Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’IVG est un droit et doit le rester !

L’IVG est un droit et doit le rester !

En Espagne comme en France, l’IVG doit rester un droit !

Au début des années 1970, les féministes et plusieurs associations ont combattu pour le droit à l’interruption de grossesse ;

C’est ainsi que le MLAC ( Mouvement pour la Liberté de l'Avortement et de la Contraception ) s’est constitué et a organisé une campagne active.

Il fallait un cadre légal, au nom de l’égalité des droits et du droit des femmes de disposer de leur corps ;

L’égalité des droits était à l’époque de la prohibition, inexistante :

- Les pauvres qui voulaient avorter le faisaient dans des conditions difficiles, risquant des accidents ;

- Les riches se payaient un voyage dans une capitale où l’avortement était légal

Le MLAC et d’autres associations ont à la fois mené une bataille d’opinion et à la fois pris des risques.

C’est ainsi que des médecins militants ont mené dans des conditions sanitaires satisfaisantes des interruptions de grossesse.

Ils risquaient leur carrière et la prison.

Nous qui organisions le réseau, des risques réels mais moindres existaient.

Grâce à cette action du MLAC ( 1973-1975) l’avortement est devenu légal et encadré grâce à la loi Veil du 17 janvier 1975 .

Une majorité rassemblant la gauche et une partie de la droite a voté une loi progressiste et tant attendue proposée par une femme de droite…..

Simone Veil a eu beaucoup de courage, elle mérite nos remerciements.

Aujourd’hui une partie de la droite remet en cause cette loi et aimerait bien qu’en France on suive le triste exemple espagnol.

Elle soutient indirectement les manifestations des « provies » et de tous ceux qui sont contre l’avortement .

Des associations ont décidé d’appeler à manifester à Paris et dans de nombreuses villes samedi 1er février :

 

« Le 1er février à Madrid, aura lieu une grande manifestation pour défendre le droit à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), remis en cause par le gouvernement espagnol actuel de Rajoy

Ce dernier rêve de revenir à l’ordre moral et veut faire de cette suppression de l’IVG un exemple européen.

Alors que les forces anti démocratiques et réactionnaires se mobilisent en France contre le droit à l’IVG et le projet de loi de Najat Vallaud Belkacem adopté au parlement, les mouvements féministes et démocratiques de notre pays ont décidé, conjointement à celle de Madrid, une grande manifestation nationale.

Tout en respectant le droit des femmes à disposer de leur corps, à opter ou non pour une interruption volontaire de grossesse, le droit à l’avortement doit progresser en Europe – et non régresser -, c’est un double enjeu : démocratique et de santé publique.

Le CNAFAL participera à ces manifestations et appelle ses adhérent(e)s et toutes les femmes et hommes attachés aux conquêtes féministes et démocratiques à se mobiliser et à descendre dans la rue ce 1er février. »

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 31 janvier 2014 08:39

    Je suis pour que les femmes décident (elles seules) de leur corps et de leur vie...mais un IVG reste quand même un assassinat il me semble.. ?


    • pissefroid pissefroid 31 janvier 2014 11:48

      Claude-michel, il n’est pas possible d’appeler assassinat une ivg.

      L’ embryon ou le foetus in utero n’a pas d’existence juridique autonome en dehors de la personne de la femme.

      http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/730-statut-de-l-embryon-et-du-foetus-universite-de-droit-paris-5

      Vous ne pouvez pas assassiner quelqu’un qui n’existe pas.
      La loi de la république est faite ainsi.


    • Prudence Gayant Prudence Gayant 31 janvier 2014 12:18

      Claude-Michel

      N’oubliez pas la complicité active de l’autre partenaire. Evidemment dans 99,99% des cas, celui-ci va se défausser en racontant force affabulations. Comme il se lit ici et ailleurs.

    • claude-michel claude-michel 31 janvier 2014 12:27

      Par pissefroid...Que vient faire la justice dans l’existence..la vie..Vous avez la vue courte et peu de respect de la vie... ?
      Pas très fréquentable en somme..vous vous cachez derrière des lois absurdes...une forme de lâcheté...mais hélas des comme vous il y en a beaucoup...


    • claude-michel claude-michel 31 janvier 2014 12:29

      Par Prudence Gayant...Je ne critique pas l’IVG...les femmes sont libres de décider elles mêmes...je donne un avis personnel simplement.. !


    • Prudence Gayant Prudence Gayant 31 janvier 2014 12:45

      claude-michel,

      "..mais un ivg reste quand même un assassinat il me semble..,
       Vous êtes apparemment pour que les femmes décident seules face aux emmerdes non ?

    • claude-michel claude-michel 31 janvier 2014 12:58

      Par Prudence Gayant...je ne suis pas responsable de cette loi...vous avez mon avis sur mon premier commentaire.. !


    • El Old Fritz El Old Fritz 31 janvier 2014 14:41

      "Claude-michel, il n’est pas possible d’appeler assassinat une ivg.

      L’ embryon ou le foetus in utero n’a pas d’existence juridique autonome en dehors de la personne de la femme.« 

      Intéressant comme point de vue. Ce serait donc le Droit qui créé la vie ?

      En tout cas ce commentaire a le mérite -certes involontaire- d’éclairer la vision matérialiste des défenseurs inconditionnels de l’avortement : pour eux, le corps -de la femme dans le cas qui nous occupe, mais la même remarque vaut pour l’homme- est un objet comme un autre, dont nous serions propriétaire. A ce titre il est susceptible d’être loué (rappelons-nous les délires de Pierre Bergé sur les ouvriers et les femmes enceintes- et bien sûr, vendu.

      Quant à l’enfant -pardon, à »l’embryon« - il se voit réduit au statut de »fruit« , au sens juridique du terme, du corps de la femme. Celle-ci étant propriétaire de son corps, elle est également ipso facto, par l’application des règles du droit civil, propriétaire de l’embryon, sur lequel elle dispose par conséquent des prérogatives d’un propriétaire, qu’il s’agisse de le vendre (la PMA) ou de le tuer (l’IVG).

      Il est par conséquent tout à fait logique que certaines féministes anglo-saxonnes revendiquent à présent le droit à l’avortement post-natal : loin de marquer l’avènement de la personnalité juridique de l’enfant, la naissance laisse intact le lien de dépendance entre sa mère -oh pardon, c’est sûrement machiste comme terme : disons plutôt son »incubatrice"- et l’enfant, dont on rappellera par exemple qu’il ne dispose pas encore d’un système immunitaire pleinement efficace.

      Bien sûr, pour l’instant, les féministes françaises n’en sont pas à exiger le droit de tuer l’enfant jusqu’à ce qu’elle soit sevrée. Elles ont toujours quelques années de retard sur leur copine d’Outre-Atlantique.

      Tic tac, tic tac, donc, le meilleur des mondes est en marche... mais vers sa fin, même s’il l’ignore.


    • pissefroid pissefroid 31 janvier 2014 16:06

      El Old Fritz,

      Le droit ne crée pas la vie,
      le droit crée l’existence légale,
      à partir de laquelle,
      il est possible de parler d’assassinat,
      puisque l’ivg est un acte prémédité.


    • El Old Fritz El Old Fritz 31 janvier 2014 18:44

      « Le droit ne crée pas la vie,

      le droit crée l’existence légale,
      à partir de laquelle,
      il est possible de parler d’assassinat,
      puisque l’ivg est un acte prémédité »

      Merci de confirmer aussi méthodiquement mes propos. Il n’y a donc, selon vous, pas de vie en dehors de l’existence légale : d’où je conclus qu’à partir du moment où l’on est inscrit sur aucun registre, on n’a aucun droit.

      Bel exemple d’humanisme. Difficile d’aller plus loin dans la réification, sauf à coller un code barre sur chaque être hum... ah non, pardon : chaque mammifère.


    • oncle archibald 31 janvier 2014 20:04

      « Vous ne pouvez pas assassiner quelqu’un qui n’existe pas.
      La loi de la république est faite ainsi. »

      C’est se cacher derrière son petit doigt que de dire cela. Pour être plus exact on pourrait dire que par la loi de la République vous avez le droit de supprimer la vie de quelqu’un qui va exister dans quelques mois. Ce « quelqu’un en gestation » n’est la propriété ni de la femme qui le porte, ni celle de l’homme qui a donné consciemment ou non les gamètes qui lui ont permis d’exister. Il est une nouvelle vie qui commence et comme chacun d’entre nous il est unique et irremplaçable.

      Il est quand même assez paradoxal que les mêmes qui militent avec Brigitte Bardot pour qu’on respecte la vie des chiens, des chats, des petits phoques et autres bestioles, militent avec la même vigueur pour qu’une femme ait le droit de supprimer une vie humaine, et depuis l’adoption du dernier amendement sans être elle même en danger physique ou en détresse morale du fait de cette vie qui commence et dont elle ne veut pas par simple commodité. 

      Les mêmes hurlent quand les vacanciers laissent leur chien attaché à un arbre dans une station service d’autoroute. Le problème est pourtant bien le même. Ce chien qu’ils avaient pourtant choisi d’acheter à un instant T, comme cette grossesse non désirée à un instant T’, les gêne et ils n’en veulent pas. Donc à la trappe le chien et à la trappe le foetus. 

      Abandonner un chien c’est puni par la loi, zigouiller un foetus c’est remboursé par la sécurité sociale. Et bien ne vous déplaise, dans le cas précis, les lois de la république ne me conviennent pas.

    • Bubble Bubble 31 janvier 2014 09:04

      Votre dessin est absolument scandaleux.

      Il ne s’agit pas pour ce bébé d’avoir une vie « plus chouette » ou « moins chouette » dans le cadre de l’avortement, mais tout simplement d’avoir une vie ou non. Et il me semble que vous ne lui donnez pas son avis.

      Ma petite soeur est adoptée et a été abandonné par ses parents dès sa naissance qui ne la désiraient peut être pas assez pour passer cette épreuve. Évidemment, être adoptée ça pose un paquet de problème dont il serait « plus chouette » qu’ils ne se posent pas.

      Mais venez donc lui dire en face que ce serait « plus chouette » qu’elle n’existe pas, je vous en prie.


      • Rounga Roungalashinga 31 janvier 2014 10:19

        Mais venez donc lui dire en face que ce serait « plus chouette » qu’elle n’existe pas, je vous en prie.


        C’est exactement ce que je propose de faire à tous ceux qui tiennent des discours inconditionnellement pro-IVG. Le must est de se retrouver avec un de ceux-là en compagnie d’un enfant lourdement handicapé de naissance. A ce moment, il faut s’adresser à l’enfant en désignant l’autre personne : « Tu vois mon petit, si cette dame avait été ta maman, en découvrant ton infirmité dans son ventre elle aurait choisi de ne pas te laisser vivre. Tu n’existerais pas. Tu as de la chance que cette dame ne soit pas ta maman, hein ? » Savourez le silence gêné qui s’ensuit.


      • zygzornifle zygzornifle 31 janvier 2014 09:05

        En ce moment ce gouvernement essaye de remettre beaucoup de choses en question ce qui est une stratégie destinée à éloigner de l’esprit des citoyens les préoccupations principales liées à la crise qui passe ainsi au second plan .....Chaque semaine on a droit à une information ou un scandale qui jette un bon nonos à la meute des médias éloignant ainsi les français des préoccupations principales....Je pense qu’a lélysée existe un cabinet « enfumage » qui travaille à plein temps sur ce qui sera l’info de la semaine suivante destinée à détourner le regard d’ou ça fait mal....


        • JL JL 31 janvier 2014 09:11

          Moi je voudrais dénoncer l’hypocrisie, et je pèse mes mots, de Najat VB et de ses acolytes du gouvernement concernant le projet de loi dit d’élargissement du droit à l’IVG.

          Au moment où l’État cherche à se désengager de toutes ses obligations sociales, un tel projet est du point de vue des libéraux, une hérésie. Pourquoi ne le dénoncent-ils pas ? Leur silence à ce sujet est assourdissant.

          Probablement parce qu’ils savent bien qu’il sera beaucoup plus facile d’obtenir l’abrogation totale de la loi Veil quand on pourra dire que c’est une loi de confort trop coûteuse pour nos pauvres finances publiques.

          Du grain à moudre en perspective pour les faiseuses d’anges.


          • Aristoto Aristoto 31 janvier 2014 09:33

            MAis que chaqun se fasse faire aspirer ce qu’il souhaite des offices qu’il veut !!

            MErde quand meme !!


            • JL JL 31 janvier 2014 10:03

              Et toi

              puisses-tu retourner dans l’orifice d’où tu n’aurais jamais dû sortir !

               smiley


            • Liline 31 janvier 2014 09:46

              Pour réagir au commentaire de JL qui parle d’économies, si on veut parler de « gros sous », le suivi d’une grossesse ; un accouchement et les aides versées pour l’éducation d’un enfant coûtent bien plus cher qu’une IVG. Notez que c’est très bien que la maternité soit aidée : les femmes enceintes peuvent bénéficier de tout le suivi et des soins utiles pour elles et leur bébé sans que l’argent soit un obstacle (même quand on a un travail, le prix des soins peuvent très vite monter). Quant à l’IVG, il ne s’agit pas d’une opération de confort. C’est quelque chose qui est souvent éprouvant et dont la femme se serait bien passée si elle n’était pas tombée enceinte au mauvais moment (trop jeune âge, grande précarité économique, chaos dans le couple,...) Le sujet, plus de 40 ans après sa légalisation , reste tabou : peu de femmes en parlent autour d’elles, sauf à une ou deux personnes proches. Le sujet reste entouré de honte : on a « fauté », on a « assumé », mais maintenant, il faut « tourner la page » et éviter d’en parler.


              • spartacus spartacus 31 janvier 2014 10:02

                Comment une association en situation de monopole par la loi et fiancée par l’état peut demander à manifester pour des raisons politique ?


                Il est temps de couper les vivres au CNAFAL, repère de Bolchéviques vampires des contribuables Français.

                Constatez qu’a chaque article de Chalot se ne sont que des revendications politiques de gauche. 
                Loin de l’objet déclaré de cette association.

                Comment en démocratie peut on admettre un monopole de représentation des famille par des groupuscules gauchistes qui en plus vivent de l’argent de l’état ?

                Abjecte pourriture politique de gauche qui élève avec l’argent du contribuable sa basse cour Bolchevique !

                • Hervé Hum Hervé Hum 31 janvier 2014 12:02

                  Un peu de modération, sucer le travail des autres ne vous pose pas de problème non plus !.


                • asterix asterix 31 janvier 2014 12:08

                  Oh, oh, on se calme Spartacus !
                  Je ne vois vraiment pas en quoi l’avortement pourrait être bolchévique, spécifiquement de gauche, honni donc par tous ceux qui pensent comme toi.
                  L’avortement est d’abord un constat d’échec. Un pis-aller. Auparavant, il était réservé aux filles de riches, il me semble ?
                  Tu ne trouves pas ?
                  Là où je m’oppose à Chalot, c’est qu’il soit non pas libre, mais gratuit.
                  Gratuit pour les femmes qui en ont déjà plusieurs et pensent, pour des raisons propres, qu’elles ne sauront pas subvenir aux besoins de la créature à naître, OK !
                  Mais pas pour celles qui n’en ont pas et ne savent pas prouver leur état de détresse. La capote existe, ce serait à tout le moins un bon moyen de leur faire comprendre qu’elles se sont mises elles-mêmes en situation « à risque », ne fut-ce que pour le sida.
                  Le reste est question de morale personnelle. Je suis contre l’avortement si j’en suis le responsable. Mais ce qui vaut pour moi ne vaut pas pour tous. Je dois donc admettre que d’autres puissent penser autrement et accepter que leur point de vue en la matière ne concerne qu’eux.
                  Hors le concept décrit plus haut, je suis donc en accord avec la position de CHALOT. 


                • asterix asterix 31 janvier 2014 12:15

                  ...Et puisqu’on en est aux règlements de compte, il y en a au moins un qui vous rapproche, toi et Chalot : vous avez tous deux le courage de vos opinions.
                  Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais c’est déjà beaucoup.


                • Luc le Raz Luc le Raz 31 janvier 2014 16:16

                  Abjecte pourriture politique de la finance qui élève avec la sueur des travailleurs sa basse cour de rentiers !


                • France Europe République Nelson Bonaparte 31 janvier 2014 20:05

                  Spartacus n’était pas un peu bolcho quand il déclenchait la révolte des esclaves ? Vous le confondez avec l’incroyable Hulk sans doute ! Cela arrive quand on passe son temps devant le téloche au lieu de se cultiver...


                • L'enfoiré L’enfoiré 1er février 2014 14:48

                  Mais qu’est-ce que je vois ?

                  On parle d’IVG et voilà les discours à la française de gauche et de droite qui reviennent. Vous n’en ferez jamais d’autres en France.
                  On parle d’IVG, des droits acquis par la femme et ce sont des mâles qui en parlent avec des relents de politiques.
                  Le gouvernement de Rajoy en Espagne, détricote ce que son prédécesseur était parvenu à installer dans une loi. 
                  Dommage qu’il n’y ait pas de femmes sur cette antenne.
                  La vie est quelque chose d’important, mais qui s’inquiète une fois qu’elle est là, de la manière dont elle peut être assumée par les parents ?

                • Rounga Roungalashinga 31 janvier 2014 10:12

                  Chalot,

                  Mais de quoi parlez-vous donc ? La question actuelle à propos de l’IVG en France n’est pas son interdiction, mais la suppression de la clause stipulant que celui-ci est à l’usage des femmes « en situation de détresse ». L’IVG se porte très bien, ne vous inquiétez pas pour ça.

                  Ceci posé, j’aimerais tout de même réagir sur l’affiche du MLAC qui vous sert d’illustration. Que l’IVG soit légal, pour les raisons que vous dites, on peut le comprendre. Mais ça ne veut pas dire qu’il faut se mettre à considérer cet acte comme banal, voire moral. Avorter est un acte grave, qui doit se décider en pleine connaissance de cause. Le symboliser par le visage rieur du bébé content de naître dans une famille qui l’a désiré, c’est cacher que le bébé non-désiré a été tué, et que par conséquent il ne peut ni rire ni pleurer. Il est particulièrement immonde que, sous prétexte qu’un enfant désiré a plus de chances d’être heureux qu’un autre qui ne l’est pas, on présente comme positif le fait de décider à la place de ce dernier s’il doit vivre ou ne pas vivre. Toute vie a une valeur, une raison pour laquelle elle vaut d’être vécue. Un enfant non désiré peut très bien avoir une vie qui lui sera chère, tout comme un enfant désiré peut opter pour le suicide. Tout le monde ne part peut-être pas avec les mêmes cartes dans la vie, mais comme au poker, l’important est ce qu’on en fait. Partons donc du postulat humaniste que toute vie vaut d’être vécue, et laissons l’avortement à celles et ceux qui ne peuvent vraiment pas faire autrement, et qui prennent leur décision avec une conscience claire de la gravité de leur acte.


                  • oncle archibald 2 février 2014 10:09

                    « Il est particulièrement immonde que, sous prétexte qu’un enfant désiré a plus de chances d’être heureux qu’un autre qui ne l’est pas, on présente comme positif le fait de décider à la place de ce dernier s’il doit vivre ou ne pas vivre. »

                    Je partage bien évidemment cette phrase comme tout le reste de votre post, mais j’aurais écrit « qu’un enfant désiré aurait soi-disant plus de chances d’être heureux » car nul ne peut prévoir ce que sera la vie de quiconque ... Etre heureux n’est pas programmable et ne se décrète pas. Etre heureux, qui est bien le moteur de toute vie, ne dépend pas d’une décision. C’est beaucoup plus complexe que cela.

                  • Rounga Roungalashinga 3 février 2014 11:42

                    Je souscris totalement à votre réserve.


                  • claude-michel claude-michel 31 janvier 2014 10:28
                    Il y a 60 ans, l’appel de l’Abbé Pierre

                     - Le lundi 1er février 1954, Henri Grouès, dit l’Abbé Pierre, lance sur Radio-Luxembourg, un appel qui fera date. Durant 4 minutes, le fondateur d’Emmaüs exhorte les Français à « l’insurrection de la bonté », déclenchant une pluie de dons pour les sans-abri.


                    • claude-michel claude-michel 31 janvier 2014 11:36

                      Tiens un con met un rouge.. ?


                    • jaja jaja 31 janvier 2014 12:07

                      Soutien aux femmes espagnoles en lutte... Il y aura samedi des manifestations dans toutes les grandes villes de France et partout en Europe. En voici la liste et les horaires :

                      http://blogs.mediapart.fr/edition/laicite/article/300114/1er-fevrier-mobilisations-pour-la-defense-du-droit-lavortement


                      • Hervé Hum Hervé Hum 31 janvier 2014 13:09

                        L’IVG est un droit qui ne saurait, ne doit pas faire oublier le devoir qui en découle, celui de la prévention et de l’alternative positive.

                        Autrement dit, prendre ses précautions autant que faire se peut d’une part et s’interroger si l’adoption n’est pas une alternative meilleure que l’IVG.

                        Ce questionnement intérieur où la personne est seule à décider ne doit pas être évacué sous prétexte du seul droit, car celui ci ne confère pas la responsabilité mais seulement le statut de l’enfant. C’est par ce principe que l’IVG doit rester l’exception et non une habitude, car sinon c’est bien parler de marchandisation du vivant, auquel ne peut plus être opposé les volontés eugénistes, de manipulations génétiques et du clonage.

                        L’IVG ne saurait donc être un acte ordinaire, mais rester un acte extra-ordinaire.


                        • Prudence Gayant Prudence Gayant 31 janvier 2014 13:26

                          Hervé Hum

                          Vous avez totalement raison. 
                          Les femmes ont droit de disposer de leur corps. L’ivg est un droit.
                          Mais l’ivg ne doit jamais être utilisé comme moyen de contraception !
                          L’ivg dans la mesure du possible doit se décider à deux car c’est à deux que cet enfant a été conçu.
                          Il n’y a pas que pour les femmes que cette méthode devient un moyen de contraception. Certains hommes ne voulant pas assumer cette grossesse pour diverses raisons proposent rapidement cette alternative à leur compagne. Arguant du fait que les femmes revendiquent leur liberté ils s’imaginent être dédouanés de facto de cet encombrant cadeau de la nature. 
                          Facile ensuite de parler d’assassinant d’embryon.


                        • Bubble Bubble 31 janvier 2014 14:37

                          Prudence, mais il est évident que la responsabilité d’un avortement revient autant à l’homme qu’à la femme. Et ce que vous faites remarquer correspond plutôt bien à une dérive actuelle où les mecs font de moins en moins attention quand ils couchent, laissant tout ce qui est contraception -chimique- et avortement en cas d’échec à la femme. Et il s’agit de fait dans beaucoup de cas d’une situation de confort pour les mecs d’abord, qui peuvent prendre la tangente sans se poser de question dès le premier imprévu.
                          (Ce qui laisse des mères seules qui se retrouvent être le groupe le plus représenté dans le cabinet d’aide au surendettement de Mr. Chalot, mais là on touche à la fidélité, et il a déjà dit que la fidélité c’est pas bien)

                          Deux chiffres pour donner un aperçu de la situation actuelle : en 2013, 220.000 avortements et 810.000 naissances en France. Donc 20% des grossesses sont avortées. Je crois quand même qu’il est clair qu’on n’est plus dans le domaine de l’exception mais bien celui du confort, il y a donc des questions à se poser. La loi qui est votée actuellement permet de supprimer l’entretien qui avait lieu avant un avortement. Comme ça, la femme peut éviter de se poser des questions autant que le mec qui s’est tiré en attendant. Effectivement, voilà une loi qui promeut l’égalité homme/femme, mais dans l’irresponsabilité.


                        • Hervé Hum Hervé Hum 31 janvier 2014 15:33

                          Par principe, je suis contre l’interdit parce que celui ci se passe de toute discussion et de responsabilisation.

                          Le problème, c’est que la société incite à l’irresponsabilité et à la marchandisation du vivant, dans ce contexte il est difficile de tracer des limites, non pas imposé de l’extérieur, mais celles que l’on s’impose à soi même et qui est la clé de voûte de la liberté individuelle. Celle qui s’interdit de se laisser aller à un acte sexuel, alors qu’on sait qu’il a de très gros risque de donner un enfant, mais qu’on se permet par la sécurité de l’IVG.

                          Ces problèmes d’éthiques posent donc bien la question du sens de la responsabilité (équilibre entre droits et devoirs), mais cela participe d’une refonte des relations sociales. Bref, partout où on regarde on retrouve la même problématique, celle de la responsabilisation des personnes face à leurs actes, non sur la base de la carotte et du bâton, mais sur la base de la conscience.

                          Les chiffres que vous donnez montre bien qu’effectivement on n’est plus dans le domaine de la responsabilité face à l’acte de l’avortement, mais de l’enfant qui s’en remet toujours à ses parents pour corriger ses fautes. Mais encore une fois, l’IVG n’est qu’un élément du problème général lié au déni de responsabilité. Très bien d’ailleurs résumé par la fameuse phrase "responsable, mais pas coupable ! Autrement dit, d’accord pour les droits, mais pas pour les devoirs... Or, ce genre de phrase est le plus utilisés par ceux là même qui prétendent aux plus grandes responsabilités publiques, tel un président de la république responsable politiquement mais totalement irresponsable juridiquement. Après cela, allez donc faire la morale sur quoi que ce soit !!!!


                        • Bubble Bubble 31 janvier 2014 17:36

                          Monsieur Hum, merci de votre réponse, je suis tout à fait d’accord.

                          Une remarque cependant, « il est interdit d’interdire » est aussi un interdit et peut aussi conduire à fermer le débat.
                          Il s’agit d’autoriser l’avortement par exemple pour éviter que des cas extrêmes se transforment en tragédies (il y a quelques décennies, des mères filles étaient suffisamment rejetées par la société pour se retrouver en auspice à vie dès l’adolescence, quel gâchis !).
                          Il ne s’agit pas d’autoriser parce qu’il faut tout autoriser, ce qui amène à des lois votées en passage en force sans discussion.


                        • oncle archibald 31 janvier 2014 16:51

                          « C’est tout de même plus chouette de vivre quand on est désiré » !

                          Non Monsieur Chalot .. Rares, très rares sont ceux de notre génération qui savent s’ils ont été « désirés » et qui plus est cela n’a aucune incidence sur la vie du bébé une fois qu’il est né. 

                          Ce qui est important n’est pas d’avoir été désiré mais d’être aimé par ses parents. A l’époque ou vous et moi étions jeunes il y avait de nombreux « accidents » de contraception. Des couples se sont formés par le hasard d’un bébé mis en route inopinément, et ces couples n’ont pas plus que les autres divorcé, et les enfants qui sont nés ont été aimés tout autant que les enfants « programmés ».

                          Que retenir de cet exemple très « ordinaire » ? Faut-il que tout dans la vie d’un homme et d’une femme soit compté et programmé pour faire une vie heureuse ? Stupidité sans bornes ! La vie est pleine d’aléas. Il y a ceux qui programment leurs vacances au ski et l’achat d’un appartement pour « profiter de la vie » et qui vont jeter à la poubelle le bébé qui était prévu pour 2018 sans être sûrs pour autant de réaliser leur « programme », et il y a ceux qui pensent qu’un enfant « non programmé » sera le bienvenu quand même et qui modifient leurs projets pour pouvoir l’accueillir. 

                          Choix de vie tout simplement. Votre slogan à la con ne vaut pas une cacahouète. Un enfant ça n’est pas un jouet, ça n’est pas un chien qu’on va chercher au chenil quand on en a besoin. Et un embryon ça n’est pas un morceau de bidoche qui encombre le ventre d’une femme. On n’aime pas un enfant « voulu » plus qu’un enfant fruit du hasard d’un stérilet qui n’est pas resté en place ou d’une pilule qui a été oubliée. On aime les enfants ou on ne les aime pas.

                          • oncle archibald 31 janvier 2014 17:17

                            « Simone Veil a eu beaucoup de courage, elle mérite nos remerciements. Aujourd’hui une partie de la droite remet en cause cette loi et aimerait bien qu’en France on suive le triste exemple espagnol. »

                            Madame Veil a eu le courage de regarder les choses en face et elle a estimé qu’il était temps de prévoir en France un dispositif qui permette aux femmes qui désirent avorter de le faire dans un contexte médical adéquat plutôt que dans l’arrière boutique d’une concierge armée d’une aiguille à tricoter. Et les députés de droite qui pensaient la même chose ont eu le courage de voter cette loi. Et à peu près tous les français raisonnables et réalistes quelles que soient leurs préférences politiqueset même leurs convictions religieuses ont approuvé cette loi. Il en a été de même quelques années plus tard pour le vote de la loi de Monsieur Badinter mettant un terme à la peine de mort.

                            En mentant avec aplomb vous prétendez que la droite aujourd’hui souhaite remettre en cause cette loi. C’est parfaitement faux et vous le savez. Ce qui a hérissé la droite ce sont deux amendements à la con qui veulent changer l’esprit de la loi Veil pour faire de l’avortement un moyen de contraception comme les autres. 

                            Ainsi suivant ces amendements une femme pourrait avorter sans aucune nécessité de le faire, sans référence à cet « état de détresse » qui en faisait un acte médical, comme si se débarrasser d’un enfant en gestation était du même ordre que de se faire enlever un bouton disgracieux sur le nez. On se demande d’ailleurs dans ces conditions pourquoi l’avortement devrait être remboursé par la sécu et la chirurgie esthétique non.

                            Le deuxième amendement dont on a moins parlé va pénaliser, et donc empêcher, toute proposition de choix alternatif à l’avortement. Il va être interdit de dire à une femme qui veut avorter que si elle voulait aller au terme de sa grossesse son enfant ferait la joie d’un couple stérile qui espère pouvoir adopter, ou même que l’on pourrait aider cette future maman à assumer son bébé parce qu’il existe des aides sociales spécifiques pour cela. Au lieu de bien prendre en compte au cours d’un entretien préalable les tenants et les aboutissants de la démarche de la femme qui veut avorter, on n’aura plus le droit de dire autre chose que : deuxième porte à gauche, enlevez votre culotte et installez vous le docteur arrive dans cinq minutes. Les « bien pensants » voudraient faire avaler par la loi que mettre un terme à une vie en gestation est un geste banal, un geste de « consommation », une médecine de confort !! 

                            C’est fou, complètement fou, et sii ça n’est pas la dictature intellectuelle de la gauche « bien pensante », des amendements de pure idéologie, dites moi ce que c’est. 

                            • CHALOT CHALOT 31 janvier 2014 17:21

                              Archibald !

                              Les AFC ne manifestent pas contre le projet de loi mais contre l’avortement

                              En France il existe beaucoup d’hôpitaux où l’avortement n’est pas possible : à caude de l’attitude de refus de médecins ou de manifestations de militants de droite qui s’enchaînent ou manifestent.

                              Il ne faut pas se voiler la tête mais non plus les yeux.

                              Je distingue les Veil et autres républicains de droite, respectables et les Boutin qui veulent imposer leur vision passéiste de la vie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès