Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La femme dans la religion : mutilation du corps et tradition

La femme dans la religion : mutilation du corps et tradition

Des milliers de femmes sont victimes de mutilations génitales chaque année. Par religion, croyances ou simples coutumes, on leur ampute le droit de respirer, le droit de jouir, le droit de vivre. Leurs cris ne doivent pas rester sans réponse, leur sang ne doit pas être versé en vain, comment résoudre un des problèmes majeurs de notre siècle : l’inégalité homme-femme face au plaisir ?

Corps à corps de société

mère et enfant
La justification habituelle des mutilations génitales imposées aux femmes est basée sur trois piliers : la coutume, la religion, mais aussi et surtout sur un pilier d’ordre sociologique.
Sur ce plan-là, des valeurs religieuses et le plus souvent coraniques telles que la virginité ou encore la chasteté des épouses sont le plus souvent invoquées. La femme se doit d’honorer sa famille et son mari et doit par conséquent respecter les valeurs traditionnelles communautaires.
Quel est le but de ces mutilations ? On parle d’abord de coutume, mais ne servent-elle pas à ôter à ces femmes toute possibilité de jouissance sexuelle ? Ces mutilations permettent d’entraver le désir sexuel de la femme, ceci est clair. Ceci permet également d’empêcher toute tentation extérieure.
Cercle vicieux qui enferme la femme dans sa position de soumission et assoit la domination et le contrôle de l’homme sur la société. Dans la plupart de ces pays, un homme refusera d’épouser une femme non excisée. Le statut de la femme ne tient qu’au nombre d’enfants mis au monde, et la maternité n’étant reconnue qu’à travers un mariage, l’excision est presque inévitable et son poids est capital. Mais comment leur jeter la pierre ? Comment faire comprendre à ces populations qu’au temps des droits de l’homme ces pratiques ne peuvent être maintenues ?

Un autre problème se pose et c’est celui-ci qui m’amène du reste à écrire cet article.

Avec l’immigration, des pays tels que l’Allemagne, la France, les Etats-Unis ou encore l’Australie ou la Suède ont vu apparaître ce phénomène qui s’est avéré être un réel problème tant sur un plan législatif que politique, social ou simplement éthique, moral.
En effet, un pays, s’il accepte d’accueillir des immigrés, accepte également le bagage culturel que cela implique. Ainsi les mutilations génitales féminines, pratiquées en France au XIXe siècle par des médecins pensant guérir les maladies nerveuses, sont réapparues cette fois-ci sous une forme plus « tribale » et « rudimentaire ». L’excision est pratiquée clandestinement et la plupart du temps sans anesthésie. Elle est donc dangereuse, meurtrière et ne peut être tolérée dans des pays connus pour leurs principes humanistes et leur « respect profond » des droits de l’homme.
Du point de vue des droits de l’homme, les mutilations génitales féminines relèvent principalement de quatre types de violation : absence de consentement éclairé, oppression patriarcale, violence à l’égard des femmes et violation des droits des enfants.
A mesure que des combats sont remportés pour les droits de l’homme, le statut de la femme est peu à peu revalorisé et reprend le dessus sur cette domination masculine qu’on lui a imposé pendant des centaines d’années.
Si l’on compare les chiffres on voit qu’en 1982 le pourcentage de femmes sénégalaises victimes de mutilations génitales s’élevait entre 50 et 75 % alors stop à l'excision qu’aujourd’hui il est de 18 et 20 %.


De tous ces pays occidentaux c’est sûrement le Canada qui a mis en place le plus de moyens pour lutter contre le phénomène. Un droit d’asile serait accepté pour toute personne susceptible d’être victime de mutilations génitales.
En France, s’est créé en 1982 le Groupe femme pour l’abolition des mutilations sexuelles (GAMS) avec pour but de « contribuer à la disparition des pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants ». Selon cet organisme, en 2005 il y avait encore « au moins 20 000 femmes et 10 000 fillettes mutilées ou menacées de l’être résidant sur le territoire français ». Au sein de cette association milite une femme remarquable de courage Khadi Diallo qui, grâce à son témoignage, a su convaincre et émouvoir, faire ouvrir les yeux et le cœur des gens auxquels elle s’est adressée.

« L’islam n’a jamais dit : "Excisez vos filles", même si beaucoup le prétendent. C’est une interprétation des hommes, pour maîtriser la sexualité des femmes. On leur enlève le clitoris, qui symbolise le sexe de l’homme. On a découvert des momies excisées, datant d’avant l’apparition de l’islam », Khadi Diallo.


Les mutilations génitales féminines s’ajoutent à la longue liste des horreurs que les hommes s’infligent les uns aux autres depuis des siècles. Bien qu’on puisse se permettre de les apparenter à des crimes dits « actuels » tels que le viol ou encore le harcèlement sexuel ou l’inceste, ces mutilations tout comme les mariages forcés impliquent un contexte social et moral qu’il ne faut pas oublier.
Tenant de la tradition, la peur de décevoir et de faillir à son peuple est souvent plus grande que l’amour pour ses proches ou que la simple douleur physique. La tradition prédomine dans ces pays où la pensée unique est facile et où les coutumes font office de règles de vie.
Il nous est bien étranger ce monde où la vie est régie par le passé, ici bas en Occident où l’individualisme prône, où la famille perd de sa valeur et où la morale est dictée par les médias. Comment juger une civilisation et des coutumes que l’on ne connaît pas, comment comprendre et essayer de trouver des solutions ? S’asseoir et écouter le message d’un peuple qui, enfermé dans ses convictions, tente de vaincre ses démons.

Enfant-Afrique


Ce corps à corps social entre passé, présent et futur est loin d’être terminé. Il a commencé il y a quelques années et nombreux sont les facteurs qui s’y ajouteront et qui feront durer les « négociations ».


Le plaisir ne peut être un fruit défendu pour la femme. Son corps ne peut être considéré comme un objet que l’on ouvre et que l’on ferme à souhaits.


Egale à l’homme, son pouvoir de jouissance sur la vie doit être complet, personnel et libérateur.


Personne ne se doit de lui ôter son identité sexuelle, personne ne se doit d’en causer peine et frustration.


Adeline Journet pour WWW.BUDDHACHANNEL.TV


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 4 février 2008 12:48

    Rappelons que les bobos qui aiment bien passer leurs vacances en Afrique ne manifestent jamais pour interdire ces pratiques barbares.

    Mêmes pour la France ou les "associations" si promptent à demander des logements et des aides aux africains ne leur demande jamais de mettre un terme à ces pratiques d’une autre époque

    La responsabilité d’une minorité d’activiste qui faisait la pluie et le beau temps dans les médias de gauche est grande ,car à ignorer ces crimes ils en oublient les victimes

     


    • feuerfrei 4 février 2008 12:58

      @lerma : comment peut-on ramener un sujet aussi grave à un problème de bobo qui partent en vacances en Afrique. Franchement ca me dépasse...


    • chabou chabou 5 février 2008 11:25

      a mesdames messieurs du monde entier,

       

      les droits de l’homme libre est d’abord et avant tout de disposer de son propre corps, evidemement que ce droit s’applique a la femme et a l’enfant. quiconque se permet de toucher a mon corps, a son corps,(celui de la femme ou de l’enfant du monde entier) sans mon accord sans son accord, commet un viol. quiconque fait du mal a un enfant ou à une femme,est guide par l’esprit du mal, je sais bien que ces paroles seront lettres mortes, mais notre devoir est de lutter pour denoncer ces crimes contre les petits garcons (circoncision) et contre les petites filmes ( excision) de meme il nous faut denoncer les mariages forcees des petites filles,le monde entier attend l’heure ou les hommes comprendront enfin qu’ils n’ont aucun droit sur leur progeniture, et je lance un message a ces hommes a ses femmes qui commettent de tels forfaits de telles abominations, relisez votre culture, vos livres de chevet, regardez bien au fond de votre conscience et vous vous apercevrez que vous n’etes pas autorisees a faire ce que vous faites, et que chaque fois que vous osez portez la main sur votre fils ou votre fille sans raison medicale vous comettez un forfait envers la vie vous vous apercevrez peut etre alors, que pour restez dignes d’etre un homme digne d’etre une femme, il vous faut cessez ces pratiques et vous repentir du mal que vous faites, c’est pas une affaire de croyance ou de religion c’est une affaire de bonte, un petit garcon une petite fille ont le droit de vivre une enfance heureuse sans barbarie


    • La Taverne des Poètes 5 février 2008 11:27

      Lerma, seule la dignité du débat (dignité que vous ignorez) m’empêche de vous répondre comme vous le mériteriez. Imbécile !

       

       


    • faxtronic faxtronic 4 février 2008 13:10

      Les excisions sont faites par des femmes sur de jeunes filles. Dire implictement que les femmes excisatrices sont denués de courage et d’humanité ( car elles ne revoltent pas contre cette coutume ou cette torture) est faux. Elles le font car elles estiment que cela doit etre fait, que cela est normal voire salutaire. Donc il est bien de passer par les femmes, pour eduquer les jeunes filles afin qu’elles n’excisent plus. Ainsi que les hommes pour qu’ils renoncent a trouver de la valeur dans cette coutume imbecile.

      Par contre cette article a deja été publié il y a trois jours (pourquoi republiés). Enfin je ne continnuerais pas le debat car je n’aime pas la façon de penser de l’auteur qui est sexiste et relativiste.


      • Le Bordelleur Le Bordelleur 4 février 2008 13:41

        C’est zéro !

        "Par religion, croyances ou simples coutumes, on leur ampute le droit de respirer, le droit de jouir, le droit de vivre"

        lol trop drôle, nos supers coutumes et nos supers traditions, grâce au sex toyz, permettent aux femmes d’être des jouisseuses consuméristes comme tout le monde.

        "Leurs cris ne doivent pas rester sans réponse, leur sang ne doit pas être versé en vain, comment résoudre un des problèmes majeurs de notre siècle : l’inégalité homme-femme face au plaisir ?
        "

        Un petit verni pleurnichard comme on les aime... Sûr quand notre civilisation bombarde à tout va pour défendre des gens comme vous, le problème c’est le bout de gras que perdent certaines africaines via les coutumes...

        "Rappelons que les bobos qui aiment bien passer leurs vacances en Afrique ne manifestent jamais pour interdire ces pratiques barbares.

        Mêmes pour la France ou les "associations" si promptent à demander des logements et des aides aux africains ne leur demande jamais de mettre un terme à ces pratiques d’une autre époque

        La responsabilité d’une minorité d’activiste qui faisait la pluie et le beau temps dans les médias de gauche est grande ,car à ignorer ces crimes ils en oublient les victimes"

        Trop mort de rire, le mec il critique les bobos, alors que l’article est textuellement boboïfiant...

        Discours pseudo féministe et pleurnichard, voyez comme nos femmes son heureuses et libérées en univers occidental tandis que vous les arriérés traditionnels vous êtes de vilains méchants avec vos femmes. Sûr que les mouers de remplacement font envie pour une personne douée d’un peu de bon sens.

        Bref on est envahi par les néo bobos pleurnichards...

        "@lerma : comment peut-on ramener un sujet aussi grave à un problème de bobo qui partent en vacances en Afrique. Franchement ca me dépasse... "

        T’as raison c’est super grave, surtout quand il y a de belles photos bien sélectionnées pour "pissouzes" en mal de pleurnicherie...

        "Les excisions sont faites par des femmes sur de jeunes filles. Dire implictement que les femmes excisatrices sont denués de courage et d’humanité ( car elles ne revoltent pas contre cette coutume ou cette torture) est faux. Elles le font car elles estiment que cela doit etre fait, que cela est normal voire salutaire. Donc il est bien de passer par les femmes, pour eduquer les jeunes filles afin qu’elles n’excisent plus. Ainsi que les hommes pour qu’ils renoncent a trouver de la valeur dans cette coutume imbecile."

        Ah bhè si c’est aux sociétés traditionnelles de commencer par se débarasser de leurs valeurs imbéciles...

        Parce que je ne sais pas si vous êtes au courant, mais en matière de valeurs imbéciles, l’univers occidental est champion du monde.

        Même ce genre d’article fait partie de ces valeurs imbéciles. Ou on nous explique, en faisant de belles comparaisons, que les femmes sont trop heureuses sous nos moeurs, jouisseuses libres etc. alors que l’autre côté c’est vraiment trop le malheur... les gens en sont encore à vivre à la période préhistorique.

        Bizarre qu’il n’y ait pas un gus qui se soit offusqué de la circoncision...


        • Le Bordelleur Le Bordelleur 4 février 2008 15:29

           

          Cet article est un tissus infect de sous-entendus légitimant en sous-main la pratique de l’excision. Pour qui a du temps à perdre : faites une analyse de texte, analysez le rôle de certains guillemets, l’opportunité de certains adverbes, de certaines expressions. Une lecture rapide ne rend rien de l’idéologie dégueulasse qui insinue un relativisme absolument incacceptable.
          Vous verrez : un premier § qui accroche, et puis le fiel coule, insidieux. Le précédent article de cette prétendue femme, prétendue journaliste, qui dans son article de la semaine dernière, revendiquait le droit coutumier et tout en même temps l’importance de la sexualité masochiste, nous remet le couvert, et encore avec des photos assez représentative de l’iconologie masochiste.
          J’ai un énorme doute sur les raisons de cet article, mais je n’ai aucun doute sur l’ignominie idéologique qu’il trimballe !

           

          Arrête, tu vas presque me faire apprécier l’article finalement...

           

           


        • COLRE COLRE 4 février 2008 17:13

          Mon pauvre vieux, @le Bordelleur, vous avez absolument rien compris ! l’auteur ne met pas du tout en exergue le bonheur de la femme occidentale, bien au contraire ! La seule réflexion juste de votre post c’est le « pseudo » de pseudo-féministe ! il n’y a rien, effet, de féministe dans cet article. C’est un écran de fumée pour que les gros couillons dans votre genre réagissent au quart de tour : C’EST FAIT EXPRÈS, ‘bécile ! gogo !

           

          Et puis ouvrez votre dico, à part « pleurnicher » avec toutes ses conjugaisons et « bobos », qu’est-ce que vous avez comme vocabulaire ? et puis vous ne devriez pas citer si longuement @lerma, ça n’arrange pas la qualité de votre prose.

           

          Pour la circoncision (tiens, pile poil, m’étonne pas que vous en parliez), voire l’article précédent de la « dame », y a tant de conneries qu’ont été dites que vous y trouverez sûrement votre bonheur.


        • Adeline-Journet Adeline-Journet 4 février 2008 18:19

          Des conneries dans mon article ?


        • Adeline-Journet Adeline-Journet 4 février 2008 18:45

          Mais personne n’a quelque chose d’intelligent à dire ?


        • chabou chabou 5 février 2008 11:39

          une femme est une femme en occident ou ailleurs un enfant est un enfant en occident ou ailleurs les differencier est absurde seules les pratiques sont a differencier , on ne touche pas a un enfant ici , ailleurs on commet le viol sur son corps car non consentant aux pratiques qui se font a son corps defendant, ici medecine ailleurs pratiques occultes


        • Gazi BORAT 5 février 2008 13:23


        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 5 février 2008 16:21

          Je vous signale que le port du voile n’est pas interdit à l’université en France, car les étudiants sont majeurs, mais seulement dans les établissements secondaires et primaires, au même titre du reste que les vêtements religieux des bonnes soeurs et autres moines et nonnes catholiques , par exemple.

          Cela n’est pas une justification de la position du gouvernement turc mais un fait politique : Il sera difficile à l’Europe de faire pression sur la Turquie pour que celle-ci interdise ce qui est autorisé partout ailleurs, y compris en France, laquelle pousse pourtant l’interdit laïc le plus loin.


        • COLRE COLRE 4 février 2008 14:07

          À tous ceux qui liraient trop vite, ATTENTION


          Cet article est un tissus infect de sous-entendus légitimant en sous-main (entre autres) la pratique de l’excision. Pour qui a du temps à perdre : faites une analyse de texte, analysez le rôle de certains guillemets, l’opportunité de certains adverbes, de certaines expressions. Une lecture rapide ne rend rien de l’idéologie dégueulasse qui insinue un relativisme absolument incacceptable tellement il est odieux et va loin.


          Vous verrez : un premier § qui accroche, et puis le fiel coule, insidieux. Le précédent article de cette prétendue femme, prétendue journaliste, qui dans son article de la semaine dernière, revendiquait le droit coutumier et tout en même temps l’importance de la sexualité masochiste, nous remet le couvert, et encore avec des photos assez représentatives de l’iconologie masochiste.


          J’ai un énorme doute sur les raisons de cet article et sur l’auteur, mais je n’ai aucun doute sur l’ignominie idéologique qu’ils trimballent !
           


          • COLRE COLRE 4 février 2008 14:09

            À tous ceux qui liraient trop vite,



            - Cet article est un tissus infect de sous-entendus légitimant en sous-main la pratique de l’excision. Pour qui a du temps à perdre : faites une analyse de texte, analysez le rôle de certains guillemets, l’opportunité de certains adverbes, de certaines expressions. Une lecture rapide ne rend rien de l’idéologie dégueulasse qui insinue un relativisme absolument incacceptable.



            - Vous verrez : un premier § qui accroche, et puis le fiel coule, insidieux. Le précédent article de cette prétendue femme, prétendue journaliste, qui dans son article de la semaine dernière, revendiquait le droit coutumier et tout en même temps l’importance de la sexualité masochiste, nous remet le couvert, et encore avec des photos assez représentative de l’iconologie masochiste.



            - J’ai un énorme doute sur les raisons de cet article, mais je n’ai aucun doute sur l’ignominie idéologique qu’il trimballe !
             


          • snoopy86 4 février 2008 14:34

            @ Colre

            J’ai la même lecture que vous et m’étonne de cette récidive en l’espace de quelques jours.

            On ne légitime pas tout à fait mais on tolère au nom de la diversité culturelle...

            On nous suggère aussi, comme au Canada un droit d’asile pour "excisables"

            Article malsain...


          • Mjolnir Mjolnir 4 février 2008 15:26

            Excision V2.0...

            Volonté de rectifier le tir de la part de l’auteur ?

            L’article précédent ainsi que les commentaires de l’auteur étaient très ambigus :

             

            "Ainsi la question que l’on peut se poser est de savoir pourquoi l’excision dérange ? En quoi est-elle un viol du corps et de la conscience humaine ? Quelles sont les conséquences physiques et psychologiques sur la femme, sociales et humaines sur nos sociétés ?"

             

            "Le seul problème actuel réside dans le fait que deux systèmes sociaux se sont rejoints et doivent cohabiter(celui de ces traditions et le nôtre), ce qui fait que le problème doit être soulevé. Sans cela, nous ne serions pas en droit de porter un regard ethnocentriste aussi radical."

             

            "La souffrance est source de fierté. La souffrance n’est pas toujours apparentée, comme dans notre société, au mal. Elle est source de sagesse, de fierté, elle est l’accomplissement de soi, dans certaines communautés."

             

            Content de lire qu’à présent, qu’elle affirme :

            "Personne ne se doit de lui ôter son identité sexuelle, personne ne se doit d’en causer peine et frustration."

            Ainsi, il y aurait un autre problème de celui de l’ "incompatibilité entre deux espaces temps", pour reprendre les termes de l’auteur ! Ouf ! Je suppose que c’était par pur esprit de contradiction qu’elle a répondu malignement "Nous sommes tous maso..."

             

            Ceci dit, le présent article est encore criticable :

            "Mais comment leur jeter la pierre ? Comment faire comprendre à ces populations qu’au temps des droits de l’homme ces pratiques ne peuvent être maintenues ?"

            Il ne s’agit pas de leur jeter la pierre (ou alors, l’auteur le fait aussi d’une certaine façon quand elle écrit "Sur ce plan-là, des valeurs religieuses et le plus souvent coraniques telles que la virginité ou encore la chasteté des épouses sont le plus souvent invoquées. ") et ces pratiques sont à abolir indépendamment des droits de l’homme. Même au moyen âge, on est en droit de critiquer cette pratique.

             

            "En effet, un pays, s’il accepte d’accueillir des immigrés, accepte également le bagage culturel que cela implique."

            Faux. les immigrants doivent respecter les lois du pays qui les accueille, celui-ci n’a aucune obligation, ni légale ni morale de respecter une pratique sous prétexte qu’elle ferait partie de la culture.

             

            "Il nous est bien étranger ce monde où la vie est régie par le passé, ici bas en Occident où l’individualisme prône, où la famille perd de sa valeur et où la morale est dictée par les médias. Comment juger une civilisation et des coutumes que l’on ne connaît pas, comment comprendre et essayer de trouver des solutions ? S’asseoir et écouter le message d’un peuple qui, enfermé dans ses convictions, tente de vaincre ses démons."

            Hors sujet. C’est un faux dilemme : On n’a pas à choisir entre l’"individualisme occidental" et les traditions des autres pays. Si votre morale à vous est dictée par les médias, c’est votre problème. On est en plein dans la caricature... Pour quel but ?

            Le libéralisme philosophique qui a marqué l’"occident" durant ces derniers siècles nous libère justement du poids de la tradition. Ici, j’ai l’impression que l’auteur est en train de nous dire que notre morale ne serait pas mieux mais la question n’est pas là, il ne s’agit pas de mesurer ni d’hiéarchiser les morales.

            Quand à comprendre ces pratiques, l’auteur enfonce des portes ouvertes : l’excision a déjà été largement expliquée, on sait pourquoi elle est pratiquée, on sait quelles sont les croyances (irrationnelles) qui motivent ces mutilations, on sait surtout les souffrances que ces pratiques entraînent.

            Après avoir lu les commentaires de l’autre article, je trouve que l’auteur est inconsistante :

            A ceux qui critiquaient l’excision, elle dit "il faut comprendre, c’est leur culture, on ne peut pas juger" avant de juger elle même : "Personne ne se doit de lui ôter son identité sexuelle, personne ne se doit d’en causer peine et frustration."

            Esprit de contradiction ?

             

             


          • Mjolnir Mjolnir 4 février 2008 16:09

            D’autant plus qu’il y a une contradiction entre les commentaires qui s’accordent pour dire qu’il n’y a rien de neuf par rapport au premier article et les votes : 2/3 des lecteurs trouvent cette 2ième version intéressante...

             

             


          • COLRE COLRE 4 février 2008 16:57

            @Mjolnir, ma réponse est en dessous (pb d’édition de mon post). Pour vous dire que je suis bien d’accord avec vous, ces 2 articles sont un vrai cinéma, truffé de contradictions. Mais je me demande vraiment pourquoi ce 2ème article, même sujet, même auteur (même connerie…) est passé à qques jours d’intervalle ?!


          • Gazi BORAT 5 février 2008 13:28


          • Internaute Internaute 4 février 2008 15:05

            Ce sujet a déjà été traité la semaine dernière. On ne va pas recommencer.

            Le sujet chaud de cette semaine est le viol du peuple français par les députés. C’est là-dessus qu’il faut écrire. Aujourd’hui, la France disparaît de la carte géo-politique du monde pour n’être plus qu’un lieu-dit.


            • Gazi BORAT 5 février 2008 12:45


            • Makan 4 février 2008 15:28

              Une nouvelle bagarre ?


              • Makan 4 février 2008 16:47

                @Thierry JACOB

                "MAKAN...pas de bagarre ici...de la reflexion, de la discussion, et surtout pas de machette , ça rompt tout dialogue..."

                Et les flèches empoisonnées ? Je peux ? Ca a l’air tellement plus rigolo que les machettes ...

                 smiley


              • Gazi BORAT 5 février 2008 12:44


              • COLRE COLRE 4 février 2008 16:51

                Merci @Mjolnir d’avoir fait cet effort. J’étais en train de résumer la même chose, et nous nous rejoignons.

                Exemples : 

                • Avec l’immigration, des pays tels que l’Allemagne, la France, etc. ont vu apparaître ce phénomène qui s’est avéré être un réel problème tant sur un plan législatif que politique, etc.  : voilà une introduction qui va permettre la suite, associer le pb de l’excision et celui de l’immigration (=on accepte l’un, on accepte l’autre).
                • En effet, un pays, s’il accepte d’accueillir des immigrés, accepte également le bagage culturel que cela implique. Faux, vous l’avez très bien noté, Mjolnir
                • Ainsi les mutilations génitales féminines, et voilà le final, CQFD, de déduction en déduction, SI on accepte l’immigration, ALORS on accepte les mutilations génitales féminines…
                • pratiquées en France au XIXe siècle par des médecins pensant guérir les maladies nerveuses, sont réapparues : tiens ! ça, c’est pour légitimer l’horreur et la relativiser =les Français ont commencé, pour la bonne cause, ça ne fait que réapparaître.
                • L’excision est pratiquée clandestinement et la plupart du temps sans anesthésie. l’auteur détourne la VRAIE horreur de l’excision en mettant l’accent sur la modalité sans hygiène.
                • Elle est DONC dangereuse, voilà ! c’est pour ça qu’il faut s’en offusquer
                • et ne peut être tolérée dans des pays connus pour leurs principes humanistes et leur « respect profond » des droits de l’homme. : vous noterez les guillemets autour de « respect profond » pour les droits de l’homme, ça veut dire beaucoup.

                 

                On s’arrête là ? car le reste est de la même eau. Je pense, et je ne suis pourtant ni parano ni complotiste, que l’on a affaire ici à une incursion, j’allais dire jésuitique, en tout cas rhétorique, pour faire pénétrer tout un fatras d’idées malsaines et islamistes (remarquez au passage la seule citation en gras, mise en valeur de Khadi Diallo qui exonère l’Islam de la pratique ignoble de l’excision ? Bizarre tout cela, n’est-ce pas ?

                 


                • snoopy86 4 février 2008 17:15

                  @ Colre

                  Parfaite demonstration...


                • Mjolnir Mjolnir 4 février 2008 17:22

                  On pourrait aussi ajouter la précision sur la position de l’islam sur cette pratique : certes, l’islam ne commande pas l’excision mais quand bien même elle le ferait, cela ne justifierait pas pour autant cette pratique.

                  Non, on n’a vraiment pas besoin de rappeler que cette pratique n’est pas commandée par l’islam pour la condamner. Elle est condamnable pour des raisons humanitaires tout simplement.

                   

                   

                  Quant à la raison de cet article : mystère... tentative de mettre les points sur les i ? On attend les réactions de l’auteur qui a réussi cette prouesse : partir d’un sujet où le consensus était a priori évident pour le transformer en polémique très confuse, certains commentateurs du 1er article ont même évoqué le colonialisme... volonté de faire diversion pour excuser l’excision ??

                  Enfin, j’aimerais rappeler à l’auteur qu’un journaliste doit essayer d’être objectif mais être objectif ne veut pas toujours dire être neutre et être objectif ou neutre n’empêche pas de juger, de critiquer.

                   

                   

                   


                • COLRE COLRE 4 février 2008 17:26

                  Merci @Snoopy de m’avoir lue. Je n’avais pas envie d’y perdre encore du temps, mais je ne suis pas arrivée à me distancier du message subliminal de l’article (les 2 !) tellement ça me crevait les yeux, et je n’ai pas pu ne pas réagir ! Déjà que ce we, un type plutôt sympa et ouvert comme @Masuyer s’est (à mon avis) fait rouler dans la farine ! et je voyais que ça recommenait…


                • COLRE COLRE 4 février 2008 17:32

                  @Mjolnir, « volonté de faire diversion », moi ça me paraît évident. Pour excuser l’excision, je ne crois pas, pas directement, je crois que ça c’est plutôt le cache-nez d’une idéologie islamisante pour laquelle tous les sortes de « cheval de Troie » sont bons à prendre.


                • Mjolnir Mjolnir 4 février 2008 17:39

                  @COLRE

                   

                  A deux reprises, j’ai demandé à soleil2B, quelle est sa position sur l’excision, il n’a jamais répondu.

                  "Qui ne dit mot consent" comme dirait le dicton.

                  et je rappelle qu’il a écrit

                  "A tout prendre, ces gosses qui crèvent chaque jour dans des conditions dégueulasses, je suis sûr qu’ils préfèreraient l’excision."

                  Comme s’il fallait choisir entre la faim, le sida ou l’excision ! J’ai renoncé à intervenir dans l’autre discussion.

                  Vu les votes et certains commentaires, je pense qu’il y a, hélas, des gens qui tolèrent silencieusement cette pratique.

                   


                • Makan 4 février 2008 17:33

                  @Thierry JACOB

                  "OK MAKAN...puisque tu insistes...je te prends ( non, non, ne rêves pas )... au fléchettes !!! "

                  Fléchettes ou flèches, tout est une question de dose (ou de qualité) du poison.

                  Méfiez-vous. Je suis peut-être très bon à ce jeu-là.

                  Au fait, vous préférez quel genre de cuisson ? Broche ou marmite ?

                   smiley


                • Gazi BORAT 5 février 2008 12:44


                • Makan 4 février 2008 18:06

                  @Thierry JACOB

                  "Sauté...avec une belle femme de la savane aux dents éclatantes, aux lévres pulpeuses, aux hanches généreuses, à l’envie de vivre, de danser et de rire"

                  Là, je dois avouer que vous marquez un point. De toute façon, un intellect aussi torturé que le votre aurait fait une très mauvaise sauce.

                  Et moi, j’aime les bonnes sauces.

                  Mais je vous préviens, les plus belles de chez moi, celles qui correspondent à la description que vous donnez sont toutes excisées.


                • snoopy86 4 février 2008 18:19

                  Petit rappel utile :

                  En France, l’excision constitue une atteinte à la personne. Elle entre dans le cadre des violences ayant entraînées une mutilation permanente, délit passible de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende dans le cas général. Lorsque la victime est mineure de 15 ans, cela devient un crime passible de 15 ans de réclusion criminelle, 20 ans si le coupable est un ascendant légitime (Art 222-9 et 222-10 du Code Pénal). Une interdiction du territoire d’une durée de cinq ans peut également être prononcée (Art. 222-47 du Code pénal).

                  Cependant, souvent l’excision est pratiquée lors d’un retour au pays et donc hors du territoire national. La législation française fait cependant obligation aux soignants de dénoncer toutes agressions sexuelles sur mineur. Les médecins sont tenus au signalement des cas (même potentiels) de mutilation génitales féminines, même si ces derniers sont ou devraient être effectués hors du territoire français.

                   


                  • Makan 4 février 2008 19:26

                    @Thierry JACOB

                    "Quelle tristesse pour l’amateur de cunnilingus que je suis

                    Et quelle tristesse pour l’amatrice quelle aurait du être... "

                    Bof... Vous aurez toujours les dents éclatantes, les lèvres pulpeuses, les hanches généreuses, les danses et les rires.

                    Et puis, peut-être qu’à défaut de cunnilingus, elle aime bien d’autres choses et que vous aimerez en elle plein d’autres choses ?

                    Je n’ose croire qu’un grand humaniste comme vous rejette une personne parce qu’on lui a enlevé (sans lui demander son avis) quelque chose...

                    Ou alors, dois-je comprendre qu’au fond, vous n’êtes pas mieux que ceux qui le lui ont enlevé ? 

                     


                  • Le Bordelleur Le Bordelleur 4 février 2008 18:56

                    Mon pauvre vieux, @le Bordelleur, vous avez absolument rien compris !

                    En même temps si c’est pour faire du second degré. Bhè ouais, j’ai pris le truc au pied la lettre.

                    L’auteur ne met pas du tout en exergue le bonheur de la femme occidentale, bien au contraire ! La seule réflexion juste de votre post c’est le « pseudo » de pseudo-féministe ! il n’y a rien, effet, de féministe dans cet article. C’est un écran de fumée pour que les gros couillons dans votre genre réagissent au quart de tour : C’EST FAIT EXPRÈS, ‘bécile ! gogo !

                    Dans quel but, faudra m’expliquer...

                    Et puis ouvrez votre dico, à part « pleurnicher » avec toutes ses conjugaisons et « bobos », qu’est-ce que vous avez comme vocabulaire ?

                    Boarf la forme, je m’en tape un peu...

                    De toute façon si aun argumentaire tient à la quantité de vocabulaire...

                     Tu veux le "fond" de ma pensée, je n’en ai rien à branler de ces histoires d’excision, mais alors strictement rien...


                    • tvargentine.com lerma 4 février 2008 22:14

                      Voila l’exemple d’un article dont les DUGUE MORICE ET TAVERNE ont validé en toute connaissance de cause

                      Cela démontre bien ce qu’ils sont rééllement

                       


                      • Nathan Nathan 4 février 2008 22:44

                         Salut,

                        Je ne passe pas souvent sur Agoravox et suis en effet étonné de cet article qui fait un peu doublon avec le précédent. Mais attention aux commentaires : pas d’erreur de logique, ce n’est pas parce q’un propos serait ambigu, en fait plutôt ici interrogatif, qu’il serait a fortiori "malsain". Ou sinon vous dites de facto que l’excision est "malsaine", or il me semble que le but de l’auteure est de poser des questions et d’ouvrir sur un débat sexualité hommes / femmes ... Pas d’accepter catégoriquement la chose. Pour moi ça se veut surtout tolérant.

                        Mais certes je trouve ça assez maladroit : il aurait fallu tout fusionner dans le même texte. Faites aussi très attention aux photos : on ne met pas "stop excision" lorsque l’on se veut ouvert et interrogatif ....

                        Maladroit donc ...

                        a+


                        • fouadraiden fouadraiden 4 février 2008 23:19

                          au sujet de l’islam et de lexcision. attention aux manipulations.

                           l’auteur récite une nouvelle foi son dogme "L’islam n’a jamais dit : "Excisez vos filles", même si beaucoup le prétendent. C’est une interprétation des hommes, pour maîtriser la sexualité des femmes. On leur enlève le clitoris, qui symbolise le sexe de l’homme. On a découvert des momies excisées, datant d’avant l’apparition de l’islam », Khadi Diallo."

                           

                           complètement faux. l’islam ,enfin son prophète et la tradition sunnite, a bel et bien encouragé l’ablation d’une partie du clitoris de la femme-croyante.

                           

                           aucun doute possible à ce sujet et ce malgré ce que les autochtones occidentaux tentent de faire dire aux allochtones musulmans devant les caméras, je renvois d’ailleurs les gens qui douteraient à une célèbre controverse il ya quelques années au coeur meme de l’institution du monde sunnite,AL A ZHAR, la célèbre moquée-unuversitée egyptienne, et qui a vu le recteur en personne défendre sans amabges l’excision.

                           

                           en fin l’argument de l’antériorité de cette prtaique à l’avènement de l’islam est aussi complètement con car la circoncision défendue par la traditon islamique n’a rien d’ une invention islamique et pourtant ts les garçons musulmans sont circoncis.

                           

                           de meme, l’escavage , les mutilations et les chatiments corporels sont bien des pratiques datant d’avant l’islam néanmoins l’islam les reprend, texte coranique à l’appui, et alors ?

                           

                           chère madame l’auteur,n’arrivez- vous pas à comprende ce pt de vue ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès