Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le double joug que subissent des femmes africaines !

Le double joug que subissent des femmes africaines !

Nous avons la chance ici en France d'avoir des auteurs francophones qui poursuivent le débat sur la question de l'immigration et de l'intégration sans nous enfermer dans la querelle entre les "internationalistes" et les "nationalistes".

Des romancières comme Khadi Hane nous ouvrent la porte de la réflexion sur le double joug subi par de nombreuses africaines.

L'intégration c'est à la fois l'écoute et à la fois l'éducation et l'accompagnement.

Ce témoignage de cette femme recoupe celles das associations des femmes relais qui travaillent dans les cités- avec peu de moyens malheureusement- pour que la citoyenneté ne soit pas réservée à certains et pas à d'autres.

 Des fourmis dans la bouche »

roman de Khadi Hane

Editions Denoël

150 pages

juin 2011

 

Entre injustice et obscurantisme 
 

A l'heure où les féministes européennes « avancées » en sont à féminiser les textes, les femmes africaines restées au pays ou immigrées en France se retrouvent prisonnières d'un obscurantisme

qui les transforme en objets.

Khadi Hane, née à Dakar nous a fait plusieurs livraisons de qualité comme « Ma sale peau noire » en 2001 et le « Collier de paille » l'an dernier.

Il s'agit là encore dans ce nouveau roman d'une écriture soignée qui mêle humour et réalisme grinçant.

Son héroïne, mère séparée élève seule ses cinq enfants.

Pour les quatre premiers, il n'y a aucun problème puisque la paternité appartient au clan mais pour le cinquième, elle a fauté puisque le père est blanc.

On ne plaisante pas avec la religion musulmane et les mœurs transmis d'une génération à l'autre.

Quand Khadidja pense à son village natal, elle se remémore sa condition de jeune fille à peine pubère donnée comme épouse à un parent et vouée à servir.

La vie est difficile là bas au pays mais pouvait-elle s'imaginer avant de venir en France qu'il y avait un ailleurs «  où un gosse, pourri par le hasard de sa naissance, choisissait entre une paire de baskets, des souliers de marche, de sport, de détente et des bottines, se tapait le privilège de détester la purée, les épinards ou le chou, alors que le soleil d'Afrique cramait les pieds nus d'autres enfants. »

Quant à l'Eldorado promis....

C'est l'arrivée dans un pays où elle subit la double exclusion, celle d'un système où est organisée la chasse à l'homme, aux sans papier et où le communautarisme emprisonne l'Africain dans une soumission à des dogmes archaïques.

C'est à la fois la pauvreté qui l'empêche de subsister, des services sociaux qui ne la comprennent pas et ne l'accompagnent pas et ce jugement que lui font subir les hommes de son village, aujourd'hui rassemblés au foyer Sonacotra.

Elle aspire à conduire sa vie comme elle l'entend, à suivre ses propres choix et à ne pas accepter les diktats !

Réussira-t-elle à se protéger de ceux qui veulent dicter sa conduite ?

Faut-il rester ici en France où repartir là bas où c'est si rude mais où « les gens se serraient les coudes pour survivre dans une fraternité simulée » ?

Ce roman passionnant nous sort des ornières du débat qui oppose les tenants de la régularisation de tous les sans papier aux nationalistes qui voudraient que l'on ferme nos frontières à la misère qui cherche un refuge.

Ce roman aborde sans artifice, ni tabou le problème de ces femmes africaines arrivées en France.
 

Jean-François Chalot
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Strawman Strawman 12 octobre 2011 09:43

    "La vie est difficile là bas au pays mais pouvait-elle s’imaginer avant de venir en France qu’il y avait un ailleurs «  où un gosse, pourri par le hasard de sa naissance, choisissait entre une paire de baskets, des souliers de marche, de sport, de détente et des bottines, se tapait le privilège de détester la purée, les épinards ou le chou, alors que le soleil d’Afrique cramait les pieds nus d’autres enfants. »"

    Elle espère notre sympathie et notre compassion en insultant nos enfants ? Charmant...

    Le plus grand obstacle que l’Afrique ait à surmonter est là, ce n’est pas la chaleur ou le manque d’eau, mais cette philosophie selon laquelle ce que nous possédons vient du « hasard ». Or il n’y a aucun hasard là-dedans, nos chaussures ne sont pas tombées du ciel d’un dieu qui a joué aux dés et dit « l’Afrique a perdu » ; nous en portons parce que nos ancêtres ont travaillé pour développer la cordonnerie, et que nous travaillons pour l’améliorer à chaque génération. Le Soleil d’Afrique crame le pied de leurs enfants ? Pourquoi ne vont-ils pas tuer un zèbre, ou un buffle, ou n’importe quel autre animal pour tailler des chaussures dans son cuir ? Ou à défaut de gibier, pourquoi ne cultivent-ils pas de plante à textile ?


    • cyba 12 octobre 2011 11:06

      Hum. Tu oublies de préciser que nos si glorieux ancêtres ont volé quelques générations à l’Afrique... ATTENTION : Je ne plaide pas la en faveur d’une quelconque dette de nos générations actuelles aux africains d’aujourd’hui à cause des actes de nos ancêtres, je dis juste que le déséquilibre entre le niveau de vie sur les deux continents s’explique aussi par cent ans d’esclavage, de colonialisme, et encore aujourd’hui par les manipulation financières qui embourbent ces états dans des dettes inextinguibles, et l’exploitation des richesses naturelles par les grosses multinationales américaines, européennes et chinoises. Le reste du monde se sert de l’Afrique comme d’une réservoir où l’on peut se servir si l’on a les moyens de corrompre quelques personnes bien placées, quitte à déclencher une guerre civile au passage...

      Les révolutions arabes on ceci de nouveau qu’elles invitent tous les africains à imaginer un pouvoir qui ne soit ni dicté par l’argent, ni par la religion, et c’est un espoir qui, j’espère, favorisera un nouvel essor de ce continent, et peut-être moins de migrations de populations pour des raisons de niveau de vie.

      Mais en attendant, c’est un peu facile de dire que notre niveau de vie, luxueux vous en conviendrais avec celui de l’être humain moyen sur cette planète, est mérité car nos ancêtres ont fait ce qu’il faut pour ça. Nous faisons aussi pour cela perdurer un système mondialement injuste, car la répartition des richesses se fait toujours au profit de ceux qui en ont le moins besoin. C’est valable à toutes les échelles, même si tu ne regardes qu’en France, les plus riches gagnent le plus, ont le plus de pouvoir, et ce cercle vicieux touche toutes les strates sociales de l’humanité. Sauf qu’en France, le plus bas échelon vaut mieux que l’échelon moyen dans d’autres pays. D’où l’immigration, c’est juste logique. Maintenant, si tu te sens insulté par l’évocation de nos enfants bourgeois qui croulent sous les biens matériels et des valeurs superficielles, c’est que tu ne te rends pas compte à quel point chacun de nous porte, par ses habitudes de consommation principalement, une responsabilité dans cette injustice planétaire, et dont l’immigration n’est qu’une conséquence logique (et de toute façon incontournable, à moins de revenir à des méthodes ignobles de l’ancien temps).


    • Strawman Strawman 12 octobre 2011 11:19

      @ cyba
      Merci de ne pas me tutoyer, c’est une familiarité que je réserve à mes proches.
      Je vous parle de nos ancêtres qui ont inventé les chaussures il y a des millénaires, vous venez me parler de la colonisation du 18ème siècle... Même en admettant que nous ayons complètement bloqué le développement de l’Afrique ces deux derniers siècles (ce qui n’est pas vrai), comment expliquer que les premiers colons aient vu des autochtones aux pieds nus ? La différence de niveau de vie était déjà monumentale avant toute interaction entre les Européens et les Africains, la mettre sur le compte de la colonisation est de la mauvaise foi. (Je parle du Sud de l’Afrique, pas des Phéniciens ou des Egyptiens dont le développement et la technologie n’avait rien à envier aux Européens).


    • tikhomir 12 octobre 2011 10:24

      Si le résumé de @CHALOT retranscrit bien ce qu’il y a dans le bouquin alors je suis d’accord avec @Strawman. Cette femme vient en France, insulte nos enfants et parle de son exclusion ? Ben si elle parle comme ça des Français en France, faut pas s’étonner de l’exclusion.

      C’est quand même facile je trouve :
      1 - elle va à l’encontre de la culture de son pays d’origine et vient se plaindre d’être exclue (en plus elle vient se plaindre chez nous... on se demande bien pourquoi).
      2 - elle vient en France, se met en situation de délinquance et insulte le Français lambda et elle se plaint des « diktats » et de l’exclusion...

      Non mais il y a des fois où des baffes se perdent, si elle n’est pas contente qu’elle aille ailleurs, le monde est grand. En plus elle se dit « exclue » alors personne ne la retient.

      "Faut-il rester ici en France où repartir là bas où c’est si rude mais où « les gens se serraient les coudes pour survivre dans une fraternité simulée » ?« 

      Si c’est pas rude en France par rapport à son pays et qu’il n’y a pas de »fraternité« , même simulée, elle n’a qu’à rester, au moins elle ne devra rien à personne et pourra »mener sa vie comme elle l’entend« , mais qu’elle ne vienne pas se plaindre et cracher sur la France et les Français.

      En plus, il faut voir le choix : la France ou »là bas«  ? Comme s’il n’y avait que deux pays dans le monde...

       »C’est l’arrivée dans un pays où elle subit la double exclusion, celle d’un système où est organisée la chasse à l’homme, aux sans papier et où le communautarisme emprisonne l’Africain dans une soumission à des dogmes archaïques.« 

      Pareil pour vous CHALOT, vous n’avez pas tendance à exagérer ? Une »chasse à l’homme«  ? Mais n’importe quoi... En plus ce n’est pas une double exclusion puisqu’elle est »emprisonnée dans une soumission à des dogmes archaïques« , donc elle n’est pas exclue, elle est dedans.

      Déjà qu’est-ce qui justifie que cette femme soit clandestine en France ? Elle a fui la guerre ? La famine ? C’est une opprimée politique ? Elle a fui la peine de mort ? Non bien sûr. Alors rien ne justifie sa clandestinité, il y a des lois, si elle ne veut pas les respecter et bien elle assume, voilà. Peut-être qu’en ne se mettant pas en situation de délinquance, les services sociaux pourraient l’aider et être plus compréhensifs.

      C’est un peu facile de faire n’importe quoi sous prétexte de liberté et puis de dire »les autres m’excluent, m’oppressent". Qu’elle se regarde un peu avant de cracher sur sa culture, sa communauté, la France et les Français, en gros sur à peu près tout ce qui ne va pas dans son sens à elle comme elle le voudrait.


      • CHALOT CHALOT 12 octobre 2011 10:33

        Il suffit que j’écrive une chronique de lecture traitant de la condition de femmes africaines pour que les quelques xénophobes qui interviennent régulièrement foncent pour émettre un vote négatif ( dont je me moque) et se laissent aller....
        Les intégristes ont des bons jours devant eux avec un renfort venu de ceux qui refusent tout ce qui n’est pas pareil !



        • Politeia 12 octobre 2011 11:16

          Quand ce « pas pareil » exige des cantines sans porcs ou avec de la viande halal ou du poisson le vendredi, quand ce « pas pareil » exige des piscines des horaires d’ouvertures réservés aux hommes et aux femmes, quand ce « pas pareil » exige des lieux de culte, quand ce « pas pareil » crache à la gueule de la laïcité.... oui je le refuse !


        • mbdx33 mbdx33 12 octobre 2011 15:18

          @Politeai et autres militants du FN

          Il vous arrive de parler littérature, société, sport, ... sans nous abreuver de votre discours haineux et xénophobe.

          Vos propos sont l’exacte confirmation , que vous êtes persuadés d’être profondément supérieurs aux autres personnes, nations ou civilisations, votre culture est comment dire ...incomparable.

          Incomparablement inexistante surtout.

          Il y a bien d’autres sujets sur lesquels vous pourriez vous déverser, encore faudrait il que vous en ayez les moyens intellectuels. Ce qui n’est visiblement pas le cas.

          Merci Chalot pour ce petit papier fort intéressant sur la condition féminine des femmes africaines.


        • TyRex TyRex 12 octobre 2011 10:58

          Votre article me gêne dans le sens où vous tentez de généraliser le cas des femmes africaines...

          Aussi, vous dites :

          "Faut-il rester ici en France où repartir là bas où c’est si rude mais où « les gens se serraient les coudes pour survivre dans une fraternité simulée » ?"

          Si la France pouvait apporter une meilleure vie à ces femmes, elles ne se poseraient pas la question.


          • CHALOT CHALOT 12 octobre 2011 11:18

            Je ne généralise pas du tout puisque j’utilise l’article indéfini des
            en parlant des femmes africaines


          • CHALOT CHALOT 12 octobre 2011 11:19

            Je ne généralise pas puisque j’utilise un article indéfini : des

            des femmes africaines et non les femmes africaines


          • Politeia 12 octobre 2011 11:09

            « ou immigrées en France se retrouvent prisonnières d’un obscurantisme qui les transforme en objets. »

            On croit réver en lisant ça ! L’obscurantisme ne se trouve t’il pas d’ou elle vient avec « On ne plaisante pas avec la religion musulmane et les mœurs transmis d’une génération à l’autre... sa condition de jeune fille à peine pubère donnée comme épouse à un parent et vouée à servir...le soleil d’Afrique cramait les pieds nus d’autres enfants. ... »

            et vous en remettez une couche avec :

            "C’est l’arrivée dans un pays où elle subit la double exclusion, celle d’un système où est organisée la chasse à l’homme, aux sans papier et où le communautarisme emprisonne l’Africain dans une soumission à des dogmes archaïques.« 

            Même remarques avec les dogmes archaïques ! Vous vous trompez de coté de la méditerrané. Vous voulez venir en France ? Ok, mais vous vous habillez à la Française, vous parlez Français, vous apprenez le Français à vos enfants, vous comprenez, acceptez et respectez la laïcité ! C’est quand même pas bien compliqué non ? Elle s’étonne de ne pas être compris ? Mais c’est pas à nous de la comprendre, c’est à elle de nous comprendre !

            Les obscurantismes religieux de tous bords ont maintenu l’Afrique au moyen age ! Je ne parle pas uniquement des conditions de vie mais également des mentalités et votre témoignage le prouve bien où elle croit au »gosse, pourri par le hasard de sa naissance....« et acceptent les »jeune fille à peine pubère donnée comme épouse à un parent et vouée à servir".


            • CHALOT CHALOT 12 octobre 2011 11:27

              Lisez attentivement, au lieu de déverser à foison votre hire, voire plus. Cette femme , écrivain dénonce tout cela.
              Notre objectif, cellre de la République vise à intégrer et à éduquer et non à rejeter.
              Cette femme dont nous parle l’auteur est régulièrement arrivée ici en France et elle se pose de réelles questions
              Elle rejette le communautarisme enfermant et regrette de ne pas être accompagnée !


              • Politeia 12 octobre 2011 12:03

                Excusez moi mais c’est pas du tous l’impression que j’ai eu en lisant (et en relisant) votre article et au vu des réactions de certains autres je ne pense pas être le seul. Si effectivement l’objet est de condamner ces communautarismes enfermant très bien mais l’intention est plus que subtile.


              • CHALOT CHALOT 12 octobre 2011 12:32

                Pourtant c’est clair :

                « C’est l’arrivée dans un pays où elle subit la double exclusion, celle d’un système où est organisée la chasse à l’homme, aux sans papier et où le communautarisme emprisonne l’Africain dans une soumission à des dogmes archaïques. »

                Le problème c’est qu’à Agoravox, dès que l’on « parle » d’africains ou d’immigrés certains sortent leur révolver et tirent sans sommation dans tous les coins !
                Je ne vous vise pas car vous avez argumenté et questionné.


                • CHALOT CHALOT 12 octobre 2011 14:26

                  C’est avant tout une chronique de lecture et pas autre chose donc ni une analyse, ni une étude sociologique
                  L’important c’est de ne pas trahir l’auteur et d’exprimer ce qu’on a le plus aimé dans un livre.
                  Donc mon « ambition » reste la chronique personnelle limitée mais très personnelle et les xénophobes comme d’habitude, sans lire se sont précipités sur le bouton vote.


                  • Dominitille 12 octobre 2011 15:11

                    La France devient l’ extension de l’Afrique.
                    Qu’ avons nous besoin de ces gens qui fuient leur propre pays qui les maltraite pour venir en terrain conquis chez les autres ? croient-ils naïvement que l’on vient chez les autres les poches vides sans papiers sans rien ?
                    La France et ses Français doivent-ils devenir des étrangers dans leur propre pays ?
                    Accueillir c’est bien mais il viendra un temps où on ne pourra plus repousser les murs pour faire entrer toute l’ Afrique.
                    Ce n’est pas être xénophobes que de voir notre pays devenir un autre sous couvert de générosité.
                    Nous n’avons pas à changer nos us et coutumes pour des étrangers qui viennent déverser les leurs chez nous.
                    Les étrangers veulent voter chez nous, demandez leurs s’ils accepteraient que des Français votent chez eux ?


                    • docdory docdory 12 octobre 2011 18:51

                      Bonjour Chalot

                      Très intéressant compte rendu de lecture.
                      Il faut toutefois se méfier comme la peste de l’expression « femme africaine », expression qui n’a guère plus de signification que celui de « femme asiatique » , « femme américaine » ou « femme européenne »
                      Ayant dans ma clientèle une très grande quantité de femmes africaines, il faut bien avouer qu’il y a autant de différence, sinon plus, entre une femme du Nigéria, une femme du Rwanda, une femme du Cameroun, une femme du Maroc, une femme d’Algérie et une femme du Mozambique, qu’entre une femme colombienne et une femme canadienne pour les Amériques, ou qu’entre une femme mongole, une femme japonaise et une femme Kazakh pour les asiatiques, ou encore une femme finlandaise et une femme moldave pour l’Europe !
                      Physiquement, on distingue pratiquement du premier coup d’oeil une rwandaise d’une nigérianne ! Elles sont aussi différentes entre elles que les portugaises le sont des scandinaves.
                      Et au sein d’un même pays africain, comme le Sénégal, il y a autant de différence dans la façon de penser entre une sénégalaise catholique et une sénégalaise musulmane qu’entre une française catholique ou athée et une française musulmane ( que celle-ci soit ou non « issue de l’immigration » ) .
                      Rappelons que Sarkozy s’était ridiculisé en débitant,dans un discours, des inepties sur « l’homme africain » , concept qui n’est qu’une fiction.

                      • french_car 13 octobre 2011 23:13

                        Docdory une bonne partie du Kazakhstan étant en Europe il est difficile de les qualifier globalement d’Asiatique ...


                      • CHALOT CHALOT 12 octobre 2011 19:52

                        Oui d’accord avec Doctory...Ici elle est Malienne d’origine et avec une « culture » musulmane très traditionnelle, c’est pourquoi j’avais utilisé le « des » mais j’aurais pu être plus précis
                        Merci pour votre contribution toujours réfléchie.


                        • Ruut Ruut 15 octobre 2011 14:19

                          Enfin en Affrique ils claquent facilement 5 000 euro en une soirée et le lendement ils crèvent de faim.
                          C’est aussi une façon de vivre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès