être un clandestin


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 août 2013 00:04

        L’assistanat ? Avez-vous oublié que la possibilité de travailler est un droit constitutionnel, inscrit dans la déclaration des droits de l’Homme ? Aussi important en principe que le droit de propriété, mais bien moins respecté par notre système politique hypocrite.

        S’il existe des métiers en manque de professionnels, c’est peut-être en raison d’erreurs d’orientation et dans ce cas il faut donner plus de moyens aux structures chargées de la formation et surtout arrêter de privatiser ou de prendre des sous-traitants privés pour orienter les jeunes et les chômeurs. S’il s’agit d’un manque d’attraits de certaines professions, dans un véritable système de marché tout doit s’équilibrer. C’est sans doute que ces métiers, difficiles ou désagréables, doivent être rétribués en conséquence. D’ailleurs, dans ce système libéral idéal, l’ajustement entre les conditions de travail, le temps de travail, le salaire devrait permettre d’arriver au point d’équilibre où l’offre et la demande correspondent.

        Nous aurait-on raconté des mensonges ? Le système a-t-il été vicié ? ou est-il simplement mauvais ?


      • Mr Dupont 23 août 2013 09:52

        Mme Dugelay

        A 1000 chômeurs par jour le droit constitutionnel en prend un sacré coup

        Il est vrai que vôtre président a d’autres soucis : colmater, colmater à tous prix

        La création de nouvelles taxes, l’augmentation et le rétablissement des anciennes lui servant de rustines

        http://www.20minutes.fr/politique/1212699-20130822-ministre-ecologie-annonce-retour-taxe-carbone

        Pendant que le pédalo coule, l « enthousiasme » est de rigueur

        http://www.20minutes.fr/politique/1212747-20130823-quoi-sert-universite-ete
        .
        .


      • Ruut Ruut 23 août 2013 17:20

        Si travailler est un droit, pourquoi nécessite il un permis de travail ?



      • Ruut Ruut 23 août 2013 17:25

        La privatisation de tous les secteur est une demande Américaine envers ses vassaux suivie comme un ordre au niveau Européen.


        La privatisation des services publics n’as jamais rien apporté de bon.
        L’histoire nous le prouve tous les jours.
        Mais avouons que la chaîne de commandement du service public est bien rouillée surtout a haut niveau. (d’ou les grèves annuelles de la base pour forcer les chefs a lubrifier un peut la chaîne)


      • Mr Dupont 23 août 2013 01:57

        Moi je tiens à saluer le travail remarquable de toutes ces assos qui permettent d’envoyer en vacances les enfants des banlieues qui sans elles ne pourraient pas partir

        http://www.leparisien.fr/faits-divers/alsace-a-13-ans-il-tente-de-braquer-une-pharmacie-et-une-voiture-22-08-2013-3072323.php
        .


        • CHALOT CHALOT 23 août 2013 09:46

          Astérix !
          J’ai connu des situations similaires à la tienne.
          Les services d’aide à l’enfance et autres ne travaillent pas ou peu le lien aux parents.
          La question des grands parents se pose aussi et il existe des droits à ce niveau là mais qui osera aller en justice ?


          • Jean-Louis CHARPAL 23 août 2013 18:14

            On juge l’arbre à ses fruits !

            Un pays qui double les richesses produites depuis 30 ans et qui « crée » autant de misère et d’injustices sociales marche sur la tête.

            Le système ultra libéral de capitalisme sauvage est absurde : on trouve de plus en plus de pauvres dans les pays riches et de riches dans les pays pauvres. Un beau monde « perdant-perdant » sauf pour une infime minorité qui se gave et se goinfre sur le dos des autres.

            En attendant un monde meilleur et plus juste, un grand bravo à tous ceux qui se dévouent pour soulager la souffrance des innocents.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès