Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’intimidation, un fléau grandissant

L’intimidation, un fléau grandissant

De nos jours, aller à l’école est devenu pour certains un véritable combat de popularité. Les jeunes sont de plus en plus victimes d’intimidations dans les écoles, et ce fléau ne cesse de faire la une au Québec. Celui-ci représente l’un des plus graves problèmes présents dans les écoles et selon moi, de loin le pire. Les moqueries et les agressions des jeunes semblent souvent restées taboues et secrètes, allant même jusqu’à complètement gâcher des vies ou encore pire, mener au suicide. Maintenant, avec la popularité des réseaux sociaux, les intimidateurs procèdent désormais à leur destruction depuis leur ordinateur, à des kilomètres de distances de leur victime. Il est donc impossible pour celles-ci d’être tranquille lorsqu’elles sont chez elles, puisque les agresseurs les harcèlent maintenant sur Internet. Les agresseurs ne sont rien d’autres que d’autres jeunes, ce qui soulève de nombreuses questions dans la société d’aujourd’hui. Les êtres humains ne sont-ils pas supposés être égaux, comme le mentionne la Charte des Droits de l’Homme ? En se penchant sur le problème de l’intimidation dans les écoles, cette question semble avoir perdu tout son sens.

Désormais, pour survivre à l’école, il faut s’habiller conformément à la mode, il faut réussir à s’entourer des bons amis et il faut même être ‘’normal’’. Le mot ‘’normal’’ ici signifie être une personne sans distinctions particulières et sans différences apparentes. Il faut désormais rentrer dans le moule de l’adolescent typique si nous voulons être exemptés des moqueries de nos confrères. Sinon, attention, vous ne passerez pas inaperçu ! Alors que tous les êtres humains sont supposés être égaux, nous devons maintenant acter pour être comme tout le monde et réussir à se faufiler à travers le combat de popularité présent dans toutes les écoles. Ce fléau qui était auparavant tabou et éviter de tous, est maintenant rendu dénoncé haut et fort par plusieurs personnes et organismes. La sensibilisation par rapport à ce phénomène est bel et bien présente dans la société et les effets suite à cette sensibilisation semblent toutefois se faire attendre. Le problème est donc le fait que la dénonciation est presque inexistante de la part des témoins. L’intimidation et le taxage sont reconnus comme des actes criminels au Québec. Si quelqu’un voit une tentative de meurtre dans la rue, je ne crois pas que le témoin va garder ce crime pour lui. Alors, si un témoin voit un jeune battre un autre jeune, pourquoi garde-t-il ce crime pour lui ? Évidemment, il doit avoir peur et doit craindre l’agresseur lui aussi …Ce jeune ne veut surtout pas être le prochain à avoir à faire face à la gang de ‘’cool’’ en se faisant traiter de ‘’stouleux’’ et de rapporteur par à peu près toute sa classe. L’acte reste donc impuni puisque personne ne l’a dénoncé et l’agresseur peut par le fait même continuer son travail de destruction mental en paix sans rien à craindre.

C’est là que la société devrait prendre de véritables résolutions et donner de sérieuses leçons aux petits farceurs qui continuent de se trouver de plus en drôles jour après jour. C’est là que la société devrait ensemble décider de sévir sévèrement contre les jeunes faisant de l’intimidation dans les écoles, de sorte à enrayer le problème une bonne fois pour toute. C’est là que le gouvernement devrait se lever et mettre en place de l’aide dans les écoles, de sorte que les jeunes témoins ne sont pas laissés à eux-mêmes ! Donc, pour terminer, selon moi, si l’on veut essayer de diminuer ce fléau grandissant dans nos institutions scolaires, il faut mettre en place des directives claires et donner de réelles conséquences aux intimidateurs enforcis. 

 Emily Lapointe


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • geo63 2 février 2012 10:47

    Je souscris entièrement au contenu de votre article.

    Ce qui me paraît assez certain c’est que la jeunesse ne fait que reproduire à l’identique la société qu’elle a en permanence devant les yeux, notamment par le support de la télévision, des vidéos et de la médiocrité devenue une vertu cardinale jusqu’au plus haut niveau.
    Bien sûr les psychosociologues autoproclamés vous démontrerons le contraire dans leurs discours vides.
    J’ai connu l’époque où seule la radio était présente ; une telle « ambiance » survoltée, sans aucun repère autre que le médiatique immédiat, n’existait pas. Il me semble que globalement le rêve personnel était encore permis sans chercher à agresser systématiquement l’autre.


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 2 février 2012 11:53

      Comment se fait il que les professeurs ne sanctionnent pas les fauteurs de troubles ?

      Ils ne surveillent pas les cours de récréation ?

      Ca ne fait pas partie de leur job ?


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 2 février 2012 12:46

        Bref, il n’y a pas de sanctions et donc il y a un sentiment d’impunité de la part des fauteurs de troubles : refrain connu s’il en est !


      • Jason Jason 2 février 2012 11:54

        Entièrement d’accord avec vous. Mais, en dehors du gouvernement on peut envisager d’encourager les associations de parents d’élèves afin de mieux s’assurer du vivre ensemble des enfants. Aussi la désignation, dans chaque établissement, d’un médiateur chargé de déceler les abus et de prendre en compte les besoins des victimes serait un avantage important.

        La démocratie et donc la tolérance, ça s’apprend en bas âge. Il faut y veiller attentivement et stigmatiser les parents laxistes.


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 2 février 2012 12:19

          En clair rajouter des « pions » pour fair régner la discipline et l’ordre à l’école.

          Quelles sont les sanctions applicable au Québec concernant les élèves qui causent des troubles à l’école ou qui harcèlent leurs condisciples via les sites web ? 


        • Jean-paul 2 février 2012 13:30

          What is bullying ?
          What is cyber bullying ?
          Allez voir les sites c’est tres bien explique .


          • Jean-paul 2 février 2012 13:33

            Desormais pour suvivre a l’ecole il faut s’habiller conformement a la mode
            Presque tous les pays ont adopte l’uniforme a l’ecole .


            • Jean-paul 2 février 2012 14:18

              Aux USA il existe des lois contre l’intimidation
              Bullying laws


              • lloreen 2 février 2012 16:07

                Vous avez tout à fait raison de dénoncer cette mise au pas pour se « faire couler » dans le moule si on a le « mauvais goût » de ne pas s’y couler soi-même.
                Cela m’a toujours révulsé de suivre la masse car je ne suis pas une suiveuse dans l’âme ; je ne vis pas à l’écart de la société mais je n’oblige personne à penser comme moi et je ne supporte pas que quelqu’un puisse me dire ce que j’ai à penser:j’ai des réactions épidermiques.

                Cela n’est ps nouveau et je dois dire que malheureusement, les jeunes ne font que suivre le modèle des parents:le comportement moutonnier typique est encouragé et même favorisé.
                Si on est d’un avis contraire à celui politiquement correct on est taxé d’antisémite, de conspirationniste, de fasciste et j’en oublie...Personnellement, cela ne m’a jamais dérangée d’ être stigmatisée par certains imbéciles adeptes de la pensée unique et je me contrefiche que cela puisse déplaire.

                Cela me rappelle un souvenir d’école, pour dire que même il y a quelques années, le « moutonisme » était aussi présent que maintenant.
                Les deux déléguées de classe avaient un jour décidé d’un commun accord de faire déplacer un cours parce que le professeur du petit ami de l’une d’elle se retrouvait dans le groupe en raison de l’absence d’un professeur.
                Ce changement d’emploi du temps n’arrangeait pas nombre d’autres élèves de la classe qui auraient pu sortir plus tôt.Mais comme ils n’osaient pas être d’un avis contraire, ils avaient dit qu’ils étaient d’accord et le surveillant en voyant la masse d’élèves débouler avait donné son accord pour le report du cours.

                J’ai dit que je n’étais pas d’accord avec six autres élèves et le surveillant avait rétorqué que comme la majorité était d’accord on n’avait pas à décider autrement.
                J’ai décidé que je n’allais pas perdre une heure de mon temps en étude surveillée parce que 15 élèves n’osaient pas aller contre l’avis des deux déléguées et je suis rentrée chez moi.J’ai donc été absente au cours en question.Bien évidemment, le billet d’absence est arrivé à la maison et mes parents ont été au courant que j’avais été absente à un cours .Je leur ai expliqué la raison pour laquelle je suis partie et ils m’ont dit que mon avis valait celui des autres.Le directeur fut mis au courant et trouva mon attitude déplacée.Suite à cela je fus exclue trois jours du lycée...

                Depuis ce jour je suis allergique au suivisme et je ne supporte pas la logique de ceux qui donnent systématiquement raison à la majorité.
                Inutile de dire qu’au lycée je fus la pire des rebelles.Renvoyée pour « impertinence envers un professeur », je fis mon baccalauréat en candidate libre un an avant les autres.

                J’ai toujours expliqué très poliment ma façon de voir les choses et bien souvent ce fut pris pour de l’insolence...


                • Jean-paul 2 février 2012 17:44

                  llloreen
                  Ego ego
                  Avez vous harcelez d’autres eleves ?


                • Jean-paul 2 février 2012 17:53

                  lloreen
                  Que feriez vous si un de vos enfants etait harcele a l’ecole ?


                • Jason Jason 2 février 2012 16:49

                  Lloren,

                  Vous avez été une rebelle, bravo.

                  Souvenons-nous que l’histoire ne se souvient que des hérétiques.


                  • Jean-paul 2 février 2012 17:56

                    Jason
                    C’est le conseil que vous donnez a vos petits enfants .


                  • Jason Jason 2 février 2012 18:12

                    Oui, petits et grands. Car le danger c’est le conformisme. On a vu les catastrophes du siècle dernier.

                    L’ordre, on peu s’y prêter un cetain temps quand il est nécessaire et ne conduit pas aux abus. Mais il faut savoir le défaire quand il tourne à la tyrannie.


                  • KeVal ? 2 février 2012 17:05

                    Vous écrivez : "la société devrait prendre de véritables résolutions et donner de sérieuses leçons aux petits farceurs qui continuent de se trouver de plus en drôles jour après jour. C’est là que la société devrait ensemble décider de sévir sévèrement contre les jeunes faisant de l’intimidation dans les écoles, de sorte à enrayer le problème une bonne fois pour toute."

                    Certes, plus de répression... c’est ce qu’il nous faut ! (je me moque)

                    Il y a aussi du harcèlement entre adultes à l’Educ Nat comme ailleurs en l’absence de toutes réactions hiérarchiques et en l’absence de DRH.


                    • Aldous Aldous 2 février 2012 17:53

                      L’intimidation ?


                      Mais l’exemple ne vient il pas de haut ?

                      Du moins quand il chausse ses talonnettes ...

                      • Jason Jason 2 février 2012 18:08

                        Aldous,

                        Et les petits n’auraient pas droit d’être bonimenteurs ? Hou ! le vilain !

                        En bon démocrate : le mensonge pour tous.


                      • lloreen 2 février 2012 18:03

                        Nous allons droit vers une société déshumanisée et je ne comprends pas que des professeurs puissent accepter de devenir des « kapos » et des « infirmiers psychiatriques »...
                        http://www.youtube.com/watch?v=Dpe1t7eRTwQ&feature=player_embedded

                        Mais ce que je comprends encore moins c’est qu’il n’y ait pas tout le monde dans la rue !!
                        Avec un tel instinct de soumission il ne faut pas s’étonner que des ignobles personnages s’arrogent tous les droits !


                        • lloreen 2 février 2012 18:35

                          jean-paul
                          Je n’ai jamais harcelé personne et je ne le ferai jamais ;par contre ce que j’ai justement souvent essayé de faire quand j’étais élève (et encore maintenant, c’est inné...)c’était de « secouer » (gentiment) les « éternelles victimes » pour qu’elles se défendent. Ca a quelquefois fonctionné quand on organisait à plusieurs des petits groupes de soutien.
                          Il faut remarquer que les harceleurs profitent du fait que les victimes se taisent ; si elles cherchent du soutien et s’ouvrent, ces lâches souvent renoncent.

                          Si on harcelait mon enfant (ou même celui d’un autre) ...
                          J’ai éduqué mes deux filles pour qu’elles soient intègres et irréprochables pour éviter que des personnes malintentionnées aient prise sur elles.Je leur ai dit que je ne les punirais jamais si elles me disent la vérité parce qu’en général en occultant la vérité on se punit d’abord soi-même et on permet à un autre d’avoir de l’ascendant sur soi.

                          Je les ai éduquées pour qu’elles ne se laissent pas faire et me préviennent immédiatement si elles ont un problème.C’est mon rôle de parent et ma responsabilité.Et surtout je leur ai appris à toujours ne compter que sur elles-mêmes parce que je ne suis pas immortelle...
                           Il y a plein d’associations d’aide aux victimes et il ne faut jamais rester isolé.

                           


                          • Jean-paul 2 février 2012 20:22

                            Lloreen
                            Tout a fait d’acord avec vous .


                          • lloreen 2 février 2012 18:56

                            jean-paul
                            « ego ego »
                            Qu’est ce que l ’ ego a à voir là-dedans ? Pourquoi subir la décision de deux filles qui s’entendent pour retrouver le petit copain et entrainer toute une classe dans « l’affaire », qui plus est subir le suivisme béat d’une quinzaine d’autres qui n’ avaient pas même vraiment envie de le faire ???


                            • Annie 2 février 2012 21:06

                              J’ai une coudée d’avance sur vous. Le bullying comme on l’appelle en Angleterre est un véritable fléau, que mon fils aîné a connu en milieu scolaire. Je dois dire qu’il s’agissait pour moi d’un phénomène totalement inconnu.
                              Je n’ai pas trouvé de solutions à ce problème, j’ai défendu mon fils à chaque fois qu’il a été intimidé, même contre son gré, mais il y a plusieurs constantes que l’on retrouve dans ce phénomène :
                              D’abord la victime est rendue responsable de son sort. Si elle est intimidée, c’est qu’il y a des raisons. Il suffit que votre enfant soit roux (une tare en Angleterre), obèse, porte des lunettes ou soit hyperactif comme mon fils, il y aura toujours de bonnes raisons pour le torturer (le mot n’est pas trop fort).
                              Il y a une ambiguïté de la part des autorités ou des parents, qui fait que cette situation se perpétue. Des parents très défenseurs de leurs enfants, des profs assis entre deux chaises, qui veulent avant tout préserver la paix dans leur établissement et préfèrent ignorer ce qui se passe (pas tous, et pas toutes les écoles, le dernier lycée de mon fils a été intransigeant à cet égard et tout à fait remarquable).
                              Il y a aussi le phénomène de meute. Des enfants plutôt gentils normalement qui deviennent des monstres par contagion.
                              Enfin, il y a un déficit chez les enfants qui intimident. Ce sont des enfants parfois maltraités, mais pas toujours, plus souvent des enfants à qui n’a pas été inculquée la notion de bien ou de mal. Il ne s’agit pas ici d’une compréhension intellectuelle de cette notion, mais de son intégration au point qu’elle conditionne le choix des comportements et agisse comme un frein.
                              J’ai toujours eu une certaine compréhension envers ces enfants, mais mon fils passait quand même en premier. Et si parfois se plaindre conduisait à une aggravation de la situation, ne pas le faire revenait à cautionner ces comportements qui ne représentent ni plus ni moins que des tortures physiques ou psychologiques. Je m’étais promis de m’investir dans des associations pour faire connaître ou aider des parents qui seraient confrontés à la même situation, mais cette expérience a été tellement traumatisante pour nous et mon fils qui en a conservé des séquelles, qu’il m’arrive très rarement d’y repenser. C’est un cauchemar que je ne veux pas revisiter.


                              • Annie 2 février 2012 22:29

                                Cela veut-il dire que vous infirmez le reste ?


                              • Jean-paul 2 février 2012 23:49

                                Annie
                                A croire que la France a un metro de retard sur ce fleau : 1 eleve sur 3
                                Sujet tabou en France ?
                                pourtant avec internet beaucoup d sites explique the fact of bullying .
                                Cours de karate ,de judo peut aider a la selfestem ,you feel confident .


                              • easy easy 2 février 2012 22:56

                                Concernant l’intimidation, elle est liée au principe de l’école obligatoire.

                                Mais jusqu’en 1980, il n’y avait que les espaces réels dans l’école et hors l’école à surveiller pour en réduire les effets (Cf la guerre des boutons)

                                Depuis 1980, il y a des espaces virtuels immenses qui s’y ajoutent dans lesquels les jeunes prennent place et là il n’y a plus aucun moyen de policer

                                N’importe quel jeune peut être photographié (pas forcément à son avantage) et voir pendant toute sa vie, sa tronche circuler sur le Net sans que personne ne puisse l’en empêcher

                                Car ces espaces récents ont la curieuse propriété de faciliter l’oeuvre des corbeaux qui peuvent indéfiniment reconjuguer au présent le passé de leur cible, y compris en le déformant complètement et de le diffuser dans le monde entier.

                                Je parie sur l’explosion, dans les années à venir, des demandes de changement complets d’identité et de visage. Mais ces changements seront forcément d’efficacité limitée car l’Administration tiendra à tracer pour maintenir l’ipséité légale de chacun.





                                • lloreen 2 février 2012 22:58

                                  J’ai entendu parler plutôt de mobbing, c’est la même chose...Une personne (souvent un supérieur hiérarchique mais pas forcément, ça peut être un (e)collègue ) se choisit une tête de turc et passe toute se frustration sur elle.De toutes façons c’est quelqu’un qui n’est pas bien dans sa tête et dans sa peau et personne n’a à subir ça.
                                  Quelqu’un qui le sait et n’aide pas ou ne le dénonce pas est complice.Il faut prendre les mesures qui s’imposent et porter plainte pour harcèlement.

                                  Cette pratique déteint sur l’école.C’est un comportement prédateur comme de nombreux autres.

                                  Je donne l’exemple du péage autoroutier et je vous mets le lien suivant
                                  http://www.agoravox.fr/tribune-libre/politiques-citoyens/article/assez-du-racket-des-societes-d-109354

                                  Il ne faut pas tomber dans le piège de l’attaque électoraliste car même si on n’est pas partisan de Mr Dupont-Aignan on ne peut qu’être d’accord avec son argumentaire.

                                  En effet, quelle est la différence entre un élève qui en rackette un autre et celle de sociétés privées qui nous rackettent ?
                                  Comment éduquer les enfants en leur inculquant l’honnêteté quand leurs parents font les frais d’arnaques « légalisées » ?Ou quand leurs parents se trouvent dans des situations difficiles ?

                                  Une voisine professeur m’a parlé du cas d’un élève à problème avec lequel tous les professeurs ont des difficultés.
                                  Il s’avère que les parents de cet enfant sont dans une situation quasiment inextricable.La mère est malade et constamment hospitalisée, le père est alcoolique et violent.
                                  A qui la « faute » ?


                                  • restezgroupir44 restezgroupir44 3 février 2012 09:27

                                    Retour à l’animalité ?

                                    Si tant soit peu nous eûmes gagnés un peu en humanité !

                                    • Guillaume Lavoie 12 avril 2012 00:56

                                      La solution à l’intimidation

                                      La solution de à l’intimidation n’est pas celle que tous croient être. Je vais parler aujourd’hui par expérience vécu et non en énumérant des faits. Ma solution est une hypothèse qui je crois serais idéal pour vaincre l’intimidation. 

                                      J’ai moi-même été victime d’intimidation dans ma jeunesse et je m’en suis sortis d’une façon qui aujourd’hui ne peux être utilisé dû aux tentatives de vaincre celle-ci. Nous demandons au gouvernement d’intervenir et celui-ci tente de s’y prendre d’une mauvaise façon selon moi. Celui-ci tente de réduire les intimidateurs en leurs imposant des sentences de plus en plus sévères. Cependant, les enfants sont ce qu’ils sont et l’homme est un loup pour l’homme donc nous ne pouvons empêcher un enfant d’être ce qu’il est. Un enfant est naturellement méchant et il ne se rend pas compte de la gravité de ses gestes, mais je crois qu’il est impossible de leur faire comprendre.

                                      Arrivons maintenant à la solution qui selon mes expériences personnelles marche très bien. Nous ne devons pas nous attarder sur les intimidateurs mais plutôt sur les intimidés. Bien des gens critiqueront ma solution, mais je l’assume. La violence, voila la solution. Je m’explique : Quand j’étais jeune, j’avais des lunettes et j’étais ce que l’on peut qualifier d’une ‘bol’. Des insultes j’en ai reçu beaucoup, mais comparé à ce que me disait ma mère de les rester faire, j’ai écouté mon père. Celui-ci m’a donné le conseil suivant : défend toi. C’est ce que j’ai fait les premières années et puis mes problèmes étaient réglés jusqu’au secondaire où après un mois, plus personne ne m’insultait. Voyez-vous la violence est réellement la solution car ceux qui intimide sont craintif et lorsque quelqu’un lève les poings, même si cela fini par une victoire de celui-ci, il demeure avec une crainte et ne s’en prend plus à cette personne.

                                      En conclusion, je crois qu’en réduisant la violence dans les écoles nous faisons une grave erreur. Un humoriste a déjà fait un sketch semblable à ce que je viens de partager et je vous mais le lien si cela vous intéresse. 

                                      http://www.youtube.com/watch?v=HAjpCcHsejU

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Emily Lapointe


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès