Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La comparaison au pire : une bonne conscience bon marché ?

La comparaison au pire : une bonne conscience bon marché ?

Il est courant dans un débat de comparer à une situation pire déjà vécue, ici, ailleurs ou avant. Cette ligne de défense n'est pas anodine : elle banalise le pire en ignorant le meilleur.

On entend souvent, face à un délit, crime, problème social ou autre, une sorte de ligne de défense affirmer que « il y a eu pire ailleurs ou à une autre époque ». Affirmations fondées, aisément vérifiables, troublantes car indéniables. Exemples.

Un argument récurrent des climato-sceptiques : j'entends encore l'ex-ministre de l'éducation nationale Claude Allègre affirmer qu'il faisait plus chaud à telle période du moyen-âge qu'aujourd'hui, sous-entendant que l'ère industrielle n'avait pas d'impact décisif sur la température mondiale.

Sur l'avancée salafiste en Europe et particulièrement en France, il n'est pas rare d'entendre ou lire que les guerres de religion ont été bien plus meurtrières et barbares, à l'instar des croisades, comme si finalement ce nouveau terrorisme était banal et acceptable.

Lors du procès de Klaus Barbie, son défenseur Jacques Vergès n'a pas hésité non plus à dénoncer les exactions du régime de Vichy, induisant l'idée que finalement son client n'était pas plus criminel que d'autres.

Dans le débat sur le mariage pour tous, les défenseurs du projet ont souvent argué que l'homoparentalité était préférable pour l'enfant à une parentèle hétérosexuelle où discorde, divorce et violence étaient quotidiennes. Ce qui sous-entend que l'homoparentalité est acceptable à ce titre.

Ces exemples ignorent respectivement l'émission massive de gaz à effet de serre, le respect de la vie dans toutes les religions, la non-violence comme mode d'action, la stabilité qu'apporte tant de foyers hétérosexuels.

Or, dans un pays doté d'une justice, la loi fixe une limite à l'acceptable, plafond au delà duquel il y a faute.

Cette ligne de défense du « pire ailleurs ou avant » sous-entend que le fait jugé n'atteint pas un niveau tel qu'il devient répréhensible de façon indiscutable. La loi apparaît alors non pas comme un plafond, mais au contraire comme le plancher d'un deuxième étage, dont le plafond est inconnu, puisque le pire renvoie à l'infini.

Il y a donc dans la comparaison avec des références qui sont au sens propre 'hors-la-loi', un mode de normalisation où l'homme s'acquitte de ses propres horreurs par le biais d'une bonne conscience bon marché. Ce processus sous-tend aussi le renoncement à une forme de progrès, car s'accorder qu'on ne fait pas pire revient à dire qu'on ne fait pas mieux. De là à l'inscrire dans l'inconscient collectif, il n'y a qu'un pas à franchir : danger.

Dans une classe, on élève difficilement le niveau quand la référence donnée, au lieu d'être le meilleur, se contente du pire.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Etbendidon 30 septembre 09:28

    Latigne : Encore un article pour ne rien dire !
    Tutusse : Oui mais il y a pire sur ce site et puis lui il n’a pas parlé de pire quantique !
    Latigne : La modération c’est plutot le médiocration !
    Tutusse : heureusement ça me permet de parler des galettes de pont aven. demande à mastu vu de la loire !
     smiley


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 30 septembre 09:29

      A la différence de la logique formelle, le langage n’est pas toujours univoque.
      Des figures de style comme la métaphore, la litote ou la métonymie peuvent très bien exprimer une idée avec plus de force qu’en exprimant cette idée d’une manière plate.


      Par exemple, dire : « ça aurait pu être pire ! »

      Peut signifier, avec une nuance depudeur et d’admiration : « ça n’aurait pas pu être mieux ! »

      Encore faut-il percevoir les signes permettant le décryptage.



      • tashrin 30 septembre 09:34

        Mouais
        Ca s’appelle remettre les choses en perspective, relativiser
        Ca veut pas dire amoindrir, diminuer, ou nier la réalité. Juste la réinscrire dans un contexte plus global qui permet de mieux en saisir la signification


        • charlie charlie 30 septembre 10:46

          Désolé, je n’ai pas compris l’histoire de la loi à 2 étages….

          En revanche, votre sujet est un excellent point de départ car cette manipulation par comparaison est omniprésente sur Internet et empêche tout débat.


          En philo, ou en science, ou dans les milieux réfléchis, on construit : thèse, antithèse, synthèse.

          Là, on s’arrête à l’antithèse, jugée absolument équivalente à la thèse, et il n’y a jamais de synthèse, c’est ça le problème…..


          Ex banal ici : si on parle de burka, on entendra : et les strings, c’est préférable ? voir la récente déclaration d’Anelka sur les espaces nudistes comparés au débat sur le burkini.

          Si l’on parle de la shoa et des nazis, on entendra : et les Israëliens, ils tuent les palestiniens ! 

          Si l’on parle des femmes battues, on entendra : oui, mais il y a aussi des hommes battus !


          • égorgedéployée 30 septembre 14:16

            @charlie
            Mon image n’est probablement pas explicite : la loi est au rez-de-chaussée et fixe un plafond tolérable. Au-dessus de la loi c’est au premier étage ; y comparer le fait hors-la-loi à pire revient à ignorer l’étage de la légitimité, celui de la loi.

            Mais peu importe, vous avez bien compris mon sujet, et sa récurrence tous media confondus.


          • leypanou 30 septembre 12:06

            Ces exemples ignorent respectivement ... la stabilité qu’apporte tant de foyers hétérosexuels. : si vous arrivez à démontrer que les foyers hétérosexuels sont tous stables, je partagerai votre avis.

            Donc votre argument de stabilité ne vaut rien.


            • égorgedéployée 30 septembre 14:21

              @leypanou
              Il y a bien sûr des foyers calamiteux partout, mais il y a aussi des foyers hétérosexuels stables : les ignorer biaise tout débat !
              Ce n’est qu’un exemple, et la contribution de Charlie en apporte d’autres.


            • oncle archibald 30 septembre 14:29

              @leypanou : taratata !

              Dire que l’enfant sera mieux dans un foyer homosexuel que dans un foyer hétérosexuel ou sévissent l’alcoolisme et la violence revient à supposer que l’alcoolisme et la violence ne peuvent pas exister dans un foyer homosexuel.

              C’est celui là l’argument qui ne vaut rien et peut être que égorge déployée n’a pas été très clair mais il n’en reste pas moins qu’il a raison et que son exemple pour illustrer la thèse récurrente « il y a pire » est bien choisi.


            • leypanou 30 septembre 17:22

              @oncle archibald
              Où est ce que j’ai dit que l’enfant sera mieux dans un foyer homosexuel que dans un foyer hétérosexuel où sévissent l’alcoolisme et la violence ?
              Lisez bien ce que j’ai écrit avant de m’attribuer une réflexion que je n’ai pas faite.


            • leypanou 30 septembre 17:29

              @égorgedéployée
              Sous prétexte qu’il y a des foyers hétérosexuels stables vous êtes contre le mariage pour tous et c’est moi qui ignore les foyers hétérosexuels stables ?
              Vous avez une logique bizarre !


            • égorgedéployée 30 septembre 17:46

              @leypanou
              Merci de clore ce fil de discussion qui n’est pas l’objet de l’article.


            • epicure 30 septembre 22:17

              @oncle archibald

              En fait sur ces sujet, personne d’honnête ne peut dire à l’avance que tel couple, qu’il soit hétéro ou homo, fera de bons parents ou des parents détestables.

              L’argument du pire de la part des défenseurs du couple homo, sert à montrer qu’un couple hétéro n’est pas forcément garant d’une bonne parentalité, et que cela ne peut pas être un argument pour refuser à un couple homo d’élever des enfants.

              C’est différent des autres « c’est pire ailleurs » qui eux servent à amoindrir, relativiser, quelque chose de mauvais.

              Une autre variante, c’est « d’autres le font, pourquoi pas nous ». Qui est la porte ouverte au pire.


            • baron 30 septembre 14:15

              Comaprer au pire, C’ est aussi ce que vous faites. 

              Un seul exemple, pourquoi un réchauffement serait-il plus mauvais qu’une situation climatique stable ? Si réchauffement il y a un jour, d’immense étendues de terre trop froide aujourd’hui, vont devenir cultivable, particulièrement dans l’hémisphère nord, mais pas que !!!planter des oliviers ou des agrummes, en Ile de France poserait un problème ? tandis que l’on cultiverait des dattes, ou que l’hiver serait plus favorable aux culture que l’été, les tomates française arriverait sur le marché en Avril Mai et alors (dans le sud de la France) ? 
              Pourquoi dire, que le co2 est mauvais, alors que plus de co2 signifie aussi plus de rendement agricole, c’est d’ailleurs aussi grâce au CO2 que les croissance des légumes est meilleurs sous serre...
              Bref, ne critiques vous pas ce que vous pratiquez vous même ? Car, pour les optimistes, l’improbable réchauffement climatique, pourrait être la solution au risque de pénurie alimentaire au niveau mondial.

              • égorgedéployée 30 septembre 14:32

                @baron
                Je ne prends pas partie pour ou contre le réchauffement, mes exemples, et la contribution de Charlie en donne d’autres, ne sont là que pour dénoncer un procédé qui bloque tout débat.


              • aimable 30 septembre 18:37

                @égorgedéployée
                de toutes façons rien n’est stable et comme on dit chez moi tout ce qui loche ne tombe pas , c’est on ne peut plus clair


              • oncle archibald 30 septembre 18:50

                J’ai le sentiment que la substantifique moelle de votre article ne sera pas commentée, pourtant ...

                C’est vrai que c’est incroyable d’entendre argumenter sur des sujets sérieux de la même façon que dans la cour de récré d’une école maternelle : « pas tant que toi » ou encore « c’est celui qui le dit qui le fait » ....

                Nous sommes au moins deux à mal supporter cette façon puérile (ou vicieuse ?) d’empêcher tout développement argument contre argument. Merci de l’avoir écrit.


                • epicure 30 septembre 22:25

                  Oui tu as parfaitement raison, le « pire ailleurs ou avant » c’est la porte ouverte à tout et n’importe quoi, surtout le pire.

                  C’est exactement pareil que « oui mais l’autre il fait pareil », qui permet de tenter de normaliser des actes qui n’ont rien d’anodin, comme des agressions, des actes qui relève du délit, du crime.

                  Et puis il y a les mauvaises comparaison : burqa et string ne sont pas du tout du même ordre.
                  L’un résulte de la négation sociale de la femme, alors que l’autre est une émancipation des femmes par rapport aux clichés sexistes.


                  • andromerde95 30 septembre 23:14

                    @epicure
                    « L’un résulte de la négation sociale de la femme, alors que l’autre est une émancipation des femmes par rapport aux clichés sexistes. »

                    non le string est la transformation de la femme en bout de steak alléchant. 



                  • charlie charlie 1er octobre 10:39

                    @andromerde95

                    non le string est la transformation de la femme en bout de steak alléchant.

                    tandis que la burka est la transformation de la femme en bout de steak coupable…..

                    Ça fait quand même une sacrée différence : exalter et être fière de son propre corps ou le cacher honteusement sous peine d’être embastillée, voire pire, par nos charmants père la morale obsédés sexuels…….


                  • epicure 1er octobre 18:00

                    @andromerde95

                    tiens une réponse bas du front d’un crétin ignare.


                  • andromerde95 1er octobre 18:34

                    @charlie
                    « tandis que la burka est la transformation de la femme en bout de steak coupable….. »

                    non tu ne peux pas être un bout de steak quand t’excite personne grâce au voile. 

                  • andromerde95 1er octobre 18:34

                    @epicure
                    tiens la réponse d’un mec rageux du fait qu’il a aucun argument. 


                  • charlie charlie 1er octobre 18:42

                    @andromerde95
                    ah bon ? mais y a quoi sous le voile, un pur esprit ? pourquoi le cacher alors ?


                  • philouie 1er octobre 18:44

                    @charlie
                    peut-être pour ne pas confondre la femme avec son corps ?


                  • charlie charlie 1er octobre 18:47

                    @philouie
                    qui la confond, sinon toi et les obsédés de ton acabit, tes frères....... ?


                  • philouie 1er octobre 18:52

                    @charlie
                    la dictature de la mode et la tyrannie de la balance, t’as jamais entendu parler ?


                  • charlie charlie 1er octobre 18:55

                    @philouie

                    La mode ? la balance ? mais qu’est-ce qu’on s’en fout. C’est ça ton niveau ? 

                    Tu devrais arrêter de lire Gala ou Marie-Claire…..


                  • philouie 1er octobre 19:00

                    @charlie
                    La mode ? la balance ? mais qu’est-ce qu’on s’en fout
                     
                    Il semble que cela ne soit pas le cas de nombreuses femmes. Et si ces femmes ne s’en foutent pas, c’est bien en raison d’un diktat imposé par le tiens selon laquelle la femme doit montrer son corps.
                    Je constate ton hypocrisie à imposer des règles sans tenir compte de leurs conséquences.


                  • charlie charlie 1er octobre 19:04

                    @philouie
                    La femme « DOIT » montrer son corps ? mais mon pauvre vieux, dans quel monde de fantasmes vis-tu....


                  • philouie 1er octobre 19:06

                    @charlie
                    un dans lequel des putes sont montrées en exemple.


                  • pemile pemile 1er octobre 19:12

                    @philouie « Il semble que cela ne soit pas le cas de nombreuses femmes »

                    Philouie s’occupe encore et toujours des femmes ! Et dénonce des « dictatures » de la mode et de la balance smiley

                    Quel pourcentage de femmes d’après ton « il semble que » ?


                  • charlie charlie 1er octobre 19:13

                    @philouie

                    On comprend mieux l’idéologie mortifère de l’islam en te lisant : un monde de frustration, de peur, de haine des femmes, d’obsessions sexuées ou scatologiques, de graves pathologies…….

                    over


                  • philouie 1er octobre 19:14

                    @pemile
                    A part les bonnes soeurs, quasi toutes.


                  • pemile pemile 1er octobre 19:16

                    @philouie « A part les bonnes soeurs, quasi toutes. »

                    Foutaises ! T’as fréquenté des plages cet été ?


                  • égorgedéployée 1er octobre 19:20

                    Comme précédemment, merci de stopper ce fil de discussion qui n’est pas l’objet de l’article.


                  • philouie 1er octobre 19:21

                    @pemile
                    Foutaises ! T’as fréquenté des plages cet été ?
                     
                    et ?


                  • Le421 Le421 1er octobre 08:54

                    Un peu dans le sens de vos écrits, je ferais une remarque sur l’époque actuelle.
                    Hommage et terrorisme, terrorisme et hommage.
                    La Hollande, l’autre pays du hommage.
                    Ce pourrait être un thème à choisir.

                    Rester perpétuellement dans le rappel du pire ne fait que le rendre commun.
                    Dans un deuil, on peut faire le choix d’intérioriser et de passer immédiatement à autre chose ou bien de se lamenter sans arrêt pour faire croire aux autres qu’on est plus touché qu’eux, preuve d’une empathie incomparable et donc éminemment respectable.
                    L’être et le paraître. Tout un débat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès