Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’interdiction de la burqa en France : Clarifions tous les aspects du (...)

L’interdiction de la burqa en France : Clarifions tous les aspects du débat

La polémique
 
Le débat sur la burqa, lancé par le député PC André Gerin, divise par delà les clivages droite-gauche.
Le chef de l’Etat s’est exprimé à ce sujet Lundi dernier au congrès de Versailles et a proposé l’ouverture d’un débat qui pourra aboutir à l’interdiction du port de cet habit en France.
 
Ainsi, le gouvernement n’exclut pas une éventuelle loi sur le voile intégral après que des élus de tout bord aient demandé une commission d’enquête sur ce symbole, disent-ils ,"d’oppression des femmes", relançant le débat toujours à vif sur la laïcité.
 
Car ce qui est important de clarifier est que cette affaire ne doit pas être une question d’Islam , ou qui regarde l’Islam, ou les musulmans, mais une question de laïcité et de liberté individuelle.
 
L’Idée de laïcité est toujours controversée, puisque certains Athées et anti-religieux se l’accaparent, oubliant par la même que ses véritables fondements sont le respect et la tolérance vis-à-vis de toutes confessions , la liberté et la facilité, de pratique par les fidèles, au dogme auquel ils croient.

 
Deux poids deux mesures
 
La question de la burqa , ouverte depuis moins de deux semaines est aujourd’hui quasiment légiférée. Etonnant !
Surtout lorsque l’on voit les médias faire une courte page pour dire que des nudistes se sont baladés totalement nus en pleines rues alors que ceci est interdit par la loi . Cela dans une indifférence totale, certains en rigolent même...
 
Pourtant ... ne pourrait-on pas nous demander si ces personnes n’agissent pas sous une influence sectaire .
Ce choix découle-t-il d’une volonté propre, ou n’est-il pas subi ? Sont-ils en totale possession de leur faculté mentale ? Ne risquent-t-il pas d’effrayer des enfants voire de les traumatiser ? Ne se sont-ils pas auto-aliénés ? Ne sont-ils pas forcés ? Par un père ou un frère ??? bon ... Je crois que je vais arrêter là...

 
Le projet de loi
 
 Au-delà des clivages droite gauche, deux écoles s’affrontent :
1) La première préconise une loi contraignante pour imposer une idée intolérable et intolérante , visant à interdire une pratique pourtant très singulière, et ainsi renier la liberté de ces femmes.
2) L’autre juge contre productives, des dispositions risquant de marginaliser une frange extrêmement minoritaire de la population et déjà mal intégrée.
 
Mais, le premier l’emporte puisque seulement trois jours après la demande du député-maire communiste de Vénissieux André Gérin, avalisée par une soixantaine de députés, d’une commission d’enquête parlementaire sur le port de la burqa et du niqab, le porte parole du gouvernement Luc Chatel n’a pas exclu une loi.

 
Le port de la burqa , obligé ou consenti ?
 
D’après Luc Chatel, porte parole du gouvernement « (...) il faut que les signes d’appartenance (religieuse) soient volontaires, ils ne peuvent être imposés notamment aux femmes par d’autres extérieurs à la famille par exemple « .
Je demande à Mr Chatel et à tout autres porteurs de ce même discours, de discuter avec une femme portant le niqab ou la burqa, afin qu’ils constatent qu’elles sont souvent très intelligentes, qu’elles tiennent un discours cohérent sur leur choix et leur décision , fondé sur une réflexion et un cheminement.
 
En effet, Le port de la burqa n’est en aucun cas subi, il résulte réellement d’un choix propre et même très réfléchi, l’aboutissement de recherches assidues, de prières, de questionnements, de lectures d’ouvrages etc....
J’ai d’ailleurs remarqué que ces femmes sont le plus souvent des jeunes filles qui ne sont pas d’origine musulmane, ni arabe et surtout pas afghanes, mais des femmes qui ont choisi l’Islam pour religion, elles sont d’origine européenne, souvent ce sont des françaises qui ont choisi de changer de confession et qui sont plus engagées que la plupart des femmes musulmanes d’origine maghrébine. Ces femmes ont choisi et portent la burqa de leur plein gré.
Font-elles le bon choix ? Nous le verrons dans la continuation de cet article...

 
L’origine de la burqa n’est pas islamique
 
Le port de la burqa n’est pas une prescription religieuse et il s’agit d’une tradition rare chez les musulmans. 
Ainsi Evoquer le sujet de cette façon, par le biais d’une commission parlementaire, risque de stigmatiser l’islam et les musulmans de France.
 
Les représentants du culte musulman le signent et l’affirment : Le président du CFCM (Conseil français du culte musulman) se dit "choqué" par le projet de commission d’enquête parlementaire sur le port du voile intégral qui est pour lui un "phénomène marginal"
 
Le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur rappelle que "le port de la burqa ne répond pas formellement à une prescription de l’islam", tout en prévenant qu’une loi l’interdisant « s’opposera à d’autres lois » comme la liberté d’expression.
 
Il nous explique que la burqa est "une expression vestimentaire ante islamique dans une région bien déterminée, qui est l’Afghanistan". Et regrette sa multiplication, "signe de radicalisation"  : "Nous représentons un islam qui se veut libéral ouvert, qui se conforme à la tradition , la culture, un islam de France pour lequel nous militons".dit-il .
 
En fait, la burqa n’est qu’un habit traditionnel, que nous pourrions comparer au port de la coiffe alsacienne chez nous en France (qui n’est plus porté aujourd’hui à part dans des commisse agricoles ...) il n’y a aucun lien donc avec l’Islam.
Chez les afghans c’est une tradition, et peu de femmes s’en plaignent. C’est un vêtement ancestrale, et surtout un cache misère pratique, pour un peuple pauvre qui n’a malheureusement pas le pouvoir d’avoir une riche garde robe.
 
Les talibans et quelques pachtounes afghans, ont légitimé le port de ce vêtement au nom de l’Islam, or de très nombreuses traditions du prophète (swas) prouvent que le visage de la femme ne doit pas être caché, ni une partie ni la totalité. :
Un exemple parmi tant d’autres, tellement que l’on pourrait en faire un prospectus qu’il serait utile de distribuer dans les mosquées n’est-ce pas... !?
 
Aïcha (raa) (femme du prophète) a rapporté :
« Les femmes croyantes voilées par leurs habits, assistaient à la prière du matin avec le Prophète, puis elles rentraient chez elles sans que personne ne les reconnaissent, tellement il faisait noir. »
La preuve dans ce hadith c’est cette parole :
« sans que personne ne les reconnaissent, tellement il faisait noir. »
S’il ne faisait pas noir on les aurait reconnues et habituellement on reconnaît quelqu’un par son visage.
Ensuite, je suis tombée sur une autre variante qui éclaira
(les autres)  :
« sans que personne ne reconnaisse le visage de l’autre. » (Rapporté par Abou Y’ala dans son Mosnad avec une chaîne de narrateur authentique selon ’Aïcha)
 
L’on voit par ce hadith d’une part que les femmes se rendaient à la mosquée et ceux-ci la nuit (n’en déplaise à certains !) Et qu’elles ne se voilaient pas le visage.
 
Serait-on meilleurs que les femmes du temps du prophète (saws) pour emprunter à des traditions préislamiques un vêtement et pour le légiférer au nom de l’islam ?
 
Après ces dernières informations nous rappelons qu’il est de la liberté de la femme musulmane ou pas d’ailleurs, (puisque les afghanes portaient cette tenue avant l’arrivé de l’Islam) , de se vêtir ainsi. C’est une liberté propre et individuelle.

 
La burqa ou niqab est-il compatible avec l’Islam ?
 
Pour les quelques musulmans qui seront outrés par ce titre ci-dessus, je leur dis : "Non non, attendez , ne zappez pas !"
Et quoi ? ... C’est une question que nous pouvons nous poser en tant que musulmans !
 
L’on sait que , à part quelques exceptions, tous les savants de l’islam sont unanimes. Il n’y a pas de doute que le visage , les mains et pour certains les pieds, ne sont pas à dissimuler chez la femme musulmane.
D’après, Al Qourtoubi le malékite, Al khazin la chaféite, ad Dahak, Al awzai, Ibn qiudama le hanbalite, Ibn Katir,At tabari, Ibn Abbas, cette opinion est celle du jouhour (ensemble majoritaire).
Ce sont aussi des faits relatés par l’autorité des pieux prédécesseurs (as salaf as salih) , pour les savant et exégètes plus récents comme le qadi iyad, ainsi que l’imam ach-chawkani.

Je me permet de rajouter aussi que puisque qu’il est même INTERDIT à la femme de se couvrir le visage et les mains durant le pèlerinage à la Mecque (5 ème pilier de l’Islam), pourquoi le ferait-elle dans la vie de tous les jours ?

 
L’esthétisme en Islam
 
Mais plus important que cela, il faut parler de l’esthétisme en Islam qui tient une place importante puisque est relié à cela, l’image que l’on donne de soi.
Or le musulman et la musulmane, doit être agréable à regarder.
 
Ils représentent la religion originelle de chaque être, et Allah nous a crée beau et il est l’attribut même de la beauté, de la splendeur,.
Comme nous l’avons vu dans l’article, « la purification de l’âme », le but de chaque croyant, est de se conformer à ce qu’est Dieu.
Il est l’amour, le généreux, le miséricordieux, l’éducateur, le patient, le doux. Nous devons être le reflet de Dieu sur terre, c’est la notion de tawhid, la croyance en l’unicité de Dieu.
 
Même si l’islam prohibe à la femme tout apparat envoûtant, il lui défend aussi la répugnance et la laideur.
Notre apparence doit être à la fois jolie et décente . C’est une règle importante dans la religion musulmane et L’islam n’interdit pas la coquetterie mesurée, l’embellissement mesuré, et chacun connaît ses limites , et quand il les dépasse.
 
L’Islam c’est le juste esthétisme. Il n’y pas d’islam laid . Or bien que les goûts soient différents, il est clair que l’aspect de la burqa ou niqab, a deux éléments qui ne jouent pas en sa faveur.
1) Le fait qu’il soit inesthétique,
2) et qu’il attire la curiosité du regard mais pas dans le bon sens du terme. C’est-à-dire que cette forme vestimentaire rebute, effraie même des personnes musulmanes, pratiquantes, dont certaines portent le foulard couvrant seulement les cheveux.
 
Lapparence est aussi une dimension de dawa, c’est à dire que c’est aussi une forme de démonstration de l’islam et de son éventuelle propagation. Or comment inviter à l’islam, des gens instruits, par un accoutrement si sombre ?

 
La burqa une dimension d’une pratique radicale
 
Le port du voile intégral ou niqab en France, très marginaux, sont l’expression d’un islam que l’on pourrait qualifier de « puritain » ou « ritualiste » en réaction à l’occidentalisation de la société.
Cette version très rigoriste concernerait environ 5000 personnes en France dont 2500 femmes sur plus de 6 millions de musulmans ; selon les enquêtes les plus récentes.
Selon Samir Amghar, chercheur à l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), la progression du mouvement en France s’explique par l’arrivée de salafistes algériens, anciens militants du FIS (front islamique du salut) et par l’influence de jeunes musulmans qui ont fait des études en Arabie Saoudite ou au Yémen, où cette branche de l’Islam est majoritaire.
 
La plupart d’entre eux en France sont "juvéniles", il ont entre 15 et 35 ans, et communiquent activement via Internet sur toutes les informations et directives religieuses venues d’Arabie saoudite .
Arborer une grande barbe pour les hommes, le voile intégral pour les femmes est une sur-affirmation du statut de musulman, dans un environnement où ils se sentent exclus .

 
La burqa, une certaine hygiène de vie
 
Il faut rajouter que la burqa n’est pas seulement un vêtement mais est un élément d’une hygiène de vie.
 
Ces femmes suivent une voie radicale de l’islam, interprétant la révélation coranique, et certains hadiths (traditions du prophète) d’une manière très littérale, et dangereuse parfois. Les femmes qui décident de porter cette tenue font au préalable de nombreux autres choix.
Dont un serait de se détacher de cette vie, ou du monde en général, croyant qu’il n’est pas compatible avec leur foi, en raison de ceux auxquelles, elles pourraient être spectatrices (nudité à travers publicité, ou musique, images diverses).
 
Elle se décident à vivre l’ascèse, en restant chez elles et élever leurs enfants. Elles pensent à tort que leur maison, leurs enfant, et leur mari, ne font pas parti des biens de cette vie.
Or les plaisirs de ce monde résident tout autant à l’intérieur de leur maison sinon plus et l’on peut être parfois trop attaché à ses enfants, au ménage, à la cuisine, et donc tout autant s’éloigner de la foi et de Dieu, comme le serait une personne active dans la société, trop dépendante du matériel, (voiture, argent, travail ect...).
 
Ces femmes parfois, s’interdisent de se rendre à la mosquée ou de sortir en général, de conduire, travailler, ou aller au restaurant, suivant des idées de savants que j’appelle « agités ».
 
Elles font le choix de s’interdire un possible épanouissement, extérieur de leur maison ; pensant que, celui-ci correspond à la dounia, ( la vie terrestre), incompatible avec leur foi, ainsi que des plaisirs de la vie simple que jamais l’Islam n’a interdit, bien au contraire .
Plusieurs Hadiths ( tradition de prophète) visent à démontrer, que participer à cette vie et en tirer de la joie n’est pas contradictoire avec sa foi ni même avec l’ascèse.
Seraient-ils meilleurs que les prophètes, ceux qui s’interdisent les rires et les joies ?
 
Cela me rappelle un hadith (tradition du prophète) que je cite aux jeunes frères et sœurs musulmans qui dans le dynamisme du réveil de leur foi, désireraient se priver et s’imposer une pratique contraignante :
 
Il a été rapporté qu’au temps du prophète (saws), trois hommes vinrent voir le messager de Dieu.
L’un dit, « Pour Dieu, je choisis de jeûner chaque jour de ma vie »
Le deuxième dit :   » Pour Allah, je prierai toute les nuits entières, m’empêchant de dormir, et ceci toute ma vie »
Le troisième dit : « Pour Dieu, je resterai chaste, ne me marierai pas, et m’interdirai la sexualité et ceci toute le long de ma vie »
Au prophète (saws) de leur répondre : « Pour Allah, Je mange le jour, je dors la nuit, et j’ai des rapports sexuels avec ma femme. »

 
La burqa , une expression de foi temporaire ...
 
 La burqa (voile intégral) et le  niqab, (voile intégral laissant paraître les yeux) sont des formes vestimentaires rares, et je le pense et je le souhaite aussi, temporaires. Cette tenue peut être l’objet d’une cheminement spirituel, d’un djihad intérieur, un choix de durcir sa pratique, pour par la suite, revenir à une pratique plus modérée, tout en gardant l’expérience spirituelle, et la grandeur de foi acquise durant cette retraite. Pourquoi pas...
 
Ces jeunes femmes voient souvent en l’Islam, un chapelet d’interdits, de licites et d’illicites, or l’islam n’est pas fait que d’interdits et d’autorisés.
 Au contraire, il y a peu d’interdits, beaucoup d’autorisés, et surtout énormément d’ambiguës et d’équivoques, sur lesquels on se basera donc sur sa rationalité, son jugement propre pour agir ainsi en liberté.
L’islam est fondé sur l’exigence de l’intelligence humaine, sur le droit à l’erreur, l’effort de réflexion et l’esprit d’initiative.

 
La burqa et la reconnaissance d’identité , quelles solutions ?
 
L’interdit de la burqa en France n’est pas utile, car je le répète ce sont des formes vestimentaires rares et temporaires.
D’ailleurs de nombreuses organisations musulmanes hostiles à une réglementation et diverses personnalités de droite et gauche se sont interrogées sur l’opportunité de la proposition Gerin.
Martine Aubry au PS a invité à éviter les solutions « simplistes » estimant que si une loi interdisait la burqa, les femmes concernées seraient cloîtrées chez elles (nous avons vu qu’elle n’a pas tort)
Chez les verts, la secrétaires générale Cécile Duflot a estimé que le risque d’une interdiction brutale est que ces femmes disparaissent de notre rue et qu’il faut au contraire leur donner accès notamment à l’éducation.
 
Mais nous ne pouvons nier qu’il existe des problèmes d’identification dans certains lieux, pour une femme désireuse de porter cet habit.
Ainsi l’idéal serait de demander à retirer la burqa (l’espace de quelques minutes) dans les cas où la reconnaissance de l’identité est obligatoire tel que la présentation dans un bureau de vote, un mariage, l’entretien d’embauche, certains métiers, demande ou renouvellement de carte d’identité, passeport, permis de conduire. La femme aurait la possibilité de demander à le retirer devant un représentant de sexe féminin, (chose que l’on pourra lui refuser si il n’y a pas de femmes disponibles dans le service)
 
Une autorisation serait donnée à toute force de l’ordre et service de surveillance, de magasin, aéroport, gare, de demander le retirement de la burqa, pour une inspection et reconnaissance de l’identité avec présentation de papier d’identité, en cas légitime, de suspicion, de larcin, vol, troubles divers, et autres ...
Vous me direz qu’il y aura un jour ou l’autre, abus ? C’est possible.... Mais Comment l’éviter ? Si Dérive, libre à la victime de déposer une plainte, ce qui est la procédure légale en France

 
Obama : une vision différente
 
Dans son adresse au monde musulman, le 4 juin, Barack Obama, sans jamais citer la France ou d’autres pays, a ainsi défendu le port du voile pour les musulmanes vivant en Occident, au nom de la liberté, critiquant ainsi les pays qui dictent les vêtement qu’une femme doit porter.
Ce à quoi Nicolas Sarcozy avait répondu qu’il se sentait totalement en accord, et affirma : « En France une jeune fille qui veut porter le voile peut le faire « 
(Le blog "ouktiasma" étudiera prochainement de plus près le discours de Barack Obama à l’occasion de son voyage au Caire)

 
Conclusion :
 
Le voile intégral est un réflexe identitaire, très minoritaire des musulmans de France.
Les parlementaires n’ont donc pas à se mêler de cette affaire, car celui-ci est et restera très marginal en France.
C’est aux musulmans d’expliquer à cette petite frange de la communauté, les aspects que nous avons cités (des origines non-islamiques, les inconvénients liés, la compatibilité de l’ascèse avec le monde actuel)
 
Je rajouterai qu’il ne faut pas prendre les membres de la communauté musulmane pour des abrutis. Et je m’adresse tant au non-musulmans qu’aux musulmans.
Les musulmans en France sont instruits, et savent majoritairement faire la part des choses. Pour ce qui est du reste ce sont des minorités. Pourquoi mettre en valeur ce qui est minoritaire ?
Il y aura toujours une catégorie de personnes qui se cherchent, entre amour de Dieu, et amour de soi, et qui un jour finissent pas comprendre, que s’aimer correctement c’est aimer dieu, et qu’aimer Dieu c’est s’aimer soi.
 
Mais il faut parfois du temps pour comprendre que notre corps est un dépôt, que retrouver son esthétique naturelle c’est retrouver sa nature originelle, et c’est respecter sa créature par amour du créateur.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

150 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 31 juillet 2009 14:09

    La burka évite la discrimination au fasciès. Tous les bien pensants bobo-gochos-UMP devraient au contraire penser à sa généralisation. Grâce à la burka, il n’est plus possible de discriminer pour un emploi de réceptionniste les filles qui ont des boutons ou les dents mal plantées.

    L’assimilation forcée est une trés mauvaise chose car elle interdit à ceux que nous avons invité de vivre selon leurs coutumes. Leurs droits fondamentaux sont baffoués par les mêmes qui se réclament des droits de l’homme. C’est d’un comique ! On est en pleine contradiction idéologique. D’une part, au nom de principes aussi arriérés que les droits de l’homme ou le droit d’asile on donne tous nos bénéfices sociaux à n’importe quel immigré qui se présente à Roissy, d’autre part on voudrait qu’il ne s’habillent pas comme ils en ont envie et qu’ils n’aient pas plus d’une femme. Le maoïsme n’est pas loin. Pour maintenir le principe d’égalité tout en évitant ce qu’ils perçoivent comme une dérive, les bien-pensants vont définir trés bientôt un catalogue de costumes républicains avalisés par la préfecture.

    L’immigration de peuplement voulue par les députés condamne le peuple français à la disparition par dilution et métissage. Braquer l’opinion sur une question vestimentaire est hypocrite et ne sert qu’à éviter une discussion de fond sur l’immigration dans notre pays et la nécessité d’un référendum.


    • Internaute Internaute 31 juillet 2009 14:12

      Le même Guérin qui s’oppose à la Burka fait partie du courant politique qui a favorisé l’arrivée de millions d’africains sur notre sol. De quoi se plaint-il ? Il ne manque pas d’air celui-là.


    • Pépé le Moco 31 juillet 2009 23:27

      @ internaute(xxx.xxx.xxx.247),

      Bravo ! Quel axiome : « Grâce à la burka, il n’est plus possible de discriminer pour un emploi de réceptionniste »

      1ère question subsidiaire : « Ce postulat est-il valable pour un emploi de Président de la République, de P.D.G., d’ingénieur, de secrétaire ou encore de technicien de surfaces ? Le niqab suffit-il à décrocher un tel emploi ?

      2ème question : L’ »assimilation forcée« est-elle référencée dans les lois de la 5ème République ? (Si oui, précisez).

      3ème question : Quelles sont vos connaissances en matière de droits fondamentaux et notamment ceux des Droits de l’homme ? Qu’entendez-vous par principes arriérés ? (Veuillez expliciter).

      4ème question : »Le droit d’asile" vous semble-t-il une pratique d’un autre temps ? (n’hésitez pas à faire part de vos expériences et de votre analyse)

      5ème question : Qu’entendez-vous par principe d’égalité et disparition par dilution et métissage ? (Réflexion libre)

      6ème question : Qu’entendez-vous par laïcité ? (Explicitez et développez)

      7ème question (Conclusion) : Que faites-vous pour remédier à de tels problèmes ? (analyse personnelle et proposition de solutions)

      Dans l’attente de votre écrit, il vous sera peut-être envisageable de réfléchir sur le contenu de l’article de Laura Asma. Et un échange sera peut-être possible !

      Bien cordialement.


    • Massaliote 3 août 2009 10:25

       

      A tous les bénis ouis-ouis et les couilles molles qui semblent s’être si bien reproduits : Prenons garde de ne pas nous réveiller un jour prochain en mesure de devoir dire :

      « Maintenant , je suis enchaîné à mon lit
      Je suis dégoûté par l’erreur de mon peuple et leur culpabilité
      Dégoûté des conseils stupides qu’ils ont suivis après avoir compris
      Dégouté des reproches qui poussaient vers la voie juste et que personne n’a choisi
      En effet , si seulement mon peuple avait suivi les sages
      Ils n’auraient rien transgressé
      1 et n’auraient pas été la cause de tant de mal.
      Mais ils ont suivi le trompeur
      Et le peuple sanguinaire a frappé nos foyers comme des serpents

      Les fous ont démoli le raisonnement des gens intelligents
      Et notre cause a été perdue sans pouvoir être récupérée. »
      Abu Rafi, chef des juifs de Khaïbar


    • chat noir chat noir 31 juillet 2009 14:11

      En effet, il me semble absurde d’interdire le port de la Burqa au nom pour « lutter contre l’oppression de la femme ». Si ces 350 femmes de France choisissent librement de se vêtir ainsi, c’est leur droit. Par contre, il est plus opportun d’interdire ce vêtement au nom de la sécurité publique qui veut que chaque individu sur la place publique doit être identifiable à tout moment (sauf les exceptions établies par la loi)


      • sleeping-zombie 1er août 2009 11:19

        Si tu savais le nombre de personnes que je croise en ce moment et qui portent des lunettes de soleil les rendant in-identifiable... c’est a se demander comment-que-ca-se-fait-qu’il-y-a-encore-des-banques-d’ouvertes...


      • Christian Delarue Christian Delarue 31 juillet 2009 14:22

        Un mécréant (1) qui respecte les humains, pas les fétiches !

        Autrement dit : aimer les hommes, haïr les oppressions (Sartre et Ziegler).

        Voici le commentaire de J Ziegler à propos de la formule de Jean-Paul Sartre. Quand Sartre disait « Pour aimer les hommes, il faut haïr ce qui les opprime », tout est dans ce « ce ». La réaction n’est pas dirigé contre un groupe d’hommes ou des individus mais contre les mécanismes de l’oppression.

        Hors du strict respect des êtres humains, il a sans doute des valeurs à respecter, mais ce sont d’abord les humains qui doivent être respecter. Placer la dignité humaine en premier est essentiel . Il ne s’agit pas pour autant d’un humanisme béat. L’humanisme véritable est de combat. Car il n’ignore pas que tout humain est pris dans des rapports sociaux de domination. Cela conduit nécessairement à ne pas tout accepter des pratiques humaines. Mais les modalités de résistances et de changement sont aussi importantes que le but.

        Une première distinction essentielle à constamment répéter pour ne pas l’oublier est la critique des actes des humains mais la valorisation de leur dignité humaine radicale . En ce sens on peut parfaitement critiquer la kippa ou le voile et même la religion - par exemple son discrours qui survalorise la respectabilité de la musulmane voilée - mais néanmoins respecter les personnes qui portent ces pratiques. Donc ne pas les injurier, les frapper ou même refuser de les saluer. A la loi de déterminer dans quel lieu telle ou telle pratique n’est pas tolérable.

        Par ailleurs, les valeurs à respecter sont celles qui accroissent la liberté, l’égalité, l’adelphité et la laïcité et donc la paix des communautés humaines. Mais dès que l’on approfondit l’équilibre à respecter entre ces valeurs républicaines on se trouve face à des conflits et à des positions de pouvoir. Il convient de procéder à de nouvelles distinctions . Il y a comme première distinction les conflits entre humains avec la subdivision des simples conflits de relations humaines et celles des divers rapports sociaux, de classes, de genre, de « races » (pour enlever les guillemets disons de racisation) et comme seconde distinction les conflits entre les humains et tous les dispositifs abstraits qui les surplombent.

        Mais ces dispositifs peuvent être ambigu, à la fois aliénant et émancipateur ou à tout le moins protecteur. Les religions apportent sans doute des consolations appréciables aux croyants ; elles mettent surtout Dieu au-dessus des hommes nécessairement de moindre dignité. Mais il n’y a pas que la religion à agenouiller les humains. Les grands dispositifs technico-juridiques qui suivent et contrôlent les procès de travail dans les structures productives participent de la réïfication humaine au travail. A contrario, un code du travail sera perçu comme plutôt protecteur pour les travailleurs salariés même si certains éléments permettent de reproduire l’exploitation de classe et la domination globale. De la même façon, les symboles de la nation tel la Marseillaise, le drapeau deviennent des fétiches à abattre lorsqu’ils ne correspondent plus à un contenu révolutionnaire. Par contre la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité peuvent avoir plus aisément une dimension émancipatrice car leur conjugaison à suivre Ernst Bloch implique une certaine dynamique d’émancipation humaine.

        Christian Delarue

        Siffler la Marseillaise en mémoire du 17 octobre 1961 !

        http://lgvsite.canalblog.com/archives/2008/10/19/11009711.html

        1) LES BLASPHEMES DU MECREANT
        Blasphème, démocratie et émancipation : un sujet délicat

        http://www.europe-solidaire.org/spip.php ?article6596


        • Fergus fergus 31 juillet 2009 14:45

          Beaucoup d’arguments, pour ne pas dire d’arguties, autour d’un phénomène qui doit impérativement être tué dans l’oeuf.

          Il est en effet intolérable que des femmes, et cela quelles que soient leur motivations ou les contraintes qu’elles subissent, imposent à tous un vêtement extrêmemement agressif car voilant le visage.

          Sans compter les risques sécuritaires qui ne manqueront pas d’apparaître lorsque cette pratique sera plus répandue : comment savoir qui se cache derrière une grille ? Ne pourrait-il pas y avoir, non seulement des femmes, mais des hommes mal intentionnés porteur par exemple d’explosifs facilement dissimulés sous les voiles ?

          Non, définitivement non à la burqa ou au niqab ! Et la comparaison avec la nudité n’a guère de sens, car si elle peut en effet choquer tel ou tel, elle est naturelle contrairement à l’enfermement d’êtres humains dans une prison ambulante !


          • sleeping-zombie 1er août 2009 11:26

            t’interdis aussi de rabattre sa capuche sur la tête quand il pleut pas ?
            J’aime bien ta façon de voir les choses : « JE me sens agressé donc ILS doivent changer de comportement ».

            Quand aux porteurs d’explosifs dissimulés sous les voiles... Mais tout va bien voyons ! on est en vigi-pirate rouge ! y a des cranes-rasés porteurs de fusil d’assaut qui patrouillent dans les gares parisiennes (métro compris ?). 4 par 4. armés jusqu’aux dents et prêts a bondir....


          • mcm 31 juillet 2009 14:55

            Ouais encore les arguties du genre la burqa ne serait pas islamique mais interdire la burqa stigmatiserait les musulmans !

            Ou encore une infime minorité serait concerné donc il ne faudrait pas agir !

            Et bien le loukoum sur le gâteau lors de la conclusion :

            Les parlementaires n’ont donc pas à se mêler de cette affaire, car celui-ci est et restera très marginale en France.

            C’est aux musulmans d’expliquer à cette petite frange de la communauté, les aspects que nous avons cités

            Français vous avez bien entendu, ce n’est plus à vos élus de décider, mais les musulmans décideront à votre place de ce qui est bon pour la France !


            • Fergus fergus 31 juillet 2009 16:42

              A propos d’arguties, Dalil Boubakeur vient de décrocher la palme du plus faux-cul de la semaine en se jetant sur le chiffre aussi farfelu que délirant qui vient de nous être jeté en pâture. Un si petit nombre de femmes porteuses de ces cages ambulantes ne justifierait pas, selon lui, d’initiative parlementaire.

              Le même Boubakeur qui affirmait exactement le contraire il y a quelques semaines en soutien du lancement de la Commission d’enquête parlementaire.


            • abdelkader17 31 juillet 2009 19:16

              @MCM
              Les élus Français vont chaque année se prosterner au Crif, le chef de l’état est un allié indéfectible de l’état sioniste.
              Pour l’instant les musulmans ne décident de rien c’est plutôt la frange d’extrémistes americano sionistes qui trust le haut du pavé en France et les Français n’ont pas leur mot à dire.


            • mcm 31 juillet 2009 19:34

              Hé oui Abdelkader, et malgré la jalousie qui vous ronge, ça va s’aggraver, plus les Français auront affaire aux musulmans et plus ils aimeront les juifs.

              Je vois même un jour venir où les Français iront prendre conseil chez Tsahal pour nettoyer le 93.


            • abdelkader17 31 juillet 2009 20:12

              @MCM
              c’est déjà fait

              Les chefs de la police israélienne, Gideon Ezra et Moshe Karadi, ont quitté leur pays dimanche à destination de Paris, à l’invitation de Nicolas Sarkozy qui veut profiter de leur «  expérience » en matière de « maintien de l’ordre ».

              La police israélienne, et pas seulement l’armée, est un élément actif de la répression des Palestiniens. En octobre 2000, c’est elle qui a assassiné en toute impunité 13 citoyens Palestiniens Israéliens désarmés, qui protestaient, en Israël, contre la répression sanglante opérée par l’armée dans les territoires occupés. Des dizaines d’autres avaient été blessés, par balles notamment.

              Le quotidien Haaretz, qui donne l’information, ajoute que les deux chefs policiers (l’un est ministre de la Sécurité Publique, l’autre Haut Commissaire de la Police) doivent rester quatre jours en France, où ils auront des entretiens avec Sarkozy et ses collaborateurs, sans oublier de passer en revue des unités de CRS ou gendarmes mobiles.

              « On s’attend qu’Ezra et Karadi apportent à leurs homologues français la leçon qu’ils tirent de la répression des émeutes dans leur propre pays, dont les événements d’octobre 2000 », écrit Haaretz.

              « Il se dit que la partie française est vivement intéressée par le savoir-faire israélien en la matière », ajoute le quotidien israélien.

              Des thèmes de coopération plus approfondie entre les services de police des deux pays seront également abordés, poursuit le journal.

              Le journaliste israélien fait ironiquement remarquer que cela pourrait aboutir à un téléscopage. En effet, la justice française a lancé un mandat d’arrêt international contre le milliardaire israélo-franco-russo-angolais Arcady Gaydamak, impliqué dans un trafic d’armes.

              Après avoir observé un profil discret, où il n’acceptait de se montrer que dans son fief de Moscou, Gaydamak est apparu au grand jour ces derniers temps en Israël, où il vient de prendre officiellement la présidence du club raciste d’extrême-droite Bétar de Jérusalem. Il parle même de participer aux prochaines élections législatives.

              Mais on peut faire confiance à Sarkozy pour ne pas mettre en œuvre les décisions de la justice française, et ne surtout pas demander à ses amis israéliens l’extradition du mafieux Gaydamak.


            • mcm 31 juillet 2009 20:37

              Eh oui Abdelkader, même mal même remède. Pourquoi vous étonnez vous de ce qui est très logique ?

              D’ailleurs dans quelques années on verra certainement des résolutions de l’ONU contre la France, pour l’emploi de Bombes au phosphore dans les territoires occupée du 93 et des quarters nords de Marseille.


            • abdelkader17 31 juillet 2009 20:46

              Dans le 93 il n’y a ni check point, ni soldat criminel sioniste,seulement quelques territoires pourris abandonnés par l’état ou quelques jeunes acculturés jouent aux gangsters noirs américains.


            • mcm 1er août 2009 12:59

              « quelques djeunes acculturés »

              Vous êtes sûr qu’ils sont tous jeunes et acculturés ? Moi je me suis laissé dire qu’au contraire ils avaient tous une même culture de paix de tolérance et d’amour !


            • Toa Dumond 31 juillet 2009 14:58
              Burqa ou niqab : 367 scandales ! Communiqué de Jacques Myard (UMP)
              L’internaute qui nous transmet ce communiqué l’accompagne des remarques suivantes : "Excellent , mais le fond du problème n’est pas la Burqa, partie émergée de l’Iceberg ; le noeud gordien, c’est l’islam. Nous sommes en guerre comme en 1933-38, mais on hésite à désigner l’adversaire, on le ménage, on espère un deus ex machina qui ne viendra pas. C’est Munich tous les matins. Et puis, il y a le pétrole !... Hitler aussi relançait la machine économique, cela arrangeait beaucoup de monde... On le découvre encore chaque jour. Tout cela finira très mal, peut-être pire qu’en 1940 ! Car la Cinquième Colonne est au coeur de notre pays et de notre armée, démolie en 1962 par le Grand Diviseur Commun. (Menahem Macina).

              http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-16894-134-6-burqa-niqab-367-scandales-communique-jacques-myard-ump.html


              • manusan 31 juillet 2009 15:37

                Si le foulard n’était qu’une façon de s’habiller, il ne poserait pas problème. Mais le foulard islamique, sous toutes ses formes, est une façon d’affirmer qu’une jeune musulmane, pour être fidèle à sa religion, doit le porter. Il s’agit donc d’une pression sur celles qui jugent bon de n’en pas porter. A ce titre, il ne peut être toléré.


                • Daniel Topper 31 juillet 2009 15:39

                  @ l’auteur

                  Blablabla ! Ce n’est pas en faisant jouer l’islam (du beau) contre l’islam (du laid) que vous pourrez prétendre à une analyse. Au lieu de spéculer indéfiniment sur les bonnes ou mauvaises motivations (et leurs influences) de ces femmes-fantômes, il y a plutôt lieu de se dire ceci : je ne veux pas de tels accoutrements dans l’espace public parce qu’ils me signifient directement et brutalement que je ne suis pas digne de les regarder. Ce n’est certes pas une question de droit, mais c’est une question de morale, ce qui est tout aussi grave...


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 31 juillet 2009 16:22

                    Voile et burka ne sont pas des signes religieux portés par une personne mais des objets visant à masquer totalement ou partiellement la personne, à en faire un OVNI, un objet voilé non identifiable.

                    Le problème devrait être réglé de la même façon que le port de la cagoule.

                    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-signes-religieux-dans-l-espace-985


                  • Fergus fergus 31 juillet 2009 16:52

                    Pas d’accord, Pasou : les musulmans peuvent vivre où bon leur semble, y compris en France. A condition qu’ils n’imposent pas chez nous, le plus souvent du fait de courants salafistes, des accoutrements attentatoires aux femmes et agressifs aux yeux de nos concitoyens.

                    Pour ce qui est du foulard, je ne vous suis pas en revanche, tant qu’il n’est pas porté par des employées ou des élèves au sein d’une structure publique où tout signe d’appartenance religieuse doit être banni. De plus, le foulard n’est pas un objet agressif et il n’est que le prolongement du foulard bien de chez nous sans lequel nombre de femmes catholiques n’auraient pas mis les pieds hors de chez elles il n’y a pas si longtemps.


                  • katalizeur 31 juillet 2009 22:29

                    @ pasou
                    c’est qui le nous ?

                    la France est comme ça si elle te plait pas tu peux retourner a tel aviv ou haiifa.....personne ne te retient....bon vent


                  • L'enfoiré L’enfoiré 1er août 2009 15:54

                    Fergus,
                     Bon, la burqa n’est pas une question de religion pour suivre l’islam.
                     C’est quelque chose que l’on porte volontairement.... ok
                     Tournons le problème à l’envers.
                     Les nudistes, où se trouvent-ils ?
                     Dans des camps de nudistes.
                     Faudra-t-il un jour créer des camps de porteurs de burqa ?


                  • Fergus fergus 2 août 2009 18:55

                    Salut, l’Enfoiré.

                    En admettant que l’on en vienne là, je suggère que ces camps soient contigus aux camps de nudistes, de façon à ce que les porteuses de burqa adeptes du naturisme et à poil sous leur prison mobile puissent passer d’un camp à l’autre en un clin d’oeil, juste le temps de se débarrasser de leur enveloppe carcérale. 


                  • Mohamed Pascal Hilout Mohamed Pascal Hilout 31 juillet 2009 15:52

                    Chère Laura,

                     

                    Dès la première phrase, vous avez tout faut. Votre prémisse étant erronée, les raisonnements ultérieurs ne pourront pas la corriger !

                    Le port du voile intégral ne divise pas : les femmes, les musulmanes, françaises ou pas, méritent mieux ! Ces prisons ambulantes, ces linceuls hideux ne sont pas et ne seront pas les bienvenus sur le territoire français.

                    La multitude des couleurs que vous donnez à votre texte ne réussiront pas à nous les embellir


                    • Polemikvictor Polemikvictor 31 juillet 2009 16:08

                      Si je m’adresse à une femme en Burqua seulement vetu de mon etui pénien ( je milite pour les droits des peuples premiers ), me prendra t elle dans ses bras au nom de notre combat commun pour la liberté  ?


                      • Arunah Arunah 1er août 2009 07:34

                        @Polemikvictor

                        Probablement pas ! 
                        Ne prenez pas vos désirs pour des réalités ! Mais votre accessoire fera bien rire les enfants - attendez-vous toutefois à quelques quolibets...
                        Et... êtes-vous sûr de trouver votre taille sous nos latitudes ? L’approvisionnement est - paraît-il - très irrégulier...
                        Mais surtout vous risquez de vous faire tabasser - ou pire - par le propriétaire du porte-bâche... 


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 31 juillet 2009 16:18
                        « L’idée de laïcité est toujours controversée, puisque certains Athées et anti-religieux se l’accaparent, oubliant par la même que ses véritables fondements sont le respect et la tolérance vis-à-vis de toutes confessions , la liberté et la facilité, de pratique par les fidèles, au dogme auquel ils croient. »

                         
                        NON. La laïcité c’est précisément la liberté de conscience, + la liberté des cultes, + la séparation des Eglises et de l’Etat. Les incroyants n’ont pas à respecter des dogmes qu’ils jugent absurdes ou dangereux, simplement à respecter la liberté de croire à ces dogmes. Ils n’ont pas davantage à faciliter la pratique, et refusent avec raison de financer des lieux de cultes.

                         


                        • fouadraiden fouadraiden 31 juillet 2009 16:42


                          Franchement Asma t’as rien trouvé d’autre comme sujet de thèse que la Burqua ( la photo est très bandante qd la femme burquée est jolie) ?
                           
                           tant que vs parlerez du voile , de la burqua ou des slips que portent les quelques beurettes trioclores en solidarité avec leurs frères et leurs pères , vous ferez le jeu des sociétés d’accueil pour qui la présence de millions de Magrhébins est vécue comme un douloureux problème d’immigraion .

                          qd elle , la société majoritaire occidentale, vous parle de burqua et de voile, il faut lui répondre : ininsertion sociale, échec scolaire, incarcération et discrimination des populations « musulmanes ».


                           


                          • sylvie 31 juillet 2009 16:56

                            Si vous pouviez nous lacher la grappe avec ce sujet qui comme la grippe aviaire n’est évoqué dans aucune conversations ce serait bien, moi des burka je n’en ai presque jamais vues alors bon...


                            • Polemikvictor Polemikvictor 31 juillet 2009 17:25

                              Aller à bondy (93140), au supermarché Carrefour de Rosny2, vous en verrez et pas comme celle de la photo qui à été fabriqué pour la circonstance.


                            • Gio 31 juillet 2009 17:21

                              Laisser les femmes « libres » de porter « librement » la burqua !? S’il y a vraiment liberté de le faire, admettons ...

                              MAIS je demande réciprocité :
                              - Etre libre de pratiquer ouvertement les cultes israelite, chrétiens et donc le culte catholique dans l’ensemble des pays musulmans, Arabie Saoudite incluse bien sûr.
                              - Etre libre d’ouvrir temples, synagogues et églises dans ces pays.
                              - Etre libre d’enseigner ouvertement ces religions dans ces mêmes pays.
                              - Etre libre que ma femme et mes filles puissent circuler en tenue occidentales dans ces pays : jupes, pantalons, robes, chemisiers etc... en toutes circonstances.
                              - Etre libre pour les homme et les femmes de se baigner en maillot de bain, toujours dans ces mêmes pays
                              - Etre libre de fumer et boire du vin et de l’alcool, y compris en période de ramadan et cela en public, toujours dans ces mêmes pays.
                              - Etre libre de pouvoir y consommer du porc.

                              Etc, etc,etc ....

                              J’en ai totalement assez de la liberté évoquée systématiquement à sens unique, sans jamais voir venir un gramme de réciprocité.


                              • fouadraiden fouadraiden 31 juillet 2009 17:35



                                non,grotesque que ce critère de réciprocité, le monde et les rapports nord/sud quil suppose ne marchent pas selon cette conception . les rapports de force et les différentes populations dont il est question, ne le permettent pas.

                                 vs confondez le statut des expatriés occidentaux , qui disposent en terre arabe d ’écoles de qualité et de réseaux autonomes , avec le statut des immigrés et de leurs enfants , contraints de le plus souvent de fréquenter les écoles poubelles que les sociétés d’accueil leur réservent .

                                 de plus il y a cinq millions de Maghrébins en France, combien de Français au Maghreb ? le Pib de la France avec celui du Maroc ? etc ,etc.


                              • Gio 31 juillet 2009 17:52

                                Vous dites grotesque !
                                Voila bien la preuve de votre intégrisme. Ce que vous citez n’est en aucun cas opposable à une juste et minimum réciprocité. La liberté ne se scinde pas en rondelles de saucisson.


                              • Gio 31 juillet 2009 17:56

                                Fouadreden : voyer ma réponse concernant voter absurde négation du bien fondé de la réciprocité


                              • fouadraiden fouadraiden 31 juillet 2009 18:01

                                mais mon vieux , vs êtes ds des sphères imaginaires

                                 avec qui allez -vs discuter de réciprocité, avec le regime saoudien ou celui, encore pire, du clown Khaddafi ? 



                                 
                                 


                              • K K 31 juillet 2009 19:26

                                fouadraidien :

                                Vous serez peut etre surpris, mais les professeurs qui choisissent de travailler en ZUP sont mieux payés et ont des avantages pour la suite de leur carrière. Ce sont donc au départ loin d’etre les moins motivés ou les plus mauvais. Les écoles, collèges et Lycées en ZUP disposent aussi de plus de moyens. Hélas, ils sont souvent dépensés pour remettre les etablissements en état ou faire gardienner les salles etc...


                              • Arunah Arunah 1er août 2009 07:48

                                @Fouadraiden

                                « ...les école poubelles ». Désolé, mon cher, mais ce sont les immigrés qui transforment leurs écoles en poubelles, les établissements scolaires sont construits selon les mêmes normes sur tout le territoire, les enseignants passent les mêmes diplômes, les programmes sont les mêmes, seuls diffèrent les élèves et leurs motivations !
                                Un peu de rigueur, s’il vous plaît ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

...


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès