Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La clitoridectomie : la honte de siècle

La clitoridectomie : la honte de siècle

Inconnue chez les nations civilisées, la clitoridectomie est pratiquée à une large échelle dans les pays musulmans.

L’Egypte, berceau de la civilisation pharaonique n’y échappe pas. Appelée aussi « l’excision », cette honteuse coutume consiste à procéder à l’ablation de l’organe génital féminin. Existant avant l’arrivée de l’islam, elle sera sauvegardée par les Arabes et ce afin de démontrer l’infériorité de la femme devant l’homme. Devant le tollé soulevé à travers le monde, le pouvoir égyptien décréta une loi en 1996 interdisant sa pratique. Ceci n’empêchera pas les femmes de se faire exciser à domicile. Le taux de pourcentage des personnes touchées par cette honte variera entre 60 et 65 %. Outre la répugnance de cet acte abject en tout point, il est à relever que la femme risque de graves répercussions pour sa santé.

En effet, la coordinatrice du Mouvement égyptien pour la lutte contre l’excision, en l’occurrence Mme Marie Assaad, elle, affirmera que le moment est venu de reconnaître ses faiblesses et que cet épineux problème doit trouver une solution rapide car il y va de la santé de centaines de milliers de jeunes femmes et de jeunes filles. Enfin, cette pratique d’un âge révolu semble avoir de beaux jours encore. Des médecins continuent de l’exercer sur d’innocentes victimes qui ne savent plus à quel saint se vouer. Néanmoins, celles qui refusent versent dans le mensonge afin de pouvoir se marier.

Entre le mensonge et la soumission le choix est vite fait. Concernant cette fois-ci la comparaison, nous noterons que des pays qui sont loin d’avoir l’importance de l’Egypte, le Yémen, par exemple, s’opposent avec succès à l’excision. En Egypte, pays de poids dans la "ligue arabe", malgré les efforts consentis en vue de l’éradication de ce phénomène moyenâgeux, la pratique semble être basée sur une hérédité et est donc transmise du père au fils. Elle en devient même un argumentaire de poids et préférentiel donc de la pureté féminine.

Des voix continuent de s’élever en vue de l’éradication de cette castration et ce dans l’espoir de mettre un terme à cette pratique. Aussi faudrait-il inclure cette pratique dans un cadre de violation de droits de l’homme, quoique la personne concernée en premier lieu soit une femme. Mais, le risque de voir la réaction des rétrogrades est forte. En effet, ceux-ci n’hésiteront par un instant à le déplacer vers les droits de la femme afin de pouvoir comme de coutume pérenniser cette infâme pratique.

RACHID YAHOU


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (128 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • Zalka Zalka 22 août 2008 11:17

    Je savais que cette pratique ignoble était courante en afrique subsaharienne et en égypte, mais j’ignorais qu’elle s’était exportée dans les autres pays musulmans. Une oeuvre des frères musulmans ?


    • impertinent3 impertinent 22 août 2008 11:38

      Cette pratique n’est pas spécifique aux musulmans. Par exemple, elle sévi largement en Ethiopie, pays à très forte dominance chrétienne.

      En fait, pas vraiment lié à une quelconque religion, mais plutôt au machisme, à la peur de certains hommes de ne pas être capable de procurer du plaisir à une femme, alors, le plus simple, c’est de leur enlever physiquement le moyen d’en avoir. Comme cela elle n’ira pas voir ailleurs. Triste, navrant, mais réel.



    • Zalka Zalka 22 août 2008 11:47

      Cette pratique n’est effectivement pas du tout d’origine islamique. Elle date de l’égypte ancienne et a probablement été importé en Egypte du fait des contacts de cette civilisation antique avec l’afrique subsaharienne, origine de l’excision.

      Néanmoins, il faut bien préciser que l’argument employé par les exciseurs est bien l’Islam (du moins dans les pays musulman la pratiquant).

      Et du fait de cette argumentation, la pratique peut potentiellement s’exporter vers d’autre pays musulman. C’est d’ailleurs ce que m’apprend cet article, losrque l’auteur aborde le fait que le Yemen ait à combattre l’excision.


    • Calito 22 août 2008 12:13

      Article bien écrit et qui m’a permi d’apprendre pas mal de choses.
      Du coup je vais lire vos anciens articles.


    • Internaute Internaute 22 août 2008 14:58

      Cette pratique a fait tâche d’huile dans les pays "civilisés". En France, j’ai lu quelque part qu’il y en aurait 60.000 par an.


    • Nobody knows me Nobody knows me 22 août 2008 16:50

      Lu ici :
      Les deux seules estimations du nombre de femmes excisées en France remontent à plus de quinze ans, à une époque où la population originaire d’Afrique sub-saharienne était moins importante qu’aujourd’hui. L’une, en 1982, estimait qu’« environ 24 000 femmes et fillettes étaient excisées ou menacées de l’être (pour les plus jeunes) » ; la seconde, en 1989, évaluait à « environ 27 000 la population féminine à risque »
      Et :
      Le nombre de femmes concernées en France reste pourtant mal connu[...]Moyennant quelques hypothèses,
      on peut estimer qu’il y a en France en 2004 environ 50 000 femmes adultes excisées (encadré 2).

      Voilà pour la rigueur.
      Bien à vous.


    • Krokodilo Krokodilo 22 août 2008 11:39

      Article utile, dommage qu’il n’y ait pas d’infos historiques sur l’ancienneté de cette pratique en Egypte, je croyais que c’était relativement récent chez eux. Il est vrai que tout ça se passe dans la discrétion et que les renseignements ne doivent pas être faciles à trouver.

      En fait, la plupart des civilisations ont pratiqué et pratiquent des mutilations corporelles (tatouages, scarifications, circoncision sans raison médicale, mutilation des pieds dans la Chine ancienne, étirement de la lèvre ou du cou, perçages actuellement dans les pays occidentaux), souvent à l’occasion de rituels ponctuant les grandes étapes de la vie (devenir adulte, guerrier, etc.), mais celle-ci est barbare parce qu’elle gâche la sexualité des victimes pour toute leur vie, et qu’elle se double donc d’une domination violente de l’homme sur la femme.

      Si on regarde de près, il apparaît que malgré la grande fréquence des mutilations corporelles rituelles dans l’histoire, les plus grands dommages (l’excision et la déformation des pieds autrefois en Chine), les conséquences les plus graves ont toujours été subies par les femmes, hormis peut-être les castrats, phénomène lié à l’esclavage. Avec ou sans la question religieuse, c’est la sexualité et le rapport homme-femme qui est en jeu et pose problème dans ces pays. L’homme veut une sexualité sans plaisir pour la femme, limitée à la procréation, voire a peur de celle-ci. La pilule anticonceptionnelle avait été combattue chez nous en partie pour cette raison. C’est cette question psychologique et sociale que ces pays doivent résoudre, et ça ne sera pas facile, l’interdiction en Egypte a montré que cela ne suffisait pas à supprimer l’excision.


      • cathy30 cathy30 22 août 2008 14:21

        on a mutilé de jeunes garçons pour en faire des castrats parce que les femmes n’avaient pas le droit de chanter, c’est comme qui dirait un retour de balancier, ainsi va la vie.


      • sisyphe sisyphe 22 août 2008 17:30

        Commentaire particulièrement déplacé, surtout venant d’une femme...


      • cathy30 cathy30 23 août 2008 00:34

        - 10 pour mon commentaire sur les castrats c’est un peu gros, un peu réac sisyphe. les femmes sont la moitié de la population. et si on les opprime, obligatoirement il y aura des repercussions sur le reste de la société et notemment d’autres plus faible comme les enfants ou les pauves. cause et effet... donc juste un retour de balancier et non pas c’est bien fait pour ces jeunes hommes


      • sisyphe sisyphe 23 août 2008 10:15

        Heuuuuu...
        Je crois qu’il y a confusion, là....
        D’abord, moins 10, je n’y suis pour rien : je n’ai qu’une voix... (contrairement à d’autres...)

        Ensuite, et surtout, je crois que votre post était mal exprimé. Le "c’est la vie" et le "retour de balancier" a été pris comme si vous parliez des femmes excisées, en comparaison avec les castrats, quand je pense avoir compris que vous vouliez dire le contraire.
        Finalement, il semble que nous soyons d’accord, pour dire que ni l’un (les castrats ou les eunuques) ni l’autre (les femmes excisées) ne saurait se justifier.
        Vous me direz si c’est ça ....


      • saint_sebastien saint_sebastien 22 août 2008 12:52

        Faut arreter de dire des conneries...

        Il est démontré que la circoncision diminue les risques d’infection du VIH et autres MST.
        De plus elle n’a aucune incidence sur la "vie sexuelle" . Je suis moi même circoncit et je n’ai aucun problème pour prendre mon pied au pieu lol...
        Alors oui , en Afrique elle nest pas pratiquée par des medecins , mais ce sont des professionnels qui coupent le prepus au couteau. Oui ça fait mal quelques temps , mais ça n’a rien à voir avec l’excision qui elle est une vrai violence contre la féminité.
        Au contraire être circoncit est bon pour les performances sexuelles et n’est en rien une mutilation , faut arreter de voir le monde avec l’oeil occidental soit disant supérieur. Les cultures sont nombreuses et chaque peuple à ses coutumes. Encore des français donneurs de leçons...


      • Halman Halman 22 août 2008 15:07

        Saint Sebastien, l’argument de moins d’infection par le VIH est une idée reçue.

        Tellement facile d’invoquer de pseudos statistiques médicales.

        Les arguments religieux sont toujours très bons à prendre pour justifier une morale religieuse, surtout les fausses argumentations scientifiques.

        Une hygienne corporelle quotidienne du prépus évite les infections.

        Mais bon, se décaloter sous la douche tous les jours, combien le font ?


      • LaEr LaEr 22 août 2008 15:51

        De plus,il faudrait préciser à "Internaute" que bcp de chrétiens sont circoncis, notamment aux US où les femmes sont souvent étonnées de voir un Européen non-circoncis...



      • Nobody knows me Nobody knows me 22 août 2008 16:53

        Il est démontré que la circoncision diminue les risques d’infection du VIH et autres MST.

        Ca fait reculer le chômage et baisser le prix de l’essence aussi ?

        Pardon.


      • saint_sebastien saint_sebastien 22 août 2008 17:42

        http://www.fhi.org/fr/RH/Pubs/Network/v20_4/NWvol20-4malecurcumsion.htm

        http://www.santepub.fr/blog/spip.php?article38

        http://sidanet.refer.org/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_article.html&page=914

        http://www.futura-sciences.com/fr/sinformer/actualites/news/t/medecine/d/vih-correlation-entre-circoncision-et-diminution-du-risque-de-contamination_6841/

        Voici quelque sources de la correlation entre circonsision et diminuntion du risque d’infection au VIH.

        Encore une fois je ne comprends pas pourquoi mon message est censuré , je ne suis pas chrétien malgré mon nom , ni musulman , c’est une juste une tradition africaine.

        Encore une fois. Je n’ai aucun problème sexuel , la circonsision n’a rien à voir avec l’excision qui est bien la mutilation d’un embryon de penis chez la femme.

        je cite quelques textes sur le sujet :

        "VIH, corrélation entre circoncision et diminution du risque de contamination
        Source : INSERM

        Il est démontré aujourd’hui une corrélation, dans un essai randomisé et contrôlé, sur le fait que la circoncision effectuée à l’âge adulte diminue fortement chez les hommes le risque de contamination par le VIH.

        L’essai, réalisé en Afrique du Sud chez plus de 3000 hommes, démontre l’efficacité de la circoncision masculine effectuée à l’âge l’adulte. Les résultats de l´essai ANRS 1265 sont présentés à la 3ème conférence de l’International AIDS Society sur Pathogenèse et Traitement du VIH qui se déroule à Rio de Janeiro du 24 au 27 juillet par une équipe associant des chercheurs de l’AP-HP et de l’Université de Versailles-Saint-Quentin regroupés au sein de l’Unité Inserm 687 en France, des chercheurs de l’Institut national des maladies transmissibles (NICD) et la Société Progressus en Afrique du Sud.

        Plusieurs études observationnelles ont jusqu’à présent suggéré qu’il existait un effet bénéfique de la circoncision masculine sur le risque de transmission du VIH. Mais ces études, dont certaines réalisées en Afrique, étaient non randomisées et donc ne permettaient pas de prouver un lien de causalité entre la circoncision et la contamination par le VIH. L’essai ANRS 1265 est le premier essai de prévention démontrant, par une étude scientifique contrôlée, l’efficacité de la circoncision masculine.

        L’étude a été menée à Orange Farm entre 2002 et 2005, dans la province du Gauteng en Afrique du Sud. Les jeunes hommes (18-24 ans) volontaires pour participer à l’essai ont été randomisés en deux groupes. Les participants du premier groupe ont été circoncis, les participants du second ne l’ont pas été. Une information sur la prévention des infections sexuellement transmissibles, en particulier sur le VIH, a été fournie aux participants tout au long de l’étude. Des préservatifs étaient offerts aux deux groupes. Le nombre de personnes qui se sont infectées au cours de l’étude était trois fois moins important dans le premier groupe (circoncis) que dans le second (non circoncis) (18 vs 51 contaminations). A la lumière de ces résultats, le comité indépendant chargé du suivi de l’essai (DSMB) a recommandé que celui-ci soit interrompu et que la circoncision soit proposée aux participants du groupe non circoncis.

        D’autres études sont actuellement menées dans d’autres pays d’Afrique et leurs résultats sont attendus. Ils permettront éventuellement de consolider ces résultats L’effet à long terme de la circoncision masculine doit être étudié ; les mécanismes pouvant expliquer la protection observée restent à ce jour inexpliqués. Par ailleurs, la diminution importante du risque de contamination par la circoncision observée dans l’essai ANRS 1265 a été obtenue dans des conditions expérimentales soigneusement encadrées : information sur la prévention, fourniture de préservatifs, pratique médicale de la circoncision. Le risque est sûrement plus élevé dans “la vraie vie”. Les autorités de santé publique devront, quant à elles, entreprendre une réflexion sur l’utilisation, à l’échelle de la population, de la circoncision comme un moyen de prévention, alors que celle-ci n’est pas efficace à 100 %.

        Des campagnes de prévention à large échelle destinées à la population, comprenant des volets sur l’information, l’éducation et l’utilisation du préservatif, devraient être en tout état de cause menées de manière intensive."

        Donc les soit disant blanc qui savent tout sur ce forum feraient mieux de se renseigner sur ce qu’est la circonsision.

        Cette pratique permet d’ailleurs aux acteurs pornographiques d’améliorer leur performance sexuelle , et oui , paradoxalement.


      • saint_sebastien saint_sebastien 22 août 2008 17:45

        le texte cité plus haut dit que les circoncis ont trois fois moins de chance de contracter le virus du sida !!!


      • appoline appoline 22 août 2008 20:03

        Tiens, encore un qui se sent opprimé. Bon, je laisse mon fouet et nous ne sommes pas dans un champ de coton. Si la nature où appelez le ou la comme vous voulez à doter l’homme d’un prépuce ce n’est pas sans raison, le gland (hihi, je dirais presque la tête de gland) a besoin d’être protégée, les cellules épithéliales n’ont pas la même composition que le reste de l’épiderme. Mais après tout, vous utilisez votre attribut comme cela vous chante.


      • appoline appoline 22 août 2008 20:14

        Je pense tout d’abord à la douleur de ces femmes. Ce n’est déjà pas facile pour elles de vivre entourées d’hommes qui ne leur laissent ni la parôle ni la liberté. Alors amputées d’une partie de leur intimité, leurs vies sont ainsi détruites. Leurs vies sont effroyables, ont des rapports sexuels bien souvent imposés et là-dessus pas la moindre lueur d’espoir de plaisir encore moins de tendresse. Un viol répété en somme, qui peut durer toute une vie. La punition la plus adaptée serait de ne plus enfanter.


      • saint_sebastien saint_sebastien 22 août 2008 21:04

        quel rapport avec la circonsision ? on a beau vous dire que ce n’est pas la même chose que l’excision , vous persistez dans l’ignorance. Ce ne sont pas des ONG ou chercheurs noirs qui ont rélévé le risque inférieur d’infection au VIH grace à la circonsision mais bien des occidentaux. Le tout accompagné de prévention bien sur.

        La circonsision n’est pas une mutilation qui rend le pénis insensible pendant un rapport sexuel , et je ne pense pas avoir moins de plaisir que quelqu’un qui a toujours la peau sur son zguegue...

        Donc faut arreter de voir le monde via la lunette occidentale , la circonsision est une bonne pratique , hygiénique et n’a que des avantages , tant au niveau des risques de transmition de MST que des perfs sexuelles et je ne crois pas à l’histoire du plaisir amoindris.

        Relisez le texte cité plus haut , tirez en vous même les conclusions qui s’imposent. Au moins j’ai le gland très propre moi...


      • Alexandre 22 août 2008 23:13

        Ce n’est pas parce que cela diminue les risques de contracter le VIH qu’il faut se passer de capote.


      • Michèle 22 août 2008 11:43

        Cette pratique en effet est exporté par l’islam prosélyte jusqu’en Malaisie et en Indonésie.
        Comment ne pas être d’accord avec le rédacteur ? Et pourtant, on trouvera toujours des défenseurs chafouins pour plaider en faveur des coutumes barbares, surtout quand comme par hasard, leurs victimes sont des femmes. 
        Sait-on par exemple qu’il existe des femmes universitaires ainsi que des anthropologues occidentaux qui justifient l’excision au nom du respect de l’Autre et de sa culture ? Je ne sais qui plaisantait en disant qu’il respectait les coutumes mais pas au point d’accepter de donner ses propres enfants à des antrhopophages. A croire ces anthropologues, il serait immoral, voire raciste et ethnocentriste pour faire bonne mesure !
        Pourtant, dans des pays où l’"excision n’était pas dans les traditions tels que l’Indonésie, elle progresse grâce à l’islam. Et imposée dans le package conversion forcée à l’islam. Si vous en doutez faites donc une recherche sur le net (site point de bascule entre autres). 
        Le discours politiquement correct affirme que l’islam est contre l’excision alors que du point de vue du dogme islamqiue, il existe un hadith où Mahomet conseille de ne pas trop "couper" parce que le visage de la femme ne serait plus aussi épanoui, et que dans sa pratique l’islam n’y a jamais été opposé, l’université islamique d’Al -Ahzar du Caire la recommandait jusqu’à il y a peu. Raison pour laquelle les islamistes rebelles indonésiens l’appliquent sans délai à des femmes de tous âges dès qu’ils ont conquis par la force tel village.
        Mais heureusement que Mahomet a dit cela selon la tradition, sinon, selon nos islamologues, il faudrait respecter l’Autre aux dépens de l’intégrité des femmes. Mais dès qu’il s’agit de femmes, il semble que le niveau de tolérance des moralistes soit très bas, bas dans tous les sens du terme d’ailleurs.


        • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 22 août 2008 11:51
          Il est à noter que cette "tradition" barbare est surtout pratiquée dans les villages de brousse ( les populations les plus arriérées) en Afrique subsaharienne et est en forte régression dans les villes même si elle est officiellement prohibée...

          • RogerTroutman RogerTroutman 22 août 2008 12:17

            Malheureusement cette pratique n’est pas "totalement inconnue" en France. Au 119 on écoute des femmes et des filles, vivant en France, victimes de cette barbarie ; elles seraient 30 000 au total. Il existe d’ailleurs une association, le Groupe des Femmes pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles qui a été créé pour lutter contre cette pratique ignoble.


            • foufouille foufouille 22 août 2008 12:43

              en france on peut faire de la chirurgie pour reparer cette excision


            • Deneb Deneb 22 août 2008 12:33

              A part l’excision il y a aussi la castration permanente de la part de la religion, fustigeant le péché de chair.


              • Pour voir 26 août 2008 15:01

                Hélas, encore un commentaire infondé sur la religion, juste pour faire un bon mot. Ici je suppose qu’un amateur des gignols de la désinfo est à l’oeuvre, et qu’on parle évidemment de l’église catholique. Je trouve dommage de lancer des remarques commes ca dans un forum, sans avoir pris la peine de se documenter avant.

                1. L’église catholique n’a jamais considéré la sexualité comme un péché.
                2. Au contraire, elle soutient l’unité de l’être humain dans son corps et dans son esprit et que l’amour de son conjoint doit s’exprimer de la plus belle manière qui soit par l’acte sexuel.

                Je conseille à tous les amateurs de clichés, stéréotypes et autre rumeurs de comptoirs la lecture du livre d’yves Semen : La theologie du corps de Jean-Paul II. Plus d’infos sur :

                http://www.theo4you.org/jean-paul-ii-le-sexe-sans-tabou-article26.html

                http://news.catholique.org/1247-La-%C2%AB-theologie-du-corps-%C2%BB-de-Jean-Paul-II,


              • Vincent Frédéric Stéphane 22 août 2008 12:52

                Dis donc Rachid, c’est toi qui a écrit "Inconnue chez les nations civilisées, la clitoridectomie est pratiquée à une large échelle dans les pays musulmans."

                Tu peux commenter l’opposition "nations civilisées" - "pays musulmans". Cela m’intéresse au plus haut point !



                • Scaevola 22 août 2008 14:48

                  Les pays musulmans dans leur ensemble sont de grands défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme (et de la femme ...), d’ailleurs c’est bien simple les seuls mots qui me viennent à l’esprit sont humanisme, progrès, civilisation, alors que les grincheux parleraient bien à tort d’obscurantisme.


                • Yifu66 22 août 2008 16:59

                  J’ai bondi également sur la différenciation "civilisé" et "musulman" : mélange de civilisation et de religion caractérisé, article orienté dès l’entête. Nul.

                  (Pour éviter toute critique à ce sujet, je tiens à préciser que je ne suis pas musulman ! Et à peine civilisé !...)


                • Vincent Frédéric Stéphane 22 août 2008 17:31

                  A scaelova :

                  Si tu es bien conscient que tu es le barbare de quelqu’un, je te laisse te prévaloir d’être plus civilisé que d’autres. Mais est-ce le cas ?

                  Si tu n’en es pas conscient, je te mets le nez dans ton pipi quand tu veux !



                  A Rachid :
                   
                  Ben alors ? T’as pas connecté le cortex et tu fonctionnes encore au bulbe ?


                • Faith 22 août 2008 13:07

                  Un article qui commence par cette phrase : "Inconnue chez les nations civilisées, la clitoridectomie est pratiquée à une large échelle dans les pays musulmans." ne donne pas envie de poursuivre la lecture

                  Vous condamnez une pratique honteuse tout en ayant vous-même une conduite honteuse. C’est pas glorieux.


                  • dupual 22 août 2008 14:22

                    @Faith
                    En effet, les mutilations des sexes féminins se pratiquent dans les pays que l’on appellement pudiquement en voie de développement...
                    Les pays civilisés sont plus raffinés pour réduire le sexe féminin à un objet de plaisir et à un uterus pour assurer le renouvellement des générations futures... (voir l’image de la femme dans la pub, films, séries TV et bien sûr les films trash du porno !)

                    L’émancipation des femmes tel le rocher de Sysiphe est un éternel recommencement !
                    Rappelons-nous ce qui s’est passé au tribunal de Lille (ville d’un pays considéré comme civilisé puisqu’il a inventé les droits de : l’homme... excluant par le langage : l’autre moitié de l’humanité !!! ) qui a osé annulé un mariage à la demande d’un mari qui a découvert que sa femme-objet n’était pas neuve (vierge) !!!

                    L’humanité féminine souffre de l’arriération mentale des hommes qui ont conscieusement réduit la femme dès le berceau au rôle d’esclave et de pondeuse...

                    en France les femmes sont les premières pondeuses d’Europe... et les dernières à décrocher des postes à responsabilité jusqu’à l’assemblée nationale
                    à méditer


                  • Deneb Deneb 22 août 2008 14:44

                    Par pitié, arretez d’écrire "pays civilisés" quand vous pensez aux pays developpés.


                  • Krokodilo Krokodilo 22 août 2008 15:37

                    J’avais remarqué cette formulation maladroite, mais cela n’empêche pas l’article d’être utile sur un sujet qui devrait questionner davantage les pays concernés.


                  • Nobody knows me Nobody knows me 22 août 2008 17:07

                    dupual, ne remettons pas encore ce cas débile sur la table.
                    Le mari a joué sur le fait que la mariée lui aurait menti quant à une qualité essentielle, qu’ils avaient reconnu tous deux comme étant essentielle.
                    Stupide décision à mon avis mais c’est un contrat entre les 2 personnes donc ils définissent les termes eux-mêmes.
                    Stupide décision du tribunal, la pauvre femme se retrouve remariée un an après sans avoir rien demandé...


                  • Mercure610 Mercure610 22 août 2008 14:23

                    Mais il faut aussi constater que les coutumes sont souvent transmises par les femmes, notament lorsqu’il est question d’excision. On pourrait penser que celles qui ont subi cette mutilation feraient tout pour que leurs filles y échappent, et bien non, cest le contraire qui se produit. Les femmes sont-elles vraiment meilleures que les hommes ?
                    Lire : Larmes de sable de Nura ABDI.


                    • Zalka Zalka 22 août 2008 15:37

                      Pour se révolter contre l’esclavage il faut se rendre compte qu’on est esclave. Le poid de la tradition, l’ignorance d’une vie sans excision aide beaucoup à cet état de fait.


                    • Démosthène 22 août 2008 14:33

                      Salut,

                      On semble oublier les "corrections chirurgicales", imposées à des bébés intersexués, faites à la naissance par des chirurgiens bien pensants chez nous....

                      Ce sont aussi des mutilations !

                      @+


                      • Internaute Internaute 22 août 2008 14:54

                        Je n’aime pas la hiérarchisation des tortures ni des mutilations sexuelles.

                        L’excision n’est pas, comme le dit l’auteur, l’ablation de l’organe génital féminin car sinon elles ne pourraient plus avoir d’enfants. Il me semble qu’elles conservent le vagin, l’utérus, les trompes de faloppe et les ovaires.

                        Cette façon de parler essaye de faire croire que l’excision est beaucoup plus terrible que la circoncision alors qu’il s’agit du même drame. Il serait grave qu’on en arrive à interdire l’excision tout en continuant à permettre la circoncision en laissant croire qu’elle est anodine.

                        Sur un article précédent j’avais mis deux vidéos en référence que je vous épargne cette fois-ci. La première montrait une circoncision sauvage au Sénégal. La peau, attachée et tirée par une ficelle par un aide pendant que le gamin est tenu par un autre est coupée par un troisième sur le pas d’une porte avec un couteau de cuisine, laissant l’enfant désemparé et sanguinolant. C’était la plus humaine (je répète, humaine).

                        La deuxième était filmée dans une clinique moderne. Un pauvre petit noir hurle à la mort pendant quinze minutes, attaché sur une forme en plastique avec des sangles aux pieds et aux mains, pendant qu’un chirurgien ganté et aseptisé lui découpe le sexe lentement mais à vif avec tout un attirail de chirurgie moderne, clamps, pinces, sécateur circulaire à pression etc. A la fin, le docteur explique au père ce qu’il faut faire en cas d’infection, que les saignements peuvent durer quatre jours mais devraient s’arrêter ensuite et la cicatrisaiton dure un mois. Quand je pense qu’on a condamné des geôliers à mort pour avoir arraché les ongles de leur victime, je me dis qu’il y a vraiment deux poids et deux mesures.

                        Il faut absolument interdire en France toute forme de mutilations sexuelles, sans distinction de race, de sexe, ni de religion. Je ne vois pas comment on peut encore défendre des "valeurs", des "droits de l’homme" et continuer à faire l’aveugle devant de telles horreurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès