Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’UMP invente « la laïcité négative »

L’UMP invente « la laïcité négative »

En présentant le concept de « laïcité positive » lors de son discours de Latran en 2008, Nicolas Sarkozy avait invité ses interlocuteurs à considérer que les religions ne constituent pas un danger mais au contraire un atout pour la société. En emboitant le pas sur la majorité des électeurs Suisses ayant voté pour bannir un élément architectural des mosquées, les dirigeants de l’UMP ont inventé le concept de « laïcité négative ».

Il n’est pas exagéré de dire que le résultat de la votation qui s’est déroulée dimanche en Suisse sur l’interdiction de construction des minarets a eu l’effet d’un séisme au niveau international. Par ce vote, une large majorité (57.5%) de Suisses a rendu hors la loi un symbole architectural des lieux de cultes de la religion islamique, le minaret.

Et c’est bien le symbole qui était l’objet de ce vote, puisque bien entendu l’objet initial du minaret, à savoir son rôle dans l’appel à la prière et son éventuel nuisance sonore, ou son impact visuel pour le voisinage, n’étaient pas en cause puisque soumis aux règles classiques de l’urbanisme et de l’environnement. La Suisse va donc interdire, de façon constitutionnelle, un élément architectural caractéristique d’un bâtiment religieux, comme un pays pourrait le faire pour le clocher des églises catholiques ou les toits en pagode de temples bouddhistes ou shintoistes. Le message transmis par la majorité des électeurs suisses est donc d’indiquer qu’un bâtiment à caractère religieux d’une religion particulière, l’islam, ne peut arborer de signe distinctif extérieur, et que les tenants de cette religion ne peuvent donc que la pratiquer, sinon de façon cachée, du moins de façon discrète.

En s’attaquant non pas à un symbole distinctif portés par les croyants, qui pourrait être considéré comme élément de prosélytisme ou, comme la burqa, d’asservissement d’une classe d’individus, mais à un simple élément de reconnaissance d’un lieu de culte, ce vote institue une discrimination inédite en Europe en inaugurant une dérogation négative envers une religion. A ce titre, cette décision apparait donc comme radicalement opposée au concept énoncé précédemment par le Président de la République en matière de rôle positif des religions.

C’est donc avec surprise que l’on aura pu entendre s’exprimer ce lundi deux responsables majeurs du parti du président, Mrs Xavier Bertrand et Dominique Paillé (respectivement secrétaire général et porte-parole de l’UMP) à propos de ce vote. Tous deux ont ainsi indiqué qu’ils ne voyaient pas l’intérêt des minarets pour les lieux de cultes en France et que ceux-ci pourrait être blessant pour d’autres croyants, suggérant ainsi leur approbation du vote majoritaire en Suisse. Ainsi, un symbole architectural d’un lieu de culte pourrait s’avérer nuisible pour ces responsables, et même contraires à la laïcité… On le voit, c’est donc bien un nouveau concept de « laïcité négative » qui s’appliquerait à l’islam, qui ne pourrait être pratiqué que de façon dissimulée sous réserve de choquer une majorité de citoyens, tandis que la religion chrétienne serait elle vecteur de laïcité positive, par son influence bénéfique sur la société et sa morale supérieure à la morale laïque (« … D’abord parce que la morale laïque risque toujours de s’épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n’est pas adossée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini. Ensuite parce qu’une morale dépourvue de liens avec la transcendance est davantage exposée aux contingences historiques et finalement à la facilité … » Nicolas Sarkozy, discours de Latran).

Bien entendu, on replacera ces déclarations des responsables de l’UMP dans le contexte électoral actuel, dans lequel un score du Front National supérieur à 10% dans certaines régions pourrait avoir un impact très négatif sur le nombre de conseillers régionaux UMP élus lors de ce scrutin. Néanmoins, on ne peut que s’inquiéter de l’utilisation politique du concept de laïcité, qui devrait, par définition, demeurer strictement neutre (la République assure la liberté de conscience (article 1 de la Loi de 1905), liberté de croire ou de ne pas croire et liberté de pratiquer une religion dans le respect des lois de la République.)

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 30 novembre 2009 22:24

    « Laïcité chrétienne », voici un nouveau concept intéressant...
    Néanmoins, avant de vous aventurer sur des concepts de droits historiques de la religion chrétienne, je vous invite à lire ou à relire ce que disait mon illustre homonyme sur les différentes religions... quant aux diverses méfaits des uns et des autres, la liste serait trop longue d’un côté comme de l’autre pour s’y appesentir.

    La laïcité, par définition, est neutre vis à vis des religions. Et donc en aucun cas ne peut être invoquée pour avantager l’une ou l’autre croyance. Il ne faut pas confondre traditions héritées d’un passé religieux (comme le jour de repos fixé au dimanche, qui ne joue pas sur la pratique ou les symboles) et interdiction d’un signe distinctif sur un édifice religieux, qui, s’il est dirigié spécifiquement envers une religion, rompt avec le principe d’égalité de traitement.


  • Gazi BORAT 1er décembre 2009 10:26

    @ AB

    Pourquoi faut-il donc « renier » pour être athée ?

    On peut tout aussi bien être indifférent..

    Je suis baptisé, ai participé dans ma vie à moins de cinq messes (des enterrements), n’ai jamais cru en une quelconque puissance surnaturelle.. mais n’éprouve pas le besoin de « renier » ce qui m’a été imposé tout autant que l’ablation des végétations ou des amygdales et suis trop fainéant pour me faire rayer des registres paroissiaux.

    Dans mon arrondissement : 4 églises, une synagogue, deux mosquées (sans minaret)... d’intérêt architectural plutôt limité.. et qui ne provoque en moi qu’indifférence.

    A part ceci : elles peuvent servir de repères temporels, quand je croise les messieurs à chapeaux noirs, ceux à barbes ou que je vois sortir tôt le matin ma voisine du rez de chaussée, je sais quelle heure il est et àquel rituel ces gens vont sacrifier..

    Ne me viendrait pas à l’idée de privilégier plus l’une que l’autre de ces croyances..

    gAZi bORAt


  • french_car 1er décembre 2009 11:06

    Gazi vous ne seriez poas cousin avec Edouard l’étrangleur ottoman smiley smiley ?


  • foufouille foufouille 1er décembre 2009 11:49

    @ abges
    si, je renie la religion chretienne


  • Gazi BORAT 1er décembre 2009 12:56

    @ fc

    Malheureusement non..

    J’ai par contre vu la signature de son papa sur des livres de compte que l’Osmanli Bankasi (La Banque Ottomane) exposait dans une vitrine...

    gAZi bORAt


  • Traroth Traroth 1er décembre 2009 12:59

    « Laïcité chrétienne », c’est un oxymore. C’est un peu comme dire « neutralité partiale ». Et des « athées chrétiens », ça n’a carrément aucun sens. A déguster : « ils ne renient pas la religion de leurs ancêtres, même s’ils ne croient plus à ces élucubrations ». Difficile de renier plus une religion que de cesser de croire en ses élucubrations !

    Abgeschienheit, vous vous contentez d’aligner des mots, mais l’ensemble n’a aucun sens...

    A cela s’ajoute des justifications oiseuses de la colonisation, genre « la raison des colonisations a été la piraterie sarrasine sur les côtes françaises et italiennes ». C’est complètement faux. La raison de la colonisation, c’est la cupidité, purement et simplement !

    « le processus de piratage est de nouveau en marche sous une autre forme sur nos propres terres » : Mais de quoi parlez-vous ?


  • Traroth Traroth 1er décembre 2009 13:03

    @Gazi Borat : L’athéisme, c’est un peu plus que l’indifférence à la religion. C’est l’affirmation de la non-existence de Dieu.


  • Gazi BORAT 1er décembre 2009 13:06

    J’affirme que Dieu n’existe pas !

    Bon d’accord... Mais je me fiche que mon voisin se plaise à croire... que sa femme soit plus « poussette » que « landau » ou que son père préfère l’OM au PSG...

    gAZi bORAt


  • Emile Red Emile Red 1er décembre 2009 13:31

    Gazi, en tant que père, moi c’est les Girondins...
    Et ma femme est plutôt rocking chair...

    Mais Dieu, quelles belles inventions............


  • Traroth Traroth 1er décembre 2009 16:58

    @Gazi Borat :
    « J’affirme que Dieu n’existe pas ! » : Comment le savez-vous ? L’athéisme est une croyance comme une autre. C’est la démarche même de croyance qu’il faut rejeter.


  • french_car 1er décembre 2009 17:18

    @Gazi vous faites bien de le rappeler, papa Balladur est une preuve éclatante de l’intolérance turque à la chrétienté. D’autant plus qu’il semblerait que c’était à l’origine une famille bien musulmane du Nakitchévan convertie par des Jésuites (encore une connerie des Jésuites, hein Voltaire smiley.


  • Hortus 30 novembre 2009 19:32

    Je souhaite que l’on rase ces clochers qui sont une insulte à mon athéïsme triomphant.


    • Algunet 30 novembre 2009 20:22

      Peut-être ne pas raser les clochers qui font parti de notre patrimoine culturel transmis par nos ancêtres mais de là à en rajouter en ce 21ème siècle c’est une hérésie à la pensée laïque dans notre pays qui se veut éclairé !!!


    • Traroth Traroth 1er décembre 2009 13:01

      La laïcité ne réclame nullement qu’on rase les clochers, ni qu’on empêche les croyants d’en construire de nouveaux, à leurs frais bien entendu.


    • ddacoudre ddacoudre 30 novembre 2009 20:03

      bonjour voltaire

      j’ai pulsé ton article car il présente une bonne analyse comme tu en as l’habitude.

      ceci n’est pas un signe d’apaisement mais une marche de plus vers l’intolérance, il n’y a que les naïfs qui peuvent y voir une contestation esthétique.

      la laïcité ne doit pas périr sous le joug des communitarismes j’en suis convaincu, et m^me si je comprend que des populations issus de théocratie ont quelques difficultés à s’y adapter il faut faire le trie entre ceux qui utilisent l’islam à des fins politiques de conquête prosélytismes et ceux qui croyant peuvent s’adapter à la modernité de la pensée laïque.

      je crois qu’il faut prendre ce vote suisse comme un avertissement sérieux et significatif.

      cordialement.


      • Emile Red Emile Red 1er décembre 2009 13:50

        Léon,

        Votre propos est à l’inverse exacte de la laïcité. De favoriser ou défavoriser une religion c’est avant tout donner la primauté à une autre et rompre l’équilibre qui est le fondement de la laïcité.

        Vous confondez position politique avec un concept intangible, la seule obligation que les religions ont dans un pays laïque est d’y respecter les lois, les autres croyances et l"incroyance. Le problème de la plupart des islamophobes est de ne trouver aucun manquement réel à ces obligations de respect.

        Les chrétiens et particulièrement les cathos sont tout autant susceptibles de misogynie ou de répulsion à la laïcité, il en va de même des fameuses prières dans la rue lue sur un autre article que des processions à Jeanne d’Arc, tout est question de limite à l’ordre public et de tolérance.

        Affirmer que les minarets sont une manifestation ostentatoire est du même niveau, c’est avant tout décider que la religion des minarets a moins de droit que celle qui affiche ses clochers ou fait tinter ses carillons.

        Vous finissez par dire que les Suisses étaient chez eux, c’est un fait, mais les multiples évènements historiques ont montré et montrent encore qu’une religion exogène peut s’implanter même chez les Suisses et de façon majoritaire, que direz vous si les nouveaux élus se mettent à raser les clochers ou les quelques minarets ?


      • Emile Red Emile Red 1er décembre 2009 15:12

        Croyez-vous, ou aurais-je trop bien compris ?

        Le raidissement identitaire me paraît bien plus provenir des censeurs que des punis, n’est-il pas ?

        Je suppose que si on venait à dénaturer quelconque exemple d’enseigne en interdisant une partie de celle ci, église privée de croix, cimetière de caveau ou que sais-je, vous pousseriez des cris d’orfraie.

        Vous avez le sens du retournement de situation.


      • french_car 1er décembre 2009 16:11

        Cachez ces mosquées que je ne saurais voir ...
        Quels tartuffes ces Suisses !


      • french_car 1er décembre 2009 16:31

        Leon je ne vous comprends pas.
        Vous dites « J’estime que ce n’est pas aux Suisses qui, s’ils interdisent désormais les minarets, acceptent en revanche les mosquées, de faire la preuve de leur tolérance, mais aux musulmans de la prouver ailleurs, au Moyen-Orient ou au Maghreb, en montrant qu’ils sont capables d’en faire autant. »
        Vous n’êtes pas sans savoir que l’Islam est divers et qu’il y a autant de commonalité entre le Pape et un Mormon qu’entre Boubakeur et un chiite du fin fond du Peshawar.
        Je ne vois pas en quoi en qui votre voisin de palier se sentirait solidaire de ce qui se pratique au Moyen-Orient ou au Maghreb.
        La pression qui s’exerce sur les chrétiens d’Egypte ou de Syrie n’est finalement pas différentes de celle que mettent les français chrétiens ou athées sur le dos des français musulmans.
        Et l’interdiction des minarets ressemble plus à une tartufferie doublée d’une mesure vexatoire vis à vis d’une communauté qui ne revendique rien d’autre que des lieux de cultes conformes à sa tradition.
        Je n’habite pas loin d’une pagode bouddhiste. Elle a été construite il y a 19 ans, en pleine période d’effervescence antimusulmane et de frénésie lepéniste, je n’ai pas entendu une voix s’élever contre. Elle est d’ailleurs magnifique même si elle tranche autant dans le paysage qu’un minaret parmi les chalets suisses. Personne pour demander qu’on lui coupe les dragons ou la tour - je ne sais pas comment on appelle un minaret bouddhiste !
        Et puis je propose qu’on interdise les cars de CRS devant les synagogues, c’est pas beau non plus dans le paysage.


      • Gazi BORAT 1er décembre 2009 16:36

        @leon

        Soyons réaliste : c’est une mesure vexatoire à l’encontre d’une seule religion.

        Comme autrefois il était imposé chez nous aux synagogues d’être invisibles..

        gAZi bORAt


      • french_car 1er décembre 2009 17:24

        Léon pourquoi voulez-vous que les religieux musulmans condamnent le port d’un vêtement qui n’a pas de fondement religieux ?
        Est-ce que lorsque quelqu’un se déguise en Astérix on court demander au primat des Gaules son sentiment  ? Les musulmans en ont marre qu’on leur demande de se désolidariser de tout ou n’importe quoi.
        De ce point de vue là le Japon est un pays hyper-tolérent où chacun s’habille comme il l’entend.


      • abdelkader17 1er décembre 2009 18:56

        @Léon
        Au moyen orient les américains avec leurs guerres scélérates, leur soutien aux extrémistes lorsqu’ils se sont servis d’eux ont fait le jeu du confessionnalisme.L’Irak était certes loin d’être une société parfaite mais en faisant imploser ce territoire on à ouvert la voie à la guerre confessionnelle non seulement les chrétiens ne sont plus en sécurité mais les chiites et les sunnites se battent à la mort pour le contrôle du pouvoir.Le cas de la Palestine est similaire on a poussé sur le devant de la scène les religieux pour contrer les laïques.
        A quoi répondait la création de l’oci(organisation de la conférence islamique) par L’Arabie Saoudite venir faire contre poids au nationalisme séculier de Nasser.Partout on a instrumentalisé la religion,les politiques occidentales ont soutenus à bout de bras les pires régimes autoritaires qui soient,le seul espace démocratique, le seul lieu de contestation radicale est la mosquée.
        Il ne faut guère s’étonner du résultat.Les sorciers occidentaux sont autant coupables que les fanatiques qu’ils ont fait naitre.
        Contrairement à ce qu’on croit l’idéologie néolibérale à besoin de régime autoritaire pour pleinement triompher,la première expérience néolibérale au monde c’est le Chili de Pinochet en 1973,les intégristes ne remettent pas en cause le marché ni les pétro-monarques autoritaires assis sur des puits de pétrole,ce sont les plus surs alliés des états unis dans leur quête d’expansion du marché.
        Une analyse de l’islamisme de Samir Amin économiste Egyptien et penseur de tradition marxiste.
        http://www.le-patriote.info/spip.php?article202

        Charles Enderlin
        Le Grand Aveuglement, Israël et l’irrésistible ascension de l’Islam radical,

        "En encourageant le développement à Gaza de la branche la plus extrémiste des Frères musulmans, Israël a joué avec le feu pendant près de deux décennies.

        ... Lire la suite


        Les gouvernements successifs à Jérusalem n’ont-ils pas longtemps cru que le cheikh Yassine, fondateur du Hamas, pouvait être « l’antidote à l’OLP » ? Il est vrai qu’à l’époque les Etats-Unis eux-mêmes, en finançant et en armant les moudjahidine afghans, avaient grandement sous-estimé la menace islamiste. Ni la CIA ni les services de renseignements israéliens n’ont alors pris la peine d’analyser - voire de traduire - les textes diffusés par ces organisations.
        Ils découvriront trop tard qu’ils ont, de fait, participé à la création du Hamas et d’Al-Qaida. Dans ce nouveau document d’enquête, l’auteur du Rêve brisé (2002) et des Années perdues (2006), correspondant permanent de France 2 à Jérusalem, raconte, à partir de sources exceptionnelles et souvent exclusives, l’incompréhension, l’aveuglement, le double jeu parfois des services de renseignements et des politiques à Jérusalem, à Tel-Aviv et à Washington.
        Il décrit aussi comment l’occupation israélienne, le développement de la colonisation dans les territoires palestiniens et la politique américaine au Proche-Orient ont fait le lit de l’islam radical. Autant de leçons d’histoire à méditer pour tous ceux qui prétendent oeuvrer à une paix juste et durable dans la région."


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 19:03

        Les Suisses ont juste dit qu’ils étaient malgré tout chez eux et qu’ils ne voulaient pas que cela change. Rien d’autre....

        Non, Léon
        Un certain nombre de Suisses, manipulés par des partis de droite et d’extrême droite...
        Il suffit de jeter un coup d’oeil sur le slogans et les affiches étalées pendant un certain temps...Jean Ziegler a eu des paroles justes là-dessus


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 19:10

        Merci, Abdel , pour l’ analyse de Samir Amin,que je ne connaissais pas : trés éclairante
        Charles Enderlin est aussi à lire (voir Mediapart aujourd’hui), lui qui connaît le problème de l’intérieur
        J’ai lu aussi de lui :Par le feu et le sang
        Sans concessions...


      • abdelkader17 1er décembre 2009 19:45

        @Zen
        salut
        Il y a aussi l’historien et économiste Libanais Georges Corm je ne sais pas si tu connais ? mais ces lectures sont autrement plus fécondes que les nuisances des penseurs à la petite semaine que nous subissons en France.


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 20:12

        Léon
        Je n’ai pas dit facho...

        La droite et l’extrême droite ont fait dans la dentelle
        Faire peur et jouer sur les fantasmes. On connaît la recette...
        On a les mêmes à la maison...

        "...Pour l’emporter, les partisans de l’interdiction n’ont pas fait dans la nuance, avec des affiches représentant une femme complètement voilée par une burqa devant le drapeau suisse couvert de minarets, dont la silhouette stylisée évoquait des missiles.

        Après les affiches appelant à bouter les « moutons noirs » étrangers hors de Suisse, la propagande de la droite populiste a encore fait scandale. (Afp)


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 20:15

        J’ai lu plusieurs livres de Georges Corm, qui est franco-libanais, je crois
        Trés intéressant aussi, une grande lucidité, au carrefour de plusieurs cultures
        Ces hommes- là sont rares


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 20:24

        Léon

        Une propagande ancienne et habile

        "... Les affiches de la campagne n’y vont pas par quatre chemins. On y voit des minarets sombres dressés, comme autant de dangereux missiles, sur un drapeau suisse. Ils sont accompagnés d’une femme en burqa, noire, invisible. Des affiches racistes, interdites dans certaines villes du pays (Lausanne, Zurich), mais pas partout, puisque leur censure relève de compétences communales.

        Cette communication politique ultra-agressive est la marque de fabrique de l’UDC : il y a deux ans, à l’occasion des dernières élections législatives, les étrangers étaient stylisés en moutons noirs sur les affiches, venant disputer la croix blanche sur fond rouge à d’innocents moutons blancs « nationaux », sous ce slogan : « Qualité suisse ». Auparavant, on avait aussi eu droit à un montage photo douteux montrant un passeport suisse au nom d’un certain Oussama ben Laden, manière d’indiquer qu’en ne fermant pas à double tour les portes du réduit alpin, le risque est de les ouvrir aux pires terroristes islamistes.

        Certes ultraminoritaire dans le pays, cette islamophobie est en totale contradiction avec le pedigree des musulmans de Suisse, très éloigné de l’extrémisme d’Al-Qaeda. Car qui sont-ils, au fond ? Pour l’écrasante majorité, ce sont des Européens en provenance des Balkans, ou des Turcs (lire page ci-contre). Ils sont bien intégrés dans la société, ne vivent pas dans des ghettos ethniques. Ainsi les Kosovars font partie du paysage helvétique depuis plus de deux décennies, filière d’immigration bien utile quand le secteur du bâtiment avait besoin de bras sur les chantiers. Du fait des regroupements familiaux, ils sont désormais près de 200 000 dans le pays : 10% de la population totale du Kosovo ! Mais avant l’initiative antiminarets, personne ne parlait d’eux en tant que « musulmans ». Pragmatisme helvétique ou ignorance de l’autre ? Un peu des deux. Dans un récent sondage publié par le quotidien romand 24 Heures, 68% des personnes interrogées considèrent que l’on peut « être un vrai Suisse en étant musulman ». Ils sont 63% à estimer que les communautés musulmanes ne constituent pas une menace pour la stabilité et la sécurité de l’Etat. Mais ils sont 49% à penser que l’islam mène plus facilement à l’extrémisme qu’une autre des religions pratiquées en Suisse. Un sondage qui fait écrire à l’éditorialiste du journal qu’il y a, en Suisse, un paradoxe avec la chose musulmane : « Une grande acceptation des musulmans, mais une certaine méfiance envers l’islam. En somme, c’est de cohérence qu’il s’agit. Les Suisses sont tolérants envers les individus et les communautés, mais ils se méfient des doctrines. »...Serege Enderlin nouvel Obs-


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 20:45

        Sais pas lire, Léon... ?


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 21:21

        Léon, tu n’as pas l’air de savoir comment fonctionne la constitution suisse
        Lis au moins l’article au lieu de faire des réponses à côté de la plaque


      • abdelkader17 1er décembre 2009 21:26

        @Léon
        Tu parlais du moyen orient un peu plus haut et de l’espace de liberté religieuse, je t’offre quelques éléments,quelques modestes clefs de compréhension..


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 1er décembre 2009 21:27

        Quels paradoxes, en effet. Je vous suis du tout au tout dans vos interventions sur ce fil, Léon. Une fois n’est pas coutume.


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 22:12

        Tu te fous de moi
        La gentillesse habituelle  smiley :-
        Mais pas du tout, mon petit Léon
        Quand pourras-tu communiquer normalement ?
        Pas un mot sur la campagne de l’UDC
        Etrange, non ?


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 1er décembre 2009 22:28

        Tout à fait, Léon. La peur des démocrates et/ou des républicains face à ce qu’ils ont du mal à percevoir comme une réaction à une agression de l’islam politique qui, comme toujours, se pare des habits décents de l’exception culturel, explique ce hiatus entre « élites » et population, hiatus immédiatement qualifié de populisme, de beauferie, d’extrême-droitiste, parce que malheureusement seule l’x-droite s’empare du problème, à son strict avantage. C’est l’horreur. Et je crains aussi que ce ne soit qu’un début.


      • ZEN ZEN 1er décembre 2009 23:03

        Tu crois encore qu’un parti politique peut faire « basculer une opinion » au delà de 2 ou 3 % de l’électorat ?

        Hélas oui !
        Et bien au-delà...
        Pas de souvenirs ?


      • Gazi BORAT 2 décembre 2009 07:18

        « Hiatus entre élites et populations »

        Déclaration performative ? Cliché rabâché dans les discours de la droite extrème ? Cliché journalistique ?

        Les trois à la fois !

        Tout cela me fait penser à la présence de Le Pen au deuxième tour de l’élection présidentielle en 2002. La France était elle alors devenue fasciste ? La coupure entre le « peuple » et « les élites » apparaissait-elle au grand jour ?

        Que nenni !

        Deux semaines de manifestations et un scrutin exprimant le rejet de ces valeurs infâmes par une majorité écrasante des votants.

        Et depuis ?

        Le Front National n’a fait que baisser peu à peu jusqu’à disparaitre quasi totalement.

        Idem pour la Suisse.. Une poignée de xénophobes a réussi un coup médiatique..

        Significatif ?

        Je n’en mettrais pas ma main à couper..

        gAZi bORAt


      • Gazi BORAT 2 décembre 2009 07:28

        @LEON

        Antisémitisme et islamophobie sont largement comparables car tous deux proviennent d’officines dont le fond de commerce est la haine de l’autre..

        Racisme vs discours antireligieux ?

        L’antisémitisme mêlait racisme (les « sous-hommes »), haine religieuse (le « peuple déïcide ») et discours économique (les « élites cosmopolites ») et politique (« l’alliance Moscou-Wall Street »).

        L’islamophobie mêle tout cela aussi.. Il n’y a qu’à lire les commentaires sur Agoravox qui fournissent un édifiant florilège. On y retrouve le racisme anti-arabe (« ces gens qui pissent partout » dixit une groupie de NDA), féminisme et laïcité dévoyés, l’activisme religieux (« clochers vs minarets » ici par un fan de Bayrou), etc, etc...

        Vous me rétorquerez qu’il n’y a pas atteinte au droit de pratique religieuse ?

        Je vous dirai que, même sous Vichy, les Israelites français avaient droit de pratiquer.. en subissant diverses mesures vexatoires.. prélude à la mise à mort..

        gAZi bORAt


      • ZEN ZEN 2 décembre 2009 08:22

        Le minaret n’est qu’un prétexte...

        >-« On n’aime pas les musulmans en Suisse, mais on veut bien leur vendre des armes ou accueillir leurs avoirs… »(J.Q.)-
        >-
        «  On est en droit de se dire que ce vote suisse risque d’inspirer des partis peu scrupuleux à la recherche désespérée des voix de l’extrême droite », a déploré Noël Mamère. Le FN qui en a profité pour demander l’organisation d’un « référendum sur le communautarisme » en France.

        Une campagne haineuse, savamment orchestrée depuis des mois :

        [A part lorsqu’il s’agit de riches touristes venus des émirats, la Suisse ne connait pas le problème de la burqa, ce qui n’a pas empêché les anti-minarets d’agiter le chiffon rouge par le biais d’affiches où l’on voyait une musulmane voilée devant un drapeau suisse transpercé de minarets en forme d’obus !]-En Suisse, l’UDC affiche son racisme sans complexe-

        "... Les affiches de la campagne n’y vont pas par quatre chemins. On y voit des minarets sombres dressés, comme autant de dangereux missiles, sur un drapeau suisse. Ils sont accompagnés d’une femme en burqa, noire, invisible. Des affiches racistes, interdites dans certaines villes du pays (Lausanne, Zurich), mais pas partout, puisque leur censure relève de compétences communales.___Cette communication politique ultra-agressive est la marque de fabrique de l’UDC : il y a deux ans, à l’occasion des dernières élections législatives, les étrangers étaient stylisés en moutons noirs sur les affiches, venant disputer la croix blanche sur fond rouge à d’innocents moutons blancs « nationaux », sous ce slogan : « Qualité suisse ». Auparavant, on avait aussi eu droit à un montage photo douteux montrant un passeport suisse au nom d’un certain Oussama ben Laden, manière d’indiquer qu’en ne fermant pas à double tour les portes du réduit alpin, le risque est de les ouvrir aux pires terroristes islamistes.__Certes ultraminoritaire dans le pays, cette islamophobie est en totale contradiction avec le pedigree des musulmans de Suisse, très éloigné de l’extrémisme d’Al-Qaeda. Car qui sont-ils, au fond ? Pour l’écrasante majorité, ce sont des Européens en provenance des Balkans, ou des Turcs .... Ils sont bien intégrés dans la société, ne vivent pas dans des ghettos ethniques. Ainsi les Kosovars font partie du paysage helvétique depuis plus de deux décennies, filière d’immigration bien utile quand le secteur du bâtiment avait besoin de bras sur les chantiers. Du fait des regroupements familiaux, ils sont désormais près de 200 000 dans le pays : 10% de la population totale du Kosovo ! Mais avant l’initiative antiminarets, personne ne parlait d’eux en tant que « musulmans ». Pragmatisme helvétique ou ignorance de l’autre ? Un peu des deux. Dans un récent sondage publié par le quotidien romand 24 Heures, 68% des personnes interrogées considèrent que l’on peut « être un vrai Suisse en étant musulman ». Ils sont 63% à estimer que les communautés musulmanes ne constituent pas une menace pour la stabilité et la sécurité de l’Etat. Mais ils sont 49% à penser que l’islam mène plus facilement à l’extrémisme qu’une autre des religions pratiquées en Suisse. Un sondage qui fait écrire à l’éditorialiste du journal qu’il y a, en Suisse, un paradoxe avec la chose musulmane : « Une grande acceptation des musulmans, mais une certaine méfiance envers l’islam. En somme, c’est de cohérence qu’il s’agit. Les Suisses sont tolérants envers les individus et les communautés, mais ils se méfient des doctrines. »..(.Serge Enderlin- Nouvel Obs-)_______________________

        -Jean Ziegler :" Il s’agit d’un vote raciste qui fait honte à la Suisse. C’est une insulte à 1,5 milliard de musulmans et particulièrement aux 400 000 d’entre eux résidant en Suisse, qui sont pour la plupart d’honnêtes travailleurs obéissant aux lois et faisant tout pour être bien intégrés. Le problème est encore aggravé ici par l’argumentation utilisée par les partisans de l’initiative, pour qui l’islam est une religion par essence violente, antidémocratique, dangereuse, et avec laquelle on ne peut cohabiter. Le minaret devenant ainsi le symbole de cette agressivité inhérente à cette religion… C’est une diffamation collective d’une communauté et, en cela, elle touche au fascisme. C’est un argument fasciste que de dire que tel type d’homme est par essence dangereux et criminel  !Quant à la Suisse, par son aura de neutralité et sa politique équilibrée dans les instances internationales et l’ONU (comme dernièrement sur le rapport Goldstone, sur les crimes de guerre à Gaza), elle avait gagné une crédibilité internationale qui lui permettait d’agir au plan diplomatique et humanitaire. Tout cela est parti en fumée.."


      • ZEN ZEN 2 décembre 2009 08:38

        Léon
        Pour le reste, c’est moins sûr...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès