Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’intolérable mépris de la jeunesse

L’intolérable mépris de la jeunesse

On le savait déjà, la France est un pays de vieux. Des vieux qui se plaignent, pleurnichent, couinent, grognent, se lamentent. Parfois à raison, souvent à tort, et bien plus encore à travers. Et s’il y a une chose contre laquelle ils devraient arrêter de pleurer, c’est bien le jeunisme dont la société ferait preuve et dont ils seraient les victimes immédiates.

Mais qu’est-ce exactement que le « jeunisme » ? Le dictionnaire Larousse le définit comme une « tendance à exalter la jeunesse, ses valeurs, et à en faire un modèle obligé ». D’une manière générale, l’idée force du jeunisme serait donc, selon Wikipédia, de faire une « place plus importante aux jeunes » et il décrirait, plus précisément s’agissant des questions d’emplois, « les discriminations par l’âge, mais également (...) le remplacement d’employés par de jeunes diplômés ». Arrivés là, ceux qui ne sont pas encore morts de rire, ou que les larmes n’aveuglent pas, me suivront peut-être dans ma réflexion.

La génération "bons plans".

Mercredi 1er juillet au matin, on pouvait trouver sur le site du Monde.fr, un article de Nicole Vulser, intitulé "la crise n’a pas bouleversé les habitudes des 18-25 ans", dans lequel nous sont relatés les résultats d’une étude menée par l’agence Junium. De fait, le papier, plutôt court, se contente de rapporter les questions posées par ce sondage et les réponses apportées par les trois cents "jeunes" interrogés, sans aucun véritable commentaire ni mise en perspective. Dieu sait pourtant qu’ils l’auraient mérité.

Or donc, que nous apprend cette étude ? D’abord que 64 % des jeunes soumis à la question "déclarent ne rien avoir changé dans leur façon de consommer en raison de la crise". Ce qui, très franchement, n’aura étonné personne, dans la mesure où le "pouvoir de consommer" n’était déjà pas entre leurs mains avant ladite crise. "A une nuance près", nous précise tout de même l’auteur, car "les jeunes touchés par le chômage sont les plus affectés". Non, sans blague ? On ne s’en serait jamais douté.

Dans la droite ligne de ces révélations fracassantes, l’article poursuit sur sa lancée en rappelant des chiffres que les médias et l’opinion ont, il est vrai, une fâcheuse tendance à oublier : près de 20% des jeunes de 25 ans sont au chômage, et plus de 35% occupent un emploi précaire, c’est-à-dire, pour s’en tenir, là encore, aux définitions du Larousse, un emploi qui "n’offre nulle garantie de durée, de stabilité, qui peut toujours être remis en cause". Un emploi qui, pour faire simple, ne permet tout simplement pas de vivre. Raison pour laquelle, n’oublie pas de préciser l’auteur de l’article, "70 % des garçons et 45 % des filles vivent encore chez leurs parents".

 Par la suite, le lecteur est amené à se focaliser sur le cœur de l’étude ainsi "analysée", en l’occurrence les habitudes de consommation des 18-25 ans. On y apprend, pêle-mêle, qu’ils achètent et vendent beaucoup sur Internet, privilégient les marques d’hypermarchés ou hard discount, délaissant ainsi les grandes marques "sauf Coca-Cola et Nutella", que pour eux le bio est "louche tellement on en parle" et que "les produits éthiques ne sont pas non plus leur truc".

Et qui sont donc les modèles de ces jeunes ? poursuit l’article. Qui les fait rêver ? "Un membre de leur famille (à 17 %), suivi par un sportif de haut niveau (12 %), un acteur de cinéma ou de télévision (10 %), un chanteur (9 %) et un de leurs copains (6 %)". Un homme politique ? Non ? Même mort, à la rigueur, car c’est encore parmi ceux-là qu’on trouve les plus dignes d’admiration. Pas un de Gaulle, ni un Mendès, voire même un Clémenceau... non ? Tant pis. Un scientifique alors ? Non plus ? Et un grand auteur ? Ah... bon. Gagne pas assez, sans doute. D’ailleurs, nos jeunes ne font pas mystère de leur grande ambition : "fonder une famille" (12 %), avant même d’être "heureux en amour" (11 %). Il n’y a qu’une chose pire que le cynisme, c’est le cynisme bête et heureux.

Le citoyen là-dedans ? Il n’existe pas. Et d’ailleurs tout le monde s’en fout, de la citoyenneté, à commencer par nos fameux "jeunes", s’il faut en croire l’étude menée. Car, après avoir constaté que, pour les 18-25 ans, la crise ne serait qu’un prétexte permettant à la classe politique d’"expliquer tous les maux actuels", une aubaine pour les banques "qui en profitent de façon jugée abusive", ainsi que pour les entreprises "pour justifier des licenciements", et même "un leitmotiv des médias pour plaire à leur public", on apprend également que les élections arrivent tout en bas de la liste des choses qui les intéressent. Ou, plus exactement et pour reprendre la terminologie exacte choisie par l’agence ayant mené l’enquête, des choses qu’ils trouvent "géniales".

 

Une population amorphe et sans conviction.

 Et c’est là que surgit le mépris que j’évoque dans le titre de mon article. Nos trois cents "jeunes", dont on suppose qu’ils constituent ce qu’on appelle un "échantillon représentatif", sont amenés à s’exprimer sur le degré d’intérêt qu’ils ont pour tel ou tel concept, bien matériel, groupe de population ou autre... et ce en répondant par "c’est génial", "c’est bof" ou "c’est nul". Les réponses sont tellement effrayantes qu’elles se passeraient presque de commentaires.

Donc, voici, du plus "génial" au plus "nul" :

-Les journaux gratuits (79 %), sans doute parce que les informations qu’on y trouve sont à peine plus intéressantes que dans les grands quotidiens, et pour pas un kopeck.

-Le développement durable (77 %), sûrement parce que ça fait "cool" d’être écologiste.

-Les organisations humanitaires (73 %), parce que ni la jeunesse ni la précarité qui lui est devenue inhérente ne protège du politiquement correct.

-Les enfants (73 %)... c’est toujours génial, les enfants. Jusqu’au moment où on en a.

-L’argent (64 %), parce qu’il est bien connu que l’être humain désire avant tout ce qu’il n’a pas. Parallèlement, dire de l’argent que c’est "génial", est un puissant révélateur de l’état de délabrement moral de notre société. L’argent, ça n’est jamais rien d’autre que l’argent, c’est-à-dire une monnaie d’échange. On en a, ou on en a pas, mais lui conférer une espèce de valeur morale intrinsèque est d’une perversité extrême.

-Le mariage (60 %)... bon, là, j’avoue mon étonnement. Ou alors, c’est comme les chansons des années 80, ça revient à la mode.

-Les homosexuels (47 %). Donc... soit 47% des jeunes interrogés sont des gays et des lesbiennes, soit il s’agit d’une espèce de jugement moral basé sur des préjugés encore plus idiots que ceux sur lesquels s’appuient la mal-nommée "homophobie".

-Facebook (42%), parce qu’avoir sa tronche sur Internet, et y exposer sa vie, même si on a rien à raconter, c’est très moderne.

-Le téléchargement illégal (42 %). Et vlan pour Hadopi...

-L’Europe (41 %). Hum... rappelez-moi le taux d’abstention des jeunes aux dernières européennes ?

-Les mères porteuses (40 %). Là, je ne vois pas quoi écrire, mis à part : ?????

-La poésie (36 %). Un peu de douceur dans un monde de brutes.

-Le Smartphone (34 %). Je ne sais même pas ce que c’est.

-Les élections (26%). La lanterne rouge du peloton...

Alors, à présent, si l’on s’en tient à ce qui est énoncé plus haut, on en conclut la chose suivante : la jeunesse est un ramassis de crétins lobotomisés, cyniques, conscients de vivre dans une société pourrie mais disposés à ne rien y changer du moment que, eux, réussissent à s’y faire une place, et ayant substitué à l’addiction de la religion comme opium du peuple une polytoxicomanie de sexe, de programmes télévisuels débilitants, de bouffe infecte, de Coca-Cola et de Nutella. Un petit peuple avili, à genoux devant le Veau d’Or de l’argent facile et de ses grands prêtres, joueurs de football ou acteurs, amassant en un mois des centaines d’années de SMIC, avec pour seule contrepartie le simili-rêve et en bonus l’exemple pitoyable qu’ils offrent à leurs supporters et fans.

Car c’est très exactement l’image qui est donnée de la jeunesse. Le seul choix des mots du questionnaire, ce "c’est génial, c’est bof, c’est nul ?", exprime à lui seul toute la suffisance, tout le mépris que notre société porte à ses jeunes, et la vision de "post-adolescents", accrochés aux basques de leurs parents jusqu’à la trentaine, et au-delà, comme si c’était un choix de vie délibéré et non la conséquence d’une situation imposée par d’autres. Les politiques, d’abord, qui n’ont qu’un faible intérêt pour le destin des jeunes, dont la part dans la population totale, et donc le poids électoral, sont appelés à décroître. Les chefs d’entreprises -ou recruteurs, ensuite, dont le comportement est généralement dégradant et avilissant, tout spécialement lorsqu’ils se retrouvent face aux plus diplômés, qu’ils soupçonnent à l’occasion d’être drôlement plus malins qu’eux.

Et en matière de mépris, politiques et entrepreneurs sont sur la même longueur d’onde. Je me souviens même d’une émission de télévision, durant la campagne présidentielle de 2007, au cours de laquelle François Bayrou, pourtant "chouchou" des plus diplômés, renvoyait dans les cordes un jeune qui sortait de l’université, en lui faisant comprendre qu’il était plus ou moins normal d’être au chômage lorsqu’on avait suivi des études "trop spécialisées" voire "exotiques"... les étudiants en droit apprécieront tout particulièrement. Justification du chômage par la compétence supposée insuffisante ou peu efficiente, jusqu’à pousser ces jeunes aux confins du grotesque (CV anonymes, profils en ligne ou autres gadgets du même tonneau), voire plus loin encore lorsque l’un d’eux se met en vente sur Internet. Une façon de mettre en lumière la situation des diplômés, initiative qui aurait pu être intelligente si elle n’avait pas tournée en eau de boudin à la minute où le bon Martin Hirsch vient le rencontrer pour lui proposer... un CDD de trois mois pour réfléchir au "problème". Problème dont on nous fait ainsi comprendre qu’il n’existe pas, puisque trois mois peuvent suffire à plancher dessus.

Quoi qu’il en soit, la situation de quasi-trentenaires coincés dans des stages, de l’intérim, ou tout simplement condamnés au RMI/RSA, sans grand espoir d’avenir, en dit long sur le peu de cas que ce pays fait de toute une génération. Elle mériterait pourtant davantage.

Car, la jeunesse, ce n’est pas cette cohorte de parasites drogués au hamburger-TF1, ni cette apathie, aussi bien individuelle que collective, ni cette idiotie assumée et encore moins cet égoïsme serein. Du moins on l’espère. Car l’article fait figurer une autre statistique, et à bien y réfléchir il s’agit peut-être de la plus effrayante : sur nos trois cents jeunes, 89 % se sont déclarés "heureux" contre 10 % "plutôt malheureux" et 1 % "très malheureux". La question étant alors de savoir dans quelle mesure ce "bonheur" les conduit à l’acceptation de leur propre situation, pourtant inacceptable. La Bible n’avait pas tort : "Heureux les simples d’esprit".

Mais pour conclure, je voudrais dire ceci : très franchement, au sondeur qui vous demande de répondre à une question par "c’est génial, c’est bof, c’est nul ?", la seule réponse qui tienne, c’est "Va te faire...". Que chacun complète selon ses préférences.
 

Frédéric Alexandroff


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • Epeire 2 juillet 2009 14:07

    Comment disait Saez déjà ? Jeune et con versus vieux et fou. Je préfère la folie à la connerie, quitte à choisir. Je crois que si quelqu’un me dit un jour que je suis jeune (dans la vie réelle s’entends) , je serais tentée de lui mettre une baffe... Ou en tout cas de le rabrouer (sachant que j’ai 21 ans, le fait de rester dans cette catégorie aussi longtemps m’atterre...).

    Et encore je me retiens, vraiment, si on m’écoutait on tuerait tout les 12-15 ans à la naissance ça me ferait de l’air :)

    Le simple fait qu’on considère que la catégorie jeune aille jusqu’à 25, 30 voir 35 ans est d’ailleurs très bizarre : sur quoi les sondeurs se basent-t-il ?


    • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 2 juillet 2009 16:14

      Bonjour Epeire,

      Vous avez raison, la folie vaut mieux que la connerie... c’est plus facile à guérir, déjà.

      Et si, à vingt-et-un ans, vous ne supportez pas l’idée d’être considérée comme « jeune », eh bien, tout ce que je peux vous conseiller, c’est de prendre votre mal en patience, car notre société, et c’est bien là son seul élément de « jeunisme » avéré (en même temps que cela répondra un peu à votre interrogation sur les sondeurs), considère qu’on est jeune de plus en plus tard : trente-cinq, quarante ans, et sans doute bientôt cinquante. Vous n’êtes pas encore sortie de l’auberge de jeunesse...

      Frédéric Alexandroff


    • L'enfoiré L’enfoiré 2 juillet 2009 20:27

      Chère Epeire,
       Tu as tout compris.


    • ASINUS 2 juillet 2009 22:06

      yep elle est tres bien la « jeune dame » elle à tout compris

      en plus
      « si on m’écoutait on tuerait tout les 12-15 ans à la naissance ça me ferait de l’air :) »


      yep deux a la maison je ne peux qu approuver


    • CapitaineHaddoc CapitaineHaddoc 3 juillet 2009 13:53

      Commentaire grotesque et prétentieux. Désolé, j’ai l’habitude d’être courtois et posé, mais devant autant d’imbécilité et de manque de réflexion je peux pas...


    • LE CHAT LE CHAT 2 juillet 2009 14:41

      je doit être un vieux con déjà , je sais pas non plus ce que c’est un smartphone !  smiley


      • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 2 juillet 2009 16:22

        Salut le Chat,

        Mais non, tu n’es pas vieux... D’ailleurs, une idée me vient en tête : il n’y a pas d’âge pour être vieux. Cet article en est la preuve. Ôtez donc ma bio, qui contient l’adjectif « jeune », et je suis sûr que la majorité des lecteurs penseront que l’auteur en est un vieux ronchon octogénaire pour qui « une bonne guerre, ça leur collerait du plomb dans la tête... littéralement. »

        Frédéric Alexandroff


      • colza 2 juillet 2009 19:11

        Quelqu’un a dit : « Ne pas dire qu’on n’a plus de projets quand on est vieux, mais qu’on est vieux quand on n’a plus de projets »
        Et c’est bien le drame...


      • L'enfoiré L’enfoiré 2 juillet 2009 20:28

        Le Chat,

         Tu te rappelle au moins des walkman ?
         Ils ont 30 ans aujourd’hui.


      • Gasty Gasty 3 juillet 2009 07:25

        Un Walkman ????

        Aurais-je raté une époque de ma vie ?

        Walkman, smartphone, iphone, Game boy......je suis un raté ! Un vieux con raté...


      • Massaliote 3 juillet 2009 08:57

        @chat

        Même qu’un walkman c’est un baladeur. Mais depuis le temps que nous nous faisons tous balader...


      • LE CHAT LE CHAT 3 juillet 2009 10:24

        @massaliote

        merci pour l’info , moi je me sert du portable comme lecteur mp3 pour écouter du hard rock en promenade ...


      • Tony Pirard 2 juillet 2009 14:43

        Je ferai une petite demande... ! Qu’est-ce qu’est être vieux... ! Il faut dire aux jeunnes.... que la révolution des années 68 déjà fini.. !
         Ce que se trouve,c’est la jeunesse voulais la,,,« liberté »,et aujourd’hui ils lui a et ne savent ce que faire avec elle... !.

         Je me rappelle d’une lettre de Aznavour...Je viens d’un temps que les mois de vingts ne connaissent.... ! Ils exigent beaucoup mais,ils ont peu à offrir,sont mauvais préparés par la vie,découragés pour regarder en face les problémes du quotidien.... !

         Qu’est-ce que c’est être vieux.... ?


        • patdu49 patdu49 2 juillet 2009 14:54

          salut

          le pire pour moi des mépris pour « la jeunesse », pour les moins de 25 ans surtout, c’est qu’ils n’ont aucun droit à un revenu de survie ...
          en dehors même de la situation de l’emploi, qui evidemment est catastrophique, néolibéralisme oblige ..., et de totu un tas de chose à dire ...

          c’est bien là le + gravissime ..

          car avoir moins de 25 ans, et PAS UN SEUL CENTIME d’EUROS ... pour les personnes issues des milieux les + modestes, et precaires, et pauvres, c’est absolument INDIGNE d’une démocratie digne de ce nom ...

          encore + indigne dans un pays les + riches du monde, ou le pognon et le luxe dégueule de partout ..
          il n’y a jamais eu autant de pognon et de richesses en France, qu’au moment ou je suis en train de poster ce message !!

          si on prend seulement et uniquement les assurances vie, c’est 1200 milliards d’euros qui dorment sur les comptes de certains ...

          bref des jeunes sont sans AUCUN rond, rien, nada, zero ...

          comment ce fringuer ?
          comment se deplacer ?
          comment avoir un portable ?
          comment bouffer ?
          comment avoir un semblant de vie sociale ?
          comment avoir accès à un minimum de loisirs ?
          comment se projeter dans l’avenir ?
          comment prendre independance, au cout de la vie actuel, se meubler, se prendre un appartement, passer un permis de conduire, entretenir un scooter, s’assurer, etc etc .. ?

          150000 offres d’emplois à pole emploi environs, y compris des doublons, des offres d’arnaque, de l’interim, des cdd, des mi-temps cdi, des stages, des contrats aidés precaires, des offres périmées ..

          150000 offres d’emploi pour + de 4,2 MILLIONS de chomeurs en attente d’un vrai emploi CDI qui permette de vivre et non pas de survivre, inscrist à pôle emploi, et environs 3 MILLIONS de demandeurs d’emploi non inscrits à pole emploi, au bas mot, dans aucune des catégories A,B,C,D et E ...

          soit 7 MILLIONS de personnes minimum en recherche d’un vrai emploi, pour environs 150 000 emplois précaires.
          et seulement la moitié environs indemnisés, les autres n’ont même pas le RSA socle (ex rmi) !!

          on est sur une bombe à retardement ...

          et donc ça engendre AUTOMATIQUEMENT de la violence, chez certains jeunes, de ne pas avoir un radis, des trafics, des vols, parfois même de la prostitution, etc etc ... et ensuite on fait de la REPRESSION sur ces mêmes jeunes !!!!
          certains se retrouvent en taule, à 300€ la journée, etc ... c’est absolument CRIMINEL comme politique ..

          on est mal barré tintin, c’est moi qui vous le dit ...


          • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 2 juillet 2009 16:39

            Bonjour,

            Rien à redire sur le constat que vous dressez. J’ajouterai juste la chose suivante : ça ne s’arrange pas forcément après 25 ans, vous pouvez me croire. Il est vrai qu’à partir de cet âge-là un jeune peut demander le RMI (à présent RSA, quelle bonne blague) mais il faut voir comment on les traite. Un jeune RMIste devient ipso facto uns espèce de serf de nouvelle génération, auquel on fera comprendre, inlassablement, jour après jour, qu’il n’est rien, un assisté, une charogne, un esclave en puissance qui devrait passer sa vie toute entière les yeux collés sur le site du Pôle Emploi, dès fois qu’en fixant férocement l’écran il ferait apparaître une annonce qui n’y était pas le jour, la semaine ou le mois précédent. Pas question qu’il s’interroge sur ses aspirations profondes ou l’adéquation du poste avec sa formation.

            Vous dites aussi :

            « Comment ce fringuer ?
            comment se deplacer ?
            comment avoir un portable ?
            comment bouffer ?
            comment avoir un semblant de vie sociale ?
            comment avoir accès à un minimum de loisirs ?
            comment se projeter dans l’avenir ?
            comment prendre independance, au cout de la vie actuel, se meubler, se prendre un appartement, passer un permis de conduire, entretenir un scooter, s’assurer, etc etc .. ? »

            C’est tout simplement impossible, et vous avez raison de pointer du doigt la violence que cela peut entraîner chez certains jeunes. Mais je nuancerais un peu : d’après moi, nous n’avons pas encore vu surgir l’ombre de la violence que pourrait générer ces inégalités. Car vous faites sûrement allusion aux jeunes de banlieues, qui grosso modo, se vengeraient en incendiant la voiture du voisin.

            Moi, je pose la question suivante : le jour où, sur les dizaines de milliers de Bac+3, +4 et +5 inscrits à vie au Pôle Emploi, une petite centaine, passez-moi l’expression, « pêtera un câble »... que feront-ils donc cramer, ceux-là ?

            Frédéric Alexandroff


          • patdu49 patdu49 2 juillet 2009 17:14

            Salut Frederic,

            oui je suis bien OK, que ça ne s’arrange pas forcement après 25 ans ..
            mais avoir 400,07€ par mois, même si c’est pitoyable, c’est toujours mieux que ZERO ..

            sinon je sais qu’à 26 ans, on nous fait ressentir déjà qu’on est « trop vieux » aussi ...
            on ne peut pu acceder à telle formation, etc ... lol ..

            la France, aime bien classer les gens dans des cases ... (handicapé, jeune, vieux, incasable, associable, délinquant,expérience, pas expérience, ...) ... et idem pour changer de metier, même si t’as les compétences, ou l’envie farouche, si t’as pas les sacros saints diplomes et le sacro saint niveau d’étude éxigé, accroches toi jeannot !!

            et les diplomes, parfois, c’est pas triste .. sans rapport avec le metier sur le terrain, ainsi parfois j’ai rencontré des assistantes sociales (BAC+4), avec l’intelligence sociale d’une huitre .. des fliquettes, ... rien à y comprendre .. juste pour prendre un exemple .. je parle pas au dessus, car + on monte dans la hierarchie, et pire c’est bien souvant ...

            sinon je comprend bien ton message, etant moi même un sale parasite de chomeur assisté, et par dessus le marché un peu rebelle sur les bords lol ..

            je suis bien OK aussi sur le fait que les violences vont augmenter .. et on en est qu’au début ...
            sinon pas trop de raccourci avec les banlieux, t’as aussi de la delinquance et de la violence en campagne, même si c’est moins mediatisé (+ d’auto destruction aussi de suicides, quand des personnes + isolées) .. et même si evidemment etre en bas de tours en bétons, ne peux evidemment qu’accentuer la revolte ...

            tu dis : «  »Moi, je pose la question suivante : le jour où, sur les dizaines de milliers de Bac+3, +4 et +5 inscrits à vie au Pôle Emploi, une petite centaine, passez-moi l’expression, « pêtera un câble »... que feront-ils donc cramer, ceux-là ?«  »

            j’ai pas la réponse, mais j’espère qu’il feront cramer, en pouvant s’infiltrer + facilement, les biens de ceux qui habitent des quartiers bien protégés, avec leurs polices privées et publiques en surnombre ... les ghéttos de riches quoi ... lol


          • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 2 juillet 2009 17:30

            Rebonjour Patdu49,

            Juste un petit message pour te remercier et pour réagir sur une chose : « ainsi parfois j’ai rencontré des assistantes sociales (BAC+4), avec l’intelligence sociale d’une huitre .. des fliquettes ».

            Bordel... je n’aurais pas su mieux l’exprimer. Le métier d’assistante sociale fait partie des nombreuses professions où la politique d’embauche se résume à : « embauchons donc les moins aptes ». Et il est vrai que nombre d’entre elles agissent comme des policiers, tendance « véreux », avec en sus une morgue et un instant de supériorité effrayant.


          • ben ben 3 juillet 2009 12:17

            « comment se fringuer » : est-ce indispensable d’avoir 12 jeans de marques, 5 paires de nique, et de changer sa garde robe constamment ?

            « comment se déplacer » : pour aller où ? (avec un petit peu de mauvise fois de ma part...)

            « comment avoir un portable » : encore une fois : indispensable ?

            « comment bouffer » : certes...

            « comment avoir un semblant de vie sociale » : il faut consommer pour ça ?

            « comment avoir accès à un minimum de loisirs » : quels type de loisir ? on peut s’amuser pour pas cher : un ballon de foot, un vélo, un freesbee, des concerts gratuits, une partie de petanque, une petite soiree entre amis à la maison, etc

            « comment se projeter dans l’avenir » : en prenant son avenir en main et en arretant de ne compter uniquement que sur les autres

            « comment prendre independance, etc » : en BOSSANT !!!

            150000 offres d’emploi, il y a peut etre une chance d’en degoter un non ? en attendant un meilleur poste dans l’avenir...

            Et arrétez donc avec votre baratin du genre « ca engendre la violence, c’est pas de leur faute mais celle de la société, gnagnagna » : ceux qui veulent s’en sortir, qui ont bénéficié d’une bonne éducation, s’en sortent


          • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 3 juillet 2009 12:24

            Sylvain,

            On voit que vous ne savez pas lire entre les lignes, et ça me fait toujours rire, moi l’ancien militant d’un parti de droite (aujourd’hui disparu), de me faire taxer de gauchiste par des types qui sont tellement eux-même tellement à droite qu’après eux, on ne trouve que le vide sidéral.

            Sur le fond, il n’y a pas d’idéologie du « Tout va mal ». C’est un constat de bon sens, car qui oserait dire qu’aujourd’hui en France tout va bien ? On trouve toujours des gens qui s’en sont sortis... tant mieux pour eux. Mais on ne peut les autoriser à tirer de leur petit cas personnel la conclusion, egocentrique et imbécile, que les problèmes des autres sont la conséquence d’un manque de volonté ou de travail. Essayez de vous mettre un peu à la place des autres, Sylvain : vous verrez, on apprend beaucoup.

            Frédéric Alexandroff


          • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 3 juillet 2009 12:32

            Ben...

            Vous faites preuve de la même mauvaise foi que Sylvain, en y ajoutant toutefois un bonne dose de mépris et en triplant celle de mauvaise foi, spécialement quand vous dites que pour prendre son indépendance il suffit de « BOSSER ». J’en conclus que vous pensez que le chômage est une vue de l’esprit, une fable qu’on raconte aux enfants pour les forcer à bien travailler à l’école. Sans doute n’avez-vous jamais été confronté à cette situation, et en dépit de vos remarques haineuses, je ne vous le souhaite pas.

            Car voyez-vous, quand j’étais plus jeune, lycéen puis étudiant, je pensais, moi aussi, que pour s’en sortir il suffisait de faire montre de bonne volonté et de rigueur. Il n’en est rien, et il m’aura fallu taper à la porte du monde du travail, et me l’avoir plusieurs fois faite rabattre à la figure, pour comprendre que le monde ne fonctionnait pas ainsi, et que le mérite individuel était un leurre, un mirage sans consistance.

            Pour le reste, je vous dirais la même chose qu’à Sylvain : essayez l’empathie. Peut-être grandirez-vous un peu.

            Frédéric Alexandroff


          • patdu49 patdu49 4 juillet 2009 09:20

            sylvain,

            Il ne faut pas être désolé, tu as tout à fait le droit d’adherer au sadisme et au masochisme, et à l’egoisme et à l’individualisme etc .. et au nihilisme .. et de t’exprimer en diabolisant les écrits des autres, en allant dans la pure éxageration etc ...

            moi à partir du moment ou tu ne m’imposes pas ce mode de pensée et de vie et de comportement, je suis très libérale au niveau des libertés individuelles.
            tu n’as donc pas à être désolé .., je suis un « gouroux gauchiste », pour reprendre tes expressions, très cool lol ...


          • patdu49 patdu49 4 juillet 2009 10:09

            Ben,

            « comment se fringuer » : est-ce indispensable d’avoir 12 jeans de marques, 5 paires de nique, et de changer sa garde robe constamment ?

            indispensable, non, pas autant que 12 jeans, et/ou pas necessairement « de marques ».
            malgrés tout cela représente un budget quand même.
            -chaussettes
            -sous vêtements
            -chaussures, baskets
            -tee-shirts, polos, chemises
            -pantalons
            -linge de maison, couette, draps housse, taies oreiller, serviettes de toilettes

            et pour rester dans ce qui touche au corps, je rajouterais que certains petits plaisirs, sont aussi parfois agréables et améliore le bien être .. la seduction etc ..

            -coiffeur, necessaire de coiffure, de rasage etc
            -produits d’hygiène corporel, parfumerie
            -bijoux, tatouages
            - et faut aussi payer les factures d’eau (bain, douches) ..

            « comment se déplacer » : pour aller où ? (avec un petit peu de mauvise fois de ma part...)

            -pour aller aux convocations pole emploi, ou au pli CLI ou en stage ou dans les agences d’intérim, ou à la poste, ou à la CAF
            -pour aller rendre visite à des amis, à de la famille, pour aller voir un proche, un parent hospitalisé, pour se rendre à un mariage, une communion .
            -pour aller au ciné, en boite de nuit, à un concert, au booling, se payer un tour de karting, pour aller à la fête foraine, au parc d’attraction, au restaurant, aux restos du coeur, au secours populaire, au secours catho, chez le dentiste, chez le toubib, pour aller faire des courses alimentaires, pour aller depanner un pote en panne
            -pour aller rejoindre des amis à la mer au camping l’été

            bref pas les deplacements qui manquent ..

            « comment avoir un portable » : encore une fois : indispensable ?

            non, c’est pas toujours indispensable, perso j’en ai jamais eu
            mais pour les jeunes d’aujourd’hui, je ne considère pas cela comme un luxe, d’être joignable facilement ..
            et au delà de ça, tout comme des fringues de marques, c’est une sensation d’appartenance sociale pour beaucoup de jeunes .. et dailleurs + on est dans la merde, et sans espoir et + on se rattache à ces signes d’appartenance sociale ..,

            beaucoup de jeunes qui vivent dans des tours en béton, n’ont que ça quasimment, leur portable, leurs fringues, et parfois la BMW d’occase du grd frère qui vend du shit ... ça donne un sentiment d’exister .. ça adouci le mal-être intérieur d’une société qui on a l’impression ne nosu laisse pas dde place réellement pour construire notre vie ..

            « comment bouffer » : certes...

            « comment avoir un semblant de vie sociale » : il faut consommer pour ça ?

            oui, il faut consommer pour ça, d’autant + dans des pays dits « évolués » .. ou quasi tout est basé sur la conso.

            « comment avoir accès à un minimum de loisirs » : quels type de loisir ? on peut s’amuser pour pas cher : un ballon de foot, un vélo, un freesbee, des concerts gratuits, une partie de petanque, une petite soiree entre amis à la maison, etc
            pas cher, c’est toujours + que ZERO € ..
            si tu veux tu peux m’offrir, un ballon de foot, un vélo, un freesbee, des boules de petanques, et la petite soirée à la maison (tu me diras le cout de la maison, des meubles, de la télé, du canapé, du frigo, de l’apéro, de la boisson, des amuse-gueules, du gaz, de la gasinière, des impots locaux, de l’edf, de l’assurance habitation etc ... et ce qu’on va faire donc dans cette soirée entre « amis » ..
            avec ZERO€ tu me diras comment tu fais ...

            « comment se projeter dans l’avenir » : en prenant son avenir en main et en arretant de ne compter uniquement que sur les autres
            « comment prendre independance, etc » : en BOSSANT !!!

            ah ok ... bah dis donc, avec ces reflexions on est avancé dis donc ...
            donc si j’ai bien compris, toi, à ta majorité, t’as compté sur personne, à 18 piges, t’etais à la rue, tout nu, pas compté sur papa maman ni sur la collectivité ... ?
            et t’as réussis, à avoir boulot, logement, meubles, équipements, etc avoir une vie sociale, bouffer, payer tes impots tes assurances, etc etc .... chapeau mec, t’es un sur-homme ..

            je suis préssé de te rencontrer, ça me donne envie de faire un reportage sur ta vie, pour demontrer que la misère, la précarité, la pauvreté, etc, c’est juste un manque de volonté personnelle ... et rien d’autre ...

            on va pouvoir comparer nos 2 vies, moi j’ai bossé depuis l’age de 16 ans, et dés cet age là je payais une pension à ma mère pour l’aider pour la bouffe.
            et j’ai + de 40 expériences professionnelles differentes au compteur, + du bénévolat.

            150000 offres d’emploi, il y a peut etre une chance d’en degoter un non ? en attendant un meilleur poste dans l’avenir...
            mais que 5% de CDI plein temps correctement payé sur ces 150000 offres d’emplois, dont certaines sont bidons, déjà pourvues, ou en doublons etc ... et defois c’est des contrats aidés et pas des emplois réels ..
            ce qui represente environs 7500 emplois CDI pleins temps payés correctement, pour environs 7 MILLIONS de demandeurs d’emplois ..
            tu conviendras que ça ne fait pas beaucoup pour toute la france ...
            c’est 2000 emplois par jour en ce moment qui disparaissent, juste pour te rappeller qq chiffres ...

            Et arrétez donc avec votre baratin du genre « ca engendre la violence, c’est pas de leur faute mais celle de la société, gnagnagna » : ceux qui veulent s’en sortir, qui ont bénéficié d’une bonne éducation, s’en sortent« 

            oui moi je m’estime bien éduqué, et je m’en sors, en vivant dans l’illégalité, et marginalement, .. d’autres non pas cette »chance« , pour ces derniers que je m’inquiète ..

             maintenant »s’en sortir" c’est subjectif comme terme ...


          • Massaliote 2 juillet 2009 15:09

            « Heureux les simples d’esprit » nous dit l’auteur. Déformés par l’école, abreuvés par la bonne télé rinceuse de méninges comment voulez-vous qu’ils prennent conscience de leur triste état ? Le bonheur des moutons dans un espace formaté par les merdias à la solde des véritables maîtres du monde, bonheur parfois traversé par un drame (la mort de Mickaël Jackson). Episode marquant de leur vie. Pourvu qu’ils ne ratent pas la prochaine « Star Académy » tout va bien. 


            • Yohan Yohan 2 juillet 2009 15:10

              Assez d’accord avec votre article. On sent beaucoup de condescendance de la part des seniors vis vis des jeunes. La génération des nantis n’a guère préparé le terrain pour sa descendance, trop occupé à se polir le nombril. Je suis écoeuré de voir les salaires de misère proposés aux jeunes par les entreprises, et la multitude de stages présentés comme des offrandes à la jeunesse. Quant au logement, c’est un véritable scandale dans les grandes villes. Rien n’est fait pour les jeunes, on a même au fil des années supprimé les chambres de bonne et les foyers de jeunes travailleurs sont devenus des asiles pour chômeurs. C’est effarant de voir le nombre de jeunes couples qui vivent dans des fourgonnettes en attendant de pouvoir se loger à proximité d’un boulot. Enfin, l’ascenseur social est réservé aux jeunes élites.


              • Cascabel Cascabel 2 juillet 2009 16:46

                Rie d’étonnant à cela. A partir du moment où la préférence nationale à été abandonnée on a privé nos jeunes d’un héritage qui leur revenait de droit.
                Les jeunes qui fustigent ce sage principe social appliqué un partout sur la planète ne peuvent plus se plaindre de leur condition.


              • tchoo 2 juillet 2009 15:27

                C’est quoi ces catégories à la con
                c’est qui les vieux, c’est qui les djeun’s.

                Savez vous que seulement 37% des plus de 55 ans travaillent pas
                Savez-vous que si vous cherchez du boulot à partir de 45 ans bonjour la galère, à partir de 50 ans, vous pouvez toujours rêver, à partir de 55 ans, vaut mieux aller à la pêche, peut-être que là vous trouverez un peu à bouffer.

                Le premier qui me dit que je suis vieux, je lui casse les dents !
                non mais ! on va pas se laisser emmerder....


                • Michel DROUET Michel DROUET 2 juillet 2009 16:36

                  D’accord avec toi. A 62 ans je dois faire partie des vieux (ou des aînés, comme on dit poliment maintenant)
                  Je ne me plains pas ni ne pleurniche, encore moins me lamente, mais je gueule souvent , en particulier quand je lis des banalités et des raccourcis sur les jeunes ou sur les vieux et encore plus quand je vois la situation de l’emploi (tous âges confondus).
                  Ce n’est pas en clivant qu’on arrivera à quelque chose.


                • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 2 juillet 2009 16:50

                  Bonjour à vous, Tchoo et Michel Drouet,

                  Avant que davantage de « vieux » ne s’énervent, je tiens tout de même à préciser, et beaucoup je l’espère l’auront compris, que mon chapeau introductif n’était destiné, en substance, qu’à mettre en lumière le décalage entre une idée reçue (le jeunisme qui favoriserait les... jeunes, justement) et une réalité nettement plus complexe, dans laquelle aussi bien les moins de trente que les plus de cinquante ans sont victimes d’une discrimination. L’employabilité optimale se situerait apparemment entre trente et cinquante, et même, on a l’impression ces temps-ci que l’étau se resserre encore vers trente-cinq / quarante-cinq.

                  Alors non, voyez-vous, je n’insinue pas que TOUS les plus de cinquante ans sont des vieux cons. Je ne pourrais pas. Ma mère me metterait sûrement une baffe, pour commencer.

                  Plus sérieusement, il n’est donc pas question ici de « cliver » comme dit M. Drouet, mais plutôt de pousser à l’unité. Car la question de l’emploi ne pourra pas être réglé tant que les politiques, les chefs d’entreprise et autres « décideurs » n’auront, fort à propos, décidé d’admettre la réalité suivante :

                  Il y a de moins en moins de travail, et il y en aura de moins en moins, et ce pour des questions structurelles. L’avenir passe par le découplage, le divorce, entre « emploi » et « revenus », car faute d’une telle révolution mentale et, ensuite, politique, il ne sera pas possible d’assurer à chacun une vie décente.

                  A ce propos, je crois me souvenir que Christine Boutin était favorable à un « revenu universel ». Maintenant qu’elle a été balancée par dessus bord du navire gouvernemental, elle va peut-être revenir à ses tendances plus sociales.

                  Amicalement.

                  Frédéric Alexandroff


                • patdu49 patdu49 2 juillet 2009 15:36

                  concernant les logements, le malheur des uns fait le bonheur des autres ...

                  tout un tas de MULTI-propriétaires, rentiers, qui s’engraissent, sur le dos et des locataires et des APL qui terminent dans leurs poches ..

                  ils auraient tort de s’en priver, tout est fait politiquement pour les engraisser à donf ... et de générations en générations, par les héritages de + en + defiscalisés .., et comme les riches se marient etc, le + souvant entre eux, ça accentue bien evidemment le phénomène ..

                  c’est cool d’être riche en France, un petit paradis fiscal sur bien des points ..

                  tu peux te payer des domestiques précaires, soumis, remboursés à 50% par l’etat (crédit d’impot) .. s’ils ne se soumettent pas, ils peuvent être radié, tout simplement, on leur suspent tout bonnement leurs maigres allocations de survie ... et pour les - de 25 ans, bah eux comme ils n’ont droit à rien, encore + simple de les soumettre pour les plus précaires ...

                  et leur louer ensuite un 9m2 à 500€, à tes mêmes domestiques, pour leur reprendre le peu qu’il leur restait pour bouffer !! l’APL , la collectivité, donc, participera de 240€ pour t’engraisser ..

                  pas grave, « y a t’y pas les restos du coeur pour qu’ils s’alimentent » , ou quand tu fais un don pour te donner bonne conscience, c’est une fois de + l’etat qui te redonne 75% de tes dons (exo credit d’impot), en fait tu en donnes réellement que 25% ...
                  alors que le smicard lui quand il donne 50€ il donne 50€ réel, il est pas imposable, il s’en branle de l’exo d’impots ...
                  le riche lui, quand il donne 50€ il a donné que 12,50€ en fait ...

                  tout le système est fait pour engraisser les riches dans ce pays ..
                  pas etonnant que les 10% les + riches detiennent 46% des richesses du pays, et que les 30% les moins riches eux se partagent 1% seulement ..

                  et si on coupe en 2, les 50% les + riches detiennent 93% des richesses totales, et les 50% les moins riches 7% seulement ...

                  sinon même encore mieux, pour avoir des domestiques à encore moins cher, même pour gagner du pognon sur leur dos, suffit de passer par une pseudo entreprise de pseudo réinsertion, ainsi en te mettant tenancier exploiteur de la misère, sous une pseudo association, tu peux percevoir jusqu’à 95% d’aides (état + collectivités locales), comme ça tu peux même faire entretenir ta propriété privée, debroussaillage, lavage de voiture, etc ... pour seulement 5% du cout horaire du smic ..
                  soit moins de 50 centime de l’heure ....

                  elle est pas belle la vie ?


                  • Yohan Yohan 2 juillet 2009 20:33

                    Je dirais que tout est fait pour encourager la spéculation et pas grand chose pour développer les entreprises et l’emploi qui va avec. Qui se soucie des entreprises, à gauche comme à droite.. ?


                  • norbert gabriel norbert gabriel 2 juillet 2009 16:00

                    j’hésite en mort de rire, et la consternation absolue... Mais comme disait mon grand père « à question idiote réponse idiote » ce que résume votre conclusion.
                    Plus sérieusement, ce qui me préoccupe, et me désespère souvent c’’est la résignation de ces « jeunes générations » sauf peut-être les 15-18 ans qui ont l’air un peu moins démobilisés.
                    Je me dis souvent qu’il y a une ou deux générations de parents qui méritent ce qui leur arrive, s’ils ont des djeuns de 25-30 ans à la ramasse, qu’est-ce qu’ils leur ont appris ? Qu’en 1960-70 le bonheur économique était la panacée, au diable (!) les vieux refrains bolcheviques des vieux syndicalistes has-been , OK, on voit le résultat, un Medef qui n’a pas hésité à suggérer que les chômeurs devraient être à la dispoqition des entreprises, ces feignasses...
                    Je vais affûter ma faucille et astiquer le marteau, mais moi qui n’ai jamais été encarté, ce qui n’empêche pas d’être militant résolu, je me demande parfois si je vais pas continuer ma retraite de vieux (fou ou con, c’est selon) en rejoignant un parti révolutionnaire...
                    J’y réfléchis, et je vous tiens au courant.


                    • Yohan Yohan 2 juillet 2009 20:43

                      Commentaire typique de baby boomer autosatisfait qui a oublié que les fruits de sa belle vie, son aisance et ses trente glorieuses proviennent des pousses qu’ont planté ses parents et grands parents qui eux se sont fait suer le burnou et qui se sont farçis deux guerres immondes, sans jamais profiter de la vie. 


                    • Acarp47 2 juillet 2009 16:19

                      Une question toute bête aux éclairés pourfendeurs de ces jeunes "lobotomisés, cyniques, conscients de vivre dans une société pourrie« et intoxiqués à coups »de programmes télévisuels débilitants, de bouffe infecte, de Coca-Cola et de Nutella«  : Qui est responsable de ce si regrettable état de fait ? Qui donc si ce n’est vous mêmes, les vieux (oh, pardon, les »seniors« ) ?
                      Il me semble que TF1, le coca cola, la société de consommation et le mac do ont tout de même légèrement plus de 25 ans non ? Et le nutella n’arrive pas tout seul sur les tartines des enfants...
                      Ceux qui se permettent de gerber piteusement sur la jeunesse qui se fond dans le libéralisme, en se gavant de mac do me font penser à un troupeau de maçons qui engueuleraient un mur pas droit.

                      Alors oui, j’ai 28 ans (aie, 3 de trop), je vote bayrou, je mange du nutella tous les matins, j’aime bien me faire un mac do de temps en temps, j’ai travaillé dur pour obtenir un job bien payé dans un grand cabinet de conseil parisien, non pas par passion pour mes clients, mais parce qu’on m’a bien rabâché pendant 24 ans que faire de grandes études était un prérequis pour réussir sa vie dans notre société, et que toute tentative de s’écarter de ce chemin était vaine. Et pire que tout, je possède un smartphone ! J’en viens presque à me dire que je devrais me mettre à regarder secret story histoire de faire un acte de militantisme jeuniste.

                      Ca ne m’empèche pas d’être clairvoyant sur l’absurdité et l’injustice profonde du monde que m’ont légué mes prédecesseurs et eux seuls. Ca ne m’empèche pas de voir à quel point cette société soit disant jeuniste laisse crever ses enfants, sans même leur donner un RMI, dans des mansardes insalubres à 500€ par mois pour passer des diplômes au rabais dont ils s’entendront plus tard dire qu’ils »ne remplacent pas l’expérience« .

                      Alors à tous les Francis Cabrel de tous bords qui se lamentent en marmonnant dans leur barbe et en lisant leur relevé de PEA que »c’était mieux avant", essayez plutôt de faire votre auto critique. Essayez de comprendre à quel point vous avez vous même engendré le monstre dont vous regrettez la laideur par votre égoïsme et votre bêtise. Et de grace, essayez d’agir pour corriger le tir plutôt que de vous perdre en vagissement inutiles. Vendez vos actions TF1 !


                      • patdu49 patdu49 2 juillet 2009 16:34

                        salut Acarp47

                        tant que tu ne nourris pas toi même ce que tu appelles « le monstre », c’est déjà ça ;o)

                        tu conseilles qui pour faire quoi dans ton grand cabinet, qui te donne un job bien payé ?

                        sinon voter Bayrou, c’est un peu en contradiction, avec ce que tu appelles ta conscience que ceci cela ...
                        car que propose-t-il ce Bayrou, pour contrer ce ceci cela etc ?

                        lui même enorme propriétaire mondain, qui fait tout pour echapper au fisc, (légalement je te rassure quand même) et qui avait des frais de costumes de dizaines de milliers d’euros, qu’il tentait de faire passer en frais de campagne à une époque ?

                        tu votes pour qq qui est laid par son egoisme et sa bétise en l’occurence ..

                        je n’ai absolument JAMAIS rien lu dans ces programmes, concernant les jeunes, ou même concernant une lutte contre la pauvreté et la précarité en général, ou pour un partage equitable des richesses, RIEN, NADA ... ZERO ..


                      • Frédéric Alexandroff Frédéric Alexandroff 2 juillet 2009 17:09

                        Bonjour Acarp47,

                        C’est marrant... les seniors qui lisent l’article pensent que je suis un jeune con, et les jeunes un vieux con. C’était quoi la chanson déjà ? Ah oui... « le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con, on est con. »

                        Venons-en à présent à vos commentaires : premièrement, je me permets de vous féliciter pour votre « job bien payé dans un grand cabinet de conseil parisien ». Et même doublement, car « bien payé, »grand« et »parisien« constituent trois superlatifs qui devraient contribuer à votre épanouissement social. Ainsi que le remarquait Patdu49 plus haut, sans argent, on ne peut avoir de vie sociale. D’un autre côté, le côté linéaire du triptyque boulot-maison-gosse peut en rebuter plus d’un, et l’apparence de la réussite n’est pas la réussite elle-même.

                        Je ne suis donc pas un vieux con, accessoirement je déteste Francis Cabrel, et j’ai le même âge que vous. Moi aussi, on m’avait dit que les diplômes étaient important, et c’est seulement après les avoir obtenus, et passé des années à me faire littéralement insulter par des patrons, que j’ai compris le sens véritable de cette phrase.

                        Les diplômes sont importants... quand on ne les a pas.

                        Et c’est précisément la raison pour laquelle je refuse de cliver. Les politiques passent leur temps à cela : les diplômés contre les non-diplômés, les jeunes issus de l’immigration contre les »pure souche", les jeunes contre les vieux... alors que fondamentalement le problème se pose en d’autres termes. Comme je l’ai écrit plus haut : il y a de moins en moins de travail et il y en aura de moins en moins.

                        Alors oui, c’est vrai, je tape sur MA génération. Car vous ne m’ôterez pas de l’esprit que nous appartenons à une génération... d’idiots, pour parler poliment, prêt à courber l’échine. Soyons honnête : depuis les manifestations contre le CPE, je n’ai pas le sentiment d’une grande capacité de mobilisation de la part des jeunes. Pire : l’affaire du CPE démontre ce caractère stupide, car ces jeunes se sont, pour l’occasion, contentés de remettre leurs intérêts entre les griffes des sempiternels même gauchistes, de l’UNEF ou autres, ces futurs cadres du PS qui font beaucoup de bruit dans la rue mais n’ont rien à craindre pour leur avenir, déjà tout tracé.

                        Si les jeunes veulent le pouvoir, qu’ils le prennent. Mais qu’ils ne le confient pas à Bruno Julliard.

                        Frédéric Alexandroff


                      • Acarp47 2 juillet 2009 18:06

                        Vu l’état de délabrement du PS, les gesticulations risibles du facteur de Neuilly, et le miroir aux alouettes de "l’écologie politique", je ne trouve rien de mieux que le tractophile du Bearn, désolé. Il est un grand propriétaire ? Je te répondrai que Rousseau et Karl Marx étaient des grands bourgeois (non sans une bonne dose de provoc’) !
                        Et puis j’ai suffisamment fréquenté les milieux des diplômés des grandes écoles d’ingénieurs et de commerce tous formatés pour le concours de l’ENA pour avoir pris conscience que ce n’est pas avec ce type de cerveau qu’on est armé pour exercer la fonction suprême. Gouverner va plus loin que la simple application du bon sens qu’on nous inculque à Centrale, Polytechnique ou HEC ! Alors pitié, ne me donnez plus le choix entre des normaliens binoclards frustrés d’avoir pris des coups de pieds aux fesses à la maternelle (et qui se « vengent » sur la première secrétaire venue) ou des vendeurs de cuisines ayant dérivé vers l’ingénierie financière pour faire comme tom cruise pour présider à ma destinée. Donnez moi des philosophes lettrés bordel ! Des gens formés à réfléchir dans la globalité et pas des machines à résoudre les problèmes ! Laissons ca aux sous fifres des cabinets ministériels. Ils sont là pour ca

                        Sinon sur le volet révolution, il y a selon moi un énorme fossé entre la conscience de la pourriture du monde et le fait d’être un révolutionnaire.

                        Une leçon que nous donne l’histoire, c’est que les évolutions nous feront toujours avancer plus loin et mieux que les révolutions.

                        Lors d’un voyage en Inde, je discutais avec un homme du succès chinois qui paraissait surpasser celui de l’Inde. Il me répondit que le tigre avait beau courir plus vite que l’éléphant, un simple arbuste suffisait à contrer sa course. Soyons des éléphants (rien a voir avec le PS !). L’inde est la plus vieille civilisation qui soit encore debout. Il y a probablement une raison à cela.

                        Alors plutot que de voir les choses par le petit bout de la lorgnette en résolvant les problèmes au fur et a mesure qu’ils se posent et de façon indépendante dans l’espace et le temps (les jeunes ne respectent plus rien, il faut réformer le capitalisme, le nucléaire c’est mal, l’emploi c’était mieux avant, il faut réduire la dette publique, non mais c’est quoi un smartphone ? Etc, etc...), essayons de les résoudre dans leur ensemble. Les individus vont mal car leurs groupes sociaux vont mal, car la société est malade. Pas l’inverse.

                      • Acarp47 2 juillet 2009 18:24

                        @Frédéric Alexandroff

                        Je ne nie pas que la génération des 15-30 ans (pour faire large et nous englober tous les deux) ne montre des signes inquiétants de moutonite aigüe ! Je me contente de dire que c’est trop facile de dire que c’est uniquement de leur faute ! Ils s’adaptent à l’environnement qu’on a bien voulu leur donner.

                        Quand on en a vu trop de la vie trop jeune, quand on est consciencieusement abandonné par les générations précédentes trop occupées à satisfaire leurs envies et leurs ambitions personnelles, quand on n’a pour seul refuge intellectuel que TF1 le soir en rentrant de l’école quand papa et maman sont au travail, quand l’injustice (sociale ET civile ET pénale) est vécue comme une banalité, quand la définition du bonheur est dictée par le catalogue de BMW et de Louis Vuitton, on devient un Homme mauvais. Tout simplement.

                        Je vous renvoie à mon analogie du maçon qui hurle contre son propre mur parce qu’il penche. Pour avoir de bons murs, ne cherchons pas a faire de meilleures briques, essayons de faire de meilleurs architectes en premier lieu, puis de meilleurs maçons.

                        Bien à vous


                      • colza 2 juillet 2009 19:46

                        D’abord, mettons nous bien d’accord : je suis un vieux con (63 ans aux pommes), ce qui d’une certaine manière me rassure, je n’en ai plus pour très longtemps à être con.
                        Ceci dit, j’en ai marre qu’on me bave sur les burnes au prétexte que, en tant que retraité, je suis devenu une sorte de parasite de la société.
                        J’ai bossé pendant 43 ans. Durant tout ce temps, j’ai versé presque le quart de ce que je gagnais (et mon patron encore plus) pour que les malades puissent être soignés, que les chômeurs aient un revenu de remplacement et que les retraités de mon temps d’activité puissent jouir d’une pension. On appelait ça la solidarité.
                        J’estime que, maintenant, j’ai fait mon taf, que j’ai assez payé pour avoir droit maintenant à avoir la paix et un revenu décent. J’estime que j’ai eu une sorte de contrat moral avec cette société, je bossais pour la communauté et la communauté me redevrait ça quand ce serait mon tour de me reposer.
                        Et mon tour est venu...


                      • Acarp47 2 juillet 2009 19:52

                        Qui vous a parlé d’argent ? Qui vous a traité de parasite ? Qui a dit que vous ne méritiez pas votre retraite ?


                      • L'enfoiré L’enfoiré 2 juillet 2009 23:17

                        Acarp47,
                         Je me suis amusé avec le com, comme j’ai applaudi pour les jeunes en Iran qui se sont réveillés après les élections. Ceci pour élever le débat.
                         Je n’ai pas compris toutes les réf, parce que je ne suis pas francais.
                         Tout le monde a sa belle époque. Les années 1900 ont été appelées ainsi. Et pourtant, elles n’étaient belles que pour certains et pas our d’autres dans leur majorité. Tu verras avec le temps, on oublie tout des mauvais cotés d’avant. C’est programmé ; Mais il faut avoir quelques heures de vol pour cela.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès