Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > « La cote d’amour des agriculteurs remonte »

« La cote d’amour des agriculteurs remonte »

 C’est le titre d’un article publié par Ouest France dimanche dernier commentant les résultats d’un sondage réalisé par l’IFOP du 25 au 26 février 2010 auprès d’un échantillon de 955 personnes.

On ne nous dit rien sur le questionnaire soumis aux sondés mais, comme souvent dans ce genre de sondage, la manière dont sont formulées les questions peut induire la réponse et les résultats doivent donc être maniés avec la plus grande prudence.

 C’est le cas pour la première proposition où l’on nous dit que les agriculteurs sont « dignes de confiance » à 79 % pour les consommateurs. Le contraire de digne étant indigne, on peut comprendre que les sondés aient hésité à répondre par la négative et le résultat s’en trouve pour le moins orienté.

Même chose pour la réponse à la seconde question qui nous apprend que pour 78 % des sondés les agriculteurs sont « modernes » qui est le positif de rétrograde que l’on hésitera également à utiliser.

Cette enquête nous indique par ailleurs que 69 % des sondés considèrent que les agriculteurs sont « respectueux de la santé des français » et que 55% estiment qu’ils sont « respectueux de l’environnement ». Sur le premier point, on donnera acte aux agriculteurs de ne pas vouloir attenter à la santé des Français, ce qui dénoterait une intention malveillante, mais sur la seconde, on se devra d’être plus circonspect tant les nitrates, les pesticides, les herbicides et, pour aller plus loin, les modes de nourritures du bétail (cf vache folle) ont laissé (et continuent de le faire) des traces dans nos mémoires et parfois sur nos rivages en ce qui concerne les marées vertes.

Donnons cependant acte aux agriculteurs de ne pas être totalement responsables des problèmes environnementaux, prisonniers qu’ils sont d’un système productiviste dans lequel leur avis n’a pas beaucoup d’importance.

Pour le reste du sondage, 60 % des personnes interrogées considèrent que les agriculteurs sont « compétitifs », ce qui reconnaissons-le, ne veut absolument rien dire et 49 % qu’ils sont « assistés », qualificatif passe-partout relevant de l’imagerie populaire au même titre « qu’égoïstes » ou « violents » qui ne recueillent respectivement l’avis que de 24 et de 15 % des sondés.

Disons le tout net, avec un tel sondage on fabrique une image tronquée qui est à cent lieues de la réalité d’une profession en perte de vitesse face à la mondialisation des échanges, à la baisse du nombre des agriculteurs, et à la dépendance entretenue par le système bancaire, coopératif, syndical et politique.

L’auteur de l’article d’Ouest France semble lui même prendre ses distances avec le résultat de ce sondage en indiquant que l’image des agriculteurs auprès de français se bonifie « comme si les français, sensible à la détresse de la profession qui assure leur indépendance alimentaire, tenaient à resserrer les liens ».

Mais le pire de ce sondage est la dernière question qui confine à la manipulation de l’esprit des personnes interrogées qui, après avoir fait preuve d’empathie vis-à-vis de la profession se disent prêts, à 57%, à « payer plus cher leurs produits alimentaires pour garantir un revenu correct aux agriculteurs ».

Comme si le problème du prix à la production devait être résolu exclusivement par un appel au porte monnaie des consommateurs alors que les responsabilités se trouvent auprès de la grande distribution qui se goberge sur le dos des agriculteurs.

A croire que ce sondage a été commandé par la grande distribution.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 5 mars 2010 11:27

    Bonjour, Michel.

    Que ce sondage soit, comme la plupart des sondages, sujet à caution et quelque peu manipulateur ne fait aucun doute.

    Pour autant votre lecture en est totalement à charge ce qui, d’une certaine manière, décrédibilise une partie de votre message pourtant globalement pertinent. C’est dommage.

    Vous oubliez en outre la très grande importance que prend, dans les réponses des sondés, le fait que la plupart des Français ont, ou ont eu dans un passé récent, des agriculteurs dans leur entourage. Une proximité qui joue incontestablement sur la sympathie ressentie à l’égard de cette profession.

    De même les difficultés des paysans, très médiatisées ces dernièrs jours, ont-elles pu jouer un rôle déterminant dans les réponses aux questions.

    Enfin, l’attitude d’évitement de Sarkozy vis-à-vis de l’ouverture du salon de l’Agriculture a été ressentie négativement chez nombre de nos compatriotes et a, incontestablement, renforcé la sympathie pour nos paysans par un effet de vase communicant.


    • Michel DROUET Michel DROUET 5 mars 2010 12:11

      Bonjour Fergus

      Ma lecture de ce sondage est totalement à charge et je le revendique.

      Je ne mésestime pas une certaine forme d’empathie qui se manifeste actuellement vis à vis des agriculteurs (pour les raisons que vous soulignez), ce qui peut expliquer pour partie les taux d’opinions favorables, mais pour autant le monde agricole n’est pas exempt de critiques et on ne doit pas l’oublier quelles que soient les difficultés qu’il traverse.

      Dans le même ordre d’idée, je vous signale dans Ouest France de ce jour un sondage réalisé par la Fédération des Travaux publics de Bretagne dont le résultat n’est rien d’autre qu’une forme de pression sur les collectivités locales


    • Fergus Fergus 5 mars 2010 13:01

      Bien que d’origine paysanne et proche d’exploitants en activité en Auvergne, je suis moi-même assez critique vis-à-vis du monde agricole, au moins sur deux points : 1° le non-respect de l’environnement qui perdure en divers lieux et contribue à polluer les espaces naturels (exemple : algues vertes en baie de Plestin-les-Grèves) ; 2° la disproportion des besoins mécaniques et des équipements achetés par certains exploitants (tracteurs de 280 chevaux là où 120 seraient largement suffisants !)


    • curieux curieux 6 mars 2010 09:13

      Les paysans sont devenus des conducteurs d’engins, c’est tout. Les outils à main sont devenus fatigants. Assistés, empoisonneurs de la nature, fabricants de merde et parasites pompeurs de subventions. Et si ils ne sont pas contents de leur sort, qu’ils aillent travailler en usine

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès