Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La fin de la mixité scolaire : le retour (en douce) du religieux

La fin de la mixité scolaire : le retour (en douce) du religieux

Adoptée le 15 mai, à la sauvette, par le Parlement, la mesure est passée quasiment inaperçue, et pourtant....
Sous le couvert d’une loi "visant à lutter contre les discriminations", le gouvernement a ainsi fait passer une disposition remettant en cause la mixité à l’école, par la possibilité d’organiser "des enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe" sans s’exposer à la foudre des organisations laïques et des syndicats de l’enseignement.

Faisant ainsi suite à la campagne menée ; tant par le président de la République dans son discours de Latran, que dans ses diverses déclarations ("L’instituteur ne remplacera jamais le prêtre"), par sa directrice de cabinet Emanuelle Mignon , puis par Michèle Alliot-Marie cette mesure marque bien la volonté délibérée du retour du religieux dans la sphère publique, et la remise en cause de la laïcité.

En affirmant, à la tribune de l’Assemblée nationale, que cette disposition était (je cite) "une exigence de la Commission européenne à laquelle on ne pouvait se soustraire", le gouvernement a délibérément menti au Parlement, puisque aucune des directives européennes à transposer dans ce texte ne touche au champ de l’enseignement, qui reste une compétence strictement nationale.

Ce retour en arrière, par la mise en cause de la mixité dans les établissements scolaires, donc imposée par le gouvernement aux parlementaires, fait, évidemment, le bonheur des intégristes de tous poils et de toutes confessions, qui obtiennent là la reconnaissance de leur influence au cœur de l’Etat, et au sein même de la loi.

L’événement a été signalé par un article passé inaperçu, page 19 du Monde, le 22 avril, par la sénatrice socialiste de Paris ; Bariza Khiari, et on ne connaît guère d’écho qui lui ait été donné, si ce n’est un article de Véronique Soulé, dans Libération du 22 mai.

Ailleurs, dans tous les médias, notamment, à la télévision... le grand silence, comme s’il ne s’agissait que d’une mesure anodine !

Pourtant, il ne s’agit ici rien moins que de la remise en cause du modèle laïc et républicain, du favoritisme des intégrismes religieux, des communautarismes de tous bords.

Venant après tant de signaux déjà donnés au retour du religieux dans la sphère publique, cette mesure ne saurait être le fruit du hasard.
A ce sujet, on s’étonne du silence assourdissant des syndicats enseignants, qui n’ont même pas évoqué le problème.

La Ligue des droits de l’homme, de son côté, a dénoncé cette loi, et demandé instamment que "soient prises des mesures de rattrapage en faveur de catégories discriminées, en l’occurrence les femmes, en vue d’une égalité réelle", a-t-elle rappelé, estimant que "prétendre protéger les filles par le retour au passé et par la ségrégation est absurde et inacceptable".
"A quand des autobus et des wagons réservés aux femmes ?", a-t-elle insisté, précisant que "toute séparation renforce le sexisme".
"Les élèves féminines qui présentent en moyenne les meilleurs résultats scolaires ont besoin de la mixité comme instrument du vivre ensemble et apprentissage de l’autre à la conquête de l’égalité".

Rappelons, à tout hasard, que la mixité scolaire est un acquis relativement récent : la réforme Berthoin de 1959 légalise les lycées mixtes nouvellement construits ; c’est le cas aussi en 1963 pour les Collèges d’enseignement secondaire, puis les décrets d’application du 28 décembre 1976 de la loi dite « Haby » du 11 juillet 1975 rendent la mixité obligatoire dans l’enseignement primaire et secondaire.

La mixité scolaire est, avec la laïcité et l’égalité, un acquis fondamental de la République, face aux archaïques résistances des sphères religieuses de tous ordres.
Un gage majeur vient de leur être donné, en catimini, invalidant des années de lutte pour l’égalité des sexes et l’acquisition de la socialisation qui signifie un apprentissage de la vie en commun, de l’égalité et du respect de l’autre.

Ainsi, le président de la République et son gouvernement continuent-ils, alignés sur leur modèle bushien, leur travail de sape des acquis de la République, de régression sociale, de ségrégation, de favoritisme des communautarismes religieux, dans le silence de mesures prises en douce, avec l’assentiment d’une majorité aux ordres.

Les défenseurs du modèle républicain et de la laïcité sont appelés à se mobiliser contre ce nouveau mauvais coup porté aux fondements de notre République.

Documents joints à cet article

La fin de la mixité scolaire : le retour (en douce) du religieux

Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

163 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 28 mai 2008 13:58

    Le débat sur les bienfaits ou non de la mixité à l’école est une vieille histoire, qui avait été tranchée dans les années 60, et remis en cause récemment, notamment sous la pression des groupes religieux, et de certains auteurs comme Michel Fize, sociologue au CNRS, dont on trouvera ici un interview, et des avis opposés, tels ceux, entre autres, de Roch Chouinard, professeur au Département de psychopédagogie et d’andragogie.

    Que le débat puisse avoir lieu, entre spécialistes, parents d’élèves, enseignants, pédagogues, psycho et sociologues, dans l’intérêt des familles et des élèves, est une chose.

    En revanche, le prétexte invoqué par le gouvernement d’une soumission à une directive européenne, est un mensonge, et l’adoption FORCEE de cette mesure par le parlement, sans débat préalable et contradictoire, est une forfaiture, et un déni de justice, notamment sous la pression de Nadine Morano, ayant fait supprimer un amendement adopté en commission par les sénateurs

    Mesure venant après celle de l’ouverture des piscines aux seules jeunes filles, prises dans plusieurs communes, et dénoncée par l’observatoire du communautarisme, comme contraire au principe d’égalité, ciment des institutions républicaines.

    Ensemble de mesures, donc, qui ouvre les portes aux revendications de tous les groupes religieux (de toutes obédiences), s’attaque aux fondements égalitaires de la République, et constitue un élément de plus du retour du religieux dans la sphère publique.


  • madame_sans_gêne madame_sans_gêne 28 mai 2008 14:52

    Pour protéger vos filles, commencez par apprendre à vos garçons qu’il faut les respecter, et donnez l’exemple.

    En tous les cas, l’isolement, que ce soit celui d’une classe sans garçons, un autobus ou une piscine réservée, ou celui d’une burka ne constitue pas une protection mais une ségrégation.

    Apprenez à vos fils que les femmes ont des cheveux, des seins, des fesses, des jambes, un sexe, mais que tout ça ne justifie pas qu’on leur saute dessus si elles n’en ont pas envie, et cessez de tenter de supprimer la tentation pour mieux y résister. Ou alors convertissez-vous à l’islam intégriste qui a au moins le mérite de ne pas être hypocrite : on les cache, on les enferme, on évite de les instruire, quand elles désobéissent, on les tue, et comme ça, on est tranquille.

    Petit rappel de vocabulaire à ceux qui considèrent le combat d’émancipation féminine dépassé, car les mots ont un sens :

    "On ne naît pas femme, on le devient" ( Simone de Beauvoir)

    "Un gars : c’est un jeune homme
    Une garce : c’est une pute
    Un courtisan : c´est un proche du roi
    Une courtisane : c´est une pute
    Un masseur : c´est un kiné
    Une masseuse : c´est une pute
    Un coureur : c´est un joggeur
    Une coureuse : c´est une pute
    Un rouleur : c´est un cycliste
    Une roulure : c´est une pute
    Un professionnel : c´est un sportif de haut niveau
    Une professionnelle : c´est une pute
    Un homme sans moralité : c´est un politicien
    Une femme sans moralité : c´est une pute
    Un entraîneur : c´est un homme qui entraîne une équipe sportive
    Une entraîneuse : c´est une pute
    Un homme à femmes : c´est un séducteur
    Une femme à hommes : c´est une pute
    Un homme public : c´est un homme connu
    Une femme publique : c´est une pute
    Un homme facile : c´est un homme agréable à vivre
    Une femme facile : c´est une pute
    Un homme qui fait le trottoir : c´est un paveur
    Une femme qui fait le trottoir : c´est une pute
    Un péripatéticien : c´est un élève d´Aristote
    Une péripatéticienne : c´est une pute"

     


  • roOl roOl 28 mai 2008 15:02

    Citer dans le meme poste du Simone de Beauvoir et du Michael young, joli prestation, je m’incline...

    pas trop bas, y’as des pro-homo dans l’assemblé (private joke pour les lecteurs du fil d’a coté)


  • 1984 28 mai 2008 15:07

    Merci pour la piqure de rappel !

    Malheureusement toujours indispensable, malheureusement souvent inefficace !


  • Deneb Deneb 28 mai 2008 15:34

    "Un homme sans moralité : c´est un politicien
    Une femme sans moralité : c´est une pute"

    J’aime beaucoup celle-la. De toutes façons, la technique du métier est la même.

    Une pute au masculin, ça n’existe pas, mais je pense que vous avez trouvé ce qui s’approche le plus.


  • madame_sans_gêne madame_sans_gêne 28 mai 2008 15:55

    Cher roOl, je ne suis pas persuadée que l’auteur soit Michaël Young. Mais j’ai appris hier grâce à un de mes fils qu’il avait mis ce texte- ou du moins une partie- en musique. Je ne peux que m’en féliciter : j’aime la jeunesse et j’ai confiance en elle bien que je ne supporte pas le "jeunisme". Je suis assez vieille pour avoir vécu l’instauration de la mixité en primaire : j’étais en CE2.

    Qu’est ce que ça a changé ? Ben, en CE2, franchement : rien ! C’est l’époque des filles avec les filles, des garçons avec les garçons... On s’ignorait. Dans mes souvenirs, c’était beaucoup plus chaud en maternelle- qui était déjà mixte car on nous imaginait sans doute purs et innocents- en pleine phase de touche pipi. Mais nos administrateurs avaient pas "tout lu Freud".

    Et au collège, pas de soucis non plus malgré la mode des mini-jupes et des mini-shorts : quand un garçon avait des paroles ou un geste déplacé, c’est lui qui était sanctionné et pas la fille qui était sommée de rallonger sa jupe ou de porter des pantalons dessous, ou de camoufler ses formes sous des cols roulés amples comme ça se fait aujourd’hui dans des établissements publics et prétendus laïcs, qui n’hésitent pas à exclure une gamine musulmane sous prétexte qu’elle porte "ostensiblement" un bandana sur le chignon, courant ainsi le risque de la livrer à tous les extrémismes en nourrissant sa révolte, et qui exigent dans leur règlement intérieur de leurs petites judéo-chrétiennes qu’elles ne dévoilent ni naissance de sein ni genou, ce qui serait de nature à perturber le déroulement des cours !

    Au secours ! Et vous vous étonnez que nos filles virent boulimiques ou anorexiques ?

    Planquez- vous, les filles : rien que d’exister, vous perturbez ! D’ailleurs c’est prouvé, les chiffres sont là : les filles réussissent mieux à l’école. C’est parce que vous énervez les bons p’tits gars, bien sûr ! "Sâââlopes", comme disait le grand Bedos !- au second degré, et peu l’avaient compris, à l’époque-.

    A quand le retour des voiles victoriens sur les pieds de chaises, de tables et de pianos qui pourraient distraire l’élément mâle de leurs chères études ?

    Pendant ce temps, on balance un maximum de bombasses siliconnées d’ici, liposucées de là , dans des programmes tv dits "familiaux", et qui n’ont comme argumentaire que de se pencher, se trémousser et ricanner aux boutades des mâles émoustillés. Belle cohérence, et comment voulez-vous que nos filles s’y retrouvent ?

    Et la solution serait de les isoler ?

    Non, décidément... J’aime bien l’idée de Michaël Young et Simone se rejoignant dans le même combat.


  • Fernando Pessoa 28 mai 2008 17:13

    une pute au masculin -> un gigolo !

    -----------------

    Plus de mixité à l’école ?

    Ok pas de problème, donc après on revient aux femmes aux fourneaux, on abolit le droit de vote des femmes, elles apprendront la cuisine et la couture à l’école, quand l’homme rentre du travail, à tout faire pour le satisfaire ...

    Pas de sexe avant le mariage aussi, ...etc... ah oui et Don Camillo donnera sa bénédiction à Peppone pour la future maison du Peuple smiley

    Vive la France de 1950 !


  • francois06500 28 mai 2008 19:24

    Bonjour,

    vous avez raison. C’est à nous parents de faire respecter les femmes à nos petits garçons. En derniers recours la justice doit punir sévèrement tout manque de respect.

    Il faut lutter contre la fin de la mixité et du retour des calotins


  • kako 28 mai 2008 22:55

    @ madame sans gene,

    Bravo pour votre contribution !

    Il faut savoir, de temps en temps, rappeler l’essentiel : le respect. Respect des femmes, respect de l’autre ; c’est d’abord aux parents qu’il incombe d’éduquer leurs enfants et en particulier les garçons dans cet esprit. Quand on entend les propos tenus par des garçons de 13-14 ans à propos des filles, c’est épouvantable. L’avenir des générations futures me semble bien sombre. Aucun respect ; les filles sont des choses justes bonnes à b.... ; je suis proprement horrifié. Il y a urgence.


  • sam turlupine sam turlupine 23 décembre 2010 11:24

    De même...


  • ZEN ZEN 28 mai 2008 13:49

    Merci pour cet article , Sisyphe, cela m’avait échappé...

    Cela n’est pas anodin, en effet.."Remettre chacun à sa place" = nouvel idéal républicain ?

    Dans mon village natal , le bâtiments scolaires portent encore les inscriptions "école de garçon", "école de filles"...


    • Niamastrachno Niamastrachno 29 mai 2008 13:04

      La droite qui prend des décisions après une étude ? ... décision / étude, calmos, tu t’entraînes aux formes de style ? j’ai pas beaucoup mieux comme oxymore... D’ailleurs où est-ce que tu as vu une étude quelconque sur la question, et en fait est-ce que tu as au moins lu l’article ? Les lois sont votées en douce, rapidos, sans aucune concertation, même les députés UMP ont surtout le droit de fermer leur gueule, mais toi tu trouves çà marrant calmos, marrant parfois ça rime bien avec navrant...


    • roOl roOl 28 mai 2008 13:59

      Comme ca les fille spourront apprendre à faire la vaiselle et à s’occuper de leur mari...

      Et les eleves homo, on les met dans des classes a part ?


      • sisyphe sisyphe 28 mai 2008 14:21

        Tu ne crois pas si bien dire : c’est déjà fait, à New York !

        Extrait de l’interview de Michel Fize :

         

        Que pensez-vous de l’ouverture à New York d’une classe réservée aux étudiants homosexuels, victime de violences ? Vous comprenez cette démarche ?

        Michel Fize : Mon rôle n’est pas de dire si cela est bien ou non. Tout ce que je peux constater, c’est que les homosexuels vivent souvent des situations très difficiles, que ce soit à l’école ou en famille. D’ailleurs, il y a cinq fois plus de suicides chez eux que dans la population générale du même âge. Il est donc nécessaire de prendre en compte cette réalité !


      • roOl roOl 28 mai 2008 14:55

        Misere...


      • Gazi BORAT 28 mai 2008 15:41

         ????

        Les propos d’Aegidius Rex sont de plus en plus obscurs...

        gAZi bORAt


      • roOl roOl 28 mai 2008 16:18

        Tu veux dire noir ?


      • Gazi BORAT 28 mai 2008 16:28

        Difficilement compréhensibles...

        gAZi bORAt


      • Mauve 28 mai 2008 14:50

        Un retour en arrière toute !..
         Dans la vie il n’y a pas les hommes d’un coté et les femmes de l’autre...le meilleur moyen d’apprendre à nous connaitre c’est de partager ensemble l’éducation, puisque nous serons de toute façon amener à vivre ensemble !..A moins de chosir la voie monastique !.........
         Cette mesure a des relants de religiosité qui n’augure rien de bon pour notre démocratie !..

        Je suis très heureuse d’avoir connu , même à une époque lointaine l’école mixte !..Sisyphe sait d’ailleurs pourquoi !.

         Merci pour cet article Sisyphe


        • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 28 mai 2008 15:05

          Un monde sans religion serait tellement plus agréable !

          La laïcité est un combat et il est clair que nous vivons aujourd’hui un recul de la laïcté en france et sans doute ailleurs, et c’est très grave. Pas seulement pour la formation de notre jeunesse, mais surtout pour le respecte des Droit de l’Homme qui, ne l’oublions jamais, sont en plein égalité les droits des femmes et des enfants.

          Allez, organisons la contestation et la révolte !


          • Crazy Horse Crazy Horse 28 mai 2008 16:53

            Ce qui est plus grave c’est l’étendue de la misère spirituelle...

            Que le laïc ne soit plus re-ligare à l’Eglise, c’est un début pour y remédier. Loin des dogmes et des croyances toutes faites, le peuple a déjà plus de chance de retrouver le sens du sacré au plus profond de son être individuel.

            Mais gare à la dérive... La laïcité est un bon terreau pour les nouvelles religions. Derrière le masque de la raison, et enrichies par les enseignements tirés des deux-mille ans de manipulations et de tromperies sacerdoçales, elles ont instaurées de nouveaux mythes. Les nouveaux prêtres portent des costumes cravates ou des blouses blanches. Tout comme celui des plagiaires chrétiens, leur enseignement se veut avant tout un don fait à l’humanité, pour le bien de tous. Mais il n’est rien d’autre que la parure moderne des disciples des Elohims, de Baâl, de Seth - peu importe l’allégorie - ...

            Malheureusement nombreux sont ceux qui veulent des réponses rapides et faciles à accepter pour le moi. A croire que le peuple ne tollère pas les blessures du Soleil...


          • Christophe Christophe 28 mai 2008 15:43

            @L’auteur,

            Merci d’avoir informé sur ce point ; vous l’abordez très bien.

            L’ayant appris hier soir lors de cette émission (position 45:30 sur la vidéo), il s’avère que ce point dépasse les clivages politiques droite-gauche, et fait l’unanimité concernant les invités.

            Nous sommes à un tournant, en France, où nous constatons une recherche de remise en cause des préceptes républicains français.


            • sisyphe sisyphe 28 mai 2008 16:17

              par Thierry JACOB (IP:xxx.x67.115.10) le 28 mai 2008 à 15H44

               

              les syndicats d’enseignants ne disent rien parce qu’ils connaissent la situation dans les écoles...et à l’occasion envoient leurs enfants dans les écoles...privées ou réputées plus "sérieuses"..

              La carte scolaire est à mal...sous la pression des parents...pauvres...qui ne veulent plus que leurs enfants fréquentent les écoles pourries de leurs quartiers.

              Thierry Jacob,

              quand tu arrêteras de faire de CHACUNE de tes interventions un élément de ta PROPAGANDE lourdingue, raciste, sioniste, droitiste, réactionnaire, ça pourra te permettre de sortir de ta pensée pré-formatée, de te renseigner un minimum, et d’essayer de réfléchir, pour une fois, par toi-même. Peut-être que ça pourra accorder aussi une quelconque crédibilité à tes propos.

              A propos des syndicats d’enseignants, voici ce qu’on peut en savoir :

              Dès le 14 avril, la FCPE, première fédération de parents d’élèves, classée à gauche, a dénoncé la loi qui permet « aux particularismes religieux d’organiser la séparation des filles et des garçons pour tel ou tel enseignement » et qui va à l’encontre de « l’éducation à l’égalité ». Les syndicats enseignants, si chatouilleux sur la laïcité, sont restés étrangement silencieux. « On avait un peu la tête ailleurs, reconnaît Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen-CFDT, il peut être utile pédagogiquement, à un moment donné, de faire des groupes séparés. Mais ce texte ouvre des possibilités et le contexte est inquiétant. Une chose est sûre : on s’opposera à toute remise en cause de la mixité. » « Sur le principe, ça nous pose problème, explique Luc Bérille du syndicat SE-Unsa, nous allons attendre les décrets d’application qui parfois tempèrent les choses. »

              Le moins qu’on puisse en dire, c’est que ça ne les mêt pas très à l’aise...


            • madame_sans_gêne madame_sans_gêne 28 mai 2008 16:30

              Les syndicats d’enseignants ne disent rien ? Tiens donc... C’est pourtant bien un post de syndicat enseignant qui m’a avertie du problème de remise en cause de la mixité. Allez jeter un coup d’oeil sur leurs sites : vous verrez, il s’en passe des choses. Mais on n’en parle pas beaucoup parce qu’il y a des choses plus importantes, comme Carla Bruni-Tedeschi-Sarkozy aux halles au petit matin. C’est vrai que c’était une trouvaille de la trimballer là bas chez des mecs habitués aux carcasses !

              Vous croyez vraiment qu’un enseignant a les moyens d’inscrire ses enfants dans des écoles privées ?

              Allez donc faire un tour sur les mêmes sites où vous pourrez consulter les grilles salariales : ça vous calmera, ou peut-être craignez -vous de devoir mettre fin à vos fantasmes sur les nantis ? Dans ce cas , n’y allez pas : ça risquerait de vous forcer à vous remettre en question. Eh voui, si vos enfants sont des cloches, c’est peut être bien de votre faute à vous, et pas celle de l’école ! Cruelle révélation...


            • Djanel 28 mai 2008 19:33

               

              Jacob Thierry pourquoi venez-vous sur agora vox ? Pour y chercher de l’information ? Pour éviter de vous faire manipuler par les médias traditionnels ? Etes-vous une oie à gaver qui ne peut se nourrir d’informations prédigérées par des chroniqueurs corrompus ?

               

              Mais non, vous venez ici pour chercher de l’information et vous auriez pu vous s’apercevoir qu’on y parle de chose que la télévision ou la radio ne traitent pratiquement pas sinon que par des communiqués lapidaires noyés dans un ras de marées d’images publicitaires, de fictions insignifiantes, de faits divers toujours renouvelés … mais jamais de ce qui se trame dans les coulisses du pouvoir. Les médias nous mentent par omission.

               

              Je ne regarde plus la télévision, n’écoute plus la radio, ne vais jamais au cinéma, ne lit plus les journaux car je ne veux plus ressembler à une oie gaver de fausses informations comme vous.

               

              Madame sans gène vous a répondu que les enseignants n’étaient pas indifférents aux dérives du sexisme. C’est à dire à l’idée que les filles, les femmes ou les femelles aient un droit différent à celui des garçons, des hommes ou des mâles. Pour nous qui sommes républicains, tout redevient simple. En droit : un homme égal une femme. Il n’y a pas de différence. Il n’y a pas de ségrégation sexuelle acceptable dans notre république car ce qui est autorisé à l’un est forcément autorisé à l’autre sous couverture d’une loi commune ou d’une loi organique réglementant notre vie sociale selon nos activités professionnels. Ces lois organiques doivent être conforme à la constitution qui interdit et dont voici un extrait du préambule de la constitution de 1946 : article 3 dit catégoriquement parlant que : LA LOI GARANTI A LA FEMME, DANS TOUS LES DOMAINES, DES DROITS EGAUX A CEUX DES HOMMES.

               

              Autant vous dire que ce préambule est l’a priori de la constitution. Pour certain, c’est l’un des actes juridiques fondateurs de la constitution de la cinquième république, d’autres estiment qu’on ne peut le réviser sans commettre un coup d’état. Tous les articles de la constitution doivent être conforme à ce texte. C’est le pacte républicain issue de la résistance. Attention, tout l’équilibre paisible de notre république repose sur lui ainsi que sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août de 1789. Ainsi, je vous apprends que la déclaration des droits de l’homme est une loi constitutionnelle ce qui veut dire que toutes nos lois doivent être conforme à la charte.

               

              Pas le temps de vous en dire davantage, il faut que j’aille faire mes course et dans une demi-heure, c’est fermer. Pas le temps de corriger les fautes de grammaire et d’orthographe. Soyez donc indulgent.

               

              Merci d’avance.


            • Mr Mimose Mr Mimose 28 mai 2008 15:48

              Je vais me faire l’avocat du diable, mais es-ce si grave que cela la séparation des garçons et filles à l’école ?

              Le retour de certaines valeurs traditionnelles serait peut-etre bien venu devant la déliquescence de notre société ou les jeunes filles ont comme modèle Paris Hilton ou je ne sais quelle idiote écervelée. Ou on voit des gamines de 12 ans portant des strings qui dépasse de leur jeans.

              Je ne suis pas contre à un retour à des traditions face à cette mondialisation qui voudrait qu’on bouffe tous mac do et coca.


              • Mr Mimose Mr Mimose 28 mai 2008 16:01

                Avant les instituteurs étaient respectés et craint par les éleves et les parents, aujourd’hui il n’existe plus de respect, les gamins de 12 ans poignardent leur profs.

                On à proné le laisser faire, que la discipline c’est une idée de facho de droite, qu’il faut laisser les gamins grandir sans leurs donner de règles, combien de gamins malpolis, mal éduqués aujourd’hui ?

                Un gamin de 5 ans m’a insulté dernierement parceque je l’avais pas vu et que j’avais pas tenu la porte de l’immeuble pour qu’il puisse passer !

                Oui il faut redonner à l’éducation nationale la place qu’ellle a eu dans le passé et si il faut revenir à d’ancienne méthode alors allons-y.


              • Deneb Deneb 28 mai 2008 16:03

                Que les jeunes filles prennent comme modele des écervelées, ce n’est pas vous qui le direz, c’est l’histoire dans 20 ans. Quand j’étais petit, dans les années 60, mes parents ne supportaient pas que j’écoute des Beatles - vous savez, les chevelus qui braillent comme des sauvages. Finalement il s’y sont fait, au bout de quelques années. Mais là, j’avais une préférence pour Jimi Hendrix. Et rebelotte !

                La faillite des valeurs traditionnelles, balayées par les modes, est peut-être due au fait que ces valeurs ne correspondent plus a l’evolution du monde. Il cherchent des nouvelles valeurs, les jeunes, et heureusement. Soyez en sûr qu’ils les assumeront.


              • roOl roOl 28 mai 2008 16:26

                Autant les Beattles, c’est idiot pour des parents (probablement non anglophones) d’etre contre, autant on ne peux pas leur reprocher pour Hendrix.

                 

                Et comparé John Lenon (meme si je n’adhere pas a sa musique) à Paris Hilton en terme de modele pour les enfants... y’a pas a dire, ca en jette ...

                Imagine there’s no heaven,
                It’s easy if you try,
                No hell below us,
                Above us only sky,
                Imagine all the people
                living for today...

                Imagine there’s no countries,
                It isnt hard to do,
                Nothing to kill or die for,
                And No religion too,
                Imagine all the people
                living life in peace...

                You may say I’m a dreamer
                But I’m not the only one
                I hope someday you’ll join us
                And the world will live as one.

                Imagine no possesions,
                I wonder if you can,
                No need for greed or hunger,
                A brotherhood of man,
                Imagine all the people
                Sharing all the world...

                 


              • roOl roOl 28 mai 2008 16:28

                Sinon pour les malpoli de 5 ans, un coup d’oeil gauche droite devant derriere, et paf, la claque dans sa tronche ...


              • Mr Mimose Mr Mimose 28 mai 2008 16:30

                @ Deneb

                Et bien ils avaient bien raison vos parents de ne pas aimer que vous écoutiez les beatles !

                Ecoutez plutot Glen Gould, c’est mieux.


              • Deneb Deneb 28 mai 2008 17:57

                RoOi

                Mes parents furent anglophones. Et je ne compare pas Lennon à P. Hilton et d’autres Britney S. Je dis seulement que j’ai confiance dans les jeunes pour assumer les valeurs qu’ils adopteront. Que l’on soit d’accord avec ces valeurs, vous et moi, rien n’est moins sûr. Le mieux que l’on puisse leur souhaiter c’est d’avoir suffisament d’esprit critique pour ne pas se faire manipuler.


              • Deneb Deneb 28 mai 2008 18:01

                Mimose, j’adore Glenn Gould et son interpretation des Variations Goldberg, un vrai delice, orgasmique. Mais ça ne m’empêche point d’aimer aussi le rock’n roll.


              • Djanel 28 mai 2008 21:41

                 

                Mimose qui vous a autorisé à regarder la croupe des jeunes filles impubères pour avoir osé dire quels étaient leurs sous-vêtements ? Seriez-vous un pédophile qui s’ignore ? Celui qui se croyait malin en donnant des leçons de morales s’est fait prendre en train de loucher.

                 

                Pas facile de se sentir plus ridicule que vous. Vous avez l’air de n’avoir rien compris à la sexualité. Hein ! Les chiens ont leur flair pour savoir s’ils peuvent y aller ou pas sinon ils se font mordre. Les chattes ont leur comportement bruyant pour attirer les chats sinon elles restent calmes ainsi que les males. Chaque espèce a ses codes sexuels, nous autres les hommes aussi mais n’avons pas de flair comme les chiens ni un comportement bruyant semblable aux chats ! Nos excitations sont uniquement visuelles et les filles le savent bien et vous aussi puisque vous lorgnez et que vous aimez certainement regarder les strip-teases pour l’énième fois sans vous lasser. Ce ne sont que des préliminaires ensuite vient la drague et là c’est l’aventure car si elle dit non … biologiquement nous débandons et pour nous exciter à nouveau nous devons avoir recours aux images érotiques ce qui s’appelle forcer la nature pour passer outre les codes sexuels émis par la femme qui se refuse à vous. C’est ainsi que l’homme violent les femmes en réalisant ses phantasmes par la violence. Ils veulent que la femme se plie à l’idée qu’ils se font arbitrairement d’elle et c’est pour elle la tyrannie qui commence parce que tous les codes sexuels émis n’ont pas été respectés.

                 

                Rappelez-vous donc vos dragues.

                 

                Certainement vous avez essuyé un refus. Vous ne pouvez pas dire le contraire à moins que vous ne soyez encore puceau. Quel était donc votre état après ? Vexé certes mais seulement à cause de votre vanité car biologiquement normalement toute excitation provenant d’une cause extérieure à votre volonté est stoppée par le refus et c’est la queue entre les pattes que vous devez rebrousser chemin car notre excitation vient aussi de l’accueil que l’on reçoit. Beaucoup d’homme n’accepte pas cette frustration … et finisse par violer la femme sans y trouver de plaisir sinon que de se voir dominant. Il faut donc punir sévèrement ses crimes et cesser de culpabiliser la femme d’être une femme.


              • Emile Red Emile Red 29 mai 2008 09:29

                Si le gamin de 5 ans s’est révolté c’est peut-être parceque le respect existe aussi pour les enfants.

                Combien de gosses entrent dans un magasin en disant bonjour et ne reçoivent aucune réponse des adultes ?

                Mon fils une jambe dans le platre obligé de faire 1 heure de bus debout parcequ’une trentaine de quarantenaires en pleine forme s’octroie le droit d’ainesse...

                Alors quand on passe une porte on regarde si elle ne se ferme pas sur le nez de quelqu’un y compris de moins d’ 1,70 mètre.


              • Mr Mimose Mr Mimose 28 mai 2008 16:02

                Thierry !


              • sisyphe sisyphe 28 mai 2008 16:21

                par Thierry JACOB (IP:xxx.x67.115.10) le 28 mai 2008 à 15H54

                 
                mimose...t’es dépassé...aujourd’hu i c’est kebab et thé à la menthe pour tous ...avant la burka

                Comme dirait l’autre...c’est allah mode...oui, mais de quelle année...eh ben du 7é siécle !

                 

                Ah ! Le fameux humour juif !

                On peut dire, à te lire, Thierry Jacob, qu’il a du sérieux plomb dans l’aile...(droite)

                Et sinon, pour vous, c’est quelle année ??


              • Weinstein 28 mai 2008 16:23

                5768, c’est mieux que tout le monde.


              • sisyphe sisyphe 28 mai 2008 16:44

                Pétard, plus de 5.600 ans pour en arriver là !!

                Vous partiez de si loin ?


              • Djanel 28 mai 2008 21:52

                 

                Mimose en Chavez, çà me rappelle Boileau … heu … 419. Etes-vous donc ce Boileau qui échangea son pict plus tard pour prendre celui de Marine Lepen ?

                 

                Bizarre, vous parlez comme un jésuite qui aurait perdu sa bure.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès