Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’UE fait pression pour la #LoiTravail et la fin du code du travail (...)

L’UE fait pression pour la #LoiTravail et la fin du code du travail #loitravailnonmerci #manif24mars

Lu sur le site internet de la Confédération Force Ouvrière « Bruxelles fait pression pour que la France adopte la Loi Travail »  : de plus en plus de voix s’élèvent, faisant écho à ce qu’expliquent les militants du PRCF depuis des années pour démontrer que l’Union Européenne, c’est la casse des droits sociaux et démocratiques des travailleurs, une arme d’exploitation contre les travailleurs, construite par et pour l’oligarchie capitaliste.

Oui la Loi Travail est le résultat des ordres de Bruxelles et des pressions du patronat, ces deux choses n’étant que les deux faces d’un même pouvoir, celui de la classe capitaliste

Oui Bruxelles fait pression pour que Hollande et le gouvernement Valls UE MEDEF supprime le code du travail. Comme le programment les recommandations 2016 édicté par la Commission européenne et ce sous menaces de lourdes sanctions :

« L’adoption et la mise en oeuvre de la réforme annoncée du code du travail restent déterminantes pour faciliter les dérogations aux dispositions juridiques générales » rapport 2016 pour la France.

Ce qui est d’ailleurs confirmé par le ministre de l’économie Emmanuel Macron qui dans une déclaration tapageuse a clamé que le gouvernement compte bien avec l’aide des parlementaires LR / FN revenir sur les modifications très mineures du texte de loi introduites après le 9 mars :

« J’espère que le débat parlementaire permettra de réintroduire des dispositions de bon sens qui ont été retirées à la demande des syndicats réformistes et des organisations de jeunesse, a souligné M. Macron. A force de vouloir prendre des mesures protectrices pour les jeunes, on ne les protège pas au travail mais on les protège du travail. J’avoue que je n’arrive pas à m’y résoudre. » E Macron 15/03/16

confirmant dans la foulée que la casse du Code du travail, c’est bien le résultats des ordres de l’Union Européenne :

« Cela va permettre d’aligner la France sur le droit de l’Union européenne, a-t-il déclaré. C’est le début de l’adaptation de notre économie à la modernité, qui va ouvrir plus d’agilité et en même temps plus de sécurité individuelle, non pas statutaire ou corporatiste. » Macron

Oui pour s’en sortir, il faut en sortir, briser les chaines de l’Union Européenne. Et pour cela rejoindre la campagne pour faire place au peuple, en exigeant un referendum pour la sortie de l’UE et de l’Euro : Signez et faites signer la pétition.

www.initiative-communiste.fr

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/lue-fait-pression-pour-la-loitravail-et-la-fin-du-code-du-travail/



FO : Bruxelles fait pression pour que la France adopte la Loi Travail

Les chefs d’Etat ou de gouvernement des 25 pays membres de l’Union européenne se réunissent ces 17 et 18 mars. Ils vont tenter de résoudre la crise engendrée par l’afflux de migrants en Europe, mais aussi dresser un bilan de la politique économique des Etats membres présentant des « déséquilibres économiques ». La France en fait partie.

La Commission européenne a d’ores et déjà souligné, dans les documents qui vont servir de base aux travaux des chefs d’Etat lors du Conseil européen des 17 et 18 mars, « la nécessité d’accélérer les réformes structurelles pour moderniser les économies de l’UE ». Pour la France, elle insiste notamment sur la réforme du Code du travail.

« Pour faciliter les dérogations aux dispositions juridiques générales »

« L’adoption et la mise en oeuvre de la réforme annoncée du code du travail restent déterminantes pour faciliter les dérogations aux dispositions juridiques générales » peut-on lire dès l’introduction de son « rapport 2016 pour la France ».

Le Conseil européen se compose des chefs d’Etat ou de gouvernement des Etats membres de l’Union européenne, du président de cette dernière et du président de la Commission européenne. L’ordre du jour pour ces 17 et 18 mars comporte deux points : l’examen des « nouvelles mesures pour faire face à la crise des migrants et des réfugiés » et « le semestre européen (lire encadré ci-dessous), l’emploi, la croissance et la compétitivité ».

Sans surprise, la baisse du coût du travail reste la recette bruxelloise par excellence

La Commission dans son rapport sur la France considère également que « la récente modération salariale, dans un contexte de faible inflation et de chômage élevé, demeure insuffisante pour permettre au pays de renouer avec la compétitivité compte tenu du ralentissement de la croissance de la productivité ». De plus, elle pointe le fait que la France « affiche toujours des coûts salariaux parmi les plus élevés de la zone euro, principalement en raison du niveau élevé des cotisations sociales patronales ».

Mais cela ne concerne pas que la France. D’une manière générale pour l’ensemble de l’Union européenne, Bruxelles insiste : « il conviendrait de réduire encore la pression fiscale sur le travail ».

La BCE mise sur l’endettement

Une exigence qui reflète celle exprimée par le président de la BCE (Banque centrale européenne), Mario Draghi. Celui-ci a appelé le 10 mars à « soutenir la croissance par des réformes structurelles susceptibles d’augmenter la productivité ». Il l’a fait après avoir pris une série de mesures censées « renforcer la dynamique de la reprise en zone euro » et éviter le risque de déflation.

La BCE a ainsi abaissé ses trois taux d’intérêt directeurs. Le taux principal, celui qu’elle applique aux banques qui lui empruntent à court terme, est même tombé à 0%. Autrement dit les banques peuvent se refinancer gratuitement auprès d’elle. A partir de juin, elle lancera quatre nouveaux types de prêts de long terme, à taux négatif, qu’elle accordera exclusivement aux banques de la zone euro qui elles-mêmes acceptent de prêter aux entreprises et aux ménages (hors immobilier). Enfin, la BCE rachètera davantage de dettes publiques aux Etats (80 milliards d’euros par mois au lieu de 60 milliards).

En clair, toutes ces mesures visent à encourager le crédit et donc à relancer l’économie par l’endettement, un mécanisme qui n’est pas sans rappeler celui qui a conduit à la crise de 2008… Et la BCE a simultanément revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro. De nombreux économistes ont déjà relevé cet aveu de faiblesse de la Banque centrale comme révélateur d’un manque d’efficacité de ses mesures monétaires. Urszula Szczerbowic du centre de recherche Cepii, citée par Le Monde du 12 mars, résume : « Elles (les mesures de la BCE ndlr) ne peuvent rien contre certaines sources de l’inflation faible, telles que l’atonie de la demande ». Une atonie de la demande due à… la modération salariale.

 


 

 

Qu’est-ce que le semestre européen ?


Cette procédure de surveillance des politiques économiques nationales par Bruxelles a été mise en place en 2010, après la crise économique, pour renforcer la cohésion des dites politiques dans le cadre de la maîtrise budgétaire imposée par les Traités européens.

Le semestre européen, indique la Commission, « vise à permettre aux États membres de tenir compte des orientations de l’UE à un stade précoce de l’élaboration de leurs budgets nationaux et d’autres politiques économiques ».

Il permet également, explique la Commission, « d’apporter aux Etats des conseils personnalisés en vue de réformes structurelles plus approfondies, dont la mise en œuvre demande souvent plus d’un an ».

Chaque année, en novembre la Commission européenne examine où en est la croissance dans l’Union européenne et définit les priorités économiques générales de celle-ci. Elle rend notamment un avis sur les plans budgétaires des Etats de la zone Euro dont les Etats membres devront tenir compte lors de l’élaboration de leur budget annuel définitif.

En Février ou mars, la Commission publie des bilans approfondis sur les États membres présentant des déséquilibres et le Conseil européen adopte des priorités économiques pour l’UE.

En avril, les États membres doivent remettre leur programme de stabilité ou de convergence (plan budgétaire à moyen terme) et leur programme national de réforme (programme économique), qui doivent être conformes à toutes les recommandations de l’UE qui ont précédé.

En mai, la Commission propose ses recommandations par pays ( les fameux « conseils personnalisés »).

En Juin ou juillet, le Conseil européen entérine les recommandations par pays, qui sont ensuite débattues au sein du Conseil par les ministres de l’UE avant d’être finalement adoptées en juillet par les ministres des finances de l’UE.

En Octobre, les États membres de la zone euro remettent à la Commission (leur projet de plan budgétaire pour l’année suivante. Si la Commission estime qu’un plan n’est pas conforme à l’objectif à moyen terme de l’État membre, elle peut demander qu’il soit modifié.

Le Conseil européen de ce mois de mars va donc élaborer des priorités économiques après avoir tiré le bilan de l’état d’avancement des recommandations faites l’an passé.

Il travaille sur la base des données fournies par la Commission européenne : une « évaluation » générale à l‘échelle de l’Union Européenne et les rapports pays par pays.

La France fait partie des cinq pays identifiés par la Commission comme présentant des « déséquilibres excessifs » (avec la Bulgarie, la Croatie, l’Italie et le Portugal).

publié par FO le 17 mars 2016


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • taktak 25 mars 10:05

    Oui, c’est au peuple de décider.
    Comme le dit le slogan entendu dans les manifestations hier :
    « C’est pas au patronat, c’est pas au MEDEF, c’est pas à Bruxelles de faire la loi, la vraie démocratie, elle est ici »

    C’est à nous de décider pour nous même
    J’ai signé la pétition pour un referendum
    https://www.change.org/p/pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-pour-un-referendum-sur-la-sortie-de-l-union-europ%C3%A9enne-et-de-l-euro-democratie
    Et je vous invite à en faire de même


    • lermontov lermontov 25 mars 10:17

      @ taktak

      Ouais, comme en 2005, c’est au peuple de décider ! Une pétition ? On sort la grosse artillerie, dis donc ! Ils doivent être effrayés là-haut.

      Du reste, Valls a dit : ’Ah bon, tu n’en veux pas, tu l’auras quand même’.

      Une énième variation sur le pipeau ’tu dois, tu dois’.
      Sinon panpankuku.


    • Ouallonsnous ? 25 mars 22:18

      @taktak

      Oui c’est au peuple de décider, mais le gouvernement de fantoches à la solde de l’étranger, en est réduit à envoyer ses nervis casseurs contre les lycéens, les lycées et les commissariats, ils en veulent vraiment au code du travail français à l’UE/OTAN anglo-yankee de Bruxelles !


    • Roosevelt_vs_Keynes 25 mars 10:06

      Et une fois sortis de l’UE, de l’euro et de l’OTAN... hum... quel est le programme ?

      Idée : voir ce qui se passe en Egypte...


      • mwzh 25 mars 11:14

        Etonnant comme article, pour un communiste

        Pourquoi sortir de l’Europe alors qu’il serai + « communiste » de la « collectiviser » ?

        Pourquoi fustiger le nouveau code du travail, qui, comme l ’ancien, rend légitime l’exploitation humaine alors qu’il serai + « communiste » d’exiger l’abolition du salariat ?

        je pense qu’une grève / manif nationale est sans effet de nos jours, tout comme les pétitions , et qu’à minima une grève européenne, elle, changerai vraiment la donne.


        • Croa Croa 25 mars 14:05

          À mwzh,
          Une grève nationale suffit (quitte à se faire virer de l’UE si nécessaire car il est bien évident que la grève nationale ne peut avoir d’effet sur la politique européenne.) La grève peut faire réfléchir le pouvoir qui a deux options : Trahir le peuple (comme d’hab. mais la grève continuera) ou trahir ses amis européens (pour une fois ! ) quitte à se faire virer (ce qui ne serait pas grave, Au contraire ! smiley )
          Quoique normalement l’UE se devrait de reconnaître la volonté du peuple, officiellement encore souverain et donc accorder une exception à la France.


        • taktak 25 mars 14:25

          @mwzh
          une grève européenne ? pas sûr, mieux vaudrait attendre une grève mondiale. Ou mieux interplanétaire... Et pourquoi ne pas laisser rétablir l’esclavage pour favoriser la révolte populaire ?
          Avec des raisonnements comme cela, on a pas fini d’en prendre plein la gueule.
          Tout ce qui affaibli la domination de classe de la classe capitaliste et réduit l’exploitation de la classe des travailleurs permet de faire progresser la dynamique permettant de changer le système et d’aller vers le socialisme c’est à dire le pouvoir de la classe des travailleurs, des 99%. l’UE est un verrou qu’il faut faire sauter, une prison dont il faut sortir.

          l’UE n’est pas « réformable ». Elle n’est pas « sociale ». Elle est faites justement pour empécher les peuples de défendre leurs intérets et imposer au contraire ceux de l’oligarchie capitaliste.

          Je vous rappelle que pour modifier les traités européen consacrant la dictature du « marché » et cela de façon toujours plus resserrée il faut l’unanimité des états membres. Bref l’austérité ad vitam aeternam jusqu’aux calandes grecs. Non ca suffit.

          On peut s’en sortir tout de suite et maintenant, à condition d’en sortir par la porte du progrès social, de la solidarité international et du pouvoir populaire.


        • zygzornifle zygzornifle 25 mars 13:31

          vu l’augmentation du chômage le code du travail sera exposé au musée .....


          • mwzh 25 mars 16:08

            si on en sort, que se passe t-il ? la France rentre en concurrence économique avec l’UE ? comment pourrait- elle faire face ? en pillant un peu plus l’Afrique ?

            Si l’UE est un verrou actuellement car aux mains de capitalistes, la collectiviser en ferai un outil au service des travailleurs de toute l’Europe et serai, à mon avis, plus intéressant pour le futur que d’en sortir.

            Comment un trust peut être affecté par la grève de la main d’oeuvre d’un pays quand tous les autres continuent à produire ?
            Une grève nationale permet-elle, à l’heure actuelle, de changer les conditions de travail du travailleur ? je ne vois aucun exemple là...

            Avec une grève europeenne, ceux qui s’en prendraient plein la gueule, ce ne sont pas les travailleurs... Toutes les multinationales et tous les États prendraient vraiment cher... une bonne leçon...


            • Ouallonsnous ? 28 mars 16:46

              @mwzh

              Seulement cela reléve de l’utopie, les régles de fonctionnement de l’UE font qu’une gréve générale ne peut avoir lieue tellement les règles de fonctionnement des états sont différentes !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès