Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’incroyable histoire du trombone rouge

L’incroyable histoire du trombone rouge

Kyle Mac Donald vient de remporter son audacieux pari : échanger un trombone contre une maison. C’est l’histoire d’une idée un peu folle et d’une belle aventure humaine qui a duré un an.

Si vous ne connaissez pas l’histoire étonnante de Kyle Mac Donald et de son trombone rouge, lisez ce qui suit.

Kyle est un jeune Canadien, âgé de 26 ans, qui habite Montréal. Il y a très exactement un an, assis devant son ordinateur, son regard croise un trombone rouge qui traîne sur sa table. C’est à ce moment précis que lui arrive une idée toute simple, mais pour tout dire, géniale.

Il va échanger son trombone à moitié tordu contre... une maison. Il se donne un an très exactement, jusqu’au 12 juillet 2006 (c’est-à-dire mercredi), pour y arriver. Et vous savez quoi ? Son pari un peu fou a abouti : il est aujourd’hui le propriétaire d’une magnifique maison à Kipling, dans la province du Saskatchewan au Canada.

BIGGER AND BETTER

Comment y est-il arrivé ? Tout bête : le principe du jeu, c’était "bigger and better". Il consistait à échanger son trombone, en plaçant des annonces sur Craig’s list, contre un objet d’une valeur supérieure. Le trombone a d’abord été échangé contre un stylo en forme de poisson (à Vancouver), puis un bouton de porte sculpté (Seattle), ensuite un barbecue (Amherst, Massachussets) suivi d’un générateur électrique (San Clemente, Californie).

A chaque fois, Kyle Mac Donald s’est rendu sur place, et chaque échange a donné lieu à un reportage sur son blog. L’occasion de parler de tous ces gens qu’il a rencontrés. Kyle est en quelque sorte revenu aux sources du mot commerce, c’est-à-dire à la communication, à la rencontre humaine, à la découverte de l’autre à travers des objets.

Au fil des semaines et des mois, le Web puis les médias américains s’emparent du projet fou et s’intéressent à l’incroyable pari du jeune homme : CNN, CBC News, les journaux lui assurent une publicité énorme. "J’irais n’importe où dans le monde pour échanger un objet", assure Kyle.

PAS L’ARGENT QUI COMPTE DANS UN ECHANGE

C’est ainsi qu’il va sillonner le continent américain pour une pompe à bière, un skidoo, une camionnette, un contrat avec une maison de disques pour enregistrer un CD, puis une année de location gratuite à Phoenix, et même un après-midi avec son idole le chanteur Alice Cooper.

Et puis voilà qu’il échange la journée Alice Cooper contre un globe de cristal, à l’effigie du groupe Kiss, rempli d’eau et de neige. Une horreur.

Ses fans sont dubitatifs, l’objet coûte moins de 50 dollars. Mais Kyle veut prouver que ce n’est pas la valeur monétaire de l’échange qui importe. Un objet atroce pour les uns peut être un bonheur pour d’autres, qui voudront absolument l’échanger...

C’est le cas. Un acteur de séries américaines Corbin Bernsen, grand collectionneur de globes à neige, propose à Kyle un superbe deal : son globe contre un rôle dans un film (avec contrat à la clé, bien sûr).

Enfin, début juillet, l’incroyable finit par arriver sous la forme d’un courriel : la commune de Kipling échange ce rôle contre une maison fraîchement rénovée (trois chambres, cuisine, salon, salle de bains) au 530 Main Street.

Kyle Mac Donald vient de remporter son pari ;-))) De plus il est nommé citoyen d’honneur du village. Et il invite tous ceux qui le souhaitent à sa pendaison de crémaillère, qui aura lieu le 4 septembre prochain. Son histoire fait le tour de la planète. Sur son blog, ses fans en redemandent : "Allez Kyle, tu ne vas pas t’arrêter là... What’s next ?".

Documents joints à cet article

L'incroyable histoire du trombone rouge L'incroyable histoire du trombone rouge

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (136 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Johan Johan 17 juillet 2006 12:04

    J’adore !

    En colos je fais de rallyes trocs avec les jeunes. Ca leur apprend a parler a des gens qu’ils croisent d’habitude, et a se rendre compte que la politesse paye.

    En general apres une demi journee en partant d’une d’un petit paquet de chips, d’une pomme ou d’une orange, ils arrivent a un peu plus de 100 euros de gains.


    • Jean-Louis Lascoux Prosope 17 juillet 2006 12:10

      Les vieilles recettes fonctionnent toujours...

      Ce qui est échangé ici n’est pas objet contre objet... ni un acte de générosité quelconque de qui que ce soit...

      Un conte soufi, rapporté par Idries Shah, présente une version millénaire de cette « technique » de vente... précisément, l’histoire d’une maison vendue ...

      Ce qui est vendu ici c’est la notoriété qui va de paire avec « l’objet sans valeur », lequel, sous le feu de la rampe médiatique sous laquelle tant de gens ont envie d’être donne toute la valeur à l’échange...

      C’est donc un investissement promotionnel qui est échangé contre une barraque... Le pari n’était pas impossible, bien au contraire...

      Mon opinion ne diminue en rien l’intérêt de ce papier électronique amusant sur les comportements humains. Bien au contraire aussi.

       smiley


      • éric (---.---.183.20) 17 juillet 2006 17:49

        La détermination du prix d’un objet est loin d’être une chose simple.

        Première méthode : le prix de l’objet est déterminé en fonction des coûts de fabrication. C’est la vision comptable.

        Deuxième méthode : le prix d’un objet est celui que veut bien dépenser le consommateur, c’est la méthode commerciale dite du prix « psychologique ».

        Finalement, le prix est la contrepartie de l’utilité que l’acheteur donne à ce bien, que cette utilité soit matérielle ou symbolique. Pourquoi certains achètent des objets de « grandes marques » ? Pour l’image. Un objet est aussi un outil de communication. Votre histoire en est la preuve.


        • mathieu (---.---.188.187) 17 juillet 2006 23:25

          Rien ne poruve qu’il l’est fait inttentionnelement, ce qui veut dire qu’il a pris la grosse tete. Pour etre clair il a eu de la chance d’en arriver la et juste de la chance, maintenant le fait de vouloir se faire connaitre et de dire je savai et je l’aurai, crée son site internet, le pari engager est d’attirer big brother, mais la je crois qu’il risque de ce bruler les ailes. La vanité rend aveugle. Ce que je veux dire c’est qu’il n’y a pas de preuvres d’avoir engagé un Pari, il le dit uniquement sur internet une fois qu’il a fait l’acquisition et non pas un suivi de tout les jours comme le ferai un parieur, vous comprenez ce que je veux dire j’espere ?. Exemple je peut trouver 1 millio de dollard dans la rue et dire devant la tele, "il y a 1 ans j’ai fait le pari de trouver 1 million de dollars, la preuve je l’ai trouvé. Le reve americain sauce big brother pas mal non ?


          • JiPi (---.---.181.78) 18 juillet 2006 14:02

            Je me demande combien vaut maintenant ce fameux trombone rouge ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès