• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La cybergénération prendra le pouvoir

La cybergénération prendra le pouvoir

Il est possible de mesurer l’importance d’une personne comme d’une technologie à l’admiration et la crainte qu’elles suscitent. Or, l’ère Gutenberg semble faire place irrémédiablement à l’ère numérique avec l’avènement des nouveaux réseaux d’information et de communication. Cette révolution qui a déjà bouleversé nos habitudes, ne va pas sans modifier fondamentalement les schèmes de pouvoir, provoquant une crispation des élites en place, celles là même qui de profits cyniques en privilèges exorbitants en sont venues à mériter le statut de parasites de la République. Les frelons ont investi l’industrieuse ruche républicaine, et non content de se délecter carnassièrement de ses occupants en viennent désormais à la saccager. C’est ici qu’interviennent les vigies numériques qui du rôle d’observateurs pourraient bien se retrouver propulsées au rôle d’acteurs.

Cybereurope
La génération Internet, combien de divisions ?
 
Eclaircissons au préalable un point particulier qui ne saurait relever du simple détail : lorsque l’on fait mention de génération Internet, elle ne saurait être réduite à une fallacieuse restriction de classe d’âge. Il est néanmoins possible de dégager une tendance lourde où la majeure partie des Internautes auraient entre 20 et 40 ans [1], encore faut-il dissocier espaces communautaires et blogs où le différentiel semblerait plus accentué (les espaces communautaires nécessitant effectivement certaines connaissances acquises par la formation ou l’expérience puisque confrontées à la critique avisée d’autres participants).
L’un des aspects les plus prégnants des diverses études menées est que cette population dispose d’un niveau souvent intellectuellement et/ou professionnellement élevé. Ce qui n’est pas sans conséquence dans une société où l’ascenseur social stagne voire repasse aux étages inférieurs, où une frange conséquente de jeunes diplômés sont condamnés à la précarisation et à l’incertitude de leur avenir, et où des cadres du public comme du privé, insérés eux dans la vie active, sont maintenus dans une pression permanente de stress pouvant les amener à des actes irrémédiables sans avoir la certitude que leur progéniture bénéficiera du fruit de leur labeur. Foncièrement critiques envers la société, ces utilisateurs/producteurs du cyberespace sont porteurs d’une autre vision sociale comme créateurs de contenus ne rentrant guère dans le moule de la société consumériste contemporaine.
 
Encore en phase de gestation plus ou moins prononcée, il n’en reste pas moins que le « poids » de cette génération est d’ores et déjà pris en compte par les responsables politiques et économiques [2]. Car si chaque Internaute n’est pas un producteur de contenu, il est en revanche souvent relayeur de celui-ci, formant une chaîne où l’un de ces relais peut se muer à son tour en producteur. De fait, la réputation d’une marque ou d’une personne publique peut facilement être ébranlée ou encensée par les nouveaux médias des masses : c’est d’ailleurs cette prise de conscience par les autorités qui les incitent à vouloir transformer Internet en un simple espace régulé à vocation purement commerciale ou suffisamment aseptisé pour le rendre inoffensif : c’est que je nomme la minitélisation d’Internet.
 
Car Internet bouleverse le monde, et en principale ligne de mire les élites politico-économico-médiatiques, celles-là mêmes qui évoquent sans relâche l’ouverture au monde et la flexibilité (sans en connaître les affres, ce qui est tout de même fort pratique) tout en craignant de perdre le monopole du pouvoir. Pouvoir considéré comme un bien personnel transmissible à leur descendance tant le concept de reproduction endogamique sociale est dorénavant poussé à son paroxysme dans une majorité de pays occidentaux.
 
La France mais aussi ses partenaires Européens n’ont aucunement compris ce qui se passait sous leurs pieds : entre autres exemples, l’émergence de Partis Pirates Internationaux, à commencer par la Suède où une décision inique d’une institution judiciaire mit le feu aux poudres, est symptomatique qu’une prise de conscience globale est en train d’émerger et que la dépossession du cyberespace par ses acteurs est devenue un objectif patent pour les autorités institutionnelles et les groupes privés influents. Seulement comment stopper une entité organique ? Internet croît avec sa grappe d’innovations, et ne cesse de déjouer les prévisions en créant de nouvelles façons d’évoluer en son sein. Là où les élites pensent affronter un outil froidement mécanique et centralisé, ils font face en réalité un univers vivant capable de trouver à chaque problème une solution par l’action de l’intelligence collective. Les moyens d’action préalablement employés avec réussite à l’encontre des mass media deviennent entièrement caducs concernant Internet.
 
Ces mass media qui ont pour fonction désormais non d’informer mais de relayer ce qui est permis sans recul critique nécessaire. La différence sémantique est d’importance car leur docilité obtenue par la pression comminatoire ou l’octroi de subsides destinés à soutenir leur activité vacillante avec en sus le soupçon récurrent de collusion entre le monde politique et journalistique, fruit de liaisons dangereuses, est une stratégie qui se veut permanente au profit d’une personne physique comme d’un groupement politique qui eux-mêmes peuvent être foncièrement perméable à des intérêts privés et/ou communautaristes puissants. Instructif de relever que les mass media tout en vilipendant de temps à autre ce nouveau moyen de communication à travers toutes ses ramifications technologiques, usant de propos réellement condescendants et blessants par ses plus éminents représentants, en viennent de façon désormais chronique à réagir à la suite de bourdonnements (appelés aussi buzz) émanant de ce dernier.
 
Seul hic : le média des masses qu’est Internet permet l’échange, la comparaison et la multiplication des angles d’un sujet ou d’une situation. Difficile dans ces conditions de pouvoir tromper tout le monde, difficile de viser un individu en particulier à seule fin d’enrayer la propagation d’une information pouvant être dupliquée à l’envie. Les solutions ébauchées par les gouvernements faisant l’objet de la seconde partie du présent article dont je vous invite à en prendre connaissance.
 
Contrefaçon, terrorisme, pédophilie : le triptyque gagnant pour « détruire » Internet
 
Pour mener une guerre dans les démocraties modernes, il convient de se parer du rôle du défenseur animé des plus nobles intentions. Le panel de notre époque est bien établi et permet de rallier un maximum de partisans : la pédophilie (qui voudrait que l’on s’en prenne à ses enfants ?) ; la contrefaçon (qui voudrait que son labeur ne soit aucunement rémunéré à sa juste valeur ?) ; le terrorisme (qui voudrait perdre la vie suite à une action meurtrière d’un fanatique ?) sont les trois épouvantails autorisant les sociétés occidentales à renier les principes humanistes ayant libéré antérieurement la connaissance et les peuples.
 
Il a souvent été énoncé qu’Internet était un espace de non-droit par les zélateurs de lois intrusives comme souvent inefficaces, devenant le cas échéant le parfait adjuvant d’une démocratisation de solutions de cryptage rendant la tâche des services de surveillance et de sécurisation des intérêts nationaux encore plus ardue. Ce paralogisme illustre à merveille la méconnaissance d’une part de l’applicabilité des règles juridiques, et ce faisant de la capacité d’interprétation des magistrats ainsi que du rôle de la jurisprudence, comme d’autre part un acharnement qui participant à l’inflation législative et à la difficile compréhension de la Loi par le citoyen. Il y a aussi une part conséquente de sophisme, en ce sens que les responsables à l’origine de mesures législatives poursuivent d’autres buts que ceux annoncés, et visent à circonscrire soit les effets d’Internet en aval (en touchant ses utilisateurs), soit à le neutraliser en amont (par l’entremise d’une coupure de l’abonnement ou d’un filtrage aux frontières) [3].
 
Pourtant les élites devraient se méfier car en procédant d’une telle sorte elles amorcent une cyberguerre dont elles ne mesurent que difficilement les conséquences à terme. Elles censurent un outil qui a libéré la créativité, relayé l’innovation au profit de tous et apporté un souffle bienvenu à l’économie traditionnelle au moment où celle-ci peinait. En stigmatisant toute une frange de la population par des mesures vexatoires ou des ponctions fiscales inadaptées et injustifiées, elles n’aboutissent pas à se priver uniquement d’apports humains essentiels à la bonne marche et au rayonnement d’un Etat : elles poussent à l’incompréhension, la frustration et enfin à la révolte.
 
Or c’est affronter là un adversaire sur son propre terrain, et qui saura apprendre à évoluer plus vite et plus efficacement que les esprits rétifs à l’avènement d’une nouvelle ère [4].
 
L’ère numérique, le souffle d’un changement nécessaire
 
Il faut vraiment profiter à plein du système pour ne plus rien y voir en dehors. L’exemple Français en est symptomatique par l’aveu d’un régime désormais ouvertement clanique et non plus méritocratique. L’absence d’alternative réelle d’un système rodé pour ne conserver que l’illusion que le peuple a encore une quelconque importance à ses yeux est efficient à des degrés plus ou moins divers au sein des pays occidentaux. Ces sommets aux coûts ahurissants entre gens du même monde pour discuter de l’avenir de millions de personnes sans changer pour autant de conduite sont l’exacte démonstration que le système tourne en roue libre et n’a aucunement pour objectif une quelconque amélioration et élévation au profit du plus grand nombre.
 
La génération Internet est par conséquent légitimement appelée à prendre les rênes de pays aux mentalités sclérosées et aux schémas d’action et de pensée dépassés par les évènements. Les régimes oligarchiques occidentaux ayant failli dans leur mission de former et protéger les citoyens : se contentant de les transformer en consommateurs tout en éviscérant sciemment toute notion de solidarité à seule fin de les contrôler. Le déclassement social, les abus des autorités et leurs affidés, les restrictions unilatérales, la fatuité et l’égoïsme des puissants, la violence gratuite par manque de repères sociaux et de juste autorité, l’omniprésence d’une économie rentière ne peuvent que donner lieu à un besoin de changement : la génération Internet EST ce changement.
 
Innovation, infrastructures, investissements et institutions doivent devenir les mots clefs d’une génération ayant pour principale tâche de construire l’avenir et non de ponctionner jusqu’à épuisement le miel de la ruche à son seul profit. C’est un défi d’importance, mais le plus noble de tous.
 
[2] Cf Emission Ca se dispute du 24 octobre 2009 entre Eric Zemmour et Nicolas Domenach. Rajoutons que les réseaux sociaux disposent d’un rôle de premier plan, débordant parfois du strict cadre virtuel pour aboutir, entre autres exemples, aux flash mobs à connotation activiste.
[3] L’Allemagne a adopté une loi en juin 2009 (Gesetz zur Erschwerung des Zugangs zu kinderpornographischen Inhalten in Kommunikationsnetzen), véritable réplique Européenne de celle déjà en vigueur en Australie depuis octobre 2008 visant à « protéger » les Internautes en établissant un filtre sur le réseau des réseaux (Cyber safety Plan).
[4] A l’heure où les hérauts de textes législatifs font étalage de leur incapacité à comprendre la véritable nature d’Internet, perçue à leurs yeux comme un ensemble centralisé, comment leur expliquer que l’avènement prochain du WiFi Direct va encore accélérer l’impossible contrôle total des flux d’informations ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

118 réactions à cet article    


  • Login Login 28 octobre 2009 10:42

      Je crois même que c’est la seule porte de sortie raisonnable. Il y a à développer un
      outil pour accélérer cette prise de pouvoir, ils sauront se l’approprier...

    • truffe puante truffe puante 28 octobre 2009 10:43

      Le Net finira comme le reste : infecté et sclérosé par la main du pouvoir, qui le contrôlera au titre des intentions les plus louables. La preuve, Hadopi, la preuve, la pandémie qui donne prétexte à bloquer « les sites les plus populaires », selon cette dépèche Reuters.

      Il n’y a aura pas de génération internet, car au sommet des outils de communications, il y a les communicants : que peut-on attendre de moutons et de pigeons qui reconduisent toutes les échéances électorales les mêmes qui les plument et qui les tuent à petit feu, les mêmes qui finiront par contrôler tous les moyens de communication, net compris ?

      Il n’y aura pas de génération internet, il n’y aura qu’un ersatz de progrès dans le moule habituel, car derrière les claviers opèrent toujours les mêmes moutons, et quand même appelerait-on ce troupeau cybergénération, on aura toujours à faire à la version numérisée de la populace.

      La seule chose qui pourra prendre le pouvoir, c’est une population exédée de se faire mettre tous les matins et toujours plus profond, une population qui finit par atteindre un certain niveau de conscience. Et cela arrivera, tôt ou tard, internet ou pas internet, pour l’unique raison qui a fait tomber tous les régimes totalitaires de l’histoire : des dirigeants trop vénaux ou trop ivres de pouvoir, qui poussent le bouchon trop loin et trop vite.

      Seuls des dirigeants à la calibration démesurée peuvent donner, malgré eux et à l’inverse de leurs objectifs, le pouvoir à une génération. C’est la leçon qu’il faut retenir de l’hisoire, et que tout le monde doit réapprendre cycliquement. Hélas ça se fait toujours dans des bains de sang, c’est l’autre leçon de l’histoire.


      • plancherDesVaches 28 octobre 2009 13:20

        Je ne suis pas loin de penser comme toi, Cochon Grippé.

        Il y a quelque temps, est passé à la télé (un truc intelligent, donc exceptionnel) en plusieurs épisodes qui était les mémoires d’un empereur romain qui a passer son « règne » à redonner du pouvoir au sénat de l’époque. Il finissait par se faire empoisonner.
        Evidemment, ce n’est à la mode dans aucun pays actuellement. (pas de faire empoisonner, mais redonner un semblant de pouvoir au peuple)
        Individualisme, quand tu nous tiens...


      • Crazy Rider mambo 28 octobre 2009 14:18

        D’accord avec vous Truffe,

        J’ai déjà réagi d’ailleurs sur un autre article qui donne un exemple appuyant le présent article http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/seguela-le-net-est-un-cancer-de-la-63972?debut_forums=0#forum2284448.

        Au risque de me faire répéter, voici mon commentaire :

        Tous les manipulateurs politiques, les médias et les agences pub ont commencé à baliser face à l’internet et les internautes. Surtout après les scandales des derniers temps (F. Mitterand, J. Sarkozy,....).
        Remarquez quelle contradiction : quand Internet arrange bien leurs affaires, ils n’hésitent pas à nous bombarder de leur pollution de pub ou à monter des sites vides de morale ; au contraire, quand ça les arrange pas, Internet est une saloperie puisqu’il met le doigt là où il ne faut pas en crevant leur réputation de manipulateurs et de malsains et montrant leur vrai visage. A méditer....

        Je parie qu’ils vont tous s’allier, mettre toute leur énergie, pour mettre la main sur Internet qui leur échappe. Soyons vigilants et préparons nous un front pour laisser Internet libre.
        Heureusement, de plus en plus de gens commencent à faire front. Dans ce sens, un livre vient d’apparaître où dessine les prémices d’une guerre qui ne fait que commencer : c’est le livre « La bataille Hadopi » fait par une 40aine d’écrivains. Voir la Une sur http://www.framasoft.net/.

        Cordialement,


      • Gourmet 28 octobre 2009 15:34

        Hélas, il y a du vrai là-dedans.
        J’ai beau être optimiste de nature, les révolutions sont rares, très rares et ne servent, en général, qu’à placer un autre type de pouvoir qui finit, toujours, par succomber à la tentation de favoriser une minorité au détriment de la majorité qui sombre à nouveau dans la précarité.
        Mais il y a des cycles également (c’est le côté optimiste).

        Concernant la dépêche Reuters il ne faut pas voir les décisions qu’elle évoque comme absolue.
        En effet, cela reviendrait à favoriser un pan de l’économie (celle qui a besoin des télétravailleurs en période de pandémie) par rapport à une autre (celles des cybermarchants, de la presse électronique, de la recharge).
        Croyez-vous que les ebay, Google, Apple et autres Washington Post seraient heureux de constater que plus personne ne peut venir les visiter ?

        db


      • CapitaineHaddoc CapitaineHaddoc 29 octobre 2009 06:48

        Hé bien moi je ne suis PAS d’accord avec vous, Truffe.

        Vous parlez d’hadopi, et de toutes ces lois visant implicitement à minitéliser le net.

        Mais il faut tirer la leçon principale de ces lois, à savoir l’incroyable capacité d’adaptation du net et des internautes face à ces absurdités législatives.

        Une expression est courante sur la toile, on dit que « les pirates ont toujours une longueur d’avance ». Hé bien ces pirates sont simplement la locomotive, tout le monde suit !

        Aujourd’hui on a Hadopi, et alors ? Il y a des dizaines de façons de contourner cette loi, la plupart existaient déjà bien avant que l’idée même de cette loi ai germé, et ces moyens ne sont pas accessibles qu’aux pirates ou aux experts, mais au commun des mortels !

        Je ne citerai que les chiffrement (qui ne peut en aucun cas être interdit, car utilisé massivement par les boutiques d’e-commerce, les banques en ligne, certains webmails, etc), ainsi que les proxys ou les proxys chiffrés (vpn) qui sont extrmement simples à mettre en place.

        Je ne suis pas informaticien, mais si l’envie m’en prenait, je pourrai aller traiter Nadine Morano de tous les mots qui me passent par la tête sur dailymotion et ne pas être inquiété le moins du monde !

        Bref, je le redis une fois de plus, comme je l’ai souvent dit sur AgoraVox, ils ont lancé une guerre qu’ils ne gagneront jamais !


      • MICHEL GERMAIN jacques Roux 29 octobre 2009 17:23

        L’ordinateur est un outil éventuellement. Comme l’automobile, le téléphone et la brouette.

        Chacun de ces ustensiles pourra offrir plusieurs utilisations selon par qui, ou et quand elles seront utilisées. Aucun d’entre eux, jusqu’ici, ne cristalise une génération, un peuple, l’Histoire.
        l’automobile peut, si elle s’appelle ambulance, transporter plus vite des blessés sur un lieu de soin. Blessés, peut être, dans un accident d’automobile.
        Le téléphone peut relier des amours humaines, ou dénoncer des sans papiers, des résistants.
        La brouette, porter le terreau fécond, le charbon, la chaux vive...
        Internet, faire circuler des pensées, dénoncer des abus ou commenter l’actualité. Internet rapproche les « mots » pas les corps. Les corps portent les mots, les mains et les regards. pas internet.

        Mais qui donc construit cette « actualité » qui croustille de commentaires sur Agora ? Qu’est qui est « Actuel » ? Sur quoi construisons nous les pensées et raisonnements que nous faisons circuler sur internet ? Qu’est ce qu’une génération : un monolite ?


      • Croa Croa 29 octobre 2009 18:30

        Prédire l’avenir est chose malaisée mais je crains que notre cochon ait de la truffe !

        Ce n’est pas une raison pour être pessimisiste. Nos ’’élites’’ peuvent faire des erreurs comme la TNT par exemple (télévision détonante non détonnante... mais trop diversifiée pour ne pas perdre de l’influence !)

        Ceci dit Internet reste un média très conformiste. Il y a Agoravox et quelques autres, certes, mais fréquenté par un microcosme réduit, hélas ! Ne parlons pas des blogs, avec plus d’auteurs que de lecteurs !

        Signe des temps de la cybergénération : 9 internautes sur dix démarrent sur la page proposée par défaut, celle d’Orange par exemple ! Des portails très presse people et très pub, bref très consommation et pensée unique.  smiley


      • PhilVite PhilVite 28 octobre 2009 10:49

        Les pathétiques efforts du pouvoir pour prendre le contrôle de cette savonnette qu’est internet, avec les campagnes de dénigrement et de diabolisation qui les accompagnent, montre bien qu’il a compris que l’outil de la révolution qui vient ne sera ni la faux, ni le fusil, mais bel et bien internet.
        Il pourrait, certes, lui venir à l’idée de couper physiquement les tuyaux, mais là, il pourrait nous venir à l’idée de lui couper physiquement la tête...


        • xbrossard 28 octobre 2009 10:53

          @philvite

          ha oui ? tu crois sérieusement que les gens feront la révolution s’ils n’ont plus internet ? tu rêves un peu là...


        • Login Login 28 octobre 2009 11:06

           S’ils n’ont plus Internet, ils ne feront plus leur déclaration de revenus en ligne smiley

        • PhilVite PhilVite 28 octobre 2009 11:19

          S’attaquer à la liberté d’internet c’est s’attaquer aux yeux et aux oreilles des internautes, et donc à leurs cerveaux.
          Pour ma part, oui, je crois que ça peut rendre méchant.


        • appoline appoline 28 octobre 2009 19:06

          @ Philvite,

          Tu as raison, il va nous falloir ressortir le casque lourd et le canon de 75 sans recul. Non sérieusement, il ne faut pas qu’ils poussent trop loin le bouchon, le peuple a quelques fois des réactions que leurs cerveaux trop oxygénés ont du mal à comprendre. La liberté eux, ils l’ont depuis leur naissance à voir même bien avant, nous, la nôtre, nous leur avons arraché. L’expérience joue en notre faveur et ils le savent ; et puis, ils ont tant à perdre.


        • PhilVite PhilVite 29 octobre 2009 10:53

          Certes, mais penser sans pouvoir diffuser sa pensée, à quoi ça sert ?


        • ObjectifObjectif 29 octobre 2009 18:17

          Bonjour,

          Internet n’est qu’un porte-voix, qui fait porter plus loin la voix de ceux qui pensent par eux-même, en dehors du troupeau des endormis devant la télévision.

          Ce que ne supportent pas les pouvoirs, ce n’est pas internet, ce sont ceux qui s’expriment et que l’on entend avec internet.

          Supprimer internet ne supprimerait pas ceux qui pensent par eux-mêmes, qui sont ainsi devenus incontrôlables.


        • appoline appoline 29 octobre 2009 19:00

          @ Philvite,

          A quoi cela sert ? A batailler sec si un jour cela doit se produire, dans la rue. Quand on a plus rien à perdre, la peur devient accessoire.


        • jpb jpb 23 décembre 2009 15:09

          La république des idées, ni dieux, ni maitres.

          C’est donc le libre jeu qui prédomine. Que les meilleures propositions gagnent.

          http://jeanpierre.becker.free.fr/


        • g.f. 28 octobre 2009 10:53

          Article creux sur le sujet, il s’agit plutôt d’une vague contestation politique assaisonnée de sociologie technique - c’est un tract. Désolé de critiquer de la sorte Mr Harrel, mais c’est usant de voir des internautes gâcher leur outil en adoptant des postures caricaturales plutôt que raisonnables. Il y a un problème de méthode dans ce que vous avez écrit : pourquoi ne pas choisir un angle clair, une liste limitée d’arguments, pour ensuite aller au bout de votre raisonnement ? Quitte à vous mettre en danger, et refuser de rester en surface !
          Voilà pour le fond ; sur la forme, vous avez visiblement un excellent vocabulaire mais, pardon, vous êtes imbuvable ! Les phrases sont trop longues, les concepts s’emmêlent... ça ressemble à la dissertation d’un 1er année cultivé.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 28 octobre 2009 10:54

            Bonjour Yannick,

            " Les moyens d’action préalablement employés avec réussite à l’encontre des mass media deviennent entièrement caducs concernant Internet. « 

            Magnifique, alors même que la presse et la télé s’avèrent totalement sous contrôle, que les stars jouent à plein leur rôle de porte manteaux et d’hommes sandwich au profit des grands groupes commerciaux et du démon du jeu de kerpo, savamment organisé par l’avènement de la console de jeu dès le plus jeune age de toute une génération, mince, c’est ballot, les jeunes découvrent un nouveau jeu qui consiste à ziber les vieux cons dans leur sclérose arthritique...

            C’est pas de chance, jusque là tout avait fonctionné comme sur des roulettes mais les cartes ont changé de main...Adieu, veaux de français, vaches à lait et bonjour cochons de poulets... !

             » Pourtant les élites devraient se méfier car en procédant d’une telle sorte elles amorcent une cyberguerre dont elles ne mesurent que difficilement les conséquences à terme. "

            Pour s’en sortir, il leur faut recourir à de savants stratèges tels le tombeur se la société générale, JK...Devinez ce que ça va lui coûter à l’Etat qui veut jouer au plus malin ?

            Il faut s’y faire et s’y soumettre, internet, c’est Dieu


            • Login Login 28 octobre 2009 10:55

               L’adoption massive d’Internet par les corporations protège Internet. transactions bancaires,
               communications y compris téléphonie, commerce en ligne, relation client, etc.. etc..


              • plancherDesVaches 28 octobre 2009 13:32

                Non.
                Rien de plus facile de filtrer le net comme en Chine.
                Et je ne sais plus combien de personnes sont employées pour trouver tout propos « subversif » qui nuirait au régime.
                (en France aussi, il y a des « surveillants ». Bonjour messieurs smiley )

                Voyez d’ailleurs comme le mot terroriste est revenu à la mode, ces temps-ci....
                Freedom, c’est l’autre qui l’obtient... à nos dépens.


              • Login Login 28 octobre 2009 14:14

                 Mon point était de rappeler qu’Internet est indispensable à l’économie. 
                 
                 Interdire l’accès à certains sites, oui, tout à fait, filtrer les contenus. uniquement si vous ne 
                 vous donnez pas les moyens de l’empêcher.

                Blesse mon coeur d’une langueur monotone smiley
                 
                 

              • finael finael 28 octobre 2009 10:56

                « Internet bouleverse le monde ».

                « Génération internet ».

                « Gutemberg à la poubelle ».

                C’est ça, c’est ça ...

                Et en panne d’électricité vous faites comment ?


                • Login Login 28 octobre 2009 11:02

                   Il est vrai qu’une éruption solaire majeure peut nous ramener en 2 secondes à Gutemberg.

                • truffe puante truffe puante 28 octobre 2009 11:07

                  Et une attaque de l’Iran qui dégénère dans l’escalade internationale peut nous ramener à l’âge de pierre.


                • Login Login 28 octobre 2009 11:16

                    Nous allons voir.

                • bobbygre bobbygre 28 octobre 2009 12:03

                  Complétement juste mais les deux arguments ne s’annulent pas ; ils s’ajoutent.


                • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2009 19:16

                  Finael,

                   Toujours la question à ne pas poser.... mais j’aime....
                   Il n’y a pas longtemps, un téléfilm est passé sur nos ondes. Terrifiant.
                   Il y a bien d’autres problèmes, encore.
                   J’en ai parlé ici.
                   Je ne sais si vous avez entendu parlé de « Vendetta ».
                   La guerre continue.
                   Pourtant je continue à dire qu’Internet peut sauver le monde.
                   


                • Croa Croa 29 octobre 2009 18:45

                  « Et en panne d’électricité vous faites comment ? »

                  Pour info la 9box fonctionne très bien sur batterie 12 volts.

                  Ceci dit reste qu’un portable chargé est nécessaire (les pannes durent rarement plus que l’autonomie.) et que la ligne téléphonique doit être intacte (elles morflent aussi dans les tempêtes.)


                • Fergus Fergus 28 octobre 2009 10:58

                  Bonjour, Yannick.

                  Je crois moi aussi que le net aura un rôle primordial à jouer dans l’avenir, sinon comme contre-pouvoir, du moins comme outil d’analyse et de décryptage de la communication officielle des gouvernants et de la passivité des grands médias. Les affaires Mitterrand et Jean Sarkozy sont là pour illustrer cette évolution encore embryonnaire mais bien réelle. 

                  Pour ce qui est des gens comme Sarkozy, ce n’est pas une bonne nouvelle car ils appuient leur conquête du pouvoir (et leur maintien) sur une démagogie décomplexée qui trouve un écho positif principalement dans les populations n’ayant pas accès à internet : une partie des classes populaires et une majorité de personnes âgées. Des cibles qui vont progressivement s’équiper et devenir, à leur tour, plus critiques car ayant accès à des éclairages dont elles sont, actuellement, totalement exclues.

                  Je crois que nous vivons un tournant historique dont les effets pourraient intervenir plus rapidement qu’on le croit.


                  • Login Login 28 octobre 2009 11:14

                     On peut construire sur Internet des réseaux sécurisés privés. Quand les réseaux sociaux entre
                     autres, intégreront cette possibilité, nous serons fixés. Une étape reste nécessaire, sortir des
                     réseaux sociaux gérés de manière centralisée, comme facebook et consorts pour arriver à
                     des solutions dont le contrôle sera répartie entre acteurs du réseau, des réseaux sociaux 
                     distribués en quelque sorte. Quand ces mêmes réseaux permettront à des communautés de
                     s’organiser économiquement, la cybergénération prendra la pouvoir.

                    • PhilVite PhilVite 28 octobre 2009 11:27

                      Entièrement d’accord, l’essence même d’internet (et sa force) est dans la décentralisation absolue.
                      http://www.liberation.fr/medias/0101552769-l-internet-fait-peur-comme-autrefois-l-imprimerie


                    • le-Joker le-joker 28 octobre 2009 12:37

                      Login c’est intéressant ce que tu dis mais rien n’empêchera l’infiltration de ces réseaux. Le Net est déjà un territoire occupé à moins de créer un réseau véritablement dissident avec ses codes et ses us, tout y est déjà décrypté, sous statistiques, contrôlé, filtré, la liberté du Net est un leurre total.

                      La révolution ne s’est jamais faite assis.

                    • johnford johnford 28 octobre 2009 13:23

                      exact, le joker


                    • Login Login 28 octobre 2009 13:29

                       Il est une évidence, c’est sur la capacité d’organiser que se sont bâtis les pouvoirs. Internet
                        permet de changer la gouvernance des organisations.Il ne s’agit pas de ’faire la révolution",
                        c’est faire parti du jeu, mais de jouer intelligemment, autrement que sur les rôles imposés.

                    • SysATI 29 octobre 2009 02:19

                      « Une étape reste nécessaire, sortir des réseaux sociaux gérés de manière centralisée, comme facebook et consorts pour arriver à des solutions dont le contrôle sera répartie entre les acteurs du réseau, des réseaux sociaux distribués en quelque sorte »


                      Les prémisses existent déjà...

                      Google Friend Connect : http://www.google.com/friendconnect 


                    • Jean-Fred 28 octobre 2009 11:23

                      Très bon billet un peu trop optimiste à mon goût où disons trop avant-gardiste !!
                      Le problème est que la population vieillit, cette franche des 20-40 ans ne représente au fond pas grand chose dans l’électorat.

                      A croire Forest Ent dans son billet il n’y a pas de porte de sortie ?, quand vous avez 75% des plus de 65 ans qui votent pour Nicolas Sarkozy, vous savez que la génération « internet » n’est pas prête à prendre le pouvoir avant longtemps.


                      • Login Login 28 octobre 2009 11:43

                         L’objectif serait de multiplier les activités conduites hors du cercle contrôle par les « élites » en 
                         tirant parti des règles du ’système’.... 

                      • le-Joker le-joker 28 octobre 2009 11:32

                        Internet est surtout un excellent moyen pour que les « révolutionnaires » écrivent plus qu’ils n’agissent.

                        On en a le parfait exemple sur Agoravox tous les jours.

                        • Talion Talion 28 octobre 2009 11:58

                          Comment on dit déjà ?...

                          Ah oui : « L’hospital qui se fout de la charité »

                          Ca paye bien au fait le boulot de lobbyiste ?... Ça doit être dur sur Internet pas vrai ?... Il faut dire que la marmite déborde de tous les côtés...


                        • le-Joker le-joker 28 octobre 2009 12:27

                          Tu vois tu confirmes mes propos. Intervention inutile qui te soulage mais qui n’aura aucun effet.

                          Bon tu te seras répandu et défouler. 

                          Le vrai peuple est compris entre les combinards d’en haut qui le mènent, et les aminches d’en bas qui le desservent. Citation.
                          Autant te dire que tu ne te situes ni en haut ni au milieu. Mais tu brasses.

                          Service.


                        • Talion Talion 28 octobre 2009 13:05

                          @le-joker : On s’est déjà rencontré ?... Je demande étant donné que tu t’avances à essayer de m’étiqueter et me cataloguer dans une tranche de population...

                          L’avantage d’Internet c’est que qui le souhaite peut être anonyme et qu’il est inutile de tenter de s’attaquer à la personne vu qu’on ignore de qui il s’agit...

                          Visiblement cette qualité du réseau semble te déranger si j’en crois tes multiples interventions au sein desquelles tu craches encore et encore sur le réseau...

                          J’ai presque l’impression que le masque de Frédérique Lefèbvre t’irait mieux que celui du Joker...

                          @Alchimie : Le fait qu’on ne soit pas d’accord ne signifie pas nécessairement que la vérité est dans ton camp...

                          Ton avis n’a guère que le même poids que le mien : Celui d’une seule voix au milieu de la multitude. Essaie de t’en souvenir et d’y puiser des raisons de rester modeste.

                          Accessoirement je me permettrai de préciser que je préfère largement les échanges « animés » d’un agoravox à la mascarade aseptisée et dépourvue de spontanéités de la minorité de nantis sur-représentés sur le petit écran.

                          C’est là ou le peuple s’exprime que la vérité réside, pas au travers de l’outil de propagande des élites.

                          Ça nous donne certes l’occasion de subir le point de vue de ce que l’on estime être « une grosse bande de cons et d’arriérés qui ne méritent pas leur droit de vote » (je paraphrase ce que je pense être le point de vue du peinturluré au dessus) mais c’est ça la démocratie et c’est le moins pire des système qui ait été expérimenté depuis.

                          Mais bien entendu il y en a certains qui préfèreront un autoritarisme paternaliste (n’est-ce pas le-joker ?!)...
                          Tu m’excuseras de ne leur témoigner qu’une sympathie limitée...


                        • le-Joker le-joker 28 octobre 2009 13:13

                          @le-joker : On s’est déjà rencontré ?... Je demande étant donné que tu t’avances à essayer de m’étiqueter et me cataloguer dans une tranche de population...


                          J’adore ou comment essayer vainement de retourner une situation que l’on a soi-même engendrée.
                          Tu ne m’as pas catalogué de lobbyiste des fois ? Tu aurais la mémoire assez courte pour ensuite plaindre de ce que tu engendres et utilises.
                          Ah le comique de la valse et du tango n’a pas fini de m’amuser. 

                        • le-Joker le-joker 28 octobre 2009 13:15

                          Evite de paraphraser aussi, demande on t’expliquera ça t’évitera de voir le monde que par ton encéphale personnel.


                        • Talion Talion 28 octobre 2009 13:31

                          Quand quelqu’un passe aux insultes cela signifie que l’on a appuyé là ou ça fait mal...

                          Merci d’avoir éclairé les quelques derniers doutes que j’avais encore à ton sujet.

                          Mon post a apparemment eu l’effet escompté... Je dois dire que ta réponse ne m’a pas déçu.


                        • le-Joker le-joker 28 octobre 2009 13:47

                          Heu tu vois des insultes où toi ?

                          Ah oui Montherlant est une insulte à ton intelligence, sorry je le note smiley

                        • Login Login 28 octobre 2009 11:32

                           Pour completer mon post précédent. 

                           Quelques points clés sur l’appropriation du marché par ses acteurs... La maitrise des
                           processus d’entreprises est nécessaire mais la plupart sont codifiés et ce n’est pas 
                           là que ce situe le clé. Seule leur gouvernance doit évoluer et nous sommes le marché...
                           A partir de ces constatations, pn peut alors aussi s’inquiéter des options prises par les
                           ’élites". L’argent est à partir de nombres à 7/8 chiffres, un outil de pouvoir et Il y a d’autres
                           voies pour exercer le pouvoir.

                           
                           

                          • fredleborgne fredleborgne 28 octobre 2009 11:34

                            Oui, cet article peut sembler intéressant au premier abord, mais finalement, il ne nous apprend rien.
                            L’erreur est de croire qu’internet ne sert qu’ à une chose.
                            Un vendeur vous dira qu’il sert à vendre, un communiquant à diffuser, un journal à informer, un artiste à s’exposer, et un gamin à tchater ou à jouer, et même certains pirates diront que c’est pour voir des films.
                            Chacun y trouve son compte, vendeur, consommateur...
                            Sinon qu’Internet a défini de nouveaux usages qui n’ont plus cours dans la vie réelle par manque de temps ou d’opportunité

                            - Prendre la parole (s’exprimer, s’affirmer, se révolter, construire son avis avant de le mettre en ligne)
                            - Partager avec autrui (échanger, fournir, entr-aider, créer)

                            Ces deux fonctions devenues possibles grâce à Internet font partie des droits qui sans être supprimés par une loi liberticide s’étaient anémiés à cause d’une société égoïste et étouffée. Il y a un réveil de la conscience citoyenne alors que dans le même temps l’élite a bien dégénéré jusqu’à la caricature et que les cadres moyens risquent la déclassification dès leur licenciement.

                            Ce sont ces droits (exister à côté de l’autre sans se faire d’ombre) qui font qu’Internet est devenu indispensable. Ce sont ces droits qui sont menacés par Hadopi qui s’en prend à la neutralité des réseaux

                            Il est dommage que cet article n’ait pas ainsi dégagé l’internet de son côté pratique et économique pour les échanges et caricaturé la « gouvernance internaute » sans en expliciter les fondements.

                            Mais bon, pour expliquer internet aux vieux non encore connectés, il est valable ;o)


                            • Yannick Harrel Yannick Harrel 28 octobre 2009 17:18

                              @fredleborgne

                              Bonjour,

                              Ce que je souhaitais dégager principalement, c’est qu’Internet et les TIC connexes ont modelé un contre-exemple social où les aspects créatif, collaboratif et libre s’opposent à un libéralisme poussé dans ses retranchements réduisant chaque individu à l’homo oeconomicus. Il est aussi un dynamiteur social, en ce sens où il est un magma irrésistible poussant à remettre en cause des schémas économiques (on pense au principe actuel de perception des droits d’auteurs) et politiques en place (qui ne repose que sur le principe de démocratie représentative).

                              Sur le plan économique, il est vrai que je ne m’y suis guère attardé mais l’on peut par exemple évoquer les formidables revenus générés par les jeux en ligne (en 2009, estimé à 9,8 milliards de dollars dans le monde selon IFC Intelligence) comme des prestations de service annexes qui émergent désormais (je pense notamment au concept de « community manager » traduisible par responsable communautaire en français).

                              Maintenant je suis au regret de vous confirmer qu’accéder à Internet n’est pas considéré comme une liberté fondamentale ni même rattaché à l’exercice de l’article 11 de la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, ce qui a permis l’aberrante loi Création et Internet (le titre en lui même est magnifique d’hypocrisie) autorisant l’arrêt de l’abonnement (par la procédure simplifiée de l’ordonnance pénale). Au passage, on imagine ce qu’une coupure pourrait provoquer à l’encontre de sociétés et administration sanctionnées sur le simple soupçon de l’adresse IP : c’est là où l’on comprend mieux que c’est la peur et la haine qui animent en haut lieu les mesures iniques actuelles.

                              Cordialement


                            • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2009 20:09

                              Yannick,
                               Vous avez eu raison de ne pas mêler l’aspect mercantile d’Internet. eCommerce, jeux... C’était un autre sujet.
                               Ici, nous sommes dans la possibilité de sortir de son chez soi, sans en sortir et pouvoir discuter et comparer les pensées vers et à partir du monde entier.
                               Même pour un vieux connectés depuis les débuts, votre article tenait la route.
                               (j’ai même ajouté la référence comme commentaire à mon article qui en rappelait les dangers)
                               Vos phrases sont longues. On m’a fait le même reproche. On veut toujours en mettre un maximum quand on suit une thèse.
                               Merci
                              Salutations
                               
                               


                            • Login Login 28 octobre 2009 11:35

                               Pour completer mon post précédent. 

                               Quelques points clés sur l’appropriation du marché par ses acteurs... La maitrise des
                               processus d’entreprises est nécessaire mais la plupart sont codifiés et ce n’est pas 
                               là que ce situe le clé. Seule leur gouvernance doit évoluer et nous sommes le marché...
                               A partir de ces constatations, pn peut alors aussi s’inquiéter des options prises par les
                               ’élites". L’argent est à partir de nombres à 7/8 chiffres, un outil de pouvoir et Il y a d’autres
                               voies pour exercer le pouvoir.

                               
                               

                              • joelim joelim 28 octobre 2009 11:35

                                Article brillant. Même si pour de nombreux internautes ces énoncés sont connus.

                                L’exemple Français en est symptomatique par l’aveu d’un régime désormais ouvertement clanique et non plus méritocratique. 

                                Exemple de ce qui peut se dire sur le net et pas sur les médias, ces derniers participant pleinement à cet état d’esprit clanique. Et qui démontre leur obsolescence.

                                Cette révolution qui a déjà bouleversé nos habitudes, ne va pas sans modifier fondamentalement les schèmes de pouvoir, provoquant une crispation des élites en place [..]

                                Il n’y a qu’à voir les trolls pro-sarko remplis d’invectives et à mille lieues de la moindre argumentation. L’équation est dévastatrice : le net est pour eux une hydre à 1000000 têtes, et ils ne peuvent les couper sans établir une dictature que les corps intermédiaires de la société (les vrais rouages) ne laisseraient pas faire. A moins qu’ils arrivent à imposer une dictature sans qu’elle soit visible, mais encore faudrait-il qu’ils soient suffisamment intelligents pour çà. C’est même probablement impossible, à l’instar du pachyderme amateur d’échoppes de vaisselle fine mais souhaitant ne pas attirer l’attention.


                                • abdelkader17 28 octobre 2009 11:39

                                  Le net comme le téléphone portable sont désormais les moyens les plus efficaces du contrôle social,vous pensez que la généralisation de ces outils est là pour la commodité du petit peuple,ils constituent des moyens efficaces de localiser et tracer la menace.


                                  • Login Login 28 octobre 2009 11:44

                                      Rien n’empêche le ’petit peuple’ d’être intelligent smiley

                                  • PhilVite PhilVite 28 octobre 2009 11:55

                                    De ce point de vue, on peut même dire qu’internet apprend au ’’petit peuple’’ à être intelligent. Dans le net décentralisé dont on parle plus haut, très difficile, voire impossible, de tracer et localiser.


                                  • Login Login 28 octobre 2009 12:17

                                     Il s’agirait plutot de tracer les agissements de certains politiques. L’avantage du Net c’est qu’il
                                     a de ’la mémoire’...

                                  • abdelkader17 28 octobre 2009 14:15

                                    @Login et phivite
                                    Ingénierie sociale et mondialisation

                                    « Le ministère de l’éducation nationale se livre depuis quelques années à une scrutation de ses forums de discussion sur internet,sous traitée en 2008 par une entreprise spécialisée en stratégies d’opinion »i&e« .L’appel d’offre pour 2009 comporte les missions suivantes »identifier les thèmes stratégiques (pérennes,prévisibles ou émergents).Identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l’opinion.Repérer les leaders d’opinion,les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau.Décrypter les sources de débats et leurs modes de propagation.Repérer les informations signifiantes (en particulier les signaux faibles).Suivre les informations signifiantes dans le temps.Relever des indicateurs quantitatifs(volumes de contributions,nombre de commentaires,audience,etc..).rapprocher ses informations et les interpréter.Anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise.Alerter et préconiser en conséquence.Les informations signifiantes et pertinentes sont celles qui préfigurent un débat,un « risque opinion »potentiel,une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués,la veille sur internet portera sur les sources stratégiques
                                    en ligne : sites commentateurs de l’actualité,revendicatifs, informatifs,participatifs,politiques etc..
                                    Elle portera ainsi sur les médias en ligne,les sites de syndicats, de partis politiques,les portails thématiques ou régionaux,les sites militants d’associations,de mouvements revendicatifs ou alternatifs,de leaders d’opinion.
                                    La veille portera également sur les moteurs généralistes,les forums grand public et spécialisés,les blogs, les pages personnelles,les réseaux sociaux ainsi que sur les appels et pétitions en ligne et sur les autres formats de diffusion (vidéo etc..).
                                    Quant à la veille du paysage éditorial et des publications éventuellement subversives,elles est systématique ,comme l’ont appris à leur dépend les neufs inculpés de Tarnac :« A cette même période,le criminologue Alain Bauer pianote un matin comme à son habitude,sur le site internet de la fnac et amazon.com en quête de nouveautés en librairie lorsqu’il tombe par hasard sur l’insurrection qui vient »édition la Fabrique« .Le consultant en sécurité y voit »la trace d’un processus intellectuel qui ressemble extraordinairement aux origines d’action directe« et sans barguigner achète d’un coup 40 exemplaires. Il en remettra un en mains propres au directeur de la police nationale assorti d’une petite note.Rédigé par un comité invisible,l’ouvrage est attribué par les policiers à Julien Coupat, qui fait figure de principal accusé dans l’affaire de Tarnac. »


                                  • Login Login 28 octobre 2009 15:05

                                     @Abdelkader


                                     A mons sens, ceci exige un contrôle quasi temps réel de l’information sur Internet pour être
                                     efficace si l’outil est destiné à prévenir des menaces. 
                                     
                                     Certains ont imaginé des systèmes plus simples smiley http://wikileaks.org/

                                  • PhilVite PhilVite 28 octobre 2009 15:51

                                    @abdelkader17

                                    Que la surveillance soit en place, aucun doute là-dessus. On est dans un pays qui sait surveiller !! (Quand j’étais étudiant on faisait toujours un petit coucou aux Renseignements Généraux pendant nos petites manifs pourtant bien tranquilles.)
                                    Ce qu’il est important d’empêcher, c’est que ce contrôle vire à la coercition. Il faut donc se mettre dès à présent hors de portée d’une contrainte illégitime que tout pouvoir peut se trouver, un jour ou l’autre, tenté d’exercer. On a déjà pas mal d’outils pour ça. Mais l’absolue nécessité c’est de mettre en place une décentralisation totale d’internet. Quand l’information est partout et nulle part le pouvoir, quel qu’il soit, est totalement démuni. Sauf à envisager de couper les tuyaux comme je l’évoquais dans mon premier commentaire. Mais là il s’exposerait à une réaction violente, la seule possible dans ce cas.


                                  • geo63 28 octobre 2009 11:43

                                    L’analyse est assez fouillée et intéressante bien que restant au niveau général. Une légère critique : les phrases sont vraiment longues (déjà dit). Quoi qu’il en soit la naissance de cette cybergénération est indiscutable.
                                    Une simple remarque par ailleurs, situer cette génération dans la fourchette 20 - 40 ans me paraît très approximatif. Que dire de la tranche des 50 - 70 (la mienne) qui a vécu l’avènement du net et a maintenant du temps pour participer aux débats... Une façon de « vieillir » très intéressante (c’est mon avis), si on venait à supprimer cette activité, alors on serait surpris de voir de quelle tranche d’âge viennent les réactions les plus virulentes. La catégorie des « jeunes » est parfois l’objet de clichés lourds et imbéciles, attention de ne pas faire la même chose avec les « seniors » en les enfermant dans une attitude ringarde.


                                    • Yannick Harrel Yannick Harrel 28 octobre 2009 13:49

                                      @geo63

                                      Bonjour,

                                      Merci pour votre remarque (sur les phrases longues, promis je vais faire un effort la prochaine fois ^^ ) et sur l’âge des internautes.

                                      Pour l’âge des internautes je me suis fondé sur les rares éléments statistiques à disposition qui mettent en avant la tranche d’âge évoquée au sein de l’article. Cependant j’ai tenu à bien préciser dès le départ qu’il ne faut surtout pas cantonner Internet à un « truc de jeune » car justement les seniors investissent petit à petit Internet avec tout le recul et l’expérience que l’âge leur confère. Et leur apport actif est tout aussi essentiel que les autres cyberacteurs.

                                      Cordialement


                                    • jpb jpb 23 décembre 2009 15:15

                                      C’est plus que cela, c’est d’avoir suivi la progression de la chose en temps réel, ce qui confère une expérience que les générations suiveuses suivantes ne possèdent pas ; le recul pour juger, tout simplement, et qui permet de s’approprier l’outil de manière efficace :

                                      http://jeanpierre.becker.free.fr/


                                    • bobbygre bobbygre 28 octobre 2009 12:00

                                      Je trouve vraiment que le parallèle entre Internet et l’imprimerie est tout à fait pertinent.
                                      Internet sera pour nos régimes oligarchiques ce que l’imprimerie fut pour la monarchie : l’instrument de sa mise à mort.


                                      • Tristan Valmour 28 octobre 2009 12:06

                                        Bravo Yannick, vous avez tout bon ! La ligne de fracture politique ne se fera plus entre la gauche et la droite, mais entre le système horizontal et vertical.

                                         

                                        Aujourd’hui, nous vivons dans un monde dominé par le système vertical, pyramidal et malthusien. On crée la rareté, on filtre l’information pour conserver le contrôle sur les esprits et les sources de richesse. On fait croire à une concurrence qui n’est qu’un leurre.

                                         

                                        Voici ce qu’écrivait Alain Lieury, professeur de psychologie cognitive à Rennes, au sujet du système scolaire : il se demande « si l’objectif scolaire est de faire apprendre des connaissances ou d’utiliser le savoir pour sélectionner ». Soit le système pyramidal et malthusien dont je parlais.

                                         

                                        Il est en cela rejoint par Antoine de la Garanderie (qui n’est pas réputé pour être un révolutionnaire gauchiste) :  « La société dans son ensemble, l’institution scolaire dans sa spécificité ont adopté le principe darwinien de la concurrence pour que s’opère la sélection des plus aptes. Ce naturalisme est physiquement ruineux et moralement haïssable. Physiquement ruineux parce que si on le pousse à son terme, il devrait conduire à une perpétuelle élimination des uns par les autres… jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un, qui n’aura plus pour solution que de s’opposer à lui-même pour savoir qui est le plus fort entre ce qui, en lui, est opposant ou opposé… Moralement haïssable parce qu’il repose sur une constante production de victimes… sans souci de vérité, sans exigence de justice, sans aspiration de liberté. La fausseté de ce principe apparaît dès qu’on se livre aux enquêtes que nous avons développées dans cet ouvrage : il y a infiniment plus de ressources dans l’être humain que le principe de la concurrence n’en fait émerger. Alain disait que la charité est la foi dans l’homme. Je pense que cette charité fait œuvre de justice lorsqu’elle aide l’homme à se révéler les ressources qu’il porte en lui et dont il ne s’avisait pas. » (in pour une pédagogie de l’intelligence)

                                         

                                        Et encore Antoine ici (in La motivation) : « Le petit nombre des élus a de quoi décourager même les bonnes volontés. Une société soucieuse de détecter une élite s’ingénie à multiplier les obstacles les plus sophistiqués afin de faire trébucher. […] D’où peut provenir que la société ait eu une conception fondamentalement malthusienne de l’élite ? Si la science a besoin de son langage, expression précise de son objet, l’ésotérisme du langage obligatoire est-il la carte de la communication pédagogique ? N’est-il pas utilisé à des fins moralement condamnables, soit décourager le plus grand nombre ? D’où découle dans l’opinion l’idée que la réussite intellectuelle est chose fort difficile, qui exige des aptitudes spéciales. L’élite est dès lors reconnue et son droit à être minoritaire fondé. […] Dans la perspective marxienne, il faudrait dire que le chercheur, marqué par l’idéologie dominante capitaliste, ne peut remettre en cause l’ordre social culturel, qui réserve à une minorité le droit à une large part du gâteau…. Il convient donc qu’il y ait peu d’élus dans l’examen des capacités individuelles, sinon il y aurait lieu de revoir le principe de l’inégalité du partage. Si tout le monde – ou si beaucoup de monde – est apte à remplir des tâches complexes, l’inégalité de la rémunération est remise en cause. A partir du moment où l’on accepterait l’hypothèse qu’être apte à relève non pas d’un don mais d’une méthode, il faudrait remettre en cause le principe de l’inégalité des capacités. Il y a une autre raison, directement épistémologique ( = discours sur les sciences) : au lieu de chercher comment l’on s’y prend pour penser, on fait appel à des moyens de mesurer les fruits extérieurs de la pensée grâce à des épreuves qui permettent d’utiliser l’instrument statistique (y compris les tests et les notes). Ces instruments consacrent (« prouvent ») l’inégalité des êtres humains puisque tout le monde est placé devant la même tâche. »

                                         

                                        Internet est donc l’outil qui annoncera – peut-être – la société horizontale, la société de l’abondance où chacun trouvera une place. Le fonctionnement en réseau d’Internet est par ailleurs en adéquation totale avec le fonctionnement du cerveau, ce qui n’est pas sans incidence. La collaboration et coopération plutôt que la concurrence. La démocratie directe plutôt que la démocratie représentative. Les dernières découvertes en neurosciences (neuroplasticité, neurogénèse) et en génétique confirment que notre corps crée et alloue les ressources nécessaires à la réussite des tâches que nous nous donnons, ce qui en retour modifie notre corps. Or, l’élite en place veut conserver le monopole sur toute chose, sinon elle disparaît parce qu’en réalité, elle ne repose sur aucun fondement.

                                         

                                        Nul doute, comme vous l’écrivez, que les résistances au changement des hommes politiques actuels se feront fortes. Car toute organisation humaine fonctionne comme l’être humain : elle vise la pérennité et active les défenses pour subsister. A nous d’être plus forts et plus solidaires, au-delà de nos petites querelles et divergences secondaires.

                                         


                                        • ZEN ZEN 28 octobre 2009 12:42

                                          @ Tristan
                                          Bonjour
                                          "Internet est donc l’outil qui annoncera – peut-être – la société horizontale, la société de l’abondance où chacun trouvera une place. Le fonctionnement en réseau d’Internet est par ailleurs en adéquation totale avec le fonctionnement du cerveau, ce qui n’est pas sans incidence. La collaboration et coopération plutôt que la concurrence. La démocratie directe plutôt que la démocratie représentative. Les dernières découvertes en neurosciences (neuroplasticité, neurogénèse) et en génétique confirment que notre corps crée et alloue les ressources nécessaires à la réussite des tâches que nous nous donnons, ce qui en retour modifie notre corps. Or, l’élite en place veut conserver le monopole sur toute chose, sinon elle disparaît parce qu’en réalité, elle ne repose sur aucun fondement.« 

                                          Ne crois-tu pas que l’on est ici en plein mythe, celui du »peuple des connecteurs« , de la »démocratie internet« , du »bottom up« cher à qui tu sais.. ?La notion de »démocratie directe« est un leurre comme l’est l’assimilation du biologique et du social

                                          Jamais on ne pourra faire abstraction des rapports politiques , au sens large et noble du terme, des contraintes du »vivre ensemble " , des problèmes de rappports de force que cela pose, des arbitrages imposés et la nécessité décisionnelle en fonction de valeurs et de choix d’avenir commun ? Le rapport droite/gauche subsistera, même s’il changera sans doute de nature


                                           


                                        • Frabri 28 octobre 2009 13:59

                                          @ Tristan Vamour
                                          La fracture politique va se faire par la « fracture sociale ». A l’ère industrielle la fracture sociale était entre les travailleurs a gauche et les possédants les bourgeois a droite

                                          A l’ére post-industrielles la fracture sociale est entre les couches dirigeantes de droite et de gauche pour qui ça va de mieux en mieux et les couches dirigées pour qui ça va de plus en plus mal.

                                          Pour les couches dirigées il manque un « nouveau projet politique » et un « nouveau projet de société » qui soient crédibles et mobilisateurs.

                                          Internet sera utile pour un nouveau projet politique mais c’est pas lui que va le créer.


                                        • Laminak 28 octobre 2009 12:08

                                          Merci de cet article, interessant. Tout a ete dit sur la forme. Le fonds permet la discussion, le partage.
                                          Pour ma part (mais pas uniquement) cela permet de mettre des mots sur des concepts que j’intuitais.
                                          Lami.
                                          PS : merci aussi de vos commentaires, je les ai tous lu. Je disais hier (pour moi une decouverte) que le plus interessant, la ou ca bouge le plus actuellement c’est :
                                          1. sur le net
                                          2. dans les commentaires :)


                                          • Login Login 28 octobre 2009 12:19

                                             On n’a pas mieux smiley Pour l’instant...

                                          • Fergus Fergus 28 octobre 2009 12:58

                                            Tout cela est vrai, Chantecler, mais les internautes progressent et, peu à peu, savent de mieux en mieux décoder le contenu d’internet.

                                            De toute façon, c’est ça ou la propagande officielle (com’ gouvernementale) et, comme vous le dites, le journalisme inféodé (grands médias).

                                            Le virage décisif viendra, à l’évidence, du basculement progressif des classes populaires et âgées lorsqu’elles pourront se détacher, via le net, de la voix formatée souvent unique qui les informe de la situation socio-économico-politique du pays. 


                                          • L'enfoiré L’enfoiré 28 octobre 2009 20:19

                                            Chantecler,
                                             Qu’appelez-vous « informations originales » ?
                                             Même les journaux officiels doivent passer par des agences de presse qui sont sur place.
                                             Aucun journal ne peut plus se payer des permanents dans tous les pays.
                                             Alors, des internautes, faut pas trop se leurrer.
                                             C’est vrai, il y a des exceptions. Des gens qui sont sur place et qui vont avertir d’un événement avec leur propre vision des choses.
                                             Donc, les infos transitent par quelqu’un. Est-ce que nos yeux ne nous trompent-ils pas aussi parfois ?
                                             Chronophage ?
                                             Trouvez-vous que c’était plus rapide avant ? Peut-être n’étiez-vous pas intéressé (ou pas les moyens de l’être) à tout votre environnement ?
                                             Il faut savoir ce que l’on veut : savoir ou ignorer ?


                                          • Pi@h 28 octobre 2009 12:23

                                            Le fait que le Net soit le centre de toutes les attentions dans les hautes sphères n’a rien d’anodin.

                                            Ce signal doit nous alerter.

                                            Le Net est une boite de Pandore pour nos gouvernements, ils cherchent par tous les moyens à vérouiller la Toile. Et ce ne que le début.

                                            D’un point de vue perso, je pense que notre salut ne peut venir que de cet outil. Il faut communiquer, communiquer et...communiquer ! sans cesse !

                                            En ouvrant toutes les vannes de l’information en continu, nous pouvons modifier les rapports de force.

                                            Nous n’avons même pas idée de l’arme dont nous disposons.


                                            • plancherDesVaches 28 octobre 2009 13:43

                                              Ouaich... mais le principe actuellement utilisé par les américains est de noyer l’information sous des tonnes de rumeurs.
                                              Vous irez retrrouver le vrai du faux, dans ces cas-là.


                                            • charles-edouard charles-edouard 28 octobre 2009 12:54

                                              effectivement internet est le medias de masses incontournable du contre pouvoir,les informations y circulent plus rapidement que dans la presse ou les medias tv, cette info est analysée par des millons d’intervenant qui fonctionne de maniere pyramidale , le pouvoir en place ne peux a du mal contrecarré cette oposition numérique qui la depasse , des pays comme la chine ont tres vite compris les dangers de l’internet pour des pouvoirs totalitaire ,
                                              nous avons avec internet une armes redoutable de communication et lutte , les internautes seniors y deveviennent tres actif dans les debats avec des jugements tres pertinent et constructif


                                              • johnford johnford 28 octobre 2009 13:17

                                                mais pensez vous qu’on va la laisser accéder au pouvoir la génération internet ? Et selon vous quelle proportion est prête à ’agir’ au delà du net : dans le monde réel.. ? Très peu.

                                                Le net va surtout servir à diluer les colères dans des blogs et autres facebook pour n’aboutir à rien de concret, car les gens disposent du confort minimum pour fermer leur gueule.


                                                • charles-edouard charles-edouard 28 octobre 2009 14:34

                                                  une question dans quelle categorie serai vous

                                                  active ou pasive

                                                  la revolution numérique n’est qu’à ces debuts ,il est possible qu’une proportion n’est pas encore préte à agir au delà du net , mais vat-elle rester longtemp sans reagir pas certain

                                                  seriez vous atteint de défaitisme chronique ou bien tout se qui entre en conflit avec votre ego
                                                  n’aurai pas de sans


                                                • johnford johnford 28 octobre 2009 19:20

                                                  je constate chaque jour la mollesse et l’inculture grandissante des jeunes ;
                                                  les seuls à comprendre, à pouvoir et vouloir agir ont déjà un confort de vie, une famille, qu’ils ne sont pas prêts à sacrifier. Il reste pourtant peu de temps devant nous pour réagir, la France a été délocalisée, vidée de son industrie, de son agriculture (par ex le pain n’est plus fabriqué avec des produits d’ici..), le traité de Lisbonne, le travail le dimanche, la taxe carbonne etc..
                                                  Tout passe comme une lettre à laposte (bientôt privatisée, soumise à la concurrence avec des prix en hausse et l’inégalité des services qui vont avec ).

                                                  « Ils ne sont pas encore prêts » dites vous ? si je suis pessimiste vous êtes trop optimiste, assurément. Je maintiens : c’est plié.. ( et il n y a pas d’égo la dedans je ne vois pas le rapport )


                                                • Yannick Harrel Yannick Harrel 28 octobre 2009 13:22

                                                  @ tous,

                                                  Bonjour et merci pour vos premières réactions,

                                                  Je me dois à certains éclaircissements (promis je vais faire des phrases courtes pour ce faire smiley ) : 

                                                  * j’ai particulièrement évité le factuel pour prendre de la hauteur vis à vis du phénomène. Si vous voulez des exemples où le net a joué un rôle d’importance difficilement niable, il est facile de les trouver dans l’actualité récente : les affaires Mitterand et Jean Sarkozy doivent une très large part au « buzz » sur Internet.

                                                  * Internet n’est qu’un outil certes, neutre par essence. Mais sa structure originelle (décentralisation des informations pour parer les conséquences d’attaque nucléaire) contenait les germes d’un réel changement dans la façon d’appréhender l’information et la connaissance. Or l’Homme ne s’approprie sa liberté que par une prise de conscience de sa condition le sortant de son abêtissement prolongé par l’ignorance et le simple assouvissement de ses instincts. De plus, ce n’est pas une question de majorité, mais d’activité : une minorité active ira toujours plus loin qu’une majorité passive.

                                                  * si Internet n’était qu’un gadget, que l’on m’explique la raison de cet acharnement que je relève en de nombreux pays du globe (et surtout de la part de ceux qui imposent la démocratie et les droits de l’Homme à la pointe des baillonnettes) ? Les procédures législatives de filtrage comme les critiques très virulentes du corps politique et d’intellectuels en vue sont la preuve que quelque chose leur fait peur. Du genre « un spectre hante l’Occident »...

                                                  Cordialement


                                                  • Login Login 28 octobre 2009 13:35

                                                     une minorité active ira toujours plus loin qu’une majorité passive. 

                                                     C’est vrai pour le pouvoir tel qu’il a ete bâti et le restera smiley

                                                  • sentinelle 28 octobre 2009 13:46

                                                    @ auteur

                                                    merci pour votre article

                                                    on se fout de la forme ( phrases courte , longue) l’essentiel est le fond

                                                    internet a detruit le plan de bachelotnakin, elle a beau menacer,le combat continue pour informer nos concitoyens... ;

                                                    a la question a quoi sert le net, je reponds il sert a ça :

                                                    http://www.dailymotion.com/video/xaydhl_actualite-du-28-octobre-2009-llp_news


                                                  • sentinelle 28 octobre 2009 14:10

                                                    le net sert aussi a ça :

                                                    http://www.dailymotion.com/video/xay0ow_tractage-sur-les-medias-de-masse_news

                                                    un mouvement né sur le net et il finit dans la rue tracts aux points...

                                                    depuis quelques temps il suffit de compter le nombre de conf, seminaires, rencontres qui se mettent en place entre inconnus sur le net et qui finissent sur le terrain dans la salle des fetes ou du commisse agricole....

                                                    ps : pour le region lyonnaise conf du librepenseur et du docteur vercoutere le 15 novembre
                                                    inch’allah...

                                                    ceux que cela interessent.....


                                                  • Tristan Valmour 28 octobre 2009 14:06

                                                    Salut mon ami Zen

                                                     

                                                    Non, la démocratie internet n’est pas un leurre, et ce sera même le modèle le plus performant, celui qui profitera au plus grand nombre. Nous en sommes seulement à la préhistoire. Quand tu sais que la somme des connaissances que détient l’humanité double tous les 18 mois, tu ne peux ignorer l’influence que ce seul facteur peut avoir dans le domaine politique et social. Quand d’autre part, tu sais que l’environnement permet de reprogrammer nos gènes (Reik, Dean, Walter, Wilson, Grim) et l’expression de nos gènes (Suomi). Quand de même, tu sais que notre cerveau est une machine complexe qui fonctionne sur la base des connexions, et se recompose jusqu’à la fin de notre vie sous l’influence de facteurs environnementaux (alimentation, nos actions, etc.), et en retour influence notre comportement et nos idées. Quand enfin, tu sais le temps croissant que nous accordons à Internet…

                                                     

                                                    Tu ne peux pas dire que ça n’est qu’un outil de communication. C’est beaucoup plus que cela ; c’est une révolution cognitive, politique et sociale (sans compter le reste). Toi et moi aurions sans doute pu échanger sans Internet en raison de nos professions respectives qui auraient pu nous mettre en contact. Internet permet de s’affranchir de cela et mettre en relation des personnes différentes qui n’auraient pas pu échanger autrement. C’est « connecting people »… et ça change vraiment tout. Exit le filtre imposé par les institutionnels.

                                                     

                                                    Et je suis désolé, mais l’assimilation du biologique et du social n’est pas un leurre. Certains auteurs sont en effet allés trop loin, mais les bases (comme le principe de défense dont je parlais) sont tout à fait pertinentes. Quant à ton dernier paragraphe, je ne vois pas en quoi il contredirait ce que j’ai énoncé. Il vient le compléter. Ce que tu dis n’est pas antinomique avec ce que je dis.

                                                     

                                                    Pour moi, Internet présente cependant deux risques majeurs : la paranoïa et la schizophrénie. Nous savons que le monde se construit sur des mensonges (ne serait-ce que parce que nous nous en faisons une représentation mentale, pas une image fidèle), mais des mensonges partagés par tous, qui deviennent la vérité officielle, ce qui conduit à la stabilité sociale. L’afflux d’informations contradictoires, plus ou moins précises et vraies, donnent plusieurs pistes de réflexion dans lesquels on peut se perdre, ce qui nous conduit à subir une surcharge cognitive (dans la mémoire de travail) et provoque de facto une sorte de chaos. Et après on s’y adaptera, et tout rentrera dans l’ordre. Mais ça prendra du temps, et il faudra bien vivre cette période chaotique.

                                                     

                                                    Bonne soirée mon ami.

                                                     

                                                     


                                                    • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2009 16:51

                                                      Tristan,
                                                       Avec les paroles que vous venez de dire, vous avez un nouvel « ami », moi.
                                                       Si Internet est vieux dans son concept (1962 comme je le dis dans un vieil article « Internet, reste net »), dans son exploitation citoyenne, c’est relativement récent.
                                                       Quand on est jeune, on peut en espérer encore bien plus.
                                                       Alors, Web 3.0, 4.0,... de ce côté, on a beaucoup d’idées. 


                                                    • Mougeon Mougeon 28 octobre 2009 16:40

                                                      Il existe aujourd’hui un nouvel outil ( Nosdéputés.fr ) destiné à vérifier le bon fonctionnement de votre député.
                                                      Cet outil permet savoir à quoi s’attendre, en votant pour cette personne, et permet aussi de vérifier s’il a bien tenu ses engagements.
                                                      Il est ainsi possible de savoir tout ce qu’il a dit en séance, s’il est souvent présent, ce qu’il a voté, et plein, d’autres choses importantes.


                                                      • Atlantis Atlantis 28 octobre 2009 18:00

                                                        "Seul hic : le média des masses qu’est Internet permet l’échange, la comparaison et la multiplication des angles d’un sujet ou d’une situation. Difficile dans ces conditions de pouvoir tromper tout le monde, difficile de viser un individu en particulier à seule fin d’enrayer la propagation d’une information pouvant être dupliquée à l’envie.« 

                                                        Pour le premier, entièrement d’accord. Je l’aurais formulé autrement d’ailleurs : internet permettant un accès quasi instatané à une masse énorme d’informations se recoupant, elle rend toute tentative de mensonge impossible dans la durée. Un mensonge finit toujours par être démonté, c’est juste une question de temps.
                                                        Pour le second point par contre je suis pas d’accord du tout. Ce qui est le catalyseur, le turbo de cet »overmind« c’est justement les esprits très aiguisés. Et ces derniers savent d’ailleurs qu’ils jouent un jeu dangereux, qu’il convient de jouer sur de velours, de placer les bonnes cartes au bon moment pour actionner les leviers des foules en toute discrétion. Ceux qui se pensent tout permis »car un autre équivalent le remplacera« c’est ceux qui *pensent* être des noeuds d’actions. Ceux qui le sont le »savent". Et par la même occasion savent quel est le revers de la médaille. Mais ce ne sont des mots que l’on ne peut comprendre que lorsqu’on a parcouru le chemin. Ce que le net vous aidera à faire. Bon voyage.


                                                        • JahRaph JahRaph 28 octobre 2009 20:23

                                                          Je suis webmaster, et bien d’accord avec vous !!!

                                                          L’establishment ne pourra pas controler Internet comme il a contrôlé le livre....

                                                          L’insurrection qui vient... sera notamment structurée et Internationale grâce à Internet.


                                                          • plancherDesVaches 28 octobre 2009 20:46

                                                            Alors fils, essaie de créer une communauté par le net.

                                                            Tu ne rendras même pas compte que tu seras espionné, étudié, noyauté et... éventuellement soudoyé ou détruit.

                                                            Teste, et reviens nous dire. (si tu le peux)


                                                          • Login Login 28 octobre 2009 22:09

                                                             @plancherdesvaches.

                                                             Vous avez raison s’il s’agit de créer une communauté pour s’opposer l’élite. Mais elle peut
                                                             aussi l’ignorer dans le cadre le plus légal.

                                                          • plancherDesVaches 28 octobre 2009 22:35

                                                            Même pas en rêve, login. Essaie aussi, et essaie de revenir nous dire....

                                                            (j’ai comme d’hab bouffé un mot : veuillez lire : « tu ne TE rendras même pas compte... »)
                                                            Je suis vraiment un excité de la planète pour ne pas réussir à me relire smiley
                                                            Ouais, notez : éducation dans le stress de trouver du boulot et même quand on en a trouvé, faire courir les autres car on court soit-même....
                                                            Je vais faire un malaise « vagual », comme le mini empereur, si ça continue.


                                                          • Login Login 28 octobre 2009 23:07

                                                             @Vache

                                                             Comme des centaines de milliers d’autres, je pense avoir contribué à aller dans ce sens. 
                                                             Cela ne se passe pas sans mal surtout que l’on croise souvent des gens comme vous.
                                                             
                                                             

                                                          • Patrick Lefèvre 28 octobre 2009 20:24

                                                            Ouais, ouais, c’est drôlement bien tout ça mais...
                                                            Espérons que tout se passe bien car en 68, d’autres personnes ont tenu des discours similaires et on voit où on en est et ce qu’elles sont devenues...
                                                             Amicalement


                                                            • fred 28 octobre 2009 20:35

                                                              Je suis assez bien placé pour en parler, j’en vis. Internet, c’est le pire te le meilleur. Mais n’oubliez pas une chose : il a développé et inventé par l’armée... US... Ils savent comment en tirer profit au maximum. Ils nous fliquent à mort, parviennent à établir de profils psychologiques de plus en plus complexes et fins et savent exactement comment faire pour nous la mettre profond avec un risque minimum. Toute leur communication dans les merdias est basée sur des chock-testings effectués sur des groupes représentatifs et si la sauce prend, on étend. Ils nous pillent et savent toujours retomber sur leurs pattes. Facile : il y a tout et son contraire sur le web. Nous sommes tous regroupés, caractérisés et on nous fait intervenir comme on veut pour créer des effets de masse. Vous ne me croyez pas ? Regardez le bordel qu’est devenu notre monde depuis son invention... On a tjs été fliqué et contrôlés mais là ! Ca dépasse l’entendement. La télé, ça fait des années que je regarde plus et quand ça m’arrive, je me demande vraiment qui peut croire tous ces mensonges et ces pseudo-journalistes à la botte de l’état et des multinationales (en gros, du système fasciste actuel)... Mais ça marche ! Bordel, ça marche super bien. Ils font un boulot terriblement efficace. Avec une bonne marge d’élus qui n’y comprennent que dalle mais alors QUE DALLE.


                                                              • JahRaph JahRaph 28 octobre 2009 20:41

                                                                @Fred : Internet, à la base, doit autant à l’Université qu’à l’Armée....


                                                              • Login Login 28 octobre 2009 22:10

                                                                Plus à l’université qu’à l’armée !


                                                              • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 28 octobre 2009 20:45

                                                                commentaire de g.f. (xxx.xxx.xxx.240) 28 octobre 10:53


                                                                Article creux sur le sujet, il s’agit plutôt d’une vague contestation politique assaisonnée de sociologie technique - c’est un tract. Désolé de critiquer de la sorte Mr Harrel, mais c’est usant de voir des internautes gâcher leur outil en adoptant des postures caricaturales plutôt que raisonnables. Il y a un problème de méthode dans ce que vous avez écrit : pourquoi ne pas choisir un angle clair, une liste limitée d’arguments, pour ensuite aller au bout de votre raisonnement ? Quitte à vous mettre en danger, et refuser de rester en surface !

                                                                Voilà pour le fond ; sur la forme, vous avez visiblement un excellent vocabulaire mais, pardon, vous êtes imbuvable ! Les phrases sont trop longues, les concepts s’emmêlent... ça ressemble à la dissertation d’un 1er année cultivé.

                                                                >>>>>>>>>>><<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>


                                                                Dis donc toi le morveux de 23 ans, tu devrais quitter un peu plus souvent tes jeux vidéos pour appliquer tes principes et analyser ce que tu écris. Cette pratique te rendrait moins bête car elle te permettrait de comprendre le contenu de ce que tu penses et ainsi espérer pouvoir te corriger.

                                                                Je te conseille donc de relire ta prose parce que ton texte n’est pas une critique mais seulement une série de jugements synthétiques qui nous montrent oh combien tu es présomptueux.

                                                                Puisque dans ton C.V. tu te vantes de pouvoir réaliser des analyses , dis moi donc quelle est la différence entre un jugement synthétique et un jugement analytique  ? Tu devrais le savoir. Pour te mettre dans la voie, je te dirais que dans les jugements analytiques nous ne faisons qu’exprimer ce que nos pensées contiennent .

                                                                Exemple, si je dis que les chevaux ont 4 pattes et trois sabots, ces jugements sont analytiques car je ne fais que penser ce qui est déjà représenté dans l’idée que je me fais du cheval et si tu perçois une erreur dans ces jugements, tes pensée seront synthétiques car il t’aura fallu utiliser un autre concept du cheval pour t’apercevoir qu’ils ont aussi 4 sabots, un à chaque patte. Ce concept de fausseté est donc synthétique et non pas analytique. Pourquoi ? Parce que tu as lié deux idées du cheval pour trouver un autre concept comme appartenant à l’idée fausse que je suis faite d’un cheval qui aurait eu 4 pattes et trois sabots.

                                                                Maintenant vas-y, essaie donc de me prouver que je suis dans l’erreur. T’es largué mon garçon. Fais gaffe à Mitterrand qui pourrait te prendre pour un jeune boxeur de 40 ans et cette idée est encore un jugement synthétique puisqu’elle associe plusieurs concepts pour ne former qu’un jugement où je te dis que tu n’es qu’un enculé de première classe.

                                                                Si avec ça tu n’as pas compris...


                                                                • plancherDesVaches 28 octobre 2009 22:39

                                                                  Moi, j’ai compris que tu ferais mieux d’essayer de réussir à faire un article.

                                                                  Mais je me goure peut-être. Tu dois être trop nul.


                                                                • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 28 octobre 2009 23:24

                                                                  Plancher des vaches, il me semble que je critique un commentaire de « gf » et non pas l’article. Je ne perçois pas la pertinence de votre reproche que je serais trop nul pour rédiger un article. Qu’en savez-vous Monsieur l’ingénieur ? Et pour quelles raisons avez-vous supprimé votre CV sur votre fiche d’auteur.


                                                                  Sachez donc que le plancher des vaches dans une étable est couvert de bouse, allez donc vous laver.


                                                                  Si par cette expression vous avez voulu nous dire que vous étiez terre à terre, sachez donc que les vaches peuvent grimper dans les alpages à très haute altitude où elles ont la tête et les cornes dans les nuages tandis que la vôtre reste sous un déluge scatologique tellement vous demeurez en dessous de leurs sphincters.


                                                                • Schtroumpf Grognon 28 octobre 2009 21:10

                                                                  Moi aussi je crois en Internet et j’espère, entre autres, qu’Internet nous sera utile pour changer notre système « démocratique ».

                                                                  A priori, techniquement parlant, il ne doit pas être difficile de faire un système dans lequel les citoyens pourraient voter via Internet sur tous les sujets importants de leur société, afin de redonner du sens au mot démocratie dans notre pays (plutôt que de continuer d’élire des représentants qui nous mentent pour se faire élire et ensuite font ce qu’ils veulent).

                                                                  Mais bizarrement nos politiques ne semblent pas pressés à voir ce type de réforme démocratique.

                                                                  Touchons du bois pour que ça change... rapidement !


                                                                  • Login Login 28 octobre 2009 22:15

                                                                     C’est la où se fait le lien avec l’économique. Quand le ’vote’ aura une influence économique
                                                                     les choses changeront. Il suffit qu’une minorité active économiquement adhere à ce qui
                                                                     pourrait supporter une telle logique pour transformer l’ensemble.

                                                                  • Nethan 2 novembre 2009 01:37

                                                                    Techniquement c’est beaucoup plus difficile que l’on croit, à cause de deux facteurs : La confiance (qui peut dire que le logiciel serveur est fiable, et n’enregistre pas notre nom à notre vote ? Il faudrait faire « confiance » à des experts... ? D’où les polémiques sur les « machines à voter »), et l’anonymat du vote (comment garantir que le votant a bien voté qu’une seule fois, tout en ne risquant pas un enregistrement quelque part).

                                                                    Si ces ecueils sont cassés, ou si l’on parvient à imaginer un système qui permet de les contourner, alors il sera possible de voir ça.


                                                                  • franck2010 28 octobre 2009 22:17

                                                                    ...internet pose un problème inédit aux satrapes libéro-fascistes : Comment museler la bête sans mettre un terme au droit à la liberté d’expression reconnu constitutionnellement chez nous ( en occident ) ?

                                                                    ...Il y a loin de la coupe aux lèvres en fait, les tentatives ( HADOPI ) sont des mesures grossières par rapport au but recherché. Bien sûr qu’ils veulent nous faire taire comme ils ont fait taire les radios libres en leur temps. Là il s’agit de faire taire plusieurs millions de radios libres dans un pays de 60 000 000 d’habitants.

                                                                    Réussir ce tour de force sans changer la nature du régime me semble vouer à l’échec. Et changer le paradigme démocratique ne peut se faire sans un coup de force, on a vu avec l’affaire irakienne et la débandade de leur propagande qu’ils n’étaient, loin de là , pas prêts de parvenir à leur fin.


                                                                    • Croa Croa 29 octobre 2009 19:59

                                                                      « comme ils ont fait taire les radios libres »

                                                                      Cela n’a même pas été nécessaire ! Les auditeurs de ces années là ont choisi très vite d’écouter les nouvelles radios commerciales très disco plutôt que les radios associatives militantes. Celles-ci ayant une audience marginales ils ont laissé faire finalement.

                                                                      D’ailleurs elles existent encore, par exemple à Bx La clef des Ondes .

                                                                      Radios libres, déjà un changement de l’info raté ! Ce ne fut pas à cause du pouvoir et ce risque existe aussi avec Internet. Ceux qui fréquentent les forums sont peu nombreux et le foisonement d’échanges tel ici sur Agoravox est très trompeur ! 


                                                                    • Augustule pipo 28 octobre 2009 23:10

                                                                      Malheureusement la prise de contrôle est en cours, une info passée inaperçue le confirme :

                                                                      Le Fonds stratégique d’Investissement, détenu par la Caisse des Dépôts et par l’Etat, a décidé d’investir 7,5 millions d’euros dans Dailymotion. Ce qui lui permet de siéger au Conseil d’administration du site de partage de vidéos français.

                                                                      http://www.denissto.eu/forumv3/viewtopic.php?f=5&t=3011#p19128


                                                                      • Login Login 29 octobre 2009 18:20

                                                                         Résultat : ces mîmes vidéos seront postées sur un site indien, vénézuelien ou chinois


                                                                      • Croa Croa 29 octobre 2009 20:20

                                                                        On peut tout à fait aussi mettre ses vidéos sur son site perso !

                                                                        En HTML la balise <embed> permet l’insertion d’une vidéo sur n’importe quels site.
                                                                        Avec un fichier vidéo *.flv (les plus courants sur Internet) il faut mettre un fichier pilote au format *.swf ainsi qu’un fichier script *.js dans le même répertoire du serveur ; On trouve ces fichiers sur Internet, sur
                                                                        http://www.longtailvideo.com par exemple.

                                                                        Le seul problème vient de la capacité assez faible réservée aux sites perso par les fournisseurs Internet ! 


                                                                      • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 29 octobre 2009 00:36

                                                                        Le contrôle d’internet est commencé mais :


                                                                        20 minutes contourne la censure

                                                                        Les vidéos de Jean Sarkozy aux Guignols censurées de Youtube. Effectivement la dictature que Sarkozy veut nous imposer commence à prendre forme.


                                                                        Ça va chauffer pour Sarkozy parce qu’en voulant censurer les internautes, il ne s’est pas rendu compte qu’il s’attaquait aux forces vives de la nation et non pas à quelques marginaux scotcher devant leurs ordinateurs. Il n’a pas compris que ceux qui créent et animent des blogs appartiennent à la classe moyenne, c’est à dire aux gens les plus cultivés dans la nation car en réalité sur internet nous voyons beaucoup d’images certes mais l’essentiel est écrit donc les internautes sont loin d’être des illettrés passifs. Il y en a 30 millions en France. C’est une grosse masse.

                                                                        Ce ne sont pas les analphabètes qui ont déclenché la révolution en 1789 mais la classe moyenne qui en avait mare que l’aristocratie les brime dans les affaires. Sarkozy réagit comme les rois Capétiens, en brimant la classe moyenne dans ses rêves de réussite car internet n’est pas seulement qu’un divertissement mais aussi un espace économique où beaucoup de gens espèrent décrocher la poule aux œufs d’or. Pas envie de développer mais je vous ferais remarquer que 20 minutes qui est présent sur internet en profite pour faire sa publicité en se vantant de transgresser l’interdit présidentiel.

                                                                        Il y existe dans la constitution un moyen pour destituer Sarkozy par voie de référendum mais ces connards de socialistes ne le prendront jamais. Ils sont trop bêtes et préfèrent attendre que Sarkozy se plante pour marquer des points en 2012 .

                                                                        Dis donc plancher des vaches, dans ce petit texte de rien du tout, il y a une idée qui vaut mon pesant d’or. Serais-tu capable de la trouver toi qui me juge trop con pour rédiger un article ?


                                                                        • paOptiMiste 29 octobre 2009 05:02


                                                                          « Car Internet bouleverse le monde, et en principale ligne de mire les élites politico-économico-médiatiques, celles-là mêmes qui évoquent sans relâche l’ouverture au monde et la flexibilité (sans en connaître les affres, ce qui est tout de même fort pratique) tout en craignant de perdre le monopole du pouvoir
                                                                          . »
                                                                          Je cite Yannick Harrel ci-dessus.
                                                                          Et voiçi une définition du mot « élite » trouvée dans le dictionnaire en ligne de l’académie française.

                                                                          ÉLITE n. f. XIIe siècle, eslite, « action de choisir, choix ». Forme féminine substantivée d’eslit, « distingué, parfait », ancien participe passé d’élire.
                                                                          1. Ensemble de ceux qui, dans un groupe, une société, sont considérés comme les meilleurs. L’élite de l’armée. L’élite de la nation. Une élite intellectuelle. Un privilège réservé à une élite, à l’élite. Cette épreuve permettra de dégager une élite. Par ext. Au pluriel. Les élites, ceux qui, dans une société, se distinguent par leurs mérites.
                                                                          http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/generic/cherche.exe?22 ;s=3191966325 ;;

                                                                          Donc, les personnages cités par Yannick et qui effectivement tentent de museler les internautes en bridant le net sont encore appelés « élites ».

                                                                          Le chef de l’état a donc été élu par 18 983 138 personnes dont on relèvera que 1,5 millions d’électeurs ont voté par le moyen d’un ordinateur de vote. Est-ce un score extraordinaire ? Le vote électronique est-il fiable ?

                                                                          Quand bien même, cela signifie-t-il qu’il est le meilleur ? Face à une femme, dans un pays aux relents machistes quoiqu’on en dise, il fût donc considéré comme le meilleur.

                                                                          Le premier ministre a été nommé par ledit président, il fût donc considéré comme le meilleur par Nicolas Sarkozy pour remplir cette fonction. Le premier ministre est une élite pour celui qui l’a choisi.

                                                                          Puis les ministres nommés à leur tour par le premier ministre sur avis du président.

                                                                          Donc, si je me rapproche de la définition, je ne pense pas, au vu de la conjoncture économique, sociale, et je ne parle pas de l’éthique (voir les différentes affaires en cours) que la sphère politique française soit considérée comme la meilleure par la société.

                                                                          Vous allez me dire, « oui mais c’est une élection qui a validé la fonction », OK mais cela signifie-t-il qu’ils sont les meilleurs deux ans et demi après ?

                                                                          Donc si nous commencions par cesser d’utiliser le terme « élites » ça serait pas mal non ? Sinon, on va finir par y croire... malgré les indicateurs économiques qui sont rouge vif. Et eux aussi.

                                                                          Quant à l’utilisation d’internet que les dirigeants souhaitent formater pour en faire simplement un outil de consommation, qui nous empêchent de contrecarrer ? il suffit de cesser d’acheter via internet. Et il en est de même pour la consommation non virtuelle, on ne veut plus ingérer de pesticide ? achetons bio. Trop cher ? plantons. Etc, etc... Je pourrais comme ça en citer des tonnes. C’est tout un comportement qui est à revisiter. Le vote est un tout petit moyen de s’exprimer. Et après ? qu’est-ce qu’on fait ?

                                                                          Le vrai pouvoir n’est pas internet, le vrai pouvoir ce sont nos actes. Les mots les mots c’est bien, mais les actes seront plus porteurs et ils sont aussi le moyen de dire STOP. Toucher Achille par son talon : le fric.


                                                                          • PhilVite PhilVite 29 octobre 2009 10:31

                                                                            ’’Le vrai pouvoir n’est pas internet, le vrai pouvoir ce sont nos actes.’’
                                                                            Internet n’est qu’un outil. Tout ce qu’on demande c’est qu’on ne vienne pas nous le casser.


                                                                            ’’Les mots les mots c’est bien, mais les actes seront plus porteurs ’’
                                                                            Tout acte demande à priori d’avoir été conçu intellectuellement. Et pour ça les mots sont indispensables. ’’Au début sont les mots’’, en quelque sorte.


                                                                            ’’Toucher Achille par son talon : le fric.’
                                                                            Entièrement d’accord, ça c’est la bombe atomique du système.
                                                                            Il faut passer du stade de consommateur à celui de moinsconsommateur.


                                                                          • paOptiMiste 29 octobre 2009 19:21

                                                                            Tout à fait : moins consommer et mieux consommer. C’est comme ça que l’on peut aussi s’exprimer et faire entendre nos désaccords.


                                                                          • MICHEL GERMAIN jacques Roux 29 octobre 2009 17:33

                                                                            L’ordinateur est un outil éventuellement. Comme l’automobile, le téléphone et la brouette.

                                                                            Chacun de ces ustensiles pourra offrir plusieurs utilisations selon par qui, ou et quand elles seront utilisées. Aucun d’entre eux, jusqu’ici, ne cristalise une génération, un peuple, l’Histoire.
                                                                            l’automobile peut, si elle s’appelle ambulance, transporter plus vite des blessés sur un lieu de soin. Blessés, peut être, dans un accident d’automobile.
                                                                            Le téléphone peut relier des amours humaines, ou dénoncer des sans papiers, des résistants.
                                                                            La brouette, porter le terreau fécond, le charbon, la chaux vive...
                                                                            Internet, faire circuler des pensées, dénoncer des abus ou commenter l’actualité. Internet rapproche les « mots » pas les corps. Les corps portent les mots, les mains et les regards. pas internet.

                                                                            Mais qui donc construit cette « actualité » qui croustille de commentaires sur Agora ? Qu’est qui est « Actuel » ? Sur quoi construisons nous les pensées et raisonnements que nous faisons circuler sur internet ? Qu’est ce qu’une génération : un monolite ?


                                                                            • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 29 octobre 2009 19:44
                                                                              Je lis :

                                                                              Ces mass media qui ont pour fonction désormais non d’informer mais de relayer ce qui est permis sans recul critique nécessaire.

                                                                              La génération Internet est par conséquent légitimement appelée à prendre les rênes de pays aux mentalités sclérosées et aux schémas d’action et de pensée dépassés par les évènements. 

                                                                              Les régimes oligarchiques occidentaux ayant failli dans leur mission de former et protéger les citoyens : se contentant de les transformer en consommateurs tout en éviscérant sciemment toute notion de solidarité à seule fin de les contrôler

                                                                              Tout est dit !

                                                                              • sisyphe sisyphe 1er novembre 2009 06:05

                                                                                Excellent article, dédié à Seguela, et autres satrapes, qui sentent leur pouvoir leur échapper devant la formidable liberté, créativité et adaptabilité du net.

                                                                                Bien sûr, comme tout nouvel espace de liberté, il comporte des abus, des excès ; mais ce sont des effets secondaires négligeables par rapport à sa puissance de diffusion d’informations en dehors des circuits contrôlés.

                                                                                Ben oui, internet leur fout la trouille, et ils vont tenter de multiplier les procédures visant à son contrôle ; d’après moi, guerre perdue d’avance, devant la formidable capacité d’adaptation du réseau.

                                                                                La parole se libère, les forfaitures peuvent être dénoncées, et les médias traditionnels sont de plus en plus obligés d’en tenir compte ; le citoyen peut réellement devenir acteur d’un sort qui lui était, jusque là imposé par les outils habituels de domination et d’oppression.

                                                                                De là à entraîner de réels bouleversements dans la conduite des politiques menées uniquement en fonction des intérêts de ceux qui, jusqu’ici, détiennent les manettes ; c’est clair, y a encore un sacré boulot ; mais certaines de ces manettes commencent à leur échapper ; qui, à part eux, s’en plaindrait ?

                                                                                Après, internet va refléter, également, la société civile ; avec ses oppositions, ses contradictions, la même proportion des tenants de l’ordre établi, et ne pénètre pas encore les couches sociales susceptibles de réellement enclencher de changement radical.
                                                                                Mais, patience ; il s’agit d’un formidable outil dont nous avons encore à apprendre à nous servir efficacement et utilement ; ça viendra.

                                                                                Le danger étant, pour moi, de renforcer l’individualisme, d’être pris comme moyen d’assurer sa propre promotion, ou de n’y chercher que des éléments d’information confortant ses a priori .
                                                                                Dans ce sens, les forums d’échange peuvent être une formidable source d’informations, de convergence, d’apprentissage de solidarité.

                                                                                Solidarité ; le maître mot de l’avenir du net ; ce n’est qu’en se développant dans ce sens, qu’il permettra d’avoir une possibilité d’action sur le réel ; au delà de la formidable liberté individuelle que son développement autorise, c’est dans la mesure où cette liberté va se conjuguer d’une réelle solidarité (d’actions, de réactions, de propositions) qu’il va pouvoir être l’outil d’un réel changement sociétal, et, à échéance, fondamentalement politique.


                                                                                • mimusops 1er novembre 2009 07:51

                                                                                  Internet permet d’inventer de nouvelles formes de participation politique et surtout économique.

                                                                                  Par exemple, un système de prêt communautaire à taux zero, et/ou un système de dons (et ainsi détourner une partie des impôts) sur des projets postés par tous sur le web, et/ou un système de participation au bénéfice etc... (à définir ensemble). On peut inventer des règles, type un porteur de projets doit redistribuer une partie des dons reçues dans d’autres projets, etc...

                                                                                  Tout l’intérêt est de se passer des banques pour créer un système de participation direct pour nos projets et notre épargne.

                                                                                  Tout cela se fera, sous un forme ou une autre. A mon avis tout dépendra des règles de base (forcément décentralisés) et de la sécurité d’un tel système. Si quelqu’un pouvait ouvrir un blog ou nous puissions débattre des règles d’un tel système, je suis preneur.

                                                                                  Dépêchons-nous de poser les bases de ce nouveau réseau !

                                                                                  Il ne s’agit pas de changer de système, mais d’en créer un nouveau en parallèle qui s’en nourrirait pour l’équilibrer avec de l’altruisme économique. (je vous vois déjà rire... mais il suffit de réunir une infime proportion de la population mondiale pour que ce système fonctionne).

                                                                                  Je posterai prochainement un article plus détaillé avec des propositions. Toutes les critiques seront les bienvenues.


                                                                                  • Login Login 1er novembre 2009 08:25

                                                                                     J’attends votre article avec impatience smiley

                                                                                     Je bosse sur le sujet depuis des années de manière très concrète... www.xewow.com est 
                                                                                     une sorte de blog du projet... 

                                                                                     Il est vrai que toutes les conditions sont remplies pour qu’une minorité s’investisse dans un tel projet.

                                                                                     Bien cordialement,
                                                                                     Michel.

                                                                                     

                                                                                  • mimusops 1er novembre 2009 09:02

                                                                                    @ Login,

                                                                                    après un rapide coup d’œil sur votre blog et sur vos commentaires, je peux vous dire que nous sommes sur la même longueur d’onde, ou du moins sur la même mélodie.

                                                                                    Nous pourrions écrire cet article ensemble, c’est un bon début pour le modèle que nous proposons... ! Je vous enverrais sous peu une première version via le contact de votre blog, n’hésitez surtout pas à le transformer ou le critiquer.

                                                                                    Bien à vous,

                                                                                    Julien.


                                                                                    • Login Login 1er novembre 2009 09:39

                                                                                       @Minusops

                                                                                       Utilisez michel.Vandenberghe@yahoo.com svp 

                                                                                       Merci smiley

                                                                                    • Login Login 1er novembre 2009 09:40

                                                                                        michel_vandenberghe@yahoo.com  avec un ’underscore’  !

                                                                                      • roquetbellesoreilles roquetbellesoreilles 1er novembre 2009 17:48

                                                                                        S’il y a un livre à ne surtout pas manquer, qui approfondis ce sujet, c’est bien « la Bataille Hadopi ».
                                                                                        Ecrit par un collectif de 40 auteurs qui se sont opposés à la loi Hadopi, Hommes et Femmes : politiques, sociologues, enseignant, militants associatifs, journalistes, artistes, auteurs, juristes, poètes, a décidé de participer à la rédaction de ce livre.

                                                                                        On peut l’acheter ici

                                                                                        Les plus pauvres ou les radins ainsi que ceux qui n’ont pas envie de l’acheter, pourront même le télécharger gratuitement, et en toute légalité au format PDF

                                                                                        Les bénéfices seront intégralement reversés à « la quadrature du net » qui est un des meilleurs défenseurs de la Liberté de l’Internet.


                                                                                        • roquetbellesoreilles roquetbellesoreilles 1er novembre 2009 18:13

                                                                                          Une conférence de presse a eu lieu lors de la sortie du bouquin « la Bataille Hadopi ».

                                                                                          Il est possible d’écouter cette conférence très intéressante, au format ogg ou mp3
                                                                                          Les principaux auteurs du livre s’expriment à tour de rôle, sur ce sujet, et sur leur vision de l’avenir de l’Internet

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès