Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’or noir du Québec

L’or noir du Québec

Les Québécois seraient-ils sur le point de se faire dérober leur richesse ? Depuis plusieurs années, le gouvernement du Québec se tourne vers les ressources naturelles de notre belle province pour promettre la création d’emploi et de richesse aux Québécois. Outre le Plan Nord, d’autres projets sont ciblés. C’est notamment le cas de l’île d’Anticosti. Les prévisions des réserves pétrolières de l’île d’Anticosti s’élèvent aux alentours de 30 à 40 milliards de barils de pétrole, ce qui signifie une valeur brute pouvant atteindre 4 000 milliards de dollars. Mais à qui l’exploitation de cette ressource naturelle sera-t-elle profitable ? En 2008, les permis d’exploitation pétrolière sur l’île d’Anticosti, d’une superficie d’environ 6300 km2, dès lors possédés par Hydro-Québec, ont été vendus à Pétrolia Inc., une entreprise pétrolière privée !

Cette vente est inquiétante ! Bien que Pétrolia soit une entreprise québécoise, elle reste une entreprise privée à but lucratif. Les clauses du contrat de vente n’ont pas encore été dévoilées, nous ne savons toujours pas qu’est-ce que nous, les Québécois, retirerons d’une potentielle exploitation pétrolière. Peut-être que Pétrolia est en droit de vendre à n’importe quelles entreprises privées américaines ou chinoises et que nous sommes là, à attendre de se faire voler nos ressources et nos richesses ? Les entreprises des autres pays voudront payer des sommes monstrueuses d’argent, mais quelles seront les retombées à long terme pour nous ? Dès lors, il serait très intéressant d’envisager la création d’une société d’État comme nous l’avons fait avec l’hydroélectricité ! Ainsi, l’État pourrait gérer l’ensemble des ventes et des productions pétrolières du Québec. Cela permettrait d’assurer aux Québécois les bénéfices de l’exploitation pétrolière au Québec par une sécurité des emplois québécois à long terme, un coup de pouce au développement économique du Québec et l’assurance d’un prix pétrolier relativement faible et constant. De plus, l’environnement est un facteur à considérer dans cette situation. La conservation de la faune et de la flore d’une richesse incroyable de l’île d’Anticosti sera sans doute plus respectée par une société d’État que par une grande puissance pétrolière.

 Le gouvernement doit prendre connaissance de l’opinion publique. Nous sous-estimons beaucoup l’impact que nos propos ont sur notre société. Nous sommes en train de construire l’avenir, alors construisons là ensemble et pour le mieux !

 

Jean-Philippe Côté

3 septembre 2013


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 septembre 2013 10:18

    Bonjour,

    vous dites : " Les prévisions des réserves pétrolières de l’île d’Anticosti s’élèvent aux alentours de 30 à 40 milliards de barils de pétrole " cela correspond à une journée de consommation mondiale. Hydroquébec avait déjà développé un procédé génial qui lui a été ravi par Dassault puis la province se voit menacée par les gaz de schiste, réveillez vous tabernac ! http://www.youtube.com/watch?v=mxvPtKKAOtI et maintenant :http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&ved=0CDQQFjAA&url=http%3A%2F%2Factualites.mouvement-zeitgeist.fr%2Fzeitnews%2Fsciences-appliquees%2Fenergie%2F302-stella-la-premiere-voiture-familiale-roulant-a-l-energie-solaire&ei=luwmUsjRGqeS0AXC34HADQ&usg=AFQjCNFJin-IYGA4oQIhthORNVpe7PRmcA&bvm=bv.51495398,d.d2k


    • alberto alberto 4 septembre 2013 12:59

      Bonjour,

      Tu dis aussi :" De plus, l’environnement est un facteur à considérer dans cette situation. La conservation de la faune et de la flore d’une richesse incroyable de l’île d’Anticosti sera sans doute plus respectée par une société d’État que par une grande puissance pétrolière."

      Pour une grande puissance pétrolière, ça ne fait aucun doute qu’elle n’en a rien à foutre de l’environnement !

      Merci pour ton article et tes infos.


      • Jean-Philippe Côté Jean-Philippe Côté 4 septembre 2013 19:00

        Bonjour,

        Tout à fait ! C’est pourquoi je trouvais intéressant l’alternative d’une société d’État afin de garder le contrôle de l’exploitation certe, mais aussi de l’environnement.


      • zozoter 4 septembre 2013 18:14

        Pour : Lisa SION 2 (---.---.---.118) 4 septembre 10:18

        La production mondiale est de 80 millions de barils/jour !!!

        Vous erreur est de 500 contre 1, une paille.

        Il est vrai qu’entre millions, trillions, milliards, litres, barils, tonnes il y a de quoi s’emmêler les crayons, mais là, le chiffre est extravagant. Une pollution s’exprime en litres chez US et en tonnes chez nous, alors mef


        • zozoter 4 septembre 2013 21:10

          J’en reviens au chiffres !

          Les Québécois sont 7 millions, les humains sont 7 milliards. Soit un humain sur 1 000 est Québécois. CQFD

          Le Canadien consomme 20 barils par an. Soit 140 000 000 barils par an. En fait le Québécois en consomme env 20% de moins de moins soit 18. L’énergie principale étant fournie par l’hydraulique. Leur EDF à eux s’appelle d’ailleurs Hydro Québec.

          40 milliards de barils donnent une espérance d’autonomie de .... 40 milliard, divisé par 140 millions, soit 2 850 ans ! s’ils n’exportent pas etc..

          Vous avouerez que ce chiffre c’est quand même autre chose et qu’il est indécent de balayer d’un revers de main, me semble t il.

          Écrire n’importe quoi me fais infiniment chier que c’est pas permis.


          • Jean-Philippe Côté Jean-Philippe Côté 4 septembre 2013 23:00

            Bonjour zozoter,

            Pour ajouter un point, une exploitation québécoise des ressources pétrolières créerait une multitude d’emplois québécois. Emplois, qui soit dis en passant, seraient stable. Malheureusement, les planifications à long terme ne semblent pas être une priorité pour le gouvernement et pour les entreprises privées. L’appât du gain à court terme est plus alléchant pour un gouvernement qui ne risque sans doute pas de perdurer aussi longtemps que les emplois qu’il pourrait potentiellement créer à long terme.


          • COLLIN 5 septembre 2013 02:10

            La France « possède » également un gisement pétrolier immense ( en Guyane Française) ,qui,bien que très difficile (techniquement) à exploiter,pourrait rendre notre pays indépendant sur le plan énergétique pour quelques décennies voire quelques siècles...

            Mais voila,son exploitation a été donnée à SHELL.....


            • Jean-Philippe Côté Jean-Philippe Côté 5 septembre 2013 02:29

              Bonjour Collin,


              Quelles ont été les redevances ( ou bénéfice si vous préférez ) pour les français ?

            • Binabik 5 septembre 2013 02:12

              L’économie minière et pétrolière canadienne et québécoise ne peut pas exploiter partout dans le monde (surtout dans les pays pauvres et/ou du tiers monde) et après refuser que des compagnies étrangère ou privées viennent exploiter au Québec...

              Ca fait un peu, je veux vous exploiter, mais je veux pas l’être.


              • Jean-Philippe Côté Jean-Philippe Côté 5 septembre 2013 02:26

                Votre argument est très intéressant et pertinent, seulement auriez-vous une preuve ou exemple à l’appui ? Car je n’ai, à ma connaissance, aucune compagnie pétrolière Québécoise qui me vienne à l’esprit qui exploiterait dans d’autre pays ?


                Je vois ici une occasion d’une autonomie de notre consommation pétrolière afin de ne pas être dépendant des méga puissance pétrolière. Je ne dit pas un NON absolu et définitif aux compagnies étrangères, peut-être m’aie-je mal exprimé. Seulement, j’apprécierais, au minimum, une redevance adéquate au peuple Québécois !

              • Binabik 5 septembre 2013 03:07

                A ma connaissance il n’existe aucune compagnie ’Quebecoise’ en exploitation de petrole dans le monde. Plusieurs compagnie Canadienne, mais pas de Québécoise.
                Par contre dans le domaine minier, il y en a plusieurs (actuelles ou passées).

                Je parlais au sens large d’exploitation des ressources naturelles. Les compagnies québécoise et canadiennes sont de grosses ’défenderesse’ de la libre économie et de l’exploitation privée des ressources naturelles dans le monde.

                Les nationalisations ne sont pas forcement la bonne réponse a l’industrie de l’exploration (minière ou pétrolière). Explorer coute beaucoup d’argent, il faut que cela paraisse intéressant, les nationalisations ne font qu’éloigner l’exploitation.

                Pour ce qui est d’une redevance, je pense que cela existe deja dans les code minier et petrolier au quebec. Le montant des redevances pour le pétrole, je ne sais pas par contre. (Pauline a parlée de 40%, ca me parait pas mal d’argent déjà pour les québécois !)
                Mais dans avant de rêver de redevance, il faut surtout s’assurer que le tout existe vraiment et est économique.

                Si le pétrole vous intéresse, il y en a probablement 5-10fois plus en Gaspésie que sur l’ile d’anticosti ;)


              • Binabik 5 septembre 2013 03:10

                D’ailleur il y avait meme des compagnie canadienne en exploitation en Syrie.
                Ils sont vraiment partout ces canadiens ;0

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès