Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La femme saoudienne, cette éternelle enfant...

La femme saoudienne, cette éternelle enfant...

La condition de la femme est bien triste en Arabie saoudite. Pendant que chez nous, en Europe, certains se demandent si, oui ou non, les féministes peuvent-elles apprécier Sex and the City, la femme saoudienne, elle, reste un peu comme une éternelle enfant qui doit perpétuellement demander la permission pour faire quelque chose au “mâle” auquel elle est rattachée, c’est-à-dire son père ou son mari. Demander la permission pour faire quelque chose sous-entend demander pour travailler, étudier, voyager, se marier (dans le cas du père) et même recevoir des soins de santé... L’accès à la justice est bien entendu très difficile pour elles.

C’est l’ONG, Human Rights Watch, basée à New York, qui souligne toutes ces aberrations dans un rapport intitulé “Perpetual Minors : Human Rights Abuses Stemming from Male Guardians and Sex Segregation in Saudi Arabia”, réalisé suite à une centaine d’entrevues avec des femmes saoudiennes. Human Rights Watch conclut à la suite de cette étude que la société saoudienne sacrifie délibérément les droits humains les plus basiques, afin de perpétuer ce contrôle de l’homme sur la femme. Et quand on pense que les plus dignitaires religieux du pays justifient ce régime en affirmant que cette “préservation” de l’honneur des femmes est la clé de l’ordre social et moral du pays, on se dit simplement que c’est à vomir !

Pour le reste, le rapport est un enchaînement d’éléments plus hallucinants les uns que les autres. Les femmes saoudiennes n’ont même pas le droit de prendre de décisions pour leurs propres enfants. Pas possible pour elles donc de leur ouvrir un compte en banque, de les inscrire à l’école ou de voyager avec les enfants sans une note écrite du père... On dépasse le Mach de la connerie profonde à ce niveau-là...

Human Rights Watch met également en avant le fait que les femmes n’ont pas accès aux agences gouvernementales qui n’ont pas de section spéciale pour femmes (oui ça existe des trucs comme ça...) sans accord du “mâle dominant” (je ne vois plus comment l’appeler autrement au fur et à mesure que j’écris). Pour celles qui ont l’immense privilège de travailler dans des bureaux, elles sont parquées dans des espaces à part, alors que les étudiantes pour leur part sont bien souvent défavorisées pour une raison ou une autre... Et on atteint des sommets en ce qui concerne la violence. Il est très difficile pour elles d’avoir l’opportunité de dénoncer à une cour de justice des abus de la part du “mâle dominant” et quasiment impossible légalement de briser cette dépendance imposée à un homme, même en cas d’abus...

En gros, pour une femme saoudienne, atteindre l’âge adulte n’apporte aucun droit, seulement son lot de responsabilités, puisque le droit saoudien leur permet par contre d’être coupable de crime. La seule bonne nouvelle, là-dedans, c’est que les femmes sont interdites de conduire au royaume du pétrole... Bon allez, ça va, je vous vois déjà venir... Simplement un trait d’humour, pour souligner l’action de 47 femmes, majoritairement des universitaires, qui le 6 novembre 1990 avaient bravé l’interdit de conduire pour protester contre cette injustice parmi tant d’autres... Plus récemment, le 10 mars dernier, c’était Wajeha Al-Huwaider, une féministe saoudienne qui avait pris le volant et s’était filmée en train de conduire pour célébrer le Jour de la femme. La vidéo est sur le billet original du blog. Elle n’a rien d’extraordinaire en soi, mais vous avez sans doute compris la portée du geste...


Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Befana 22 avril 2008 10:40

    Souvent je le regarde et je n’y crois pas,
    Sa surface est lisse et belle, chaque forme forme
    Le parfait profil que lui demande la norme.
    Cette norme qui catalogue chacun de ses mouvements.
    Tout a l’air si beau, vu du côté brillant.
    Mais allons plus loin ou plutôt de l’autre côté du miroir.
    Là où le brouillard se mêle aux larmes,
    Qui coulent à l’interieur d’une paroi tenu en joue par l’arme.
    De l’homme, de l’homme qui comptemple son objet,
    Sans pour autant lui donner plus de liberté.
    Mais la vanité est l’affiche de la bêtise.
    Et son propriétaire en est rempli quand il s’agit de ses devises.
    L’objet pleure souvent, rarement on le remarque.
    Sauf quelques autres qui comme lui sont frappés de la même marque.
    Il est là, devant moi et je vois qu’il souffre .
    On l’a cloîtré dans un coin jusqu’à son dernier souffle.
    Mais il vit toujours, même ébreché il garde sa fierté.
    A la recherche du respect qu’on ne lui a jamais accordé.
    On le préfère muet sans vie ;
    Rarement j’en vois un qui sourit quant il me parle de sa vie...

    Tout à l’air si beau vu du côté brillant,
    Mais l’intérieur a trop souvent l’odeur de l’exclusion.
    La peur et la souffrance ont changé le goût de sa passion.
    Dans sa pièce il est seul, de sa fenêtre il voit un monde hostile à sa reflexion.
    Combien avant lui se sont fait casser à cause de leurs opinions ?
    Il essaye, il s’accroche, il s’organise,
    Il lutte, il entend, il voit, il sent, il prend note et vise.
    Mais l’objet est victime comme beaucoup du racisme.
    On le sort seulement lors d’occasions bien spécifiques.
    Pour embellir un moment précis qui peut rapporter du fric.
    Car l’objet est doux, gracieux et manipulable.
    Enormement d’entre eux n’ont qu’un statut d’esclave.
    Pourtant combien de fois ils ont portés sur leurs épaules les malheurs du monde ?
    Chaque seconde j’en vois un qui meurt dans l’ombre.
    Et on oppresse ceux qui restent, l’homme se sert de leurs faiblesses.
    Pour imposer sa virilité et faire monter le stress.
    Seuls, mais tellement nombreux dans la même situation,
    Attendez vous bientôt à une révolution.
    L’homme ne pourra jamais éteindre sa flamme,
    Quand on sait que l’objet en question est la Femme.

    "L’Objet"

    Assassin


    • Befana 23 avril 2008 11:39

      J’ai simplement fait un copier - coller du texte


      • el bourrico 22 avril 2008 14:20

        Ca se passe de commentaires.


        • ben ben 22 avril 2008 16:15

          Ils ont un problème avec leur bite dans ce pays ou qoui ?


          • martin martin 22 avril 2008 21:50

            à Ægidius, comme balise ne serait-ce pas <br/> au lieu de <br> ?


            • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 22 avril 2008 23:16

              citation : « Plus récemment, le 10 mars dernier, c’était Wajeha Al-Huwaider, une féministe saoudienne qui avait pris le volant et s’était filmée en train de conduire pour célébrer le Jour de la femme. La vidéo est sur le billet original du blog. Elle n’a rien d’extraordinaire en soi, mais vous avez sans doute compris la portée du geste... »

              J’imagine l’étape suivante dans cette montée de la "provocation" :

              • se filmer sans tchador
              • se filmer en maillot de bain à la plage ;
              • se filmer en train de se palucher sous la douche (ils ont l’eau courante là-bas ?) ;
              • se filmer en train de surfer sur un site de rencontre ;

              Et ça se passe en 2008…


              • miwari miwari 23 avril 2008 13:29

                Je n’ai jamais vu ou entendu un seul homme politique de nos chères « démocratie » critiquer ou s’élever contre ça ?
                C’est vrai que le pétrole est une « eau bénite » qui absout tout

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès