Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La fabrique des sentiments

La fabrique des sentiments

Ne me dites pas que ça ne vous est jamais arrivé, je ne vous croirais pas. A l’heure où notre vie sociale se résume à se la raconter sur Facebook ou Twitter, il nous est déjà tous arrivé d’aller visiter un site de rencontres, ne serait-ce que par curiosité, histoire de jeter un coup d’œil comme Vivons curieux l’a fait (ou presque !). Ils ressemblent à peu près tous à la même chose : un profil que l’on remplit à sa guise, une photo « photoshopisée » que l’on nous demande d’ajouter, une recherche par critère pour nous aider à répondre au mieux à nos attentes. Les attentes d’ailleurs, quelles sont-elles ? Que va-t-on chercher sur un site de rencontres virtuel ? Une relation éphémère d’une nuit ou le grand Amour pour toutes nos nuits ? A chacun son cheval de bataille. Une chose est certaine : trouver sa moitié grâce à un site de rencontres relève plus souvent du chemin de croix qu’une balade de santé...

La première fois comme toutes les premières fois ou presque, on y croit toujours. On se dit que, de toute façon, on ne risque rien : seul(e) derrière son PC, se prendre une veste ou un râteau ne vous mettra pas plus mal à l’aise que cela, alors on se lance. En quoi un site de rencontres virtuel pourrait-il m’être dangereux, si ce n’est - peut-être - d’y devenir un peu trop accro ?

La première fois comme toutes les premières fois ou presque, on n’hésite. Mon profil, j’y mets quoi ? Mon âge, ma taille, mon poids, ma profession, mes revenus, mes préférences sexuelles, ma nationalité, mes goûts, mes envies, mes passions... Tout y passe, rien n’y échappe, en matière de fichage on a rarement fait mieux, une fiche des RG à coté de votre profil c’est de la petite bière ! De quoi faire retourner EDVIGE dans sa tombe ! Dévoiler sa vie devient ici un véritable jeu d’enfant. Une fiche pour mieux vous cerner, une fiche pour mieux vous définir. Savoir qui nous sommes sur le net est essentiel, ça rend plus humain un élément qui l’est forcement beaucoup moins. Un profil, c’est l’humanisation à l’extrême du virtuel… Non pardon, c’est le Web 2.0 !

La première fois comme toutes les premières fois ou presque, on finit par être déçu. Une fois votre petite sélection affinée selon vos propres critères, quelques profils visités, de rares conversations engagées et d’éventuelles rencontres, que reste-t-il si ce n’est l’illusion d’une grande histoire d’amour ? Car là est peut-être la limite des sites de rencontres. Vous en connaissez beaucoup vous, des couples qui sont ensemble depuis des années et qui se sont rencontrés grâce à Internet ? Cherchez bien, si vous en trouvez, ils sont plutôt rares. Pourtant, tout avait été fait pour que ça puisse fonctionner : la personne avec qui je parlais me correspondait forcément puisque c’est moi qui l’ai choisie, en fonction de mes critères (drastiques ?) de sélection. Si pour peu que la personne ou plutôt le profil que j’avais choisi aimait comme moi le tennis et la mousse au chocolat alors il ne faisait aucun doute sur la possibilité d’une relation. Malgré tout, contrairement à ce que m’avait promis le site, ça ne s’est pas passé comme prévu. Si Internet nous permet aujourd’hui de faire à peu près ce que l’on veut, il ne permet heureusement pas encore de contrôler nos sentiments et nos émotions. Le cœur a ses raisons que la raison et le web ne peuvent pas connaître. C’est peut-être parce que la relation est trop fabriquée que les sites de rencontres sont finalement voués à l’échec. A vouloir aider des individus à trouver le grand Amour, les sites de rencontres se sont fait piéger à leur propre jeu. Rien ne pourra jamais remplacer l’alchimie inexplicable qui se produit quand vous rencontrez une personne pour la première fois. Il y a des gestes, des paroles, des façons de s’exprimer et de se comporter, des odeurs, un parfum, une ambiance, un moment, tout ce qui peut faire le charme d’une personne et qu’Internet ne pourra jamais remplacer. Par définition, une histoire d’amour entre deux personnes (ou plus si affinités !) se construit avec le temps. Elle ne peut être le fruit d’un ensemble de caractéristiques ajoutées les unes aux autres. Si tel était le cas, ce serait beaucoup plus simple. Des couples qui durent, il s’en formerait à la pelle tous les jours.

Les sites de rencontres traditionnels l’ont bien compris : pour continuer à survivre dans cette jungle virtuelle, il faut savoir proposer autre chose pour rester à la page. Par exemple, le plus célèbre d’entre eux propose désormais à ses clients des cours de cuisine ou un cinéma en plein air avec les célibataires qui se sont inscrits sur le site. L’idée est de se rencontrer de façon plus naturelle. Des événements qui donnent l’impression aux célibataires que les rencontres sont moins fabriquées, comme si finalement on se retrouvait entre potes. Si la barrière du virtuel est rompue, que l’on ne se trompe pas sur les intentions des individus : les hommes et les femmes présents dans ce genre de rencontres ne sont pas là pour se faire de nouveaux amis mais bien pour trouver l’âme sœur, même s’ils n’osent l’avouer qu’à demi-mot. Ils se retrouvent finalement dans le même état d’esprit qu’ils pouvaient l’être quand ils étaient devant leur écran d’ordinateur. Si la forme est différente, la finalité, elle, est toujours la même : la fabrique des sentiments a encore de beaux jours devant elle…


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 septembre 2009 11:56

    à l’auteur

    "Ne me dites pas que ça ne vous est jamais arrivé, je ne vous croirais pas".

    Eh bien, ne me croyez pas !


    • TSS 23 septembre 2009 13:26


      je n’ai ni facebook ni twitter et je suis anti portable car je n’aime que l’on sache où je suis !!

      quand aux sites de rencontre et autres speedating...pouah... !!


      • monbula 23 septembre 2009 23:58

        Pour TTS

        C’est promis, je ne te suis plus et pourtant on pourrait.....


      • Alpo47 Alpo47 23 septembre 2009 15:46

        L’auteur aborde, ce qui est , probablement la finalité de ces nouveaux espaces de rencontre, tels Facebook, Myspace, Twitter : Inciter, par un effet de mode et de crédulité, le maximum de personnes, surtout jeunes, à venir s’y raconter.
        Etonnant, même s’il est vrai que les ados actuels sont nés avec l’informatique, qu’ils sont habitués à l’utiliser, comment imaginer aller confier au web, c’est à dire à tout le monde, ses rêves, peurs, fantasmes, projets, amours... ? Tout.

        Aux USA, des investigateurs, de plus en plus nombreux, trouvent des liens entre Facebook et ... la CIA, notamment dans l’origine des fonds qui ont participé à sa création.
        Quoi d’étonnant, de tout temps, les gouvernements savent qu’ils doivent se méfier des jeunes, à l’origine de la plus grande partie des « jacqueries ».

        Une des manières de les contrôler, d’avoir prise sur eux, ou de savoir qui pourraient être les meneurs (15%) est de constituer des fiches sur eux. Facile, 300 millions d’entre eux sont déjà tombés dans ce pauvre piège. Autant de fiches toute faites, qu’il ne reste plus qu’à recopier.
        Bien entendu, je prête de mauvaises intentions à nos gouvernants, d’autres préfèreront leur faire confiance. Mais si j’ai raison, quelle formidable manipulation, quelle crédulité et ... quel piège .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Aaborg


Voir ses articles







Palmarès