Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La conscience et le « penser » après le 13 novembre

La conscience et le « penser » après le 13 novembre

Après les terribles carnages du 13 novembre il doit se passer beaucoup de choses dans la tête des gens. Après la stupeur, la peur. On l’a constaté le dimanche qui a suivi la recension médiatique de ces événements. Quelques rumeurs, quelques pétards et une panique peut gagner dans l’instant une foule. C’est naturel en somme. Le psychisme humain comme animal sert entre autres choses de signal d’alerte indispensable à la survie. Le problème étant que ce psychisme réagi aussi aux faux signaux et autres leurres que la vie urbaine produit en permanence. Si nous devions vivre ainsi pendant ces années, ce ne serait pas acceptable. Le 13 novembre est différent du 7 janvier dans la mesure où le mode opératoire des terroriste n’est plus le même et que chacun a le sentiment d’être une cible potentielle. La question qui domine porte sur les temps à venir et sur les moyens et autres mesures pouvant être prises pour que ça n’arrive plus, sachant que la possibilité que ça revienne est la plus plausible et que si x attentats pourront être déjoué, le x + 1 ne sera pas évité.

Que peut faire le citoyen dans cette situation ? Apprendre à vivre dans la peur, à faire preuve de sagesse stoïcienne, continuer à vivre, c’est certain. Mais peut-être est-ce le moment d’interroger l’existence et les choses essentielles du vivre humain, le vivre ensemble mais aussi comprendre le mal et aller vers le meilleur. Le battage médiatique incite aux pleurs ainsi qu’à la colère et à la haine contre ces gens venus de la galaxie nihiliste qui fit dans l’Histoire des morts par millions. La haine ne sert à rien dans les circonstances actuelles, même si elle fut une passion utile lorsque les résistants combattirent les occupants nazis. Si traque des terroristes il y a, elle est entre les mains de l’Etat mais aussi dans la stratégie mondiale sur le terrain afin de « neutraliser » la base arrière du nihilisme issu de l’islamisme. Et nous, citoyens, devons continuer à vivre et essayer de penser. En écartant la haine qui est un poison pour la pensée dont l’essence est d’entendre un appel pour produire une résonance de la pensée tel un écho du verbe incarné en nous.

Qu’appelle-t-on penser ? Tel est le titre d’un fameux livre de Heidegger. Si nous avançons avec tous ces maux, peut-être est-ce par notre mode de pensée ou plutôt notre incapacité à penser le monde et la technique. Notre société est minée par deux fléaux, d’abord l’action sans pensée, puis le bavardage sans action. Nombre d’interventions occidentales au Moyen Orient relèvent du premier cas, comme du reste les mesures prises lors de la panique H1N1 ou récemment une modification précipitée de la constitution évoquée par notre président. Quant au second volet, nul besoin de fouiller dans les archives. Chaque jour voit son lot de bavardage sans action, de commentaires politiciens qui n’ont d’autres finalités que de signaler aux citoyens l’existence des intéressés. Derrière la plupart des commentaires, on trouve cette déclaration : « coucou c’est moi, je suis là, j’existe, écoutez-moi, même si je n’ai rien de profond à énoncer ». De Valls à Sarkozy, les salves de commentaires fusent aussi rapidement que les balles de kalachnikov. Mais ces balles ne tuent pas. Elles évoluent entre boules puantes, pétards mouillés et signaux d’enfumage. Et la pensée dans tout ça ? La pensée est étouffée par la volonté d’agir, de faire et de réaliser (Heidegger, Qu’appelle-t-on penser ? PUF)

Le cours « mauvais » du monde repose pour une bonne part sur le déficit de pensée des contemporains. Nous voyons bien comment nous sommes démunis et interloqués face à ces événements du 13 novembre. Néanmoins, il ne faut pas réduire le cours des choses à cette tragédie tenter de comprendre comment la globalisation non maîtrisée peut servir de terreau à ces nihilistes et se demander s’il y a encore des penseurs à la hauteur des enjeux du monde. Depuis 1990, on n’entend plus trop les penseurs et l’on se demande qui sont les derniers grands penseurs en Occident. Et puis en supposant qu’il y en ait, sait-on encore les entendre ? Nous sommes interloqués signifie que notre parole est coupée. Si nous ne savons plus prononcer le verbe, nous ne savons plus alors l’entendre. A moins que ce soit l’inverse. Les événements sont tellement assourdissants que nous ne savons plus entendre ce qui met en mouvement la pensée et qui est l’Appel. Et que produit cette pensée ? Le Dire du Logos d’après Heidegger. Je traduirais, sans exclure a priori la théologie trinitaire (à laquelle Heidegger fait du reste allusion dans son texte), la pensée produit le Verbe du Logos. La Voix de l’Esprit, le Souffle de l’Esprit.

« Ce n’est du reste pas une simple question extérieure de dénomination que celle de savoir si l’on considère l’époque actuelle comme la fin des temps modernes ou si l’on reconnaît qu’aujourd’hui, un processus d’accomplissement des temps modernes, qui sera peut-être long, ne fait que débuter » (Heidegger, QP, p. 243)

C’est dans un cours prononcé en 1952 que Heidegger avait interrogé le sens profond de l’Histoire. Fin des temps modernes ou accomplissement sans fin ou du moins dont la fin n’est pas en vue. 1952, c’est aussi 7 ans après la fin du cataclysme mondial qui résolument s’inscrit dans une modernité dont on peut dire qu’elle résonna avec la malédiction. Cela dit, le mal en l’homme n’a rien d’un caractère spécifiquement moderne puisqu’il était déjà au cœur des questionnements philosophiques et théologiques au moment de l’Antiquité. Mais dire cela dissout la question du mal car il se peut que cette malédiction moderne ait un trait spécifique à la période récente et actuelle. Un chemin de pensée nous conduirait vers le nihilisme. Ce qui est une thèse plausible car ce qui réunit le cours de la société allemande au moment hitlérien et le cours actuellement des événements avec l’islamisme sectaire, c’est le nihilisme. Les terroristes qui frappent partout, de Beyrouth, Bagdad et Ankara à Paris, sont des nihilistes bien plus que des islamistes. Des nihilistes comme la Russie en a connus au milieu du 19ème siècle et l’Allemagne au début du 20ème. Des nihilistes sectaires mais qui malgré un archaïsme idéologique usent de moyens très occidentaux comme le Net, les fusils d’assaut et même quelques substances dopantes du genre amphétamine.

En quoi le nihilisme est-il un produit de la modernité ? C’est en fait un égarement de la pensée qui, au lieu de transformer le monde, refuse un certain monde au point d’anéantir ses œuvres, ses gens, ses symboles et parfois ses institutions. Les nihilistes sont à la modernité ce que les hérétiques ont été à la chrétienté il y a un millénaire. Avec une différence notable. Les hérétiques voulaient quitter le monde, les nihilistes veulent le désintégrer. Quant aux idéologues de Daesch, on sera bien démuni pour trouver une cohérence si ce n’est un conglomérat de doctrines millénaristes, manichéistes, de haines envers l’Occident, de délires sur le monde, bref, des gens bien organisés capables de manipuler des tas des gens à l’esprit perturbé. Les nouveaux possédés comme aurait dit Ellul. Et dieu sait s’il y en a et pas que dans les mouvances se réclamant du Coran. Que penser du temple solaire et de toutes les sectes passées et présentes, y compris sur les terres de démocratie et de raison ?

Penser le monde et penser son existence. Après le 13 novembre, beaucoup d’entre-nous ne peuvent plus penser comme avant. D’autres pensent dans la continuité car ils avaient déjà intégré la possibilité de la terreur compte tenu des événements dans le monde. Ce qui pose problème, c’est le retard dans la pensée de ceux qui nous gouvernent et un certain aveuglement face aux manœuvres pas très claires dans les monarchies pétrolières. Mais la pensée ne se résume pas à des considérations géopolitiques qui sont utiles pour garantir une vie acceptable mais insuffisantes pour donner du sens à la vie. Peut-être que la mort de ces innocents venus écouter de la musique nous renvoie au côté ineffable et précieux de la vie et nous incite à apprécier chaque instant. Ou alors à résister et entamer un combat politique contre les maîtres de ce système devenu fou. Ou enfin à comprendre comment le monde ne parvient pas à accomplir une civilisation diversifiée et pacifiée.

Le vivre ensemble ne peut se réaliser qu’à travers le penser en commun que l’on partage comme si l’on jouait au concert des âmes en cherchant à s’accorder. Le système est devenu fou mais la technique n’est pas étrangère à ce mouvement d’égarement. C’est aussi cela penser. Savons-nous penser l’essence de la technique ?

Aux lendemains qui ont suivi le 13 novembre, nous pouvons convenir que des analyses intéressantes et des points de vue éclairants ont été délivrés par des intellectuels sérieux et professionnels, qui connaissent leurs objets, mais que la pensée a été largement absente. On pourra toujours dire qu’il y a un autre temps pour la pensée mais depuis des décennies, les aspirants de la sagesse et les amis de la vérité n’ont pas vraiment entendu de pensée. Et puis, ce 13 novembre a-t-il vraiment changé la compréhension du monde ? Ne savions-nous pas déjà qu’il existe des tas de gens qui haïssent nos démocraties, nos mœurs et notre aspiration à la liberté. Si le 13 novembre a changé quelque chose, c’est bien notre conscience. Avec une existence inquiète, un sentiment de danger et une acceptation d’un Etat de plus en plus policier. Mais nous ne pensons pas différemment pour autant. D’ailleurs, nous avons pensé de travers. Ou nous n’avons pas su penser ; si cela avait été le cas, nous l’aurions su et nous n’en serions pas là actuellement. Le « nous » englobant évidemment les populations et les élites de toutes les nations du monde.

La conscience du 13 novembre devrait être un appel pour la pensée, comme c’était le cas au lendemain du 7 janvier mais après Charlie, qui a répondu à cet appel ? Sans doute, ces quelques lignes d’un grand penseur permettront de décrire notre monde d’agitation culturelle et de misère intellectuelle à laquelle on assiste dans les interventions bavardes sur le Net.

« Le public mondial actuel vit toujours dans l’opinion que la pensée des penseurs devrait se comprendre de la même façon que l’on lit les journaux » (Heidegger, QP, p. 220)

« Mais aujourd’hui – où l’on sait trop, où l’on a trop rapidement son opinion, où l’on a déjà en un tour de main tout évalué et rangé aussitôt dit – aujourd’hui ne reste plus le moindre espoir que la présentation d’une chose ait assez de pouvoir pour mettre en route un commun effort de pensée en faisant voir la chose même » (Heidegger, QP, p. 249)

Résister après le 13 novembre, c’est penser !


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • alinea alinea 18 novembre 2015 11:25

    Permettez moi de libérer ma haine... contre le mensonge ; le mensonge coupable, le mensonge par omission, le mensonge propagande qui oblige aux croyances, et non plus au savoir, contradictoires, avec, en chaîne, les oppositions des uns aux autres qui ne font que s’aggraver.
    La pensée est nourrie de savoir, plus de savoir, plus de pensée. Cela fait un moment que personne ne pense sa vie, car, la pensée n’est pas l’apanage des penseurs mais bien plus nécessaire en chacun d’entre nous.
    Résister à quoi grand dieu ?
    Après l’élection de Sarkozy dont certains avisés avaient pressenti le début de la fin, un journal avait vu le jour : le Sarkophage ; sa devise : Penser, c’est désobéir.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 18 novembre 2015 11:40

      Il y a deux façon de voir les choses...a la façon de dame Taubira qui remet les voyous dans ;les rues (triste vérité)et dès que la police à les moyens d’agir..le boulot est fait et bien fait...mais après le drame de vendredi..Les responsables doivent payer et rapidement..Nous les connaissons ils sont en gouvernance aujourd’hui.. !


      • Pyrathome Pyrathome 18 novembre 2015 15:06

        Des nihilistes sectaires mais qui malgré un archaïsme idéologique usent de moyens très occidentaux comme le Net, les fusils d’assaut et même quelques substances dopantes du genre amphétamine.
        .
        Et cette substance porte un nom :
        .

        http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/20151116.OBS9569/qu-est-ce-que-le-captagon-la-drogue-des-djihadistes.html
        .
        http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/les-terroristes-de-paris-etaient-ils-drogues-au-captagon_1736715.html
        .
        Origine :
        http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-bulgarie-aux-origines-de-la-potion-magique-de-daech
        .


        • Jean Keim Jean Keim 18 novembre 2015 15:28

          Il est remarquable comme le monde des penseurs tourne autour de la pensée sans jamais lui rentrer dedans.


          Quand un penseur (dans le sens de « intellectuel ») connaissant son sujet s’exprime, dans les faits que se passe-t-il ... n’est-ce pas le sujet qui est récité par le dit penseur ? 
          Que croyons-nous qu’il se soit passé dans la tête des malades mentaux qui ont commis les horreurs du vendredi 13 ? Ils ont pensé qu’ils devaient le faire.

          C’est de ce fait que nous devons tirer un enseignement mais sûrement pas de ce que le prophète d’Allah ou Heidegger ou la sommité pensante à la mode pense ou a pu penser. 
          Comment espérer l’émergence d’une nouvelle conscience si nous ne percevons pas ce qu’est le processus de la pensée, combien de fois l’intellectuel comme le manuel prononcent en mode automatique ces mots : je pense que ... et ensuite il y a l’illusion d’offrir à l’auditoire une sentence émanant d’un profonde sagesse alors que dans une conscience attentive, éveillée, en alerte, ces mots signifient : oyez mes amis, je vais vous récitez de mémoire ce que je crois savoir sur le sujet de notre discussion.
          Dans le contexte d’une conversation pragmatique, le résultat d’une pensée peut être d’un grand intérêt mais pour tout le reste, vous savez les trucs du genre Dieu, l’amour, la mort, la vie après, la conscience pure, un monde nouveau ..., là la pensée est plus à sa place en mode veilleuse.

          • Crab2 18 novembre 2015 18:53

            Le combat intellectuel contre une lecture littérale, classique et piétiste de l’islam est une priorité absolue, ildoit-être conduit à tous les échelons et dans toutes lesinstitutions* de notre société ( * : y compris à l’école)

            Depuis de nombreuses années je compte parmi ceux de nos compatriotes qui exigent qu’à l’école soit enseigné en contrepartie du fait religieux le fait athée, car il n’y a pas de solution plus...

            Suite :

            http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/11/13-novembre-2015-suite-2.html

            ou sur :

            http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/11/18/13-novembre-2015-suite-2-5718133.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès