Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La burqa ou la doublement condamnée !

La burqa ou la doublement condamnée !

Non à la législation  Oui à la pédagogie

 

La burqa, n’est ni un habillement ni un vêtement musulman. C’est tout simplement en relation avec la tradition et les coutumes d’une société.

Selon les travaux du Docteur Mohamed Shahrour [1] qui les a publiés dans un livre, ce sujet doit être abordé d’une manière globale : le vêtement des musulmans. A aucun moment, la burqa n’a été citée. Afin d’être brefs et clairs, nous présentons la conclusion de 45 pages consacrées à ce sujet.

Ces trois types de voiles n’ont rien à voir avec l’Islam, selon le chercheur M.Shahrour.

Photo publiée dans LADEPECHE.fr.

1. La femme doit obligatoirement couvrir ses parties inférieures (le sexe et les fesses). C’est ce que l’auteur appelle "les pudeurs grossières". Ceci est connu aussi sous la dénomination : limite inférieure.

2. La femme doit obligatoirement couvrir ses parties supérieures, à savoir, les seins et les aisselles : limite supérieure.

3. Pour le reste du corps, à savoir, entre la limite inférieure et les genoux ou la limite supérieure et le ventre, il y a plusieurs explications selon les quatre écoles de jurisprudence de l’Islam : Chaféite, Hanbalite, Malékite ou Hanafite. Les avis varient d’une école à l’autre.

4. Le vêtement social de sortie de la femme musulmane est décrit de la façon suivante : une fois que les parties supérieures et inférieures sont rigoureusement couvertes, pour le reste, la femme s’habille en fonction des habitudes et des coutumes de la société dans laquelle elle vit (temps et lieu), en évitant que son habillement soit provoquant et l’expose aux agressions.

5. La couverture de la tête, pour la femme comme pour l’homme, dépend entièrement des coutumes de la société dans laquelle ils vivent. La couverture de la tête n’a rien à voir avec l’Islam et la foi selon Dr. Shahrour.

Par conséquence, je comprend mal ce mouvement et cette excitation autour de cette burqa. Je crains que l’on ait la volonté de nous distraire avec ce sujet pour nous faire oublier une chose grave qui se passe dans l’immédiat, ou pour nous faire avaler quelques choses difficiles à digérer. J’espère me tromper !

Nous avons vu tant de reportages sur la burqa en Afghanistan avant que le pays soit envahi par le Zorro des Etats Unis à l’époque, Monsieur George W Bush. Plusieurs années plus tard, la femme afghane souffre toujours, son statut social, hélas, n’a pas bougé dans le bon sens.

On aurait aimé que le député André Gerin « PCF », l’initiateur du projet « d’une commission d’enquête » sur cette burqa, s’ingénie un peu avec ses collègues pour la préparation d’une proposition de loi qui interdise aux entreprises qui font des profits de licencier. Dans cette année on aura, avec beaucoup de tristesse, 700.000 personnes qui seront privées d’emploi.

La mise en place d’une telle commission d’enquête, me semble-t-il, pour savoir et connaître l’effet et le degré de son acceptation par les femmes, est néfaste, car les citoyens musulmans auront une fois de plus le sentiment d’être en tort.

Pour connaître les effets de la burqa, il suffit de la porter pendant 5 minutes. Par contre, la mise en place d’une commission d’enquête pour connaître les raisons pour lesquelles des citoyennes françaises diplômées voilées et de confession musulmane ne travaillent pas, est fortement souhaitable. La vraie liberté, le vrai confort c’est le travail. La vraie liberté, c’est l’indépendance économique et la burqa disparaîtra.

Légiférer, c’est condamner ces femmes deux fois et les couper du monde extérieur et les priver du peu d’oxygène qu’il leur reste. Notre société doit être clémente et plus compréhensible aux femmes. Elles n’y sont pour rien, elles ne sont pas le problème. Donnez-leur les moyens pour créer les conditions naturelles à leur liberté.

Les Salafistes sont en perte de vitesse, ne leur donnons pas une chance de se relever. Rappelonsnous, en dépit, d’une fatwa des 5 dernières minutes élaborée par les Salafistes considérant que le vote en faveur des femmes est un péché, 4 parmi elles ont brisé la peur et ont été élues le mois dernier au Koweït.

Enfin, une question qui m’intrigue et je la pose : pourquoi les deux livres pédagogiques de la brillante et courageuse Nazira Zen el Din [2], la syriano-libanaise, ne sont pas encore traduits en français ?

Elle avait à peine 22 ans quand elle faisait des conférences à l’Université Américaine à Beyrouth où elle appelait les femmes à se libérer de leur voile.

Elle a protesté contre le pouvoir qui a réprimé des femmes qui manifestaient contre le port du voile à Damas (Syrie) en 1927.

Dans ces deux livres, Madame Nazira était tellement convaincante [2], ce qui a poussé ces détracteurs à dire : elle est jeune et incapable de les rédiger.

Y a-t-il quelqu’un qui peut m’expliquer pourquoi le livre de Madame Fatime Narnissi sur le Harem politique n’est pas réédité et pourtant il est épuisé depuis longtemps.

Nous voulons comprendre aussi, pourquoi les hommes ont le droit d’être vêtis avec un Jalabiya blanc en soie, frais et bien repassé ?

Notre société laïque et républicaine a pu résoudre beaucoup de problèmes par le dialogue et la pédagogie. La question qui nous interpelle aujourd’hui n’est pas insurmontable selon notre conception de la société basée sur l’ouverture de l’esprit et la tolérance. Deux choses dont ces femmes ont fortement besoin.

 

[1] . Le téléchargement des livres de Mohamed Shahrour est gratuit à partir de son site : . Dans le livre où nous avons extrait la conclusion concernant les vêtements, d’autres sujets intéressants sont discutés : La polygamie, l’héritage, le testament... plus de 350 pages bien documentées et en se référant au Coran Saint et au Hadith authentique.

Il est temps de le traduire complétement et le mettre à la disposition des citoyens afin de les éclairer d’une manière saine. D’autre part, l’essentiel de ses cinq livres ont été regroupés dans un seul livre qui est traduit en anglais par le Professeur Andreas Christmann de l’université de Manchester (Angleterre).

[2] Madame Nazira Zen El Din. (1908-1976). Auteur de deux livres remarquables en arabe :

1. Hijab et enlever le voile : dans ce livre l’auteur n’appelle pas uniquement les femmes à se séparer de leur voile, mais aussi à une égalité absolue entre les homes et les femmes.

2. La fille et le cheikh.

Madame Nazira Zen El Din est la grand-mère de Monsieur Walid Joumblatt. Homme politique (druze) bien connu au Liban. Pendant une période non négligeable, Madame Nazira a été une responsable des Druzes au Liban


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • fouadraiden fouadraiden 23 juin 2009 13:35


    pure désinformataion.


    soyons plus simples, ns avons ts en mémoire coloniale le vêtement de la femme algérienne , le hayak, ce drap blanc qui dissimulait tt le corps de la femme maitenu sur le visage à l’aide d’une main.
     
    et avant le contact avec la colonisation européenne la femme musulmane était la même partout , comme sur les cartes postales coloniales.

    Et quoi, avant la colonisaton les muslmanes vivaient sous l’effet de quelle religion ? 


    • omar omar 23 juin 2009 16:12

      N’importe quoi. Les femmes Algériennes n’ont jamais porté le voile, ni le hayak ni le kayak, tu dois confondre avec les danseuses des mille et une nuit.

      Et avant la colonisation et ses chers bureaux arabes, la femme d’Afrique du nord ne se déterminait pas en fonction de la religion, elle se contentait de la pratiquer pour elle même, sans en faire la publicité avec des bouts de chiffons.

      C’est vrai que dans ton esprit comme dans celui de G.Bush, l’Algérie c’est le moyen-orient.


    • manusan 23 juin 2009 17:09

      fouadraiden, omar t’as tué


    • fouadraiden fouadraiden 23 juin 2009 17:20



      impossible , le Omar de la légende tricolore, voleur et assassin, est maghrébin, un vrai comme vous savez les fabriquer . par contre l’imbécile du post plus haut c’est juste un clown qui vit parmi les Eskimaux dans un iglo.


    • iomej 23 juin 2009 17:44

      J’ai vécu mon enfance au Maroc, à la frontière algéro-marocaine. Les femmes, toutes les femmes, portaient ou bien le haïk (un voile blanc, avec simplement un triangle pour voir avec un oeil) ou des djellabas avec un voile devant le visage, voile ne laissant libre que les yeux. Et c’était le cas en allant jusqu’à Oran, et au delà.


    • fouadraiden fouadraiden 23 juin 2009 18:07



      bien sûr et merci.

       et ttes les photos de ma gd-mère , qui est originaire de Chefchaouenne au nord du Maroc, la montre sous le Item (al tem), vêtement que l’on trouve encore aujourdhui chez certaines femmes. une sorte de djellabah pour femme assortie d’une étoffe qui constitue une pièce autonome et qui couvre le visage de la femme du nez au menton. Je crois que c’est la plus pièce parmi les voiles intégrales.

       en fait l’islam a tjrs couvert la femme de la tête au pied et l’a tjrs préconisé.


    • omar omar 24 juin 2009 09:19

      @Fouad,

       l’imbécile du post plus haut c’est juste un clown qui vit parmi les Eskimaux dans un iglo

      Je te propose de venir constater par toi même si je suis un imbécile et tu auras tout le loisir de t’affranchir à bon compte. chiche !

      Cela te donnera l’occasion de visiter la Kabylie et de constater par toi-même si les femmes sont voilées par chez nous. Peut-être que tu n’as pas assez de courage pour cela.

      C’est bien plus facile, frustré que tu es, de menacer tout ceux qui défendent leur culture judéo-chrétienne de sodomie en des termes « voilés », caché derrière ton écran.


    • minidou 23 juin 2009 17:00

      Et puis interdisons aussi les pattes d’eph, c trop ringard, moi ça me choque quand j’en croise dans la rue, et puis les jeans slim sur les mecs, quelle horrreur, j’en tremble rien que d’y penser...Pis le crâne rasé, ça fait penser aux nazi, ça fait peur...On va pas me dire que tous ces gens portent ça volontairement, ils ne doivent pas avoir de libre arbitre pour ainsi se laisser aller aux dictats de la mode, ce sont des victimes en fait, protégeons les, protégeons nous !! Bon pis vu qu’il y a du boulot, créons un ministère du style vestimentaire, qui nous donnera enfin le look à adopter dans la rue...On aura qu’à le refiler à un transfuge du PS bien réac, à mon avis yen a une tripotée qui ne demandent que ça...« Et la liberté dans tout ça ? »...La liberté, bande de sale bobos droit-de-lhommistes, ça n’est rien face à des rues propres et parcourues de gens correctement attifés...(bon pis les noirs là...On sait que c’est pas de votre faute, mais si vous pouviez faire un effort de maquillage, pensez aux autres un peu, merde !)


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juin 2009 16:11


      Burqa et niqab ne posent qu’un tout premier problème :
      Qui est le bipède qui ce cache sous ces oripeaux ? Homme ? Femme ? Pacifique ? Dangereux ?

      Il s’agit donc d’un problème d’ordre public et de police qui se résout par l’application des textes existants. Cette application doit interdire à tout individu de circuler le visage masqué sur la voie publique.

      Cela fait, toutes les autres considérations ne relèvent que de la ratiocination intellectuelle.


      • ADNdidiot 23 juin 2009 17:27

        Tiens pas de photos chocs de Mr Abdelkader aujourd’hui ?


        • ADNdidiot 23 juin 2009 17:28

          Faut dire que le sujet n’est pas très ... photogénique !


          • Yohan Yohan 23 juin 2009 17:37

            l’auteur,
            Il me semble que vous avez oublié le quatrième sur votre photo


            • omar omar 24 juin 2009 10:06

              C’est dégueulasse cette photo, c’est à vomir. Quand je pense qu’au rythme ou on va bientôt on verra ça en France.

              Faut pas les laisser passer...


            • courageux_anonyme 24 juin 2009 12:22

              Merci, j’y ai pensé, mais je n’ai pas osé.
              Vous avez raison au fond : il n’y a que la vérité crue qui puisse faire changer les mentalités.


            • Antoine Diederick 23 juin 2009 21:53

              Par solidarité avec les femmes iraniennes, je propose une journée pédagogique sans voile !

              « L’abus de levure à la surface de la bière et du vin provoque l’habitude d’avoir du vent dans les voiles »

              Ceci écrit, comme dans le test de Rosrach, première image ; je vois un homme grenouille, seconde image, je vois un scaphandrier, troisième image, je vois un sous-marin.

              C’est grave docteur ?


              • Antoine Diederick 23 juin 2009 22:19

                la jeunesse iranienne court et galope vers la modernité tandis que le régime iranien court derrière eux comme un lézard fatigué et tente de rattraper ces jeunes qui ont changé....

                et voilà qu’en Europe des retardataires s’accrochent à un morceau d’étoffe....la vie est mal faite, n’est-il pas...


                • vinvin 24 juin 2009 02:36

                  En tous les cas, on ne veux pas de ça CHEZ NOUS.


                  Heux ne sont pas chez eux qu’ on le veille ou non, amors soit ils s’ habille Français, soit ILS DEGAGENT. On en a marre de croiser dans les rues de nos villes des Femmes, ( et meme quelquefois des hommes,....) avec des vétements, ( pour autant que l’ on puisse appeler ça des vétement....) confectionnés a l’ aide d’ anciens rideaux.

                  J’ appelle ces femmes des « capotes anglaises ambulantes », et d’ autres personnes de ma région en font de-meme.

                  NON, NON, NON, C’ est une agression psychologyque pour les Français de souches que de croiser des horreurs pareilles dans nos rues. (Et a coté de ça on verbalise les fumeurs qui jettent leurs mégots par terre ?) Quelques mégots sur le trotoir ne jurent pas et sont nétement moins voyants que les accoutrements des femme « mahométanes », donc on devrais également les verbalisées pour leurs tenues, et accoutrements, ainsi que leur coupé les Allocations, RMI, et tout ce qu’ ils ont gratuit grace a nos contribuable.

                  Nous sommes en france, et non pas dans un pys islamiste moyénageux, donc elles n’ ont qu’ a retourner dans leur pays si elle veulent, ( ou leurs époux,....) veulent les habillées
                   comma ça.

                  Si ces créatures ne sont pas heureuse chez nous, elles n’ ont cas de retournés chez elles !

                  ALLAH UNE, ALLAH DEUX, ALLAH TROIS, ET HOP A ROISSY !

                  Si ce projet de loi interdisant port du « torchon » et autes anciens rideaux n’ est pas adopté, en 2012 je saurais pour qui je dois voter, cela aura au moins cet aventage.

                  PAUVRE FRANCE.........


                  MARINE, AU SECOUR !....






                  VINVIN.

                  • vinvin 24 juin 2009 02:40

                    LE PORT DU STRING OUI !


                    LE POURT DE LA BURKA, NON !




                    VINVIN.

                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 24 juin 2009 09:05

                      Il ne faut pas tout confondre : le voile qui cache le visage n’est ni le foulard ni le cornette.

                      Cacher son visage c’est se dérober dans l’espace public au principe libéral de la responsabilité dès lors que celle-ci exige que chacun puisse se faire connaitre et reconnaître dans cet espace. Il n’ y a pas de liberté civile sans devoir et le premier devoir du citoyen est de répondre de soi dans la cité. L’identité est donc indissociable de ce principe de la responsabilité. C’est pourquoi un témoignage dans une procédure pénale et civile se fonde toujours sur ce principe de l’identité civile. En outre ce voile affirme le refus de faire de la femme une citoyenne au même titre que l’homme, il est donc par nature inégalitaire et politiquement discriminant. Il n’est donc ni libéral, ni égalitaire !

                      Sur le plan philosophique ou logique l’interdiction de ce type de voile cachant le visage est tout à fait conforme aux principes du droit libéral et citoyen. Au conseil constitutionnel de faire valoir les limites du droit de s’habiller à sa convenance, quitte, grâce au débat politique, à faire politiquement évoluer ce droit sur le plan national et européen. Il ne faut pas confondre un argument de droit actuel avec un débat politique portant sur la légitimité de celui-ci. Ce n’est pas un motif religieux qui permet de faire la différence entre un voile intégral et un simple foulard ou une cornette, mais un motif citoyen : lier la liberté à la responsabilité personnelle dans l’espace public. Les seconds ne font qu’exprimer une opinion religieuse ou autre ; ce qui est un droit libéral, le premier nie ce droit dans son principe.

                      Ce débat se pose au niveau européen, ne le fermons pas avant même qu’il ne s’ouvre, sous le fallacieux prétexte qu’aucune évolution du droit constitutionnel existant n’est permise ; cet argument est par nature anti-démocratique.


                      • Antoine Diederick 24 juin 2009 10:13

                        "Il ne faut pas confondre un argument de droit actuel avec un débat politique portant sur la légitimité de celui-ci. Ce n’est pas un motif religieux qui permet de faire la différence entre un voile intégral et un simple foulard ou une cornette, mais un motif citoyen : lier la liberté à la responsabilité personnelle dans l’espace public."

                        voilà c’est dit....

                        En effet juger de cette question sous l’angle religieux ou culturel est bien évidemment vider cette question de son aspect politique.

                        A mon sens, l’interdiction ou l’autorisation du voile est de l’ordre du champs politique et citoyen.

                        Si toutefois, ces mots ont encore un sens aujourd’hui.


                        • docdory docdory 24 juin 2009 12:09

                          @ Nahabieh


                           1°) Les français , dans leur immense majorité , sont profondément choqués et mal à l’aise de voir une femme en burqa . Ce vêtement est une insulte à l’humanité et au progrès . C’est une raison suffisante pour interdire ce vêtement sur la voie publique . A Rome , on doit faire comme les Romains . A supposer que certaines femmes refusent de sortir de chez elles si on interdit la burqa ( ce dont je doute ) je dirais que c’est leur problème et non celui des français . Personnellement , qu’elles ne sortent plus , ça m’est complètement égal .

                           2°) Vous dites , je cite : « la mise en place d’une commission d’enquête pour connaître les raisons pour lesquelles des citoyennes françaises diplômées voilées et de confession musulmane ne travaillent pas, est fortement souhaitable. »

                          Pas besoin d’une commission d’enquête pour ça , je vais vous donner l’explication . Je suis employeur . J’ai déjà eu des secrétaires musulmanes non voilées . L’une d’entre elle, une intérimaire, à essayé un jour de mettre une écharpe pour dissimuler ses cheveux . Je lui ai dit qu’il s’agissait d’un cabinet médical laïque , et que par conséquent , elle se devait de respecter la neutralité religieuse vis-à-vis des patients . Elle a enlevé son écharpe tout de suite .

                           Aucun règlement au monde ne pourrait me faire accepter une femme voilée comme secrétaire . Il s’agit du droit absolu de l’employeur de choisir ses employés comme bon lui semble et sans en avoir à rendre compte à qui que ce soit . De même qu’aucune loi au monde ne me ferait embaucher une femme avec des piercings ou des cheveux teints en vert fluorescent, quand bien même elles seraient qualifiées pour le travail .

                          De toutes façons , la plupart des employeurs , lorsqu’ils ont besoin d’employées , ne s’adressent pas à l’ANPE qui risque effectivement d’envoyer des femmes voilées à l’entretien d’embauche , mais choisissent dans les nombreuses lettres de candidature spontanées : les lettres qui comportent sur la photo un voile , des piercings faciaux ou des cheveux bleus ou verts sont immédiatement mises à la poubelle sans autre forme de procès. 

                           La vie , c’est la discrimination. Si les musulmanes voilées ne veulent pas de discrimination à l’embauche , elles cessent de se voiler et se comportent comme des françaises normales . Ce ne sont pas les employeurs qui les discriminent , ce sont elles qui s’autodiscriminent en voulant absolument suivre des coutumes moyen-âgeuses dans un pays moderne dans lequel ces coutumes ne font pas partie des moeurs.


                          • courageux_anonyme 24 juin 2009 12:14

                            C’est simple : la burqa, le voile n’ont rien à voir avec la religion musulmane :
                            quel est donc le problème à les interdire ?
                            Le voile, et bien plus encore la burqa sont perçus en France comme une provocation.
                            Si ce n’est pas préconisé par les musulmans, pourquoi ne pas l’interdire tout simplement ?
                            En quoi cela pourrait-il indisposer les musulmans ?
                            A moins, bien sûr, que ce ne soit réellement une provocation raciste...


                            • Reinette Reinette 24 juin 2009 12:15

                              Légiférer, c’est condamner ces femmes deux fois et les couper du monde extéri(eur et les priver du peu d’oxygène qu’il leur reste. (L’AUTEUR NAHABIEH )


                              QUI les condamne ces femmes ? et les coupe du monde ?

                              La religion des hommes ? la frustration de certains hommes ?


                              Ces hommes en imposant une telle négation du corps de la femme, avec leur façon de traiter les femmes comme de vulgaires sacs de patates, importent l’intolérance et la violence.


                              • Reinette Reinette 24 juin 2009 14:16

                                petite conversation, piochée sur le vouèbe

                                question :
                                Mais il y a une phrase que tu as écrite et qui donne de quoi réfléchir, tu as dis : « Le voile, lui, est une preuve de soumission à Dieu SEUL et non aux hommes. » Beaucoup de femmes quand elles se retrouvent entre elles surtout des femmes proches les une aux autres, ça leurs arrivent d enlever leurs voiles pourtant Dieu est quand même présent.


                                réponse :
                                En effet lorsque les femmes se retrouvent entre elles, elles retirent leur voile.
                                Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont plus soumises à Dieu à ce moment là car Dieu a commandé aux femmes de le porter en présence d’hommes afin de ne pas susciter en eux des tentations, il a souhaité que les relations entre sexe opposé soit des plus respectueuses possibles.

                                Elle obéit toujours à son créateur lorsqu’elle le retire en présence unique de femme, il n’y a aucune tentation possible dans ce cas puisque le sexe opposé est absent.




                                DONC, si je comprends, les (des) hommes, ces goujats, ne savent pas résister aux tentations et ne savent pas se retenir en présence d’une femme qui ne serait pas voilée... cela suscite en eux des tentations, eh bien mes ...

                                et chose inimaginable, pour une femme non voilée, il n’y a aucune tentation possible envers une autre femme ! quel progrès dites-donc


                              • Yohan Yohan 24 juin 2009 14:27

                                Les mariages étant arrangés, la séduction est bien inutile....


                              • Yohan Yohan 24 juin 2009 14:24

                                J’espère bien que GVT aura le courage d’aller au bout de la logique. On ne peut aller en Afghanistan lutter contre l’obscurantisme et les injures faites aux femmes et en même temps tolérer la burqa dans l’espace public français. Le discours risque en effet de ne pas bien passer là bas...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès