Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’être humain, ses droits et ses obligations

L’être humain, ses droits et ses obligations

Au fil des articles que je publie sur Internet au sujet des droits de l’Homme, les mêmes questions reviennent inlassablement : Pourquoi les droits de l’homme ? Pourquoi ne parle-t-on pas des obligations des individus, notamment vis-à-vis d’Autrui, de l’Etat, de la patrie ? Le respect des droits de l’Homme ne risque-t-il pas de conduire à l’anarchie ? Ces questions ne doivent pas être éludées et des tentatives de réponses permettront de mieux faire comprendre ce que sont les droits de l’Homme et leur fondement philosophique.

Comme je l’ai indiqué dans de précédentes chroniques, la spécificité humaine repose sur une certaine capacité de l’individu à agir sur son environnement (les objets ou individus l’entourant, son propre corps…) et repose aussi sur la conscience de cette capacité. J’appellerai ce concept « créativité ». Ce fondement de l’humanité, ce qui donne le caractère proprement humain - sa dignité - à l’Homme, doit être préservé. Aller à l’encontre de cette créativité, ce serait nier l’humain. Tous les mouvements politiques (nazisme, stalinisme, mouvement écologiste radical, extrémisme religieux, mouvements d’extrême droite…) n’ont pas fondé ou ne fondent leurs visions du monde sur ces prémisses.

Je voudrais lever à ce stade une ambiguïté. Il n’est pas question de donner ici une place qualitativement supérieure à l’Homme dans le monde, comme l’a fait l’humanisme de la renaissance. Je traite dans cet article spécifiquement de l’Homme pour ne pas le rendre plus complexe. Je défendrai cependant dans d’autres articles que la biodiversité - comme la diversité culturelle - doit être activement protégée autant dans l’intérêt de l’être humain (au nom de la créativité supplémentaire qu’elle permet en puissance) que pour son intérêt propre.

Ceci posé, il n’existe pas d’autre obligation pour l’Homme que l’obligation de préserver le potentiel créatif de chacun, que cette créativité soit actualisée ou non par les individus. Une telle définition implique la réciprocité de l’obligation. Or, cette réciprocité, dans des sociétés comprenant un grand nombre d’individus, ne peut qu’être organisée. L’institution principale organisant aujourd’hui le respect entre individus de cette obligation réciproque est l’Etat.

Dans cette perspective, le respect n’est dû à l’Etat, ainsi qu’à toute autre institution, que dans la mesure où celui-ci est perçu comme permettant effectivement le respect collectif de la dignité humaine. Dans le cas contraire peut être invoqué ce que John Locke appelait le droit à la résistance. C’est de cette nécessité de la résistance face à l’arbitraire que sont nés les droits de l’Homme. A l’origine, ces derniers sont des obligations opposées aux Etats pour préserver l’intégrité humaine.

Dans le cadre d’un Etat républicain et démocratique comme la France, les droits de l’Homme exigent que l’Etat s’assure du respect de ces droits, y compris entre les citoyens et par la majorité. Le gouvernement d’un Etat, comme un citoyen, même représentant une majorité, ne doit pas empêcher un autre citoyen de s’exprimer tant que cette expression ne porte pas atteinte à la dignité et à la créativité humaines. Il n’y a pas de raison de croire que cette créativité puisse s’épuiser et qu’un criminel ne puisse, une fois sa peine purgée, changer de comportement si la société lui en donne les moyens. L’Etat, c’est aussi un système de justice indépendant qui doit faire respecter les droits fondamentaux et les règles juridiques dérivées de manière impartiale.

Il peut être de l’obligation de l’Etat, comme du citoyen (dans le cas de l’assistance à personne en danger par exemple) de protéger un individu contre lui-même quand sa conscience est considérée comme insuffisante, mais cette situation doit se limiter aux mineurs et aux personnes reconnues, après une procédure comportant des garanties suffisantes, atteint de certaines pathologies mentales. Si l’on excepte la minorité et la pathologie mentale, vouloir libérer un individu contre son gré, c’est, d’une certaine manière, le reconnaître indigne de l’humanité. C’est tout à fait inacceptable, en particulier quand le comportement n’a rien d’irrémédiable, si l’on pense au port de vêtements particuliers tels que la burqa et le niqab.

Le respect des droits de l’Homme, sous le contrôle de l’Etat et/ou des institutions internationales ou locales compétentes, est indispensable au développement de la créativité humaine. On comprend dès lors l’intérêt du respect tant des droits civils et politiques - permettant au citoyen de participer à la définition et à la prise en main de son destin politique - que des droits économiques, sociaux et culturels - permettant sa survie matérielle et sa capacité à puiser dans son environnement culturel les ressources nécessaires à sa créativité. Rappelons que ces droits, par définition, restent facultatifs pour l’individu : la liberté de religion n’implique pas que chacun doive prendre position par rapport aux religions ou à des convictions ; les droits culturels n’exigent pas non plus d’un individu qu’il se définisse par rapport à une culture particulière.

Les droits de l’Homme sont le socle général et fondamental qu’un régime démocratique peut certes modifier à la marge comme il modifie sa Constitution mais dont il doit aussi respecter les grands principes. L’énoncé et la conception que nous avons de ces droits reste imparfaite. Les règles écrites permettant un plus grand respect de la dignité et de la créativité humaines peuvent toujours être améliorées. La réalité sous-jacente demeure cependant, avec toutes les potentialités dont elle est porteuse.

La polémique naissante sur le port de la burqa et du niqab montre à quel point la logique sous-tendant les droits de l’Homme est mal comprise. La suppression du seul portefeuille au gouvernement les mentionnnant explicitement n’est pas un hasard, après la polémique entre Bernard Kouchner et Rama Yade en décembre dernier.

Cette question est pourtant cruciale, y compris pour ceux qui défendent l’interdiction du port de la burqa dans la rue au nom du respect des droits de l’Homme. Si les droits fondamentaux ne sont pas respectés, le risque est grand que se développe la revendication (violente ?) de droits particuliers pour les minorités qui se sentent humiliées. Ces revendications ne sont pourtant que le symptôme d’une insatisfaction par rapport au respect des droits individuels, dont il conviendrait de s’attaquer aux causes profondes.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • SALOMON2345 26 juin 2009 11:10

    Je pense saisir la nuance que vous souhaitez introduire dans le corpus des droits de l’homme dont la critique consistant à dire que personne - même au nom d’un code (les droits de l’homme) - ne peut autoriser ou interdire le port de telle ou telle chose, en se « substituant » à la personne concernée et s’introduire dans la pensée qui lui serait propre et dire - à sa place - au nom de NOS principes, tu n’as pas le droit de...etc !
    En effet, en quoi un texte - merveilleux au demeurant - peut-il bousculer l’intime chez quiconque, un peu comme la sexualité librement consentie à l’abri de tous regards ! Jusque là, je vous suis, sauf qu’après existe et s’impose à tous la LOI, si celle-ci ne repose que sur la sécurité collective et, en l’occurrence, ne pas cacher son visage - preuve d’identité - au contrôle civil exercé par la force régalienne et démocratique de l’Etat !
    J’avoue malgré ce qui précède, mon embarras à trancher car votre démarche - légitime - craint de contenir en elle la même sophistication que la laïcité « douce » actuellement rampante !
    J’ose une comparaison : reconnaître que l’angle droit - pour un bonne construction - vaut toujours 90° sauf que dans certains cas....faudrait voir ! Vive alors la Tour de Pise et sa verticalité douteuse !!!
    Salutations


    • Walden Walden 26 juin 2009 12:45

      Il est curieux de constater comme les défenseurs d’idées liberticides (comme en l’espèce l’interdiction de la burqa, mais plus généralement) sont prêts à recourir à toutes sortes d’arguments spécieux pour étayer leur propos.

      Ainsi cet argument de la sécurité est récurrent - alors que le prétexte théorique de la proposition de loi semble en tenir plutôt à la question de la sujétion supposée des femmes à cette tenue ? Or depuis le temps qu’il existe des tas de motifs d’ordre privé de circuler avec le visage dissimulé (port d’un casque intégral, d’un passe-montagne, d’un masque anti pollution, de bonnet, écharpe et lunettes noires, etc.), c’est bien la première fois que cette question est soulevée (hormis le cas récent des cagoules, mais dans le cadre spécifique des manifestations).

      Or on ne voit pas bien en quoi le port de la burqa diffère, à ce titre, des autres situations par lesquelles le visage peut se trouver dissimulé. Si l’on se préoccupait - au nom de quel principe supérieur ? - que le visage doive nécessairement être apparent sur la voie publique, il faudrait alors qu’il le soit dans tous les cas, sans quoi cet argument n’est même plus recevable au titre du débat.

      Soulignons qu’à l’heure actuelle, nul ne peut légalement se soustraire à un contrôle d’identité. Si les conditions légitimant un tel contrôle sont réunis, les agents de Police peuvent emmener au poste tout quidam pour vérification. Le port de la burqa ne saurait évidemment s’y opposer. Donc, sauf à démontrer qu’il existe un risque particulier lié à cet accoutrement, on ne voit pas bien où est le problème pour la sécurité publique...
      ________________

      Encore un excellent article de l’auteur sur le sujet des droits de l’Homme smiley


    • SALOMON2345 26 juin 2009 13:53

      VOUS AVEZ RAISON, CAGOULE, CASQUE ET AUTRE OBJET PRODUISENT LE MÊME EFFET DONC LA DÉMONSTRATION TOMBE D’ELLE-MÊME !


    • Gabriel Gabriel 26 juin 2009 11:54

      "Le respect des droits de l’Homme ne risque-t-il pas de conduire à l’anarchie ? Ces questions ne doivent pas être éludées et des tentatives de réponses permettront de mieux faire comprendre ce que sont les droits de l’Homme et leur fondement philosophique."

      Salut Éric .

      Voilà, ce qui me frappe à moi, c’est encore un amalgame .

      A lire ceci →  Le respect des droits de l’Homme ne risque-t-il pas de conduire à l’anarchie ?

      J’ai déjà dit et je le redis, l’anarchie n’est pas le chaos ni le désordre, ceux qui ont autrefois eu comme idée politique l’anarchie, n’ont pas dit qu’ils voulaient un monde de désordre ni un monde de chaos .

      L’anarchie c’est l’ordre sans états, je sais on peut toujours rêver, mais peut importe que cela soit un jour possible ou pas, on doit remettre les vérités dans leurs contextes, dans leurs vrais contextes .

      De dire que l’anarchie c’est le chaos ou le désordre c’est manquer de respect envers ceux qui ont parlé de cette idée, ils n’ont jamais préconisé qu’ils aimeraient que le monde soit désordonné, le désordre c’est le désordre et l’anarchie c’est une idée politique comme une autre, je l’accorde sûrement plus dur à réaliser que d’autres, mais elle reste une idée avant tout .

      L’amalgame sert à rétrograder cette idée, en l’employant comme la plus part du temps certains le font, mal-sainement, assimilé à du mal saint .

      Pour le reste de ton article, j’en reviens à ceci, justement :

      L’homme doit de lui même savoir se tenir, respecter les autres et pour cela il n’a pas besoin de codes ou de lois, juste d’une morale, une morale à la hauteur de l’humanité .

      ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓ 

      L’homme n’a jamais été en paix avec lui-même, il a toujours été insatisfait. La preuve en est, il a toujours cherché le progrès pour sa facilité, ne se contentant jamais de ce qu’il a, il cherche toujours à progresser même au détriment de son environnement et de bien d’autres choses, il n’y a que son petit bien être qui l’intéresse.

      Il est obligé d’établir des codes civiques ou autres pour essayer de vivre en paix, on juge, on condamne par rapport à un code, « des lois », des codes qui ne sont nullement universels, et s’ils l’ont été, on a pu constaté qu’ils n’étaient pas respectés.

      Alors à quoi cela rime d’établir des codes quand on ne puni pas ceux qui ne les respectent pas, mais surtout que l’on ne punisse pas le faible et le puissant de la même façon, où est la crédibilité dans tout cela.

      On pourrait penser qu’ils ne servent à rien, mais en fait on peut s’apercevoir qu’ils servent vraiment, ils servent à faire perdre du temps à ceux qui les établissent, ils servent à montrer que d’autres sont en dessus d’eux « en dessus des lois », ils servent à montrer aussi que ceux qui les ont établi ne les respectent pas eux mêmes, car ils ne prennent pas la défense du faible opprimé « on nomme ça la lâcheté, du fait qu’on lâche ceux que l’on était supposé défendre ». Ils servent à divisé les peuples plutôt que de les rassembler.

      A quoi bon une Organisation des Nations Unis, si ce n’est que pour diviser et être impartial, à quoi bon une Organisation des Nations Unis si là où il faudrait qu’elle agisse rapidement, attende que le mal soit fait pour remettre ce que l’on nomme par ordre « remettre de l’ordre ».

      Certains pays depuis peu ont démontré qu’ils étaient en dessus de l’ONU. Si l’ONU n’avait alors pas pris les bonnes décisions, des décisions pacifistes, des voies diplomatiques, cela pourrait se comprendre, alors que l’ONU essaie de ramener la paix d’autres veulent absolument la guerre. Face à certaines puissances ou face à l’histoire de certains peuples « pays » l’ONU ne peut rien, elle abdique et laisse des états devenir voyous, ceux qui deviennent des voyous le deviennent par leurs puissances et non pas par leurs faiblesses, car le faible de demain qui bafouerait les règles pour se défendre sans l’accord de l’ONU serait vite écrasé, tandis que le puissant lui pourra continuer face au reste du monde !

      Mais le pire dans tout ça, c’est que ces états voyous continuent à faire partie de l’ONU et que personne n’ose les en exclure, celui qui vole pour ce nourrir est exclu du système, il finit ou échoue en prison, celui qui détourne des milliards reste libre de vous croiser demain dans une rue.

      Que ce soit à petit échelle ou à grande échelle, que se soit dans un état « un pays » ou bien une organisation international comme l’ONU, le puissant reste toujours, alors que le faible, à sa moindre faute ou dérapage, peut être exclu.

      Quand des milliers, des millions de personnes manifestent à travers les rues de plein de villes et pays différents parce qu’ils s’indignent de ce qui leur est rapporté par les médias, l’ONU ne bouge pas. Lorsque des millions de personnes crie haut et fort « cela suffit » ils ne pèsent pas plus qu’un seul représentant de l’ONU qui lui ne crie rien et n’ose pas intervenir, ou plutôt refuse d’intervenir, alors que celui-ci est du même avis que les manifestants.

      La parole des peuples n’a aucun audimat, n’a aucun poids face à un seul de ces puissants.

      Si demain la planète entière manifestait, et que l’ONU soit du même avis, il suffirait qu’un seul de ces puissants soit contre pour que rien ne soit fait !

      Quand on nous parle de démocratie, où est-elle à l’état planétaire ?

      Alors tu vois Éric, code ou pas, lois ou pas cela ne change rien pour certains, car ils sont en dessus de tout cela, étant donné qu’ils sont en dessus de tout ça, cela ne te sert donc pas non plus, car demain le faible qui aurait raison, le faible qui respecterait tout cela, n’aurait pas gain de cause face à un puisant sans morale qui serait contre lui .

      Lois, codes ou pas, tant que les hommes n’auront pas de morale humaine, ils ne servent à rien, et si un jour l’humanité retrouvait une morale, on en aurait plus besoin, en résumé ils ne serviront jamais à rien, juste du blabla pour faire croire au faible qu’il est protégé face au puissant, alors que ce n’est pas le cas .

      Liberté, fraternité, égalité, ne sont pour l’instant que des mots et non pas des actes adoptés par et dans la république qui les crie haut et fort .


      • Caturix 26 juin 2009 12:54

        Bonjour,
        Juste un lien pour expliquer les différentes notions du mot « droit » (http://www.maitre-eolas.fr/Prix-busiris lire l article du 26-02-2009).


        • Daniel Roux Daniel R 26 juin 2009 19:34

          « vouloir libérer un individu contre son gré, c’est, d’une certaine manière, le reconnaître indigne de l’humanité »

          Votre affirmation est trop générale pour être juste. Les exemples de contraintes positives ne manquent pas. Je n’en prendrai qu’un pour illustrer mon propos.

          L’école a été rendue, gratuite, laïque et obligatoire contre l’avis d’une population majoritairement paysanne (fin du 19ème siècle). Il serait absurde de prétendre que le législateur reconnaissait cette population de réfractaires comme indigne de l’humanité, bien au contraire. Il s’agissait bien en l’occurrence d’une obligation de s’éduquer. L’éducation du citoyen est l’un des pré-requis de la démocratisation d’une société.

          Puis, vous glissez sur le sujet polémique actuel (un habile paratonnerre social à mon avis).

          "C’est tout à fait inacceptable, en particulier quand le comportement n’a rien d’irrémédiable, si l’on pense au port de vêtements particuliers tels que la burqa et le niqab."

          Il est inutile de se cacher derrière son petit doigt en faisant semblant d’ignorer les us et coutumes de notre pays. En France, le fait de porter un masque vous rend immédiatement suspect. Dans notre imaginaire, seuls ceux qui préparent un mauvais coup en portent. Les gens sont mal à l’aise, en présence d’une personne masquée, tout simplement.

          J’ajouterais qu’il est inacceptable que des pratiques privées, religieuses ou culturelles, débordent sur le domaine publique lorsqu’elles sont en contradiction flagrante avec les valeurs égalitaire de notre société.

          Allez vous permettre l’excision sous prétexte qu’elle est pratiquée ailleurs, qu’elle fait partie des coutumes, que c’est la liberté créative, que ce serait reconnaitre l’indignité de ceux qui la subissent ou que c’est mieux pour la femme ?

          Bien sur que non, parce que vous savez qu’il s’agit d’une pratique cruelle et une dégradante marque de soumission de la femme à l’homme.

          Le premier devoir de l’homme est de ne pas nuire.


          • Walden Walden 27 juin 2009 16:33

            Comparer le port d’un vêtement (comme la burqa), si contraignant soit-il, à une mutilation grave (l’excision) est absurde. Il est évident que la seconde constitue une atteinte intolérable à l’intégrité de la personne. Pour le premier cas, cela reste à démontrer, et c’est bien pourquoi débat il y a. Car le droit à l’intégrité de la personne semble bien le seul motif qui pourrait primer sur le principe de liberté individuelle.

            Il ne suffit pas que le fait d’apparaître masqué soit ressenti comme suspect pour le proscrire ; il faudrait qu’une loi l’interdise expressément pour le remettre en question. Un projet de loi pénale avait d’ailleurs naguère été élaboré en ce sens (2 mois d’emprisonnement et 15000 euros d’amende, sauf erreur), pour l’instant mis au placard.

            Mais interdire exclusivement la burqa (et le niqab) serait à l’évidence faire acte de discrimination. De plus, le problème qui surgit alors est tout de même que, sous prétexte de soustraire la femme à une soumission vestimentaire apparente, on l’exposerait à une condamnation pénale. Car c’est l’auteur d’une infraction qui est condamnable, pas la personne supposée l’influencer (en l’occurrence le mari, voire l’imam fondamentaliste ?)...

            Sauver les victimes en les envoyant en prison, voilà un drôle de prix à payer pour soulager la bonne conscience des « samaritains » que la vision d’un accoutrement inhabituel indispose. Cruelle ironie en vérité ! 


          • Walden Walden 27 juin 2009 16:36

            Or comme vous le dites, le premier devoir de l’Homme est de ne pas nuire. Justement.


          • plancherDesVaches 26 juin 2009 21:25

            Tiens...

            Nous pourrions si nous étions presque intelligents, parler de respect.

            Respecter l’autre, de nombreuses saloperies s’y refusent. Alors il faut imposer le respect, tout bêtement.
            Interdiction d’exploitation par l’argent, par la religion et par tout pouvoir que peut acquérir une saloperie qui ne pense qu’à du matériel.

            Relisez bien avant de critiquer. Cela était le fondement des Droits de l’Homme avant qu’ils ne furent exploités par des saloperies.


            • vinvin 27 juin 2009 01:30

              Bonjour.


              (@PlancherDesVaches).

              Je vien de vous mettre un point, car je suis tout a fait d’ accord avec vous, vous résumez parfaitement la situation !


              Pour ce qui me concerne, je pense que l’ on perle beaucoup « des droits de l’ hommes » etc... mais on ne parle jamais de ses obligations, ce qui fait qu’ il y a aussi beaucoup de gens qui revendique avoirs TOUS LES DROITS, et, LES OBLIGATIONS DE RIENT DU TOUT. Vous savez tout comme moi, que dans ce contexte c’ est totalement incompatible.

              Les humains ont certes des droits, mais également des Obligations envers la société.

              Ils ce trouve qu’ au début des années 1980 un groupe de Rock nommé TRUST avait écrit une chanson intitulée (Marche ou crève,) or il se trouve qu’ actuellement, et ce, au nom des droits de l’ homme il y a de plus en plus de gens qui refuse de marcher, et qui refuse de crever également, donc notre société a crée de plus en plus d’ assisté, de gens qui ne veulent pas s’ adapter a notre société, et qui au nom des droits de l’ homme perçoivent des assistances financières de la CAF ( pour pouvoir s’ acheter leur « shit », alcool, bombes de peinture pour repeindre les murs de nos citées, et autres....) et tout cela payées par nos contribuables.


              Bon, après, j’ ai remarquer que l’ auteur de l’ article faisait allusion au port, ( au porc ?...) de la BURQUA et NIQAB.....

              Tout est relatif a ce sujet : Personnellement je pense que la religion doit rester une affaire personnelle et privée, donc ne pas etre afficher en public, ( tout comme les idées politique d’ ailleurs !....)

              Donc je pense bien sur que nous pouvons avoir des échanges cul-turel avec certaines minoritées,....( qui deviendront une majoritées d’ ici quelques années,...) avoir une certaine tolérance, mais jusqu’ a une certaine limite : ( Autrement-dit nous ne devons pas accepter le port de la Burqa, ou Nikab, au nom desd droits de l’ homme, ceci est une abération totale).

              Sinon, a ce compte-là, pourquoi ne pas également toléré de voir circuler dans les rue de nos villes les gens avec un Thee-Shirt avec la photo, ou l’ emblème de leurs hommes politique, ou partis politique préféré ? ( Imaginez des gens circuler avec des Thee-Shirts a l’ enbleme du Parti Communiste, ou de Front National, et cela aux nom des drots de l’ homme ? )

              Pourquoi, lors des étées de fortes « Canicule » des gens ne revendiqueraient t’ ils pas le droit de circuler Tout nue dans les rue de nos villes, ( cela au nom des meme droits de l’ hommes ? )

              essayez d’ imaginer des milliers de gens a poil dans les rue de nos ville en plein mois de Juillet ou de mois d’ aout ?....

              Essayez d’ imaginer un Stade rempli de gens a poil en été a l’ occasion d’ un match de foot, ou un concert de johnny ?

              C’ est inconcevable.

              Donc bien sur nous devons etre tolérant, mais la tolérance au nom des droits de l’ homme doit aussi avoir ses limites, et cela au nom du respect des autres citoyens qui nous entourent, ( Et cela que ce soit pour le port de la burqa, du droit a afficher ses opinions politiques, ou pour le droit au nudisme, etc....)

              L’ explication que je viens de donner est un peu « caricaturale » je l’ admet, mais cela a aussi un sens de vérité pour la raison suivante : Si nous accepton le port de certains vétements du style burqa, ( conffectionnés a l’ aide d’ anciens rideaux, ) aux noms des droits de l’ homme, je ne vois pas pourquoi nous n’ accepterions pas l’ affichage de nos opinions politiques en public, voir le droit a circuler tout nu en été, cela au nom des meme droits de l’ homme ?

              De plus essayez d’ imaginer la réaction des femmes porteuses de la burqa, si on autoriser les gens a circuler tout nu ? Cela porterait également atteinte a leurs intégrités, n’ est-ce pas ?

              Tout comme moi, croiser des femmes habillées de cette manière porte atteinte a mon intégrité a moi, car je trouve cela totalement indéscent, voir affreux.


              Bref, nous ne pouvons pas TOUT accepter, et TOUT tolérer, au nom des droit de l’ homme, cela est une aberration inconcevable.



              Bien cordialement.




              VINVIN.


              • Cathy59 27 juin 2009 08:25

                Bonjour,
                Ce que je perçois de votre message, c’est beaucoup de peur ! Je ne suis pas pour le port de la burka, et même si cela m’interpelle de croiser des fantômes, c’est aussi beaucoup parce que personnellement, je ne la porterai pas. Afficher sa religion (même si la burka n’est pas un signe religieux) ce n’est pas aussi exceptionnel que cela. Bon nombre de personnes portent la croix ou la main de Fatma au cou sans que cela perturbe quiconque. L’appartenance politique quand à elle est largement exposée dans les manifestations au combien nombreuses en France ! La nudité ? On ne corresponds généralement pas aux critères de beauté donc pas de danger ! Ceci étant, la plupart du temps la voisine de l’abri de bus est en sous vêtements ! Pourtant pas de réactions ! Ce qui semble faire peur c’est de devoir adopter des pratiques qui vont à l’encontre de nos valeurs, c’est normal, mais justement, la liberté permets le choix ! En ce focalisant sur une communauté, on l’insite à exacerber ses signes extérieurs d’appartenance à cette communauté ! Depuis cette nouvelle polémique, je croise, pas plus de « fantômes » mais par contre beaucoup de femmes musulmanes qui s’habillaient à « l’occidentale » remettent le foulard ! Et c’est logique, si on vous dit que vos valeurs ne sont pas acceptables en France, on vous dit, vous n’êtes pas français, donc comme humainement on n’aime pas se sentir seul au monde, on se raccroche à une communauté qui nous soutient ! La seule chose c’est que dans la vie courante, à la banque, quand on fait ses courses.. quand on doit présenter sa carte d’identité, il faut avoir le visage visible ! Même avec un masque de Mickey cela ne passerait pas ! Le voile quand à lui ne gène pas, nous ne sommes pas choqués de croiser des bonnes soeurs !


              • frédéric lyon 27 juin 2009 09:14

                Les droits de l’homme impliquent les droits à la dignité et à l’égalité des femmes, c’est pourquoi le port du voile sera interdit.


                Car le port du voile est bien une discrimination sexuelle, ce qui suffirait à le faire interdire. 

                Mais ce n’est pas tout.

                C’est aussi une négation de l’égalité des hommes et des femmes, car ce sont bien les femmes qui sont victimes de cette privation de leur liberté et de cette négation de leur identité. 

                Personne n’a songé à imposer le port du voile aux hommes, sous le prétexte qu’ils violeraient leur pudeur et qu’ils attiseraient la convoitise des femmes en laissant leurs visages à découvert.

                Pourquoi ce qui serait vrai dans un sens, ne serait pas vrai dans l’autre ?

                Cest aussi un attentat contre la liberté et la dignité des femmes. Comment peut-on vivre normalement sous une bâche ? 

                C’est enfin une insulte pour les femmes qui ne le portent pas, qui sont indirectement accusée d’être sans pudeur.

                Enfin, il faut tenir compte du fait que, contrairement à ce que certaines prétendent, le voile est souvent imposé par la coercition morale et même physique et nous devons songer à protéger celles qui le refusent en l’interdisant purement et simplement.

                En supprimant la cause de ces crimes contre la liberté des femmes qu’est le voile, nous préviendront les crimes de coercition morale et physique. 

                Par ailleurs le voile n’étant pas une prescription de l’Islam, comme nous l’assurent les musulmans eux-mêmes, il n’y a pas lieu d’invoquer une question religieuse pour l’interdire. Il suffit de constater que le port du voile viole les droits d’une catégorie de citoyens.

                • frédéric lyon 27 juin 2009 09:20

                  Il y a un dernier aspect sociologique qu’il faut prendre en compte.


                  Le port du voile est une lutte contre l’exogamie, dans cette optique il est à rapprocher du phénomène de mariage forcée qui menace particulièrement les filles musulmanes qui vivent chez nous, c’est à dire dans une société où elles sont en contact journalier avec des hommes non-musulmans.

                  Le port du voile, comme le retour du mariage forcé, est la réaction d’une communauté endogamique qui veut préserver la pureté de sa race dans une société multiraciale et multiculturelle.

                  • Cathy59 27 juin 2009 14:29

                    Bonjour
                    Je suis d’accords en partie, mais supprimer le voile, ce n’est que faire disparaitre la partie visible de l’iceberg. Je suis de la génération des enfants d’immigrés de la première génération. Mes amies musulmanes ne portaient pas le voile, pour autant certaines ont eu droit au mariage forcé au « blède » les plongeant dans de graves dépressions ! Le remède ? Les rapatrier et les enfermer jusqu’à ce qu’elles aillent mieux !! Si on veut vraiment donner la possibilité aux femmes d’échapper à leur « sort » quelqu’il soit, il faut mettre en place des structures d’acceuil. Il n’est pas possible de s’opposer, et partir pour aller où ? Cela permettrait aux femmes de choisir, car c’est bien cela le problème, avoir le choix. Maintenant apporter de l’aide aux femmes qui le demande, oui, mais prétendre savoir mieux qu’elle ce qu’elles veulent, non ! C’est une porte ouverte à tous les abus !


                  • vinvin 27 juin 2009 21:32

                    Bonjour.


                    (@Cathy59).

                    Merci pour votre réponse directe et explicite a mon post, ( meme si nos opinions divergent....)

                    Mais vous avez des opinions autres que les mienne, ( ce qui est votre droit le plus absolut ), mais ceci est normal, ( vu que vous avez un prseudo finissant par 59, alors que moi je préfère le 51 ! ...).

                    Dans votre premier post vous dite concernant la nudité, a peu près ceci : ( La nudité ? on ne correspons pas généralement aux critère de beautés, donc pas de danger .) fin de citation.

                    Moi je voulais parler d’ un droit, d’ une revendication, ( La beauté ou laideur n’ aillant aucun rapport ou lien, avec le droit ou la revendication réclamé ), car si on accorde des droits qu’ aux gens qui sont beaux, il y a un gros pourcentage de la population mondiale qui ferait alors aussi bien de se suicidée tout de suite !....( Je suis bien placé pour le savoir.....).

                    Il y a déja suffisament d’ injustice et de favoritisme entre les riches et le pauvres, alors si on fait également pareil entre les beaux, et les gens laids, notre monde est perdu d’ avance.

                    Ou bien alors parleriez-vous pour vous ?......

                    Moi pour etre Honnette je dirais que je suis vieux, moche, ( et c*n....) ceci dit en été je serais plus a l’ aise a poil qu’ habillé.....

                    (Notre gouvernement pourrait t-il m’ accorder le droit de suivre la tournée de Johnny a poil cet été, au nom des droits de l’ homme ? ) Vous savez pertinament que non !

                    Donc, a ce moment-là il en est de meme pour la burka, c’ est aussi simple que ça !

                    Et puis souvent les femmes « bachées » que je croisent me donne envie de vomir, ( surtout en été, car la dessous cela suppure, donc il y a l’ odeur,) et puis en plus souvent ces femmes sont pour la plupart assez fortes, on devine sous leurs accoutrements une poitrine forte et tombante, donc malgré que je soit TOTALEMNT CONTRE le port de la burqa, a choisir je préfère encore les voir comme-ça qu’ en « string », sinon je crois qu’ a ce moment-là je dégueulerais carrément mes tripes dans le canniveau !


                    Pour ce qui est de politique, je vous accorde que dans certaines maniffestation les idées politiques des maniffestants s’ affichent pleinement. ( Mais dans les maniffestations politique, c’ est un peu le but du jeu, non ? )

                    Ce que je faisais allusion concernant l’ affichage des opinions politiques de chacun voulait dire en fait ceci : Aurait-on le droit de prendre le métro, se promener dans des parks, ou bien encore avenue des champs élysés avec un Thee-Shirt a l’ éffigie du parti communiste, du FN, ou de l’ UMP ?.....

                    Que m’ arriverait-il si je « déboulais » dans le 93 avec un Thee-Shirt a l’ éffigi du FN ? .....

                    (Vous savez pertinamement que je me ferais tout simplement lynché ou égorgé, n’ est-ce pas ?....)

                    Donc, excusez-moi d’ etre aussi dur, mais je pense que les « Français de souche » qui croisent des femmes « bachées » dans la rue, devraient leur faire subir la meme chose.



                    Bien cordialement.....( Et bonne méditation concernant mes théories !......)



                    VINVIN.



                    • Cathy59 28 juin 2009 09:13

                      Bonjour
                      Alors déjà le 59, c’est parce que j’y vis maintenant,(j’ai fait pas mal de régions), je n’ai même pas de sang Français même si je suis d’origine Européenne.
                      La nudité c’était pour répondre à une personne qui parlait de tolérance à limiter. Le côté pas de danger, c’est considérant les « modèles de beauté » auxquels semblent vouloir s’identifier des femmes (et les hommes aussi maintenant) c’était de l’humour car côté tolérance, l’apparence est justement un critère de sélection, d’où le rapprochement, il s’agit bien du paraitre.
                       Les « français de souche » cela n’existe pas, la France a tellement été envahie dans tous les sens au cours de l’histoire. Même si parfois cela remonte, c’est comme les « vrais américains » en fait ce sont les indiens et non les texans par exemple !
                      Ce qui me gène aussi ce sont les associations, musulman ce n’est pas une origine mais une religion.
                       Les odeurs ? Ben moi ce sont les gens qui s’aspergent de déo ou d’après rasage, bien plus nombreux, qui me font regretter de ne pas avoir de voiture !
                      Les manifs, selon moi, ne sont pas là pour afficher son appartenance politique mais pour défendre des droits .
                      Je ne soutiens aucuns partis mais des valeurs (d’ailleurs cela me choque que l’on crame des pneus c’est super toxique !)
                       La burka disparaitra le jour ou les mecs arrêront de mâter ! C’est presque de l’honnêteté de la part de hommes qui imposent cela, ils n’ont pas non plus les yeux dans les poches et c’est la seule façon qu’ils ont trouvé pour calmer leurs hormones.
                      C’est nul et ça marche même pas puisque vous fantasmer sur comment elles peuvent être ! Et en plus vous semblez bien coroborer la mentalité qui consiste à penser qu’une femme « en chair » ne peut-être belle !
                      Et finalement ce qui vous gène, n’est pas la condition de la femme, mais le dérangement que cela vous procure ! Dans un genre différent, c’est comme si on disait : il faut interdire la violence conjugale car le bruit me dérange quand je regarde la télé !
                      Méditation pour méditation. Cordialement


                      • vinvin 29 juin 2009 01:45

                        Re-Bonjour.


                        Contrairement a ce vous croyez la condition de la femme me gène, mais il ne faut pas oublier qu’ il existe deux catégories de ses femmes :
                        1/ Celles don le port « d’ anciens rideux » est imposées :
                        2/ Celles qui le portent « des anciens rideaux » volontairement, ( suite a un endoctrinement dès leurs plus tendres enfances....).

                        Pour ce qui est de la beauté, j’ espère que vous m’ excuserez, mais les femmes fortes, avec des seins qui ressemblent a des paires de « chassettes » ne me font pas particulièrement B*nder !.....

                        Je ne suis pas contre la tolérance et le partage des cul-tures, mais la tolérance doit aussi avoir certaine limites pour des raison de Laicité, etc....

                        ( J’ ai moi-meme été marié il y a quelques années avec DES ressortissantes Camerounaise, et meme si cela n’ a pas marché entre mes deux épouses, je n’ ai aucun regrets car cela m’ a un peu ouvert l’ esprit sur le plan cul-turel ).

                        (Mais non, rassurez-vous je n’ avais pas épousé les deux en meme temps....)

                        La Première : de Juin 1991- a Janvier 1995.

                        La seconde : D’ Octobre 2003 a Mai 2004.

                        Pour ce qui est de la violence conjugale, vous pensez que cela me laisse indifférent si le bruit ne m’ empeche pas d’ écouter ma télé ?......

                        Excusez-moi, mais vous faite erreur ! 

                        Actuellement je sort avec un jeune femme Camerounaise qui est divorcé, et qui vient récemment de se faire agresser en plaine nuit chez elle par son ex époux. ( Elle réside a 17 Kilomètres de chez moi et son agression ne m’ a nullement importuné vis a vis du bruit,) mais cela ne m’ a pas empeché de l’ accompagnée pour déposer une plainte, et d’ engager une procédure a l’ encontre de son ex époux. Je l’ ai moi-meme menée chez mon avocat, et bien sur c’ est moi qui ait payé, et qui finance la procédure en cours.

                        Alors si vous pensez que la violence conjugale m’ indiffère, excusez moi de vous dire que vous avez une piètre opinion de moi, et qui plus est totalement fausse.

                        Je suis du sud de la France, et ma copine réside en Avignon, moi un village un peu plus loin.

                        La gare la plus proche de chez moi etant la gare d’ Avignon TGV.

                        Alors vous résidez dans le département 59 ?.....

                        Moi je suis d’ un petit village a 25 euros de la gare d’ Avignon ! Mais après les concerts de Johnny a Saint-Etienne, Stade de France, Lyon, je serais en Septembre au Zénith de Lille.......

                        (Vous pouvez pas imaginer ce que sont les avantages du célibat !.....)

                        Je ne pourrais pas faire tous ces concerts en étant marié.......

                        10 Octobre Zénith de Dijon.
                        18 Octobre Nice.
                        22 Octobre retour a LYON.
                        24 Octobre Marseille.
                        02 Novembre le MANS
                        11 Novembre Bordeaux.
                        14 Novembre Zénith de PAU.
                        17 Novembre Zénith Toulouse.
                        22 Novembre Zénith de Clérmond-Férrand.

                        (Sous reserve d’ autres réservations dan d’ autres villes en fonction des place diponibles....)

                        Alors vous savez, les villes je connais, et je deteste croisées dans ces villes des femmes « bachées », donc si vous voulez prendre le parti de ses personnes libre a vous, mais pour ce qui me concerne, lorsque notre Johnny national aura pris sa retraite, soit je ne voyagerais plus en europe, ( mais plutot dans le pays de mes ex,...) soit chez les Exquimeaux sur la banquise, soit je resterais dans mon jardin, avec mon jardin, ma pelouse, mes oliviers, mes rosiers, et mon chat.

                        Croyez-moi j’ ai vécu pendant 11 ans dans une « zone de non droit avec les racailles », donc a présent j’ apprécie beaucoup d’ etre réveillé par le chant des oiseaux. ( ça n’ a pas le meme charme !......)

                        Sachez pour finir que malgré le froid, meme les exquimeaux vivant sur la banquise sont plus heureux que nous, car il n’ y a pas l’ insécurité qu’ il y a dans nos villes par la faute des « mahométans ».


                        Bien cordialement.



                        VINVIN.

                         


                        • vinvin 29 juin 2009 03:29

                          Toujours a votre intention Cathy 59 !


                          Bien sur le sujet de départ est la burka, mais vu qu’ on déborde sur d’ autre sujets, ( comme moi sur mes concerts ou vous sur la violence con-jugale,...) Laissez moi vous dire une chose a propos de la violence conjugale.

                          D’ abord je suis en principe contre la violence, car cela ne résoud aucun problème. Ceci dit lorsqu’ on est agréssé, il arrive que l’ on puisse se sauver, éviter la bagarre, etc.... Mais il arrive aussi que l’ on soit coincé et que l’ on se retrouve dans l’ obligation de nous défendre.

                          Pour ce qui concerne les couples, bien sur on parle beaucoup des femmes battues, j’ en ai connues, ( voir mon post précédent,....) mais il existe aussi des hommes battus.

                          ( J’ ai un ami qui est pompier, et croyez-moi les hommes battus existent aussi, car il m’ en a raconté de bonnes !....)

                          De plus, j’ en ai moi-meme été victime pendant mon premier mariage. ( Ma première épouse buvait et se montrait souvent violente....)

                          La première fois j’ avais essayé d’ éviter les coups en protégent ma tete, un peu comme le font les boxeurs. Bref, j’ avais pris sur moi.

                          La seconde fois j’ avais essayé de faire la meme chose, je protégeais ma tete, mon épouse c’ était mise a viser plus bas....( Pas la peine que je vous précise où, n’ est-ce pas ?.....). Puis elle c’ était armée d’ un couteau de cuisine.

                          Donc, ne pouvant pas protéger a la fois ma tete, ( et le reste....) je n’ avais pas eu d’ autre solution que de la désarmée et de riposter.

                          Je m’ en étais sorti avec une arcade sourcilère ouverte, l’ oeil fermé pendant plusieurs jours, des traces de griffes un peu partout, ainsi que deux coupures superficielles qu’ elle m’ avait faite avec son couteau avant que je ne la désarme.

                          Quand- a mon épouse, elle c’ était retrouvée une semaine dans le service des soins intesifs, avec plusieurs cotes cassées, et un traumatisme cranien agravé.

                          Vous savez, dans la vie, il arrive que nous n’ ayons pas d’ autres solutions que de ce défendre lorsque notre vie est menacée. Et cela que nous soyons un homme ou une femme.

                          (Je connais également une autre camerounaise qui est actuellement en détention, pour avoir poignardé son copain pendant que celui-ci dormait....) Et puis meme s’ il n’ avait pas été endormi, ( je connais la fille pour etre sortie avec elle en 1993,) comment aurait-il fait pour se défendre contre une femme qui mesure 195 cm, et qui pèse 90 Kilos ?.....

                          Enfin bref, tout ça pour vous dire qu’ il n’ y a pas que les femmes qui sont victime de violences.....


                          Bien cordialement.



                          VINVIN.

                          • maharadh maharadh 29 juin 2009 14:18

                            @ l’auteur,
                            Veuillez me pardonner de parasiter votre site , pour mon excuse je n’ai à faire valoir que le thème que vous abordez dans votre article et qui m’a toujours tenu à coeur, je voudrais dire adieu aux quelques habitués de ce site m’ayant manifesté de l’empathie ou non mais ayant toujours respecté mes commentaires comme je pense avoir toujours respecté celles des intervenants de ce forum même si parfois j’ai fait savoir mon désaccord ce qui est quand même naturel dans un forum qui se veut citoyen.
                            Voici les raisons de la suppression de mon compte,
                            Merci de bien vouloir supprimer mon compte pour les raisons suivantes.
                            En effet, je ne suis pas écrivain , ni journaliste mais je ne pense pas être le seul à écrire des articles sans talent mais qui ont à mon sens quand même l’intérêt d’attirer l’attention sur quelques travers de notre société, or que vois-je depuis quelques mois sur agoravox ?
                            - des articles sans intérêt écrit par des personnes qui ne s’expriment jamais sur agoravox et ne font donc pas vivre votre site , des articles reprenant les mêmes thèmes et les mêmes sujets souvent polémiques et appelant à la haine raciale ou du moins ne favorisant pas l’intégration à notre culture et favorisant plutôt le communautarisme.

                            Celà attire énévitablement les extrémistes de tous bords et vous permet pour l’instant de dégager un apport certainement positif en nombre mais à contrario et in fine le solde sera négatif sur votre site dit citoyen, citoyen j’en doute si ne peuvent s’exprimer qu’une certaine catégorie de citoyens.
                            Ne voyez pas dans cette mise au point du dépit ou de la frustration mais simplement une façon d’être , j’ai pris comme habitude cette règle de vie de dire et d’écrire ce que je faitet de l’assumer pleinement.
                            Cordialement,


                            • mithys 29 juin 2009 19:44

                              Être opposé à la burka, ce n’est pas « vouloir libérer un individu contre son gré ».
                              A mes yeux, c’est lui permettre, s’il le veut bien, de prendre connaissance d’informations qui lui ont été cachées, relatives aussi bien aux options religieuses qu’aux options laïques et qui sont susceptibles de lui faire prendre conscience de l’aliénation qu’il a subie, et peut-être de s’en libérer, à moins qu’il préfère persister dans la soumission et l’obéissance, ce qui est son droit.

                              Le rôle de l’Etat, dans une conception non hypocrite de la neutralité, devrait à mon sens se limiter à cette information et à inciter les parents croyants à prendre conscience de leur responsabilité morale lorsqu’ils imposent à leurs enfants, bien que très légitimement, une éducation religieuse unilatérale, confortée par un milieu culturel exclusif.
                              Dans cette optique, soit dit en passant, il faut évidemment empêcher le port de la burka, et faire savoir aux musulmans fondamentalistes qui, à la suite d’une interdiction légale, cloîtreraient leurs femme chez eux, qu’ils sont passibles de poursuites pour séquestration.

                              Certes, « la liberté de religion n’implique pas que chacun doive prendre position par rapport aux religions ou à des convictions », mais chacun doit en avoir la possibilité, ce que j’aurais apprécié que vous ajoutiez, si du moins nous sommes sur la même lingueur d’onde.

                              Actuellement, selon moi, la Constitution, tant française que belge, ne garantit PAS la liberté de conscience et de religion : ces textes ne font qu’exprimer symboliquement une intention, un idéal, un voeu pieu ... En effet, rien n’est fait pour rendre les libertés effectives.

                              Le « respect de la dignité et de la créativité humaines », et, a contrario de son non-respect, c’est-à-dire de la violence, concernent la «  revendication (violente ?) des droits particuliers pour les miniorités qui se sentent humiliées » nécessite en effet de « s’attaquer aux causes profondes ». Je vous soumets mon point de vue :

                              1. génétiquement, et dans un certain contexte culturel et affectif, tout animal humain, du fait de son cerveau reptilien, est virtuellement capable de haine et de violence, à des degrés divers selon l’inné et l’acquis de chacun. Le fait est que cette violence est de moins en moins contenue par par les interdictions religieuses d’antan (« Tu ne tueras point... ».Hélas, le déclin de la religiosité n’a pas été compensé par une éducation « humanisante » d’inspiration laïque : la conscience morale, le sens des valeurs, le respect de l’autre et de sa différence, ..., loin d’apparaître spontanément, ne s’acquièrent que par une éducation dondée sur l’autonomie, la esponsabilité individuelle, l’esprit critique, sur l’apprentissage des limites et du respect, sur l’exemple des éducateurs, sur ds exprériences affectivez, vécues ou suggérées par empathie, parfois a contrario, etc ... Cette morale laïque reste cependant rétive, on la comprend, à tout prosélytisme, et les autorités religieuses et politiques qui leur sont inféodées (cf Sarkozy ...) se gardent bien de laisser pénétrer plus encore un vent libertaire dans les établissements confessionnels ...
                              2. La question fondamentale sous-jacente à la burka, me paraît être celle de la perception que se font ces minorités de la liberté individuelle.
                              Je ne voudrais choquer aucun croyant, en particulier les musulmans, mais lorsque j’entends des musulmanes voilées revendiquer leur « liberté de choix et d’expression », je voudrais leur poser deux questions :

                              a/ Avez-vous eu l’occasion de choisir, à temps, en connaissance de cause, sur base d’alternatives non aliénantes, et donc en toute liberté, soit la soumission à un texte « sacré » mais intolérant et à des traditions aussi inégalitaires qu’inadaptées à notre époque, soit l’autonomie, la responsabilité individuelle, la liberté de pensée, etc … que propose l’humanisme laïque ?

                               

                              b/ Savez-vous que les neurosciences relativisent de plus en plus le libre arbitre ? En effet :

                              - des psychologues, mêmes religieux, ont constaté qu’en l’absence d’éducation religieuse, la foi n’apparaît pas, quelle que soit la religion.

                              - des neurophysiologistes ont observé, par IRM fonctionnelle, que l’éducation religieuse, forcément affective, confortée par un milieu croyant unilatéral, laisse des traces indélébiles dans le cerveau émotionnel, ce qui anesthésie, à des degrés divers, le cerveau rationnel et donc le libre arbitre et l’esprit critique ultérieurs, dès qu’il est question de religion, donc indépendamment de l’intelligence et de l’intellect.

                              - des généticiens ont émis l’hypothèse que, du temps des premiers hominidés, les enfants n’auraient jamais pu survivre si leur cerveau n’avait pas été pourvu par l’évolution de gènes les rendant totalement soumis à leurs parents, et donc plus tard à un dieu.

                               

                              Il en résulte, à mon sens, que chacun et chacune devrait pouvoir réellement choisir de croire OU de ne pas croire. L’école devrait donc compenser l’influence des parents, certes légitime et constitutionnelle, mais unilatérale, par une information minimale, objective et non prosélyte, à la fois sur les options religieuses ET sur les options laïques. Cette saine conception de la neutralité est à la base de la « laïcité philosophique », inconnue en France et occultée en Belgique. Elle devrait renforcer la « laïcité politique » française, et la

                              « neutralité » belge, toutes deux incapables d’assurer un « vivre ensemble » harmonieux et une citoyenneté responsable, puisqu’elles maintiennent le statu quo et favorisent l’incompréhension, le communautarisme, le repli sur soi, l’indifférence, et même l’intolérance.

                               

                              Michel THYS, à Waterloo.http://michel.thys.over-blog.org


                              • mithys 29 juin 2009 20:28

                                Suite et fin de mon intervention :
                                b/ Savez-vous que ls neurosciences relativisent de plus en plus le libre arbitre ? En effet :
                                - des psychologues, même religieux,ont constaté qu’en l’absence d’éducation religieuse, la foi n’apparaît pas , quelle que soit la religion.
                                - des neurophysiologistes ont observé, par IRM fonctionnelle, que l’éducation religieuse, forcément affective,confortée par un milieu croyant unilatéral, laisse des traces indélébiles dans le cerveau émotionnel, ce qui anesthésie, à des degrés divers, le cerveau rationnel et donc le libre arbitre et l’esprit critique ultérieurs, dès qu’il est question de religion, donc indépendamment de l’intelligence et de l’intellect.
                                - des généticiens ont émis l’hypothèse que, du temps des premiers hominidés, les enfants n’auraient jamais pu survivre si leur cerveau totalement immature n’avait pas été pourvu par l’évolution de gènes les rendant tout à fait soumis à leurs parents, et plus tard à un dieu.

                                Il en résulte à mon sens que chacun devrait pouvoir réellement choisir de croire OU de ne pas croire. L’école devrait donc compenser l’influence des parents, certes légitime et constitutionnelle, mais unilatérale, par une information minimale, objective et non prosélyte, à la fois sur les options religieuses ET sur les options laïques. Cette saine conception de la neutralité est à la base de « laïcité philosophique », inconnue en France et occultée en Belgique. Elle devrait renforcer la « laïcité politique » française et la « neutralité » belge, toutes deux incapables d’assurer une « vivre ensemble » harmonieux et une citoyenneté responsable, puisqu’elles maintiennent le statu quo, et favorisent l’incompréhension, le communautarisme, le repli sur soi, l’indifférence, et même l’intolérance.
                                Michel THYS à Waterloo. http://michel.thys.over-)blog.org

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Eric Kaminski


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès