Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’orthodontie n’est pas un luxe !

L’orthodontie n’est pas un luxe !

Certaines professions donnent vraiment l’impression de s’être organisées pour tirer un maximum de profit de leur activité.

Est-ce gênant ? Oui.

Même dans notre système libéral, il faut garder le sens de la mesure pour vivre ensemble harmonieusement.

Nous avons choisi comme premier exemple les orthodontistes (ceux qui redressent les dents mal positionnées).

Les revenus de cette profession sont parmi les plus élevés du milieu médical. Aucun chiffre officiel, mais l’ordre de grandeur serait de 15000 euros de bénéfice moyen par mois* (pour environ 2000 orthodontistes en France). C’est comparable, et même le plus souvent supérieur aux revenus de grands chirurgiens, obstétriciens ou anesthésistes qui, à l’inverse, ont des horaires beaucoup plus importants et perturbants (gardes, travail de nuit, stress), et des responsabilités bien plus élevées (gérer des risques vitaux).

En fin de première année d’études médicales (PCEM1), les rares étudiants admis à passer en deuxième année pour devenir médecin, et qui renoncent, le font essentiellement pour devenir orthodontistes. Ceci confirme bien que la rémunération de cette profession est particulièrement élevée. Il est dommage d’ailleurs, qu’à 19 ou 20 ans, on puisse faire de tels choix, dictés uniquement par l’argent.

Comment font-ils pour gagner autant ?

L’organisation est sans failles :

  • Un numérus clausus bien étudié permet d’éviter qu’il y ait un surnombre de praticiens. Ainsi, chacun peut se faire une clientèle facilement ; mais il n’y a pas non plus de vraie pénurie organisée pour que le temps de travail reste très raisonnable.
  • Tous les orthodontistes sont en honoraires libres.
  • Pour ne pas se faire concurrence, il y a une harmonisation locale des tarifs. Ainsi, les honoraires dans l’agglomération nantaise par exemple, tournent tous aux environs de 580 euros par semestre. C’est 3 fois le tarif de la sécu de 193,5 euros, ce qui est monstrueux comme dépassement.
  • Pour être sûrs d’être payés, lors du premier ou du deuxième rendez- vous, les parents doivent être présents pour accepter et signer un devis, et recevoir les recommandations financières de l’orthodontiste : cotiser à une mutuelle haut de gamme, régler sous dix jours (sinon pas de feuille de soins pour se faire rembourser par la sécu puis la mutuelle, ce qui crée d’énormes problèmes de trésorerie aux parents). Cette partie « fric » est souvent beaucoup plus commentée et détaillée que le déroulement proprement dit des soins.
  • Au-delà de ce rendez-vous avec les parents, il n’est plus possible en général d’assister aux séances. Les orthodontistes préfèrent traiter directement avec leurs jeunes clients (10 à 15 ans), beaucoup plus dociles sur les prises de rendez-vous. La plupart n’hésitent pas à leur demander de réclamer à leurs parents le règlement de leurs honoraires.
  • Enfin, bien entendu, les horaires d’ouverture des orthodontistes sont essentiellement pendant les heures de classe. Peu ouvrent le samedi complet, le soir après 19 heures ou pendant toutes les vacances scolaires. Donc, pour assister aux rendez-vous, les enfants doivent rater des heures de cours, sortir de leur école souvent seuls, non accompagnés, après avoir demandé une autorisation de sortie. On aurait pu croire qu’avec de tels honoraires, au moins , leurs horaires seraient adaptés.

 

Pour 580 euros par semestre, qu’avons-nous ?

Un exemple classique :

  • premier semestre, le plus chargé…

1 RDV prise d’empreintes, radios. 25 minutes

1 RDV signature devis (avec parents). 5 minutes , plus dix environ avec l’assistante.

1 RDV pose bagues . 35 minutes.

1 RDV 1 resserrage. 1,5 minutes.

  • Semestres suivants : en moyenne 3 RDVS ( entre deux et quatre) de quelques minutes (le plus souvent à peine 2 minutes).

Nous ne ferons pas le calcul du tarif de la minute. Ce serait trop agaçant.

Pourquoi les orthodontistes sont au forfait semestriel ? On peut se poser la question, mais c’est sûrement psychologiquement plus facile de faire passer un tarif de 580 euros pour 6 mois, que de 200 euros le rendez-vous d’à peine 2 minutes. Ils peuvent aussi argumenter sur le service « après-vente », entretien compris, si votre enfant casse une bague… durant le semestre.

Bref, c’est une profession magnifiquement et très professionnellement organisée pour gagner un maximum d’argent avec un minimum de contraintes.

Bonne étude de cas pour une école de commerce ? Non, c’est en réalité une situation très pénible car les orthodontistes pourraient baisser très sensiblement leurs honoraires et vivre encore correctement. L’argent qu’ils demandent pour s’offrir le niveau de vie qu’ils réclament, exige des efforts, voire des sacrifices très importants aux parents :

  • cotisations très élevées et pendant trois ans généralement par enfant à des mutuelles haut de gamme.
  • Ou, reste à charge de souvent plus de 50 euros par mois pendant la même période.

Qui peut croire que ces praticiens ne connaissent pas les efforts qu’ils demandent à leurs patients.

Nous demandons donc aux orthodontistes de se ressaisir et de baisser de façon très significative leurs tarifs. Si non, nous demandons que l’état impose un plafonnement de leurs honoraires et s’assure qu’il n’y ait pas d’ententes tarifaires.

Enfin, il faut absolument informer un maximum de parents et même de jeunes clients pour créer une pression susceptible de faire enfin bouger les choses.

Pour-convaincre.com

http://orthodontie.pour-convaincre.com/

http://www.pour-convaincre.com/Campagnes/Campagnesensouscription.aspx?&cmd=rangement&rangement=1246515&cat=Campagnes-en-souscription&prod=1862219

*Nous serions ravis d’être renseignés par les syndicats de cette profession, s’ils ont des chiffres plus précis.

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • lulupipistrelle 22 février 2012 01:51

    Enfant, j’ai porté un appareil... parce que j’avais les dents en avant.
    Adulte, catastrophe, mes dents ont commencé à « s’enfoncer »... bref si on n’avait rien touché auparavant, j’aurai eu une dentition normale... 


    J’ai consulté un orthodontiste (qui était aussi médecin stomatologue), et quand je lui ai demandé quels seraient ses honoraires (non remboursés par la sécu, vu mon âge) il m’a répondu : « donnez-moi ce que vous voulez »... 
    Ce que j’ai fait, très honnêtement, en fonction de mon budget...et en me basant sur le tarif des médecins spécialistes... 
    J’avais un RV par mois, et cela durait le temps d’une consultation normale... de spécialiste. 

    • lulupipistrelle 22 février 2012 02:01

      PS/ Si vous n’êtes pas d’accord sur les tarifs et le remboursement, c’est plutôt du côté de la sécu qu’il faut râler... qui se désengage de tout, surtout en ce qui concerne les enfants...

      J’ai moi-même un enfants qui a une ALD, et bien cela va faire un an que plus rien n’est remboursable, parce qu’il est impossible à son médecin de se procurer un formulaire de protocole de soin pour renouveler la prise en charge ! ça parait incroyable ? et bien c’est vrai. Bon je reconnais que je ne suis pas très combative, mais franchement aller mendier un formulaire chez un autre médecin inconnu... ben ça me je n’ y arrive pas.. 

    • lulupipistrelle 22 février 2012 11:48

      Et il y a des gens pour moinsser mon témoignage ? pourquoi ? parce qu’il est interdit de critiquer la Sainte Sécu ? 


      Ha, ha, ha... 

    • appoline appoline 22 février 2012 13:49

      Il ne faut pas en tenir compte Lulu, des gens qui simplement n’ont pas été d’accord avec toi sur d’autres articles, tu comprends maintenant pourquoi nos politiques ne sont pas prêts de s’entendre.


      Article éclairant, j’ai renoncé à ce type de soins dont les montants ne se justifient pas.

    • lubutine 4 novembre 2013 22:03

      Bonjour ou bonsoir lulupipistrelle,

      je suis inquiète car je sors d’un traitement orthodontique durant lequel on m« a reculé les dents. Je les trouve trop reculées et j’espère que cela ne va pas empirer

      qu’entends-tu par »mes dents ont commencé à « s’enfoncer »" ? Tu veux dire qu’elles sont trop reculées dans la bouche ? Que cela fait un sourire tout rentré ? Ou bien tu veux parler de leur enfoncement dans la gencive ?

      Le second orthodontiste consulté a pu régler le pb ?

      D’avance merci de ta réponse.


    • Thierry 5 septembre 13:34

      @lulupipistrelle
      (Je n’ai pas moinssé, mais je réponds quand même)
      Il n’est pas interdit de critiquer la sécu. Mais le problème n’est pas au niveau de la sécu : le problème est au niveau des orthodontistes.

      Si tous les boulangers vendaient les baguettes à 30 euros, et que le Gouvernement, pour aider, remboursait 3 euros par baguette... faudrait-il blâmer les boulangers ou le gouvernement ?


    • ecophilopat 23 février 2012 10:45

      Tout aussi interpellant que le prix, c’est le nombre d’ados qui portent un appareil.

      Je bosse dans le milieu scolaire et je suis veraiment de voir que quasiment la moitié des collégiens ont le sourire barré par cet espece de barbelé.

      La nature serait-elle à ce point déficiente, depuis quelques années en particulier, pour qu’il faille la corriger aussi souvent.


      • ecophilopat 23 février 2012 10:46

        vraiment surpris


        • Thierry 1er août 13:33

          Un autre site décortique le prix de l’orthodontie :
          http://www.orthodontie-prix.com

          Les conclusions sont les mêmes : c’est scandaleux...


          • Thierry 5 septembre 12:50

            Bonjour,
            Pour faire bouger les choses, une pétition a été lancée...

            https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-sant%C3%A9-r%C3%A9duction-du-prix-des-traitements-d-orthodontie

            A signer et à faire circuler...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès